Nouveau-Mexique

Nouveau-Mexique
(en) New Mexico
(es) Nuevo México
Blason de Nouveau-Mexique
Sceau du Nouveau-Mexique.
Drapeau de Nouveau-Mexique
Drapeau du Nouveau-Mexique.
Nouveau-Mexique
Carte des États-Unis avec le Nouveau-Mexique en rouge.

Surnom
« Land of Enchantment » (anglais) ou « Tierra de Encanto » (espagnol)
En français : « Terre d'enchantement ».

Devise
« Crescit eundo »
« « Il croît en marchant » ou « il grandit de jour en jour » ».
Administration
PaysDrapeau des États-Unis États-Unis
CapitaleSanta Fe
Adhésion à l’Union  (47e État)
GouverneurMichelle Lujan Grisham (D)
SénateursBen Ray Luján (D)
Martin Heinrich (D)
Nombre de représentants3
ISO 3166-2US-NM
Fuseau horaireHeure des Rocheuses (UTC−07:00 : hiver
UTC−06:00 : été)
Démographie
GentiléNéo-Mexicain (en anglais : New Mexican)
Population2 096 829 hab. (2019[1])
Densité6,7 hab./km2
Rang36e
Ville la plus peupléeAlbuquerque
Géographie
Altitude1 735 m
Min. 866 m
Max. 4 011 m (pic Wheeler)
Superficie315 194 km2
Rang5e
– Terre314 590 km2
– Eau (%)607 km2 (0,2 %)
Coordonnées31°20' N à 37° N
103° W à 109° W
Divers
Langues officiellesDe jure : Aucune
De facto : anglais et espagnol
Liens
Site webwww.newmexico.gov

Le Nouveau-Mexique (en anglais : New Mexico /nu ˈmɛk.sɪ.koʊ/[2] ; en espagnol : Nuevo México /ˈnweβo ˈmexiko/[3]) est un État du sud-ouest des États-Unis, bordé à l'ouest par l'Arizona, au nord par le Colorado, à l'est par le Texas et au sud par les États mexicains de Chihuahua et de Sonora. Faisant partie des quatre États des Four Corners, le Nouveau-Mexique a une superficie de 314 926 km2 et est peuplé de 2 096 829 habitants (2019). Sa forme est proche d'un carré de 550 km de côté. La capitale de l’État est Santa Fe et la plus grande ville est Albuquerque.

Origine du nom

Le nom « Nouveau-Mexique » a été donné par les Espagnols aux terres situées au nord de la rivière Rio Grande (la région supérieure du Rio Grande a été appelée Nuevo México dès 1561)[4]. Le nom a été anglicisé et donné également aux terres cédées aux États-Unis par le Mexique après la guerre américano-mexicaine. Le nom Mexique provient de la langue aztèque et signifierait « dans le nombril de la Lune »[5].

Préhistoire

La Tradition Folsom date du début du XXe siècle. À cette époque, pensait-on, l'histoire des Amérindiens commençait il y a 10 000 ans, avec l'arrivée des vagues de population depuis la Sibérie. Des dizaines de bisons tués au moyen de lances et de pointes retrouvées dans les os des bisons, permettent de dater la découverte dans les années 1930 d'un campement préhistorique à Lindenmeier (Colorado) qui fut analysé et daté de 12 000 ans.

La caverne de Pendejo, située à une quinzaine de kilomètres de Sacramento, révèle des dates d'occupations humaines encore plus anciennes remontant jusqu'à 55 000 ans.

La grotte de Sandia, localisée près d'Albuquerque, a été datée de 25 000 ans à 27 000 ans. De nombreux outils, des pointes de lances et des os de mammouths ont permis d'effectuer cette datation.

Histoire

Le Nouveau-Mexique fait partie de territoires qui, en 1846, furent cédés par le Mexique sous le nom de Cession mexicaine, à la suite de la guerre américano-mexicaine. Par la suite, il est devenu territoire des États-Unis (sur une très large superficie incluant l'Arizona voisin), ce n'est que depuis le que le Nouveau-Mexique a le statut d'État.

Amérindiens Pueblos

Les premiers Amérindiens ont exploité les ressources de la région et ont développé une culture originale il y a plusieurs millénaires. Les ruines amérindiennes témoignent de cette occupation ancienne dans la région de Santa Fe et dans les grottes-montagnes de Sandia dont le sommet le plus élevé est la crête de Sandia (3 255 m d'altitude) près d'Albuquerque. Les Amérindiens Pueblos sont leurs successeurs : ils ont construit des petites villes notamment dans la vallée du río Grande.

Le premier à prendre contact avec les pueblos sont Estevanico d'Azemmour et Marcos de Niza envoyés en éclaireurs par le vice-roi du Mexique, Antonio de Mendoza. Marcos de Niza assimila les villages pueblos aux légendaires cités d'or. Le conquistador Francisco Vásquez de Coronado mena alors une expédition pour trouver ces cités en 1540-1542. Il établit son camp dans l'actuel Coronado Historic Site (en) en 1541. Mais son passage souleva l'hostilité des indigènes qui furent finalement écrasés par les Espagnols. Les trois principaux villages pueblos sont Zuni, Santo Domingo, et Laguna.

Colonisation espagnole

Palais des gouverneurs espagnols à Santa Fé.

Les Espagnols se sont lancés dans l'exploration du Nouveau-Mexique dès le XVIe siècle : Francisco Vásquez de Coronado est l'un des premiers à visiter la région. Juan de Oñate part du Mexique en 1598 et fonde un village appelé San Juan, sur le site actuel de Santo Domingo. Il envoie Vicente de Zaldivar écraser les Indiens Acoma ; il massacre 500 hommes et les survivants sont soit réduits en esclavage, soit amputés d'un pied pour les hommes âgés de plus de 21 ans[6]. Lors des expéditions lancées contre les Indiens Tompiros, 800 indigènes sont tués et leurs pueblos sont rasés[7]. Oñate acquiert une réputation sanguinaire et de nombreux Amérindiens quittent leurs villages pour trouver refuge dans les montagnes, où ils meurent de froid et de faim. Oñate doit quitter son poste de gouverneur. En 1609, Pedro de Peralta fonde la ville de Santa Fe à la tête de 250 Espagnols, militaires et colons et 700 indigènes originaires de Tlaxcala. L'avancée espagnole contraint les Indiens Pueblos à se réfugier auprès des Apaches. L'Espagne prit possession des territoires indiens du Nouveau-Mexique qui fut intégré à la Nouvelle-Espagne. Les Espagnols installèrent des missions (Picuris Pueblo, Pecos Pueblo) et des forts (Santa Fe, El Paso) pour encadrer les indigènes, mais cet encadrement ne fut jamais suffisant. Le Nouveau-Mexique ne fut pas une colonie de peuplement : on comptait 250 Espagnols en 1630[8]. Une société esclavagiste se met en place avec le système de l'encomienda. Entre les années 1630 et 1680, un contexte difficile (sécheresse, famine, épidémie de variole, attaques des Apaches) pousse les Pueblos à se révolter. Ils attaquent les colons ou les franciscains à Taos-Jemez (1639), San Juan et Santa Fe. En 1680, la Grande Révolte est organisée par Popé, un chaman de la tribu des Tewa. Il coordonna la rébellion en envoyant des cordelettes nouées pour annoncer le début de l'insurrection contre les Espagnols[9]. Cette dernière aboutit au massacre de près de 400 Espagnols, à la destruction des églises et à la prise de Santa Fe, avec l'aide des Apaches. Les Pueblos exigeaient alors la fin de la présence espagnole et la libération de tous les esclaves de Nouvelle-Espagne. En 1698, le gouverneur finit par rétablir l'ordre après avoir massacré et réduit en esclavage des centaines d'Amérindiens. Seuls les Hopis demeurent insoumis ; les autres doivent verser un tribut en nature et entretenir le palais du gouverneur.

État mexicain

Au moment de l'indépendance du Mexique, obtenue après la victoire des indépendantistes contre la couronne espagnole en 1821, la province du Nouveau-Mexique demeure sous la domination de son gouverneur espagnol Facundo Melgares (en poste depuis 1818).

Les habitants de la région entretiennent des liens commerciaux avec Mexico par l’intermédiaire du Camino Real de Tierra Adentro, qui reliait la capitale mexicaine à la ville de San Juan Pablo, 2600 kilomètres plus au nord. La plupart des échanges se faisaient avec El Paso del Norte et Chihuahua. Ce dynamisme commercial pousse plusieurs commerçants et hommes d’affaires nord-américains à venir s’installer au Nouveau-Mexique (et ce, malgré les réticences des autorités politiques locales). L’un d’entre eux, l’américain William Becknell, se lance même dans la création d’une société regroupant plusieurs commerçants (la société commerciale de la Voie de Santa Fe), et dirigée par Charles et William Bent. Leur premier relais commercial est établi dans la région en 1826. En parallèle, au cours de l’année 1833, les membres de la société organisent la construction du Fort Bent sur la rivière Arkansas. Ce fort, qui sert également de plaque tournante commerciale, est situé à environ 320 km au nord-est de Taos. Ce sont principalement couvertures, chevaux et autres produits de consommation primaires qui y sont échangés et ce, malgré la difficulté pour les caravanes de se déplacer (la voie commerciale atteint même la Californie à la fin de la décennie 1820, par le Colorado, l’Utah puis le Nevada).

En 1836, une faction de colons anglo-saxons installés au Texas se rebelle contre le Mexique. La province, alors relativement autonome, souhaite s'émanciper totalement de la tutelle de Mexico. Les dirigeants de la République du Texas, nouvellement créée, revendiquent l'intégralité de la partie est du Nouveau-Mexique. S'ensuit alors toute une série de conflits entre les républiques texanes et mexicaines quant au partage de la région.

Conquête de l’Ouest

L'exploitation minière et l'élevage de bétail contribuèrent à l'expansion de la population du Nouveau-Mexique à la fin du XIXe siècle.

Durant la guerre de Sécession, l'armée confédérée lança sa campagne du Nouveau-Mexique pour tenter d'ouvrir un nouveau front. Entre 1862 et 1863, Kit Carson « pacifie » les Navajos du Nouveau-Mexique pour le compte du général James Henry Carleton, le commandant militaire de la région. Au terme d'une campagne d'une grande brutalité, 10 000 Navajos sont emmenés en captivité. En une seule semaine de 1864, 126 moururent à Fort Canby des maladies et des privations. En 1868, plus de 2 000 des quelque 10 000 captifs étaient déjà morts[10].

Le Nouveau-Mexique n'étant pas un État, ses dirigeants sont nommés par Washington. La bande de Santa Fe, comme furent surnommés ces hauts fonctionnaires, était réputée pour sa corruption. Elle comprenait le gouverneur Samuel Axtell, le procureur général Thomas Catron, l'agent du gouvernement pour les affaires indiennes, le commandant militaire de la plus grande base militaire de la région, Fort Stanton, et la plupart de leurs subalternes[10].

L'arrivée des mineurs et des ranchers mena à la création de petites villes typiques du Wild West. Les hors-la-loi et les shérifs défrayaient régulièrement les manchettes des journaux, dont les célèbres Billy the Kid et Pat Garrett. Le territoire fut notamment secoué en 1878 par la guerre du comté de Lincoln qui opposa le puissant éleveur James Dolan, soutenu par le gouverneur Samuel Axtell et Thomas Catron, qu'il avait soudoyés, à son rival John Chisum. Les fusillades et assassinats qui s'ensuivirent firent plus d'une centaine de morts, parmi lesquels Billy the Kid[10].

Seconde Guerre mondiale

L'histoire du Nouveau-Mexique pendant la Seconde Guerre mondiale est une période de changements dramatiques. Après l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale en 1941, le Nouveau-Mexique devient un centre de développement d'armes nucléaires et une base importante pour l'armée américaine. La population de l'État augmenta considérablement à la fois pendant la guerre et dans les décennies suivantes, une période connue sous le nom de « Boom Years » dans l'histoire du Nouveau-Mexique. En 1940, le Nouveau-Mexique est peuplé de 530 000 personnes, ce nombre passe à plus de 950 000 en 1960. Le développement de la technologie militaire moderne créé également une relation unique entre le Nouveau-Mexique, le gouvernement fédéral et la communauté scientifique, qui existe encore aujourd'hui[11],[12],[13].

Géographie

Généralités

L'État du Nouveau-Mexique est le 5e État des États-Unis par la taille, avec une superficie de 315 194 km2. Ce vaste État, plus grand que l'Italie, se rapproche par sa forme d'un carré. En effet il mesure 595 km de long pour 550 km de large et toutes ses frontières suivent des parallèles et des méridiens excepté pour une petite portion située au nord d'El Paso qui utilise le cours du Rio Grande. L'État s'étend entre 31°20’ et 37°00’ de latitude nord, des latitudes comparables à celles du Maroc et entre 103°05’ et 109°03’de longitude ouest. Il a pour États frontaliers le Colorado au nord, l'Arizona à l'ouest, le Texas et l'Oklahoma à l'est et le Texas et les États mexicains de Chihuahua et de Sonora au sud.

Relief

L'État du Nouveau-Mexique, avec une altitude moyenne égale à 1 735 mètres, est un État essentiellement montagneux. Il se classe au quatrième rang des États américains les plus élevés derrière le Colorado, le Wyoming et l'Utah dont les altitudes moyennes respectives sont égales à 2 073 m, 2 040 m et 1 920 m. Son point le plus haut, le pic Wheeler, dans les Sangre de Cristo Mountains (les montagnes du sang du Christ), culmine à 4 011 mètres et constitue un des plus hauts sommets des Montagnes Rocheuses. C'est l'État américain qui possède la capitale la plus haute. La ville de Santa Fe est en effet située à une altitude de 2 100 m. La plus grande ville de l'État, Albuquerque, est située quant à elle à 1 600 m au-dessus du niveau de la mer.

Le nord de l'État est occupé par les Sangre de Cristo mountains qui constituent l'extrémité méridionale des Rocheuses. L'est est occupé par de grandes étendues plates appartenant au domaine de la Prairie dont l'altitude est comprise entre 900 m et 1 500 m. Ces hautes plaines prolongent en fait les hautes plaines texanes situées plus à l'est et forment une vaste mesa dénommée la Llano Estacado dont la vallée de la Canadian River marque la limite nord. Le sud et l'ouest sont occupés par des mesas et des montagnes, notamment les Sacramento Mountains dont le plus haut sommet est le Sierra Blanca Peak (3 659 m) et les montagnes San Andres dont le plus haut sommet est le Salinas Peak (2 733 m). Le quart nord-ouest est occupé par le plateau du Colorado au relief déchiqueté par l'érosion. La large vallée du Rio Grande sépare l'État en deux moitiés selon un axe nord sud. Cette vallée a la particularité d'être d'origine tectonique. Il s'agit d'un long fossé d'effondrement que bordent des montagnes. Le Rio Grande coule en effet dans un rift continental vieux de 35 millions d'années et certains scientifiques prédisent même qu'une mer pourrait y voir le jour d'ici quelques millions d'années.

Hydrographie

Les plus importants cours d'eau du Nouveau-Mexique sont le Río Grande, le Rio Pecos, la Canadian River, le San Juan et la Gila. Le Rio Grande, avec 3 060 km de longueur, est le cinquième plus long fleuve des États-Unis et il traverse entièrement l'État du Nouveau-Mexique depuis la frontière nord jusqu'à la frontière sud. Sa large vallée fertile sépare l'État en deux moitiés selon un axe nord-sud. Elle abrite près de la moitié de la population de l'État qui se concentre notamment dans les villes de Albuquerque et Las Cruces. Le deuxième plus important cours d'eau est le Rio Pecos. Il s'agit du principal affluent du Rio Grande. Celui-ci coule de manière parallèle au Rio Grande à plusieurs dizaines de km à l'est dans les Grandes Plaines. Le réservoir de Red Bluff, construit sur son cours, constitue le point le moins élevé du Nouveau-Mexique avec une altitude de 866 m. La Canadian est un sous-affluent du fleuve Mississippi qui prend sa source dans les Sangre de Cristo Mountains et se dirige vers l'est. Le San Juan et la Gila sont deux affluents du fleuve Colorado. Le San Juan traverse le plateau du Colorado dans le nord-ouest de l'État. La Gila prend sa source dans les Black Range dans le sud-ouest de l'État.

L'État du Nouveau-Mexique est traversé du nord au sud par le Great Divide, une ligne de crêtes qui marque le partage des eaux en Amérique du Nord entre l'océan Pacifique et l'océan Atlantique. En effet tous les cours d'eau situés à l'ouest de cette ligne se dirigent vers l'océan Pacifique. La plupart sont des affluents et des sous-affluents du fleuve Colorado qui se jette dans le golfe de Californie. Tous les cours d'eau situés à l'est de cette ligne se dirigent vers l'océan Atlantique. La plupart sont des affluents ou des sous affluents des fleuves Mississippi et Rio Grande qui se jettent dans le golfe du Mexique.

Les eaux de certains cours d'eau cependant ne parviennent pas jusqu'à l'océan. C'est notamment le cas de ceux qui coulent dans le bassin de Tularosa. Il s'agit d'un bassin endoréique d'une surface de 16 800 km2 situé entre les Sacramento Mountains et les San Andres Mounts. Les cours d'eau y alimentent des lacs temporaires appelés localement playas. Ce bassin est en fait un fossé tectonique d'effondrement et il a la même origine géologique que la vallée voisine du Rio Grande.

Paysages et végétation

L'État du Nouveau-Mexique présente une grande variété de paysages. On y trouve de vastes déserts dont les tonalités de couleurs vont du rose à l'ocre mais aussi de hauts sommets enneigés et de vastes plateaux tabulaires aux rebords érodés appelés mesas qui sont typiques des régions arides. Les montagnes sont recouvertes de forêts, en particulier dans le Nord de l'État. Dans les plaines semi-désertiques qui couvrent une bonne partie de la moitié sud du Nouveau-Mexique et qui constituent une extension du désert de Chihuahua poussent des plantes adaptées à la sécheresse telles que les créosotiers, les mesquites, les cactus et les yuccas. En altitude poussent des genévriers et des pins ponderosas mais aussi des bouleaux et des épicéas.

Le Nouveau-Mexique a la particularité d'abriter le plus grand désert de gypse au monde. Son nom, les White Sands, c'est-à-dire les Sables blancs en français, fait référence à la couleur blanche de ses dunes. Celui-ci est situé dans le bassin de Tularosa dans le Sud-Est de l'État.

Un autre site remarquable est le Capulin Volcano National Monument. Il abrite un cône de cendres volcaniques vieux d'environ 60 000 ans aux formes bien préservées. Il appartient au champ volcanique de Raton-Clayton aujourd'hui éteint qui s'étend dans le nord-ouest du Nouveau-Mexique. Ce volcanisme est associé à l'existence d'un point chaud appelé le Raton hotspot.

Climat

Le climat du Nouveau-Mexique est globalement aride et l'État ne reçoit en moyenne que 380 mm de précipitations par an. Celles-ci se concentrent de juillet à septembre et sont dues à la mousson qui affecte le sud-ouest des États-Unis. Les températures sont modérées par l'altitude si bien qu'en hiver le gel est fréquent la nuit et que les précipitations ont lieu sous forme de neige. L'influence maritime est nulle en raison de l'éloignement des côtes et les températures y connaissent de fait de grands écarts saisonniers mais aussi diurnes.

Cependant le climat est loin d'être homogène sur l'ensemble du territoire en raison de son importante extension en latitude et longitude et du relief. Ainsi on n'enregistre que 213 mm de précipitations annuelles à Farmington, une localité située sur le plateau du Colorado à l'extrême nord-ouest de l'État. Celles-ci sont égales à 225 mm à Albuquerque et 259 mm à Socorro, deux localités situées dans la vallée du Rio Grande. Elles atteignent 321 mm à Roswell et 469 mm à Clovis, deux localités situées dans les larges plaines de l'est. Cloudcroft, un village situé à une altitude de 2 600 m dans les Sacramento Mountains, avec 716 mm de précipitations annuelles, est la localité la plus arrosée[14]. Les étés sont très chauds, même à une altitude relativement élevée puisque les maximales atteignent 33,3 °C en juillet à Albuquerque, pourtant située à plus de 1 600 m et 29,8 °C à Santa Fe située à plus de 2 000 m. Pour trouver des températures plus clémentes il faut se rendre encore plus haut. À Los Alamos, située à 2 200 m, les maximales ne sont plus que de 26,7 °C en juillet et à Cloudcroft, située à 2 600 m, elles ne sont plus que de 21,6 °C.

Moyennes maximales et minimales mensuelles pour plusieurs localités du Nouveau-Mexique[14]
MoisJanFévMarsAvrMaiJuinJuilAoûtSepOctNovDéc
Albuquerque (1 619 m)max.8,211,916,321,626,532,233,631,727,721,714,18,6
min.-5,7-3,10,14,29,214,618,017,012,96,1-0,4-4,9
Roswell (1 133 m)max.12,415,519,924,829,334,234,833,330,025,218,913,3
min.-4,1-1,62,47,412,616,719,318,315,18,41,7-3,6
Santa Fe (2 048 m)max.6,19,313,417,922,828,329,828,324,919,111,36,5
min.-9,2-6,2-3,4-0,24,59,412,211,57,81,8-4,7-8,9
Cloudcroft (2 640 m)max.4,86,49,213,718,122,521,620,619,115,29,46,0
min.-8,4-7,1-5,3-2,32,15,67,76,94,1-0,6-4,9-8,0

Montagnes

Le site de Los Alamos.
  • Gila Mountains
  • Montagnes Guadalupe
  • Jemez Mountains
  • Organ Mountains
  • Monts Sandia
  • Sangre de Cristo Mountains
  • Sierra Blanca Mountains

Sites intéressants

Bandelier National Monument, près de Santa Fe.
  • Sites archéologiques
Le Nouveau-Mexique abrite de nombreux sites archéologiques amérindiens :
  • Curiosités naturelles :
    • Carlsbad Caverns : 83 grottes séparées dont les plus célèbres sont celles de Carlsbad Cavern. Elles représentent les grottes les plus profondes du pays (486,8 mètres). Le parc est entré sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1995 ;
    • El Malpais National Monument (formations volcaniques) ;
    • Rock Hound State Park (gisement de pierres semi-précieuses) ;
    • White Sands National Park (le plus grand désert de sable blanc du monde) ;
    • Valley of Fires Recreation Area (formations volcaniques) ;
    • Capulin Volcano National Monument.
  • Zoo :
    • Living Desert State Park.
  • Route :
    • Le Nouveau-Mexique est traversé par l'ancienne U.S. Route 66, et il reste quelques vestiges de ce passé, par exemple à Albuquerque, Grants ou San Fidel.

Aires protégées

Le monument national de El Morro.

On compte 18 aires protégées gérées par le National Park Service au Nouveau-Mexique[15] :

  • Bandelier National Monument
  • Aztec Ruins National Monument
  • Capulin Volcano National Monument
  • Parc national des grottes de Carlsbad
  • Chaco Canyon
  • Camino Real de Tierra Adentro
  • El Malpais National Monument
  • El Morro National Monument
  • Fort Union National Monument
  • Gila Cliff Dwellings National Monument
  • Manhattan Project National Historical Park
  • Old Spanish
  • Pecos National Historical Park
  • Monument national de Petroglyph
  • Salinas Pueblo Missions National Monument
  • Piste de Santa Fe
  • Valles Caldera National Preserve
  • White Sands

Subdivisions administratives

Comtés

L'État du Nouveau-Mexique est divisé en 33 comtés[16].

Agglomérations

Aires métropolitaines et micropolitaines

Le Bureau de la gestion et du budget a défini quatre aires métropolitaines et quatorze aires micropolitaines dans l'État du Nouveau-Mexique[17].

Aires métropolitaines
Zone urbainePopulation (2010)Population (2013)Variation (2010-2013)Rang national (2013)
Albuquerque887 077902 7971,8 %59
Las Cruces209 233213 4602,0 %204
Santa Fe144 170147 4232,3 %280
Farmington130 044126 503-2,7 %310
Aires micropolitaines
Zone urbainePopulation (2010)Population (2013)Variation (2010-2013)Rang national (2013)
Gallup71 49273 3082,5 %89
Hobbs64 72768 0625,2 %108
Roswell65 64565 8230,3 %118
Alamogordo63 79765 6162,9 %119
Carlsbad-Artesia53 82955 4713,1 %170
Clovis48 37650 5984,6 %209
Española40 24640 072-0,4 %310
Taos32 93733 0350,3 %397
Silver City29 51429 328-0,6 %431
Las Vegas29 39328 541-2,9 %438
Grants27 21327 3350,5 %453
Deming25 09524 659-1,7 %476
Portales19 84619 9550,6 %514
Los Alamos17 95017 798-0,9 %518

En 2010, 95,2 % des Néo-Mexicains résidaient dans une zone à caractère urbain, dont 66,6 % dans une aire métropolitaine et 28,7 % dans une aire micropolitaine. L'aire métropolitaine d'Albuquerque regroupait à elle seule 43,1 % de la population de l'État.

Aires métropolitaines combinées

Le Bureau de la gestion et du budget a également défini trois aires métropolitaines combinées dans ou en partie dans l'État du Nouveau-Mexique.

Aires métropolitaines combinées
Zone urbainePopulation (2010)Population (2013)Variation (2010-2013)Rang national (2013)
Albuquerque-Santa Fe-Las Vegas, NM1 146 0491 163 9661,6 %47
El Paso-Las Cruces, TX-NM209 233

(1 013 356)

213 460

(1 044 496)

2,0 %

(3,1 %)

(52)
Clovis-Portales, NM68 22270 5533,4 %165

Municipalités

Santa Fe, capitale du Nouveau-Mexique.

L'État du Nouveau-Mexique compte 103 municipalités[18], dont 20 de plus de 10 000 habitants.

Municipalités de plus de 10 000 habitants
RangMunicipalitéComtéPopulation (2010)Population (2013)Variation (2010-2013)
1AlbuquerqueBernalillo545 852556 4951,9 %
2Las CrucesDoña Ana97 618101 3243,8 %
3Rio RanchoSandoval87 52191 9565,1 %
4Santa FeSanta Fe67 94769 9763,0 %
5RoswellChaves48 36648 6110,5 %
6FarmingtonSan Juan45 87745 426-1,0 %
7ClovisCurry37 77539 5084,6 %
8HobbsLea34 12236 0415,6 %
9AlamogordoOtero30 40331 3683,2 %
10CarlsbadEddy26 13827 6535,8 %
11GallupMcKinley21 67822 2612,7 %
12Los LunasValencia14 83515 3083,2 %
13Sunland ParkDoña Ana14 10615 0696,8 %
14DemingLuna14 85514 609-1,7 %
15Las VegasSan Miguel13 75313 691-0,5 %
16PortalesRoosevelt12 28012 4971,8 %
17LovingtonLea11 00911 5504,9 %
18ArtesiaEddy11 30111 4841,6 %
19Silver CityGrant10 31510 273-0,4 %
20EspañolaRio Arriba10 22410 190-0,3 %

La municipalité d'Albuquerque était la 32e municipalité la plus peuplée des États-Unis en 2013.

Démographie

Population

Densités de population en 2010 (par mille carré).
Historique des recensements
Ann.Pop. 
185061 547
186093 516 +51,94 %
187091 874 −1,76 %
1880119 565 +30,14 %
1890160 282 +34,05 %
1900195 310 +21,85 %
1910327 301 +67,58 %
1920360 350 +10,1 %
1930423 317 +17,47 %
1940531 818 +25,63 %
1950681 187 +28,09 %
1960951 023 +39,61 %
19701 017 055 +6,94 %
19801 303 302 +28,14 %
19901 515 069 +16,25 %
20001 819 046 +20,06 %
20102 059 179 +13,2 %
20202 117 522 +2,83 %

Le Bureau du recensement des États-Unis estime la population du Nouveau-Mexique à 2 117 522 habitants au , soit une hausse de 2,83 % depuis le recensement des États-Unis de 2010 qui trouvait une population de 2 059 179 habitants[19]. Depuis 2010, l'État a eu la 39e croissance démographique la plus soutenue des États-Unis.

Avec 2 117 522 habitants en 2020, le Nouveau-Mexique est le 36e État le plus peuplé des États-Unis. Sa population compte pour 0,64 % de la population du pays, en baisse sur le 0,69 % de la population de 2010. À cette dernière date, le centre démographique de l'État était localisé dans l'ouest du comté de Torrance[20]. Avec 6,55 hab./km2 en 2010, le Nouveau-Mexique était le sixième État le moins dense des États-Unis.

Le taux d'urbains était de 77,4 % et celui de ruraux de 22,6 %[21].

En 2010, le taux de natalité s'élevait à 13,5 [22] (13,0 ‰ en 2012[23]) et le taux de mortalité à 7,7 ‰[24] (8,0 ‰ en 2012[25]). L'indice de fécondité était de 2,06 enfants par femme[22] (1,98 en 2012[23]). Le taux de mortalité infantile s'élevait à 5,6 ‰[24] (6,9 ‰ en 2012[25]). La population était composée de 25,19 % de personnes de moins de 18 ans, 9,88 % de personnes entre 18 et 24 ans, 25,05 % de personnes entre 25 et 44 ans, 26,66 % de personnes entre 45 et 64 ans et 13,22 % de personnes de 65 ans et plus. L'âge médian était de 36,7 ans[26].

Entre 2010 et 2013, l'accroissement de la population (+ 26 104) était le résultat d'une part d'un solde naturel positif (+ 36 121) avec un excédent des naissances (88 993) sur les décès (52 872), et d'autre part d'un solde migratoire négatif (- 9 750) avec un excédent des flux migratoires internationaux (+ 5 837) et un déficit des flux migratoires intérieurs (- 15 587)[27].

Selon des estimations de 2013, 88,7 % des Néo-Mexicains étaient nés dans un État fédéré, dont 52,0 % dans l'État du Nouveau-Mexique et 36,7 % dans un autre État (12,8 % dans le Sud, 12,7 % dans l'Ouest, 7,3 % dans le Midwest, 3,9 % dans le Nord-Est), 1,2 % étaient nés dans un territoire non incorporé ou à l'étranger avec au moins un parent américain et 10,1 % étaient nés à l'étranger de parents étrangers (78,6 % en Amérique latine, 10,6 % en Asie, 8,3 % en Europe, 1,2 % en Amérique du Nord, 1,0 % en Afrique, 0,3 % en Océanie). Parmi ces derniers, 34,4 % étaient naturalisés américain et 65,6 % étaient étrangers[28],[29].

Selon des estimations de 2012 effectuées par le Pew Hispanic Center, l'État comptait 70 000 immigrés illégaux, soit 3,4 % de la population[30].

Composition ethno-raciale et origines ancestrales

Selon le recensement des États-Unis de 2010, la population était composée de 68,37 % de Blancs, 9,38 % d'Amérindiens (5,26 % de Navajos, 1,86 % de Pueblos), 3,74 % de Métis, 2,07 % de Noirs, 1,37 % d'Asiatiques, 0,09 % d'Océaniens et 14,98 % de personnes n'entrant dans aucune de ces catégories.

Les Métis se décomposaient entre ceux revendiquant deux races (3,51 %), principalement blanche et autre (1,37 %) et blanche et amérindienne (0,81 %), et ceux revendiquant trois races ou plus (0,23 %).

Les non-hispaniques représentaient 53,70 % de la population avec 40,49 % de Blancs, 8,52 % d'Amérindiens, 1,72 % de Noirs, 1,45 % de Métis, 1,28 % d'Asiatiques, 0,06 % d'Océaniens et 0,18 % de personnes n'entrant dans aucune de ces catégories, tandis que les Hispaniques comptaient pour 46,30 % de la population, principalement des personnes originaires du Mexique (28,70 %) et d'Espagne (3,16 %)[26].

En 2010, l'État du Nouveau-Mexique avait la plus forte proportion d'Hispaniques et la 2e plus forte proportion d'Amérindiens après l'Alaska (14,77 %). A contrario, l'État avait la 3e plus faible proportion de Blancs non hispaniques après Hawaï (22,74 %) et la Californie (40,15 %).

L'État comptait également le 4e plus grand nombre d'Amérindiens (193 222) après la Californie (362 801), l'Oklahoma (321 687) et l'Arizona (296 529) ainsi que le 9e plus grand nombre d'Hispaniques (953 403) des États-Unis.

À l'instar du Texas (45,33 %), de la Californie (40,15 %) et d'Hawaï (22,74 %), le Nouveau-Mexique est un État aux minorités majoritaires, concept selon lequel la population blanche non hispanique représente moins de la moitié de la population.

Depuis 2003, le Nouveau-Mexique compte plus d'Hispaniques que de Blancs non hispaniques.

Historique récent de la composition ethno-raciale du Nouveau-Mexique (en %)[31],[26]
19401950196019701980199020002010
Blancs92,5792,5292,0990,1475,0375,6466,7568,37
———Non hispaniques52,6550,4444,7240,49
Amérindiens6,496,155,927,168,148,879,549,38
———Non hispaniques8,888,52
Noirs0,881,231,791,921,841,991,892,07
———Non hispaniques1,821,691,72
Asiatiques (et Océaniens jusqu'en 1990)0,060,070,160,220,520,931,061,37
———Non hispaniques1,001,28
Autres0,030,050,5514,4612,5620,7618,81
———Non hispaniques1,631,69
Hispaniques (toutes races confondues)36,6338,2342,0846,30

En 2013, le Bureau du recensement des États-Unis estime la part des non hispaniques à 52,7 %, dont 39,3 % de Blancs, 8,5 % d'Amérindiens, 1,8 % de Noirs, 1,8 % de Métis et 1,3 % d'Asiatiques, et celle des Hispaniques à 47,3 %[32].

En 2000, les Néo-Mexicains s'identifiaient principalement comme étant d'origine mexicaine (18,1 %), allemande (9,9 %), anglaise (7,6 %), irlandaise (7,3 %), américaine (5,1 %) et espagnole (4,1 %)[33].

L'État abrite la 31e communauté juive des États-Unis. Selon le North American Jewish Data Bank, l'État comptait 12 725 Juifs en 2013 (2 700 en 1971), soit 0,6 % de la population. Ils se concentraient principalement dans les agglomérations d'Albuquerque (7 500) et Santa Fe (3 300)[34].

Les Amérindiens s'identifiaient principalement comme étant Navajos (56,1 %), Pueblos (19,8 %) et Apaches (4,0 %)[35].

Les Hispaniques étaient principalement originaires du Mexique (62,0 %) et d'Espagne (6,8 %)[36]. Composée à 60,2 % de Blancs, 4,9 % de Métis, 1,9 % d'Amérindiens, 0,7 % de Noirs, 0,2 % d'Asiatiques, 0,1 % d'Océaniens et 32,0 % de personnes n'entrant dans aucune de ces catégories, la population hispanique représentait 61,3 % des Métis, 40,8 % des Blancs, 31,2 % des Océaniens, 16,7 % des Noirs, 9,2 % des Amérindiens, 6,7 % des Asiatiques et 98,8 % des personnes n'entrant dans aucune de ces catégories.

L'État avait la plus forte proportion de personnes originaires d'Espagne (3,16 %), la 3e plus forte proportion de personnes originaires du Mexique (28,70 %) et la 9e plus forte proportion de personnes originaires de Cuba (0,21 %).

L'État comptait également le 3e plus grand nombre de personnes originaires d'Espagne (65 045) et le 8e plus grand nombre de personnes originaires du Mexique (590 890).

Les Asiatiques s'identifiaient principalement comme étant Chinois (20,3 %), Philippins (17,6 %), Viêts (16,8 %), Indiens (16,1 %), Coréens (8,6 %) et Japonais (7,8 %)[37].

Les Métis se décomposaient entre ceux revendiquant deux races (94,0 %), principalement blanche et autre (36,7 %), blanche et amérindienne (21,7 %), blanche et asiatique (9,9 %), blanche et noire (9,6 %) et amérindienne et autre (5,0 %), et ceux revendiquant trois races ou plus (6,0 %)[38].

Présence française au Nouveau-Mexique

Le Nouveau-Mexique, un état du sud-ouest américain qui était initialement habité par des puissantes et riches nations indiennes (Apaches, Comanches, Hopis, Navajos, Zuñis), puis qui fut progressivement colonisé par la Nouvelle-Espagne avant de devenir un État américain, a reçu un courant d’immigration de Français marginal mais régulier dès le XVIe siècle[39].

Certains de ces Français d'origine sont célèbres, comme le frère Marcos de Niza (1495-1558), qui participa à la découverte initiale de ces territoires pour l’Espagne, ou Ceran de Hault de Lassus de Saint Vrain (1802-1870), descendant d'aristocrates français émigrés aux États-Unis pendant la Révolution française qui connut une grande réussite dans les affaires, ou bien le premier archevêque de Santa Fé (Nouveau-Mexique), Jean-Baptiste Lamy (1814 – 1888), originaire de la région de Clermont-Ferrand, qui figure dans le célèbre roman de l’écrivaine américaine Willa Cather (1873-1947), La mort et l’archevêque. Un nombre relativement important[Combien ?] des immigrés français au Nouveau-Mexique furent des prêtres ; d’autres, comme leurs compatriotes de la Nouvelle-France, étaient initialement des trappeurs et négociants en fourrures, puis des forestiers, agriculteurs, éleveurs et négociants.

Religions

(c) Christian M. Mericle, CC BY 3.0
L'Église catholique de Nara Visa au Nouveau-Mexique.
Composition religieuse en % en 2015[40]
ReligionDrapeau du Nouveau-Mexique Nouveau-MexiqueDrapeau des États-Unis États-Unis
Catholicisme3420,8
Protestantisme évangélique2325,4
Protestantisme traditionnel1414,7
Non-affiliés1315,8
Agnosticisme54,0
Athéisme33,1
Mormonisme21,6
Bouddhisme10,7
Églises afro-américaines16,5
Témoins de Jéhovah10,8
Autres36,6

Selon l'institut de sondage The Gallup Organization, en 2015, 42 % des habitants du Nouveau-Mexique se considèrent comme « très religieux » (40 % au niveau national), 26 % comme « modérément religieux » (29 % au niveau national) et 32 % comme « non religieux » (31 % au niveau national)[41].

Langues

Le Nouveau-Mexique n'a aucune langue officielle. L'anglais est la langue de l'enseignement et du gouvernement, mais il y a de nombreuses communes « à facilités » pour les hispanophones. De plus, toute loi promulguée par le Parlement de cet État est rédigée et en anglais et en espagnol. Les bulletins de vote pour les élections sont également en anglais et en espagnol.

Bien que seulement 28 % de la population soit de souche anglo-saxonne, l'anglais reste la langue du quotidien, et c'est la première langue de beaucoup des Hispaniques[réf. nécessaire].

Selon l'American Community Survey, en 2010, 63,96 % de la population âgée de plus de 5 ans déclare parler l'anglais à la maison, 28,45 % déclare parler l'espagnol, 3,45 % le navajo, 0,68 % le keres, 0,48 % le zuñi, 0,47 % une autre langue amérindienne et 5,61 % une autre langue[42].

Politique

Le Nouveau-Mexique est, par rapport aux autres États des États-Unis, un État pauvre et conservateur du sud-ouest, avec une grande minorité (42 %) hispanique et de tradition démocrate.

En 2004, 50 % des inscrits sur les listes électorales étaient enregistrés en tant que démocrates contre 33 % de républicains.

Résultats des élections présidentielles américaines au Nouveau-Mexique
AnnéeRépublicainDémocrate
196049,41 % (153 733)50,15 % (156 027)
196440,24 % (131 838)59,22 % (194 017)
196851,85 % (169 692)39,75 % (130 081)
197261,05 % (235 606)36,56 % (141 084)
197650,75 % (211 419)48,28 % (201 148)
198054,97 % (250 779)36,78 % (167 826)
198459,70 % (307 101)39,23 % (201 769)
198851,86 % (270 341)46,90 % (244 497)
199237,34 % (212 824)45,90 % (261 617)
199641,86 % (232 751)49,18 % (273 495)
200047,85 % (286 417)47,91 % (286 783)
200449,84 % (376 930)49,05 % (370 942)
200841,78 % (346 832)56,91 % (472 422)
201242,84 % (335 788)52,99 % (415 335)
201640,04 % (319 667)48,26 % (385 234)

Élections présidentielles : un État au diapason du vote national

Le Nouveau-Mexique était pour les élections présidentielles considéré comme un état pivot avec ses cinq grands électeurs. L'état est concerné par plusieurs cycles électoraux mais il est remarqué qu'il fut au diapason du vote national, sauf en élection présidentielle de 1976, 2000 et 2016, ces deux derniers ont la particularité d'avoir un candidat minoritaire au nombre de voix[43]. Les résultats du vote populaire étaient souvent serrés mais depuis 2008, il est considéré comme solidement acquis aux démocrates, avec une marge conséquente[44],[45].

Administration locale

Le capitole du Nouveau-Mexique à Santa-Fe.
Michelle Lujan Grisham, gouverneure depuis 2019.

Depuis le , le gouverneur de l'État est la démocrate Michelle Lujan Grisham, deuxième femme à diriger le Nouveau-Mexique. Le lieutenant-gouverneur est le démocrate Howie Morales. La secrétaire d'État, Maggie Toulouse Oliver, ainsi que l'attorney général et le secrétaire au trésor sont également démocrates.

La législature de l'État comprend le Sénat de 42 sièges et la Chambre des représentants de 70 sièges. Lors de la législature 2019-2021, la chambre est contrôlée par 47 représentants démocrates (face à 23 républicains).

Les démocrates dominent la région de Santa Fe, l'ouest et le sud de Albuquerque, le nord et l'ouest de l'État ainsi que les réserves indiennes. Les républicains ont leurs places fortes dans l'est et le sud de l'État, dans la région de Rio Rancho et dans la région nord-est de Albuquerque.

Le , le Nouveau-Mexique est devenu le quinzième État américain à avoir renoncé à appliquer la peine de mort (sans effet rétroactif pour les crimes commis avant l'entrée en vigueur de la loi)[46].

Représentation fédérale

Au niveau fédéral, lors du 114e (législature 2015-2017), la délégation du Nouveau-Mexique au Congrès des États-Unis se compose de deux sénateurs démocrates, Martin Heinrich et Tom Udall, de deux représentants démocrates, Michelle Lujan Grisham et Ben R. Luján, et d'un représentant républicain, Steve Pearce.

Culture

Symboles du
Nouveau-Mexique
drapeau
Le drapeau du Nouveau-Mexique.
Symboles vivants
AmphibienSpea multiplicata
ArbrePin Pinyon
FleurYucca
HerbeBlue grama
InsectePepsis
MammifèreOurs noir
OiseauGrand Géocoucou
PapillonSandia Hairstreak
PoissonCutthroat Trout
ReptileCnemidophorus neomexicanus
Symboles non vivants
AlimentsBizcochito (le biscuit officiel)
Haricots et piments
BateauxUSS New Mexico (BB-40)
USS New Mexico (SSN-779)
ChansonsO Fair New Mexico (en)
Así Es Nuevo México (es)
FossileCoelophysis
GemmeTurquoise
PoèmeTo New Mexico (en), A Nuevo México (es)
(Au Nouveau-Mexique)
Slogan« Crescit eundo » (la)
« It grows as it goes » (en)
Pièce de 25 cents de l'État
1/4 de dollar
La pièce du Nouveau-Mexique émise en 2008.

Architecture

Ancienne mission construite en adobe par les Espagnols avec les populations amérindiennes en 1772.

L'architecture traditionnelle, aux formes géométriques, est adaptée aux conditions météorologiques difficiles du désert. Elle inspire encore certains architectes contemporains, du Nouveau-Mexique et d'ailleurs.

Culture amérindienne

Près de Santa Fe, dans le vieux site indien de Tronis, en plein désert, on peut observer un phénomène curieux, très visité depuis sa découverte vers les années 1960 par le professeur West. Dès le solstice d'été, à l'aube, durant une dizaine de minutes, les rayons du Soleil, passant à travers une fissure de la roche, éclairent une pierre qui scintille fortement. Les Amérindiens utilisaient peut-être cette pierre comme calendrier. De nombreuses inscriptions y sont gravées, laissant penser à leur vie préhistorique.

Littérature

Le Nouveau-Mexique est aussi un lieu d'inspiration d'écrivains. Ainsi, Cormac McCarthy, qui vit près de Santa Fe depuis de nombreuses années, s'est très fortement inspiré de la culture des cow-boys, des paysages, et de la vie dans cet État pour écrire ses romans dont les plus célèbres sont l'importante Trilogie de la frontière (De si jolis chevaux (1992), Le Grand Passage (1994), Des villes dans la plaine (1998), qui ont tous directement trait au Nouveau-Mexique de la première moitié du XXe siècle) et plus récemment Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme (2005) qui fut adapté au cinéma par les frères Coen dans le film No Country for Old Men (2008). La romancière américaine Willa Cather (lauréate du prix Pulitzer en 1923) situe l'action de son roman La Mort de l'archevêque[47] au Nouveau-Mexique. Ce roman, cité par le Times comme étant l'un des 100 meilleurs romans en langue anglaise du XXe siècle[48], s'inspire très librement de la vie de missionnaires français comme Jean-Baptiste Lamy ou Anton Docher[49]. De même l'écrivain français et prix Nobel de littérature 2008 J. M. G. Le Clézio, grand voyageur qui vécut sur les cinq continents, vit depuis plus de quinze ans à Albuquerque où il enseigne et apprécie lui aussi le symbole de la vie à la frontière mexicaine[50].

Culture populaire

Le Nouveau-Mexique est le lieu où se déroule la plupart des scènes des séries Breaking Bad et Better Call Saul.

La ville de Roswell au Nouveau-Mexique est connue pour le cas historique de contact avec des extra-terrestres qui y serait survenu.

La ville de Roswell au Nouveau-Mexique est connue pour l'affaire de Roswell et son tourisme autour des extra-terrestres.

Sport

Le rodéo est un sport pratiqué au Nouveau-Mexique

  • Lobos du Nouveau-Mexique (NCAA)
  • Aggies de New Mexico State (NCAA)

Économie

Le Nouveau-Mexique a une économie très dépendante des matières premières et de l'agriculture. Le tourisme est également développé. Le Nouveau-Mexique dispose d'une fiscalité attractive pour les entreprises.

Agriculture

L'État produit, grâce à l'irrigation, du blé, du maïs, du coton, des légumes, des fourrages.

On y élève de manière extensive, des bovins et des moutons.

Science et technologies

Very Large Array, Nouveau-Mexique.

Cet État intéresse beaucoup les archéologues en raison d'une occupation préhistorique ancienne.

Il est surtout connu pour le laboratoire de physique nucléaire de Los Alamos, construit près d'Albuquerque pour produire et tester la bombe atomique américaine qui devait mettre fin à la Seconde Guerre mondiale et aux ambitions hégémoniques d'Hitler. C'est le , que la première bombe atomique test a explosé dans le bassin de Tularosa.

Industrie

Les principales ressources minières sont le fer, le cuivre, le plomb, l'argent, l'or et la potasse.

Les ressources énergétiques incluent pétrole, gaz naturel et uranium.

L'industrie, modeste, se consacre au traitement des métaux et à la recherche nucléaire à Los Alamos.

Notes et références

  1. « Resident Population Data: Population Change », Bureau du recensement des États-Unis, (consulté le ).
  2. Prononciation en anglais américain retranscrite selon la norme API.
  3. Prononciation en espagnol retranscrite selon la norme API.
  4. David J. Weber, The Spanish Frontier in North America, New Haven and London, Yale University Press, , p. 79
  5. Voir la section Étymologie de l'article Toponymie du Mexique.
  6. Angie Debo, Histoire des Indiens des États-Unis, Paris, Albin Michel, 1994, page 55.
  7. Angie Debo, Histoire des Indiens des États-Unis, Paris, Albin Michel, 1994, page 56.
  8. Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West!, page 48.
  9. Angie Debo, Histoire des Indiens des États-Unis, Paris, Albin Michel, 1994, page 72.
  10. Frank Browning et John Gerassi, Histoire criminelle des États-Unis, Nouveau monde, , p. 350-362.
  11. Susan A. Roberts et Calvin A. Roberts, New Mexico, University of New Mexico Press, (ISBN 978-0826340030)
  12. « World War II From a New Mexican Perspective » (consulté le )
  13. « census.gov » (consulté le )
  14. « New Mexico Climate Charts » (consulté le ).
  15. (en) « New Mexico (U.S. National Park Service) », sur www.nps.gov.
  16. http://quickfacts.census.gov/qfd/maps/new_mexico_map.html « Copie archivée » (version du 27 décembre 2011 sur l'Internet Archive).
  17. http://www.whitehouse.gov/sites/default/files/omb/bulletins/2013/b13-01.pdf.
  18. (en) « US Census Bureau Lists & Structure of Governments », sur www.census.gov.
  19. (en-US) « Population for the 50 States, the District of Columbia, and Puerto Rico: 2020 Census », United States Census Bureau, .
  20. (en-US) « State Centers of Population 1880 - 2010: New Mexico », sur census.gov (consulté le ).
  21. (en-US) « American FactFinder - Results », sur factfinder2.census.gov (consulté le ).
  22. https://www.cdc.gov/nchs/data/nvsr/nvsr61/nvsr61_01.pdf
  23. https://www.cdc.gov/nchs/data/nvsr/nvsr62/nvsr62_09.pdf
  24. https://www.cdc.gov/nchs/data/nvsr/nvsr61/nvsr61_04.pdf
  25. https://www.cdc.gov/nchs/data/nvsr/nvsr63/nvsr63_09.pdf
  26. (en-US) « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov (consulté le ).
  27. (en-US) « American FactFinder - Results », sur factfinder2.census.gov (consulté le ).
  28. (en) « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov (consulté le ).
  29. (en) « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov (consulté le ).
  30. (en) « Unauthorized Immigrants in the U.S., 2012 », sur pewhispanic.org, (consulté le ).
  31. (en) Campbell Gibson et Kay Jung, « Historical Census Statistics on Population Totals by Race, 1790 to 1990, and by Hispanic Origin, 1970 to 1990, for the United States, Regions Divisions, and States » [PDF], .
  32. (en) U.S. Census Bureau, « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov (consulté le ).
  33. U.S. Census Bureau, « American FactFinder - Results », sur factfinder2.census.gov.
  34. (en) « Jewish Population in the United States 2013 », sur www.jewishdatabank.org.
  35. (en) « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov.
  36. (en) « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov.
  37. (en) « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov.
  38. (en) « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov.
  39. https://frenchinnewmexico.com/biographies-memoirs/
  40. (en) « Religious Landscape Study », sur pewforum.org (consulté le ).
  41. (en) « State of the States », sur Gallup.com (consulté le ).
  42. (en) « Language Map Data Center », sur apps.mla.org (consulté le ).
  43. « New Mexico Election Results 2016 », sur nytimes.com.
  44. « How New Mexico Lost Its Swing », sur Fair Vote,
  45. « Trump rallies in New Mexico, in long-shot bid to swing Hispanic voters and a Democratic state », sur Washington Post,
  46. Le Nouveau-Mexique abolit la peine de mort, Le Monde, .
  47. Willa Cather, La Mort de l'archevêque, Rivages poche, 1995
  48. (en) « 100 Best Novels «  Modern Library », sur www.modernlibrary.com.
  49. Sa vie chez les Indiens Tiwas du Nouveau-Mexique a fait l'objet d'une biographie de Keleher et Chant : The Padre of Isleta, Sunstone Press, 1940-2009, et plus récemment d'un roman de Samuel Gance : Anton ou la trajectoire d'un père, L'Harmattan, Paris, 2013, 208 p.
  50. Interview de Le Clézio pour Bouillon de culture vers 2003.

Voir aussi

Bibliographie

  • Angie Debo, Histoire des Indiens des États-Unis, Paris, Albin Michel, 1994, (ISBN 2-226-06903-8)
  • Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West! Histoire de l'Ouest américain d'hier à aujourd'hui, Paris, Flammarion, 2002, (ISBN 2-08-211809-6)
  • Tony Hillerman, Le Grand Vol de la banque de Taos, recueil de nouvelles, et surtout de textes (à prétention historique) intéressants sur l'histoire de la région de Santa-Fé, dont Le Cœur même de notre pays, Las Trampas, Le Don Quichotte du comté de Rio Arriba. Ce dernier traite d'un aspect local du Chicano Movement, l'Alianza Federal de Mercedes de Reies Lopez Tijerina (en) (1926-2015).

Articles connexes

  • Earthships, habitations écologiques dont le premier camp a été créé au Nouveau-Mexique à Taos.

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

Flag of New Mexico.svg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC0
Logo disambig.svg
Auteur/Créateur: Manjiro5, Licence: CC0
Icône des homonymies sur Wikipédia francophone
USA.NM.VeryLargeArray.02.jpg
Auteur/Créateur: user:Hajor, Licence: CC-BY-SA-3.0
The Very Large Array near Socorro, New Mexico, United States.
USA Flag Map.svg
Map showing USA with US flag.
Capulin 1980 tde00005.jpg
Capulin Volcano National Monument, New Mexico. Capulin Mountain, a huge cinder cone which last erupted between 58,000 to 62,000 years ago, rises more than 1,000 feet above its base.
Los-alamos.jpg
Auteur/Créateur: Berru (= Berrucomons), Licence: CC BY-SA 2.5
Le site de Los Alamos (Nouveau Mexique, USA), vu de Bandelier National Monument
International UFO Museum and Research Center Roswell New Mexico.jpg
International UFO Museum and Research Center, located at 114 North Main in Roswell, New Mexico.
Gila River Middle Fork.2.jpg
Middle Fork of the w:Gila River, New Mexico, USA
Lone Pine Umbrella.JPG
Auteur/Créateur: Wingchi Poon, Licence: CC BY-SA 3.0
Lone pine (Pinus ponderosa subsp. brachyptera) perching on the top of a mesa like an umbrella. Photo taken at Mesa Top Trail Loop, El Morro National Monument, New Mexico, USA.
New Mexico population map.png
(c) JimIrwin, CC-BY-SA-3.0
New Mexico state population density map based on Census 2010 data. See the data lineage for a process description.
Flag-map of New Mexico.svg
Auteur/Créateur: Darwinek, Licence: CC BY-SA 3.0
Flag-map of New Mexico
Cochiti Lake shoreline.jpg
The shoreline of Cochiti Lake behind Cochiti Dam on the Rio Grande in Sandoval County, New Mexico, USA.
Mission Church Taos LC-USZC4-3921.jpg
Mission Church at Rancho de Taos — northern New Mexico, built circa 1772.
  • Platinum print photograph by Laura Gilpin in 1930. Reproduction #: LC-USZC4-3921 (color transparency).
  • Built in 1772 by Spanish missionaries and native Americans, the Mission Church is an amalgam of European and indigenous building traditions. Made of adobe, a brick composed of straw and mud, the walls slope outward to buttress the structure and to fend off the effects of torrential rains.
  • The Mission Church was recorded in photographs and drawings by the Historic American Buildings Survey in the 1930s and has enjoyed great popularity with artists such as photographer Laura Gilpin and painter Georgia O'Keefe, who both lived nearby. (Gift of the photographer).
Dunes as White Sands NM.jpg
Auteur/Créateur: Jennifer Willbur, Licence: CC BY 2.5
Dunes at White Sands National Monument, New Mexico, USA.
Seal of New Mexico.svg
Grand sceau de l'État du Nouveau-Mexique
NewMexicoCapitol SantaFe.jpg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC-BY-SA-3.0
Rio Grande White Rock Overlook Park View 2006 09 05.jpg
(c) Andreas F. Borchert, CC BY-SA 4.0

White Rock, New Mexico


View of the Rio Grande from the Overlook Park at White Rock.
Big-hatchet-peak.jpg
Auteur/Créateur: "streeyyr" (summitpost.org username), Licence: CC BY-SA 2.5
A view of Big Hatchet Peak, in far southwestern New Mexico, from the access road.
On the Road to Shiprock2 (2).jpg
Auteur/Créateur: Squeegee99, Licence: CC BY-SA 4.0
This dirt road leads to Shiprock, a large extruding rock monolith located in northwestern New Mexico.
NewMexico Palace SantaFe.jpg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC-BY-SA-3.0
2008 NM Proof.png

Removed background, cropped, and converted to PNG with Microsoft Photo Editor.

Public domain
This image depicts a unit of currency issued by the United States of America. If this is an image of paper currency or a coin not listed here, it is solely a work of the United States Government, is ineligible for US copyright, and is therefore in the public domain in the United States.
Fraudulent use of this image is punishable under applicable counterfeiting laws.

As listed by the the U.S. Currency Education Program at money illustrations, the Counterfeit Detection Act of 1992, Public Law 102-550, in Section 411 of Title 31 of the Code of Federal Regulations (31 CFR 411), permits color illustrations of U.S. currency provided:
1. The illustration is of a size less than three-fourths or more than one and one-half, in linear dimension, of each part of the item illustrated;
2. The illustration is one-sided; and
3. All negatives, plates, positives, digitized storage medium, graphic files, magnetic medium, optical storage devices, and any other thing used in the making of the illustration that contain an image of the illustration or any part thereof are destroyed and/or deleted or erased after their final use.

Certain coins contain copyrights licensed to the U.S. Mint and owned by third parties or assigned to and owned by the U.S. Mint [1]. For the United States Mint circulating coin design use policy, see [2]; for the policy on the 50 State Quarters, see [3].

Also: COM:ART #Photograph of an old coin found on the Internet

Santa Fe NM.jpg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC-BY-SA-3.0
San Andres Mountains west Las Cruces.jpg
Western view of the San Andres Mountains near Las Cruces, New Mexico. The settlement of Organ is at the base of the mountains. Photographed from NASA Road near US Highway 70 in Las Cruces.
This section is the terminal subrange named the en:San Augustin Mountains. The peak on the right is adjacent to "San Augustin Pass"; the en:Organ Mountains border to the south. The peak is called "San Augustin Peak", and is a conical-shaped prominance.
Wheeler Peak 2006.jpg
Auteur/Créateur: David Herrera, Licence: CC BY 2.0
Wheeler Peak in the Sangre de Cristo Mountains of New Mexico. Taken from milepost 31 along New Mexico highway 434, on the southern outskirts of Angel Fire. As you get closer to the main section of Angel Fire, Old Mike Peak is visible, but not Wheeler Peak or Simpson Peak.
Bandelier cliff.jpg
Main south-facing cliff at Bandelier National Monument, showing both cave dwellings and external dwelling ruins. Shot by User:dicklyon in July, 2007, with Sigma SD14. The people are not identifiable, but add some notion of the visitor path in the park.
New Mexico in United States.svg
Auteur/Créateur: TUBSEmail Silk.svg Gallery, Licence: CC BY-SA 3.0
Location of state of ‹New Mexico in United States› in the United States