Worms (Allemagne)

Worms
Worms (Allemagne)
Vue de la cathédrale Saint-Pierre.
Blason de Worms
Armoiries
Drapeau de Worms
Drapeau
Administration
PaysDrapeau de l'Allemagne Allemagne
LandDrapeau de la Rhénanie-Palatinat Rhénanie-Palatinat
Arrondissement
(Landkreis)
Worms (ville-arrondissement)
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
13
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Mandat
Adolf Kessel
Oberbürgermeister
Partis au pouvoirCDU
Code postal67501–67551
Indicatif téléphonique06241, 06242, 06246, 06247
ImmatriculationWO
Démographie
Gentilévormatien/ne
Population84 919 hab. ([1])
Densité781 hab./km2
Géographie
Coordonnées49° 37′ 56″ nord, 8° 21′ 56″ est
Altitude100 m
Min. 86,5 m
Max. 167 m
Superficie10 873 ha = 108,73 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Voir sur la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Worms
Géolocalisation sur la carte : Rhénanie-Palatinat
Voir sur la carte topographique de Rhénanie-Palatinat
(c) Karte/Map: NordNordWest/Lencer, Lizenz/Licence: Creative Commons by-sa-3.0 de
City locator 14.svg
Worms
Liens
Site webwww.worms.de

Worms (Allemagne)
Blason de
Héraldique
Administration
PaysDrapeau de l'Allemagne Allemagne
ImmatriculationWO
Démographie
Population83 330 hab. ()
Densité766 hab./km2
Géographie
Superficie108,73 km2
Localisation

Worms (Vormatie ou Vormes anciennement en français[2]) est une ville et un arrondissement d'Allemagne, située dans le Land de Rhénanie-Palatinat, sur la rive gauche du Rhin et le sud-ouest du pays.

Worms est bien connue comme Nibelungenstadt et Lutherstadt ainsi que pour son Dom (cathédrale) ; elle est un de trois romanischen Kaiserdome avec ceux de Mayence et de Spire. Pour les Juifs, Worms (yiddish : Wermajze, ווירמייזא) est aussi connue comme un des anciens centres de la culture ashkénaze en Allemagne.

Aujourd'hui, la ville est un centre industriel réputé pour son vin local, ses industries chimiques et métallurgiques. À la fin de l'année 2008, la ville comptait 82 040 habitants. Worms est un des principaux sites où se déroulent des exploits narrés dans la Chanson des Nibelungen ; un musée y est consacré.

Histoire

Appartenances historiques

Blason du Duché de Franconie Duché de Franconie 906-1074
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire (Ville libre) 1074-1797
Drapeau de la République cisrhénane République cisrhénane (Mont-Tonnerre) 1797-1802
Drapeau de la France République française (Mont-Tonnerre) 1802-1804
Drapeau de l'Empire français Empire français (Mont-Tonnerre) 1804-1814
Drapeau du Grand-duché de Hesse Grand-duché de Hesse 1815-1918
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand 1871-1918
Drapeau de la république de Weimar République de Weimar 1918-1933
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand 1933-1945
Drapeau de l'Allemagne occupée Allemagne occupée 1945-1949
Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest 1949-1990
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1990-présent

La ville existe avant son invasion par les Romains et sa fortification par Drusus en 14 av. J.-C.. À partir de ce moment, une petite troupe d'infanterie et de cavalerie est mise en garnison et reçoit le nom d'Augusta Vangionum tout en gardant son nom celte de Borbetomagus. La garnison se développe dans la petite ville au plan régulier de castrum romain, avec son forum, ses temples pour les principaux dieux, Jupiter, Junon, Minerve et Mars.

Ville au passé prestigieux, Worms fut, avec Spire et Mayence, une résidence impériale des bords du Rhin.

Worms aurait été la capitale des Burgondes.

Les cadres de l'armée de Robert Ier de France et lui-même étaient originaires de Worms.

En 1074, la ville obtient une exemption des droits de douane et devient ainsi une ville libre d'Empire.

Une diète d'Empire, réunie par Henri IV, a lieu à Worms en 1076 et proclame la déchéance du pape Grégoire VII.

En 1096, se déroule dans la ville un pogrom anti-juif mené par les croisés d'Emich de Flonheim[3]. Après s'être réfugiés auprès de l'évêque, 800 juifs sont massacrés et certains sont obligés de se convertir au christianisme[4].

Une alliance défensive entre Philippe de Souabe et Philippe Auguste est signée à Worms en 1198[5].

En 1122, y est signé un concordat qui met fin à la querelle des Investitures.

En 1157, est accordé aux Juifs de Worms, par Frédéric Ier Barberousse, un privilège, confirmation de l'édit accordé par Henri IV en 1090 aux Juifs de Spire et de Worms.

En 1495, une nouvelle diète y a lieu, convoquée cette fois Maximilien, au cours de laquelle l'impôt d'Empire est introduit.

Martin Luther y est convoqué par l’empereur Charles Quint, le [6], au cours d'une nouvelle diète.

La première version anglaise du Nouveau Testament y est éditée en 1526.

En 1689, la ville est presque totalement brûlée par les troupes françaises de Louis XIV.

Le 4 aout 1734, la ville est prise par les Français[7] lors de la guerre de succession de Pologne.

Le , la ville est prise par le général Custine[8]. Elle redevient française en 1795 et le reste jusqu'en 1814, date à laquelle elle est rattachée au Grand-duché de Hesse.

Prinz-Carl-Anlage à Worms (ville) aujourd'hui centre de la culture et des services, construit en 1897-1898 en tant que prince Carl-caserne pour le 118e (de). Puis (1918-1930) Caserne des Vallière pour le 168e régiment d'infanterie de ligne, puis Caserne des Kemmel (1936-1945). Puis (1945-1951) Quartier Foch.

Après la guerre la Caserne des Vallières (anciennement Caserne Prince-Charles du 118e (de)) une fois achevée, est utilisée par le 168e régiment d'infanterie (1918-1930).

Worms est bombardée par la Royal Air Force pendant les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale — dans deux raids, les 21 février et 18 mars 1945. Une enquête post-guerre, estime que 39 % de la superficie développée de la ville a été détruite. L'attaque de la RAF le 21 février était destinée à la gare principale, à l'orée de la ville intérieure, et aux usines chimiques du sud-ouest du centre-ville. L'attaque, toutefois, a aussi détruit de vastes zones du centre-ville. Elle a été menée par 334 bombardiers qui, en quelques minutes, ont largué 1 100 tonnes de bombes. La cathédrale de Worms a été parmi les bâtiments endommagés dans l'incendie qui en a résulté.

Dans les bombardements, 239 habitants ont été tués et 35 000 (60 % de la population) se sont retrouvés sans-abri. Au total 6 490 bâtiments ont été gravement endommagés ou détruits. Après la guerre, le centre-ville est reconstruit, le plus souvent dans un style moderne. Depuis l'après-guerre, Worms fait partie du nouvel État de Rhénanie-Palatinat.

Le 21 mars 1945 ,la ville est investie par la 4ème division blindée de la III ème Armée américaine.

Lieux et monuments

Musées

Le riche patrimoine de Worms se reflète dans ses musées[9] :

  • Museum der Stadt Worms im Andreasstift (musée d'histoire de la ville de Worms)
  • Museum Heylshof (musée dans la maison de l'industriel et député de Worms au Reichstag, le baron Cornelius Wilhelm von Heyl zu Herrnsheim)
  • Heimatmuseum Worms-Abenheim (musée local)
  • Prof. Bertlein Schulmuseum (musée de l'école de la Hesse rhénane)
  • Musée juif de Worms (dans la maison de Rachi)
  • Heimatmuseum Worms-Horchheim (musée local)
  • Musée des Nibelungen de Worms (musée de la Chanson des Nibelungen)
  • Le château de Worms-Herrnsheim de la maison Dalberg

Théâtre

  • Das Wormser - Centre culturel et maison de spectacles pour théâtre, concerts, opérette, comédie musicale, ballet et théâtre pour enfants. Après une rénovation et une extension, il a été rouvert le 29 janvier 2011 sous le nom de « Das Wormser ». Auparavant, il s'appelait « Städtisches Spiel- und Festhaus Worms »[10].
  • Lincoln Theater Worms - lieu de cabaret, de théâtre pour enfants et de concerts[11]
  • Volksbühne Worms - théâtre amateur avec sa propre salle (depuis 1908)[12]
  • Nibelungenfestspiele Worms - scène en plein air devant le Wormser Dom[13]

Édifices religieux

Monuments profanes

  • Le château d'eau
  • Le pont des Nibelungen, qui franchit le Rhin
  • Monument à la mémoire de Martin Luther
  • Haus zur Krone

Galerie

Administration

La mairie de Worms.

Quartiers

La ville de Worms est composée de 13 quartiers à l'identité forte.

  • Abenheim (2 744 h[14]), situé à 10 km au nord-ouest
  • Heppenheim (2 073 h), situé à 9 km au sud-ouest
  • Herrnsheim (6 368 h), situé à 5 km au nord
  • Hochheim (3 823 h), situé au nord-ouest du centre
  • Horchheim (4 770 h), situé à 4,5 km au sud-ouest de la ville
  • Ibersheim (692 h), situé à 13 km au nord
  • Leiselheim (1 983 h), situé à 4 km à l'ouest
  • Neuhausen (10 633 h), situé au nord du centre
  • Pfeddersheim (7 414 h), situé à 7 km à l'ouest
  • Pfiffligheim (3 668 h), situé à l'ouest du centre
  • Rheindürkheim (3 021 h), situé à 8 km au nord
  • Weinsheim (2 800 h), situé à 4 km au sud-ouest de la ville
  • Wiesoppenheim (1 796 h), situé à 5,5 km au sud-ouest

Maires

Jumelages

La ville de Worms est jumelée avec[15] :

Pfeddersheim, un quartier de Worms, est jumelé avec :

Ibersheim, un quartier de Worms, est jumelé avec :

Économie et infrastructure

Économie

Worms comporte 2 100 entreprises avec 26 600 employés (juin 2001), dont 45 % font la navette.

Trafic

Circulation

Worms est situé entre l’autoroute A61 à l’ouest et la Bundesstraße 9 au sud. Par le Pont des Nibelungen la ville a une bonne liaison vers la Hesse du sud (District de Darmstadt).

ÖPNV

Les communes de la région ont formé une association pour le transport public (Öffentliche PersonenNahVerkehr) ; les trains, les trams et les bus sont à disposition pour un seul ticket.

Bateaux et Avions

Worms dispose sur le Rhin d'un port fluvial, le Hafen Worms, avec deux bassins.

Au sud de la ville il y a un aérodrome, Flugplatz Worms.

Formation

  • Université des sciences appliquées (Hochschule Worms)
  • 3 lycées
  • 4 collèges (Realschule)
  • 14 écoles primaires (Grundschule)

Médias

Worms connaît plussieurs journaux locaux : Wormser Zeitung, Niebelungen-Kurier, Wormser Wochenblatt. Il y a une télévision locale, le Offener Kanal Worms (de) (OKW).

Autres

Le Klinikum Worms est un hôpital important dans la région.

Personnalités liées à la commune

  • Héribert de Cologne (* vers 970 ; † le 16 mars 1021), archevêque de Cologne, saint du martyrologe romain, né à Worms
  • Burchard de Worms, (né vers 965 et mort le 20 août 1025), évêque et théoricien du droit canon.
  • Morand de Cluny (? - 1115), moine clunisien, saint protecteur de la vigne et du vin, fit ses études à Worms
  • Conrad Meit (* 1470/1485 ; † 1550/1551), tailleur d'images, attaché à la maison de Marguerite d'Autriche, né à Worms
  • Maximilien-Georges-Joseph Neumayer (1789-1866), général français d'origine allemande, né à Worms
  • Philip Delaporte (1868-1928), missionnaire protestant allemand, né à Worms
  • Timo Hildebrand (1979-), footballeur international allemand qui évolue au poste de gardien de but, né à Worms
  • Jan Metzler, (1981-), membre du Bundestag.
  • Hans-Michael Kissel (1942-), sculpteur
  • Rachi, maître important du peuple juif

Littérature

Victor Hugo l'évoque dans ses lettres fictives de récit de voyage Le Rhin (1842).

L'action de la pièce de théâtre Le Diable et le Bon Dieu (1951, Jean-Paul Sartre) se déroule autour de Worms.

Notes et références

  1. Nombre des habitants (Worms et ses quartiers) selon la date indiquée (PDF; 14 kB).
  2. Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, p. 249.
  3. Jewishencyclopedia, Worms.
  4. Codex Judaica: Chronological Index of Jewish History, p. 186.
  5. Vie de Philippe Auguste par Rigord.
  6. Charles Kannengiesser sous la direction de Guy Bedouelle, Bernard Roussel, Le Temps des réformes et la Bible, Éditions Beauchesne, 1984.
  7. (en) « RCIN 727041.v - Map of Worms, 1734 (Worms, Rhineland-Palatinate, Germany) 49°37ʹ58ʺN 08°21ʹ33ʺE », sur militarymaps.rct.uk (consulté le )
  8. Jean Delmas (historien) (directeur), De 1715 à 1870, Presses universitaires de France, Paris, 1992, dans André Corvisier (directeur), Histoire militaire de la France, (ISBN 2-13-043872-5), p. 265.
  9. Musées de Worms.
  10. www.das-wormser.de
  11. Lincoln Theater (de)
  12. Volksbuehne Worms (de)
  13. Nibelungenfestspiele (de)
  14. Données au .
  15. Jumelages.

Voir aussi

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

Relief Map of Germany.svg
Auteur/Créateur: TUBSEmail Silk.svg Gallery, Licence: CC BY-SA 3.0
Location map of Germany with waterbodies
Banner of the Holy Roman Emperor without haloes (1400-1806).svg
Auteur/Créateur: David Liuzzo, eagle by N3MO (re-uploaded by Dragovit), Licence: CC BY-SA 3.0
Banner of the Holy Roman Empire, double headed eagle without haloes (1400-1806)
Flag of the German Empire.svg
Bundesflagge und Handelsflagge des Norddeutschen Bundes (1866-1871) und Reichsflagge des Deutschen Reiches (1871-1918)
Flag of Germany (1867–1918).svg
Bundesflagge und Handelsflagge des Norddeutschen Bundes (1866-1871) und Reichsflagge des Deutschen Reiches (1871-1918)
Flag of German Reich (1935–1945).svg
National flag and merchant ensign of Germany from 1935 to 1945.
Flag of Germany (1935–1945).svg
National flag and merchant ensign of Germany from 1935 to 1945.
Flag of Germany (1946-1949).svg
Merchant flag of Germany under Allied occupation (1946-1950).
Frankenrechen.svg
The coat of arms of Franconia
Wormser Wasserturm.jpg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC BY-SA 2.0 de
Flag of Rhineland-Palatinate.svg
Civil and state flag of the state Rhineland-Palatinate
Nibelungenmuseum Worms.jpg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC BY-SA 2.0 de
Flag of Germany (3-2 aspect ratio).svg
Drapeau de l'Allemagne avec proportions 3:2, au lieu de 3:5, utilisé par la Confédération germanique et le Reich allemand (1919–1933)
Wormser Stadtmauer.jpg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC BY-SA 2.0 de
DEU Worms COA.svg
Coat of arms of Worms
Rathausturm Worms 2009-Carschten.jpg
Auteur/Créateur: , Licence: CC BY 3.0
Der Turm des Wormser Rathauses im August 2009.
Flagge Großherzogtum Hessen ohne Wappen.svg
Flag of the Grand Duchy of Hesse without arms; Ratio (4:5)
Worms Magnuskirche1.JPG
Magnuskirche (Worms)
Jewish cemetery Worms.jpg

Description: Jewish cemetery in Worms

Moved from the English Wikipedia
Worms Hauptbahnhof.jpg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC BY-SA 2.0 de
PrinzCarlKaserneWorms3.jpg
Auteur/Créateur: Symposiarch, Licence: CC BY 3.0
Prinz-Carl-Anlage à Worms (ville) aujourd'hui centre de la culture et des services, construit en 1897-1898 en tant que prince Carl-caserne pour le Régiment d'Infanterie "Prince Carl" (4e grand ducal de Hesse) n ° 118. Puis (1918-1930) "Caserne des Vallière" pour le 168e régiment d'infanterie de ligne, puis "Caserne des Kemmel" (1936-1945). Puis (1945-1951) "Quartier Foch".
Worms Nibelungenbrücke 2005-05-27b.jpg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC-BY-SA-3.0
Flagge Cisrhenanische Rep.png
Drapeau de la République cisrhénane
Worms Heylshofgarten 2005-05-27a.jpg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC-BY-SA-3.0
Martinskirche Worms Portal.jpg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC BY-SA 2.0 de