Pakistan

République islamique du Pakistan

(ur) اسلامی جمہوریہ پاکستان / Islāmī Jumhūriyah Pākistān

(en) Islamic Republic of Pakistan

Drapeau
Drapeau du Pakistan
Blason
Armoiries du Pakistan
Deviseen ourdou : ایمان، اتحاد، نظم (Iman, Ittehad, Nazm, « Foi, unité, discipline »)
Hymneen ourdou : قومی ترانہ (Qaumi Tarana, « Hymne national »)
Fête nationale
· Événement commémoré
Proclamation de la République ()
Description de cette image, également commentée ci-après
Zone contrôlée par le Pakistan représentée en vert foncé ; zones revendiquées mais non contrôlées en vert clair
Description de l'image Carte Pakistan.png.
Administration
Forme de l'ÉtatRépublique islamique fédérale
PrésidentArif Alvi
Premier ministreShehbaz Sharif
ParlementParlement
Chambre haute
Chambre basse
Sénat
Assemblée nationale
Langues officiellesOurdou[1]
Anglais (temporairement)[2]
CapitaleIslamabad

33° 43′ N, 73° 04′ E

Géographie
Plus grandes villesKarachi, Lahore
Superficie totale881 913 km2
(classé 36e)
Fuseau horaireUTC +5
Histoire
IndépendanceDrapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Date
- République

Démographie
GentiléPakistanais
Population totale (2020[3])220 892 331 hab.
(classé 5e)
Densité250 hab./km2
Économie
PIB nominal (2019)en diminution 276,114 milliards de $
- 11,80 %[4]
PIB (PPA) (2020)en augmentation 1076,258 milliards de $
- 1,02 %[4]
PIB nominal par hab. (2019)en diminution 1 348,676 $
- 13,42 %[5]
PIB (PPA) par hab. (2020)en diminution 5 160,187 $
- 0,83 %[5]
Taux de chômage (2020)Increase Negative.svg 4,5 % de la pop. active
+ 10,29 %
Dette publique brute (2020)Nominale
Increase Negative.svg 36 396,815 milliards de PKR
+ 12 %
Relative
Increase Negative.svg 87,203 % du PIB
+ 1,92 %
IDH (2021)en augmentation 0,544[6] (faible ; 161e)
MonnaieRoupie pakistanaise (PKR​)
Divers
Code ISO 3166-1PAK, PK​
Domaine Internet.pk, پاکستان.
Indicatif téléphonique+92
Organisations internationalesG24
APSCO
ECO
Groupe de Cairns
G33 }
Drapeau de l'Organisation de la coopération islamique OCI
Icône du Commonwealth Commonwealth

Le Pakistan (en ourdou : پاکِستان), en forme longue la république islamique du Pakistan, en ourdou : اسلامی جمہوریۂ پاکستان (Islāmī Jumhūriyah Pākistān), est une république islamique d'Asie du Sud entourée par l’Iran, l’Afghanistan, la Chine, l’Inde et la mer d'Arabie. Fondé le au terme de la partition des Indes sous la forme d'un État constitué de deux parties séparées par près de 1 600 km de territoire indien, avec comme dénominateur commun la religion musulmane, le pays se trouve réduit à sa partie occidentale en 1971 au terme de la guerre d'indépendance du Bangladesh. Depuis sa création, il entretient des relations tendues avec l’Inde en raison de prétentions territoriales concurrentes sur le Cachemire, les deux pays s'étant affrontés à travers trois guerres successives. En revanche, le Pakistan est un allié des États-Unis et entretient des relations cordiales avec la Chine. Le pays dispose de l’arme nucléaire après avoir fait des essais officiels en 1998.

Les populations du Pakistan parlent des langues indo-européennes, principalement indo-aryennes (80 %) et iraniennes (20 %). Avec près de 212 millions d’habitants en 2017, le Pakistan est le cinquième pays le plus peuplé du monde[7], avec la deuxième plus nombreuse population musulmane après l’Indonésie. C'est une république fédérale et les provinces disposent de certains pouvoirs et d'institutions démocratiques. Les frontières des quatre provinces correspondent approximativement aux principales ethnies. L'ourdou est la langue officielle du pays, mais en réalité, la majorité de la population parle l'une des langues en usage dans les principales ethnies du pays, à savoir le pendjabi, le pachto, le sindhi et le baloutchi.

Politiquement, le Pakistan est caractérisé par une confrontation entre les militaires qui ont mené trois coups d’État et diverses forces politiques. L’histoire du pays a été marquée par Ali Jinnah, Ali Bhutto, sa fille Benazir et Nawaz Sharif, ainsi que par les coups d’État des chefs de l'armée Ayub Khan en 1958, Zia-ul-Haq en 1977 et Pervez Musharraf en 1999. Le système politique est parlementaire mais a parfois été semi-présidentiel, notamment sous les régimes militaires. Souffrant régulièrement de l'instabilité de son voisin afghan, le pays connaît une insurrection talibane provenant des régions tribales du Nord-Ouest, et l’armée se livre à des opérations militaires contre eux depuis 2004. De nombreuses attaques terroristes, souvent revendiquées par les talibans pakistanais, frappent le pays surtout depuis 2007.

Étymologie

Le mot « Pakistan » est un néologisme. Le nom signifie « pays des purs » (de l’ourdou : pâk signifiant « pur » et stân signifiant « pays », avec un i de liaison)[8]. Il a été formé comme un acronyme dans les années 1930 par Choudhary Rahmat Ali[9], formé avec le nom de certaines provinces du pays : d'après l'universitaire Max Zins, ce sont le Punjab qui donne le « P », l’Afghania (actuelle province de Khyber Pakhtunkhwa) qui donne le « a », le Kashmir pour le « k », l’Indus-Sind pour « is » et le Baloutchistan pour « tan », en omettant cependant le « Bengale oriental », appelé par la suite « Pakistan oriental » (futur Bangladesh) alors qu’il représente 55 % de la population du futur État lors de son indépendance en 1947[10] ; d'après son confrère Emmanuel Gonon, les lettres de l'acronyme désignent le Pendjab, l'Afgana, le Cachemire, l'Iran, le Sind, le Tokharistan, l'Afghanistan et le Balouchistan[9].

Histoire

Histoire ancienne

La région de l’Indus était l’emplacement de plusieurs cultures antiques comprenant Mehrgarh, une des plus anciennes villes connues du monde, et de la civilisation de la vallée de l’Indus (de 2600 av. J.-C. à 1800 av. J.-C.) à Harappa et Mohenjo-daro. Les vagues de conquérants et de migrants, comprenant les Aryens, Perses, Indo-Grecs et musulmans se sont établis au Pakistan tout au long des siècles, influençant les autochtones. La région est un carrefour des itinéraires commerciaux historiques, y compris la route de la soie.

Sur le territoire que le Pakistan occupe, la civilisation de la vallée de l’Indus fut influencée au milieu du IIe millénaire av. J.-C. par l’arrivée de la civilisation aryenne, qui donna lieu au védisme qui a jeté les bases de l'hindouisme. Le Rig-Véda mentionne Arya-Varta (la terre des Aryens) comme Sapta Sindhu (la terre des sept rivières du Nord-Ouest de l'Asie du Sud, l'une d'entre elles étant l'Indus), cela correspond à la région pakistanaise du Pendjab actuelle. Les empires successifs et les royaumes ont régné sur la région de l’Empire perse achéménide autour de 543 av. J.-C., à Alexandre le Grand en 326 av. J.-C. et l’empire maurya. Le royaume indo-grec fondé par Demetrius de Bactria a inclus le Gandhara et le Pendjab en 184 av. J.-C., et a atteint sa plus grande ampleur sous Ménandre Ier, établissant la période gréco-bouddhiste avec des avancées dans le commerce et la culture. La ville de Taxila (Takshashila), l’un des principaux emplacements archéologiques du pays, est devenue un centre d’étude important des périodes antiques.

Raj britannique

L'actuel territoire du Pakistan relève de la partie du sous-continent indien colonisée par les Britanniques à partir du XVIIe siècle et, plus particulièrement, l'effondrement en 1849 de l'Empire sikh, État non-musulman centré sur la ville de Lahore. Soumis d'abord à l'autorité de la Compagnie des Indes orientales, le territoire est transféré à la Couronne britannique après la révolte des cipayes de 1857.

Le mouvement pour l'indépendance de l'Inde prend de l'ampleur à partir de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Face au Congrès national indien, qui vise à représenter l'ensemble des Indiens mais compte une majorité d'hindous, la Ligue musulmane est créée en 1906 pour défendre les intérêts des musulmans. À cette époque émerge la théorie des deux nations qui considère que musulmans et hindous forment en Inde deux nations séparées. Elle sert de base au mouvement pour le Pakistan qui vise à obtenir pour les musulmans du Raj britannique un État séparé et prend de l'ampleur notamment à partir des années 1930.

Vers l'indépendance

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Congrès refuse d'aider à l'effort de guerre britannique à moins que l’entièreté du sous-continent indien n'acquière l'indépendance[11]. À l'inverse, la Ligue musulmane soutient les Britanniques, au moyen d'une coopération politique et d'une contribution humaine[11].

La Ligue musulmane remporte tous les sièges réservés aux musulmans lors des élections de 1945 et les heurts sanglants entre musulmans et hindous ou sikhs poussent les Britanniques à accepter un partage du pays. Le à minuit, le Raj britannique est séparé en deux dominions indépendants : l'Inde et le Pakistan, séparé par la ligne Radcliffe. Le territoire du Pakistan est alors formé des régions à majorité musulmane et formé de deux parties distinctes, séparées par 1 600 km de territoire indien[12]. Les violences qui suivent la partition font quelques centaines de milliers à un million de morts et 12,5 millions de personnes sont déplacées. Le cas du Cachemire reste le seul point de litige frontalier entre les deux pays, qui vont s'affronter militairement dès 1947 sur cette question.

Instabilité et première dictature

Deux hommes se serrent les bras sous le regard de la foule
Ayub Khan reçoit le président américain Lyndon B. Johnson à Karachi, en 1967.

Depuis sa création, le Pakistan n'a jamais réellement connu la stabilité. L'histoire du pays est marquée par trois coups d'État et des périodes de démocratie caractérisées par une forte instabilité politique. Sept Premiers ministres se succèdent entre 1947 et 1958 alors que de longs et laborieux débats à l'Assemblée constituante finissent par aboutir en 1956 à la première Constitution du pays, jusqu'ici sous régime du dominion. Cependant, le chef de l'armée Ayub Khan fomente un coup d'État et destitue le président Mirza le . La loi martiale est instaurée jusqu'en 1962 et le pays vit sous le joug d'une dictature militaire pendant onze ans.

D'abord populaire, Ayub Khan est affaibli par la deuxième guerre indo-pakistanaise de 1965 puis la montée de l'opposition. Sous la pression d'un mouvement populaire, il quitte le pouvoir en 1969 mais le cède à un autre militaire, Yahya Khan. Ce dernier concède cependant les premières élections libres en 1970, remportées par deux formations de l'opposition de gauche. Largement en tête, la Ligue Awami réclame le pouvoir et l'autonomie du Pakistan oriental, ce que les militaires refusent. En 1971, la situation dégénère en une guerre de sécession, et cette partie orientale du pays se déclare indépendante et devient le Bangladesh grâce à l'intervention militaire de l'Inde.

Socialisme et islamisation

En , à la suite de cette débâcle, l'armée abandonne le pouvoir à Zulfikar Ali Bhutto, dont le Parti du peuple pakistanais (PPP) domine le reste de l'Assemblée nationale. L'homme rétablit un régime civil, tente de contenir le pouvoir des militaires et reconnait le Bangladesh. D'abord président, Bhutto devient Premier ministre en 1973 et établit une nouvelle Constitution, toujours en vigueur aujourd'hui. Il mène une politique se réclamant du socialisme islamique conduisant à la nationalisation des principales banques et industries du pays. Il est toutefois largement critiqué pour son autoritarisme et la répression de l'opposition.

Benazir Bhutto, ancienne Premier ministre, dirigeante du Parti du peuple pakistanais durant vingt-trois ans.

Alors que Bhutto est largement soupçonné de fraudes lors des élections de 1977, un coup d'État militaire mené en juillet par le chef de l'armée Zia-ul-Haq entraîne l'exécution du Premier ministre en 1979. Le général instaure un régime dictatorial où la loi martiale est imposée jusqu'en 1985, la marge de manœuvre des partis politiques réduite et les opposants politiques emprisonnés, dont Benazir Bhutto qui prend la tête l'opposition. Zia fait voter des amendements à la Constitution en 1985 afin d'élargir les pouvoirs du président, et mène par ailleurs une large politique d'islamisation de la société et de privatisation de l'économie. Les ordonnances Hudood mettent en place la charia et l'interdiction du blasphème est renforcée en 1986. Il meurt dans un crash aérien aux causes non élucidées le .

Fragilité démocratique et coup d’État

À la suite des élections législatives de 1988, l'Assemblée nationale élit Benazir Bhutto, cheffe du PPP et fille d'Ali Bhutto, Première ministre. Après vingt et un mois à la tête du gouvernement, elle est démise de ses fonctions par le président Ghulam Ishaq Khan en 1990, qui l'accuse notamment d'abus de pouvoir. Ainsi, la décennie est marquée par la compétition entre le Premier ministre, détenteur du pouvoir selon la Constitution de 1973, et le chef de l’État qui bénéficie des amendements de 1985.

Les élections de 1990 portent Nawaz Sharif, à la tête de l'Alliance démocratique islamique, au poste de Premier ministre. Il entre cependant en conflit avec le président Ghulam Ishaq Khan en 1993 et l'armée pousse à la démission des deux hommes et à de nouvelles élections anticipées. Benazir Bhutto retrouve son siège de Premier ministre après les élections de 1993, et Farooq Leghari est élu président dans le même temps. Accusée de corruption, Bhutto est de nouveau destituée par le président en 1996 et elle part en exil en 1998. Nawaz Sharif est de nouveau Premier ministre en 1997, jusqu'au coup d'État de Pervez Musharraf en 1999[13].

Musharraf devient officiellement président en 2001, puis fait voter des amendements à la Constitution renforçant son pouvoir en 2003. À partir de 2004, l'armée pakistanaise est confrontée à une insurrection islamiste dans le Nord-Ouest, surtout menée par les talibans pakistanais. Les combats et attaques terroristes s'intensifient surtout en 2007 avec l'assaut de la Mosquée rouge. Par ailleurs, Musharraf fait adopter la loi de protection des femmes en 2006, qui revient sur certaines dispositions islamistes de Zia.

Retour à la démocratie

(c) Tasnim News Agency, CC BY 4.0
Nawaz Sharif, dirigeant de la Ligue musulmane du Pakistan (N), trois fois Premier ministre.

Dès 2006, le pouvoir de Pervez Musharraf est de plus en plus fragilisé par l'union de l'opposition puis le mouvement des avocats. En , Benazir Bhutto rentre au Pakistan après un exil de neuf ans pour mener le PPP en vue des élections législatives, s'alliant avec Nawaz Sharif pour s'opposer au président. Elle est assassinée à Rawalpindi le , lors d'un attentat kamikaze, après une réunion électorale.

Les élections législatives de février 2008 marquent la victoire du PPP qui s'allie avec d'autres partis pour obtenir la démission de Musharraf. En , Asif Ali Zardari, veuf de Benazir Bhutto, est élu président tandis que Youssouf Raza Gilani et Raja Pervez Ashraf se succèdent au poste de Premier ministre. Une réforme constitutionnelle est votée en et rend au Premier ministre la plus importante part du pouvoir exécutif, rétablissant l'équilibre institutionnel prévu en 1973.

À la suite des élections législatives de mai 2013, la Ligue musulmane de Nawaz Sharif remporte une majorité absolue et ce dernier devient Premier ministre, pour la troisième fois. À la suite de l'affaire des Panama Papers, il est inculpé par la Cour suprême pour évasion fiscale et corruption puis destitué en 2017[14]. Le , Imran Khan devient Premier ministre grâce à la victoire de son parti aux élections législatives.

Le Pakistan subit une forte sécheresse avec des précipitations très inférieures à la normale entre octobre 2020 et avril 2022, suivie à partir de juin 2022 d'inondation de grandes envergures : en trois mois, plus de 1 200 personnes et au moins 730 000têtes de bétail sont mortes noyées, 1,8 million d'hectares de terres agricoles ont été perdus et 50 millions de personnes ont dû fuir leur maison. Le Pakistan est peu préparé face au changement climatique. Sa population, fragilisée par la pauvreté et des inégalités considérables, est particulièrement exposée aux aléas climatiques, et les autorités, embourbées dans des crises politiques à répétition, ne sont pas encore parvenus à mettre en place des stratégies de prévention et de gestion des risques efficaces[15].

Géographie

Carte topographique du Pakistan, avec en vert la plaine indo-gangétique.

Le Pakistan a une superficie de 796 096 km2 et possède des frontières communes avec l'Iran (900 km) à l'ouest-sud-ouest, l'Afghanistan (2 400 km) au nord-ouest et au nord, la Chine (520 km) au nord-est et l'Inde (2 900 km) sur tout son côté est-sud-est. La côte sud est bordée par la mer d'Arabie avec 1 050 km de littoral.

Le relief est formé de hauts sommets dans le nord (dont le mont K2 qui, à 8 611 mètres d'altitude, est le deuxième point culminant du monde), de montagnes arides à l'ouest, d'un plateau inhospitalier dans le Sud-Ouest, du désert du Cholistan dans le Sud-Est et de plaines alluviales affectées à l'agriculture partout ailleurs.

Les climats du Pakistan sont variés. Le Baloutchistan et une partie du Sind ont des climats désertiques ou semi-arides. Le reste du pays, et là où vit la majorité de la population, connaît un climat humide avec une saison de mousson, qui s'étend de juin à septembre. Celle-ci produit de catastrophiques inondations de 2010.

La diversité de climats et de paysages induit une grande variété d’espèces animales et végétales, notamment dans le bassin de l'Indus. En 2000, 2,5 % du territoire, soit environ deux millions d'hectares, sont occupés par des forêts.

L'indice mondial des risques climatiques 2020 situe le Pakistan à la cinquième place des pays les plus touchés par le changement climatique entre 1999 et 2018, avec une augmentation des vagues de chaleur extrêmes, du taux d'humidité et des inondations. Le pays est directement affecté par la fonte des glaciers de l'Himalaya, provoquant de fortes pénuries d'eau dans une partie du pays, ainsi que de la disparition progressive des forêts riveraines. Entre 2000 et 2010, le Pakistan a perdu en moyenne 43 000 hectares de forêt chaque année[16].

Politique

Institutions politiques

Composition de l'Assemblée nationale après les élections de 2018.

Le Pakistan est une république islamique, fédérale et multipartite. Le pouvoir exécutif est détenu par le président de la République qui est le chef d'État et le Premier ministre, chef du gouvernement. Le pouvoir législatif est détenu par le Parlement et les assemblées provinciales. Dans l'équilibre des institutions déterminé par la Constitution de 1973, le régime parlementaire est moniste et le Premier ministre détient la réalité du pouvoir tandis que le chef de l’État dispose d'un rôle honorifique. Cela dit, le président a souvent obtenu le rôle prépondérant, principalement durant les régimes militaires. La réforme constitutionnelle de 2010 a redonné la réalité du pouvoir au Premier ministre.

L'Assemblée nationale et les quatre assemblées provinciales sont élues au suffrage universel direct uninominal majoritaire à un tour pour un mandat de cinq ans. Ces derniers organes forment ensuite un collège électoral avec le Sénat qui élit le président de la République pour cinq ans. Le Sénat est quant à lui élu par les membres des quatre assemblées provinciales à niveau égal. Les sénateurs ont un mandat de six ans, et sont renouvelés par moitié tous les trois ans.

Le Pakistan est dans une situation de bicamérisme égalitaire. Le Sénat représente les provinces et leur autonomie, et l'Assemblée nationale le peuple et l'unité de l'État. Le Premier ministre et son gouvernement sont responsables devant l'Assemblée nationale, et les gouvernements locaux devant leur assemblée provinciale. L'Assemblée nationale peut être dissoute par le président sur la proposition du Premier ministre. Les provinces ont un pouvoir important dans le cadre d'une organisation fédérale de l’État, notamment renforcé par la réforme de 2010, avec des compétences en matière de police générale, de santé et d'éducation notamment.

La Cour suprême est à la tête de l'ordre juridictionnel et détermine la jurisprudence constitutionnelle. Elle reçoit les litiges concernant l'interprétation de la Constitution ainsi que les appels formés contre les décisions des Hautes Cours. Depuis la réforme de 2010, ses membres sont sélectionnés par une commission judiciaire puis choisis par un comité parlementaire et formellement nommés par le président de la République.

Forces armées

(c) Tasnim News Agency, CC BY 4.0
Le sous-marin PNS Hashmat de classe Agosta.

Les forces armées du Pakistan représentent la sixième puissance militaire mondiale en termes d'effectif. Leur quartier général est situé à Rawalpindi et elles sont dirigées depuis novembre 2016 par Qamar Javed Bajwa, successeur de Raheel Sharif (2013-2016), lui-même successeur à ce poste d'Ashfaq Kayani (2007-2013).

Elles comprennent les forces terrestres, navales et aériennes. Leur effectif est de 650 000 hommes, dont 70 % sont basés dans les provinces du Pendjab et du Sind face à l'Inde à laquelle elles ont livré trois guerres et un autre affrontement majeur. Depuis 2007-2008, 140 000 soldats sont présents dans le Nord-Ouest du pays dans le cadre du conflit qui les oppose aux talibans.

En 1998, le Pakistan est devenu officiellement la septième puissance nucléaire mondiale en effectuant une série d'essais nucléaire et disposerait en 2011 de plus d'une centaine d'armes atomiques[17].

Par ailleurs, le Pakistan est membre de l'Organisation de coopération de Shanghai.

Politique envers le terrorisme

Le gouvernement pakistanais et les services secrets pakistanais (ISI) ont longtemps soutenu les talibans afghans, officiellement jusqu'aux attentats du 11 septembre 2001, date à laquelle le gouvernement a annoncé sa volonté de lutter contre l'extrémisme. L'ISI est cependant accusée d'avoir poursuivi cette aide, même si l'armée mène des opérations militaires contre les talibans pakistanais, induisant une distinction entre « bons » et « mauvais » talibans. Le pouvoir a toujours rejeté ces accusations de double-jeu, et bénéficie par ailleurs d'une aide militaire et financière de la part des États-Unis. Les tensions sont toutefois récurrentes entre les deux pays, les soupçons de complicité ayant par exemple été alimentés par la présence d'Oussama ben Laden dans le pays. De plus, l'Inde accuse le Pakistan de soutenir des groupes islamistes qui alimentent l'insurrection au Jammu-et-Cachemire, comme Jaish-e-Mohammed et Lashkar-e-Toiba.

Les attentats terroristes se sont multipliés dans le pays à partir de 2006 et sont l'œuvre de groupes islamistes proches des talibans revendiquant l'application de la charia. Les plus actifs sont le Tehrik-e-Taliban Pakistan, dont le fief se situe au Waziristan et le Tehrik-e-Nifaz-e-Shariat-e-Mohammadi qui a sévi dans le Swat. La stratégie du gouvernement a plusieurs fois changé, entre tentatives de paix et reprises des offensives. Immédiatement après le début du conflit en 2004, des accords de paix ont été signés, puis les hostilités reprennent avec l'assaut de la Mosquée rouge en 2007. Alors que l'insurrection islamiste continue de prendre de l'ampleur, des tentatives de trêve ont lieu début 2009, puis le gouvernement lance plusieurs offensives majeures. La vallée de Swat est reprise par l'armée en , avant la multiplication des opérations militaires dans les régions tribales entre 2009 et 2016, date à laquelle le conflit baisse en intensité.

Ce conflit a causé la mort d'au moins 64 000 personnes, dont 34 000 combattants islamistes et 7 000 membres des forces de sécurité. On compte aussi environ 23 000 civils tués, dont plus de 5 000 morts durant des attentats terroristes[18] et plusieurs millions de déplacés internes.

Administration et subdivisions territoriales

Voir les numéros associés dans le tableau.

Provinces et territoires

Le Pakistan moderne est une fédération qui se divise principalement en quatre parties appelées provinces (soubeh) qui recoupent sensiblement la répartition des principales aires linguistiques : le Pendjab, le Sind, le Balouchistan et Khyber Pakhtunkhwa. Cette dernière contient depuis 2018 les régions tribales qui ont fusionné avec la province.

Au même échelon, on trouve les territoires qui possèdent des régimes juridiques propres. C'est le cas du territoire fédéral d'Islamabad ainsi que de la partie du Cachemire administrée par le Pakistan, qui est subdivisée en deux territoires : l'Azad Cachemire et le Gilgit-Baltistan.

Le Pakistan est également divisé en 156 districts. À l'échelon inférieur, on trouve aussi les tehsils et les Union Councils.

NomStatutSuperficie
(km2)
Superficie
en %
Population
(rec. 2017)
Population
en %
Capitale
1BaloutchistanProvince347 1903912 344 4086Quetta
2Khyber PakhtunkhwaProvince101 7411235 525 04716Peshawar
3PendjabProvince205 34423110 012 44251Lahore
4SindProvince140 9141647 886 05122Karachi
5Territoire fédéral d'IslamabadTerritoire1 16500,12 006 5721Islamabad
6Azad CachemireTerritoire13 2971,54 045 3662Muzaffarabad
7Gilgit-BaltistanTerritoire72 49682 441 5231Gilgit

Villes du Pakistan


Administration du port de Karachi.
Karachi (SD)
Mausolée de Shah Rukn-e-Alam à Multan, dans le sud du Pendjab
Multan (PB)
Quetta de nuit
Quetta (BA)

RangVilleProvince ou territoireDistrictPopulation
(rec. 2017)

Fort de Lahore
Lahore (PB)

Peshawar Islamia College
Peshawar (KP)
L'avenue de la Constitution à Islamabad.
Islamabad (TFI)

1KarachiDrapeau du Sind SindKarachi14 910 352
2LahoreDrapeau du Pendjab PendjabLahore11 126 285
3FaisalabadDrapeau du Pendjab PendjabFaisalabad3 203 846
4RawalpindiDrapeau du Pendjab PendjabRawalpindi2 098 231
5GujranwalaDrapeau du Pendjab PendjabGujranwala2 027 001
6PeshawarDrapeau du Khyber Pakhtunkhwa Khyber PakhtunkhwaPeshawar1 970 042
7MultanDrapeau du Pendjab PendjabMultan1 871 843
8HyderabadDrapeau du Sind SindHyderabad1 732 693
9Islamabad Territoire fédéral-1 014 825
10QuettaDrapeau du Baloutchistan BaloutchistanQuetta1 001 205
Recensement de 2017[19]

Population

École dans le Khyber Pakhtunkhwa.

Démographie

Le Pakistan connaît toujours une forte croissance démographique, malgré une baisse progressive de sa fécondité. Avec 31 , le taux de natalité reste soutenu tandis que le taux d'accroissement naturel atteint 2,3 % annuellement, soit près de quatre millions de personnes supplémentaires par an. En 2017, la population du pays est estimée à 207 millions d'habitants[20]. Le taux de fécondité est de 3,6 enfants par femme en 2018[21].

Selon l'ONU, la population du pays devrait atteindre 338 millions en 2050 puis culminer à 405 millions en 2095 avant de baisser[22].

Langues

Langues majoritaires dans les districts en 1998.

L'ourdou, langue officielle du pays, est la langue maternelle de moins de 8 % de la population, surtout au sein de l'élite et parmi les habitants de Karachi. Langue appartenant au groupe indo-aryen de la famille des langues indo-européennes, elle est malgré tout parlée ou comprise par 80 % de la population. Langue administrative, elle est prépondérante dans l'éducation. L'anglais est la seconde langue administrative et est parlé par 7,5 millions de locuteurs en seconde langue (soit environ 5 % de la population). Seuls 100 000 Pakistanais ont l'anglais comme langue maternelle, et ce sont souvent des jeunes qui vivaient en Grande-Bretagne ou Amérique du Nord, qui rentrent au pays. Tous les textes administratifs sont traduits en anglais, qui est aussi un signe de distinction de l'élite ou de promotion sociale. La classe aisée parle généralement couramment cette langue, qui est aussi très présente dans les médias.

Les quatre plus importantes langues maternelles sont toutes des langues régionales, la plus importante étant le pendjabi (environ 45 % des habitants), dans le Nord du Pendjab, suivi du pachto (16 %) parlé dans le Nord-Ouest (province de Khyber Pakhtunkhwa, les régions tribales et le Nord de la province du Baloutchistan), le sindhi (14 %) dans la province du Sind et le saraiki (12 %, parfois considéré comme un dialecte du pendjabi) dans le Sud du Pendjab. Enfin, le baloutchi, le hazara et le cachemiri sont des langues régionales plus minoritaires.

Jeune fille kalash, une ethnie minoritaire.

Ethnies

Les ethnies du pays correspondent globalement au découpage linguistique. Les Pendjabis sont le groupe majoritaire (45 %) tandis que les Pachtounes et les Sindis forment chacun environ 15 % de la population. Avec 8 % des habitants, les Muhadjirs parlent principalement l'ourdou et sont surtout présents à Karachi. Le pays connaît de nombreux conflits ethniques, notamment à Karachi où les violences sont récurrentes.[23].

Santé

L'espérance de vie à la naissance était de 63 ans pour les filles et de 62 ans pour les garçons en 2006[24]. En 2003, l'espérance de vie en bonne santé à la naissance était de 54 ans pour les garçons et 52 ans pour les filles[24]. En 2006, les dépenses totales consacrées à la santé étaient de 2 % du PIB[24]. Le taux de mortalité en dessous de cinq ans était de 97 pour mille naissances en 2006[24].

Économie

Barrage de Tarbela, le plus puissant du pays.
Évolution historique du PIB réel par habitant au Pakistan, au Bangladesh et en Inde depuis 1950

Largement agricole, le pays compte une importante industrie textile et une petite industrie de l'armement. Comme ses semblables, le barrage de Tarbela sur l'Indus ne remédie que partiellement au déficit du Pakistan en énergie et ses coupures de courants sont récurrentes et fragilisent l'économie. Le pays compte surtout sur le développement de l’hydroélectricité et du charbon.

Selon l'autorité pakistanaise de la télécommunication, il y aurait en 2011 quelque 111 millions de téléphones portables au Pakistan couvrant près de 65 % de la population[25], et 31 millions de personnes disposeraient d'une connexion internet soit environ 18 % des habitants. En 2017, la moitié des foyers au Pakistan ne sont pas connectés au réseau d'électricité[26].

À cause de la crise économique du tournant des années 2010, des prix élevés du pétrole et des aliments en 2007-2008, d'une instabilité intérieure accrue et des coupures d'électricité, le Pakistan est aux prises avec un déficit commercial et budgétaire important, en plus de l'inflation et l'augmentation de la pauvreté. En raison des difficultés particulières auxquelles elles sont confrontées, les femmes forment maintenant une grande proportion de la population pauvre[27]. Le pays a dû demander l'aide du Fonds monétaire international, malgré une légère amélioration de la croissance économique à partir de 2013. En 2016, la signature du corridor économique Chine-Pakistan prévoit de nombreux investissements.

Le secteur textile représente 70 % des exportations du Pakistan mais les conditions de travail des ouvriers sont déplorables. Les petits ateliers de fabrication ne font généralement pas signer de contrats de travail, ne respectent pas le salaire minimum et emploient parfois des enfants. Les violations du droit du travail se produisent aussi chez des grands sous-traitants de marques internationales, où il arrive que des ouvriers soient frappés, insultés par leurs supérieurs ou payés au-dessous du salaire minimum. Des usines ne respectent pas les normes de sécurité, générant des accidents : en 2012, 255 ouvriers meurent dans l’incendie d’une usine de Karachi[28]. Avec 547 inspecteurs du travail au Pakistan pour superviser les 300 000 usines du pays, l’industrie textile échappe aux contrôles. Les ouvriers ne sont pas davantage protégés par des syndicats, interdits dans les zones industrielles réservées à l’exportation. Ailleurs, « les ouvriers impliqués dans la création de syndicats sont victimes de violence, d’intimidations, de menaces ou de licenciements »[28].

Transports au Pakistan

L’autoroute pakistanaise M2.

Le principal atout du réseau de transports pakistanais se situe dans la forte présence de voies ferrées, héritage de l'époque où le Pakistan était une colonie britannique. Ce réseau de voies ferrés a une longueur totale de près de 8 775 kilomètres et dessert toutes les principales villes pakistanaises. Toutefois, les trains et les chemins de fer souffrent d'un mauvais entretien, et les catastrophes ferroviaires sont fréquentes. La plus grave eut lieu le et coûta la vie à près de trois cents personnes. En 2005 et 2007, deux autres catastrophes coutèrent la vie à près de trois cents personnes[29].

Depuis le début des années 1990, le gouvernement a entrepris un programme de construction d'autoroutes, réseau qui relie désormais Lahore avec Islamabad et Rawalpindi, trois villes situées dans le Nord du pays. Certaines autoroutes sont encore en construction et d'autres sont prévues. Le but est de relier Karachi, principal port d'exportation dans le sud du pays, avec les villes peuplées et industrielles du nord du pays[30].

Société

Éducation

Alphabétisation de la population de plus de quinze ans (ISU).

En 2017, le taux d'alphabétisation est de 58,9 %, contre 44 % en 1998 et 26,2 % en 1981[31]. Il s'étend de 73 % pour les 10 à 14 ans, contre moins de 25 % pour les plus âgés, et de 68 % pour les hommes contre 49 % pour les femmes[32]. En 2009, environ 80 % des enfants ont accès à l'enseignement primaire mais seulement 44 % atteignent le niveau secondaire[33]. Environ 4,7 % des élèves entrent dans l'enseignement supérieur en 2009, contre moins de 3 % en 2004.

En 2021, le Pakistan occupait le 161e rang sur 191 pays pour ce qui est de l'indice de développement humain établi par le Programme des Nations unies pour le développement[6]. Ses indicateurs de développement sont parmi les plus bas de l'Asie du Sud et ses objectifs de développement national sont menacés. Environ 61 % des Pakistanais ont moins de vingt-quatre ans. Sans une éducation publique de qualité pour soutenir cette explosion démographique, les jeunes sont exposés au chômage et à la pauvreté[34].

Le système éducatif a beaucoup souffert dans le Nord-Ouest du pays de l’occupation talibane dans certaines zones. De nombreuses écoles ont été dynamitées, notamment dans les régions tribales et dans le district de Swat depuis 2007. Malgré la reprise de ces régions par l'armée à partir de 2009, le processus de reconstruction est très lent. Le budget consacré à l'éducation est souvent critiqué comme étant trop modeste, les principales dépenses étant tournées vers l'armée.

Place des femmes

(c) Rachel Clayton/Department for International Development, CC BY 3.0
Femmes attendant de voter à Rawalpindi, lors des élections législatives de 2013.

En raison de l'omniprésence d'une discrimination fondée sur le sexe, les femmes et les filles ont un accès difficile aux services de base et ne peuvent participer pleinement à la vie en société[34]. Selon la Commission des droits de l'homme du Pakistan (HRCP), en 2007 on a recensé 636 femmes mortes d'un crime d'honneur[35] et 675 pour les neuf premiers mois de 2011[36]. Les domestiques sont souvent l'objet de violences physique et sexuelle de la part de leurs employeurs mais n'ont à leur disposition que peu de recours légaux contre leurs employeurs en raison d'une législation inadéquate[37].

Les femmes pakistanaises obtiennent l’éligibilité et le droit de vote en 1947 sous la Pakistan Ordinance[38] et exercent concrètement ce droit lors des premières élections en 1970. On remarque toutefois que le taux de participation des femmes aux élections est plus faible que celui des hommes. Sous le régime de Muhammad Zia-ul-Haq, les conditions et les droits des femmes se dégradent très nettement. Les ordonnances Hudood en 1979 rendent difficiles les poursuites pour viol et introduisent la lapidation pour adultère, même si cette peine n'est jamais appliquée[39]. La loi de protection des femmes de 2006 revient cependant sur plusieurs de ces dispositions : le viol peut être prouvé par tout moyen, les mariages forcés sont interdits et la lapidation est remplacée par une peine de prison de cinq ans maximum[40]. En mai 2018, est adoptée une loi sur les personnes transgenres, marquant une évolution importante dans les droits et la protection de ces personnes[41],[42].

Culture

Fashion Week au Pakistan.

La région actuelle du Pakistan a fait partie de différents peuples et empires (Aryens, Perses, Ghaznavides, Seldjouks, Arabes, Rajputs, Moghols, etc.). Toutes ces influences culturelles ont laissé de nombreuses traces. Le site de Mohenjo-daro est un site important de la civilisation de la vallée de l'Indus, les restes d'une des plus grandes cités de l'âge du bronze, parmi les premières de la civilisation. Le Pakistan a un passé et une histoire culturelle très liés à l'Inde actuelle. Que ce soit la musique, le cinéma, la gastronomie, la littérature, les deux pays sont les héritiers de la même histoire commune.

Mohamed Iqbal, issu d'une famille hindoue convertie à l'islam depuis quelques siècles, poète, est le père spirituel du pays. Le grand représentant de la musique soufie pakistanaise est Nusrat Fateh Ali Khan, qui a fait connaître l'art du qawwalî dans le monde entier. Le pays étant très empreint d'islam soufi, le culte des saints (pirs) y est très répandu, cela malgré un retour de l'islam conservateur. Les pèlerinages de l'Urs sont des moments de grande dévotion mais également l'occasion de fêtes populaires, au cours desquelles il y a des concerts de musique mystique.

Le Pakistan a également un riche patrimoine architectural hérité de l'Empire moghol. Parmi les plus impressionnants, il y a la mosquée Royale, qui fut longtemps la deuxième mosquée la plus grande au monde, en brique rouge et marbre blanc avec des mosaïques incrustées, et sans doute une des plus belles mosquées au monde. Il y a également les fameux jardins de Shalimar datant de l'époque moghole, lorsque Lahore était la ville impériale. La ville de Lahore reste toujours la capitale culturelle du pays. Dans la mosquée de Wazir-Khan à Lahore, l'apprentissage de la lecture et de l'écriture passe, comme ailleurs, par les versets du Coran. L'industrie du cinéma y est développée, malgré un certain déclin ces dernières années dû à la concurrence du cinéma indien. Le théâtre connaît également un grand essor avec des auteurs contemporains comme Shamshir Haider.

Religions

Islam

La mosquée Royale de Lahore.

L'islam sunnite est la religion majoritaire du Pakistan, avec 75 % de la population tandis que 20 % des Pakistanais sont musulmans chiites. Bien que très mélangés aux sunnites, les chiites sont nombreux à Kurram, Sargodha et surtout dans le centre du Sind. Entre 1990 et 2007, les tensions entre les deux communautés ont provoqué la mort d'environ quatre mille personnes[43],[44]. Des conflits ont également lieu entre les branches sunnites deobandi et barelvi.

L'islam a un rôle proprement essentiel au Pakistan, le pays ayant été créé pour les musulmans du sous-continent indien. Bien que religion d'État depuis l'Objectives Resolution de 1949, le régime juridique est longtemps resté modérément religieux. Toutefois, le pays connait un tournant dans les années 1980 quand Muhammad Zia-ul-Haq lance une politique d'islamisation brutale. Il introduit notamment les ordonnances Hudood concernant les mœurs et la loi sur le blasphème qui prévoit notamment la peine de mort pour les personnes qui auraient dénigré Mahomet. En 2006, la loi de protection des femmes revient toutefois sur une partie de cette politique.

Hindouisme

Pèlerinage au temple hindou Hinglaj Mata en 2017.

La population hindoue compose 1,2[45] à 2 %[46] de la population selon les sources, et vivent principalement dans les régions rurales du Sind[45], surtout dans les districts de Tharparkar et Umerkot où ils sont quasiment majoritaires.

La partition des Indes en 1947 a provoqué des massacres des minorités religieuses dont l'hindouisme côté pakistanais, les victimes ayant enduré des campagnes d'extermination physique et culturelle. Plusieurs millions d'hindous ont été forcés à quitter le pays et sont devenus réfugiés[45]. Les hindous sont toujours victimes de nombreuses violences au Pakistan. Selon l'agence Fides (organe d'information du Vatican), chaque année, trois cents femmes hindoues sont converties et mariées de force à des musulmans.

Selon le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH), en moyenne 20 filles hindoues sont enlevées chaque mois au Pakistan, converties de force à l'islam, puis mariées à leur ravisseurs[47].

Christianisme

La cathédrale Saint-Patrick, à Karachi.

Près de trois millions de chrétiens vivent au Pakistan[48] et constituent généralement la deuxième minorité, à un niveau comparable avec les hindous. Ils sont approximativement pour moitié catholiques et moitié protestants.

Une partie des pakistanais chrétiens ont été convertis par des missionnaires étrangers, surtout Britanniques, entre 1757 et 1947.

La situation des chrétiens au Pakistan est de nos jours difficile. Souvent mal acceptés par la population musulmane les chrétiens pakistanais sont considérés comme des citoyens de seconde classe. Ils sont victimes de discrimination dans tous les aspects de la vie et sont condamnés le plus souvent à la pauvreté et aux métiers les plus ingrats. Ils ont très difficilement accès aux hauts postes exécutifs, administratifs et politiques.

Exclus par la majorité, ils vivent pour la plupart dans des bidonvilles sans accès à l'eau courante ni à l'électricité. De nombreux attentats les visent. La communauté chrétienne, notamment les femmes, est victime de conversions forcées.

En moyenne, chaque année plus d'un millier de jeunes filles mineures appartenant aux communautés minoritaires chrétienne, mais aussi hindoue et sikhe, sont kidnappées, converties de force à l'islam et mariés de force à des musulmans pakistanais[47] .

Selon Vatican News et le World Watch List, la crise du COVID-19 a entraîné une plus grande discrimination à l'encontre des chrétiens, l'aide n'étant fournie aux chrétiens que s'ils se convertissaient à l'islam[49].

La chrétienne Asia Bibi, condamnée à mort pour blasphème en 2010 avant d'être acquittée en 2018, attire l'attention sur le sort des chrétiens, en plus de provoquer une polémique sur la loi de 1986[50].

Autres religions

On trouve quelques autres religions très minoritaires au Pakistan. Le pays compterait quelque 50 000 sikhs[51] alors que le berceau de leur religion se situe dans le Pendjab avec des sites sacrés comme Nankana Sahib, ville de naissance de son fondateur Guru Nanak[52]. On trouve aussi entre 2 000 et 10 000 zoroastriens qui vivent essentiellement dans la ville de Karachi[53],[54]. Avec un patrimoine historique notable, le bouddhisme compterait aussi jusqu'à 16 000 adeptes qui vivent surtout dans le Cholistan, l'extrême nord-est du Pendjab, au Gilgit-Baltistan et dans le nord-est du Khyber Pakhtunkhwa[55]. Il y a aussi des animistes (les Kalashs de l'Hindou Kouch) entre 4 100 et 5 000 en 2010[56].

Bien que se réclamant de l'islam, les ahmadis sont considérés comme n'étant pas musulmans depuis un amendement constitutionnel de 1974 et sont la cible de nombreuses persécutions[57],[58]. La communauté ahmadie déclare compter deux millions de personnes[59],[60] mais seulement 160 000 personnes selon un recensement qui exige que les ahmadis soient nient leur foi, soit se déclarent comme non-musulmans[61],[62]. Le Pakistan compte aussi une communauté très réduite de Baha'is estimée autour de 30 000 personnes (en se basant sur les déclarations volontaires lors des élections)[61].

Sport

Match de cricket entre le Pakistan et l'Australie.

Les sports les plus populaires du Pakistan sont le cricket et le hockey sur gazon dans lesquels le Pakistan a remporté plusieurs titres majeurs. En plus de ces deux sports, le kabaddi et la lutte libre sont également très réputés. Le football (soccer) est en voie de développement. Depuis l'arrivée des différentes crises au pays durant le début des années 2000, l'affluence du sport a baissé, tant sur le plan sportif qu'économique.

Tel le football dans les rues brésiliennes, le cricket occupe toutes celles du Pakistan. C'est le sport le plus apprécié du pays, les fans en sont nombreux. L'équipe de cricket du Pakistan a notamment gagné la Coupe du monde 1992 et a été finaliste en 1999. Elle a encore été finaliste du ICC World Twenty20 en 2007 puis vainqueur en 2009 et demi-finaliste en 2010 et en 2011 et enfin gagné la Coupe d'Asie en 2012.

Bien que le hockey soit le sport national du Pakistan et le cricket de loin le sport le plus populaire, le squash est le sport dans lequel le Pakistan a obtenu le plus de succès. Le Pakistan a dominé le squash comme aucun autre pays au monde durant près de cinq décennies. Il a atteint son apogée dans les années 1980 et 1990 sous les règnes de Jahangir Khan et Jansher Khan. Entre 1950 et 1997, le Pakistan a accumulé plus de trente titres du British Open et quatorze titres de champion du monde.

Notes et références

  1. Article 251 de la constitution paragraphe 1 : « La langue nationale du Pakistan est l'ourdou, et des dispositions seront prises pour qu'elle soit utilisée aux fins officielles et à d'autres fins dans les quinze années qui suivent la date de la promulgation. ».
  2. Article 251 de la constitution paragraphe 2 : « Sous réserve du paragraphe 1, la langue anglaise pourra être utilisée à des fins officielles jusqu'à ce que les dispositions nécessaires aient été prises pour qu'elle soit remplacée par l'ourdou. ».
  3. (en) [1]
  4. PIB à parité de pouvoir d'achat, d'après le Fonds monétaire international (FMI).
  5. Fonds monétaire international, World Economic Outlook Database - Données pour l'année 2020.
  6. (en) Human Development Report 2021/2022 : Uncertain Times, Unsettled Lives: Shaping our Future in a Transforming World, New York, Programme des Nations unies pour le développement, , 305 p. (ISBN 978-9-2112-6451-7, lire en ligne).
  7. (en) « South Asia :: Pakistan — The World Factbook - Central Intelligence Agency », sur www.cia.gov (consulté le )
  8. 1Louis Deroy et Marianne Mulon, Dictionnaire des noms de lieux, Le Robert, (ISBN 2-85036-195-X).
  9. Emmanuel Gonon, Marches et frontières dans les Himalayas : Géopolitique des conflits de voisinage, Presses de l'Université du Québec, 378 p. (lire en ligne).
  10. Max Zins, « Le Pakistan, un État « mal né » », sur fondationrespublica.org, (consulté le ).
  11. (en) Yasmeen Niaz Mohiuddin, Pakistan : a global studies handbook, Santa Barbara, Californie, ABC-Clio, , 382 p. (ISBN 978-1-85109-801-9 et 1-85109-801-1, lire en ligne), « Muslim League and World War II ».
  12. (en) « Pakistan: History », sur thecommonwealth.org (consulté le ).
  13. Ignacio Ramonet, « La menace Pakistan », Le Monde diplomatique, .
  14. « L'ex-Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif inculpé pour corruption », RFI, .
  15. « Le Pakistan ravagé par le changement climatique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  16. « Un « tsunami » de 10 milliards d'arbres plantés au Pakistan pour lutter contre la déforestation », Futura Planète,‎ (lire en ligne)
  17. Presse Canadienne, « L’arsenal nucléaire du Pakistan : quels risques pour le monde ? », sur armees.com, (consulté le ).
  18. (en) « Fatalities in Terrorist Violence in Pakistan 2000-2019 », sur South Asia Terrorism Portal, The Institute for Conflict Management, (consulté le ).
  19. (en) POPULATION OF MAJOR CITIES CENSUS - 2017, pbscensus.gov.pk. Consulté le .
  20. (en) « Résultats préliminaires du recensement de 2017 » [PDF], sur pbscensus.gov.pk.
  21. Pakistan, programme d'Enquêtes démographiques et de santé.
  22. (en) Total Population by sex (thousands), population.un.org, Organisation des Nations unies (Department of Economic and Social Affairs Population).
  23. (en) « Iraqi refugees – leading an uncertain life », sur DAWN.COM, (consulté le )
  24. « Pakistan », sur who.int (consulté le ).
  25. (en) « Pakistan reached 111 million mobile users in October last year: Report » The Express Tribune, le .
  26. Arte TV, Inde-Pakistan, une frontière sous haute tension: À travers le Pendjab, min 10 s.
  27. « Pakistan – Agence canadienne de développement international », .
  28. Julien Bouissou, « Textile : un rapport de l’ONG Human Rights Watch dénonce les conditions de travail au Pakistan », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. « Catastrophe ferroviaire au Pakistan | euronews, monde », sur web.archive.org, (consulté le )
  30. (en) Projet de développements, Autorité nationale des routes.
  31. (en) « Mapping the global literacy challenge », sur unesco.org, (consulté le ).
  32. (en) Table 12 - Population by literacy sur pbs.gov.pk
  33. (en) « State of world population 2009 », sur unfpa.org, (consulté le ).
  34. [2].
  35. Frédéric Bobin, « Plus de 600 femmes assassinées en 2007 », Le Monde, , [lire en ligne].
  36. (en) « Jirga declares two women kari, one killed », sur The Express Tribune, .
  37. « Pakistan : une domestique meurt brûlée par ses employeurs », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. Jone Johnson Lewis, « Woman Suffrage Timeline International » (consulté le ).
  39. (en) « The Hudood Ordinances », sur Dawn.com, (consulté le ).
  40. (en) « The Protection of Women (Criminal Laws Amendment) Act, 2006 », sur na.gov.pk, (consulté le ).
  41. Benjamin Bruel, « Le Pakistan adopte une loi historique pour les droits des personnes trans », sur France 24, (consulté le ).
  42. Maëva Poulet, « Le Pakistan adopte une loi "historique" pour les personnes transgenres », sur BFM TV (consulté le ).
  43. Christophe Jaffrelot, « Le Pakistan miné par les affrontements entre sunnites et chiites : Gouvernants et puissances étrangères attisent les divisions communautaires », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne).
  44. « Affrontements meurtriers entre chiites et sunnites au Pakistan », Le Monde, , [lire en ligne].
  45. (en) Carl Skutsch, Encyclopedia of the World's Minorities, Routledge, , 1520 p. (ISBN 978-1-135-19388-1, lire en ligne), p. 553.
  46. (en) « Table: Religious Composition by Country, in Numbers », sur pewforum.org, (consulté le ).
  47. (en-GB) « Abducted, shackled and forced to marry at 12 », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. (en) Iftikhar Haider Malik, Culture and customs of Pakistan, Greenwood Publishing Group, , 220 p. (ISBN 0-313-33126-X, lire en ligne), p. 26.
  49. (en-US) « Pakistan · Serving Persecuted Christian's Worldwide », sur www.opendoors.org (consulté le )
  50. AFP, « Pakistan : peine de mort confirmée pour Asia Bibi », Le Figaro, .
  51. (en) Pak NGO to resolve issues of Sikh community sur The Times of India, .
  52. (en) Thematic Chronology of Mass Violence in Pakistan, 1947-2007, sciencespo.fr, le .
  53. Pakistan: le vieillissement de la population guette les Zoroastriens sur Le Point, le .
  54. (en) Pakistan: Information on the Zoroastrian religious sect in Karachi, including its doctrines and membership numbers sur refworld.org.
  55. (en) Meeting Pakistan’s Buddhists sur thefridaytimes.com, le .
  56. Vincent Jolly, « Les Kalash face à l'islam », Le Figaro Magazine, semaine du , p. 46-53.
  57. Commission de l'immigration et des réfugiés au Canada, « Pakistan : information sur la situation des musulmans non ahmadis qui se convertissent à l'ahmadisme ; la fréquence des conversions (2005-novembre 2009) », sur www.unhcr.org, UNHCR, (consulté le ).
  58. (en) « International Religious Freedom Report 2008 », Département d'État des États-Unis
  59. (en) Pakistan: The situation of Ahmadis, including legal status and political, education and employment rights; societal attitudes toward Ahmadis (2006 - novembre 2008), refworld.org, .
  60. (en) « 2007 Country Reports on Human Rights Practices », Département d'État des États-Unis,
  61. (en) Iftikhar A. Khan, « Number of non-Muslim voters in Pakistan shows rise of over 30pc », Dawn,
  62. (en) « 2021 Country Reports on Human Rights Practices: Pakistan », département d'État des États-Unis

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Farzana Shaikh, Making Sense of Pakistan, Hurst, 2009.
  • (en) Shahid J. Burki, Pakistan, a nation in the making, Boulder Co, Westview, 1986.
  • (en) B.M. Kaushik Mehrotra, Pakistan's military policy, New Delhi, Sopan House, 1980.
  • (en) S.M. Burke, Foreign Pakistan's policy, London, Oxford U.Press, 1973.
  • (en) Shahid J. Burki, « Twenty years of Civil Service in Pakistan », Asian Survey, vol. IX, April 1969.
  • (en) R. Kurin, « Islamization in Pakistan: a view from the country side », Asian Survey, vol. XXV, August 1985.
  • (en) Philippe Fabry, Wandering with the Indus, Yusuf Shahid (text) Lahore, Ferozsons, 1995, 152 p., (ISBN 969-0-10224-9)
  • Florence Beaugé, Pakistan. Comprendre, exporter, vivre, Mission économique d'Islamabad, Éd. Ubifrance, Paris, 2007, 324 p. (ISBN 978-2-279-41660-7).
  • Pauline Garaude, Faut-il avoir peur du Pakistan ?, Larousse, Paris, 2008, 125 p. (ISBN 978-2-03-584312-8).
  • Christophe Jaffrelot (dir.), Le Pakistan : carrefour de tensions régionales, Éd. Complexe, Bruxelles, 2002, 166 p. (ISBN 2-87027-921-3).
  • Émile Perreau-Saussine, Le Pakistan à la recherche d’un nationalisme religieux et libéral, Commentaire, été 2009, no 126, p. 353-362 [lire en ligne].
  • Patrick Moreau, Les derniers Seigneurs de l'Indus, Philippe Fabry (photographe), Vincent Halleux (photographe), Avignon, Editions A. Barthélemy, 1990, 151 p., (ISBN 2-903044-74-0)

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

Flag of the United Kingdom (3-5).svg
The flag of the United Kingdom (3:5 version). This flag is the Union Flag in the 3:5 ratio exclusively used on land. At sea, the correct ratio is 1:2.
Commonwealth Icon.svg
Auteur/Créateur: Superbenjamin, Licence: CC BY-SA 4.0
Icon to represent the Commonwealth on Wikipedia
Flag of Iran.svg
Drapeau d'Iran. Le drapeau tricolore fut introduit en 1906, mais après la révolution islamique de 1979 les mots Arabes 'Allahu akbar' ('Dieu est grand'), écrit dans l'écriture coufique du Coran et répétés 22 fois, furent ajoutés aux bandes rouges et vertes où elles joignent la bande blanche centrale.
Flag of Europe.svg
Le Drapeau européen est le symbole non seulement de l’Union européenne, mais aussi de l’unité et de l’identité de l’Europe dans un sens plus large, puisqu'il a d'abord été le drapeau du Conseil de l'Europe. Le cercle d'étoiles dorées représente la solidarité et l’harmonie entre les peuples d’Europe. Le nombre d'étoiles n’est pas lié au nombre d’États membres. Les créateurs du drapeau, Paul M.G Lévy et Arsène Heitz, voulaient représenter la couronne de 12 étoiles de la Vierge Marie de la rue du Bac à Paris. Ainsi, le drapeau reste le même, indépendamment des élargissements du Conseil de l'Europe (actuellement 46 membres) ou de l'Union européenne (actuellement 27 membres).
President Lyndon B. Johnson meets with President Ayub Khan.jpg
President Lyndon B. Johnson greets President Ayub Khan in Karachi, Pakistan
Pakistan (orthographic projection).svg
Auteur/Créateur: Atin Bhattacharya, Licence: CC BY-SA 3.0
Location of Pakistan, areas controlled by the government of Pakistan are shown in dark green.
Peshawar's Islamia College.jpg
Auteur/Créateur: NoahOmarY, Licence: CC BY-SA 4.0
Peshawar
Preperation of Hawan at Hinglaj Mata (Rani ki Mandir) During Yanglaj Yatra 2017 Photo by Aliraza Khatri.jpg
Auteur/Créateur: Aliraza Khatri, Licence: CC BY-SA 4.0
Ceci est une une image d'un monument du Pakistan identifié par le numéro
Girls in school in Khyber Pakhtunkhwa, Pakistan (7295675962).jpg
Auteur/Créateur: DFID - UK Department for International Development, Licence: CC BY-SA 2.0

The UK government is committed to getting two million more girls into school in Pakistan by 2015. UK aid has already helped more than 590,000 girls in Khyber Pakhtunkhwa stay in school over the last few years by giving them small cash stipends.

Each girl receives 200 rupees (about £1.50) a month, and a set of free textbooks each year to help them get an education.

With an average family size of up to seven or eight and a third of the population living on less than $1 a day, these small stipends and free text books can make the difference between daughters being sent to school or having to drop out.

To find out more, please visit: https://www.gov.uk/government/case-studies/helping-girls-get-an-education

Photo: Vicki Francis/Department for International Development
حشمت - رزمایش مشترک دریایی ایران و پاکستان در تنگه هرمز (1).jpg
(c) Tasnim News Agency, CC BY 4.0
حشمت - رزمایش مشترک دریایی ایران و پاکستان در تنگه هرمز
Flag of Punjab.svg
Auteur/Créateur: , Licence: CC-BY-SA-3.0
Flag of Punjab, a province of Pakistan
Sub Pakistan.png
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC-BY-SA-3.0
Ayyan - Fashion Week Pakistan 2012.jpg
Auteur/Créateur: HocusFocus Photography, Licence: CC BY 2.0
Ayyan - Fashion Week Pakistan 2012
Mountains in Swat Valley1.jpg
Auteur/Créateur: Ali Zeshan Iqbal, Licence: CC BY-SA 3.0
Swat Valley
Majority first language by district in Pakistan as of the 1998 census.png
Auteur/Créateur: Abbasi786786, Licence: CC BY-SA 4.0
This map shows the majority (> 50%) mother tongue of each district in Pakistan at the time of the 1998 census.

The templates used to make this map can be found here.

The source for the data used in the creation of this file can be found here (must be accessed through Google Earth or another application which opens .SHP files). All the data is adjusted for 2020 district borders.

The image was created with Gimp and a calculator.

---

Pakistan is a land of many languages, with estimates on just how many ranging from between 70 to 90. While Urdu is Pakistan's national language and lingua franca, and while the majority of Pakistanis speak Urdu as a second language, only 7.57% of the country's population natively spoke Urdu in 1998. The other 92.43% of the country speaks a multitude of other languages, with Punjabi, Pashto, Sindhi, and Saraiki all having more native speakers than Urdu.

In the 1998 census of Pakistan, a question was asked about the participants' first languages. There were seven possible answers to this question: Punjabi, Pashto, Sindhi, Saraiki, Urdu, Balochi/Brahui (while Balochi and Brahui are two very different languages they were lumped together due to the fact that nearly all native speakers of Brahui grow up speaking Balochi and are fluent in Balochi), and Other. This map primarily uses data from the 1998 census, except in the case of the districts where Hindko, Kohistani, and Khowar are spoken. In the census data, these languages were all cast in the "Other" category, but luckily the ranges of these three languages are well-defined, well-documented, and well-known.

With the 2017 census, a few changes were made to the list of choices given as separate languages. Hindko and Kashmiri were classified as separate languages (with their speakers being in the "Other" category earlier) and a separate category for the Brahui language was added as the Balochi/Brahui category was split up to two different categories: Balochi and Brahui.

This map uses 1998 data because district-wise language data for the 2017 census has not been made available yet (as of December 2020).

---

Footnotes:

  • Pahari-Pothwari, although considered by many to be a language in its own right, is not shown on this map because the majority of people living in the areas where Pahari-Pothwari is spoken chose Punjabi instead of "Other" when responding to the census' language question.
  • While Hindko and Saraiki are often considered dialects of Punjabi, they are differentiated on this map because the Pakistan Bureau of Statistics considers Punjabi and Saraiki separate, and speakers of Hindko overwhelmingly marked "Other" as their language in the 1998 census instead of Punjabi.
  • Despite Brahui and Balochi being two very different languages, respondents who spoke these languages were placed in the same category in the 1998 census.
  • The figures used are approximations based on census data because Hindko, Kohistani, and Khowar all were placed in the "Other" category in the 1998 census.
  • No majority means no mother tongue had a share of the population in this district higher than 50%.
  • Language data has not been been made available publicly for Azad Jammu & Kashmir and Gilgit-Baltistan for the 1998 census.
LocationWestAsia.PNG
Location of West Asia, made from Image:BlankMap-World.png.
Tomb of Shah Rukn-e-Alam View Multan.jpg
Auteur/Créateur: Junaidahmadj, Licence: CC BY-SA 3.0
Ceci est une une image d'un monument du Pakistan identifié par le numéro
M2-Motorway.jpg
Auteur/Créateur: Fazeela Jamil, Licence: CC BY-SA 4.0
Alluring veiw of Motorway M2(Lahore to islamabad).
Partition of India 1947 fr.svg
Auteur/Créateur: Travail personnel, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte de la partition des Indes (1947)
Karachi Port Trust (KPT) Head Office Building Karachi.jpg
Auteur/Créateur: Furqanlw, Licence: CC BY-SA 4.0
Ceci est une une image d'un monument du Pakistan identifié par le numéro
Map-World-South-Asia.png
Moi, En rouge, créateur de l'image, concède sa licence au DP.
Map-World-East-Asia.png

Map made from Image:BlankMap-World.png

Add Hainan (Chinese island in the south of China).
Constitution Avenue.jpg
Auteur/Créateur: Zacharie Grossen, Licence: CC BY-SA 4.0
Constitution Avenue in Islamabad from near Pir Sohawa
GDP per capita development in India, Pakistan and Bangladesh.svg
Auteur/Créateur: Max Roser, Licence: CC BY-SA 4.0
GDP per capita development in India, Pakistan and Bangladesh
OIC Logo since 2011.jpg
The OIC's new logo features a green crescent, a globe, and a representation of the Ka’aba – the cube-shaped structure in Mecca which Muslims revere as Islam’s most sacred site.
Women in Pakistan wait to vote (8735821208).jpg
(c) Rachel Clayton/Department for International Development, CC BY 3.0

These women from Rawalpindi queued for their chance to have a say in Pakistan's elections this weekend.

They join 100,000 women who have been helped to vote for the first time ever, thanks to UK aid: ow.ly/kYxkT
Tarbela DAm 4.JPG
Auteur/Créateur: Omeas Mumtaz Siddiqui, Licence: CC BY-SA 3.0
dam view
Dubai Sports City Pak vs Aussies.jpg
Auteur/Créateur: https://www.flickr.com/photos/bilalmirza, Licence: CC BY 2.0
Match between Australia and Pakistan at Dubai Sports City in 2009.
Nawaz Sharif in Iran 02 (cropped).jpg
(c) Tasnim News Agency, CC BY 4.0
Pakistani Prime Minister Nawaz Sharif during a state visit of Iran
Quetta at night 2.jpg
Auteur/Créateur: Beluchistan, Licence: CC BY-SA 2.0
Quetta, capital of Baluchistan, Pakistan, at night.
Flag of Balochistan.svg
Auteur/Créateur: Baba66, Licence: CC0
based on File:Flag of Balochistan, PK.gif, own work
Shahi Masjid Lahore.jpg
Auteur/Créateur: Rehan5811, Licence: CC BY-SA 4.0
Ceci est une une image d'un monument du Pakistan identifié par le numéro
Kalash girl 2.jpg
Auteur/Créateur: https://www.flickr.com/photos/wattsdave/, Licence: CC BY 2.0
'Kalash flower girl' (Kalash people live in the Kalash Valleys in Chitral, Khyber-Pakhtunkhwa, Pakistan)
Flag of Khyber Pakhtunkhwa.svg
(c) Pahari Sahib, CC-BY-SA-3.0

Flag of Khyber Pakhtunkhwa. Created using en:Inkscape.

Pahari Sahib 11:15, 11 May 2007 (UTC)
Assemblée nationale Pakistan 2018.png
Auteur/Créateur: Guillaume70, Licence: CC BY-SA 4.0
Composition de l'Assemblée nationale du Pakistan après les élections de 2018
Flag of Maldives.svg
Flag of Maldives. The colours used are Pantone 186 C for red and Pantone 348 C for green.
Paktopo de.jpg
Auteur/Créateur: BishkekRocks, Licence: CC-BY-SA-3.0
Topografische Karte Pakistans (deutschsprachige Version)
UIS Literacy Rate Pakistan population plus15 1980 2015.png
Auteur/Créateur: UNESCO Institute for Statistics, Licence: Attribution
Literacy Rate of Pakistan population plus 15 1980-2015 by UNESCO Institute of Statistics
Flag of Sindh.svg
Auteur/Créateur: User:Baba66, Licence: CC0
Flag of Sindh, province of Pakistan
Pakistan anthem - United States Navy Band.ogg
National anthem of Pakistan performed instrumentally by the United States Navy circa 2003.
PK Karachi asv2020-02 img40 StPatrick Cathedral.jpg
Auteur/Créateur: A.Savin, Licence: FAL
Saint Patrick's Cathedral in Karachi, Pakistan
Lahore Fort view from Baradari.jpg
Auteur/Créateur: Rohaan Bhatti, Licence: CC BY-SA 3.0
Ceci est une une image d'un monument du Pakistan identifié par le numéro
Benazir Bhutto.jpg
Auteur/Créateur: iFaqeer, Licence: CC-BY-SA-3.0
Benazir Bhutto, photographed at Chandini Restaurant, Newark, CA by iFaqeer