Berlin

Berlin
Land Berlin
Blason de Berlin
Blason
Drapeau de Berlin
Drapeau
Berlin
À gauche, localisation de Berlin (en vert foncé) en Allemagne et en Europe. À droite, localisation de Berlin en Allemagne.
Administration
PaysDrapeau de l'Allemagne Allemagne
Bourgmestre-gouverneurFranziska Giffey (SPD)
ISO 3166-2DE-BE
Démographie
GentiléBerlinois
Population3 748 148 hab. ([1])
Densité4 203 hab./km2
Rang8e
PIB (2015)

PIB/hab.
124,627 Md € (7e)

33 300  (8e)
Géographie
Superficie891,7 km2
Rang14e
Politique
Parti(s) au pouvoirSPD-Linke-Grünen
Chambre des députés
SPD
Grünen
CDU
Linke
AfD
FDP
Total

36
32
30
24
13
12
147
Nombre de voix
au Bundesrat
4
Liens
Site webwww.berlin.de

Berlin (/bɛʁ.lɛ̃/[2] ; en allemand : /bɛɐ̯ˈliːn/[3]) est la capitale[4] et la plus grande ville d'Allemagne. Institutionnellement, c’est une ville-État nommée Land de Berlin.

Située dans le Nord-Est du pays, Berlin compte environ 3,8 millions d'habitants[1], sur 892 km2. Ses habitants s'appellent les Berlinois et les Berlinoises (die Berliner et die Berlinerinnen en allemand). Elle est la première ville et la huitième agglomération la plus peuplée de l'Union européenne. L'agglomération de Berlin s'étend sur 3 743,31 km2, et compte 4,6 millions d'habitants (2020). La région métropolitaine de Berlin-Brandebourg qui cumule les Länder de Berlin et de Brandebourg regroupe au total près de six millions d'habitants.

Fondée au XIIIe siècle, Berlin a été successivement capitale de l'électorat du Brandebourg (1247-1701), du royaume de Prusse (1701-1871), de l'Empire allemand (1871-1918), de la République de Weimar (1919-1933) et du Troisième Reich (1933-1945). Après 1945 et jusqu'à la chute du mur de Berlin en 1989, la ville est partagée en quatre secteurs d'occupation. Pendant la Guerre froide, le secteur soviétique de la ville, nommé Berlin-Est, est devenu la capitale de la République démocratique allemande, alors que Berlin-Ouest était politiquement rattachée à la République fédérale d'Allemagne, devenant ainsi un bastion avancé du « Monde libre » à l'intérieur du Bloc communiste. Après la chute du mur, Berlin redevint, en 1990, la capitale de l'Allemagne alors réunifiée, et les principales institutions fédérales y emménagèrent en 1999.

Berlin est une ville mondiale culturelle et artistique de premier plan[5]. En 2018, Berlin a accueilli 13,5 millions de visiteurs[6], dont 6,5 millions de visiteurs étrangers.

Géographie

Toponymie

L'influence lacustre se retrouve dans l'étymologie même de Berlin, issue d’une racine slave *brl qui désigne un marais ou une zone marécageuse[7]. Le toponyme Berlin pourrait être aussi rapproché du terme sorabe barlen ou berlén qui désigne les grillages de bois placés en divers endroits d'une rivière par les pêcheurs[8]. Contrairement à ce que l'étymologie populaire affirme, Berlin n’est pas basé sur le nom allemand de l'ours, Bär, suivi du suffixe diminutif -lin sous une forme dialectale (allemand -lein)[9]. D'ailleurs, l'accentuation même s'oppose à cette interprétation, puisque l'on doit prononcer [bɛɐ̯.ˈliːn] en appuyant sur le i long, tout comme dans les nombreux toponymes en -in de la partie est de l'Allemagne (ex. : Schwerin) qui remontent au slave. L'ours a néanmoins été choisi pour être la mascotte de la ville et figure sur ses armoiries.

Topographie

La ville de Berlin se situe dans le Nord-Est de l’Allemagne, dans la plaine germano-polonaise, à 33 m d'altitude, au confluent de la Sprée et de la Havel. Les affluents de la Sprée sont la Panke, la Dahme, la Wuhle et l'Erpe. Une particularité de la ville est la présence de nombreux lacs et rivières, le long des cours d'eau. On en trouve plusieurs à l'ouest, mais aussi à l'est avec le Müggelsee.

La topographie berlinoise a été fortement influencée par la dernière ère glaciaire, et par la glaciation saalienne et la glaciation vistulienne qui a dessiné la vallée proglaciaire de Varsovie-Berlin qui traverse le land d'est en ouest entre le plateau de Barnim au nord et le plateau de Teltow au sud.

Climat

La capitale allemande possède un climat semi-continental, caractérisé par une amplitude plus importante qu'en climat océanique (plus à l'ouest) entre des hivers modérément froids et relativement secs et des étés assez chauds et orageux. Berlin est classé dans « Cfb » selon la classification de Köppen. Les précipitations tombent d'ailleurs majoritairement durant la saison estivale. Le record de chaleur est de 38,5 °C le et le record de froid de −26 °C le . La température moyenne annuelle est de 9,7 °C.

Moisjan.fév.marsavrilmaijuinjui.aoûtsep.oct.nov.déc.année
Température minimale moyenne (°C)−1,9−1,51,34,2912,314,314,110,66,32,2−0,45,9
Température moyenne (°C)0,51,44,98,8141719,118,914,79,94,71,99,7
Température maximale moyenne (°C)2,94,28,513,218,921,623,723,618,813,47,14,113,4
Record de froid (°C)−23,1−26−16,5−8,1−41,56,13,5−1,5−9,6−16−20,5−26
Record de chaleur (°C)15,519,624,831,335,535,938,537,234,228,120,51638,5
Précipitations (mm)42,333,140,537,153,868,755,558,245,137,343,655,3570,5
Source : Le climat à Berlin (en °C et mm, moyennes mensuelles 1971/2000 et records depuis 1876) meteostats-bzh

Histoire

Politique et administration

Berlin, capitale

Berlin est redevenue la capitale de l'Allemagne le . Il a cependant fallu un vote[10] tendu et très serré au Bundestag, le , pour que la décision soit prise de transférer les institutions de Bonn à Berlin. Le transfert du gouvernement et du chancelier à Berlin a eu lieu en 1999.

Berlin, ville-État

L'hôtel de ville de Berlin, siège du maire-gouverneur et de son « gouvernement », le Sénat de Berlin.

Du point de vue institutionnel, Berlin est une ville-État (Stadtstaat en allemand) où coïncident dans les mêmes organes et sur le même territoire les compétences de l’administration municipale et celles des États-membres (länder) qui composent la fédération. C'est pourquoi on l’appelle aussi « Land de Berlin ». Hambourg et Brême possèdent une organisation similaire.

En tant que land, Berlin envoie quatre représentants au Conseil fédéral (Bundesrat) où elle participe ainsi au vote des lois nationales. La ville dispose de pouvoirs administratifs étendus, mais également de pouvoirs législatifs, pouvant réglementer par ses propres normes un ensemble très étendu de domaines. Ainsi, le land a compétence sur pratiquement tous les domaines (l'éducation, la culture, la planification, l’aide sociale, les transports), à l'exception de ceux exclusifs du Bund, l'État fédéral. La puissance de la ville-État se manifeste également par l'importance de son budget (plus de 20 milliards d'euros en 2011), même si le service de la dette y tient une place considérable. En effet, le montant de celle-ci s'élevait à 60 milliards d'euros en 2006[11].

(c) Ansgar Koreng / CC BY 3.0 (DE)
Entrée du tribunal régional.

Comme les autres Länder, Berlin est dotée d'une constitution dont le respect par les lois du Land est contrôlé par sa Cour constitutionnelle de Berlin. Remplaçant le précédent texte qui datait de 1950, l'actuelle Constitution de Berlin date de 1995. Elle est moderne, accordant notamment une attention particulière à l'environnement.

Le pouvoir exécutif est exercé par le Sénat de Berlin (Senat von Berlin), gouvernement dirigé par le bourgmestre-gouverneur (regierender Bürgermeister) et composé de huit membres. Ils sont à la tête d'une administration sénatoriale (Senatsverwaltung) elle-même organisée en une dizaine de ministères. Le bourgmestre-gouverneur et le Sénat sont responsables devant la Chambre des députés de Berlin (Abgeordnetenhaus von Berlin), parlement monocaméral composé de 149 membres élus pour cinq ans au moyen d’un scrutin partiellement majoritaire d’arrondissement et partiellement proportionnel.

L'unification des Bundesländer de Berlin et de Brandebourg a été rejetée par référendum en 1996 : si les Berlinois se sont exprimés en faveur de la fusion avec une majorité de 53,6 %, la proposition a été massivement rejetée dans le Brandebourg avec 62,7 % d'opposition[12].

Arrondissements de Berlin

12 arrondissements actuels et 96 quartiers.

L’organisation administrative est fixée, dans le cadre des principes établis par la Constitution de Berlin, par la législation du land. Or celle-ci prévoit une décentralisation territoriale articulée en arrondissements municipaux (Bezirke). Chacun d’eux constitue une collectivité dirigée par un maire et un exécutif de cinq membres siégeant dans une mairie d'arrondissement. Ils sont élus au suffrage universel direct à la proportionnelle tous les cinq ans par le biais de l'assemblée des délégués d'arrondissement (Bezirksverordnetenversammlung - BVV). Non seulement les arrondissements disposent d'une réelle légitimité politique, mais ils ont des pouvoirs croissants. Leur nombre, qui était de 23 en 1990, a d’ailleurs été ramené à 12 afin notamment de renforcer leurs structures administratives (mesure votée en 1998 et entrée en vigueur en 2001). Bien que soumis à la tutelle de l’exécutif du Land, les arrondissements disposent depuis 1995 d’une autonomie de dépenses, dans le cadre d’une dotation qui leur est attribuée globalement et sans contraintes particulières.

Sécurité

Hélicoptère de la "Polizei Berlin"

En 2005, Berlin est en deuxième position pour ce qui est du taux de délinquance en Allemagne (15 002 délits pour 100 000 habitants)[13].

Barbara Slowik, première femme à occuper le poste de préfet de police de Berlin depuis 2018, estime que le nombre de policiers, actuellement de 17 000, devrait remonter à 19 000. Elle envisage de recruter des candidats étrangers[14].

La Police fédérale (Bundespolizei) est l'une des trois forces de police nationale dans la République fedérale d'Allemagne[15] exerçant les compétences de la Fédération en matière de sécurité et de maintien de l’ordre. Elle est placée sous la tutelle du ministère fédéral de l’Intérieur.

Logement

Dans les années 1990, plus de 200 000 logements communaux publics sont privatisés en faveur de grandes firmes immobilières et de fonds d’investissements[16].

En septembre 2021, lors des élections législatives allemandes, un référendum fut organisé à Berlin dans lequel 56 % des votants ont exprimé le souhait d'exproprier les sociétés immobilières détenant plus de 3 000 logements, demandant à la ville de racheter les biens pour en faire des logements à loyer modéré. Le referendum n'est pas tenu d'être suivi légalement mais oblige le parlement à débattre de la solution[17].

Jumelages

La ville de Berlin entretient des accords de partenariat avec[18] :

Membres du réseau des villes créatives UNESCO

Depuis 2005, Berlin fait partie du réseau des villes créatives UNESCO, comme ville de design. Les coopérations entre les onze villes design de ce réseau sont nombreuses et se développent maintenant en dehors du strict cadre du design.

Démographie

C'est dans l'arrondissement de Friedrichshain-Kreuzberg qu'il y a la plus haute densité, la plus haute natalité et la plus basse mortalité de Berlin (ici sur la Mariannenplatz pendant Myfest 2014).

La ville et le Land de Berlin comptaient 3 748 148 habitants au [1] (4 203 hab./km2), dont 1 855 248 hommes (49,5 %) et 748 472 étrangers (20,0 %). L'âge moyen est de 42,7 ans.

Au début de son histoire en 1220, Berlin était une petite île sur la Sprée de 1 200 habitants. L'immigration des huguenots français à la suite de l'Édit de Potsdam en 1685 a donné une forte impulsion à la ville, alors peuplée de 10 000 habitants. Sa superficie et sa population ont progressé jusqu'en 1747 où elle a dépassé la barre des 100 000 habitants. Le siècle suivant était celui de l'industrialisation et du boom démographique de la ville qui a dépassé le million d'habitants en 1877.

Évolution de la population berlinoise pendant les dernières 130 années (1880-2016). La croissance « administrative » de 1920 et la chute spectaculaire.

L'intégration des communes limitrophes pour créer le grand Berlin en 1920 a fait de la ville pendant les années 1920 et 1930 la plus grande ville du continent européen et la troisième ville du monde après New York et Londres. Elle a connu sa plus grande population pendant la période du national-socialisme en 1942 avec 4 478 102 habitants, avant de baisser drastiquement à la fin de la Seconde Guerre mondiale à 2 807 405. La bataille de Berlin a complètement changé le visage de la population berlinoise : seul 14 % des Berlinois d'après-guerre habitaient à Berlin avant-guerre[19].

Entre 1957 et 1990, des jeunes hommes de la République fédérale d’Allemagne ont eu la possibilité de s’échapper du service militaire s’ils vivaient à Berlin-Ouest[20].

La population a ensuite très légèrement augmenté de quelques dizaines de milliers d'habitants pendant la partition, avant d'accuser une légère baisse après la réunification à la fin des années 1990. La population actuelle augmente aujourd'hui très lentement. La croissance démographique était en 2010 de 5,2  surtout grâce à un solde migratoire de 4,9 . Le taux de fécondité selon le recensement de 2011 est de 1,31 enfant par femme[21], légèrement en dessous de la moyenne nationale allemande à 1,36 enfant par femme[22].

Immigration

Nationalité des habitants
domiciliés à Berlin (2020)[23]
NationalitéPopulation
Drapeau de l'Allemagne allemande2 984 036
Drapeau de la Turquie turque98 814
Drapeau de la Pologne polonaise55 593
Drapeau de la Syrie syrienne40 574
Drapeau de l'Italie italienne31 355
Drapeau de la Bulgarie bulgare30 645
Drapeau de la Russie russe26 913
Drapeau de la Roumanie roumaine24 463
Drapeau des États-Unis américaine22 175
Drapeau de la Serbie serbe20 154
Drapeau de la France française19 590
Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam vietnamienne19 475
Drapeau du Royaume-Uni britannique16 092
Drapeau de l'Espagne espagnole14 840
Drapeau de la Grèce grecque14 458
Drapeau de l'Inde indienne14 161

D'après le registre des déclarations domiciliaires, 621 075 Berlinois sur 3 610 156 ne possédaient pas la nationalité allemande en [24], mais celle d'une des 190 nationalités présentes à Berlin. Cela représente 17,2 % de la population. En 2013, 6 674 Berlinois dont 3 690 Européens (y compris 1 600 Turcs) ont acquis la nationalité allemande[25]. D'après les résultats du recensement de 2011, il y eut cette année-là 164 577 immigrants (dont 87 573 Allemands et 77 104 étrangers) et 123 253 émigrants (dont 75 339 Allemands et 47 914 étrangers) à Berlin. Cela représente un solde migratoire positif de 41 324 personnes (dont 29 190 Allemands et 12 124 étrangers) qui constitue le principal facteur d'accroissement démographique de la capitale allemande.

Il existe également en Allemagne des statistiques sur les Allemands issus de l'immigration (Deutsche mit Migrationshintergrund), c'est-à-dire les immigrés naturalisés ou les enfants d'au moins un parent immigré depuis 1949. À ce compte, 444 257 Berlinois allemands (sur 3 562 166) ont un antécédent migratoire en 2014, dont 101 198 de l'Union européenne (dont 51 017 de Pologne), 153 452 des pays islamiques (dont 74 603 de Turquie, 18 113 du Liban), 64 624 de l'ex-Union soviétique (dont 24 256 de Russie), 19 827 de l'ex-Yougoslavie. Si l'on additionne les étrangers de Berlin et les Berlinois allemands ayant un « antécédent migratoire », on totalise 1 078 091 personnes, c'est-à-dire près d'un tiers des Berlinois (29,9 %)[24].

Les immigrés d'origine turque représentent la plus grande population étrangère à Berlin. En prenant en compte les Turcs d'Allemagne (mit Migrationshintergrund) et les étrangers turcs, la population turque ayant sa résidence principale à Berlin totalise 173 242 personnes, c'est-à-dire 4,9 % des Berlinois. C'est la plus grande population turque au monde hors de la Turquie[26]. Il s'agit d'une population ethnique non homogène, en reflet de la démographie de la Turquie. Il existe par exemple une minorité kurde. Ils sont présents majoritairement dans l'Ouest de Berlin, là où ils avaient originellement immigré. Les arrondissements où ils sont les plus nombreux sont Neukölln (12 %), Mitte (11,4 %) et Friedrichshain-Kreuzberg (10,9 %). Dans les années 1980, le sénat de Berlin-Ouest a stoppé temporairement l'immigration dans les districts de Tiergarten, Wedding et Kreuzberg, pour mieux répartir la population étrangère (et surtout turque) dans la capitale et éviter la formation de ghetto.

C'est le président Theodor Heuss qui invita d'abord 150 jeunes Turcs à venir en formation professionnelle à Berlin en 1955. Ensuite l'État allemand signa avec la Turquie un traité d'embauche de main-d'œuvre d'immigration turque en 1961. Ce seront les fameux Gastarbeiter. Leur séjour était limité à deux ans, et l'Allemagne arrêta les embauches en 1973. Depuis l'immigration turque se fait par regroupement familial et demande d'asile. Le nombre de retours au pays a ces dernières années dépassé l'immigration, et la population globale des Berlino-Turcs est en baisse. Les étrangers turcs à Berlin représentaient 120 684 habitants en 2003[27] et 98 659 en 2014. De même, 2 745 Berlino-Turcs ont acquis la nationalité allemande en 2003 et 1 600 en 2013.

Quoique le nombre d'immigrés fût nettement inférieur à Berlin-Est, des étudiants issus de la République démocratique du Viêt Nam furent invités par la RDA à venir y séjourner. Le flux se poursuivit après la réunification du Viêt Nam. Jusqu'en 1989, plus de 100 000 Vietnamiens sont venus en Allemagne de l'Est, et particulièrement à Berlin, pour y rester temporairement ou définitivement. Aujourd'hui ils représentent environ 23 179 personnes à Berlin (0,6 % de la population). 14 431 d'entre eux sont de nationalité vietnamienne et 8 354 sont de nationalité allemande. Ils sont restés majoritairement à l'est de Berlin, comme à Lichtenberg où ils représentent la première minorité immigrée (3 800 personnes[28]). La religion majoritaire parmi les immigrés vietnamiens est le bouddhisme mahāyāna.

Langue

Comme dans toute l'Allemagne, la langue officielle à Berlin est l'allemand standard (Hochdeutsch).

Religion

37 % des Berlinois s'identifient à une religion, dont 22 % à l'Église évangélique (2011). La proportion des croyants aux grandes religions stagne ou baisse depuis vingt ans, sauf ceux de l'Islam qui représentent environ 8 % des Berlinois.

Les différentes religions chrétiennes sont stables voire en déclin à Berlin depuis la réunification, mais on remarque encore des différences notables entre la partie occidentale et la partie orientale de la ville. En effet dans beaucoup des anciens quartiers de Berlin-Ouest, la communauté évangélique ou catholique compte plus de 40 % de croyants, tandis qu'il y en a pas plus de 10 % dans les nouveaux quartiers issus de Berlin-Est. Le primat de l'Église évangélique Berlin-Brandebourg-Haute Lusace silésienne est l'évêque Christian Stäblein depuis 2019. Heiner Koch est archevêque de l'Archidiocèse de Berlin depuis 2015. En 2009, les prestations annuelles du Land de Berlin était respectivement de 8 146 910  à l'Église évangélique et de 2 860 000  à l'Église catholique[29].

Le Berliner Dom sur l'île de la Spree dans Berlin-Mitte est l'église principale protestante.

L'Église évangélique luthérienne indépendante, aujourd'hui composée de huit paroisses à Berlin, a été fondée en 1830. Berlin est également le siège allemand des évêques orthodoxies bulgares et russes. Les baptistes sont présents dans la capitale fédérale depuis le milieu du XIXe siècle, avec aujourd'hui 36 paroisses. La communauté mormonne compte six paroisses. À Berlin se trouve également le siège des Témoins de Jéhovah allemand.

Le Conseil central des juifs d'Allemagne a son siège à Berlin. Son président depuis est Josef Schuster. Le Conseil coordonne la vie des différentes communautés juives installées sur le sol allemand. Actuellement, on dénombre environ 100000-200000 juifs vivant en Allemagne, avec de fortes communautés à Berlin et Munich. Aujourd’hui (2020) la plupart des membres sont des migrants. Berlin est la seule ville d'Europe où le nombre de juifs augmente, alors qu'il diminue partout ailleurs[30]. Symbole du renouveau du judaïsme, la plus grande synagogue d'Allemagne a rouvert ses portes en 2007 à Berlin.[31].

On compte aujourd'hui plus de onze synagogues, plusieurs temples bouddhiques et 76 mosquées dans la ville. Le nombre de croyants dans la religion islamique augmente régulièrement depuis la réunification et représente aujourd'hui plus de 7 % de la population berlinoise.

L'Église de Scientologie est également présente à Berlin. Le déménagement de son siège de Friedenau vers celui de Charlottenburg en 2007 a occasionné des polémiques[32].

Urbanisme

Le quartier Mitte avec Unter den Linden.

Berlin est égayée par plusieurs rivières, canaux, parcs et lacs (Havel, Berlin-Wannsee, Müggelsee, Sprée, Dahme, Landwehrkanal).

En 2020, le nombre total de logements à Berlin était de 1 983 000, alors qu'il était de 1 723 000 en 1991[33].

Berlin s'est développée à partir du vieux noyau de la ville, le Nikolaiviertel (aujourd'hui près d'Alexanderplatz), de la ville jumelle Cölln, de fondations de villes princières comme Dorotheenstadt et Friedrichstadt et enfin de la formation du Grand-Berlin en 1920 qui a incorporé des villes jusqu'alors indépendantes comme Spandau, Charlottenburg ou encore Köpenick, formant alors un Berlin de quatre millions d'habitants.

Du fait de ce développement décentralisé, Berlin présente des aspects très différents, dans son centre comme dans sa périphérie. Pour diverses raisons, la porte de Brandebourg (Brandenburger Tor) est devenue l'emblème de la ville — et plus encore, puisqu'elle représente aussi la réunification des deux Allemagne. Deux tours s'élancent dans le paysage berlinois : la Fernsehturm (tour de la télévision), sur l'Alexanderplatz dans le quartier Mitte, et la Funkturm (tour de la radio) qui se trouve dans le parc des expositions de Charlottenburg.

Dans le centre historique

Hackesche Höfe
  • L'Île aux Musées (Museumsinsel).
    • La cathédrale de Berlin (Berliner Dom) : la cathédrale historique de Berlin, intérieur néobaroque.
    • Le château de Berlin (Berliner Schloss) ;
    • Le Lustgarten : jardin sur l'île des musées.
    • Plusieurs musées : le musée de Pergame (musée archéologique où se trouvent notamment la Porte d'Ishtar et la Porte du marché de Milet), le Bode-Museum, l'Ancien Musée consacré aux collections des antiquités grecques, le Nouveau Musée qui regroupe les collections d'antiquités égyptiennes (dont le fameux Buste de Néfertiti) ainsi que celles de préhistoire et de l'antiquité, enfin l'Ancienne Galerie nationale.
  • Unter den Linden (ancienne avenue fastueuse avec de nombreux bâtiments historiques).
    • La Neue Wache : dédiée aux victimes des guerres. Elle abrite une copie de la sculpture de la Mère et son fils mort de Käthe Kollwitz.
    • L'ancien arsenal (Zeughaus) abrite le Deutsches Historisches Museum.
    • Le Staatsoper Unter den Linden, le plus beau des trois opéras de Berlin.
    • La cathédrale Sainte-Hedwige (catholique) sur la Bebelplatz où se trouve un monument en souvenir des autodafés de 1933 (au milieu de la place, une vitre sur le sol laisse découvrir les rangées vides d'une bibliothèque).
    • La Alte Bibliothek (surnommée « la commode »), désormais une annexe de la Humboldt-Universität.
    • L'université Humboldt de Berlin.
    • La bibliothèque d'État de Berlin (appelée Deutsche Staatsbibliothek à l'époque de la RDA), aujourd'hui l'une des bibliothèques scientifiques les plus grandes du monde.
  • La porte de Brandebourg (Brandenburger Tor) : véritable symbole de Berlin et de l'Allemagne réunifiée, elle figure sur les pièces en euros allemandes.
  • La Pariser Platz où se trouvent les ambassades française et américaine.
  • L'Alexanderplatz et le Nikolaiviertel.
    • La Fernsehturm : la tour de télévision avec ses 368 m de hauteur est la construction la plus haute non seulement de la ville, mais aussi de toute l'Allemagne (deuxième en Europe après la Tour Ostankino de Moscou).
    • Le Rotes Rathaus (« hôtel de ville rouge », du fait de la couleur de ses briques) : la mairie historique de la ville face à laquelle se trouve la très belle Fontaine de Neptune (Neptunbrunnen).
    • La Marienkirche.
    • La Nikolaikirche, église médiévale facilement reconnaissable dans le panorama berlinois grâce à ses deux tours.
  • Le Gendarmenmarkt (place des Gendarmes), sans doute la plus belle place de Berlin.
    • La Konzerthaus de Berlin (anciennement Schauspielhaus).
    • Le Deutscher Dom (cathédrale allemande, au sud de la place) et le Französischer Dom (cathédrale française) : elles accueillent respectivement aujourd'hui le musée de l'histoire parlementaire allemande (entrée libre) et le musée des Huguenots.
  • La nouvelle synagogue : elle n'est pas, malgré son nom, un monument moderne, mais date de 1859 (Eduard Knoblauch, architecte) ; elle a été reconstruite à l'identique en 1993[34].
  • Les Hackesche Höfe : un ensemble de bâtiments aménagés autour de cours communicantes (Mietskaserne).
Gendarmenmarkt

Dans le centre-ouest

Le Jardin zoologique de Berlin
  • Dans le grand parc du centre de Berlin, le Tiergarten, dans le quartier auquel il a donné son nom (Berlin-Tiergarten).
  • Du côté du Kurfürstendamm.
    • La Kaiser-Wilhelm-Gedächtniskirche ou « église du Souvenir » : l'église a été gravement endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale et a été conservée telle quelle en guise de mémorial. En raison de sa forme, elle est surnommée la dent creuse par les Berlinois.
    • L'Europa-Center : centre commercial sur plusieurs étages avec « L'horloge du temps qui passe ».
    • Le Kranzler-Eck.
    • Le « Theater des Westens » (Théâtre de l'Ouest).
    • Le Jardin zoologique de Berlin, un véritable zoo au cœur de la ville : le plus grand d'Europe. C'est aussi le nom d'une station-gare à côté du zoo.
    • Le Deutsche Oper Berlin dans la Bismarckstraße à Charlottenburg.
    • Le KaDeWe (Kaufhaus des Westens) : le plus grand magasin d'Europe continentale.

Le nouveau Berlin

Le Cube Berlin
  • La Potsdamer Platz (place de Potsdam). Le quartier a été entièrement reconstruit. Il fut une zone de no man's land lorsque Berlin était divisé. Cet immense espace vide situé en plein centre (la Potsdamer Platz était avant la guerre un des centres les plus importants de Berlin) a fait la joie des architectes — dont les célèbres Richard Rogers, Rafael Moneo, Renzo Piano, Arata Isozaki — qui ont pu se lancer dans les projets les plus fous. Le nouveau quartier qui s'y est construit est résolument tourné vers l'avenir.
  • Le Sony-Center avec le musée du cinéma, la Kaisersaal (salle impériale, vestige du Grand Hôtel Esplanade construit à l'époque de Guillaume II) et des cinémas (dont un IMAX).
  • Le complexe de Daimler avec notamment le centre commercial des Arcades (Arkaden), des cinémas (dont un IMAX), un théâtre musical et un casino.
  • Le Kulturforum.
  • La Philharmonie, salle de concert attitrée de l'Orchestre philharmonique de Berlin, surnommée un temps « Le Cirque Karajan » par les Berlinois en hommage à celui qui en fut le chef de 1954 à 1989.
  • La Nouvelle Galerie Nationale de Berlin.
  • Le Tempodrom, avec le Liquidrom.
  • Le mémorial aux Juifs assassinés d'Europe, inauguré en .
  • Un centre de documentation sur l'appareil de terreur du régime nazi (Topographie des Terrors) a été construit près de la Potsdamer Platz. Le centre a été construit à l'endroit où la Gestapo, la police secrète du régime nazi, les SS et les services de renseignement, avaient installé leur quartier général[35].

Le quartier du gouvernement

Les nouveaux bâtiments du parlement.

Ce quartier se construit autour du Reichstag, où siège le Bundestag. Cette zone était déjà auparavant consacrée à la politique et à la diplomatie.

On y trouve :

  • Le palais du Reichstag, rénové entre 1995 et 1999 par l'architecte Norman Foster, dans lequel siège le Bundestag, la chambre basse du parlement allemand (la diète).
  • La « Bande de la Fédération » (Band des Bundes) formée par :
    • la chancellerie et le jardin du chancelier,
    • les nouveaux bâtiments du parlement (commissions, bureaux des groupes parlementaires, présidence et bibliothèque),
  • la Wilhelmstrasse (ministère des Finances, ambassade britannique),
  • le quartier des ambassades (Botschaftsviertel) près du Tiergarten.

Autres quartiers

Le quartier de Neukölln-Weserstraße
Le quartier de Friedrichshain.
Futurium - La maison du futur
  • Les Cités du modernisme de Berlin, réparties dans six quartiers périphériques de la ville, classées au Patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2008.
  • Le Hansaviertel à Moabit, quartier choisi pour un concours d'architecture en 1953 grâce auquel on peut admirer 35 bâtiments réalisés jusqu'en 1957 par cinquante-trois architectes mondiaux dont Alvar Aalto, Egon Eiermann, Walter Gropius, Arne Jacobsen, Wassili Luckhardt, Oscar Niemeyer, Paul Schneider-Esleben et Max Taut.
  • Château de Tegel (Schloss Tegel), appelé aussi château d'Humboldt (Humboldt-Schlösschen), à Tegel.
  • Château Biesdorf.
  • Château Köpenick — rouvert comme musée de l'art Renaissance, Baroque et Rococo — et l'île au château.
  • Pavillon de chasse de Grunewald.
  • Pavillon de chasse de Glienicke.
  • Le pont qui enjambe la rivière Glienicke, devenu célèbre par l'échange de prisonniers et d'espions qui s'y faisait du temps de la Guerre froide.
  • La Pfaueninsel (île des paons).
  • Le quartier de Westend avec le stade olympique de Berlin, stade des Jeux olympiques d'été de 1936 mais aussi l'Unité d'habitation de Le Corbusier.
  • Le mur de Berlin avec la East Side Gallery dans le quartier de Friedrichshain.
  • La Karl-Marx-Allee dans le quartier de Friedrichshain.
  • L'Oberbaumbrücke, un pont qui relie les quartiers de Friedrichshain et Kreuzberg.
  • Le quartier de Prenzlauer Berg.
  • Le Checkpoint Charlie : le point de passage entre Berlin-Est et Berlin-Ouest. Le point de contrôle (ou une reconstitution) y demeure et un musée racontant les histoires de ceux qui s'évertuèrent à essayer de passer le mur a été aménagé à proximité.
  • La Funkturm ou tour de la radio.
  • Le château de Charlottenbourg entouré d'un très beau parc avec étendue d'eau, belvédère, pavillon.
  • Le quartier de Kreuzberg, un des quartiers turcs de Berlin.
  • Le quartier Europacity

Économie

Généralités

Historiquement, l'industrie a un poids important dans le développement économique de la ville. Des quartiers entiers sont nommés d'après des grands noms de l'industrie allemande, comme, notamment, Siemensstadt, bâti dans les années 1920 dans le quartier de Spandau pour les ouvriers de cette entreprise. Elle y a toujours son siège, contrairement à beaucoup d'autres sociétés berlinoises qui ont quitté la ville après la construction du Mur, par peur d'être coupées de leurs fournisseurs et de leurs marchés.

Dans les années 1990, Berlin s’est largement désindustrialisée. La ville a perdu 45 % des emplois de ce secteur[36]. Après la chute du Mur, la suppression des subventions fédérales accordées à la partie ouest et la politique très ambitieuse du renouveau de Berlin fait croître l'endettement de la ville qui atteint 20,6 milliards d'euros en 1994[37]. Il a fallu par ailleurs réunir les services publics des parties ouest et est tout en réduisant par trois le nombre de fonctionnaires[38]. Les investisseurs étrangers ne sont pas venus s'installer si vite que l'on avait espéré et les rentrées fiscales restent maigres, comparées aux dépenses concernant une population connaissant un fort taux de chômage. Beaucoup d'entreprises de Berlin-Est ont dû fermer pour manque de productivité. Toutefois, en 2007, Berlin a dégagé pour la première fois de son histoire un excédent budgétaire. La ville reste cependant fortement endettée (63 milliards en 2013).

Si le secteur des services occupe une place croissante à Berlin, la fonction publique reste le premier employeur de la ville (2010).

Avec un PIB de 163 milliards d'euros en 2021, la ville de Berlin est la troisième d'Union européenne après celles de Paris et de Madrid.

Industrie culturelle

Aujourd’hui (2015), Berlin est devenue le symbole de l’industrie Internet. La croissance économique y est supérieure à la moyenne nationale, l’économie numérique y emploie 60 000 personnes avec 18 000 emplois créés depuis 2008. 75 % des startups du pays sont concentrées à Berlin. La ville constitue un véritable atelier de création pour la scène technologique et digitale en Europe[39].

Tourisme

IFA, 2012

Le secteur touristique a tiré son épingle du jeu. Berlin est ainsi la ville la plus touristique d'Allemagne. En 2016, elle a accueilli 12,7 millions de visiteurs, avec environ 31,1 millions de nuitées. La fréquentation est d'ailleurs en nette augmentation depuis quelques années. Le secteur du tourisme représente aujourd'hui 400 000 emplois, pour un chiffre d'affaires brut de plus de 10 milliards d'euros[40].

La foire internationale de l'électronique IFA attire chaque année plus de 250 000 visiteurs de plus de 100 pays.

La ville de Berlin a mis l'accent aux XXIème siècle sur le tourisme équitable et écologique en profitant d'une surface importante en espaces verts.[41],[42]

Transports

Transports urbains

Le maillage urbain combine un réseau de trains urbains S-Bahn de 331 km qui desservent 166 gares (402 millions d'utilisateurs en 2013[43]), un réseau de lignes de métro U-Bahn de 146 km qui desservent 173 stations (507 millions d'utilisateurs en 2011), un réseau de tramway de 299 km qui desservent 382 arrêts (166,5 millions d'utilisateurs en 2010) et un réseau d'autobus diurne de 1 701 km et nocturne de 795 km (390 millions d'utilisateurs en 2011)[44]. Tous ces moyens de transports, accessibles avec un ticket ou un abonnement global, assurent une couverture quasi complète de la ville de jour (de h 30 du matin à h du matin le jour suivant).

Pour les transports nocturnes (entre h et h du matin) de semaine, les autobus sont souvent l'unique transport disponible. Le vendredi soir, le samedi soir et les veilles de jours fériés, les métros fonctionnent tout de même en continu pendant toute la nuit avec une cadence minimale de deux par heure. Pendant la semaine, des autobus remplacent les métros sur les mêmes lignes entre h et h 30. Les lignes S-Bahn ne sont pas remplacées par les autobus sur les mêmes lignes, mais la ville est cependant couverte avec un maillage d'autobus desservant toutes les grandes zones.

Berlin dispose également de six lignes publiques de ferry qui parcourent le réseau de lacs et de canaux berlinois pendant la journée. À part la S-Bahn gérée par une filiale de la Deutsche Bahn, les transports urbains berlinois appartiennent à la Berliner Verkehrsbetriebe (BVG).

La gare centrale de Berlin (Hauptbahnhof).

Après la construction du mur, les deux parties de la ville avaient choisi leur propre moyen de transport. À l'Ouest, on a privilégié les lignes de métro. Les lignes historiques desservaient déjà avant-guerre majoritairement les quartiers occidentaux. Les autorités de Berlin-Ouest ont choisi de renforcer le réseau, offrant une desserte très rapide et fiable. À l'Est, une grande partie des transports se faisait au moyen du réseau de tramways, qui avaient disparu à l'Ouest. Ils ont depuis été renforcés à l'est et ont fait leur — timide — réapparition à l'Ouest (notamment à Wedding).

La ville est traversée d'est en ouest par la Stadtbahn de Berlin. Sur cette ligne se trouvent les gares d'Ostkreuz, Warschauer Straße, la gare de l'Est, Jannowitzbrücke, Alexanderplatz, Hackescher Markt, Friedrichstraße, la gare centrale, Bellevue, Tiergarten, Zoologischer Garten, Savignyplatz, Charlottenburg et Westkreuz. La Stadtbahn croise à la Friedrichstraße un axe nord-sud passant par la gare du Nord et la gare d'Anhalt. Ce réseau fait partie du réseau en champignon (Pilzkonzept) encore non totalement abouti.

Cyclistes à Berlin.

Le réseau a été complété en 2002 par la remise en service de l'intégralité du chemin de fer de ceinture qui avait été divisé par le Mur puis mis hors service à Berlin-Ouest. La Ringbahn permet de faire le tour de la ville en soixante minutes exactement en passant par Gesundbrunnen au nord, Ostkreuz à l'est, Südkreuz au sud et Westkreuz à l'ouest.

La Deutsche Bahn propose un service de location de vélos similaire au Velib' de la métropole du Grand Paris, en France. Le réseau dispose de 60 stations de vélos en centre-ville et sera agrandi dans les années à venir[45]. Berlin est une ville célèbre pour son Circuit de l'étoile, manifestation organisée par le club des cyclistes allemands ADFC. En 2017, 100 000 cyclistes y auraient participé, d’après la police de Berlin.

Transports routier

Concernant le réseau autoroutier, la ville ne connaît pour l'instant qu'une demi-rocade du côté ouest ; elle devrait à long terme être bouclée. Il existe une deuxième rocade qui fait le tour de la ville à une plus grande distance (l'autoroute A10) qui est le plus grand périphérique d'Europe.

Transport aérien

(c) Arne Müseler / www.arne-mueseler.com, CC BY-SA 3.0 de
Aéroport Willy-Brandt de Berlin-Brandebourg.

Pour le transport aérien, Berlin possède jusqu’à l'automne 2020 deux aéroports : Tegel et Schönefeld. En 2017, les deux aéroports ont généré un trafic de 33 millions de passagers. Ils ferment après l'ouverture de l'aéroport Willy-Brandt de Berlin-Brandebourg (code AITA : BER) qui concentre ainsi tout le trafic aérien berlinois sur un seul site.

Transport ferroviaire

Pour le transport ferroviaire, plusieurs sociétés de chemin de fer ont en service des trains à grande vitesse, express régionaux ou régionaux en partance de plusieurs gares berlinoises. Après la réunification, de nombreux travaux ont eu lieu pour transformer l'ancienne gare de Lehrte en véritable gare centrale : elle est devenue le nœud central de Berlin pour le transport ferroviaire et la gare la plus grande d'Europe. Elle est entrée en fonction pour le trafic régional, interrégional et international le . La gare routière internationale de Berlin propose de multiples trajets en national, ou en international, sur des axes qui ne sont pas forcément desservis par le chemin de fer, notamment en Europe de l'Est.

Science

Union mathématique internationale

Éducation

Autres établissements assimilables à des grandes écoles de commerce :

  • Hochschule für Wirtschaft und Recht
  • ESCP Europe
  • European School of Management and Technology

Autres établissements assimilables à des écoles d'ingénieurs :

  • Berliner Hochschule für Technik
  • Hochschule für Technik und Wirtschaft Berlin

Autres établissements assimilables à des universités techniques :

  • Alice-Salomon-Hochhochschule Berlin
  • Evangelische Fachhochschule
  • Hertie School
  • Académie de musique Hanns Eisler
  • Académie allemande du film et de la télévision de Berlin
  • Académie des arts dramatiques Ernst Busch

Culture

Après la chute du mur de Berlin en 1989, de nombreuses maisons partiellement détruites pendant la Seconde Guerre mondiale et pas encore reconstruites se retrouvèrent au centre de Berlin. Elles se situaient dans le quartier de Mitte, qui faisait partie de Berlin-Est. Ces lieux abandonnés en plein centre-ville attirèrent beaucoup d'artistes et ils devinrent le sol fertile pour toutes sortes de cultures underground et autres contre-cultures. Des clubs s'y installèrent y compris le célèbre « Tresor », un des clubs techno les plus importants au monde.

La réputation du clubbing berlinois est reconnue et enviée dans le monde entier grâce à des discothèques légendaires, tel le fameux Kitkatclub et, plus récemment, le Berghain, deux institutions mondialement connues pour leur programmation musicale combinée à une certaine liberté sexuelle de leur clientèle.

Berlin a donc une vie culturelle riche et très diverse. Spectacles et manifestations en tout genre sont nombreux. C'est une ville internationale, très ouverte et tolérante, multiculturelle. Berlin compte plus de 150 théâtres et autres scènes, plus de 175 musées et collections, environ 300 galeries, plus de 250 bibliothèques publiques, 130 cinémas et de nombreuses autres institutions culturelles. Avec un budget pour la culture de presque un milliard d'euros, Berlin fait partie des leaders internationaux.

Beaucoup de jeunes Allemands et d'artistes continuent à s'installer à Berlin, faisant de la ville la capitale de la jeunesse et de la culture pop d'Europe.

Festivals

On peut noter le Carnaval des Cultures, un défilé de rue multiethnique annuel, ainsi que le CSD (Christopher Street Day), qui est la plus grande manifestation d'homosexuels en Europe centrale. Ces événements attirent des millions de Berlinois et sont soutenus par le gouvernement de la ville. Jusqu'en 2003 et également en 2006, chaque été eut aussi lieu la Love Parade, le plus grand défilé d'amoureux de la musique techno, en plein centre-ville, dans le Tiergarten.

La Berlinale est un festival de cinéma compétitif, créé en 1951. Il se tient chaque année début février, à Berlin. Un important marché de films, des rétrospectives et des sections parallèles complètent la manifestation, portée par la compétition internationale de longs métrages.

Musées

Le Bode-Museum dans l'île aux Musées.

Île aux Musées :

  • l'Altes Museum (réalisé par Karl Friedrich Schinkel) : antiquités grecques ;
  • l'Alte Nationalgalerie : collection d'art du XIXe siècle ;
  • le Bode-Museum : collection d'art byzantin, sculptures du Moyen Âge et de la Renaissance, Cabinet de médailles ;
  • le Neues Museum : antiquités égyptiennes ;
  • le musée de Pergame : collections de la Perse antique, de la Grèce antique et de l'art musulman.

Théâtres

Theater des Westens.

Cinéma

Berlin est aussi une référence pour le cinéma avec l'accueil chaque année en février de la Berlinale, festival international de cinéma dont la récompense suprême est l'Ours d'or.

Babylon Berlin (2016)

Quelques films se déroulant à Berlin :

La Berlinale en février (2022).

Orchestres, opéras et chorales

Orchestres :

Opéras :

Jardins zoologiques

À Berlin, il y a deux jardins zoologiques: le jardin zoologique de Berlin (Zoologischer Garten Berlin), fondé dès 1844, et le Parc zoologique de Berlin-Friedrichsfelde (Tierpark Berlin), fondé en 1954. Depuis la réunification de la ville de Berlin, les deux institutions coopèrent intensivement et, depuis le , ils sont dirigés par un seul directeur.

Sports

Stade olympique de Berlin.

Berlin a accueilli les Jeux olympiques d'été de 1936 et a été une des villes de la Coupe du monde de football 2006 dont elle a accueilli la finale au stade olympique de Berlin. Les Championnats du monde d'athlétisme 2009 se sont déroulés à l'Olympiastadion de Berlin en août. Le Marathon de Berlin se déroule chaque année en centre-ville tout comme le meeting d'athlétisme ISTAF comptant pour la Golden League. Le WTA Tour, ensemble des tournois de tennis féminin, comprend l'Open d'Allemagne organisé annuellement dans la ville depuis 1979. Fondé en 1896, c'est un des plus anciens tournois de tennis pour femmes.

Le stade An der Alten Försterei.

Berlin est la ville du Hertha BSC, une équipe de football de la 1. Bundesliga, de l'équipe de handball de 1. Bundesliga du Füchse Berlin jouant dans une salle de plus de 10 000 places et de l'équipe de basket-ball des Alba Berlin (connue sous le nom des albatros de Berlin, qui joue dans la même salle), qui ont gagné tous les championnats nationaux entre 1997 et 2003. Berlin est aussi la ville des Eisbären Berlin du Championnat d'Allemagne de hockey sur glace, une équipe qui a été fondée à l'époque de l'Allemagne de l’Est. Devenue 1er champion de la toute nouvelle 3. Bundesliga lors de la saison 2008/2009, l'équipe de football du 1.FC Union Berlin joue en 2. Bundesliga la saison 2009/2010. Promue en fin de saison 2018/2019, l'Union de Berlin joue pour la première fois de son histoire en Bundesliga, la saison 2019/2020. Le derby de Berlin Hertha/Union a donc désormais lieu en Bundesliga.

ClubSportFondé enLigueStade
Hertha BSCFootball1892BundesligaStade olympique de Berlin
1. FC Union BerlinFootball1906/1966BundesligaStadion An der Alten Försterei
Alba BerlinBasket-ball1991Basketball-BundesligaMercedes-Benz Arena
Eisbären BerlinHockey sur glace1954DELMercedes-Benz Arena
Füchse BerlinHandball1891DKB Handball-BundesligaMax-Schmeling-Halle
Wasserfreunde Spandau 04Water-polo1904Deutsche Wasserball-Liga

Cuisine

Depuis la chute du mur (1989), la cuisine berlinoise a fait de grands pas gastronomiques. La capitale allemande est devenue la ville la plus étoilée d'Allemagne grâce à ses 31 étoiles Michelin obtenues (2022)[48].

Notes et références

  1. (de) « Einwohnerinnen und Einwohner im Land Berlin am 31. Dezember 2018 » [PDF], sur Amt für Statistik Berlin-Brandenburg, (consulté le ).
  2. Prononciation en français standard retranscrite selon la norme API.
  3. Prononciation en allemand standard retranscrite selon la norme API.
  4. Loi fondamentale de la République fédérale d'Allemagne, article 22.
  5. Le Berlin des artistes et écrivains francophones, Fabula.org, 13/07/2022
  6. (de) « Tourismus in Berlin 2018 », sur taz, .
  7. (de) Oswald Jannermann, Slawische Orts- und Gewässernamen in Deutschland : Von Belgrad in Pommern bis Zicker auf Rügen, , 162 p. (ISBN 978-3-8370-3356-4, présentation en ligne).
  8. Louis Deroy et Marianne Mulon, Dictionnaire de noms de lieux, Le Robert, , 531 p. (ISBN 2-85036-195-X et 9782850361951).
  9. (de) Bernd Unger, Der Berliner Bär : Ein Streifzug durch Geschichte und Gegenwart, Waxmann Verlag, , 103 p. (ISBN 3-89325-990-2), p. 9.
  10. (de) Article sur le traité, avec le texte intégral, sur le site du Deutsches Historisches Museum.
  11. Pascale Hugues, « Berlin en faillite », Le Point, , no 1780, p. 84.
  12. [PDF] Document de présentation des objectifs de développement de la région Berlin-Brandebourg.
  13. « Allemagne. Francfort, haut lieu de la délinquance », Courrier international,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. "La police berlinoise pourrait recruter à l'étranger à cause d'une pénurie de candidats", RTBF, 4 août 2018.
  15. Avec l'Office fédéral de police criminelle et la Police près le Bundestag (de), la Police fédérale est l'une des trois forces de police fédérale en Allemagne.
  16. Rachel Knaebel, « Face à l’explosion des loyers à Berlin, un puissant mouvement d’habitants veut exproprier les gros bailleurs privés », sur Bastamag, .
  17. (en-US) « Berliners want to expropriate large real estate groups », sur Newsendip, (consulté le )
  18. (de) Städtepartnerschaften
  19. Statistisches Bundesamt (Hrsg.): Statistisches Jahrbuch für die Bundesrepublik Deutschland 1953. p. 41.
  20. Lorraine Millot, « Les jeunes Allemands boudent l'armée. », Libération, 7 juin 1995.
  21. (de) « Gebiet und Bevölkerung » [PDF], sur statistik-berlin-brandenburg.de, .
  22. (de) « Geburtenziffer », sur de.statista.com, .
  23. « Statistischer Bericht A I 5 – hj 1 / 20 Einwohnerinnen und Einwohner im Land Berlin am 30. Juni 2020 », Amt für Statistik Berlin-Brandenburg, (consulté le )
  24. (de) « Statistischer Bericht » [PDF], sur Amt für Statistik Berlin-Brandenburg, .
  25. (de) « Ausländische Bevolkerung sowie Einbürgerungen 2013 », sur statistik-berlin-brandenburg.de.
  26. « Berlin Deutsch-Türkisch, Einblicke in die neue Vielfalt. »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], 9,88 Mo)
  27. (de) « Ausländische Bevolkerung sowie Einbürgerungen 2013 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur statistik-berlin-brandenburg.de.
  28. (de) « Integrationsbeauftragte », sur www.berlin.de, (consulté le ).
  29. (de) « Kleine Anfragen zum Thema Kultur » [archive du ], sur www.cdu-fraktion.berlin.de, Recensement de 2011
  30. Heureux comme les juifs en Allemagne ?, le Monde du 13 septembre 2007
  31. La plus grande synagogue d'Allemagne rouvre ses portes à Berlin, Le Monde, 1er septembre 2007
  32. (de) « Proteste bei Eröffnung von Scientology », Der Tagesspiegel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. Anzahl der Wohnungen in Wohn- und Nichtwohngebäuden in Berlin in den Jahren von 1991 bis 2020, Statista, (consulté le 14 juin 2022).
  34. C'est un remarquable exemple de pastiche byzantin et mauresque de type « orientaliste ». La célèbre photo qui la montre en train de brûler est souvent légendée comme un incendie criminel nazi. Celui-ci a bien eu lieu en 1938, mais a fait peu de dégâts. La photo a en réalité été prise en 1943, pendant un bombardement allié qui l'a totalement détruite. Elle se trouve dans l'Oranienburger Strasse, rue aujourd'hui très touristique, où sont situés de nombreux cafés et restaurants, le Tacheles ainsi que l'ancienne Poste. Véritable symbole du judaïsme, elle fait l'objet d'une surveillance constante eu égard aux craintes de vandalisme à caractère antijuif. Sa coupole dorée est à nouveau visible de loin.
  35. Cécile Calla, « À Berlin, un centre de documentation sort de terre sur l'ancien QG de la terreur nazie », Le Monde, .
  36. Voir BORST R., KRÄTKE S. (dir.), Berlin Metropol zwischen Boom und Krise, Opladen, Leske + Budrich, 2002.
  37. Valérie Kuhlmann, « Berlin a deux doigts de la faillite », LExpansion.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. Odile Benyahia-Kouider, L'Allemagne paiera, Paris, Fayard, , 268 p. (ISBN 978-2-213-67760-6), p. 236.
  39. Berlin, capitale européenne des start-up, BFM Business, 21/01/2016
  40. Office des Statistiques du Land de Berlin, voir Business Location center
  41. "Les 20 villes d'Europe les plus vertes en 2022" par Chloé Gurdjian le 20 octobre 2021 dans Géo Magazine [1]
  42. "Tourisme durable : Quelles sont les 20 villes vertes européennes en 2022 ?", dans Forbes le 5 novembre 2021 [2]
  43. (de) « S-Bahn Berlin mit neuem Fahrgastrekord », sur www.s-bahn-berlin.de, 5. mai 2014 (consulté le ).
  44. (de) « Das Amt für Statistik Berlin-Brandenburg ».
  45. Voir sur berlin.de.
  46. Nobelpreisträger Humboldt-Universität zu Berlin, (consulté le 30 juillet 2022).
  47. Erfolge ihrer Mitglieder Freie Universität Berlin, (consulté le 30 juillet 2022).
  48. Berlin Restaurants, Guide Michelin 2022, (consulté le 21 juillet 2022).

Voir aussi

Bibliographie

  • Anonyme, Une femme à Berlin, Gallimard, coll. « Témoins », .
  • Cyril Buffet, Berlin, Fayard, .
  • Albert van Dievoet, « L'exposition d'art belge à Berlin », L'expansion belge, revue mensuelle illustrée, Bruxelles, no XI,‎ , p. 502-503.
  • Alfred Döblin, Berlin Alexanderplatz, Paris, Gallimard, , 64 p. (ISBN 978-2-07-037239-3).
  • Boris Grésillon, Berlin : métropole culturelle, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », , 351 p. (ISBN 978-2-7011-3234-1).
  • Boris Grésillon et Dorothée Kohler, « Berlin, capitale en attente », Hérodote, vol. 2, no 101,‎ (lire en ligne).
  • Magnus Hirschfeld (préf. Patrick Cardon), Les Homosexuels de Berlin, 1908, QuestionDeGenre/GKC, .
  • Jean-Michel Palmier, Retour à Berlin, Paris, Payot, , 305 p. (ISBN 978-2-228-88212-5)
  • Régine Robin, Berlin chantiers : essai sur les passés fragiles, Paris, Stock, , 445 p. (ISBN 978-2-234-05335-9)
  • Ruth Margarete Roellig (trad. Charles Adam, préf. Magnus Hirschfeld), Les Lesbiennes de Berlin, 1928, QuestionDeGenre/GKC, .

Articles connexes

  • Réunification allemande
  • Remodelage de Berlin
  • La Gazette de Berlin
  • Salle des Congrès de Berlin
  • (422) Berolina, astéroïde nommé d'après Berolina son nom latin

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

Flag of Indonesia.svg
bendera Indonesia
Flag of Namibia.svg
Flag of Namibia
Flag of the United Kingdom (3-5).svg
The flag of the United Kingdom (3:5 version). This flag is the Union Flag in the 3:5 ratio exclusively used on land. At sea, the correct ratio is 1:2.
Flag of Syria.svg
Il est facile de mettre un cadre autour de cette image d'un drapeau
Flag of Greece.svg
Drapeau de la Grèce (depuis 1978) et insigne naval de la Grèce (depuis 1828)
Flag of Europe.svg
Le Drapeau européen est le symbole non seulement de l’Union européenne, mais aussi de l’unité et de l’identité de l’Europe dans un sens plus large, puisqu'il a d'abord été le drapeau du Conseil de l'Europe. Le cercle d'étoiles dorées représente la solidarité et l’harmonie entre les peuples d’Europe. Le nombre d'étoiles n’est pas lié au nombre d’États membres. Les créateurs du drapeau, Paul M.G Lévy et Arsène Heitz, voulaient représenter la couronne de 12 étoiles de la Vierge Marie de la rue du Bac à Paris. Ainsi, le drapeau reste le même, indépendamment des élargissements du Conseil de l'Europe (actuellement 46 membres) ou de l'Union européenne (actuellement 27 membres).
Flag of Ireland.svg
La partie verte du drapeau représente la majorité catholique de l'île, la partie orange représente la minorité protestante tandis que le blanc central représente la paix et l'harmonie entre ces deux communautés.
Flag of Finland.svg
Drapeau de la Finlande
Flag of Portugal.svg
Flag of Portugal, created by Columbano Bordalo Pinheiro (1857-1929), officially adopted by Portuguese government in June 30th 1911 (in use since about November 1910). Color shades matching the RGB values officially reccomended here. (PMS values should be used for direct ink or textile; CMYK for 4-color offset printing on paper; this is an image for screen display, RGB should be used.)
Flag of Croatia.svg
Il est facile de mettre un cadre autour de cette image d'un drapeau
Olympic rings without rims.svg
Logo des Jeux Olympiques avec ses cinq cerceaux bleu, jaune, noir, vert et rouge.
Berlin Hauptbahnhof0514.JPG
Auteur/Créateur: MaryG90, Licence: CC BY-SA 3.0
Berlin Hauptbahnhof
S-Bahn Berlin.jpg
Le S-Bahn de Berlin. J'ai pris cette photo lors de mon séjour à Berlin
Berlin-Charlottenburg Theater des Westens 05-2014.jpg
Auteur/Créateur: A.Savin, Licence: CC BY-SA 3.0
Building of Theater des Westens, Berlin, Germany
Dom Berlin abends (jha).jpg
Auteur/Créateur: Arne Hückelheim, optical correction by Johann H. Addicks, Licence: CC BY-SA 3.0
Berliner Dom with Berliner Fernsehturm in the background - photo taken at evening at the blue hour
BerlinerMiam.jpg
Auteur/Créateur: Lear 21, Licence: CC BY-SA 4.0
Berliner Pfannkuchen in verschiedenen Variationen, 2022
Berlin-Mitte Hackesche Höfe Hof I (2).jpg
Auteur/Créateur: Arnoldius, Licence: CC BY-SA 4.0
Berlin Hackesche Höfe, Hof I, Blick nach ESE auf den Eingang von der Rosenthaler Straße
Berlin Philharmonie asv2018-05 img1.jpg
Auteur/Créateur: A.Savin, Licence: FAL
Philharmonie (concert hall) in Berlin
BabylonBerlinFilmset.jpg
Auteur/Créateur: Lear 21, Licence: CC BY-SA 4.0
Dreharbeiten zur Filmserie Babylon Berlin in Potsdam-Babelsberg (2016)
Futurium -msu-2021-3874-.jpg
Auteur/Créateur: Matthias Süßen , Licence: CC BY-SA 4.0
Futurium
Berlinale-Palast im Februar 2022 während der Berlinale Roter Teppich für jedermann A.jpg
Auteur/Créateur: IgorCalzone1, Licence: CC BY-SA 4.0
Der Berlinale-Palast am 20. Februar 2022, Roter Teppich am letzten Tag
Schlachtensee in Berlin2019.jpg
Auteur/Créateur: Lear 21, Licence: CC BY-SA 4.0
Schlachtensee sun bathing lawn in Berlin, Germany (2019)
Berlin Brandenburg Airport Terminal 1.jpg
(c) Arne Müseler / www.arne-mueseler.com, CC BY-SA 3.0 de
Berlin Brandenburg Airport Terminal 1
Freie Universitaet Berlin (Berlin - Free University) - geo.hlipp.de - 35927.jpg
(c) Colin Smith, CC BY-SA 2.0
Freie Universitaet Berlin (Berlin - Free University)
Panorama Gendarmenmarkt-Berlin-Huntke-2008.jpg
Auteur/Créateur: Thomas Huntke, Germany (der Uploader) http://www.huntke.de, Licence: CC BY-SA 3.0
Panorama vom Gendarmenmarkt Berlin 2008
Landgericht Berlin, Littenstraße, Eingangshalle (2), 160906, ako.jpg
(c) Ansgar Koreng / CC BY 3.0 (DE)
Salon d'entrée du tribunal régional de Berlin, dans le quartier de Mitte.
VIII Rotary Klavierwettbewerb Jugend 2013 Bechstein Konzertflügel.jpg
Auteur/Créateur: Michael Kramer, Licence: CC BY-SA 3.0
Rotary Klavierwettbewerb 2013
Stadion an der Alten Försterei.png
Auteur/Créateur: Lear 21, Licence: CC BY-SA 3.0
Stadion an der Alten Försterei - Stadium of the football club 1.FC Union Berlin
Bode Musem Berlin.jpg
Auteur/Créateur: Florian Lindner, Licence: CC BY 2.5
Il Bode-Museum è un museo di Berlino facente parte dei Musei Statali, situato sull'Isola dei Musei. Oggi accoglie le collezioni di scultura (Skulpturensammlung), il ricco monetiere e medagliere (Münzkabinett). @Alfio Modifier les Données Structurées de Commons
Weltzeituhr.jpg
Auteur/Créateur: Dako99, Licence: CC BY-SA 3.0
Berlin, Alexanderplatz, Fernsehturm, Weltzeituhr, Deutschland
Berlin - Spreebogen - bridges.jpg

Berlin - Spreebogen - View to the Marie-Elisabeth-Lüders-Haus and the two pedestrian bridges (called "Jakob Mierscheidt Steg") over the Spree connecting the building with the Paul-Löbe-Haus. The upper bridge is only for parliamentarians, the lower bridge is open for everybody.
Polizeihubschrauber Polizei Berlin EC135 T2.JPG
Auteur/Créateur: PolizeiBerlin, Licence: CC BY-SA 4.0
Polizeihubschrauber Polizei Berlin Eurocopter EC 135, beim Vorbeiflug am Berliner Fernsehturm
Friedrichshain Mercedes-Platz Zalando.jpg
Auteur/Créateur: Fridolin freudenfett, Licence: CC BY-SA 4.0
Friedrichshain Mercedes-Platz Zalando
Kanzler21a.jpg
Auteur/Créateur: Manfred Brückels, Licence: CC-BY-SA-3.0
German Federal Chancellery, Berlin. View from the east of the main entrance.
Berlin in Germany and EU.png
Auteur/Créateur: User:Athinaios, Licence: CC-BY-SA-3.0
Ville-État Berlin en Allemagne et UE.
Reichstag, Berlín, Alemania, 2016-04-21, DD 46-48 HDR.jpg
(c) Diego Delso, CC BY-SA 4.0
Ceci est une image d'un monument culturel (Kulturdenkmal) de Berlin portant le numéro
Berlin, administrative divisions (+districts +boroughs +pop) - de - colored (less colors).svg
Auteur/Créateur: TUBSEmail Silk.svg Gallery, Licence: CC BY-SA 3.0
Map of administrative divisions of XY (see filename)
IvoGorillaBerlin.jpg
Auteur/Créateur: Nigel Swales, Licence: CC BY-SA 2.0
Gorilla Ivo im Zoologischen Garten Berlin (2011)
IFA 2012 IMG 5304.JPG
Auteur/Créateur: Michael Movchin, Licence: CC BY-SA 3.0

Internationale Funkausstellung 2012

, Telekom
Berlin population2.svg
Auteur/Créateur: , Licence: CC0
Berlin's population (1880-2015).
Berlin - Aerial view - 2016.jpg
(c) Avda / www.avda-foto.de, CC BY-SA 3.0
Aerial view over Berlin, 2016
Travesty Event SO36 Berlin.jpg
Auteur/Créateur: Montecruz Foto, Licence: CC BY-SA 2.0
Lady Gaga Travesty at SO36 club in Berlin 2016
Potsdamer Platz, Berlin, 160606, ako (1).jpg
(c) Ansgar Koreng / CC BY-SA 4.0
Skyscapers at Potsdamer Platz, Berlin at the end of the blue hour. Buildings and their architects from left to right: Atrium-Tower (Renzo Piano), Kollhoff-Tower (Hans Kollhoff), BahnTower (Helmut Jahn), Beisheim-Center (various architects).
Zentrum-fuer-Photonik-und-Optik ZPO.jpg
Auteur/Créateur: Mathias Schormann (Fotograf) / WISTA-MANAGEMENT GMBH (Nutzungsrecht), Licence: CC BY-SA 4.0
Zentrum für Photonik und Optik (ZPO) in Adlershof
Berlin, Mitte, Hausvogteiplatz, Geschaeftshaus Zum Hausvoigt 05.jpg
Auteur/Créateur: Jörg Zägel, Licence: CC BY-SA 3.0
The former commercial building Zum Hausvoigt at Hausvogteiplatz No. 8-9 in Berlin-Mitte, here the facade on Mohrenstraße, opposite the German Federal Justice Ministry. The house was built 1889 to 1890 by Otto March for several textile companies. The facade was reconstructed in a simplefied version after WWII. In the basement of the house, the vault of the former moat of the Berlin citadel has been preserved. The building is now seat of the Weierstrass Institute for Applied Analysis and Stochastics. It has been designated as a historic landmark.
Berlin Neue Nationalgalerie asv2021-11 img1.jpg
Auteur/Créateur: A.Savin, Licence: FAL
New National Gallery building (west and south facade; sculpture «Têtes et Queue» by Alexander Calder) in Berlin, Germany
EFA in Berlin.jpg
Auteur/Créateur: Lear 21, Licence: CC BY-SA 4.0
Sitz des Vereins "Europäische Filmakademie e.V. " am Kurfürstendamm 225 in Berlin
Berlin Cycle Tour.jpg
Auteur/Créateur: Rae Allen, Licence: CC BY 2.0
Cycle tour, Saturday morning, Prenzlauer Berg, Berlin
Weserstraße 58, Wildenbruchstraße 87, 03.jpg
Auteur/Créateur: Nicor, Licence: CC BY 3.0
Mietshaus Weserstraße 58/Wildenbruchstraße 87 in Berlin-Neukölln
Berlin Skyline voll.jpg
Blick über Berlin.
Cube berlin (Europacity) -msu-2021-3859-.jpg
Auteur/Créateur: Matthias Süßen , Licence: CC BY-SA 4.0
Cube berlin (Europacity)
Berlin, Kreuzberg, Koethener Strasse 38, Meistersaal.jpg
Auteur/Créateur: Jörg Zägel, Licence: CC BY-SA 3.0
The Meistersaal at Köthener Straße No. 38 in Berlin-Kreuzberg. The building was constructed in 1912 by the architects Gieseke and Wenzke as office building for the Union of Building Companies of Berlin and Outer Boroughs. The name is derived from the chamber music hall in the building, where the master craftsman certificates were originally presented. The building has been designated as a cultural heritage monument.
ShowgirlsBerlin.jpg
Auteur/Créateur: Lear 21, Licence: CC BY-SA 4.0
Dance performance during the show "Arise" at the Friedrichstadt-Palast in Berlin, Germany 2021
Berlin-Kreuzberg Myfest 2014 Mariannenplatz.JPG
Auteur/Créateur: Assenmacher, Licence: CC BY-SA 3.0
Impression vom Mariannenplatz auf dem MyFest 2014 in Kreuzberg
Flag of Berlin.svg
Auteur/Créateur:
  • Flaggenentwurf: unbekannt
  • diese Datei: Jwnabd
, Licence:
Drapeau de Berlin
Nr 2 Berlin Panorama von der Siegessäule 2021.jpg
Auteur/Créateur: Lear 21, Licence: CC BY-SA 4.0
Berlin Cityscape, shot from Siegessäule (Victory Columnn) in Germany, October 2021
Humboldt University And Bebelplatz.jpg
Auteur/Créateur: Ryan Hadley from Seattle, USA, Licence: CC BY-SA 2.0
Walk of Ideas "Modern Book Printing" with Humboldt University in background
Karte der Berliner Wasserstraßen.png
Auteur/Créateur: This map results from a map request to the Kartenwünsche in the Kartenwerkstatt. You can make as well a request for a new map., Licence: CC BY-SA 2.5
Map of the waterways in the region of Berlin