Thouars

Thouars
Thouars
Le château des ducs de La Trémoille.
Blason de Thouars
Blason
Thouars
Administration
PaysDrapeau de la France France
RégionNouvelle-Aquitaine
DépartementDeux-Sèvres
ArrondissementBressuire
IntercommunalitéCommunauté de communes du Thouarsais
(siège)
Maire
Mandat
Bernard Paineau
2020-2026
Code postal79100
Code commune79329
Démographie
GentiléThouarsais
Population
municipale
13 917 hab. (2020)
Densité171 hab./km2
Population
agglomération
17 181 hab. (2017)
Géographie
Coordonnées46° 58′ 33″ nord, 0° 12′ 51″ ouest
Altitude100 m
Min. 47 m
Max. 117 m
Superficie81,48 km2
TypeCommune urbaine
Unité urbaineThouars
(ville-centre)
Aire d'attractionThouars
(commune-centre)
Élections
DépartementalesCanton de Thouars
(bureau centralisateur)
LégislativesTroisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thouars
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thouars
Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres
Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Thouars
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Thouars
Liens
Site web[1]

Thouars est une commune du Centre-Ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine. Ses habitants sont appelés les Thouarsais.

À partir du , après avoir étendu son périmètre à Mauzé-Thouarsais, Missé et Sainte-Radegonde, la commune de Thouars acquiert juridiquement le statut de commune nouvelle.

Thouars a été labellisée ville fleurie 4 étoiles et ville d'art et d'histoire.

Géographie

Localisation

La commune de Thouars se situe au nord du département des Deux-Sèvres sur un plateau qui domine la rivière nommée le Thouet, un affluent de la Loire. Elle est la capitale du Thouarsais une région naturelle constituée par la plus grande partie de la plaine de Thouars et la partie moncontouroise du Loudunais. Les villes les plus proches[1] sont Bressuire, Parthenay, Saumur et Loudun.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Accès

Thouars est située à 50 minutes par la route de grandes agglomérations de l'Ouest : Niort, Poitiers, Angers. L'accès à Niort (passant par Parthenay) est réalisé via une route à trois voies.

Thouars est desservie via sa gare SNCF (trains et cars TER Nouvelle Aquitaine). La ville possède un aérodrome. La commune est aussi desservie par le réseau de cars RDS (Réseau des Deux-Sèvres) du conseil général des Deux-Sèvres.

Communes limitrophes

Rose des ventsLoretz-d'ArgentonSainte-VergeLouzyRose des vents
Argenton-ChâteauNSaint-Léger-de-Montbrun
O    Thouars    E
S
Saint-Jacques-de-ThouarsSaint-Jean-de-ThouarsLuzay

Géologie

Hydrographie

Thouars est arrosée par le Thouet, affluent de rive gauche de la Loire.

Voies de communication et transports

Climat

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 11,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 5,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 652 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1975 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[8]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records THOUARS-STNA (79) - alt : 81 m 46° 59′ 18″ N, 0° 12′ 24″ O
Records établis sur la période du 01-01-1975 au 04-01-2022
Moisjan.fév.marsavrilmaijuinjui.aoûtsep.oct.nov.déc.année
Température minimale moyenne (°C)2,32,145,69,312,314,21411,3952,87,7
Température moyenne (°C)5,468,811,11518,420,520,417,213,48,55,712,6
Température maximale moyenne (°C)8,49,813,616,520,624,526,926,823,217,912,18,717,5
Record de froid (°C)
date du record
−14,6
17.01.1985
−12,6
12.02.12
−10,7
01.03.05
−3,8
04.04.1996
0,4
03.05.1979
2,5
01.06.06
5,6
02.07.1979
5,1
31.08.1986
1,1
19.09.1977
−4,6
30.10.1997
−8,2
23.11.1993
−11,2
31.12.1985
−14,6
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
16,9
27.01.03
22,3
27.02.19
27
19.03.05
31,3
30.04.05
35,1
29.05.01
40,3
29.06.19
40,9
25.07.19
43
06.08.03
35,8
14.09.20
30,8
03.10.11
23,1
07.11.15
19,4
07.12.00
43
2003
Précipitations (mm)51,940,340,24949,738,242,238,848,766,656,656,5578,7
Source : « Fiche 79329001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Urbanisme

Typologie

Thouars est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[9],[10],[11]. Elle appartient à l'unité urbaine de Thouars, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[12] et 17 181 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Thouars, dont elle est la commune-centre[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 26 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[15],[16].

Risques majeurs

Le territoire de la commune de Thouars est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, mouvements de terrains et séisme (sismicité modérée). Il est également exposé à deux risques technologiques, le transport de matières dangereuses et la rupture d'un barrage, et à un risque particulier : le risque de radon[17]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[18].

Risques naturels

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment le Thouet, le Pressoir, le ruisseau de l'étang de Juigny et l'Argenton. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1995 et 2010[19],[17]. Le risque inondation est pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais du plan de prévention des risques inondation (PPRI) de la « Vallée du Thouet », approuvé le , dont le périmètre regroupe 22 communes[20].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Thouars.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des mouvements de terrains, notamment des tassements différentiels[21]. Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie[22]. 56,4 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (54,9 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national)[23]. Depuis le , en application de la loi ELAN, différentes contraintes s'imposent aux vendeurs, maîtres d'ouvrages ou constructeurs de biens situés dans une zone classée en aléa moyen ou fort[Note 6],[24].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989, 1991, 1992, 1993, 2003, 2004, 2005 et 2011 et par des mouvements de terrain en 1999, 2010 et 2013[17].

Risque technologique

La commune est en outre située en aval du barrage du Puy Terrier, un ouvrage de classe A[Note 7] mis en service en 1982 sur le territoire des communes de Saint-Loup-Lamairé, Louin et Gourgé, sur le cours d’eau le Cébron, affluent du Thouet. À ce titre elle est susceptible d’être touchée par l’onde de submersion consécutive à la rupture de cet ouvrage[26].

Risque particulier

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Selon la classification de 2018, la commune de Thouars est classée en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[27].

Toponymie

Attesté sous les formes latinisées Toareca (pièce mérovingienne), Toarcis en 762.

Nom dérivé de celui de la rivière selon un processus fréquent en toponymie : le Thouet (Toare VIIe siècle, Toarum vers 866) avec le suffixe d'origine celtique -ica (< *-ika)[28],[29].

L'élément *tobar ou *toar qui entre en composition dans certains noms de rivières (Cf. le Thoré affluent de l'Agout à Castres) de sens inconnu est sans doute préceltique[29].

La commune s'est autrefois appelée Thouars-sur-le-Thouet[réf. nécessaire].

Histoire

Époque préhistorique et antique

Les premières communautés vinrent s'installer à Thouars il y a plus de 5 000 ans, leurs lieux d'habitation se situaient au bord du Thouet entre le château actuel et la vieille ville.

Les traces d'une voie romaine découvertes dans la vieille ville semblent confirmer l'hypothèse d'une présence dans l'Antiquité. Mais c'est surtout grâce à la découverte d'une pièce mérovingienne sur laquelle figure la mention Toareca que l'on a confirmation de l'existence de la ville dans l'Antiquité et de son nom[réf. nécessaire].

Moyen Âge

C'est seulement au VIIIe siècle que la ville entre dans l'histoire. Dans les années 760, Thouars se trouve en Aquitaine. C'est la forteresse la plus solide de toute la région selon les chroniqueurs de l'époque. Époque guerrière puisque le duc Waïfre se bat pour l'indépendance de l'Aquitaine contre le roi des Francs Pépin le Bref qui compte bien s'en emparer. En 762, accompagné de son fils le futur Charlemagne, Pépin le Bref arrive devant Thouars, il détruit la cité d'origine gallo-romaine et incendie le château.

À partir du IXe siècle, une lignée de vicomtes va s'imposer et administrer ce fief pendant plus de cinq siècles. Le premier vicomte connu à ce jour est Geoffroy Ier. Il fonde la dynastie de Thouars qui régnera sur le Thouarsais jusqu'à la fin du XIVe siècle.

Située au sud de l'Anjou et à l'entrée de l'Aquitaine, la vicomté de Thouars est un fief stratégique et très riche qui s'étend du Haut-Poitou jusqu'à la mer.

À Thouars, une première cité se trouvait entre le château actuel et l'orangerie. On pense également qu'une deuxième citadelle pouvait se trouver entre l'église Saint-Médard et le pôle Anne Desray. Au XIIe siècle, on remplace la citadelle de bois par une forteresse en pierre comparable au donjon de Moncontour et on entoure la ville de fortifications en bois.

On construit également les premiers édifices religieux : Saint-Pierre du Châtelet (aujourd'hui disparu) et Saint-Laon (abbaye fondée pour abriter les reliques de saint Lô). Pour faire face à l'arrivée de nombreux pèlerins, on construit le pont Saint-André au sud (aujourd'hui disparu) et le pont Saint-Jacques à l'ouest (détruit en 1944). Enfin devant l'augmentation de la population, on érige une nouvelle église en dehors des remparts : Saint-Médard-des-Champs.

Capétiens ou Plantagenêts : un choix difficile

Lors de son accession à la vicomté de Thouars en 1151, Geoffroy IV de Thouars est un fidèle allié du comte d'Anjou et du Maine Henri Plantagenêt. Mais en 1154, lorsque ce dernier devient roi d'Angleterre sous le nom d'Henri II, il décide de s'allier au roi de France Louis VII. À cette époque, Thouars était coincée entre l'Anjou qui appartenait au roi Henri II et l'Aquitaine qui à la suite du divorce du roi de France Louis VII et d'Aliénor d'Aquitaine était redevenue indépendante. Or en 1152, Aliénor épouse Henri Plantagenêt. Par ce mariage, l'Aquitaine lie son destin au royaume d'Angleterre (sans toutefois en faire jamais partie) ; la vicomté de Thouars se retrouve donc enclavée au milieu de ce qu'on appellera plus tard « Empire Plantagenêt », ensemble de territoires liés d'une façon ou d'une autre à la couronne d'Angleterre. Considérant cet état de fait comme une rébellion, le , Henri II prend la ville d'assaut après trois jours de siège. L'église Saint-Médard est incendiée et le château de nouveau rasé.

Les successeurs de Geoffroy IV seront aussi opportunistes que lui, se rangeant tantôt derrière le roi de France, tantôt aux côtés du roi d'Angleterre. Au XIIIe siècle, pour faire face aux différents conflits entre Capétiens et Plantagenêt, la ville modifie son architecture. Une enceinte de neuf mètres de haut est construite, sa longueur avoisinant les 4,5 km. Elle est renforcée de 37 tours et de trois grandes portes permettant la surveillance et assurant les accès au nord et à l'est de la cité médiévale. De nos jours, seules la tour du Prince de Galles et la tour Porte au Prévôt subsistent. La porte de Paris (qui se trouvait à l'entrée de la rue piétonne) a été détruite au XIXe siècle.

Thouars pendant la guerre de Cent Ans

Au milieu du XIVe siècle, l'Angleterre contrôle une grande partie de la France — dont la ville de Thouars, du fait de la rétrocession du Poitou par le traité de Brétigny. Le roi Charles V nomme alors Bertrand Du Guesclin connétable de France, et il le met à la tête d'une armée de 30 000 hommes pour entreprendre la reconquête des territoires perdus.

La ville de Thouars est assiégée en et c'est seulement cinq mois plus tard et après de lourdes pertes que le vicomte consort de Thouars Amaury IV de Craon capitule. Il ouvre la Porte au Prévost et remet les clés de la ville aux armées de Du Guesclin.

La ville de Thouars fut ainsi définitivement rattachée à la France par Bertrand Du Guesclin le .

Annexée à la couronne de France, la vicomté perd peu à peu de son autorité et de son autonomie. Puis en 1397, sa puissance va à nouveau décliner avec la mort de sa vicomtesse Péronnelle de Thouars, dernière descendante de la famille. La branche ainée des Thouars s'éteint donc après six siècles d'existence.

Thouars et la famille d'Amboise

La lignée des Thouars disparue, la ville va passer à la famille d'Amboise mais pour très peu de temps, puisque après une série d'intrigues, le vicomte Louis d'Amboise va être dépossédé de ses terres par Louis XI.

Louis XI passa son enfance en Touraine[30], mais après 1472, il prit l'habitude de venir chasser dans les forêts autour de Thouars en compagnie de son ami Philippe de Commynes, seigneur d’Argenton. Une fois sur le trône de France, Louis XI réside souvent à Plessis-lez-Tours et il aime venir à Thouars où il séjourne régulièrement, préférant l'hôtel des Trois-Rois au château seigneurial.

C'est alors que les intrigues contre le vicomte vont commencer.

Louis XI ne supportait pas le comportement du vicomte Louis d'Amboise. Il lui reprochait son train de vie luxueux et sa débauche légendaire. Le vicomte de Thouars se conduisit brutalement vis-à-vis de sa première femme Louise-Marie de Rieux, qu'il fit enfermer au château de Talmont ; puis sa seconde épouse Nicole de Chambes fut rapidement empoisonnée (elle inspira d'ailleurs à Alexandre Dumas son roman : la Dame de Monsoreau).

En 1469, avec la complicité de Louis Tyndo, seigneur de la Brosse, filleul du vicomte, il détruit quelques titres de propriété et annexe la Vicomté au royaume de France. En remerciement, Louis Tyndo est nommé conseiller du roi et premier président du parlement de Bordeaux. Il se fait également construire un bel hôtel particulier où il reçoit à plusieurs reprises Louis XI. Selon Hugues Imbert, l'hôtel Tyndo, serait construit sur les fondations d’un ancien palais du XIIe siècle, appelé « Résidence des Rois d’Angleterre ».

En , Louis XI octroya à Anne de France, fille aînée, la vicomté de Thouars en tant que dot[31], pour le mariage prévu avec Nicolas de Lorraine, jusqu'à la mort de ce dernier le [31].

Directement administrée par le roi Louis XI dès 1476[32], la ville entame une période de renouveau et de prospérité. De plus, le , le roi ordonne l'établissement d'un siège royal à Thouars[33]. Les enceintes du château médiéval sont restaurées et l'église Saint-Laon se dote d'une imposante flèche de style gothique.

Mais c'est surtout grâce à la reine Marguerite d'Écosse que l'abbaye Saint-Laon va acquérir un prestige particulier ; elle va y fonder une chapelle qui quelques années plus tard abritera son tombeau.

En ville, les grandes voies de communications s'améliorent. Le Pont-Neuf (l'actuel pont des Chouans), est fortifié et protège efficacement l'accès sud-est de la ville.

Avant de mourir, le roi Louis XI décide de restituer la terre de Thouars à ses propriétaires légitimes et c'est ainsi Louis II de La Trémoille, petit-fils de Louis d'Amboise, qui récupère la vicomté.

La vicomté de Thouars devient duché sous les La Trémoille

Louis de La Trémoille est un homme de caractère qui met souvent son épée au service de la couronne. Pendant qu'il guerroie au côté de François Ier, sa femme, Gabrielle de Bourbon entreprend de grands travaux dans la ville. Elle fait démolir près du château médiéval l'église Notre-Dame pour la rebâtir dans un style plus conforme au goût de l'époque. La collégiale Sainte-Chapelle Notre-Dame est unique en France.

En 1563, la vicomté de Thouars est érigée en duché en faveur des La Trémoille par le roi Charles IX. Mais cela ne change pas le quotidien des Thouarsais, car la ville qui est une citadelle du parti protestant, est durement éprouvée par les guerres de religion.

Ce n'est qu'au début du XVIIe siècle que Thouars retrouve calme et prospérité. Le sud de la ville se transforme en vaste chantier puisque c'est ici que débute en 1635 la construction d'un nouveau château voulu par l'épouse du duc Henri III de La Trémoille : Marie de La Tour d'Auvergne.

Une série de dessins exécutée en 1699, montre les aménagements du site de la ville basse à la fin du XVIIe siècle. L'orangerie comptait 182 pieds d'arbres selon l'inventaire de l'époque. Au début du XVIIe siècle, Charles Belgique Hollande de La Trémoille, le petit-fils de Marie de La Tour d'Auvergne, fait redessiner les jardins du château, ce qui entraine la destruction des écuries et de la remise aux carrosses. La construction de nouvelles écuries plus proches du château est alors confiée à l'architecte du roi Robert de Cotte. Jamais terminées, ces écuries seront successivement transformées au XIXe siècle en ateliers, école de jeunes filles et même en caserne. Aujourd'hui, elles abritent l'école municipale d'arts plastiques, le centre régional « Résistance et liberté » et le centre d’interprétation géologique du Thouarsais.

Les prémices de la révolte puis la Révolution de 1789

Thouars va connaitre au XVIIIe siècle une série de catastrophes naturelles : en 1708 une terrible sécheresse suivie d'un hiver glacial entraine mauvaises récoltes, famine et épidémies. On dénombrera 180 victimes, rien que dans la paroisse Saint-Médard. Un tremblement de terre et deux mois d'orages et de tempêtes éprouvent durement la ville.

Le , la flèche gothique de l'église Saint-Laon s'effondre à l'heure de la Grand Messe. Le bâtiment restera ainsi pendant plus d'un siècle.

À cette époque, les ducs de la Trémoïlle se désintéressent de la ville, les fastes de la Cour les retiennent à Versailles. Ils ne reviendront que très rarement à Thouars, ne se préoccupant du sort des Thouarsais qu'au moment de la récolte des impôts.

En ville, la rancœur est grande et la colère gronde. Les idées révolutionnaires de 1789 vont ainsi trouver un écho favorable dans toute la région. Au lendemain de la prise de la Bastille, les Thouarsais plantent un arbre de la liberté devant l'église Saint-Médard. Le consensus est grand parmi la population, et une partie du clergé va même embrasser les idéaux républicains. En 1791 le couvent des Jacobins devenu — bien national — est vendu, transformé en poudrière, pour être finalement en partie démoli. L'église Saint-Laon est interdite au culte catholique, et un hôtel de la patrie y est dressé dans le chœur. Le bâtiment sert également de salle de bals et de mariages.

Au pied du château, le Pont-Neuf est rebaptisé "Pont des Chouans" car c'est par lui que les armées royalistes de Vendée entrent triomphalement dans Thouars — lors de la bataille de Thouars — le . Ils quitteront la ville en , et les idées républicaines finirent par triompher.

La Restauration des Bourbons avec Louis XVIII en 1814 suscite un immense mécontentement. Des sociétés secrètes vont chercher à rétablir la République. L'une d'elles va choisir Thouars pour lancer son offensive : le , les "Chevaliers de la Liberté" commandés par le général Jean Baptiste Breton — dit « Berton » — surprennent les gendarmes dans leur sommeil et prennent la ville, puis essaient sans succès de convaincre les Thouarsais de les rallier... L’insurrection échoue : arrêté le , le Général Breton est jugé et guillotiné à Poitiers le . Ses complices Jaglin et Saugé furent guillotinés le sur la place Saint-Médard de Thouars.

Thouars : ville industrielle et « cheminote »

Poste d'aiguillage près de la gare des chemins de fer.

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795 et d'arrondissement de 1800 à 1804.

La cité s'est beaucoup développée grâce à l'activité liée aux chemins de fer sur la fin du XIXe siècle et toute la première moitié du XXe siècle, lui valant un temps le surnom de « cité cheminote » tant la part de sa population liée au rail était importante. La gare est implantée sur l'axe Paris / Bordeaux et Tours / Les Sables-d'Olonne, il y circulait jusqu'à 65 trains de marchandises ou de voyageurs par jour.

De nos jours, la cité souffre d'un vieillissement et d'une baisse de sa population depuis le milieu des années 1970. Ceci conduit les divers responsables locaux à déployer leur énergie dans la recherche et l'accueil de nouvelles entreprises à l'échelon intercommunal et plus largement sur le Pays thouarsais, et par là même, d'une nouvelle population qui permettrait le maintien des écoles de la ville et un renouveau économique espéré.

Le , la commune étend son périmètre à Mauzé-Thouarsais, Missé et Sainte-Radegonde sous le régime de la commune nouvelle (arrêté préfectoral du [34]).

Politique et administration

Créée en 1793, la commune de Thouars a absorbé en 1885 la commune « Les Hameaux ».

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires successifs
PériodeIdentitéÉtiquetteQualité
septembre 1944mai 1953Émile PoiraultSFIOPropriétaire viticulteur
Sénateur des Deux-Sèvres (1946 → 1948)
Député des Deux-Sèvres (1945 → 1946)
Conseiller général du canton de Thouars (1945 → 1949)
Nommé maire par le préfet, il est élu en mai 1945
mai 1953mars 1965Jacques MénardCNIPVétérinaire
Sénateur des Deux-Sèvres (1959 → 1986)
Conseiller général du canton de Thouars (1949 → 1973)
mars 1965mars 1977Raymond VouhéSFIO puis PSInstituteur, directeur d'école, syndicaliste
mars 1977mars 1989Jean DumontCNIP puis
UDF-PR
Vétérinaire
Sénateur des Deux-Sèvres (1986 → 1995)
Conseiller général du canton de Thouars-2 (1973 → 1988)
mars 1989mars 2001Serge MoulinPSCardiologue
Conseiller général du canton de Thouars-2 (1988 → 1994)
mars 2001octobre 2005Christian ValteauUDF puis UMPGéomètre
octobre 2005mars 2008Alain LignéSE puis UMP[39]Consultant
Président de la CC du Thouarsais (2001 → 2008)
mars 2008juin 2020Patrice Pineau[40]PSChef du service de biologie du centre hospitalier
Conseiller général du canton de Thouars-1 (2004 → 2015)
Président de la CC du Thouarsais (2008 → 2014)
Réélu maire de la commune nouvelle pour le mandat 2019-2020[41]
juin 2020En coursBernard Paineau[42]DVG puis PSChef d'entreprise
Conseiller général du canton de Thouars-2 (1994 → 2015)
Maire de la commune de Mauzé-Thouarsais (2001-2020)
Président de la CC du Thouarsais (2014 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité

  • Le , Thouars se regroupe avec les communes de Louzy, Missé, Saint-Jacques-de-Thouars, Saint-Jean-de-Thouars et Sainte-Radegonde pour créer le district de Thouars, par arrêté préfectoral.
  • Le , le district de Thouars devient la communauté de communes du Thouarsais, dont Thouars fait toujours partie, avec 32 autres communes périphériques.

Politique environnementale

La D 759 contournant Thouars.

Thouars possède une unité de production d'énergie par méthanisation implantée dans la zone du grand Rosé à Louzy avec la reconversion du site militaire de l'Etamat (dépollué de 2010 à 2015[43]). Cette installation s'inscrit dans la ligne du projet « TIPER » (technique innovante pour la production d’énergies renouvelables), initié en par la Région Poitou-Charentes, la Communauté de communes du Thouarsais et le Conseil général des Deux-Sèvres et qui inclut trois autres projets : parc éolien, parc solaire photovoltaïque et biocarburants[44],[45].

Méthanisation

Le projet

Inaugurée le [46], cette partie du projet TIPER est basée sur un partenariat entre les parties prenantes locales (dont les agriculteurs) et des entreprises spécialisées dans le montage de projets de méthanisation territoriale. L’association ABBT a été ainsi créée, regroupant les producteurs de biomasse et la société TIPER Méthanisation, maître d’ouvrage de l’unité[44]. Les fournisseurs de biomasse bénéficient du « digestat »[n 1],[48], qui est épandu dans les champs comme fertilisant[46]. L'exploitant du site est Méthanéo, filiale d’Albioma[48] passée sous contrôle de Séchilienne Sidec en . Sur les 22 projets lancés par Méthanéo, celui de Louzy est à cette époque le plus avancé[49].

En 2017 l'unité de méthanisation de Louzy fait toujours figure d'avant-garde en France pour la taille de son installation. Méthalae, un programme de recherche national qui étudie les impacts de la méthanisation, a tenu à Thouars son premier séminaire : « L'idée est de présenter les enjeux de la méthanisation, pas uniquement d'un point de vue des économies d'énergie, mais aussi comment elle modifie la production agricole, ses enjeux sociaux et économiques, par exemple »[50].

Des débuts difficiles

La première année de fonctionnement, 2013, est prometteuse[46] ; mais dès la mise en service, les riverains se plaignent des odeurs ; rapidement, une pétition circule, et c'est seulement en que Méthanéo annonce enfin le lancement d’une étude sur le fonctionnement de la ventilation et du traitement de l’air de l'usine[48].
Car l'entreprise rencontre de grosses difficultés par ailleurs : l'année 2014 s'avère économiquement catastrophique, avec un chiffre d'affaires négatif et de nombreux problèmes techniques[46],[47],[n 2] et de sécurité ; Jean-Paul Costes, le nouveau directeur de Méthanéo, mentionne aussi la nécessité de restructurer l'entreprise[46]. En un arrêté préfectoral de mise en demeure est émis à l'égard de Tiper Méthanisation, lui donnant jusqu’au pour se mettre en conformité avec les règlements et avec l’administration en regard de modifications apportées aux capacités de stockage et au plan de masse lors de la construction du site, de la mise à jour du plan d’épandage, et de la présentation d'un dossier de conformité concernant les émissions industrielles[51]. L'usine de Tiper Méthanisation emploie à cette date 18 personnes à temps plein[46]. Fin 2015 les problèmes logistiques sont aplanis, l'usine fonctionne enfin correctement et les utilisateurs d’électricité, de chaleur et de digestat[n 1] sont satisfaits. Mais les profits financiers dégagés ne compensent pas les pertes engendrées par les problèmes récents et Jean-Paul Costes pense que « si une solution ne se profile pas rapidement, ce pourrait être la fin de l’usine »[47]. En Méthanéo est racheté par le groupe Evergaz, fondé en 2008 et un des leaders des énergies renouvelables en France. Par ce rachat, Evergaz se retrouve aussi actionnaire de Cap’ter à Saint-Varent (Deux-Sèvres) et de Sainter à Sainte-Hermine (Vendée) ; la société vise une productivité atteignant 91 % du temps à pleine puissance, soit 15 000 MWh au lieu pour Tiper Méthanisation des 12 800 MWh produits fin 2019. Cap’Ter et Sainter ne produisent que 50 % du temps ; Tiper fonctionne à 80 %, mais des réinvestissements sont prévus pour régler les problèmes d'odeurs, des systèmes de refroidissement, et des goulots d’étranglement techniques dus à des machines inadaptées[52].

La production

En 2017 l'unité de méthanisation est la propriété de 92 actionnaires[45], dont environ 60 agriculteurs[48], situés dans un rayon de 10 km en moyenne et qui fournissent 80 000 t (annuelles) de biomasse (sous-produits agricoles et agroalimentaires), ce qui produit une puissance de 3 MW d’électricité et de chaleur (production en équivalent habitant : 12 000 habitants, électricité hors chauffage) selon la communauté de communes[45] ou 15 000 MWh soit 3 000 foyers, le même niveau qu’en 2016, selon la Nouvelle république[48] ; et a créé 9 emplois directs et indirects[45], dont cinq emplois créés entre et [48]. Fin 2019, l'unité Tiper de Louzy emploie onze salariés. Une centaine d’agriculteurs, réunie au sein d’une société, utilisent l’unité, qui alimente 16 000 foyers. Cap’ter en alimente 4 000[52].

Plus de 80 % des volumes traités sont constitués de fumiers, pailles et lisiers ; le reste de la biomasse fournie est constitué de sous-produits issus des industries agroalimentaires présentes sur le territoire[44]. Le « digestat »[n 1] est utilisé comme fertilisant agricole[47]. Ce fertilisant, à forte valeur agronomique et (en principe) désodorisé, remplace l'épandage de 220 000 kg d'azote pur soit 660 000 kg d'engrais chimique par an[44].

Jumelages

Population et société

Démographie

Commune

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[53],[Note 8].

En 2020, la commune comptait 13 917 habitants[Note 9], en augmentation de 50,6 % par rapport à 2014 (Deux-Sèvres : +0,25 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
179318001806182118311836184118461851
1 7352 0352 1972 5922 3142 2702 2442 3972 287
185618611866187218761881188618911896
2 4492 5732 5692 6223 4683 5354 9925 1695 033
190119061911192119261931193619461954
5 6696 2737 1118 1108 1818 72610 07710 42210 626
196219681975198219901999200620112016
11 25711 78712 14111 49810 90510 65610 2569 62214 055
2020--------
13 917--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[54] puis Insee à partir de 2006[55].)
Histogramme de l'évolution démographique

Le Thouarsais possède un taux de chômage inférieur à la moyenne nationale. Le nombre d’intérimaires et de saisonniers est néanmoins particulièrement élevé.

Agglomération et aire urbaine

L'unité urbaine de Thouars (son agglomération), compte 15 023 habitants en 2010[56] tandis que son aire urbaine en compte 26 944[57].

Enseignement

La ville possède plusieurs établissements scolaires :

  • plusieurs écoles maternelles et primaires :
    • quatre groupes scolaires publics : école Bergeon-Jaurès, école des Capucins-Anatole France, école Ferdinand-Buisson-Jean Macé et école Paul-Bert ;
    • une école privée : l'école Saint-Charles ;
  • trois collèges :
    • deux collèges publics : le collège Jean-Rostand et le collège Marie-de-La-Tour-d'Auvergne (situé dans le château des ducs de La Trémoille) ;
    • un collège privé : le collège Saint-Charles ;
  • deux lycées :
    • le lycée public Jean-Moulin ;
    • le lycée privé Saint-Charles ;
  • un institut médico-éducatif (IME) :
    • IME de Thouars « Les papillons blancs » ;
  • deux crèches :
    • une crèche municipale ;
    • une crèche privée inter-entreprises qui fut la première de Poitou-Charentes inaugurée début 2008 ;
  • un conservatoire à rayonnement intercommunal de musique et de danse (CRI).

Sports

Le Thouarsais est réputé pour sa forte tradition associative, et le sport y est particulièrement présent. Avec plus d’une centaine de clubs, on recense plus de 10 000 pratiquants sportifs, dont 6 000 licenciés. Ainsi la communauté de communes du Thouarsais est sans doute l’un des territoires les plus sportifs de Poitou-Charentes. Régulièrement, les sportifs thouarsais se distinguent, tant dans les sports individuels que collectifs. Si le football a été pendant longtemps une locomotive (club "Thouars Foot 79"), en raison de la population cheminote, et si le football continue de dominer la vie sportive locale, de nombreux autres sports sont également aujourd’hui pratiqués à Thouars, avec le soutien des collectivités et entreprises thouarsaises. Le basket-ball est très pratiqué dans cette commune, notamment représentée en nationale 1 féminine depuis 2010.

Santé

Thouars possède un hôpital qui est intégré dans le centre hospitalier Nord Deux-Sèvres comprenant également les hôpitaux de Bressuire et de Parthenay.

Médias

Cultes

Thouars est rattachée au diocèse de Poitiers.

Économie

Agriculture

Des sociétés de production de melon : les deux plus importants producteurs, le Rouge Gorge et Soldive, représentent à eux seuls plus de 20 % de la production nationale.

La viticulture est également très présente. Avec près d’une trentaine de domaines répartis sur plus de 750 hectares de vignes, le Thouarsais peut s’enorgueillir de posséder les seules AOC Anjou et Saumur des Deux-Sèvres.

Industrie

Le tissu économique est dense et diversifié et les entreprises sont présentes dans de nombreux domaines d’activités. L’industrie est composée de PME dont les centres décisionnels sont en majeure partie locaux. Le développement économique y est principalement de tradition endogène, preuve de la fidélité des responsables d’entreprises et de leur confiance dans l’économie locale. Thouars possède quelques entreprises connues. À titre d’exemples, citons Asselin, Leul menuiseries, Compagnie européenne des emballages R. Schisler, Loeul et Piriot, Anett, Rivadis (produits d'hygiène, distribution en collectivités et hôpitaux), Agenc'mag (vente en ligne de mobilier urbain et gondoles de magasin), poly-concept (agencement de magasin)…

Récemment, la compétence du développement économique a été dévolue à la communauté de communes du Thouarsais. Elle gère près d’une dizaine de parcs d’activités dont Talencia et met en œuvre, depuis peu, une politique offensive sur le plan de la prospection économique.

Thouars possède un bureau de la Chambre de commerce et d'industrie des Deux-Sèvres.

Tourisme

  • Thouars possède un camping situé au bord du Thouet et de l'ancienne piscine d'été, en attente de réhabilitation ; deux piscines existent : une d'été désaffectée depuis 2006 et une couverte type IRIS, fermée depuis le  ; un pôle aquatique a été récemment achevé ().
  • C'est « l'office de tourisme de pôle » (structure associative) qui assure les missions de syndicat d'initiative sur le Thouarsais.
  • Thouars est labellisée Ville d'art et d'histoire[58].
  • Centre d'interprétation géologique du Thouarsais[59].
  • Un cinéma « le Familia » géré par une association.
  • Un festival de musique urbaine « Les Arts'Osés »,tous les ans, fin juin (10e édition en 2018)[60].

Justice

Thouars accueille un conseil de prud'hommes qui dépend du Tribunal d'Instance de Bressuire.

Culture locale et patrimoine

Thouars est labellisée « Ville d'art et d'histoire ».

Sites culturels

  • Le musée Henri-Barré.
  • La chapelle Jeanne d'Arc, lieu d'exposition et de diffusion de l'art contemporain[61].
  • Le Centre régional Résistance et Liberté, centre d'interprétation à vocation pédagogique et culturelle qui traite des évènements de la Seconde Guerre mondiale et des actes et des acteurs de la Résistance régionale.

La commune dispose :

  • d'un théâtre, géré par l'association « S'il vous plaît » ;
  • d'une médiathèque intercommunale[62] et d'une bibliothèque du comité d'établissement SNCF ;
  • d'une antenne départementale de la bibliothèque centrale de prêt de livres ;
  • d'un conservatoire à rayonnement intercommunal de musique et de danse.

Autres lieux et monuments

De son passé riche, la commune conserve de nombreux bâtiments ou monuments dont plusieurs sont inscrits aux monuments historiques.

Patrimoine militaire ou civil

  • Motte des Justices : l'un des plus grands tumuli de France, désormais englobé dans la zone industrielle.
  • Le château des ducs de La Trémoille (abrite aujourd'hui le collège Marie-de-La-Tour-d'Auvergne), XVIIe siècle, son orangerie et sa chapelle, classés.
  • Les remparts, classés : la ville possède une importante enceinte datant des XIIe et XIIIe siècles et plusieurs tours :
    • la tour du Prince-de-Galles[63], classée : dépôt de vivres à la garnison puis prison pour les contrebandiers de sel ;
    • la tour Porte au Prévost[64], classée. L'armée de Du Guesclin y fit son entrée le . Tour rectangulaire du XIIe siècle à laquelle a été accolée au début du XIIIe siècle une tour de l'époque Plantagenêt avec deux tourelles talutées à la base.
    • Les remparts sont aussi visibles au parc Imbert, ainsi que le long du Thouet.
    • La porte Maillot (classée), constituée par la poterne et le pont des Chouans, reliant Thouars et Saint-Jean-de-Thouars, fait partie de cet ensemble de remparts.
  • Les premiers numéros pairs comme impairs de la rue Porte-Maillot sont également classés (maisons détruites en ).
  • L'hôtel particulier du président Tyndo, fin du XVe siècle, inscrit.
  • L'hôtel des Trois-Rois, XVe siècle, inscrit.
  • L'hôtel de ville, ancienne abbaye reconstruite aux XVIIe et XVIIIe siècles, inscrite.
  • Une maison de la place Saint-Médard, dite Maison des Artistes, XVe siècle, inscrite.
  • Le portail d'entrée du 18 rue Harcher, XVIIIe siècle, inscrit.
  • Les bains-douches, labellisés « Patrimoine du XXe siècle » en 2015.
  • Le viaduc de Thouars (dit viaduc Eiffel)[65] : pont de chemin de fer au-dessus du Thouet.
  • Le moulin de Crevant.
  • Le pont des Chouans[66],[67]
  • La passerelle de Saint-Jacques[68] devant le château, mis en service en 1896.
  • Ossuaire et plaque commémorative aux 25 officiers polonais tombés le [69]
  • Les halles, bâtiment historique où le marché prend place chaque mardi et vendredi matin.

Patrimoine religieux

  • L'église Saint-Laon, datant du XIIe siècle (origine en 1021[70]), qui renferme le tombeau de Marguerite d'Écosse, première épouse de Louis XI. Elle possède un clocher du XIIe siècle et des vitraux de l'atelier Lobin de Tours. L'édifice a été classé au titre des monuments historique en 1988[71].
  • L'église Saint-Médard, XVe siècle, de style roman, clocher à plan carré, portail à quatre archivoltes, vitraux de 1886[72] de l'atelier Lobin de Tours. L'édifice a été classé au titre des monuments historique en 1909[73].
  • La double chapelle du château des ducs de La Trémoille, fondée par Gabrielle de Bourbon (vers 1447-1516), princesse du sang, épouse de Louis II de la Trémoille (1460-1525) est conçue pour abriter dans la chapelle basse la paroisse Notre-Dame dont l'église est en ruine. Construite à partir de 1503, elle devient « chapelle de la Vraie-Croix » ou, par un abus de language, « sainte chapelle » lorsqu'elle accueille le don fait par le cardinal cardinal de La Trémoille, frère du duc, d'un fragment de la Vraie Croix qu'il avait apportée de Rome en 1506[74] (volée en 1793 pendant la guerre de Vendée). La chapelle est érigée en collégiale sous le vocable Notre-Dame par le pape Léon X, en 1515[75]. Mêlant à la fois le gothique flamboyant dans la partie basse de l'édifice aux influences de la Renaissance italienne dans sa partie haute, elle est unique en France. La loggia au-dessus du porche d'entrée témoigne de ce nouveau style architectural qui finira par s'imposer dans tout le royaume. La chapelle haute de la collégiale abritait les sépultures de la famille de la Trémoille, mais les gisants n'ont pas survécu à la Révolution française.
    L'édifice a été classé au titre des monuments historique en 1840[76]. Il est doté de vitraux de Max Ingrand de 1957.
  • La chapelle Jeanne-d'Arc construite en 1886 dans un style néo-gothique.
  • L'église Notre-Dame du Cottage, construite en 1960, architecture sobre, orientée à l'ouest et dotée de vitraux de Van Guy[77].

Patrimoine environnemental

  • Le parc Imbert, parc fleuri dominant la vallée du Thouet[78].
  • De nombreux jardins privatifs ou ouvriers sont cultivés le long du Thouet.

Patrimoine culinaire

L'apéritif Duhomard originaire de Thouars.

Thouars et le cinéma

Certaines scènes du film Pleure pas la bouche pleine sont tournées à Thouars, au Café des Arts[79],[80].

En , Jean-Pierre Mocky tourne au collège Marie-de-la Tour-d'Auvergne, dans l'enceinte du château, certaines scènes d'un téléfilm devant être diffusé sur France 2[80].

Personnalités liées à la commune

  • Jean-Hugues Anglade (1955-), acteur né à Thouars.
  • Lucie Bertaud (1985-), boxeuse née à Thouars.
  • Charles Archaimbault (1921-2001), ethnologue né à Thouars.
  • Denis Avril (1972-), joueur de rugby à XV né à Thouars.
  • François Asselin (1964-), entrepreneur né à Thouars.
  • Gabrielle de Bourbon (1465- 1516) aristocrate et auteure morte à Thouars.
  • Jean Baptiste Breton (1769-1822) dit Berton, général d'Empire, établit en 1822 un gouvernement provisoire à Thouars.
  • Jean Dumont (1930-2021), homme politique, sénateur-maire né à Thouars.
  • Myriam El Khomri (1978-), ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social du gouvernement Valls 2, a vécu à Thouars.
  • Élise Girard (1971-), réalisatrice née à Thouars.
  • Étienne Giroire, (1954-), navigateur franco-américain né à Thouars.
  • Charles Gomis, ancien ministre ivoirien et ambassadeur de Côte d'Ivoire en France, a étudié à Thouars.
  • Nicolas Goussé (1976-), ancien footballeur professionnel né à Thouars.
  • Stéphane Grégoire (1968-), footballeur né à Thouars.
  • Hugues Imbert (1822-1882), historien et homme politique thouarsais.
  • Philippe Katerine (1968-), chanteur et comédien né à Thouars[81].
  • Thomas Lavault, joueur de rugby à XV[82].
  • Jacques Ménard (1914-1988), homme politique, maire de Thouars, sénateur.
  • Claude Pierrard (1943-), journaliste et animateur de télévision résidant de 2011 à 2015[83]
  • Gérard Pierron (1945-), auteur-compositeur-interprète né à Thouars.
  • Godefroy Redon de Belleville (1748-1820), diplomate né à Thouars.
  • Roger Saget (1913-1963), comédien de la troupe des Branquignols né à Thouars.
  • Olivier Voutier (1796-1877), officier de marine ayant revendiqué la découverte de la Vénus de Milo né à Thouars.

Labels

En 2020, la commune a été labellisée « quatre fleurs » par le Conseil national de villes et villages fleuris[84]. Thouars possède en effet 65 hectares d'espaces verts et une équipe de 34 jardiniers, ainsi que deux associations qui œuvrent pour la valorisation de la ville : Terra Botanica et les jardins familiaux.

  • Label « Villes et Pays d'Art et d'Histoire » depuis 2001.
  • Label « Marchés de France ». Marchés le mardi matin et, plus important, le vendredi matin.
  • Label « théâtre scène conventionnée » octroyé par le ministère de la Culture et de la Communication, le théâtre de Thouars, géré par l'association s'il vous plaît, est le seul des Deux-Sèvres à bénéficier de cette reconnaissance nationale. Avec une programmation de grande qualité, il accueille chaque saison plus de 20 000 spectateurs.
  • Label « Musée de France » pour le musée Henri-Barré.

Héraldique

Famille de Thouars

BlasonBlasonnement :
D'or semis de fleurs de lys d'azur, au franc-quartier de gueules
Commentaires : Le blason de la famille de Thouars est issu des armes du vicomte de Thouars, Herbert II.

Ville de Thouars

BlasonBlasonnement :
D'azur semé de fleurs de lys d'or, au franc-quartier de gueules.
Commentaires : Lorsque la ville de Thouars adopta le blason, les couleurs furent inversées « d'azur au franc quartier de gueules, semé de fleurs de lys d'or », on ne sait pas exactement pourquoi.

Anciennes armoiries de la Ville

Le blason porte les armes de la ville de Thouars avec un petit écusson d'azur semé de fleurs de lys d'or au franc quartier de gueule (angle supérieur gauche en rouge).

Le bleu et le rouge étaient les couleurs du drapeau de la France du XIIe au XVe siècle. Le bleu représentait la bannière de saint Martin de Tours et le rouge l'oriflamme de saint Denis. Elles rappellent que les Vicomtes de Thouars choisirent le parti du roi de France contre les prétentions du roi d'Angleterre, durant la guerre de Cent Ans.

Les armes de la ville sont portées par deux griffons d'or cabrés prenant appui sur un élément végétal. Ces animaux mythiques symbolisent la suprématie spirituelle (l'aigle) et la suprématie temporelle (le lion). L'élément végétal représente la suprématie matérielle.

Voir aussi

Bibliographie

  • Léon Palustre, « Thouars », dans Paysages et monuments du Poitou, Imprimerie typographique de la Société des Librairies-Imprimeries réunies, Paris, 1894, tome VIII, Deux-Sèvres, p. 1-24 (lire en ligne)

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Le « digestat » est la boue résultant de la fermentation et qui est composée de la matière qui n’a pas été dégradée[47]
  2. Noter l'importance d'adapter le malaxeur et le système de broyage à l'unité de méthanisation utilisée, quelle que soit la taille de l'unité en question. Le même problème se retrouve aussi dans les petites unités, comme le démontrent les problèmes rencontrés avec une unité installée dans la même région et traitant 3 000 tonnes de matière organique[47].
Notes sur la démographie
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Dans les zones classées en aléa moyen ou fort, différentes contraintes s'imposent :
    • au vendeur d'informer le potentiel acquéreur du terrain non bâti de l’existence du risque RGA ;
    • au maître d’ouvrage, dans le cadre du contrat conclu avec le constructeur ayant pour objet les travaux de construction, ou avec le maître d'œuvre, le choix entre fournir une étude géotechnique de conception et le respect des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire ;
    • au constructeur de l'ouvrage qui est tenu, soit de suivre les recommandations de l’étude géotechnique de conception, soit de respecter des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire.
  7. Le classement des barrages est fonction de deux paramètres : hauteur et volume retenu[25].
  8. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références

  1. (dans un rayon de 28 à 40 kilomètres)
  2. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Fiche du Poste 79329001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Unité urbaine 2020 de Thouars », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  13. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  14. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Thouars », sur insee.fr (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. « Les risques près de chez moi - commune de Thouars », sur Géorisques (consulté le )
  18. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  19. « Dossier départemental des risques majeurs des Deux-Sèvres », sur www.deux-sevres.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  20. « PPRI Vallée du Thouet », sur le site de la préfecture des Deux-Sèvres (consulté le )
  21. « Dossier départemental des risques majeurs des Deux-Sèvres », sur www.deux-sevres.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  22. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  23. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )
  24. « Sols argileux, sécheresse et construction », sur www.ecologie.gouv.fr (consulté le )
  25. Article R214-112 du code de l’environnement
  26. « Dossier départemental des risques majeurs des Deux-Sèvres », sur www.deux-sevres.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque rupture de barrage.
  27. « Cartographie du risque radon en France. », sur le site de l’IRSN, (consulté le )
  28. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, 1963 (publication posthume) (BNF 33159244).
  29. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes : étymologie de 35000 noms de lieux, Genève, Librairie Droz, , 708 p. (ISBN 978-2-600-02883-7, lire en ligne).
  30. Louis XI à Loches
  31. Édouard Millaud, Louis Payen et José de Bérys, Le journal d'un parlementaire, Tome III : Janvier 1890-juillet 1895, G. Oudin ; Nouvelle Revue ; R. Chiberre, 1914-1925, p.173-174, note n°1 (BNF 30947304).
  32. Lettres patentes de Louis XI, Les Forges-lèz-Chinon, le 27 octobre 1476
  33. Lettres patentes de Louis XI, Thouars, le 29 décembre 1478
  34. « Arrêté portant création de la commune nouvelle de Thouars », sur le site de la préfecture des Deux-Sèvres, (consulté le ).
  35. 5 janvier 1839 : mort de Louis Richou, maire de Thouars, sur shaapt.fr, Société d'Histoire, d'Archéologie et des Arts du Pays Thouarsais.
  36. 25 novembre 1901 : mort de Victor Leclerc, sur shaapt.fr, Société d'Histoire, d'Archéologie et des Arts du Pays Thouarsais.
  37. 16 avril 1983 : mort de l'ancien maire Joseph Chacun, sur shaapt.fr, Société d'Histoire, d'Archéologie et des Arts du Pays Thouarsais.
  38. Fiche biographique de BOISSEAU Albert sur le Maitron en ligne
  39. M. Ligné a été élu en 2001 sur une liste présentée par la droite. Il est devenu maire en 2005 à la suite du retrait de M. Valteau. Le 17 mai 2007, M. Ligné (ex-attaché parlementaire du député Dominique Paillé) – n'étant pas adhérent d'un parti politique – a officiellement été investi candidat avec M. Paillé par l'UMP pour les élections législatives de juin 2007 (Deux-Sèvres - 4e circonscription). Source : Site de l'UMP - page des candidats investis par le parti dans les Deux-Sèvres 4e circonscription; candidats officiels de l'UMP : M. Paillé, suppléant M. Ligné.
  40. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  41. « Thouars. Patrice Pineau élu maire de la commune nouvelle », Le Courrier de l'Ouest,‎ (lire en ligne).
  42. « Thouars. Élu maire, Bernard Paineau ouvre un nouveau chapitre », Le Courrier de l'Ouest,‎ (lire en ligne).
  43. « Projet TIPER, Thouars, 79 » [PDF], sur assemblee-nationale.fr, date ? (avant 2016) (consulté le ).
  44. « Méthanisation collective dans le Thouarsais (79) : projet TIPER, analyse territoriale », sur solagro.org (consulté le ).
  45. « TIPER », carte et résumés des bilans des différents projets [PDF], sur thouars-communaute.fr, (consulté le ).
  46. « Thouars : Tiper, le projet de méthanisation qui ne gaze pas... Et celui de Center Parcs ? », sur saumur-kiosque.com, (consulté le ).
  47. « a méthanisation, une magie compliquée », sur rfi.fr, (consulté le ).
  48. « Méthanéo : une étude contre les odeurs », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le ).
  49. « Thouarsais. Tiper : la société Méthaneo change de mains », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  50. « Les impacts de la méthanisation en question », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le ).
  51. « Thouars. Environnement : les ratés de Tiper Méthanisation », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  52. Carl Guillet, « Thouars. Méthaniseurs : le nouveau gérant Evergaz investit et promet la fin des odeurs », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  53. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  54. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  55. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  56. Unité urbaine 2010 de Thouars (79302) sur le site de l'Insee, consulté le 5 octobre 2013.
  57. Aire urbaine 2010 de Thouars (211) sur le site de l'Insee, consulté le 5 octobre 2013.
  58. Balades dans les rues de Thouars, Ville d'Art et d'Histoire, pour les graines de curieux sur le site Deux-Sèvres tourisme, consulté le 19 mars 2014.
  59. De la géologie, mais pas comme vous l'imaginez sur le site Deux-Sèvres tourisme, consulté le 19 mars 2014.
  60. Les Arts'Osés.
  61. Chapelle Jeanne d'Arc, site officiel de la ville de Thouars.
  62. Médiathèque de Thouars
  63. Ville de Thouars : Latour du Prince de Galles : tour ou prison ?
  64. Ville de Thouars : La tour porte au Prévost, passage obligé
  65. Ville de Thouars : Le viaduc Eiffel, un ouvrage d'art audacieux
  66. Ville de Thouars : Le pont des Chouans,une forteresse sur le Thouet
  67. Ville de Touars : Le pont des Chouans en 1758
  68. Ville de Thouars : La passerelle de Saint-Jacques, lien fragile entre deux rives
  69. Association pour des études sur la Résistance intérieure (AERI), Société historique et littéraire polonaise et Jean Medrala (dir.), La Résistance polonaise en France, Paris, AERI, coll. « Histoire en mémoire (1939-1945) », , CD-ROM (ISBN 978-2-915742-29-9).
  70. « L'église de Saint-Laon de Thouars »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site du diocèse de Poitiers, consulté le 28 août 2012.
  71. « Eglise Saint-Laon », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  72. « L'église Saint-Médard de Thouars »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site du diocèse de Poitiers, consulté le 28 août 2012.
  73. « Eglise Saint-Médard », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  74. Pierre-Victor-Jean Berthre de Bourniseaux, Histoire de la ville de Thouars, depuis l'an 759 jusqu'en 1815, Lib. A.-P. Morisset, Niort, p. 46 (en ligne) sur le site de la BNF gallica.bnf.fr.
  75. « La chapelle du château, un bijou architectural » sur le site ville-thouars.fr.
  76. « Château », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  77. L'église Notre-Dame du Corrage de Thouars sur le site du diocèse de Poitiers, consulté le 28 août 2012.
  78. parc Imbert
  79. « Pleure pas la bouche pleine », sur Télé Loisirs (consulté le ).
  80. « Jean-Pierre Mocky fait de Thouars un plateau de cinéma », La Nouvelle République du Centre-Ouest, 21 juin 2018, consulté le 3 décembre 2018.
  81. « L'homme à fables », Libération, consulté le 5 avril 2011.
  82. « Thomas Lavault : l'ovale en bleu », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  83. .Claude Pierrard : Thouars ne demande qu'à se réveiller sur la Nouvelle République du 29 janvier 2012.
  84. Site des villes et villages fleuris, consulté le 6 janvier 2021.

Médias utilisés sur cette page

France relief location map.jpg
Auteur/Créateur: Eric Gaba (Sting - fr:Sting), Licence: CC BY-SA 4.0
Carte physique vierge de la France métropolitaine destinée à la géolocalisation.
Échelle : 1:14 816 000 (précision : environ 3,7 km) pour la bathymétrie.
France location map-Regions and departements-2016.svg
Auteur/Créateur: Superbenjamin, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte administrative vierge de la France destinée à la géolocalisation, avec régions et départements distingués. Échelle approximative : 1:3 000 000
Deux-Sèvres department relief location map.jpg
Auteur/Créateur: Eric Gaba (Sting - fr:Sting), Licence: CC BY-SA 3.0
Carte physique vierge du département des Deux-Sèvres, France, destinée à la géolocalisation, avec limite distincte des régions, départements et arrondissements.
Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes region location map.svg
Auteur/Créateur: Flappiefh, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte administrative vierge de la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, France, destinée à la géolocalisation.
Brosen windrose-fr.svg
Auteur/Créateur: Delhovlyn et Mitrane, Licence: CC-BY-SA-3.0
Francisation de Image:Brosen windrose.svg. (« W » → « O »)
FlagNouvelleAquitaine.png
Auteur/Créateur: Gregjarlot, Licence: CC BY-SA 4.0
The flag of Nouvelle Aquitaine
Blason département fr Deux-Sèvres.svg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC BY-SA 3.0
Logo-Mairie.svg
Auteur/Créateur:

SVG: Kxh

Bitmap(media:Logo-Mairie.png): Liquid_2003, Licence: GPL
Modification de File:Vista-folder home2.png par Liquid_2003
Thouars - Hotel de Ville 02.jpg
Auteur/Créateur: Selbymay, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est inscrit au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA79000018 Wikidata-logo.svg.
Thouars église St Médard (2).JPG
Auteur/Créateur: Père Igor, Licence: CC BY-SA 3.0
Nef de l'église Saint Médard à Thouars
Thouars église St Laon (2).JPG
Auteur/Créateur: Père Igor, Licence: CC BY-SA 3.0
Chaire de l'église Saint Laon à Thouars
Thouars parc Imbert.JPG
Auteur/Créateur: Père Igor, Licence: CC BY-SA 3.0
Les remparts du Parc Imbert à Thouars
79329-Thouars-argile.jpg
Auteur/Créateur: Roland45, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte de l'aléa retrait-gonflement des argiles sur la commune de fr:Thouars (France).
Thouars Parc Imbert.JPG
Auteur/Créateur: Alertomalibu, Licence: CC BY-SA 3.0
Parc Imbert
Thouars église St Laon (22).JPG
Auteur/Créateur: Père Igor, Licence: CC BY-SA 3.0
Église Saint Laon à Thouars
Blason famille fr Thouars.svg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC BY-SA 3.0
Thouars église St Médard (10).JPG
Auteur/Créateur: Père Igor, Licence: CC BY-SA 3.0
Vitrail (représentant Saint Louis rendant la justice) de l'église Saint Médard à Thouars
Thouars église St Laon.JPG
Auteur/Créateur: Père Igor, Licence: CC BY-SA 3.0
Nef de l'église Saint Laon à Thouars
535 - La Porte au Prévost - Thouars.jpg
Auteur/Créateur: Patrick Despoix, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est classé au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00101388 Wikidata-logo.svg.
Thouars Tour Porte au Prévost et remparts.JPG
Auteur/Créateur: Alertomalibu, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est classé au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous les références PA00101387 Wikidata-logo.svg et PA00101388 Wikidata-logo.svg.
534 - Hôtel Tyndo - Thouars.jpg
Auteur/Créateur: Patrick Despoix, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est en partie classé, en partie inscrit au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00101384 Wikidata-logo.svg.
503 - Façade église Saint-Médard - Thouars.jpg
Auteur/Créateur: Patrick Despoix, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est classé au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00101380 Wikidata-logo.svg.
525 - Hôtel des Trois Rois - Thouars.jpg
Auteur/Créateur: Patrick Despoix, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est inscrit au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00101381 Wikidata-logo.svg.
Thouars OSM 01.png
Auteur/Créateur:
Description
Cette carte a été créée à partir des données du projet OpenStreetMap. Cette carte est peut-être incomplète et peut contenir des erreurs. Ne vous fiez pas uniquement à elle pour vos déplacements.
Date (voir l'historique du fichier)
Source openstreetmap.org
Créé par
contributeurs d'OpenStreetMap
Autorisation
(Réutilisation de ce fichier)

Les données d'OpenStreetMap sont disponibles sous la license Open Database (détails). Les cartes sont publiées sous license Creative Commons Attribution-Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 (CC-BY-SA 2.0).

Openstreetmap logo.svg

Contient des informations issues d'OpenStreetMap, qui sont mises à disposition sous les termes de l'Open Database License (ODbL).


L'ODbL n'exige aucune licence en particulier pour les cartes produites à partir de données placées sous l'ODbL. Avant le 1er août 2020, les tuiles des cartes produites par la Fondation OpenStreetMap étaient placées sous la licence CC-BY-SA-2.0. Les cartes produites par d'autres personnes peuvent être placées sous des licences différentes.

w:fr:Creative Commons
paternitépartage à l’identique
Vous êtes libre :
  • de partager – de copier, distribuer et transmettre cette œuvre
  • d’adapter – de modifier cette œuvre
Sous les conditions suivantes :
  • paternité – Vous devez donner les informations appropriées concernant l'auteur, fournir un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été faites. Vous pouvez faire cela par tout moyen raisonnable, mais en aucune façon suggérant que l’auteur vous soutient ou approuve l’utilisation que vous en faites.
  • partage à l’identique – Si vous modifiez, transformez, ou vous basez sur cette œuvre, vous devez distribuer votre contribution sous la même licence ou une licence compatible avec celle de l’original.
Géoréférencement Géoréférencer la carte dans Wikimaps Warper Si c'est inapproprié, définissez warp_status = skip pour masquer.
, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte OSM de Thouars, Deux-Sèvres
Thouars Tour Parc Imbert.JPG
Auteur/Créateur: Alertomalibu, Licence: CC BY-SA 3.0
Tour au Parc Imbert
Thouars Château et Pont des Chouans.JPG
Auteur/Créateur: Alertomalibu, Licence: CC BY-SA 3.0
Château des ducs de la Trémoïlle et Pont des Chouans sur le Thouet
009 - La gare - Thouars.jpg
Auteur/Créateur: Patrick Despoix, Licence: CC BY-SA 3.0
Poste d'aiguillage près de la gare des chemins de fer Thouars Deux-Sèvres France
Thouars Tour Prince de Galles.JPG
Auteur/Créateur: Alertomalibu, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est classé au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00101389 Wikidata-logo.svg.
Thouars Château vu du Thouet.JPG
Auteur/Créateur: Alertomalibu, Licence: CC BY-SA 3.0
Château des ducs de la Trémoïlle vu du Thouet
Logo ville de Thouars.jpg
Auteur/Créateur:

Ville de Thouars

, Licence: marque déposée

Logo de la ville de Thouars dans les Deux-Sèvres.

Maison à Thouars.JPG
(c) Bachelot Pierre J-P, CC BY-SA 3.0
La Maison des Artistes, place Saint Médard, Ville de Thouars, département des Deux-Sèvres, France
Thouars église St Laon (17).JPG
Auteur/Créateur: Père Igor, Licence: CC BY-SA 3.0
Vitrail de l'église Saint-Laon à Thouars, Deux-Sèvres, France. Représentation de gauche à droite : Sainte Radegonde, Saint Laon et Saint Fortuné
Thouars OSM 02.png
Auteur/Créateur:
Description
Cette carte a été créée à partir des données du projet OpenStreetMap. Cette carte est peut-être incomplète et peut contenir des erreurs. Ne vous fiez pas uniquement à elle pour vos déplacements.
Date (voir l'historique du fichier)
Source openstreetmap.org
Créé par
contributeurs d'OpenStreetMap
Autorisation
(Réutilisation de ce fichier)

Les données d'OpenStreetMap sont disponibles sous la license Open Database (détails). Les cartes sont publiées sous license Creative Commons Attribution-Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 (CC-BY-SA 2.0).

Openstreetmap logo.svg

Contient des informations issues d'OpenStreetMap, qui sont mises à disposition sous les termes de l'Open Database License (ODbL).


L'ODbL n'exige aucune licence en particulier pour les cartes produites à partir de données placées sous l'ODbL. Avant le 1er août 2020, les tuiles des cartes produites par la Fondation OpenStreetMap étaient placées sous la licence CC-BY-SA-2.0. Les cartes produites par d'autres personnes peuvent être placées sous des licences différentes.

w:fr:Creative Commons
paternitépartage à l’identique
Vous êtes libre :
  • de partager – de copier, distribuer et transmettre cette œuvre
  • d’adapter – de modifier cette œuvre
Sous les conditions suivantes :
  • paternité – Vous devez donner les informations appropriées concernant l'auteur, fournir un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été faites. Vous pouvez faire cela par tout moyen raisonnable, mais en aucune façon suggérant que l’auteur vous soutient ou approuve l’utilisation que vous en faites.
  • partage à l’identique – Si vous modifiez, transformez, ou vous basez sur cette œuvre, vous devez distribuer votre contribution sous la même licence ou une licence compatible avec celle de l’original.
Géoréférencement Géoréférencer la carte dans Wikimaps Warper Si c'est inapproprié, définissez warp_status = skip pour masquer.
, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte OSM de Thouars, Deux-Sèvres
Thouars Jardins du Thouet.JPG
Auteur/Créateur: Alertomalibu, Licence: CC BY-SA 3.0
Jardins le long du Thouet
522 - Porte Maillot et barbacane pont des Chouans - Thouars.jpg
Auteur/Créateur: Patrick Despoix, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est classé au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00101390 Wikidata-logo.svg.
Armoirie Ville de Thouars reproduction.png
Auteur/Créateur: Ooyk, Licence: CC BY-SA 4.0
Le blason porte les armes de la ville de Thouars avec un petit écusson d'azur semé de fleurs de lys d'or au franc quartier de gueule. Les armes de la ville sont portées par deux griffons d'or cabrés prenant appui sur un élément végétal.
Thouars chapelle Jeanne d'Arc.JPG
Auteur/Créateur: Père Igor, Licence: CC BY-SA 3.0
Chapelle Jeanne d'Arc à Thouars
Thouars chapelle Jeanne d'Arc (1).JPG
Auteur/Créateur: Père Igor, Licence: CC BY-SA 3.0
Détail du portail de la chapelle Jeanne d'Arc à Thouars
WV0068-D759 Thouars Pluie SoundOn.ogv
Auteur/Créateur: Llann Wé², Licence: CC BY-SA 4.0
Contournement de Fr-79-Thouars, via la D759, temps pluvieux.
Thouars Chapelle du Château.JPG
Auteur/Créateur: Alertomalibu, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est classé au titre des monuments historiques de la France. Il est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00101377 Wikidata-logo.svg.
Thouars armes fleuries (3).JPG
Auteur/Créateur: Père Igor, Licence: CC BY-SA 3.0
Les armoiries de Thouars, Deux-Sèvres, France