1990

L'année 1990 est une année commune qui commence un lundi.

Chronologie territoriale

Monde

Afrique

Algérie
  • 20 avril : 100 000 personnes défilent dans les rues de la capitale pour réclamer l’instauration de la charia[16].
  • 12 juin : élections communales en Algérie, massivement remportées par le FIS (54,25 % des suffrages, 28 % pour le FLN), parti islamiste. Stupeur dans la société civile et parmi les élites francophones et militaires. Le 22 juillet, Abbassi Madani exige la tenue d’élections législatives anticipées[17].
  • 4 septembre : centralisation des services de renseignements au sein d'une nouvelle structure : le Département du Renseignement et de la Sécurité .
  • 1er novembre : lors de la date anniversaire du déclenchement de la lutte de libération, Abbassi Madani, leader du FIS, refuse de se rendre aux festivités officielles auxquelles il a été invité par le président de République.
  • 27 novembre : Les maires FIS remplacent la devise "Par le peuple et pour le peuple" sur la devanture de leur mairie par celle de "Commune islamique". Parallèlement, ils exigent la fermeture de toute fabrique de boissons alcoolisées, l’interdiction de la consommation de boissons alcoolisées et des poursuites judiciaires contre les consommateurs.
  • 27 décembre : 400 000 sympathisants du Front des Forces Socialistes défilent à Alger pour défendre la démocratie.

Amérique

  • 15 février :
  • 25 février : élections libres au Nicaragua. Le sandiniste Daniel Ortega est battu à élection présidentielle par la candidate de l’Union nationale d’opposition (UNO), Violeta Chamorro, veuve du dirigeant politique assassiné en 1978. Ortega déclare que « le changement de gouvernement ne signifie pas la fin de la révolution » et que son parti, fort de 40 % des suffrages et du contrôle des syndicats, continuerait à gouverner « d’en bas » afin de protéger les acquis de la révolution. Les sandinistes conservent le contrôle de l’armée. La situation reste instable jusqu'à la conclusion d’une trêve définitive avec les contras en 1994.
  • Février : réduction de la dette du Mexique de 12 % à la suite du plan Brady. Le pays peut reprendre sa croissance tout en payant ses intérêts, après avoir libéralisé son économie.
  • 11 mars - 26 septembre : crise d'Oka au Québec. Conflit entre les Mohawks et la sûreté du Québec (question du partage territorial et des droits des Indiens au Canada).
  • 15 mars : Fernando Affonso Collor de Mello devient président de la République du Brésil (fin en 1992). Il lance le premier “Plan Collor”, radical mais anticonstitutionnel : tous les comptes en banque rémunérés de plus de 50$ sont gelés, une nouvelle monnaie est créée et diverses mesures sont prises pour réduire le rôle de l’État. La situation économique est si mauvaise (89 % d’inflation en mars) que personne ne réagit. Le plan échoue.
  • 4 avril : reprise du dialogue au Salvador. Un accord signé à Genève prévoit la participation de l’ONU comme médiateur dans le règlement de la guerre civile.
  • 10 juin[18] : le président George H. W. Bush et le président mexicain Carlos Salinas se prononcent en faveur d’une extension de l’ALE au Mexique.
  • 18 juillet : Alberto Fujimori devient président du Pérou. Il parvient à circonscrire les effets du mouvement terroriste du Sentier lumineux, d’inspiration maoïste et totalitaire, en recourant à des moyens souvent illégaux et en profitant pour asseoir son pouvoir personnel.
  • Novembre[19] : création d’un Fonds d’investissement social d’urgence au Nicaragua.
  • 16 décembre[20] (Haïti) : élection de Jean-Bertrand Aristide, après une trentaine d'années de gouvernements militaires.

Asie et Pacifique

  • 24 avril : Noursoultan Nazarbaïev est élu président du Kazakhstan par le Parlement puis confirmé à ce poste au suffrage universel avec 95 % des suffrages le . Il s’engage avec un gouvernement resserré dans une transition douce vers l’économie de marché. La recherche de la stabilité, à l’intérieur comme à l’extérieur, constitue la priorité pour les dirigeants du pays. La liberté de parole et de réunion est accordée à tous à l’exception des extrémistes nationalistes russes et kazakhs. Toutes les activités susceptibles de fomenter des troubles ethniques sont interdites. Des relations étroites sont maintenues avec la Russie dans les domaines économiques, militaires et politiques.
  • 1er mai : la loi martiale est levée au Tibet[23].
  • 17 mai : l’Armée révolutionnaire proclame l’île Bougainville république indépendante[24].
  • 24 mai : Kim Il-sung est réélu à la présidence de la Corée du Nord pour quatre ans[25].
  • 27 mai (Birmanie)[26] : les élections législatives voient la victoire écrasante du parti d’opposition, la Ligue nationale pour la démocratie, dirigée par Mme Aung San Suu Kyi (fille de Aung San, assignée à résidence dès 1989) mais le SLORC refuse la tenue de la convention de l’Assemblée du peuple et poursuit sa politique de répression.
  • Juin : activité des extrémistes nationalistes hindous en Inde. Le VHP demande à chaque Hindou de contribuer financièrement à l’édification du temple de Rāma à Ayodhya, dont la construction est décidée en juin.
  • 6 août : Benazir Bhutto, la première ministre pakistanaise, est limogée par le président Ghulam Ishaq Khan, pour corruption.
  • 28 août : plan de paix au Cambodge.
    • Les États-Unis et d’autres pays renoncent à soutenir la guérilla au Cambodge. En août, les quatre factions acceptent la création par les Nations unies d’un Conseil national suprême (CNS) comme gouvernement provisoire. L’ONU envoie des troupes et du personnel afin de contrôler l’administration et d’organiser des élections nationales. Le prince Norodom Sihanouk, de retour au Cambodge comme chef du Conseil national suprême, est accepté par la plupart des Cambodgiens comme la seule personne capable d’instaurer la paix.
  • Août : le Premier ministre indien V. P. Singh annonce que le gouvernement étend sa politique en faveur des castes défavorisées. En divisant les Hindous sur la question des castes, il espère contrecarrer le BJP (commission B. P. Mandal de 1979). Le BJP réagit immédiatement en organisant une gigantesque procession de chars à travers tout le pays jusqu'à Ayodhya, après avoir lâché le gouvernement. Une nouvelle majorité est trouvée avec l’appui du parti du Congrès.
Nawaz Sharif en 1998.
  • Inde : scandales impliquant des membres du gouvernement à New Delhi.

Proche-Orient

2 août : Début de la deuxième guerre du Golfe. Saddam Hussein entend, en annexant les champs pétrolifères du Koweït, contrôler 20 % des réserves mondiales, et mettre un terme à ses problèmes financiers et faire de son pays une grande puissance militaire. L’acquisition par la force d’un État souverain met en jeu des problèmes moraux et risque de bouleverser à plus ou moins long terme l’équilibre géostratégique. Le président des États-Unis, George H. W. Bush, fait voter par l’ONU un embargo sur les exportations de pétrole d’Irak et du Koweït annexé, et comme les effets de cette mesure tardent à se faire sentir, il bâtit une vaste coalition. Le prix mondial du brut hausse fortement, mais pour peu de temps, car les autres producteurs augmentent les quantités extraites et les réserves stratégiques constituées par les États industrialisés sont prêtes à être mises à la consommation.
  • 20 janvier : entrée des troupes soviétiques en Azerbaïdjan.
    • L’importante communauté arménienne de Bakou (environ 100 000 personnes) subit en janvier à son tour un terrible pogrom, renouvelé, en toute impunité par quelques milliers d’Eraz (Azéris réfugiés d’Arménie). Une semaine après, l’armée soviétique donne l’assaut à la ville de Bakou, perpétrant un véritable massacre dans la population civile.
  • 30 janvier (Liban) : début de violents combats entre les forces aounistes et FL.
  • Janvier : le gouvernement soviétique autorise plus de 250 000 juifs russes à émigrer vers Israël, ce qui constitue pour les peuples arabes un signe insupportable, et multiplie avec les Israéliens les contacts directs et indirects. À partir de , 10 000 Juifs soviétiques par mois émigrent vers Israël.
  • 9 mars : le gouvernement israélien annonce qu’il accepte l’ouverture de négociations avec les Palestiniens. L’enjeu ne portera que sur l’autonomie des territoires. Yitzhak Shamir, chef d’un gouvernement plus à droite depuis le 11 mars, ajoute qu’il poursuivra une politique d’implantation de colonies et qu’il ne reconnaîtra pas la présence de ressortissants de Jérusalem-est dans la future délégation palestinienne. C’est l’impasse.
  • 15 mars : pendaison du journaliste Farzad Bazoft à Bagdad pour espionnage.
  • 2 avril : à la suite de l’embargo mis en place par les Américains sur les ventes de produits technologique à l’Irak, Saddam Hussein accuse publiquement les États-Unis et la Grande-Bretagne, qui soutiendraient Israël dans sa volonté d’intervenir contre l’Irak. Il menace de recourir à l’emploi d’armes chimiques si Israël s’en prend aux sites industriels irakiens. Le Congrès des États-Unis envisage un embargo commercial contre l’Irak.
  • 21 mai : un accord entre les deux Yémen permet la réunification du pays.
  • 28-30 mai[28] : le sommet arabe de Bagdad souligne le droit de l’Irak de prendre toutes les mesures susceptibles « d’assurer sa sécurité et de favoriser les moyens de son développement, y compris par l’acquisition de moyens scientifiques et technologiques de pointe ».
  • 30 mai : un raid du Front de libération de la Palestine sur la plage de Tel-Aviv, certainement commandité par Bagdad, échoue.
  • Mai : élections en Syrie. Les candidats indépendants remportent un certain nombre de sièges au détriment du Baath. Ce sont essentiellement des chefs tribaux, des hommes de religion et des hommes des nouveaux milieux d’affaires.
  • 2 juillet : en Arabie saoudite, 1 426 pèlerins meurent piétinés après un mouvement de panique à La Mecque.
  • 17 juillet : Saddam Hussein accuse les dirigeants du Golfe de collusion avec les États-Unis.
  • 18 juillet :
    • Saddam Hussein remet un message à la LEA dans lequel il accuse le Koweït de voler le pétrole irakien depuis 1980. L’émirat demande une intervention de l’ONU.
    • Le refus des monarchies pétrolières de transiger sur le paiement des dettes, en particulier du Koweït, irrite Bagdad. Par ailleurs le Koweït pratique une politique de bas prix qui entrave la reconstruction irakienne. Il a exploité, pendant la guerre Iran-Irak, les nappes pétrolifères communes aux deux pays et Saddam Hussein réclame des dédommagements.
  • 2 août : début de la Guerre du Koweït (1990-1991).
  • 3 août : le conseil ministériel de la Ligue arabe condamne l'invasion du Koweït. L’Égypte tente une médiation.
  • 4 août : l’armée irakienne envahit les zones neutres séparant l’Irak, le Koweït et l’Arabie saoudite. Cette dernière craint une invasion de la région pétrolière du Hasa.
  • 6 août :
    • La résolution 661 du Conseil de sécurité des Nations unies, adoptée par 13 voix et 2 abstentions (Cuba et le Yémen), décide d’un embargo commercial, financier et militaire contre l’Irak.
    • Le Secrétaire à la Défense américain, Dick Cheney, transmet aux Saoudiens des informations recueillies par les satellites américains sur les concentrations de troupes irakiennes au sud du Koweït.
    • L’Arabie saoudite accepte le déploiement militaire américain sur son territoire (opération « Bouclier du désert »), qui met fin aux transactions diplomatiques. En novembre, elle est solidement défendue par les forces de la coalition.
  • 7 août :
    • Les États-Unis lancent l’opération Bouclier du désert. Des troupes, des chars et des avions de combat sont envoyés en Arabie saoudite.
    • Les États-Unis ne peuvent accepter cette agression qui viole le droit international et risque de mettre 40 % des réserves mondiales sous le contrôle de l’Irak au cas où il poursuivrait son attaque sur l’Arabie saoudite. Les monarchies arabes se sentent directement menacées. George H. W. Bush peut bâtir sous l’égide de l’ONU une vaste coalition internationale réunissant l’OTAN et des pays arabes (dont l’Égypte et la Syrie) avec le feu vert de Gorbatchev. Un puissant corps expéditionnaire est mis en place en quatre mois, le plus grand déploiement depuis 1945.
  • 8 août : l’Irak annexe officiellement le Koweït.
  • 10 août : lors du sommet extraordinaire de la Ligue arabe réuni au Caire, une faible majorité condamne l’agression du Koweït par l'Irak, soulignant la division du monde arabe. Le sommet décide l’envoi d’une force panarabe (troupes syriennes, égyptiennes et marocaines) pour protéger l’Arabie saoudite.
  • 18 août : Bagdad annonce la prise en otages des « ressortissants de nations agressives » et décide de les regrouper dans des zones stratégiques, où ils seront utilisés comme des boucliers humains contre d’éventuels bombardements.
  • 23 août : l'Arménie déclare son indépendance vis-à-vis de l'URSS. Le Mouvement national arménien, issu du Comité Karabakh, remporte les premières élections législatives libres au cours de l’été. Le Parlement arménien adopte des lois sur les libertés de parole, de presse et d’association, sur le multipartisme et sur la privatisation des terres.
  • 25 août : la résolution 665 décrète un embargo économique total sur l’Irak, autorisant le recours aux moyens militaires.
  • 17 septembre[29] : le gouvernement soviétique renoue ses relations diplomatiques avec l'Arabie saoudite, rompues depuis 1938.
  • 20 septembre : en Géorgie, l’Ossétie du Sud se déclare république souveraine. Le Soviet suprême géorgien supprime le statut administratif de la région. Des combats entre les Géorgiens et les Ossètes s’ensuivent et ne se calment que lorsqu’une force de maintien de la paix composée de quatre parties (russe, géorgienne, ossète du Sud et ossète du Nord) est déployée.
  • 10 octobre : début de l'Affaire des couveuses au Koweït.
  • 8 novembre : le président américain George H. W. Bush ordonne l’envoi de 200 000 soldats supplémentaires dans le Golfe. Les forces américaines dépassent les 300 000 hommes.
  • 14 novembre : Zviad Gamsakhourdia est porté au pouvoir en Géorgie. Anticommuniste fanatique et paranoïaque, il se transforme très vite en dictateur.
  • 29 novembre :
    • Élections législatives en Égypte. Les partis d’opposition légale s’abstiennent. Le PND, parti gouvernemental, remporte 79,6 % des suffrages et 348 sièges sur 444[30].
    • Comme l’embargo qui frappe l’Irak ne donne aucun résultat, la résolution 678 du Conseil de sécurité des Nations unies, adoptée par 12 voix contre deux - Cuba et le Yémen - et une abstention - la Chine - fixe un ultimatum à l’Irak d’appliquer d’ici au les résolutions de l’ONU, sinon tous « les moyens nécessaires » seront utilisés pour les faire respecter.

Europe

Distinctions internationales

Prix Nobel

Les lauréats du Prix Nobel en 1990 sont :

Autres prix

Fondations en 1990

Naissances en 1990

Décès en 1990

Personnalités majeures décédées en 1990

Notes et références

  1. Le Gabon de 1982 à 1996
  2. books.google.fr
  3. Discours intégral du président Mobutu
  4. Gabon : repères événementiels
  5. http://www.politique-africaine.com/numeros/pdf/043050.pdf
  6. Cap-Vert : situation institutionnelle
  7. Congo : repères événementiels
  8. Mozambique : repères événementiels
  9. Niger : situation institutionnelle
  10. « Memoire Online - L'alternance politique au Sénégal : 1980-2000 - Adrien THOUVENEL-AVENAS »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  11. Expat, en Afrique, déménagement Cameroun, Douala, Conciergerie expat, homesitting, Assurance santé expatriés
  12. Le Palais de la Marina - La constitution de 1990
  13. Abdellatif Mansour, « 14,15 et 16 décembre 1990, un mot d'ordre de grève générale est lancé, émeutes populaires, avec un "pic" à Fès, l'armée tire dans le tas. 25 ans après, identification et épitaphes sur les tombes. », MarocHebdo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. Afrique
  15. Bienvenue au ZOMARÉ - Madagascar 2
  16. Histoire de l’Algérie : Des origines à nos jours
  17. Hassane Zerrouky, La Nébuleuse islamiste en France et en Algérie=, Editions 1, , 374 p. (ISBN 978-2-84612-320-4, présentation en ligne)
  18. Microsoft Word - Document9
  19. books.google.fr
  20. « Haiti-Reference: Elections en Haiti »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  21. http://www.al.lu/physics/Downloads/Quatri%C3%A8me/Geo/Kasakhstan.pdf
  22. Notes : 33. Insurrection népalaise
  23. « PRESENTATION de la situation en TIBET et en CHINE (1/3) »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  24. United Nations Human Rights Website - Treaty Bodies Database - Document - Concluding Observations/Comments - Papua New Guinea
  25. « Democratic People's Republic of Korea - Switzerland - The Official Website »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  26. www.info-birmanie.org
  27. MALAISIE : élections parlementaires en Dewan Rakyat, 1990
  28. Histoire générale, création multimédia, cd roms, dvd roms : Cliosoft
  29. Proche et Moyen-Orient
  30. Histoire de l'Égypte

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

Hannover Gehry-Tower.jpg
(c) Tim Rademacher, Wikimedia Commons, CC-BY-SA-4.0
Gehry Tower in Hanover, Germany
Concorde on Bristol.jpg
The last ever flight of any Concorde, 26th November 2003. The aircraft (G-BOAF) is overflying Filton airfield at two thousand feet to take a wide circle over the Bristol area before the final landing on the Filton (Bristol) runway from which she first flew in 1979, and from which the first British Concorde flew in 1969.
Nawaz Sharif profile.jpg
Nawaz Sharif, Prime Minister of Pakistan
Garbo in Inspiration.jpg
Greta Garbo in a publicity still for the American film Inspiration (1931).
Leonard Bernstein 1971.jpg
Leonard Bernstein in rehearsal of his "Mass"
1990 Events Collage.png
Auteur/Créateur: The ganymedian, Licence: CC BY 3.0
1990 Events Collage
Ava Gardner 1949.JPG
Photo of Ava Gardner from the front cover of the New York Sunday News magazine.
  • A renewal search was done in periodicals for the years 1976 and 1977. There were no listing for either the New York News or New York Sunday News. There's no evidence of renewal for ths 1949 issues of the newspaper.