La Roche-sur-Yon

La Roche-sur-Yon
La Roche-sur-Yon
La place Napoléon avec la statue de Napoléon Ier et l'église Saint-Louis.
Blason de La Roche-sur-Yon
Blason
La Roche-sur-Yon
Logo
Administration
PaysDrapeau de la France France
RégionPays de la Loire
DépartementVendée
(préfecture)
ArrondissementLa Roche-sur-Yon
(chef-lieu)
IntercommunalitéLa Roche-sur-Yon-Agglomération
(siège)
Maire
Mandat
Luc Bouard (Horizons)
2020-2026
Code postal85000
Code commune85191
Démographie
GentiléYonnais
Population
municipale
55 147 hab. (2019 en augmentation de 4,58 % par rapport à 2013)
Densité628 hab./km2
Géographie
Coordonnées46° 40′ 10″ nord, 1° 25′ 07″ ouest
Altitude68 m
Min. 32 m
Max. 94 m
Superficie87,79 km2
TypeCommune urbaine
Unité urbaineLa Roche-sur-Yon
(ville isolée)
Aire d'attractionLa Roche-sur-Yon
(commune-centre)
Élections
DépartementalesCantons de La Roche-sur-Yon-1 et La Roche-sur-Yon-2
(bureau centralisateur)
LégislativesPremière circonscription

Deuxième circonscription

Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Roche-sur-Yon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Roche-sur-Yon
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
(c) Eric Gaba, Wikimedia Commons user Sting, CC BY-SA 3.0
City locator 14.svg
La Roche-sur-Yon
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
(c) Eric Gaba, Wikimedia Commons user Sting, CC BY-SA 3.0
City locator 14.svg
La Roche-sur-Yon
Liens
Site webwww.larochesuryon.fr

La Roche-sur-Yon est une commune de l'Ouest de la France, préfecture du département de la Vendée, situé dans la région des Pays de la Loire.

Arrosée par l’Yon et par ses affluents, la Riaillée et l'Ornay (et son tributaire la Soivre), La Roche-sur-Yon doit sa physionomie actuelle à Napoléon Ier, qui fait d'un petit bourg une cité moderne, basée sur un plan régulier en forme de pentagone et dotée d'édifices publics imposants (préfecture, hôtel de ville, théâtre, tribunal, lycée, église Saint-Louis, etc.) répartis autour d'une vaste esplanade centrale (place Napoléon). La ville est fondée par décret impérial le (elle est promue à cette même date préfecture de la Vendée en remplacement de Fontenay-le-Comte).

Ville napoléonienne mais conçue par des ingénieurs des Ponts-et-chaussées, son nom même est source de querelles au gré des changements politiques qui agitent le XIXe siècle : elle est débaptisée et rebaptisée à huit reprises : La Roche-sur-Yon, Napoléon (sous le Premier Empire, les Cent-Jours et la Deuxième République), Bourbon-Vendée (sous la Restauration), Napoléon-Vendée (sous le Second Empire). Elle reprend son nom d'origine en 1870[1].

Elle est le principal centre urbain du département, au cœur de l'ancien Bas-Poitou, un centre économique aux fonctions multiples (secteurs secondaires et tertiaires essentiellement), mais aussi un pôle universitaire fort de 8 000 étudiants. La Roche-sur-Yon est la commune la plus peuplée du département, comptant 55 147 habitants, et son aire urbaine atteignant 120 175 habitants (population légale 2016[2]). La ville occupe la 5e position au niveau régional, son aire urbaine occupe également la 5e position. Ce qui fait d'elle la ville et l'agglomération la plus peuplée de Vendée.

Géographie

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Mairie-cliquez sur l'image
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique

Le territoire municipal de La Roche-sur-Yon s’étend sur 8 779 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 68 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 32 et 94 mètres[3],[4]

Localisation

La Roche-sur-Yon se situe au cœur du bocage vendéen, dans la vallée de l'Yon, affluent du Lay. La ville est construite sur une roche granitique qui surplombe la vallée de l'Yon et donne à la ville une position stratégique. La ville se situe au centre du département. Napoléon Bonaparte a d'ailleurs choisi La Roche-sur-Yon comme préfecture pour sa position centrée et stratégique au cœur d'un département qui devait être pacifié après la guerre de Vendée.

Rose des ventsChallans 43 km
Saint-Hilaire-de-Riez 47 km
Saint-Jean-de-Monts 60 km
Saint-Nazaire 117 km
Nantes 70 kmLes Herbiers 50 km
Angers 130 km
Paris 420 km
Rose des vents
NParthenay 103 km
Poitiers 165 km
O    La Roche-sur-Yon    E
S
Les Sables-d'Olonne 35 kmLa Rochelle76 km
Bordeaux 275 km
Luçon 33 km
Fontenay-le-Comte 60 km
Niort 91 km

Communes limitrophes

Communes limitrophes de La Roche-sur-Yon
Mouilleron-le-CaptifDompierre-sur-YonLa Ferrière
VenansaultLa Roche-sur-YonLa Chaize-le-Vicomte
Aubigny-Les ClouzeauxNesmyRives-de-l'Yon

Climat

Le tableau suivant compare le climat à La Roche-sur-Yon (moyenne 2001-2008) avec la moyenne nationale et quelques villes symboliques

VilleEnsoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Médiane nationale1 852835162550
La Roche-sur-Yon1 85288151356
Paris1 66263712178
Nice2 7247331271
Strasbourg1 693665262851
Brest1 5301 21071276
Bordeaux2 03594433169

La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1984 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[5]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records LA ROCHE SUR YON (85) - alt : 90 m 46° 42′ 18″ N, 1° 22′ 54″ O
Statistiques établies sur la période 1984-2010 - Records établis sur la période du 01-08-1984 au 18-07-2022
Moisjan.fév.marsavrilmaijuinjui.aoûtsep.oct.nov.déc.année
Température minimale moyenne (°C)2,62,64,35,89,41213,813,711,39,45,43,17,8
Température moyenne (°C)5,56,28,510,414,217,219,119,216,513,48,7612,1
Température maximale moyenne (°C)8,49,812,714,919,122,424,524,721,817,3128,916,4
Record de froid (°C)
date du record
−14,9
16.01.85
−15,4
10.02.86
−10,3
01.03.05
−4,1
04.04.96
−0,4
01.05.16
2,8
01.06.06
7,2
08.07.96
5,1
31.08.86
2,5
26.09.10
−4,5
30.10.97
−7,1
22.11.88
−9,5
30.12.96
−15,4
1986
Record de chaleur (°C)
date du record
15,9
26.01.08
21,6
27.02.19
24,1
19.03.05
28,1
30.04.05
31,9
26.05.17
38,8
27.06.19
41,5
18.07.22
38,7
09.08.03
34,2
07.09.21
29,9
02.10.11
21,1
01.11.15
18,7
07.12.00
41,5
2022
Ensoleillement (h)72,4102,8145,4171,1198,8230,6232,3229,7194,2124,181,269,41 852
Précipitations (mm)96,870,96570,758,242,651,244,570,6104,1108,697,5880,7
Nombre de jours avec neige1,41,80,60,10000000,20,84,9
Nombre de jours avec grêle0,50,40,50,50,10,100,1000,102,5
Nombre de jours d'orage0,40,40,30,91,622,12,21,21,20,60,413,1
Nombre de jours avec brouillard75,44,33,93,42,42,43,34,65,26,48,256,4
Source : « Fiche 85191003 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Les records de température maximale et minimale sur La Roche-sur-Yon sont respectivement de 41,5 °C le et de −15,4 °C le . Des vents à 140 km/h ont été enregistrés le et 64,8 mm de précipitations sont tombés dans la seule journée du . La Roche-sur-Yon connaît 143 jours avec faible ensoleillement et 57 jours avec fort ensoleillement.

Cadre géologique

La ceinture de leucogranites de la virgation ibéro-armoricaine.
La Roche-sur-Yon fait partie de la ceinture de leucogranites de l'ouest de la France.

La Roche-sur-Yon est située dans le domaine sud armoricain (plus précisément le domaine ouest-vendéen) marqué par la phase orogénique bretonne de l'orogenèse varisque, au début du Carbonifère inférieur, ou Tournaisien, il y a environ 360 Ma. La collision continentale au cours de l'orogenèse varisque proprement dite se traduit dans le Massif armoricain par un métamorphisme général de basse-moyenne pression, formant les gneiss et micaschistes, par des phases de cisaillement et par une anatexie générant migmatites et granites. Elle se traduit enfin, par la mise en place de nombreux leucogranites (à deux micas muscovite et biotite) intrusifs à travers les schistes cristallins, concomitamment aux cisaillements et à ce métamorphisme. La Roche-sur-Yon fait ainsi partie d'une grande ceinture de leucogranites au sud du Massif armoricain. Cette ceinture correspond à un immense batholite mis en place dans des roches métamorphiques, seuls quelques plutons atteignant le Paléozoïque épimétamorphique. Ce batholite est subdivisé en plusieurs bandes (« rubans ») qui montrent une nette divergence vers l'Est[6] : un axe majeur (Pointe du Raz - Nantes - Parthenay - Millevaches) à convexité nord-est (orienté N 110-130 °E) associé au cisaillement sud-armoricain avec le cisaillement sud-armoricain (décrochement dextre selon une orientation cadomienne dont le rejet horizontal atteindrait 500 km[7]) ; au nord de cet axe, la bande Locronan-Lizio correspondant à plusieurs rubans orientés N 60 à 100°E (chapelet d'apophyses Bignan, Guéhenno, Savenay, etc.) ; au sud de cet axe, une échine discontinue de moles syntectoniques (massifs de Trégunc, Pont-l'Abbé, Port-Louis-Ploemeur, Glénan-Quiberon-Houat-Hoedic-Guérande-Le Croisic, Saint-Brévin, Noirmoutier-La Roche-sur-Yon allongés en direction sud-armoricaine dont le parallélisme avec le cisaillement sud-armoricaine incite à penser à l'influence indirecte d'une contrainte linéamentaire)[8].

La présence des granites dans le territoire yonnais se reconnaît souvent dans les sous-bois, dans les prés et dans les carrières, à de gros blocs arrondis à texture grenue (tors, arènes, chaos, coulées appelés « chirons[9] » en Vendée), et dans les lits de rivière aux marmites du diable. Les gneiss et micaschistes forment de longues bandes orientées du nord-ouest au sud-est[10].

Urbanisme

Typologie

La Roche-sur-Yon est une commune urbaine car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[11],[12],[13]. Elle appartient à l'unité urbaine de La Roche-sur-Yon, une unité urbaine monocommunale[14] de 55 147 habitants en 2019, constituant une ville isolée[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de La Roche-sur-Yon, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[17],[18].

Occupation des sols

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (67,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (76,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (27,7 %), terres arables (20,1 %), prairies (19,7 %), zones urbanisées (16,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (10,4 %), forêts (3 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,6 %), eaux continentales[Note 3] (0,8 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Voies de communication et transports

Voies routières

Le réseau routier vendéen est organisé en étoile autour de la Roche-sur-Yon. La ville est donc au croisement de plusieurs routes départementales telles que :

La Roche-sur-Yon est également desservie par une autoroute :

  • La A 87 (Angers ↔ La Roche-sur-Yon) : Sortie 30 La Roche-sur-Yon Est

L'autoroute française A 87 est une autoroute des Pays de la Loire, gérée par les Autoroutes du Sud de la France qui relie Angers et la Roche-sur-Yon via Cholet. Cette autoroute est raccordée à l'A 11, permettant de relier directement Paris à la Vendée ce qui présente un avantage pour le tourisme et le dynamisme économique de ce département.

Radio Trafic FM (107.7FM) émet sur l'A 87 secteur ASF. L'A 87 fait partie du réseau ASF de la zone OUEST.

En 2008, cette autoroute a été prolongée par ASF de 16 km afin de servir de contournement Sud à la ville[21]. Trois échangeurs ont alors été ajoutés :

Sortie 32 La Roche-sur-Yon Sud, l'échangeur Sortie 31 La Roche-sur-Yon Centre et Sortie 33 La Roche-sur-Yon Ouest. Le contournement sud est une section de l'A 87, longue de 16 km, ouverte à la circulation le . Elle est gratuite pour les usagers qui l'empruntent et la vitesse y est limitée à 130 km/h.

Comme le contournement nord, cette rocade s’étend de l'échangeur de la Landette à l'ouest à l'échangeur de Château-Fromage à l'est.

  • Sortie 30 La Roche-sur-Yon-Est : La Chaize-le-Vicomte
  • Sortie 31 La Roche-sur-Yon-Centre : Luçon, La Rochelle, Le Bourg-sous-la-Roche, Saint-Florent-des-Bois
  • Sortie 32 La Roche-sur-Yon-Sud : La Tranche-sur-Mer, Aubigny
  • Sortie 33 La Roche-sur-Yon-Ouest : Les Clouzeaux, Saint-André-d'Ornay

Transports ferroviaires

Le chemin de fer arrive à la Roche-sur-Yon le avec l'ouverture de la ligne entre Nantes et la Roche-sur-Yon par la Compagnie d'Orléans. D'autres lignes sont ensuite ouvertes à destination des Sables-d'Olonne, de la Rochelle (, Compagnie des Charentes) et de Bordeaux. Ces lignes sont incorporées dans le réseau de l'État en 1878.

Actuellement, la Roche-sur-Yon est reliée par voies ferrées aux villes des Sables-d'Olonne, de Nantes, de la Rochelle et de Bressuire.

La voie ferrée reliant Nantes aux Sables-d'Olonne via la Roche-sur-Yon a été électrifiée par la SNCF et RFF[22]. Ces travaux ainsi que ceux de rénovation de la gare de la Roche-sur-Yon[23] ont permis l'arrivée du TGV fin 2008.

Transports en commun

Logo du réseau Impulsyon.

Depuis le , le réseau STY a été rebaptisé Impulsyon.

Les principales nouveautés de ce réseau :

  • Desserte des 15 communes de La Roche-sur-Yon-Agglomération et non plus de la seule commune de La Roche-sur-Yon ;
  • Desserte du nouveau quartier de La Roche-sur-Yon ;
  • Amélioration de la desserte de la gare SNCF (2 lignes y passent (3 et 6) au lieu de la ligne F qui y avait son terminus) ;
  • Une tarification simplifiée ;
  • Il n'y a cependant aucun transport d'organisé les dimanches et jours fériés.

La Compagnie des transports du Yonnais (CTY), filiale de Ratp Développement, est l'exploitant de l'ancien réseau STY depuis le en remplacement de Keolis La Roche-sur-Yon (anciennement nommé Société des transports yonnais). Le nom STY a été conservé comme marque commerciale de janvier à , avant d'être remplacé par « Impulsyon ».

Le réseau Impulsyon se compose de 9 lignes, 7 lignes régulières et 2 lignes scolaires. Le réseau se compose aussi d'un service sur réservation, d'un service de TPMR et de location de vélos.

Impulsyon est partenaire du service d'information multimodal Destineo, service mis en place par la région Pays de la Loire et cofinancé par l'Union européenne.

L'autorité organisatrice des transports est La Roche-sur-Yon-Agglomération.

Historique
  • 1976 : Le réseau de transports urbains de la Roche-sur-Yon est créé. Il comprend alors 3 lignes et emploie 33 personnes.
  • 1977 : Le réseau est étendu avec la création de 3 nouvelles lignes.
  • 1986 : Réorganisation du réseau lors de son 10e anniversaire.
  • 1990 : Ouverture d'une septième ligne (ligne G).
  • 1991 : La STY devient une filiale de Via-Transport.
  • 1996 : Ouverture d'une huitième ligne (ligne H).
  • 2004 : Les lignes A, B, C, D, F et G sont certifiées par l'AFNOR (NF 281, NF 286).
  • 2005 : Ouverture d'une neuvième ligne (ligne J).
  •  : La ville de la Roche-sur-Yon choisit Ratp Développement pour gérer le réseau de la STY via la Compagnie des transports du Yonnais, en remplacement de Kéolis.
  •  : Un réseau réorganisé et étendu a été lancé le sous le nom commercial impulsyon [3].
  • En 2021 le réseau de transport de La Roche-sur-Yon Agglomération, Impulsyon était l'un des premiers en France à se doter d'un bus à hydrogène Vert.
Le réseau

Le réseau est maintenant composé de :

  • 6 lignes régulières numérotées de 1 à 7 desservant La Roche-sur-Yon,
  • Les lignes 1 et 2, qui sont parmi les lignes principales, sont cadencées,
  • 10 lignes dédiées pour relier La Roche-sur-Yon à des communes limitrophes, Aubigny (ligne A), Venansault (ligne B), Les Clouzeaux (ligne C), La Ferrière (ligne F), Dompierre-sur-Yon (ligne D), Landeronde (ligne L), Mouilleron-le-Captif (ligne M), Nesmy et Chaillé-sous-les-Ormeaux (ligne N), Rives de L'Yon (ligne R) et la Chaize-le-Vicomte (ligne V);
  • 3 lignes scolaires, les lignes E, H et S qui conservent leur ancien tracé de ligne,
  • 3 dessertes scolaires renforçant la desserte de certains établissements scolaires.
  • Un service de soirée, nommé « Noctilyon », le vendredi et samedi de 21 h 30 à 0 h 30.
  • Un service de transport de personnes à mobilité réduite nommé « HandiYon ».
  • Un service de location de vélos nommé « Vélyon ».

Transports aériens

Photographie de la tour de contrôle de l'aérodrome des Ajoncs
Tour de contrôle de l'aérodrome des Ajoncs.

La Roche-sur-Yon possède un petit aéroport civil, l'aéroport des Ajoncs ou René Couzinet, situé à environ 6 kilomètres au nord-est de la ville. On y accède par la route départementale 160 (ex-RN 160). Cet aéroport comporte deux pistes dont une en bitume.

Caractéristiques
  • Piste 1 : 10/28 - 1 540 mètres sur 30 m (bitume)
  • Piste 2 : 10L/28R - 900 mètres sur 80 m (herbe)
Données
Année2001200220032004200520062007
Mouvements15 50418 88118 16818 24620 29321 96424 257

Toponymie

Le toponyme La Roche-sur-Yon a pour origine la situation de la ville construite sur un roc et déterminée par la rivière Yon qui la traverse. Elle est ainsi dénommée Rocha super Oionis fluvium, Rocha super Oium et Roca super Yon au XIe siècle, apud Rocam Castrum (référence à un castrum élevé sur le rocher) en 1128[24].

Cas unique en Europe, La Roche-sur-Yon a changé huit fois de nom en moins de 70 ans[25] :

Ses habitants sont appelés les Yonnais[27].

Histoire

Plusieurs découvertes archéologiques prouvent que le sol yonnais fut occupé dès la préhistoire (hache préhistorique à deux tranchants, outils en silex, éventuellement un dolmen…). Des pièces et des objets antiques ont été retrouvés de même que des fondations d'enclos gaulois en bordure de l'Yon[28]. Le bourg est durant le haut Moyen Âge sous la dépendance juridique de l'importante viguerie régionale de Talmont. Au XIe siècle, Guillaume le Grand, comte de Poitiers et duc d'Aquitaine, entreprend de réorganiser la défense du Bas-Poitou, choisissant comme principal point d'appui le site de Talmont et comme base arrière La Roche-sur-Yon, deux forteresses qu'il confie à son fidèle Guillaume le Chauve[29].

Dessin représentant une vue aérienne de la ville de la Roche-sur-Yon telle qu'elle pouvait être vers le XIVe siècle, avec son château fort et le bourg fortifié.
Représentation d'une vue aérienne de la ville de la Roche-sur-Yon telle qu'elle pouvait être vers le XIVe siècle, avec son château fort et le bourg fortifié.

Au nord de La-Roche-sur-Yon, au village de Moulin-Neuf, découverte en 1907 d'un souterrain-refuge à caractères défensifs, occupé en début de Moyen Âge.

En 1296, le bourg, la seigneurie et le château, construit à un endroit stratégique de la vallée de l'Yon, sont cédés par le roi Philippe le Bel à Charles de Valois. Au gré des investitures, des héritages et des ventes, le château passe de mains en mains. Il appartient à la maison de Beauvau au XVe siècle avant de passer à celle des Bourbon en 1454 lors du mariage d'Isabelle de Beauvau, dame de La Roche-sur-Yon, avec Jean VIII de Bourbon, comte de Vendôme. Au XVIe siècle, La Roche-sur-Yon devient une principauté aux mains des Bourbon-Montpensier, puis des ducs d'Orléans[30].

Le château de la ville est assiégé et repris aux Anglais par Olivier de Clisson lors de la guerre de Cent Ans. Il est en partie détruit lors des guerres de religion qui secouent le Poitou, et finalement incendié au cours des guerres de Vendée. En 1793, le Nord de la Vendée se révolte en effet contre la République. La Roche-sur-Yon reste républicaine, mais le les insurgés vendéens prennent la ville. Après les guerres de Vendée et le passage des colonnes infernales, la ville n'était plus qu'un petit bourg en grande partie détruit.

La ville de Napoléon

La Roche-sur-Yon, gravure de Thomas Drake, vers 1850.

Le décret impérial du (5 prairial an XII) pris par Napoléon Bonaparte alors premier consul de la République, prévoit le transfert de la préfecture de la Vendée de Fontenay-le-Comte, ancienne capitale du Bas-Poitou, à la Roche-sur-Yon. Ce décret qui fonde une cité administrative et militaire s'inscrit dans le cadre des mesures de pacification des départements de l'Ouest de la France à l'issue de la Révolution, et dans celui plus vaste de la réorganisation territoriale de l'Empire[31]. Le choix de La Roche-sur-Yon s'explique par la position de la ville au centre géographique du département. Déjà traversée par la route de Saumur - Les Sables-d'Olonne, elle est suffisamment éloignée du littoral pour ne pas être atteinte par une invasion étrangère en moins d'une journée de marche. De plus, elle est traversée par la rivière l'Yon susceptible d'être canalisée jusqu'à la mer[32]. Naît alors une ville nouvelle dessinée par les ingénieurs Cormier et Valot, dont la singularité première réside en son tracé géométrique en forme de pentagone, son maillage en forme de grille (ou damier) et sa division en quatre quartiers organisés autour d'une grande place centrale.

Le , lors de sa première et seule visite, Napoléon, devenu empereur des Français, fait part de sa colère de voir les travaux de construction de « sa » ville si peu avancés, il dira : « J'ai répandu l'or à pleines mains pour édifier des palais, vous avez construit une ville de boue » (allusion faite à la technique de construction, le pisé), en effet, Emmanuel Crétet, son ministre de l'intérieur et directeur des Ponts et Chaussées, avait décidé sans son avis de faire reconstruire la ville par François Cointeraux, premier spécialiste du pisé[33].

Certains travaux seront finis après la chute du Premier Empire, comme l'église Saint-Louis, commandée en 1804 et terminée en 1859.

Le chemin de fer atteint la ville le .
On en voit ici la verrière de la gare, dans les années 1910.

La ville s'est développée progressivement, jusqu'à atteindre les limites du territoire de la commune.

Élections municipales de 1977

À La Roche-sur-Yon, où il n’y a pas de section du Mouvement des radicaux de gauche (MRG), les sections du Parti communiste français (PCF) et du Parti socialiste (PS) ont dès 1975 manifesté publiquement leur volonté de mettre en place une liste commune de la gauche pour les élections municipales. Un groupement de militants socialistes autogestionnaires dont fait partie le Parti socialiste unifié (PSU) participe aussi à cette liste commune. Menée par Jacques Auxiette, la liste est composée de 17 candidats présentés par la section du PS, de 10 candidats présentés par la section du PCF, et de 6 candidats présentés par les militants socialistes autogestionnaires et le PSU[34]. La liste dirigée par le maire en place depuis , Paul Caillaud, qui regroupe la Fédération nationale des républicains et indépendants (FNRI), le Rassemblement pour la République (RPR) et le centre des démocrates sociaux (CDS) est défaite dès le premier tour face à la liste de la Gauche unie, menée par Jacques Auxiette, qui obtient 51,93 % des voix[35]. Pour la première fois depuis les débuts de la Ve République, la municipalité de La Roche-sur-Yon est détenue par la gauche, alors que la droite reste majoritaire à l’échelle du département de la Vendée.

Bicentenaire

La ville a fêté tout au long de l'année 2004 le bicentenaire de sa fondation par Napoléon Bonaparte.

Outre les nombreuses manifestations organisées à cette occasion, ont été commandées plusieurs œuvres pour laisser une trace significative de cet événement : une tapisserie monumentale réalisée par Jacques Brachet, une sculpture de Jean-Pierre Viot, et une médaille créée par Thérèse Dufresne.

Une Fédération des cités napoléoniennes d'Europe a été constituée, parmi lesquelles Ajaccio, Iéna, Pontivy, Pułtusk, Waterloo et La Roche-sur-Yon, qui en est cofondatrice[36].

Politique et administration

Rattachements administratifs et électoraux

Rattachements administratifs

La ville est le chef-lieu l'arrondissement de La Roche-sur-Yon et du département de la Vendée.

Elle était le chef-lieu de l'unique canton de la Roche-sur-Yon de 1793 à 1973, année à celui-ci est scindé pour former les cantons de (La Roche-sur-Yon-Nord-Nord et La Roche-sur-Yon-Nord-Sud), ce qui s'est traduit par le fractionnement de la commune en parties[37],[38]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux
Les fractions communales de La Roche-sur-Yon depuis 2015.

Pour les élections départementales, la commune est depuis 2014 est le bureau centralisateur de deux cantons répartis comme représenté sur le schéma à droire :

  • le canton de la Roche-sur-Yon-1, formé de la partie nord de La Roche-sur-Yon et des communes de Dompierre-sur-Yon, de Mouilleron-le-Captif, de Landeronde et de Venansault ;
  • le canton de la Roche-sur-Yon-2, formé de la partie sud de La Roche-sur-Yon et des communes d'Aubigny, de La Chaize-le-Vicomte, des Clouzeaux et de Nesmy.

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de la Vendée .

Intercommunalité

La Roche-sur-Yon était le siège de la communauté de communes du Pays-Yonnais, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1994.

Cette intercommunalité se transforme le en communauté d'agglomération sous le nom de La Roche-sur-Yon-Agglomération ou « La Roche-Agglo », dont la ville est demeurée le siège.

La Roche-sur-Yon-Agglomération est la structure intercommunale la plus peuplée de Vendée avec 97 028 habitants (recensement de 2018).

Tendances politiques et résultats

Le maire de la Roche-sur-Yon est Luc Bouard depuis le , à la suite de sa victoire aux élections municipales de 2014 face à l'ancien maire Pierre Regnault. C'est la 1re fois depuis 1977 que la droite obtient la mairie de La Roche-sur-Yon.

Lors du second tour des élections municipales de 2020 dans la Vendée, la liste menée par le maire sortant Luc Bouard — qui se définit comme centre droit non encarté — remporte la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 52,28 % des voix, devançant celle d'union de la gauche menée par le socialiste Stéphane Ibarra, qui a obtenu 47,72 %, lors d'un scrutin marqué par une abstention s'élevant à 59,21 %[39],[40].

Liste des maires

Jacques Auxiette, maire de la Roche-sur-Yon de 1977 à 2004.
Luc Bouard, maire depuis 2014.
Liste des maires successifs depuis 1945
PériodeIdentitéÉtiquetteQualité
mai 1945mai 1953Léonce GluardSFIOContrôleur principal des contributions indirectes
Officier des Palmes académiques, chevalier de la Légion d’honneur
mai 1953mai 1955Léon TaponRad.Brasseur
mai 1955juin 1955Léon GiraudeauGauche 
juin 1955mars 1959Camille SimonRad. 
mars 1959novembre 1961André Boutelier[41]DroiteMédecin
Décédé en fonctions
décembre 1961mars 1977Paul Caillaud[42]RI puis UDFPharmacien
Député de la Vendée (1re) (1967 → 1981)
mars 1977avril 2004Jacques Auxiette[43]PSProfesseur de mathématiques
Conseiller régional des Pays de la Loire (1979 → 1983 puis 1986 → 2015)
Président du conseil régional des Pays de la Loire (2004 → 2015)
Conseiller général de La-Roche-sur-Yon-Nord (1979 → 1985)
Démissionnaire
avril 2004avril 2014Pierre Regnault[44]PS[45]Ingénieur en techniques de promotion sociale, cadre agricole retraité
Conseiller général de La Roche-sur-Yon-Nord (1998 → 2015)
Président de La Roche-sur-Yon-Agglomération (2010 → 2014)
avril 2014[46]En cours
(au 3 juillet 2020)
Luc Bouard[39]UMPLR
puis DVD[47]
puis Horizons
Exploitant agricole et syndicaliste agricole puis agent général d'assurances
Président de La Roche-sur-Yon-Agglomération (2014 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[48]

Politique de développement durable

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2010[49].

En Juillet 2019 le conseil d'agglomération valide le projet de plan climat qui vise à planifier la politique énergétique et climatique de l'agglomération sur une durée de 6 ans.

Le jeudi 9 décembre 2021, la première station à hydrogène vert de Vendée est inaugurée sur l'ancien site Michelin, la première de cette envergure en France[50].

Patrimoine végétal

La Roche-sur-Yon peut jouir d'un riche patrimoine végétal, avec 11 sites naturels, 7 vallées et une multitudes de parcs et jardins plus ou moins atypiques. La mairie, l'IUT de La Roche-sur-Yon et la LPO ont pris l'initiative de rendre disponible l'intégralité des données sur le patrimoine végétal yonnais sur un site internet consacré à la biodiversité[51].

Plan d'eau de Moulin Papon

Le 17 juin 2017, la ville La Roche-sur-Yon inaugurait au square Jean Moulin, quartier des Forges, le premier arbre à tétines de France[52].

Distinctions et labels

Depuis 2017, La Roche-sur-Yon est récompensée de quatre fleurs au Concours des Villes et Villages Fleuris[53], et a notamment été distinguée par le « prix régional de l'arbre » des Pays de La Loire en 2010[54]. En avril 2021, elle obtient le trophée "Fleur d'Or" des Villes et Villages Fleuries[55]. La ville de La Roche-sur-Yon a aussi été saluée par la Fédération des villes de France pour avoir été précurseur dans la mise en place d'une gestion différenciée des espaces verts afin de réduire les pesticides.

En novembre 2021, la ville de La Roche-sur-Yon remporte le concours "Capitale française de la biodiversité", ce concours valorise les meilleures actions réalisées par les communes et intercommunalités françaises en faveur de la biodiversité[56].

Jumelages et pactes d'amitiés

Jumelages

Pactes d'amitiés

  • Drapeau de la République populaire de Chine Zibo (Chine) depuis 1991
  • Drapeau de la Grèce Afántou (Grèce) depuis 1994

Projets de développement locaux

Depuis octobre 1994, la ville de La Roche-sur-Yon fait partie du réseau REVE (RÉseau Villes Européennes)[57].

Équipements et services publics

Enseignement

Enseignement supérieur

Logo de l'institut universitaire de technologie de La Roche-sur-Yon

La Roche-sur-Yon est le siège de plusieurs établissements d’enseignement supérieur :

  • L'université de Nantes sur le campus de La Roche-sur-Yon (quartier de La Courtaisière au nord de La Roche-sur-Yon) est composée :
  1. l'IUT de La Roche-sur-Yon institut universitaire de technologie avec ses 4 départements : Génie Biologique, Réseaux et télécommunications, Information et communication et Gestion des Entreprises et des Administrations
  2. La Faculté de droit et des sciences politiques
  3. La Faculté de langues et cultures étrangères
  4. L'Inspé - (formation de professeur des écoles)
  5. Polytech Nantes, école d'ingénieur ;
  • L’Institut catholique de Vendée (ICES) qui s’articule autour de quatre facultés d’enseignement universitaire : Droit et économie-gestion, Science politique et histoire, Lettres et langues, et Sciences. Les formations proposées dans ces facultés (licence, double-licence et master) permettent d’obtenir les diplômes universitaires d’État dans le cadre de la réforme LMD.
  • L’École de gestion et de commerce (EGC) ;
  • L’Institut de formation aux professionnels de santé (IFPS), qui est une école d’infirmières, d’aides soignantes, et d’ambulanciers (depuis 2010) ;
  • L’Institut catholique d’arts et métiers (Icam), qui est une école d’apprentissage (anciennement IST), et une école d’ingénieurs ;
  • Supsocial, école d’assistants de service social, d’éducateurs spécialisés et propose aussi une préparation aux concours d’entrée.

Santé

La Roche-sur-Yon dispose de 3 établissements de santé :

  • Le Centre Hospitalier Départemental, situé aux Oudairies[58].
  • La clinique privée Saint Charles, située dans le quartier du Bourg Sous La Roche[59]
  • Le Centre Hospitalier Georges Mazurelle (établisement public de santé mentale), situé dans le quartier de la Vallée Verte, au sud de la ville.

Population et société

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[60],[Note 4]

En 2019, la commune comptait 55 147 habitants[Note 5], en augmentation de 4,58 % par rapport à 2013 (Vendée : +4,57 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
180018061821183118361841184618511856
1 0158572 7923 9045 2575 1646 9097 4988 178
186118661872187618811886189118961901
8 2988 7108 8419 75510 63411 77312 21512 71013 629
190619111921192619311936194619541962
13 68514 88513 62914 53815 24716 07318 10719 57624 019
196819751982199019992006201120162019
36 06744 71345 09845 21949 26250 71752 77353 74155 147
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[38] puis Insee à partir de 2006[61].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 1964, la commune absorbe Saint-André-d'Ornay et le Bourg-sous-la-Roche.

La nouvelle ville que Napoléon Bonaparte avait créée en et choisie pour accueillir 15 000 habitants se développa très lentement au XIXe siècle. Ceci est probablement dû au fait que la ville était artificielle et qu'elle n'avait aucun facteur d'attrait. L'arrivée du chemin de fer sous le Second Empire, en 1866, permit une croissance plus rapide. En effet, la ville se trouve au croisement des voies Paris - Les Sables-d'Olonne et Nantes - Bordeaux.

Ce n'est qu'au début de la Troisième République (1870) que la ville dépassa les 10 000 habitants. La croissance démographique devint forte à la fin du XXe siècle, surtout après la fusion avec Saint-André-d'Ornay et le Bourg-sous-la-Roche en 1964, deux communes rurales qui apportèrent de l'espace à la ville pour son développement. Dans les années 1980, la population stagna autour de 45 000 habitants, mais depuis 1990, la population croît à nouveau fortement. En effet, La Roche-sur-Yon a enregistré une augmentation de 9 % de sa population entre 1990 et 1999, ce qui fait de cette ville la seconde des Pays de la Loire en matière de croissance démographique, juste après Nantes. La Roche-sur-Yon compte 89 000 habitants dans l'agglomération et 118 000 habitants dans l'aire urbaine.

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,7 %, soit au dessus de la moyenne départementale (31,6 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26.8% la même année, alors qu'il est de 31,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 25 660 hommes pour 29 106 femmes, soit un taux de 53,15 % de femmes, supérieur au taux départemental (51,16 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit :

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[62]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,7 
7,3 
75-89 ans
10,0 
15,5 
60-74 ans
18,2 
19,3 
45-59 ans
19,5 
16,9 
30-44 ans
15,4 
23,2 
15-29 ans
20,9 
17,2 
0-14 ans
14,3 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2018 en pourcentage[63]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,1 
8,4 
75-89 ans
11 
19,5 
60-74 ans
20,4 
20 
45-59 ans
19,4 
18 
30-44 ans
17,1 
14,9 
15-29 ans
13,2 
18,5 
0-14 ans
16,8 

Sports et loisirs

La Roche-sur-Yon s'appuie sur l'engagement des clubs et des sportifs sur le terrain et sur un maillage d'équipements forts, pour favoriser l'accompagnement à la pratique sportive dès le plus jeune âge.

Parmi les actions de soutien à la pratique sportive, la Ville a créé en 2018 un Office des sports yonnais et ce, afin de favoriser la concertation entre les différentes associations, permettre la mutualisation des moyens et faciliter le recrutement de bénévoles.

La ville compte des complexes sportifs[64] dont un ensemble sportif sur le site des "Terres Noires" qui comprend entre autres un hippodrome, un centre équestre, des courts de tennis[65]. La ville abrite également une patinoire et un complexe aquatique "Le Cap"[66]'[67].

Équipements culturels

La médiathèque Benjamin-Rabier.
La scène nationale Le Grand R.

La Roche-sur-Yon dispose :

  • d'un réseau de quatre médiathèques (médiathèque Benjamin-Rabier, médiathèque Léopold-Sédar-Senghor, médiathèque Félix-Leclerc, médiathèque du Bourg-sous-la-Roche)[68] ;
  • d'une scène nationale (Le Grand R) ;
  • d'une scène de musiques actuelles (le fuzz'Yon) ;
  • de nombreux lieux d'expositions («Espace Cormier», « Espace Waldeck-Rousseau », «Espace François-Mitterrand », « Espace Robert-Pineau », « MYM (Musée yonnais municipal) », « Hôtel du département », « Espace régional des Pays de La Loire », « Maison Renaissance », « Logis de Mirville », « Galerie Promenarts », « La Gaterie », « Original galerie », etc.) ;
  • de deux cinémas (« Le cinéville » et « Le Concorde ») ;
  • d'un conservatoire de musique de danse et d'art dramatique ;
  • de nombreux espaces de spectacles : « Le Manège », « Le théâtre municipal »( plafond peint par Georges Levreau), « Le Jardin de la mairie » ; une salle de musiques « Quai M », « Le Jardin des Compagnons », « Les Oudairies », etc...
  • de nombreuses compagnies de théâtre (« Compagnie pirate », « Le menteur volontaire », « Grizzly Philibert Tambour », etc.) ;
  • d'une compagnie de cirque : La Compagnie Croche ;
  • de nombreux festivals toute l'année : le Festival international du film de La Roche-sur-Yon anciennement « En route vers le monde » se déroule chaque année en octobre, depuis 2002 ; Le Festival Voisinages, spectacles variés en tout genre qui se déroulent dans la salle de spectacle le Manège, Scène nationale du Grand R, Le Festival « Les F'estivales »… ;
  • de la première « copy-party » légale en bibliothèque[69], visant à sensibiliser les utilisateurs aux questions de la copie privée s'est tenue à la bibliothèque universitaire du pôle universitaire yonnais le [70].
  • Le Cyel (Centre Yonnais d'Expression libre) inauguré le regroupe le Conservatoire, l'École d'art et une salle d'exposition du Musée.

Cultes

Catholiques
Eglise Saint-Pierre dans le quartier du Bourg-sous-la Roche
  • Église Saint-Louis, place Napoléon
  • Église du Sacré-Cœur, rue Louis Blériot
  • L'église Notre-Dame, rue Lazare Carnot ;
  • L'église Sainte-Bernadette, boulevard Édouard Branly (Les Forges) ;
  • L'église Sainte-Thérèse, place Renoir (quartier la Liberté) ;
  • L'église Saint-André, rue Roger Salengro (Saint-André d'Ornay) ;
  • L'église Saint-Hilaire, boulevard d'Austerlitz (quartier des Pyramides) ;
  • L'église Saint-Pierre, rue Abbé Martineau (Le Bourg-sous-la Roche) ;
  • La chapelle Saint-Michel, impasse Ampère ;
  • La chapelle de la maison de retraite, entrée Rond-Point du Docteur Larrey ;
  • La chapelle de la Miséricorde du foyer Sainte-Thérèse, rue Luneau ;
  • La chapelle du monastère de la Visitation, rue Abbé Pierre Arnaud ;
  • La chapelle des Oblats de Saint-Vincent-de-Paul, rue du Maréchal Juin ;
Protestants
  • Le temple protestant réformé, rue Chanzy ;
  • L'église évangélique, rue Henri Aucher ;
  • L'assemblée la Bonne Nouvelle, rue Cacères ;
Autre église chrétienne
Musulmans
  • La Grande Mosquée, rue Pierre Bacqua.

Économie

Cette ville nouvelle, située en plein centre d'un département rural mais dynamique avec des entreprises renommées (Bénéteau, Cougnaud, Akena , etc.), dispose désormais de parcs d'activités très importants. Ces derniers accueillent notamment les entreprises Rideau (vérandas) ou encore Accompanéo (transporteurs de personnels). D'autres grandes usines sont présentes notamment dans le domaine électrique et électronique. L'usine de fabrication de pneumatiques Michelin, en place depuis 1972, a définitivement arrêté la production de pneus en avril 2020[71].

L'agglomération est desservie par l'aérodrome de La Roche-sur-Yon - Les Ajoncs.

La majeure partie des emplois proviennent du secteur tertiaire, très développé, qui fait de La Roche-sur-Yon, une ville de services (santé, conseils, banque, commerces , etc.).

Photographie du marché aux volailles sur la place du marché avec les anciennes halles de l'ingénieur Michelin détruite en 1976
Marché aux volailles sur la place du marché avec les anciennes halles de l'ingénieur Michelin détruite en 1976

Répartition des actifs (en 1999, d'après l'Insee) :

  • primaire : 0,9 % ;
  • secondaire (industrie + bâtiment) : 19,2 % ;
  • tertiaire (commerces + services) : 79,9 % ;
  • chômage : environ 6 % en 2021[72].

La Roche-sur-Yon est le siège de la chambre de commerce et d'industrie de la Vendée qui gère les ports de pêche et plaisance des Sables-d’Olonne, de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, de L'Île-d'Yeu, de l’Herbaudière, ainsi que les ports de pêche des Brochets, de l’Epoids, des Champs et le marché de gros de fruits et légumes des Sables-d’Olonne.

La ville accueille diverses boutiques et enseignes au sein de trois grands pôles commerciaux : le premier constitué par le centre-ville (principalement les halles, la place Napoléon et la rue Clemenceau), le second au nord de la ville (Les flâneries) et le troisième au sud (Sud Avenue).

Médias

Trois médias ayant leurs bureaux à La Roche-sur-Yon diffusent à La Roche-sur-Yon et dans ses environs :

  • Maville Solidaire (site d'informations sur internet) ;
  • Côté La Roche (groupe Publi-Hebdos)
  • Le Journal du Pays Yonnais (groupe Publi-Hebdos) ;
  • Ouest-France La Roche sur Yon (groupe Ouest-France).

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

La place Napoléon

La place Napoléon

La place Napoléon est l'une des plus vastes esplanades publiques de France. Elle a pour éléments importants :

  • l'église Saint-Louis (1830) ;
  • la grande auberge où fut reçu Napoléon le  ;
  • l'hôtel de ville (1810) ;
  • la statue équestre de Napoléon (1854) ;
  • l'ancien tribunal (1815) ;
  • le lycée impérial (1815).

En 2012 commencent les travaux de la place Napoléon, de la rue Clemenceau et de la place de la Vendée qui étaient restées pratiquement inchangées depuis les années 1980. Ainsi la proposition du cabinet d'architectes Alexandre Chemetoff et Associés est retenue par la Ville. Les travaux achevés courant 2014 accordent un plus large espace à la végétation et à l'eau. De plus, des animaux mécaniques réalisés par François Delarozière ont été installés dans les bassins d'eau de la place et le public peut interagir avec eux en permanence et gratuitement en fonction des horaires d'ouverture[73],[74].Le projet a donné lieu à de nombreuses critiques, principalement à cause de son coût, mais aussi en raison du manque de place de stationnement[75].

Dans le cadre d'un programme de construction, il a été édifié, sur le site de l'ancien collège Stéphane Piobetta désaffecté, qui donne sur la place, des logements et commerces, un hôtel, un cinéma[76]. Les travaux ont débuté en 2021, pour une livraison fin 2023.

Église Saint Louis

L'église Saint-Louis

Construite de 1817 à 1829 et consacrée sous le vocable de Saint-Louis en 1830, l'église Saint-Louis est le plus vaste édifice religieux de la Vendée. Située au cœur du Pentagone, sur la place Napoléon, ce lieu participe au même titre que la mairie, le lycée impérial ou le palais de justice, à cette démarche citoyenne de paix voulue par Napoléon.

Cet édifice construit sous le modèle des basiliques antiques présente une architecture extérieure néo-classique qui est mise en valeur par son retrait de la place Napoléon.

L'intérieur de l'église, largement inspiré de l'église Saint-Philippe-du-Roule de Paris, présente une architecture néo-classique avec un péristyle de colonnes cannelées à chapiteaux corinthiens supportant une voûte en berceau peinte en trompe-l'œil.

L'église Saint-Louis, classée Monument Historique en 1982, constitue un des plus vastes édifices cultuels de Vendée.

Elle abrite notamment une Vierge à l'enfant, statue en polychrome du XIVe siècle représentant Notre-Dame de La Roche.

L'église a pour particularité de présenter de nombreux symboles républicains avec

  • une peinture patriotique de la première guerre mondiale où le Christ est représenté ;
  • un drapeau français sur le clocher nord ;
  • le Christ représenté en « bleu, blanc, rouge » sur une majorité de vitraux[77].

2029 est l'année du bicentenaire de l'église St Louis, un projet de restauration d'environ 7 millions d'euros a été lancé en 2017 par les collectivités territoriales et s'étale sur 10 ans[78],[79].

Abbaye des Fontenelles

Abbaye des Fontenelles.

L'abbaye des Fontenelles, aux Fontenelles, construite dès 1210 en périphérie de la ville pour les vertus thermales du site. L'abbaye fut fondée en 1210 par Guillaume de Mauléon, seigneur de Talmont, et sa femme Béatrice de Machecoul, dame de La Roche-sur-Yon et de Luçon. Ils firent une donation aux chanoines réguliers de saint Augustin dépendant de l'abbaye Notre-Dame de Chancelade, en Périgord, afin qu'ils édifient ce monastère. Ceci nous est rapporté par le testament de Béatrice, daté de 1235.

L'abbaye est construite dans la forêt de La Roche-sur-Yon, à une lieue à l'ouest de ce château, sur le territoire aujourd'hui dépendant de l'ancienne commune de Saint-André-d'Ornay(elle-même absorbée par La Roche-sur-Yon en 1964). Elle est dédicacée à la Vierge sous le nom de Notre-Dame des Fontenelles en raison de la présence sur ce territoire d'une petite source d'eau ferrugineuse.

Guillaume de Mauléon et son épouse donnèrent aux religieux des droits seigneuriaux à condition qu'une lampe soit allumée en permanence dans l'église abbatiale, ainsi que deux cierges lors de chaque messe[80] :

Église du Sacré-Cœur

L’église du Sacré-Cœur.

L'église du Sacré-Cœur, rue Blériot, sa construction, située dans le quartier du même nom, a été pensée pendant la Première Guerre mondiale. Au départ, ça devait être une basilique, projet finalement abandonné. L'emplacement choisi pour construire cette église est un nouveau quartier au nord de la Roche-sur-Yon, un quartier ouvrier qui n'avait pas d'église pour prier et se réunir.

En 1917, la guerre est enlisée sur les fronts et le moral à l'arrière est au plus bas. Claire Ferchaud de Loublande (en deux-Sèvres), déclarait être sujette à des apparitions. La jeune paysanne eu l'occasion de rencontrer le président de la République Raymond-Poincaré. Ce jour-là, elle lui demanda d'apposer le Sacré-Cœur de Jésus sur le drapeau français.

Le salut de la France est alors espéré. Malgré le refus de Poincaré, un mouvement est lancé en Vendée et, le , le président du Département et l'évêque Garnier promettent l'érection d'une basilique diocésaine dédiée au Sacré-Cœur.

Après la guerre, la mission est confiée aux architectes Libaudière et Ballereau. Le projet s'inspire du Sacré-Cœur de Montmartre avec un dôme monumental et une inspiration byzantine. Sur un terrain donné par le curé Deval, les travaux sont lancés en 1923 et le premier tiers de l'édifice est inauguré le , devant 30 000 à 40 000 personnes venues de tout le département.

Né de la guerre 14-18, le projet d'église a eu du mal à se concrétiser encore après 1945. « À l'époque, on visait un développement religieux, comme à Montmartre avec de l'adoration perpétuelle. Mais au niveau financier c'était un gouffre ».

L'église que nous connaissons actuellement est achevée en 1965[81].

Musée municipal

Ancien musée - rue Jean Jaurès.
Entrée de l'ancien conservatoire, futur musée en 2028[82].

Construit en 1877, le musée municipal de La Roche-sur-Yon possède une riche collection constituée autour de ses trois domaines de prédilections que sont la peinture et les arts graphiques depuis le XIXe siècle, et la photographie contemporaine.

Le musée abrite 175 tableaux du XVIIe au XXe siècle, la majorité datant de la seconde moitié du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Trois orientations s’en dégagent : la peinture académique de la seconde moitié du XIXe siècle, la peinture de paysage, ainsi qu’un fonds vendéen. La collection comprend aussi près de 3 000 pièces d’arts graphiques, dont 280 dessins originaux. Le reste consiste en estampes datant pour la plupart du XIXe siècle.

La collection de photographies contemporaines du musée de La Roche-sur-Yon a la particularité d’être axée sur la photographie dite « plasticienne » (images mises en scène par l’artiste). Cette collection, atypique en Pays de la Loire et même en France pour un musée de taille modeste, s’est constituée à partir de 1983. Les œuvres qui ont été acquises durant ces années sont aujourd’hui des pièces historiques ; et de nombreux artistes présents dans la collection du musée de La Roche-sur-Yon, comme Andy Warhol, Jeff Wall, Cindy Sherman, Thomas Ruff, Andreas Gursky, Christian Boltanski, Annette Messager, etc., sont également représentés dans les grandes collections publiques françaises et étrangères. Les dernières acquisitions ont permis de faire entrer dans les collections des photographes internationaux (Gábor Ősz, Karen Knorr et Ellen Kooi), mais aussi des artistes confirmés de la photographie françaises : Thibaut Cuisset et Corinne Mercadier.

Le musée présente des œuvres des artistes suivants : Benjamin Rabier, Paul Baudry, Andreas Gursky, Cindy Sherman, John Hilliard, Jeff Wall, Markus Raetz, Sophie Ristelhueber, Patrick Tosani, Christian Boltanski, Annette Messager, Robert Lange.

De mars à , le musée municipal a présenté sa dernière expo : "Dans l'intimité d'un empereur"[83],[84]. Il est depuis fermé au public, il est transféré place Napoléon[85] dans les anciens locaux du Conservatoire.

Centre Beautour

Demeure du naturaliste et homme politique vendéen Georges Durand, le domaine de Beautour est organisé autour d’un logis construit en 1861. À la mort de Georges Durand en 1964, le site de 230 hectares et les collections (150 000 insectes et 4 000 oiseaux) sont léguées au Muséum national d'histoire naturelle.

Il a fallu attendre le rachat du lieu en 2007 par la ville de La Roche-sur-Yon, puis sa cession par bail emphytéotique à la région des Pays de la Loire en 2009, pour qu’un projet de sauvegarde et valorisation des huit hectares restants et des collections soit lancé[86].

D’un montant de huit millions d’euros, les travaux du Centre régional de la biodiversité ont été lancés en pour s’achever en 2013, avec une ouverture au public le . L’ensemble des lieux a été réhabilité avec notamment un agrandissement de 1 400 m2, l’aménagement de jardins thématiques. Le cabinet d’architectes Guinée-Potin, a été choisi pour assurer une construction dite « écologique » avec notamment usage de chaume de Camargue[87] pour la couverture extérieure.

Piloté par la région des Pays de la Loire, la gestion du site et des contenus scientifiques est assurée en lien avec les associations et organismes Terre des Sciences, LPO, amis de Georges Durand, Universités de Nantes, Agrocampus, INRA, Chambre d’agriculture, La Roche-sur-Yon-Agglomération[88]

Au-delà des animations, évènements proposés, le Centre Beautour[89] présente une exposition permanente et des expositions temporaires.

L’exposition permanente s’articule autour de trois axes[88] :

  • naturaliste : les pratiques de Georges Durand sont analysées et mises en rapport avec ce qu’est le naturalisme au XXe siècle ;
  • paysager : un regard est porté sur le lien entre les collections de Georges Durand et leur lieu avec le territoire concerné ;
  • biographique : l'héritage et le rôle de Georges Durand sont abordés.

Autres lieux et monuments

Maison Renaissance (1566).
  • Vieille ville et vieux château :
    Existant dès l'antiquité, le bourg de La Roche-sur-Yon se développe durant le Moyen Âge avec l'implantation d'un château fort. Son développement se poursuit jusqu'aux guerres de Vendée où le bourg est incendié.
    Actuellement, il subsiste la place de la vieille horloge ainsi que les ruines du château fort yonnais.
  • Maison Renaissance :
    Construite en 1566 et classée Monument historique en 1930, la maison Renaissance présente une architecture oscillant entre style médiéval et ornements issus de la Renaissance. Le lieu est désormais occupé par un centre d'interprétation sur l'histoire et l'urbanisme de La Roche-sur-Yon. Le fonds provenant de l'avionneur vendéen René Couzinet y est également exposé.
Hôtel des Postes - rue G. Clemenceau.
  • Hôtel des postes :
    Ce bâtiment d'architecture art-déco a été construit à l'emplacement de l'ancienne prison, il a été inauguré en 1927.
    Les ornementations du bâtiment sont les mosaïques, et les bas-reliefs représentant le blason de la ville, l'aigle napoléonien ou encore le caducée.


L'arrière de la maison Gueffier désormais siège du pôle littérature de la scène nationale de La Roche-sur-Yon (Grand R)
  • Maison Gueffier :
    Dernier vestige d’un ensemble d’habitations construites début 1807, afin de loger les nouveaux fonctionnaires de la ville. Ces maisons ne sont pas faites pour durer. C’est le pisé, technique ancienne, rapide et économique, que l’entrepreneur lyonnais François Cointeraux s’attache à relancer. Il s’agit de verser puis de compacter dans un coffrage en bois des couches successives de terre mêlées de sable et de gravier. Les ouvriers doivent malheureusement travailler dans l'urgence, durant des périodes de mauvais temps, sans vérifier la qualité du pisé, sans renforcer les murs de pans de bois. Les premiers mois de 1807 particulièrement froids et venteux fragilisent les constructions. Les douze maisons commencées sont consolidées, les quatorze autres prévues ne verront pas le jour. En 1997, la maison Gueffier est rachetée par la municipalité qui lui donne ce nom en l'honneur d'André Gueffier (1900-1989) ancien propriétaire de la maison, avocat, résistant et militant des droits de l'homme.
Hôtel de préfecture de la Vendée
  • Hôtel de préfecture de la Vendée :
    Le décret du 5 prairial de l'an XII imposait de déplacer dans les meilleurs délais la préfecture, de Fontenay-le-Comte à La Roche-sur-Yon. C'est le préfet Merlet qui effectua le transfert officiel de la préfecture, le 19 août 1804. Sa construction débuta en 1806 et s'acheva en 1818. Pendant la durée des travaux le préfet était logé dans le château de la Brossardière.
    La préfecture, édifiée sous le Premier Empire, est partiellement inscrite au titre des monuments historiques le 10 juin 1991.


  • Théâtre à l'italienne :
    Construit en 1845, le théâtre de La Roche Sur Yon est un exemple typique des salles de spectacles des XVIIIe et XIXe siècles[90]. Il a été entièrement restauré en 2005.
Grande sellerie du haras de la Vendée
  • Haras de la Vendée :
    Construit en 1843 dans un parc arboré de 4,5 hectares avec une architecture très ordonnée (néo-classique), le haras national et départemental de La Roche-sur-Yon a été conçu pour accueillir 200 étalons.
    Actuellement il est voué au tourisme, à la reproduction équine et à la conservation des espèces[91].


Personnalités liées à La Roche-sur-Yon

  • Louis de Bourbon-Vendôme (1473-1520), prince de la Roche-sur-Yon et son fils Charles de Bourbon-Montpensier (1515-1565).
  • Pauline Léon (1768-1838), féministe et révolutionnaire y a vécu et y est décédée.
  • Claude-Raphaël Duvivier (1771-1821), bâtisseur de la ville, y est décédé.
  • Guillaume-Charles Rousseau (1772-1834), général des armées de la République et de l'Empire, décédé à La Roche-sur-Yon.
  • Léon Audé (1815-1870), maire de la ville de Napoléon-Vendée (La Roche-sur-Yon sous le Second Empire) du au .
  • Paul Baudry (1828-1886), né à La Roche-sur-Yon, artiste peintre.
  • Joséphine-Blanche Bouchet, (1833-1892), née à La Roche-sur-Yon, écrivaine et tradductrice.
  • Émile Faguet, né à La Roche-sur-Yon (1847-1916), écrivain et critique littéraire.
  • Raoul Ponchon (1848-1937), né à La Roche-sur-Yon, écrivain et poète français, auteur du célèbre quatrain : « Quand mon verre est vide / Je le plains / Quand mon verre est plein / Je le vide. »
  • Benjamin Rabier, (1864-1939) né à La Roche-sur-Yon, illustrateur, auteur de bande dessinée, célèbre pour le dessin de la marque La Vache Qui Rit.
  • Léon Pervinquière, (1873-1913), né et mort à La Roche-sur-Yon, géographe, géologue et paléontologue.
  • René Rousseau-Decelle (1881-1964), né à La Roche-sur-Yon, artiste peintre
  • Cécile Sauvage (1883-1927), poétesse, écrivaine, mère d'Olivier Messiaen. (une plaque est 6 apposée sur sa maison natale place Napoléon).
  • André Astoul (1886-1950), né à La Roche-sur-Yon, artiste peintre.
  • Robert Sexé (1890-1986), né à La Roche-sur-Yon, reporter, motocycliste, photographe, il réalisa, entre autres, le 1er tour du monde à moto en 1926. Il aurait inspiré le personnage de Tintin à Hergé.
  • Maurice-Edgar Coindreau (1892-1990), né à La Roche-sur-Yon, traducteur.
  • Maurice Crouzet (1897-1973), né à La Roche-sur-Yon, historien.
  • Jean-Baptiste Durand (1900-1988), né à La Roche-sur-Yon, architecte DPLG, architecte de la ville, commandant inspecteur des services d'incendie et de secours, artiste peintre.
  • Magda Fontanges (1905-1960) née à La Roche-sur-Yon, actrice et journaliste, a été espionne au cours de la seconde guerre mondiale.
  • André-Charles Nauleau (1908-1986), né à La Roche-sur-Yon, peintre.
  • Stéphane Piobetta (1913-1944), né à La Roche-sur-Yon, agrégé de philosophie, Compagnon de la Libération.
  • Pierre Pichot, (1918-2020), psychiatre, est né à La Roche-sur-Yon.
  • Paul Couteau (1923-2014), né à la Roche-sur-Yon, astronome spécialiste mondial des étoiles doubles [92].
  • Max Bléneau (1934-2013), né au Bourg-sous-la-Roche, coureur cycliste professionnel de 1959 à 1961.
  • Jean Thibaudeau, (1935-2013) né à La Roche-sur-Yon, écrivain.
  • Raphaël Toussaint, né à La Roche-sur-Yon en 1937, artiste peintre.
  • Michel Gautier auteur vendéen d'expression poitevine-saintongeaise, dans une de ses variantes poitevines de Vendée, spécialiste du poitevin-saintongeais, né en 1942 au Bourg-sous-La-Roche.
  • Danièle Festy, (1943-2018) pharmacienne, écrivaine, spécialiste de l'aromathérapie, née à La Roche-sur-Yon.
  • Pierre Commoy, né à La Roche-sur-Yon en 1950, photographe, peintre.
  • Éric Chevillard, né à La Roche-sur-Yon le , écrivain.
  • Patrick Savidan, né à La Roche-sur-Yon en 1965, philosophe.
  • Félicia Ballanger, née en 1971 à La Roche-sur-Yon. Cycliste (3 titres de championne olympique -10 titres de championne du monde sur piste).
  • Aymeric Jeanneau, né à La Roche-sur-Yon en 1978, ancien joueur de basket-ball, 56 sélections en équipe de France.
  • Nicolas de Villiers, né à la Roche-sur-Yon en 1979 il dirige le Puy du Fou.
  • Thomas Voeckler, cycliste professionnel, après un BTS de vente, il intègre la section sport-études du lycée Notre-Dame-du-Roc à La Roche-sur-Yon. Il rejoint ensuite l'équipe amateur Vendée U, dirigée par Jean-René Bernaudeau.
  • Marc Arnaud, né à La Roche-sur-Yon en 1983, acteur
  • Adlène Guedioura, né à La Roche-sur-Yon en1985, footballeur professionnel, a évolué au Sheffield United Football Club (Angleterre).
  • Alexandre Bonnet, né à La Roche-sur-Yon en 1986, footballeur professionnel au Havre Atletic Club.
  • Nicolas Marroc, né à La Roche-sur-Yon en1986, pilote automobile.
  • Rudy Jomby, né à Là Roche-sur-Yon en 1988, basketteur professionnel.
  • Mélodie Chataigner, né à La Roche-sur-Yon en 1988, patineuse artistique.
  • Ciryl Gane, né en 1990 à La Roche-sur-Yon, combattant professionnel français d'arts martiaux mixtes (MMA).
  • Sébastien Simon, né à La Roche-sur-Yon en 1990, skipper.
  • MHD, rappeur issu du 19e de Paris, né en 1994 à La Roche-sur-Yon.
  • Thomas Laurent, né à La Roche-sur-Yon en 1998, pilote automobile.

Gastronomie

Dans une stratégie de marketing territorial, la mairie a lancé un concours pour la création ex nihilo d'une spécialité culinaire locale : le vainqueur, révélé le , est « la napoline » créée par le maître chocolatier Patrick Gelencser. Elle est ornée d'une tête de Napoléon et composée de chocolat noir, d'un praliné croustillant et d'un caramel tendre.

On retrouve à la Roche sur Yon les spécialités qui ont fait la réputation de la Vendée comme le Pot à mogette, la gâche vendéenne, le préfou de Vendée, le jambon de Vendée, la mogette et la brioche vendéenne[93].

Héraldique, logotype, spécialité et slogan

BlasonBlasonnement :
De gueules à une ville d'argent sur un rocher de sinople accompagnée en chef d'une foi d'or, au franc-canton des villes de second ordre, qui est à dextre, d'azur à la lettre capitale N d'or.

Victor Adolphe Malte-Brun rapportait, dans la France illustrée, tome V (1884), que « cette ville n'a pas d'armes officiellement reconnues ; mais un ancien sceau de ses archives représente : un écu chargé mi-partie d'une croix potencée, cantonnée de quatre croisettes, qui est de Jérusalem, et semée de fleurs de lis, au lambel de trois pendants, qui est d'Anjou ».

Personnalités liées à la commune

Naissances

  • Joséphine-Blanche Bouchet (1833-1892), autrice de romans pour la jeunesse.

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références

  1. « La Roche Sur Yon, Ville Impériale »
  2. http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/recensement/populations-legales/departement.asp?dep=85
  3. « Commune 33748 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  4. « La Roche-sur-Yon », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  5. « Fiche du Poste 85191003 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. Sciences de la terre, Foundation scientifique de la géologie et de ses applications, , p. 18.
  7. C. Lorenz, Géologie des pays européens: France, Belgique, Luxembourg, Dunod, , p. 135.
  8. Distribution des cinq associations plutoniques constituant les granitoïdes varisques du Massif Armoricain
  9. Sur un versant légèrement incliné, les chaos granitiques sont déstabilisés, glissent vers le fond de la vallée et s’empilent, phénomène de coulée connue sous le nom de solifluxion. Le terme de chiron se retrouve dans la toponymie de la région. cf. Bruno Comentale, Géomorphologie et toponymie. Le chiron des domaines granitiques de l’Ouest de la France, Les Cahiers nantais, 2013, p. 15-23
  10. P. Fénelon, Atlas et géographie des Pays de la Loire, Ed. Famot, , p. 27.
  11. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Unité urbaine 2020 de La Roche-sur-Yon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  15. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  16. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de La Roche-sur-Yon », sur insee.fr (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. « Ouest », sur ASF (consulté le ).
  22. Site internet de RFF concernant l'électrification de la ligne Nantes - Les Sables-d'Olonne
  23. Site internet concernant la rénovation de la gare
  24. Pierre Gauthier, Noms de lieux du Poitou : introduction à la toponymie, Bonneton, , p. 77.
  25. Henry Brunetière, La ville de Napoléon - La Roche-sur-Yon (1804-1870), Éditions d'Orbestier, 2006, p. 25
  26. Lois, décrets, ordonnances, règlements, avis du conseil-d'état Tome 19 par JB Duvergier page 23
  27. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 22 juillet 2008.
  28. Joseph Bouet, La Roche-sur-Yon, Éditions S.A.E.P., , p. 11.
  29. Michel Dillange, Les comtes de Poitou, Geste éditions, , p. 130.
  30. Joseph Bouet, op. cit., p. 12
  31. Gilles Bienvenu, Géraldine Texier-Rideau, Autour de la ville de Napoléon: Colloque de La Roche-sur-Yon, Presses universitaires de Rennes, , p. 13.
  32. Joseph Bouet, op. cit., p. 87
  33. Elisabeth Allaire, Bicentenaire Pontivy-Napoléonville: 13 novembre 2004, Préfecture du Morbihan, , p. 16.
  34. « Conférence de Presse de la Gauche Unie à La Roche-sur-Yon », La Vendée Socialisme,‎ , p. 5-6-7.
  35. « La gauche unie emporte la mairie de La Roche-sur-Yon », Ouest-France. Edition Vendée Ouest : La Roche-sur-Yon, Le Poiré-sur-Vie, Les Essarts, Venansault, Aubigny,‎ , p. 7.
  36. « Fédération des cités Napoléoniennes »
  37. « Décret no 73-773 du 2 août 1973 portant création de cantons dans le département de la Vendée », Journal officiel de la République française,‎ (lire en ligne).
  38. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  39. Philippe Rey-Gorez, « La Roche-sur-Yon, en Vendée, reste à droite : portrait de Luc Bouard, réélu maire de la ville : Luc Bouard conserve la mairie de La Roche-sur-Yon, en Vendée. A l'issue du second tour, il a battu son adversaire socialiste Stéphane Ibarra, avec 52,28 % des voix. Luc Bouard, qui se définit comme centre droit non encarté, entame donc un nouveau mandat de six ans », Le Journal du Pays Yonnais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. Nicolas Pipelier, « Municipales à La Roche-sur-Yon : Luc Bouard, réélu avec 52,28 % des voix : À La Roche-sur-Yon, Luc Bouard a été réélu avec 52,28 % des voix (7 877) face à Stéphane Ibarra qui rassemble 47,71 % des voix (7 189 voix) au second tour des Municipales », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. Fiche généalogique de Maurice, Ferdinand, Léandre, Armand, André BOUTELIER, sur geneanet.org
  42. « Paul Caillaud, le maire de la fusion, est décédé », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  43. Réélu en 2001 : « Jacques Auxiette réélu maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  44. « Pierre Regnault : le Bourguignon devenu Vendéen et maire de La Roche-sur-Yon : La poignée de main est franche et vive, un sourire interrogatif qui scrute l’interlocuteur, Pierre Regnault, qui a succédé à Jacques Auxiette "presque par accident" c’est pris de passion pour sa ville d’adoption », France 3 Pays de la Loire,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. Claire Haubry, « Pierre Regnault démissionne du conseil municipal : Soutien d'Emmanuel Macron à la présidentielle, l'ancien maire PS avait succédé à Jacques Auxiette. Une page se tourne pour l'opposition. Caroline Founini est également démissionnaire », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. « La première journée d'un maire, Luc Bouard », France 3, édition France-3 Pays de la Loire,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. « Le maire de La Roche-sur-Yon claque la porte des Républicains », Ouest-France,‎ (lire en ligne) « Luc Bouard explique ne plus se retrouver dans ce parti. Il appelle à soutenir la politique du gouvernement. Pour autant, il ne rejoint pas la République en Marche. ».
  48. « La Roche-sur-Yon. Luc Bouard officiellement réélu : Les 45 conseillers municipaux se sont réunis pour la première fois à la salle des fêtes du Bourg-sous-la-Roche, ce vendredi 3 juillet. Luc Bouard a été élu maire, et 16 adjoints sont également élus », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. « Rapports de développement durable »
  50. « h2-mobile.fr/actus/vendee-inaugure-station-hydrogene-roche-sur-yon/ »
  51. « https://www.larochesuryon.fr/mavillenature/ »
  52. « Arbre à tétines »
  53. « Villes et villages fleuris »
  54. Site du Conseil régional des Pays de la Loire, palmarès 2010 des villes et villages fleuris
  55. « Fleur d'Or des Villes et Villages fleuries »
  56. « capitale française de la biodiversité »
  57. « Réseau Villes européennes »
  58. « CHD les Oudairies »
  59. « Clinique Saint Charles »
  60. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  61. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  62. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de la Roche-sur-Yon (85191) », (consulté le ).
  63. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Vendée (85) », (consulté le ).
  64. « larochesuryon.fr/equipements-sportifs/complexes-sportifs/ »
  65. « larochesuryon.fr/structures/fiche/complexe-sportif-des-terres-noires/ »
  66. « larochesuryon.fr/piscines-patinoire/ »
  67. « larochesuryon.fr/galerie-videos/balade--dans-le-complexe-aquatique/ »
  68. médiathèques de La Roche-sur-Yon Agglomération
  69. « copy-party » légale en bibliothèque
  70. « France Info - direct | France info », sur www.franceinfo.fr (consulté le ).
  71. « Fermeture de l'usine Michelin »
  72. « Taux de chômage localisés par département et zone d'emploi au 1er trimestre 2021 » [PDF]
  73. « Les animaux mécaniques »
  74. « lepoint.fr/villes/napoleon-de-plus-en-plus-vert-article du12 avril 2012 »
  75. « Place Napoléon, le coût fait débat »
  76. « Programme Carré Napoléon »
  77. L'église Saint-Louis et ses messages. Pascal Rouzeau - Eugène Servant, 2014.
  78. « La Roche-sur-Yon : 10 ans de travaux pour l'église Saint-Louis. », sur www.mavillesolidaire.fr, (consulté le )
  79. « Restauration St Louis »
  80. Abbé Armand Baraud (préf. Émile Gabory), « L'Ancienne Roche-sur-Yon et la vieille Vendée », Niort, , 304 p., In-8° (BNF 31759507).
  81. « le-sacre-coeur-une-eglise-nee-pendant-la-guerre »
  82. « À la Roche-sur-Yon, le Musée va changer de site - 8 décembre 2021 - Le Journal des Arts - n° 579 », sur Le Journal Des Arts (consulté le )
  83. « Exposition "Dans l'intimité d'un empereur" »
  84. « Musée »
  85. « Projet du futur musée »
  86. « Le site de Beautour va enfin renaître de ses cendres ! - « Dum spiro spero », le blog de William Chevillon », sur « Dum spiro spero », le blog de William Chevillon (consulté le ).
  87. « Le site de Beautour se pare de roseaux camarguais », sur Ouest-France.fr (consulté le ).
  88. « Dossier presse site de Beautour ».
  89. « Beautour | Biodiversité en Pays de la Loire », sur www.beautour-paysdelaloire.fr.
  90. « vidéo théâtre à l'italienne » (consulté le )
  91. « Haras de la Vendée », sur www.sitesculturels.vendee.fr (consulté le )
  92. « Paul Couteau filiation », sur geneanet.org (consulté le ).
  93. « territoiredemotions.fr/specialites-culinaires-vendeennes/ »

Médias utilisés sur cette page

Maki2-town-hall-12.svg
Auteur/Créateur: Mapbox, https://github.com/mapbox/maki/graphs/contributors, Licence: BSD
Maki (version 2) is an icon set made for map designers. Maki 2 includes icons for common points of interest like parks, museums, and places of worship. Each icon is available as an SVG in three sizes: 12px by 12px, 18px by 18px, and 24px by 24px. Maki 2 is BSD licensed.
France relief location map.jpg
Auteur/Créateur: Eric Gaba (Sting - fr:Sting), Licence: CC BY-SA 4.0
Carte physique vierge de la France métropolitaine destinée à la géolocalisation.
Échelle : 1:14 816 000 (précision : environ 3,7 km) pour la bathymétrie.
France location map-Regions and departements-2016.svg
Auteur/Créateur: Superbenjamin, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte administrative vierge de la France destinée à la géolocalisation, avec régions et départements distingués. Échelle approximative : 1:3 000 000
Pays de la Loire region location map.svg
(c) Eric Gaba, Wikimedia Commons user Sting, CC BY-SA 3.0
Carte administrative vierge de la région des Pays de la Loire, France, telle qu'en février 2011, destinée à la géolocalisation, avec limite distincte des régions, départements et arrondissements.
Brosen windrose-fr.svg
Auteur/Créateur: Delhovlyn et Mitrane, Licence: CC-BY-SA-3.0
Francisation de Image:Brosen windrose.svg. (« W » → « O »)
Sinnbild Autobahnausfahrt.svg
Motorway exit (icon)
Flag of Canada.svg
Drapeau du Canada (l'Unifolié). Le fichier utilise le modèle de couleur RVB avec un rouge à pleine échelle. En conséquence, cette couleur est plus lumineuse que les couleurs Pantone recommandées par le Gouvernement Canadien. De même une surface, imprimée selon le modèle CMJN, ne peut pas représenter un tel rouge (voir les explications dans la page de discussion en anglais).
Flag of Finland.svg
Drapeau de la Finlande
Flag of Greece.svg
Drapeau de la Grèce (depuis 1978) et insigne naval de la Grèce (depuis 1828)
Flag of Senegal.svg
Drapeau du Sénégal
Flag of Palestine.svg
Drapeau de l’État de Palestine
Fairytale warning.png
Auteur/Créateur: L’auteur n’a pas pu être identifié automatiquement. Il est supposé qu'il s'agit de : Caihua (étant donné la revendication de droit d’auteur)., Licence: LGPL
Image from the Fairytale icon theme
Logo-Mairie.svg
Auteur/Créateur:

SVG: Kxh

Bitmap(media:Logo-Mairie.png): Liquid_2003, Licence: GPL
Modification de File:Vista-folder home2.png par Liquid_2003
VASSELIER - LA ROCHE-s-YON.jpg
Carte postale ancienne éditée par Phototypie Vasselier à Nantes  :
LA ROCHE-SUR-YON - La Gare
Kiosque de la place Napoléon de La Roche-sur-Yon (vue 1, Éduarel, 17 juin 2016).jpg
Auteur/Créateur: Éduarel, Licence: CC BY-SA 3.0
Le kiosque de la place Napoléon depuis la place Napoléon.
Grenouilles des Animaux de la place Napoléon à La Roche-sur-Yon.JPG
Auteur/Créateur: William Chevillon, Licence: CC BY-SA 3.0
Création de la compagnie La Machine. Photo visible également sur Flickr (ChevillonW)
La Roche-sur-Yon - Hôtel des Postes.jpg
Auteur/Créateur: Selbymay, Licence: CC BY-SA 3.0
Hôtel des Postes - La Roche-sur-Yon (Vendée)
EmileFaguet.jpg
Portrait d'Emile Faguet
La Roche-sur-Yon Thomas Drake.jpg
Roche-sur-Yon (Napoélon Vendée), gravure de Thomas Drake.
La Roche-sur-Yon OSM 02.png
Auteur/Créateur:
Description
Cette carte a été créée à partir des données du projet OpenStreetMap. Cette carte est peut-être incomplète et peut contenir des erreurs. Ne vous fiez pas uniquement à elle pour vos déplacements.
Date (voir l'historique du fichier)
Source openstreetmap.org
Créé par
contributeurs d'OpenStreetMap
Autorisation
(Réutilisation de ce fichier)

Les données d'OpenStreetMap sont disponibles sous la license Open Database (détails). Les cartes sont publiées sous license Creative Commons Attribution-Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 (CC-BY-SA 2.0).

Openstreetmap logo.svg Contient des informations issues d'OpenStreetMap, qui sont mises à disposition sous les termes de l'Open Database License (ODbL).

L'ODbL n'exige aucune licence en particulier pour les cartes produites à partir de données placées sous l'ODbL. Avant le 1er août 2020, les tuiles des cartes produites par la Fondation OpenStreetMap étaient placées sous la licence CC-BY-SA-2.0. Les cartes produites par d'autres personnes peuvent être placées sous des licences différentes.

w:fr:Creative Commons
paternitépartage à l’identique
Vous êtes libre :
  • de partager – de copier, distribuer et transmettre cette œuvre
  • d’adapter – de modifier cette œuvre
Sous les conditions suivantes :
  • paternité – Vous devez donner les informations appropriées concernant l'auteur, fournir un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été faites. Vous pouvez faire cela par tout moyen raisonnable, mais en aucune façon suggérant que l’auteur vous soutient ou approuve l’utilisation que vous en faites.
  • partage à l’identique – Si vous modifiez, transformez, ou vous basez sur cette œuvre, vous devez distribuer votre contribution sous la même licence ou une licence compatible avec celle de l’original.
Géoréférencement Géoréférencer la carte dans Wikimaps Warper Si c'est inapproprié, définissez warp_status = skip pour masquer.
, Licence: CC BY-SA 4.0
carte réalisée sur umap
Maison Gueffier La Roche-sur-Yon.jpg
Auteur/Créateur: William Chevillon, Licence: CC BY-SA 4.0
Maison Gueffier, pôle littérature du Grand R, scène nationale de La Roche-sur-Yon
Geologic map south of Armorican Massif granite belt FR.svg
Auteur/Créateur: Salsero35, Licence: CC BY-SA 4.0
Ceinture de leucogranites dans le sud du Massif armoricain.
Église Saint-Pierre du Bourg-sous-la-Roche-sur-Yon (vue 2, Éduarel, 8 juillet 2017).jpg
Auteur/Créateur:

Ce fichier est une réalisation d’Éduarel.

En cas de réutilisation du fichier, il est vivement recommandé d’insérer la ligne suivante :

© « Dénomination de l’illustration », Éduarel, Wikimedia Commons,
licence Creative Commons d’attribution et de partage dans les mêmes conditions 3.0 (CC-BY-SA-3.0).

Si ce fichier a été repris en dehors d’un projet de la Wikimedia Foundation, Inc., merci de l’indiquer.

, Licence: CC BY-SA 3.0
L’église Saint-Pierre, au Bourg-sous-la-Roche.
PasserelleLaRoche-sur-Yon.jpg
Passerelle de la gare de La Roche-sur-Yon
Weather-overcast-rare-showers.svg
Auteur/Créateur: , Licence: CC BY-SA 2.5
symboles pour les cartes météorologiques.
Musée de La Roche-sur-Yon.jpg
Auteur/Créateur: Musée85000, Licence: CC BY-SA 3.0
Musée de La Roche-sur-Yon
Un Intercités SNCF Bordeaux-Nantes marque l'arrêt à La Roche sur Yon le 2 août 2019.jpg
Auteur/Créateur: KARELEM, Licence: CC BY-SA 4.0
Un Intercités SNCF Bordeaux-Nantes marque l'arrêt à La Roche sur Yon le 2 août 2019
Weather-day-more-fog.svg
Auteur/Créateur: , Licence: CC BY-SA 3.0
Symbole pour cartes météorologiques
La Roche-sur-Yon, Théâtre municipal à l'italienne. Intérieur. Plafond peint par Georges Levreau (1986) et lustre..JPG
Auteur/Créateur: William Chevillon, Licence: CC BY-SA 3.0
La Roche-sur-Yon, Théâtre municipal à l'italienne. Intérieur. Plafond peint par Georges Levreau (1986) et lustre.
LRSY logo.png
Auteur/Créateur:

ville de la Roche-sur-Yon

, Licence: marque déposée

Logo de la ville de La Roche-sur-Yon

Weather-clear.svg
Weather icon indicating sunny/clear skies
Nicolas Marroc Le Mans drivers parade 2011 crop.jpg
Auteur/Créateur: David Merrett from Daventry, England, Licence: CC BY 2.0
Nicolas Marroc at the Le Mans 24 Hours 2011 Drivers' Parade
Logo réseau impulsyon.PNG
Auteur/Créateur:

probablement RATP Dev ou La Roche-sur-Yon Agglomération.

, Licence: marque déposée

Logo du nouveau réseau impulsyon qui est mis en service le 23 août 2010.

Vendée department relief location map.jpg
(c) Eric Gaba, Wikimedia Commons user Sting, CC BY-SA 3.0
Carte physique vierge du département de la Vendée, France, telle qu'en février 2011, destinée à la géolocalisation, avec limite distincte des régions, départements et arrondissements.
Place Napoléon La Roche sur Yon.jpg
Auteur/Créateur: Simon Desjobert, Licence: CC BY-SA 4.0
Statue
Théâtre (façade) de La Roche-sur-Yon.jpg
Auteur/Créateur: Selbymay, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est inscrit au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00110217 Wikidata-logo.svg.
Luc Bouard (1961) maire de 2014 à aujourd'hui.jpg
Auteur/Créateur: Ville de La Roche-sur-Yon, Licence: CC BY-SA 4.0
Luc Bouard (1961) maire de 2014 à aujourd'hui.
Logo-iut-lrsy.png
Auteur/Créateur: Nantes Université, Licence: CC BY-SA 4.0
Logotype of the La Roche-sur-Yon Universitary Institute of technology
Weather-violent-storm.svg
Symbole météorologique pour carte du temps.
Église Saint-Louis (statue St Louis) - La Roche-sur-Yon.jpg
Auteur/Créateur: Selbymay, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00110212 Wikidata-logo.svg.
Jacques Auxiette.jpg
Auteur/Créateur: Manuel from Nantes | Paris, France, Licence: CC BY-SA 2.0

fr:Jacques Auxiette - université de Nantes - inauguration de la Maison des Echanges Internationaux et de la Francophonie (MEIF) et de la Maison des Chercheurs.

+ d'infos sur : www.univ-nantes.fr/1178109891459/0/fiche___actualite/&amp...
Thomas Voeckler 2011.jpg
Auteur/Créateur: Laurie Beylier, Licence: CC BY-SA 2.0
Critérium de Marcolès 2011
Pavillon Renaissance (façade principale) - La Roche-sur-Yon.jpg
Auteur/Créateur: Selbymay, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est inscrit au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00110215 Wikidata-logo.svg.
Ancien Palais de Justice - La Roche-sur-Yon.jpg
Auteur/Créateur: Selbymay, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est inscrit au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00110214 Wikidata-logo.svg.
Le Manège, siège de la scène nationale Le Grand R La Roche-sur-Yon.jpg
Auteur/Créateur: William Chevillon, Licence: CC BY-SA 4.0
Salle de spectacle construite entre 1993 et 1994 à La Roche-sur-Yon
La médiathèque B. Rabier.JPG
Auteur/Créateur: Ludo33, Licence: CC-BY-SA-3.0
Médiathèque de la Roche-sur-Yon
La Roche-sur-Yon OSM 01.png
Auteur/Créateur:
Description
Cette carte a été créée à partir des données du projet OpenStreetMap. Cette carte est peut-être incomplète et peut contenir des erreurs. Ne vous fiez pas uniquement à elle pour vos déplacements.
Date (voir l'historique du fichier)
Source openstreetmap.org
Créé par
contributeurs d'OpenStreetMap
Autorisation
(Réutilisation de ce fichier)

Les données d'OpenStreetMap sont disponibles sous la license Open Database (détails). Les cartes sont publiées sous license Creative Commons Attribution-Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 (CC-BY-SA 2.0).

Openstreetmap logo.svg Contient des informations issues d'OpenStreetMap, qui sont mises à disposition sous les termes de l'Open Database License (ODbL).

L'ODbL n'exige aucune licence en particulier pour les cartes produites à partir de données placées sous l'ODbL. Avant le 1er août 2020, les tuiles des cartes produites par la Fondation OpenStreetMap étaient placées sous la licence CC-BY-SA-2.0. Les cartes produites par d'autres personnes peuvent être placées sous des licences différentes.

w:fr:Creative Commons
paternitépartage à l’identique
Vous êtes libre :
  • de partager – de copier, distribuer et transmettre cette œuvre
  • d’adapter – de modifier cette œuvre
Sous les conditions suivantes :
  • paternité – Vous devez donner les informations appropriées concernant l'auteur, fournir un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été faites. Vous pouvez faire cela par tout moyen raisonnable, mais en aucune façon suggérant que l’auteur vous soutient ou approuve l’utilisation que vous en faites.
  • partage à l’identique – Si vous modifiez, transformez, ou vous basez sur cette œuvre, vous devez distribuer votre contribution sous la même licence ou une licence compatible avec celle de l’original.
Géoréférencement Géoréférencer la carte dans Wikimaps Warper Si c'est inapproprié, définissez warp_status = skip pour masquer.
, Licence: CC BY-SA 4.0
carte réalisée sur umap
Hercynian structures Europe-fr.svg
Auteur/Créateur: User:Woudloper (English original); User:toony (French translation), Licence: CC BY-SA 3.0
Schéma de la chaine hercynienne
La Roche-sur-Yon au Moyen-Age. .jpg
Auteur/Créateur: Tirand, Licence: CC BY-SA 4.0
Dessin représentant une vue aérienne de la ville de la Roche-sur-Yon telle qu'elle pouvait être vers le XIVe siècle, avec son château fort et le bourg fortifié.
Église Saint-Louis (façade gauche) - La Roche-sur-Yon.jpg
Auteur/Créateur: Selbymay, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est classé au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00110212 Wikidata-logo.svg.
Abbaye des Fontenelles (église) - La Roche-sur-Yon.jpg
Auteur/Créateur: Selbymay, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est classé au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00110211 Wikidata-logo.svg.
Grande sellerie.jpg
Auteur/Créateur: HVdep, Licence: CC BY-SA 3.0
Cour d'honneur et Grande Sellerie du Haras de la Vendée à La Roche sur Yon. De style néo-classique, elle date de 1843.
Gare SNCF de La-Roche-sur-Yon.jpg
Auteur/Créateur: Snoopy 31, Licence: CC BY-SA 4.0
Gare SNCF de La-Roche-sur-Yon, en Vendée, dans les Pays de la Loire.
Plan général du projet de la nouvelle ville à construire à La Roche-sur-Yon - Archives nationales - F-14-10263-1-4.jpg
Auteur/Créateur: Archives nationales (France), Licence: CC BY-SA 4.0
Plan général du projet de la nouvelle ville à construire à La Roche-sur-Yon, établi conformément au décret impérial du 5 prairial an XII [25 mai 1804]
Animaux mécaniques Place Napoléon LRSY.JPG
Auteur/Créateur: Florian Fèvre, Licence: CC BY-SA 4.0
Animaux mécaniques de la Place Napoléon, à La Roche-sur-Yon.
Lac de Moulin Papon (3219115357).jpg
Auteur/Créateur: mwanasimba from La Réunion, Licence: CC BY-SA 2.0
Lac de Moulin Papon
Benjamin Rabier - Portrait.jpg
Portait de Benjamin Rabier.
W2388-RocheSurYon Aero 97212.JPG
Auteur/Créateur: Llann Wé², Licence: CC BY-SA 4.0
Tour de contrôle de l'aérodrome des Ajoncs, Fr-85-la Roche-sur-Yon.
Place Napoléon de La Roche-sur-Yon depuis l'église.jpg
Auteur/Créateur: William Chevillon, Licence: CC BY-SA 3.0
Vue de la place Napoléon depuis l'église Saint-Louis. La Roche-sur-Yon / Vendée / France.
PasserelleLaRoche-sur-Yon2.jpg
Passerelle de la gare de La Roche-sur-Yon
85191-La Roche-sur-Yon-Sols.png
Auteur/Créateur: Roland45, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte des infrastructures et de l’occupation des sols en 2018 de la commune de fr:La Roche-sur-Yon (France).
Église Saint-Louis (orgues 1) - La Roche-sur-Yon.jpg
Auteur/Créateur: Selbymay, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00110212 Wikidata-logo.svg.
Hôtel de préfecture de la Vendée - La Roche-sur-Yon.jpg
Auteur/Créateur: Selbymay, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est inscrit au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00110216 Wikidata-logo.svg.
Carte des fractions communales de La Roche-sur-Yon.svg
Auteur/Créateur:

Ce fichier est une réalisation d’Éduarel.

En cas de réutilisation du fichier, il est vivement recommandé d’insérer la ligne suivante :

© « Dénomination de l’illustration », Éduarel, Wikimedia Commons,
licence Creative Commons d’attribution et de partage dans les mêmes conditions 3.0 (CC-BY-SA-3.0).

Si ce fichier a été repris en dehors d’un projet de la Wikimedia Foundation, Inc., merci de l’indiquer.

, Licence: CC BY-SA 3.0
Les fractions communales de La Roche-sur-Yon.
Église Saint-Louis (nef) - La Roche-sur-Yon.jpg
Auteur/Créateur: Selbymay, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est classé au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00110212 Wikidata-logo.svg.
Vierge à l'enfant en bois polychrome du XIVe siècle Eglise Saint-Louis de La Roche-sur-Yon.jpg
Auteur/Créateur: William Chevillon, Licence: CC BY-SA 3.0
Une des plus anciennes statues vendéennes
Place Napoléon, La Roche sur Yon.JPG
Auteur/Créateur: Nicolas Bégaud, Licence: CC BY-SA 4.0
On voit la statue de Napoléon et l'église St Louis
Sacrécoeurlry.JPG
Sacré Cœur La Roche-sur-Yon
Tour Nord Eglise Saint-Louis de La Roche-sur-Yon.jpg
Auteur/Créateur: William Chevillon, Licence: CC BY-SA 3.0
Drapeau français sur la tour Nord Eglise Saint-Louis de La Roche-sur-Yon
Logotype de La Roche-sur-Yon.svg
Auteur/Créateur:

Commune de La Roche-sur-Yon

, Licence: marque déposée

Logotype de la commune de La Roche-sur-Yon.

La Roche-sur-Yon Marché aux volailles.jpg
Marché aux volailles de Vendée