Bachelor (France)

Bachelor (France)
LieuFrance
ÉtablissementÉtablissements d'enseignement supérieur privé, Grands établissements publics, Écoles consulaires
Sélection
Niveau ou grade requisBaccalauréat
Diplôme
Durée de la formation3 ans
Diplôme délivré
Niveau délivréNiveau 6 (Bac +3)
ReconnuNon reconnu
Débouchés

En France, le bachelor est un diplôme d'établissement qui peut être délivré hors du système universitaire, par exemple par les écoles de commerce et les établissements privés, en trois ans à compter de l’obtention du baccalauréat[1].

Contrairement au diplôme national de licence (DNL), le bachelor délivré par les établissements privés n'est pas automatiquement reconnu comme diplôme national par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

Depuis 2020, le cursus bachelor de certains établissements peut délivrer un diplôme conférant grade de licence[2],[3].

Le bachelor en France

En France, un bachelor délivré par un établissement d'enseignement supérieur public ou privé peut être un diplôme d'établissement délivré sous son sceau propre, mais également un diplôme certifié par l'État, un diplôme visé par l'État ou encore un diplôme conférant grade de licence depuis 2020[4],[5]. Celui-ci concerne les bachelors d'écoles de commerce et de prestigieux établissements publics comme Sciences Po, l'École polytechnique ou Arts et Métiers[6],[7].

Le nom s'inspire du bachelor’s degree anglo-saxon, et il est dispensé généralement dans des écoles privées[4]. Généralement, les écoles de commerce consulaires comme l'ESCP, l'EM Lyon ou l'EDHEC délivrent, au sein d'un cursus de « bachelor » ou de « BBA », un diplôme conférant grade de licence[8].

À compter de la rentrée 2021, un « bachelor » des instituts universitaires de technologie (IUT) délivrera un diplôme national équivalent : le bachelor universitaire de technologie (BUT), contrôlé par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

Bachelor des universités

Bachelor universitaire de technologie (BUT)

Logo officiel garantissant le contrôle du ministère de l'Enseignement supérieur sur une formation délivrant un bachelor universitaire de technologie.

En France, le bachelor universitaire de technologie (BUT) est issu de la fusion entre le diplôme universitaire de technologie (DUT) et la licence professionnelle pour devenir un diplôme national en 3 ans conférant 180 crédits ECTS[9]. Il sera délivré à compter de la rentrée 2021. Le nom « licence universitaire de technologie » a également été envisagé[10].

Bachelor délivrant un diplôme d'université (DU)

En France, des universités publiques multiplient ces dernières années la création de formations nommées « bachelor », délivrant un diplôme d'université (DU) niveau bac +3 telles que CY Cergy Paris Université, avec un bachelor en « Data Science by Design » délivrant un diplôme d'université ainsi qu'un diplôme national de licence (DNL) en Informatique, un bachelor en « Science forensique » délivrant un diplôme d'université ou encore un bachelor en « Stratégie digitale, Intelligence Artificielle et Design » délivrant également un diplôme d'université (DU) niveau bac +3[11],[12],[13],[14]. Il s'agit d'un diplôme propre à une université française, non reconnu au niveau national, contrairement au diplôme national de licence, de master, de doctorat et visé qui sont des diplômes reconnus par le l'État.

Bachelors d'établissements publics ou privés

Logo officiel garantissant le contrôle du ministère de l'Enseignement supérieur sur une formation délivrant un grade de licence.

Bachelor délivrant un diplôme conférant grade de licence

En France, le bachelor peut délivrer un diplôme conférant grade de licence depuis 2020[2],[3].

Dans le cadre de la loi de finances pour 2020, le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation annonce en septembre 2019 un renforcement des contrôles des académies sur les formations de l'enseignement supérieur privé. L'objectif étant, selon le ministère, de « valoriser les formations de qualité et de sanctionner les pratiques commerciales trompeuses, en particulier lorsqu’elles induisent les étudiants et leurs familles en erreur sur la nature des diplômes délivrés »[2].

Le , la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation Frédérique Vidal, annonce que des bachelors de l'enseignement supérieur privé pourront obtenir le grade de licence dès 2020 pour « augmenter la lisibilité pour les jeunes et leurs familles »[3]. Selon la ministre, les établissements privés ayant déjà des diplômes visés par l'État ou ayant le label EESPIG pourront en faire la demande[3]. La Commission des titres d'ingénieur (CTI) sera chargée de l'évaluation des bachelors en ingénierie, la Commission d’évaluation des formations et diplômes de gestion (CEFDG) sera quant à elle chargée d'évaluer les formations en management des écoles de commerces comme les bachelor of business administration (BBA) français. Les autres bachelors seront évalués par Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES[3]).

En janvier 2021, une première campagne d'évaluation de bachelors a eu lieu : 15 bachelors en management (BBA), évalués par la commission d'évaluation des formations et diplômes de gestion (CEFDG) et 17 en sciences (BSc), évalués par la commission des titres d’ingénieur (CTI) bénéficient du grade de licence, vu comme un « gage de qualité »[15],[16]. Les écoles techniques privées reconnues par l'État bénéficieront à terme du grade de licence pour leurs « diplômes de premier cycle », le bachelor[17]. La prochaine campagne d'évaluation de bachelors aura lieu sur l'année universitaire 2022-2023 et concernera également les écoles privées ne relevant pas des domaines de la gestion et de l'ingénierie[18].

En juin 2021, Thierry Coulhon, président du Haut Conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (Hcéres), l'autorité administrative chargé de l'évaluation de l'enseignement supérieur, et notamment de ces bachelors ne relevant pas des domaines de la gestion et de l'ingénierie, précisait avoir ainsi « mis en place une troisième voie de bachelor » pour l'attribution du grade de licence, notamment pour les bachelors d'écoles d'audiovisuel, de design ou de journalisme[18].

Liste de bachelors délivrant le grade de licence

Bachelor of arts (BA) de Sciences Po

En France, le bachelor of arts (BA) est un diplôme conférant grade de licence, généralement en 3 ans, délivré par de grands établissements publics comme les instituts d'études politiques tels que l'IEP de Paris ou de Grenoble[19].

Bachelor of science (BSc) de l'École polytechnique

En France, le bachelor of science (BSc) est un diplôme conférant grade de licence, généralement en 3 ans, délivré par de grandes écoles d'ingénieurs comme l’École polytechnique, et destiné aux « meilleurs bacheliers »  issus de filières scientifiques[20],[7]. Il est également très proche du bachelor de technologie de l'École nationale supérieure d'arts et métiers (à ne pas confondre avec le bachelor universitaire de technologie).

Il est existe également un master of science (MSc) français, accrédité par une association loi de 1901, la Conférence des grandes écoles (CGE).

Bachelor of business administration (BBA) des écoles de commerce

En France, le bachelor of business administration (BBA) est un diplôme conférant grade de licence, généralement en 4 ans et à visée internationale, délivré par de grandes écoles de commerce comme l’EM Lyon ou l'EDHEC[21],[5]. Le diplôme est également appelé « bachelor in management »  par les écoles de commerce ESCP, EM Normandie et Audencia[22],[23].

Bachelor délivrant un diplôme visé

Logo officiel garantissant le visa du ministère de l'Enseignement supérieur sur une formation.

En France, le bachelor peut néanmoins être un diplôme visé par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation[24]. Le diplôme visé est le palier précédant la délivrance du grade de licence.

Ce visa du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation est une reconnaissance importante puisqu'il officialise le niveau académique d'une formation précise et indique que l'État s'engage sur la qualité de la formation[25].

Parmi les bachelors visés par l'État, on compte le bachelor d'écoles d'audiovisuel telles que l'Institut International de l'Image et du son (3iS) qui délivre un DESTIS[26], celui de l'École supérieure de réalisation audiovisuelle (ESRA) délivrant un DESRA ; le Bachelor of Arts (BA) de l'Institut français de la mode (IFM), école privée membre de l'établissement public Hesam Université, ou encore d'écoles de commerce n'ayant pas encore obtenu le diplôme conférant grade de licence, comme le bachelor de Paris School of Business.

Les écoles et formations visées sont soumises à un contrôle pédagogique en continu. Le contenu des formations, les jurys d'admission et les commissions délivrant les diplômes sont examinés[27].

Bachelor délivrant un diplôme certifié

Logotype officiel garantissant la certification du ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion et de l'établissement public France compétences pour une formation.

En France, le bachelor peut également être un titre certifié par le ministère du Travail[28],[29], mais cela n'est pas une reconnaissance, en particulier pour la poursuite d'études, cette certification étant essentiellement à visée professionnalisante[source insuffisante]. Le titre certifié est le palier précédant le passage au diplôme visé (délivrance du visa).

Un bachelor délivrant un titre certifié enregistré au RNCP et reconnu par le Ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social est le premier palier de la reconnaissance d’un diplôme[28].

Parmi les bachelors certifiés par l'État, on compte le bachelor d'écoles de design telles que l'école publique consulaire Gobelins, l'école publique de la Ville de Paris l'École professionnelle supérieure d'arts graphiques (EPSAA), l'École Camondo, Penninghen ou Strate École de Design ; d'écoles de journalisme telles que l'École supérieure de journalisme de Paris, l'Institut européen de journalisme (IEJ) ou l'École W ; ou d'écoles d'audiovisuel telles que le Conservatoire libre du cinéma français (CLCF), le Conservatoire européen d'écriture audiovisuelle (CEEA) ou l'École supérieure d'études cinématographiques (ESEC).

Mais il ne garantit pas son niveau académique comme le fait un diplôme visé ou un diplôme conférant grade de licence accordés par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation[30],[31]. En France, l'enregistrement d'une certification professionnelle par l'État se fait au sein du Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) tenu par l'établissement public France compétences.

Bachelor d'établissement

En tant que tel, le bachelor n'est pas un titre reconnu par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, bien que certaines écoles privées (notamment de commerce) utilisent un vocabulaire opaque pour vendre ces diplômes[32],[33].

Après un bachelor, 58 % des étudiants entrent dans la vie professionnelle, et 40 % poursuivent leurs études[34] (ce qui le différencie du bachelor anglo-saxon, destiné à une insertion professionnelle immédiate[33]). Les étudiants d'un bachelor d'une école de commerce peuvent ainsi poursuivre dans le programme supérieur (souvent appelé « grande école »[35]), qui lui, peut délivrer un diplôme visé par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

Critiques

Le coût élevé de la formation, souvent entre 3 000  et 15 000  l'année (contre la quasi-gratuité pour un diplôme de licence), est régulièrement critiqué, accusé de renforcer des inégalités sociales. Le nombre très élevé d'étudiants dans certaines écoles implique aussi une sélection très faible concernant le niveau des étudiants, ainsi qu'un encadrement des élèves très théorique. Selon Jean-Philippe Ammeux, directeur de l'IÉSEG, « Certaines institutions gonflent leurs effectifs pour augmenter leurs ressources »[36].

La qualité très inégale des formations est aussi souvent pointée du doigt : professionnels à la pédagogie inefficace, ou universitaires enseignant en dehors de leur domaine de compétence. Peu de régulations existent pour encadrer ces formations, celles-ci n'étant pas des diplômes nationaux. L'insertion professionnelle peut aussi faire défaut, alors que les recruteurs français continuent de préférer les titulaires d'un diplôme de master. Dans le même temps, certaines de ces formations sont conçues pour que les élèves continuent leurs études dans une autre formation de leur école, et peut ainsi servir à contourner le concours d'entrée[36].

Notes et références

  1. Karine Darmon, « Bachelor : les raisons d’un succès », sur Studyrama.com (consulté le )
  2. « Projet de loi de finances 2020 de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation », sur enseignementsup-recherche.gouv.fr, Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, (consulté le )
  3. Le Figaro, « Frédérique Vidal: «Certains bachelors auront le grade licence dès cette année» », sur Le Figaro Etudiant (consulté le )
  4. Marie-Anne Nourry, « Le bachelor, trublion de l’enseignement supérieur », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. « Bachelors « visés », « certifiés »... s’y retrouver dans les différents cursus », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Programme de Bachelor | Sciences Po Collège universitaire », sur bachelor.html, (consulté le )
  7. « Bachelor of Science », sur programmes.polytechnique.edu (consulté le )
  8. Wally Bordas, « Qu’est ce qu’un bachelor en France ? », sur Le Figaro (consulté le ).
  9. « Arrêté du 6 décembre 2019 portant réforme de la licence professionnelle ».
  10. « IUT, DUT : le Bachelor Universitaire remplacera la licence professionnelle en 2021 », sur orientation-education.com (consulté le ).
  11. Sebastien Kunz, « Programme formation Data Science en 4 ans | Bachelor Data Science by Design | CY Tech », sur Bachelor - CY Tech (consulté le )
  12. Marjorie Lefebvre, « Bachelor Science forensique (BSF Cergy) », sur CY Forensic (consulté le )
  13. « ESIEE-IT et CY Design lancent un nouveau bachelor digital, IA et design », sur Studyrama.com (consulté le )
  14. « CY Cergy Paris Université, un modèle singulier d’université en construction », sur www.letudiant.fr (consulté le )
  15. « Le grade de licence, une reconnaissance qui clarifie l'offre de bachelor », sur www.letudiant.fr (consulté le )
  16. « Bachelor (Bac+3). Le grade de licence, gage de qualité », sur Le Parisien Etudiant (consulté le )
  17. « Décret n° 2021-405 du 7 avril 2021 attribuant le grade de licence aux titulaires de diplômes de premier cycle délivrés par les écoles et établissements d'enseignement supérieur technique mentionnés aux articles L. 641-3, L. 642-1 et L. 753-1 du code de l'éducation », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  18. « Grade de licence : Hcéres-CEFDG-CTI se coordonnent pour la prochaine campagne d'évaluation », sur www.letudiant.fr (consulté le )
  19. « Bachelor : premier cycle », sur www.sciencespo-grenoble.fr (consulté le )
  20. le figaro, « À Polytechnique, un bachelor séduit les meilleurs bacheliers scientifiques », sur Le Figaro Etudiant (consulté le )
  21. « Global BBA, Bachelor in Business Administration | emlyon business school », sur bba.em-lyon.com (consulté le )
  22. (en) « Bachelor in Management (BSc) | ESCP », sur www.escp.eu (consulté le )
  23. « Écoles de commerce : à quoi sert le nouveau grade de licence des bachelors et BBA ? », sur L'Étudiant (consulté le )
  24. Wally Bordas, « Qu’est ce qu’un bachelor en France ? », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  25. « Les diplômes visés par l'Etat », Ecoles2commerce.com (consulté le )
  26. ESR : enseignementsup-recherche.gouv.fr, « ESRS1700030A - ESR : enseignementsup-recherche.gouv.fr », sur www.enseignementsup-recherche.gouv.fr (consulté le )
  27. « Reconnu par l’Etat, certifié, visé, homologué, accrédité... comment s’y retrouver ? », Ecoles2commerce.com (consulté le )
  28. « Comment savoir si un diplôme est reconnu ? | CCI Paris Île-de-France », sur www.cci-paris-idf.fr (consulté le )
  29. « Un titre certifié RNCP, c'est quoi ? », sur Studyrama.com (consulté le )
  30. « Les titres répertoriés au RNCP », Onisep (consulté le )
  31. « Les diplômes visés », Onisep (consulté le )
  32. Maxime François, « Ecoles de commerce : se retrouver dans le maquis des labels », Le Monde,
  33. Jean-Claude Lewandowski, « Le bachelor, concurrent de la licence », Le Monde,
  34. Benjamin Dusaussoy, « Que faire après un bachelor ? », sur etudiant.lefigaro.fr,
  35. Isabelle Dautresme, « Le bachelor, une alternative aux classes prépas ? », Le Monde,
  36. « Pourquoi le bachelor cartonne », dans Focus Campus, le 1 mai 2018, consulté sur focuscampus.blog.lemonde.fr le 9 mai 2018

Médias utilisés sur cette page

DL 05 Grade L.svg
Auteur/Créateur:

Ministère de l'Enseignement supérieur

, Licence: marque déposée

Logo des diplômes de l'enseignement supérieur

DL 06 Dip vise.svg
Auteur/Créateur:

Ministère de l'Enseignement supérieur

, Licence: marque déposée

Logo des diplômes de l'enseignement supérieur

DL 02 BUT.svg
Logo des diplômes de l'enseignement supérieur
FC Certification RNCP Bleu.svg
Auteur/Créateur:

France compétences

, Licence: marque déposée

Logotype Certification enregistrée au RNCP