Ordination

Ordination et première messe de Jean de Matha, par Vicente Carducho, musée du Prado.

L’ordination (du latin ordinatio, « intégration dans un ordo, c'est-à-dire un corps constitué ») est un acte religieux dans le judaïsme et le christianisme. Le signe distinctif de cette cérémonie, dans toutes les liturgies, est l’imposition des mains. Ce rite, qui se nomme semikha dans le judaïsme, est mentionné dans le Nouveau Testament en tant que geste de délégation de pouvoir.

Dans le judaïsme

Dans l'Église catholique

Présentation générale

Dans le catholicisme, cet acte confère le sacrement du sacerdoce, appelé « sacrement de l'ordre ». Celui qui confère ce sacrement — un évêque — est l'« ordinateur »[1],[2] ou le « consécrateur »[3], celui qui le reçoit est l'« ordinand ».

Dans l'Église catholique, l'ordination est le sixième des sept sacrements, avec le baptême, la confirmation, le sacrement de pénitence et de réconciliation, l'Eucharistie, le mariage et l'onction des malades. « Les sacrements sont des signes sensibles et efficaces de la grâce, institués par le Christ et confiés à l’Église, par lesquels nous est donnée la vie divine »[4]. Il s'agit d'une grâce actuelle de service, dite charismatique et ordonnée à la sanctification des fidèles[5].

En outre, l'ordination « permet d’exercer un pouvoir sacré au nom et par l’autorité du Christ pour le service du peuple de Dieu »[6]. Elle n'est conférée qu'une fois et ne peut être « annulée » ni accordée pour une période limitée[7],[8]. L'ordination est réservée aux baptisés, et celle des femmes est impossible[9]. Jean-Paul II a insisté sur ce dernier point dans sa lettre apostolique Ordinatio Sacerdotalis (1994) : « L'Église estime ne pas avoir autorité pour conférer le sacerdoce aux femmes ; cela doit être considéré ainsi définitivement par tous les fidèles. »

Les trois degrés de l'ordre

Ordination d'un diacre dans un manuscrit du IXe siècle.

L'ordination comporte trois degrés[10], qui ne peuvent être conférés que successivement : diaconat, puis presbytérat et enfin épiscopat.

  • Les diacres sont au service de l'évêque (et non du prêtre), spécialement pour le ministère de la charité et de l'annonce « ad extra » (à l'extérieur).
  • Les prêtres sont destinés à collaborer avec les évêques, envoyés au service d'une partie du diocèse, paroisse, aumônerie ou service.
  • Les évêques ont la plénitude du sacrement de l'ordre, au service d'une Église locale (diocèse ou prélature).
Ordination d'un prêtre selon une gravure du XVe siècle.

Ignace d'Antioche enseignait dans l'Église d'Orient qu'il faut être uni à l'évêque, à son presbyterium et aux diacres, afin d'être uni au Christ[11]. Hippolyte de Rome distinguait, au sein des clercs de Rome, l'évêque qu'il qualifie de grand prêtre, lequel partage avec les prêtres ses pouvoirs et les diacres qui sont ordonnés à son service[12].

L'Église catholique latine ordonne, depuis le concile Vatican II, des « diacres permanents », qui ne sont pas destinés à devenir prêtres[13] ; les Églises catholiques orientales et les Églises orthodoxes l'ont toujours fait.

Contrairement aux Églises orientales et orthodoxes, l'Église latine n'élève pas, par principe, d'hommes mariés au presbytérat, mais le pape peut accorder une dispense et intégrer en son sein des prêtres mariés convertis issus d'autres Églises. Mais elle n'appelle à l'épiscopat que des prêtres, célibataires (veufs éventuellement). Le célibat des évêques et des prêtres est un signe de la vie sacerdotale à laquelle ils sont consacrés[14]. L'Église catholique latine n'a plus ordonné d'hommes mariés évêques depuis le haut Moyen Âge[réf. nécessaire]. Dans les années précédentes, le canon 33 du concile d'Elvire, réuni en 306-312, semble être la loi la plus ancienne en Occident à imposer aux évêques, aux prêtres et aux diacres déjà mariés de s'abstenir de leurs épouses et d'engendrer des enfants, faute de quoi ils seraient chassés du rang des clercs[15], et le pape Sirice dans sa lettre à Himère de Tarragone de 385 reprend catégoriquement ces injonctions afin que les ministres ordonnés puissent consacrer à Dieu leur coeurs, et leurs corps à la sobriété et à la chasteté dans les sacrifices qu'ils offrent[16].

Célébrations de l'ordination

Dans tout cérémonial d'ordination de quelque degré, on distingue trois temps :

  • Les rites initiaux : il y a d'abord la présentation et l'élection de l'ordinand, l'allocution de l'évêque, l'interrogatoire de l'ordinand, les litanies des saints. Tout cela atteste que le choix du candidat s'est fait conformément à l'usage de l'Église et préparent l'acte solennel de la consécration.
  • Puis l'ordination proprement dite, l'imposition des mains en silence par l'évêque sur la tête de l'ordinand ainsi que la prière consécratoire spécifique au degré de l'ordre demandant à Dieu l'effusion de l(Esprit Saint et de ses dons de grâce appropriés[17].
  • Et enfin des rites complémentaires qui viennent exprimer et achever d'une manière symbolique, le mystère qui s'est accompli [18].

Consécration épiscopale : ordination des évêques

Consécration épiscopale, représentation du XIVe siècle.

Les rites annexes de l'ordination épiscopale sont, à côté des initiaux faisant intervenir la litanie des saints ceux succédant à l'imposition des mains et la prière consécratoire implorant l'Esprit Saint, l'onction du saint chrême, signe de l'onction spéciale de l'Esprit Saint, puis la remise du livre des Evangiles, de l'anneau épiscopal, de la mitre et de la crosse, signes de sa future mission apostolique, et enfin celle de la patène et du calice destinés au sacrifice eucharistique[18].

« La consécration épiscopale, en même temps que la charge de sanctifier, confère aussi des charges d'enseigner et de gouverner. (…) En effet (...) par l'imposition des mains et par les paroles de la consécration, la grâce de l'Esprit Saint est donnée et le caractère sacré imprimé, de telle sorte que les évêques, d'une façon éminente et visible, tiennent la place du Christ Lui-même, Maître, Pasteur et Pontife et agissent comme Sa personne (in Eius persona agant) »[19].

Chaque évêque a non seulement la charge pastorale du diocèse qui lui a été attribué, mais est aussi, en qualité de légitimes successeurs des apôtres responsables de la mission apostolique de l'Église, et ce, collégialement et en union avec le pape[20].

Ordination presbytérale : ordination des prêtres

Onction d'huile sur les mains d'un prêtre nouvellement ordonné.

« L’onction de l’Esprit Saint marque le prêtre d’un caractère spirituel indélébile ; elle le configure au Christ-prêtre et le rend capable d’agir au nom du Christ-Tête. Coopérateur de l’ordre épiscopal, il est consacré pour annoncer l’Évangile, célébrer le culte divin, surtout l’Eucharistie, dont il tire la force pour son ministère, et pour être le pasteur des fidèles »[21].

La charge du prêtre s'exerce par excellence dans la messe où il tenant la place du Christ il offre le sacrifice unique de celui-ci, dont tout le ministère sacerdotal tire sa force[22].

Ordination des diacres

« Le diacre, configuré au Christ serviteur de tous, est ordonné pour le service de l’Église. Sous l’autorité de son évêque, il exerce ce service dans le cadre du ministère de la Parole, du culte divin, de la charge pastorale et de la charité »[23].

Pour l'ordination d'un diacre, seul l'évêque impose les mains au candidat.. Après l'imposition des mains et la prière consécratoire, il y a une remise du livre des Évangiles au diacre qui vient de recevoir mission d'annoncer l'Évangile du Christ[24]. Il est aussi revêtu de l'étole diaconale et de la dalmatique, insignes de son service. Par l'ordination, le diacre permanent reste dans l'état où il a été ordonné : célibataire ou marié. Un diacre célibataire ne peut se marier ; un diacre marié qui devient veuf ne peut se remarier, sauf dispense. Trois cas sont prévus par la circulaire de pour ladite dispense : 1°) la grande utilité du ministère louablement exercé par le diacre en faveur de son diocèse ; 2°) la présence d'enfants de jeune âge, ayant besoin d'être entourés de soins maternels ; 3°) la présence de parents ou de beaux-parents âgés, ayant besoin d'assistance [25].

Ordres majeurs et mineurs

Au sein du clergé, on distinguait avant le concile de Vatican II les « ordres mineurs » et des « ordres majeurs ».

Les ordres mineurs comprenaient les degrés suivants : portier, lecteur, exorciste, acolyte. Avant l'entrée en vigueur du Code de droit canonique de 1917, on pourrait devenir cardinal sans avoir reçu les ordres majeurs. Ainsi, Ferdinand d'Autriche (1609-1641) fut nommé cardinal à l'âge d'environ 10 ans. En effet les ordres mineurs pouvaient être conférés à des enfants encore plus jeunes[26].

Selon la scolastique les ordres majeurs comprenaient le sous-diaconat, le diaconat, et le sacerdoce. Ce dernier terme comprenait le presbytérat et l'épiscopat, mais les théologiens plus récents considèrent qu'il n'y a que trois ordres sacramentels : l'épiscopat, le presbytérat et le diaconat[27]. Dans Lumen gentium, le concile Vatican II accepte cette opinion et définit que le sacrement de l'ordre ne compte que trois degrés (diaconat, presbytérat et épiscopat), sans mentionner ni le sous-diaconat ni les ordres mineurs.

Depuis l'entrée en vigueur du motu proprio du pape Paul VI Ministeria quaedam du , les fonctions des ordres mineurs sont appelées ministères[28] ; sont conservés pour toute l'Église latine les ministères de lecteur et acolyte, et ce dernier peut en certains lieux, au jugement de la conférence épiscopale, porter le nom de sous-diaconat[29]. Outre ces deux fonctions, les conférences épiscopales sont autorisées à proposer au Saint-Siège « celles dont elles auraient jugé, pour des raisons particulières, l'institution nécessaire ou très utile dans leur propre région. De cette catégorie relèvent, par exemple, les fonctions de portier, d'exorciste et de catéchiste, et d'autres encore, confiées à ceux qui sont adonnés aux œuvres caritatives, lorsque ce ministère n'est pas conféré à des diacres « Ministeria quaedam » ; les fonctions qu'exerçait le sous-diacre « sont confiées au lecteur et à l'acolyte et par suite, dans l'Église latine, l'ordre majeur du sous-diaconat n'existe plus »[29].

Dans l'Église orthodoxe

Dans l'Église orthodoxe, l'ordination est le sacrement (ou saint mystère) des Saints Ordres. Les mots grecs utilisés pour l'ordination sont cheirotonia et cheirothesia, ce qui signifie « imposition des mains ». Les membres des ordres majeurs du clergé - évêque, prêtre et diacre, sont ordonnés au cours de la Divine Liturgie par l'évêque.

Protestantisme

Consécration d'un évêque dans l'Église épiscopalienne.

Martin Luther

Martin Luther a conservé la charge des évêques lors de sa Réforme protestante.

Réception de l'ordination anglicane

Par l'Églises orthodoxes

Au XXe siècle il y a eu des variations dans la position prises des différentes Églises orthodoxes sur la validité des ordinations anglicanes. En 1922 le patriarche de Constantinople a reconnu leur validité, écrivant : « Les théologiens orthodoxes qui ont scrupuleusement examiné la question sont presque unanimement venus aux mêmes conclusions et ont déclaré qu'eux-mêmes acceptaient la validité des ordinations anglicanes. »[30]

Les jugements qui ont succédé, pourtant, ont été plus sévères. Les Églises orthodoxes exigent que la doctrine soit totalement la même que la leur pour reconnaître les ordinations et, généralement, trouvent problématique les ambiguïtés dans l'enseignement anglican et la pratique des Anglicans. C'est pourquoi, dans les faits, quand des membres du clergé anglican passent à l'orthodoxie, ils sont traités comme s'ils n'avaient pas été ordonnés et doivent être ordonnés dans l'Église orthodoxe comme de simples laïcs[31].

Par l'Église Catholique

Le pape Léon XIII, après une enquête approfondie est arrivé à la conclusion qu'il semblait que la continuité dans les ordinations épiscopales valides présentait certaines incertitudes qui on conduit à demander aux évêques et prêtres anglicans qui se convertissaient et voulaient poursuivre leur ministère à être ordonnés à nouveau, au cas où leur ordination dans l'Église anglicane serait sacramentellement invalide[32].

Notes et références

  1. Informations lexicographiques et étymologiques de « ordinateur » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. Le Grand Robert de la langue française : « 1. ordinateur N. m. (Relig.). Celui qui confère un ordre ecclésiastique. ».
  3. « consécrateur » peut se dire pour un prêtre aussi[réf. nécessaire], mais on parlera de « consécration » ou « consécration épiscopale » spécifiquement pour les évêques
  4. Compendium du Catéchisme de l'Église catholique §224
  5. Charles journet, Entretiens sur la grâce, Suisse, Ed. Saint-Augustin-Saint Maurice, , p. 63
  6. Compendium du Catéchisme de l'Église catholique §323.
  7. Compendium du Catéchisme de l'Église catholique §335
  8. Catéchisme de l'Eglise catholique, Paris, Mame Plon, , n° 1582
  9. Catéchisme de l'Eglise catholique, Paris, Mame Plon, , n° 1577
  10. Catéchisme de l'Eglise catholique, Paris, Mame Plon, , n° 1554
  11. Les Pères apostoliques, Paris, Cerf, , note 18 p 175
  12. Dictionnaire encyclopédique du christianisme ancien Vol II, Paris, Cerf, 1990., p. 1818
  13. Catéchisme de l'Eglise Catholique, Paris, Mame Plon, , n° 1571
  14. Catéchisme de l'Eglise catholique, Paris, Mame Plon, , n° 1579
  15. Denzinger, Paris, Cerf, , n° 116 et 119
  16. Denzinger, Paris, Cerf, , n° 185.
  17. Catéchisme de l'Eglise Catholique, Paris, Mame Plon, , n° 1573
  18. Catéchisme de l'Eglise Catholique, Paris, Mame Plon, , n° 1574
  19. Lumen Gentium 21
  20. Catéchisme de l'Eglise Catholique, Paris, Mame Plon, , n°1560
  21. Compendium du Catéchisme de l'Église catholique §328
  22. Catéchisme de l'Eglise Catholique, Paris, Mame Plon, , n° 1566.
  23. Compendium du Catéchisme de l'Église catholique §330
  24. Catéchisme de l'Église catholique, numéro 1574
  25. [1]
  26. Michel Andrieu, "Les ordres mineurs dans l'ancien rit romain" dans Revue des Sciences Religieuses Année 1925 Volume 5 Numéro 2 pp. 232-274
  27. Bernard Bartmann, Théologie dogmatique (Société anonyme des Éditions de l'Ouest, 1935), tome 2, pp. 474–475
  28. Pape Paul VI, Motu proprio Ministeria quaedam du 15 août 1972, II
  29. Ministeria quaedam, IV
  30. « The Ecumenical Patriarch on Anglican Orders » [archive du ], sur ucl.ac.uk (consulté le )
  31. « The Orthodox Web Site for information about the faith, life and worship of the Orthodox Church » [archive du ], sur web.archive.org (consulté le )
  32. Denzinger, Paris, Cerf, , n° 3315-3319;

Voir aussi

Bibliographie

  • Paul de Clerck, « Ordination. Ordre » dans l'Encyclopédie Catholicisme, t. 10, col. 162-206 (historique, en catholicisme)
  • Christian Cochini, Les Origines apostoliques du célibat ecclésiastique, Ad Solem, París, 2006
  • Joseph Lécuyer, Le sacrement de l'ordination. Recherche historique et théologique, Paris, Beauchesne, coll. « Théologie historique » (no 65), , 283 p., 21,5 x 13,5 (présentation en ligne)

Articles connexes

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

ConsecrationSparks.jpg
Auteur/Créateur: Jonathunder, Licence: GFDL 1.2
Bishops laying hands on Douglas Sparks, consecrating him as the 8th Bishop of the Episcopal Diocese of Northern Indiana at Trinity English Lutheran Church in Fort Wayne, Indiana, United States
Ordination diacre manuscrit 9e.jpg
Ordination d'un diacre dans un manuscrit du IXe.
Ordination Livre d'Heures 15e.jpg
Ordination d'un prête, gravure du XVe.
Vicente Carducho, "Ordenación y primera misa de san Juan de Mata".jpg
Vicente Carducho: "Ordenación y primera misa de san Juan de Mata"
Ordination sacerdotale.jpg
Auteur/Créateur: English nol, Licence: CC BY-SA 3.0
Ordination sacerdotale d'un prêtre (chrismation des mains)
Consécration d'évêque - Toulouse.jpg
Auteur/Créateur: BastienM, Licence: CC BY-SA 3.0
Scène représentant la consécration d'un évêque

Calcaire anonyme provenant de l'abbaye de Saint-Sernin - XIVe siècle

Concervé au musée des Augustins, Toulouse, ancienne collection du Marquis de Casteliane à Maurens-Scopon (Tarn)