Montagne (1849)

Montagne
Présentation
PrésidentAlexandre Ledru-Rollin
Fondation
Disparition
SiègeParis, Drapeau de la France France
PositionnementGauche
IdéologieRépublicanisme radical
Socialisme démocratique
Socialisme chrétien
Socialisme utopique
Couleursrouge
Les résultats des démocrates socialistes aux legislatives de mai 1849
La France montagnarde (1849-1851).

La Montagne est le nom pris par le groupe de républicains (les « démoc-socs », « démocrates-socialistes ») qui à l'Assemblée nationale constituante de 1848 et à l'Assemblée législative de 1849, tentent de défendre, contre les attaques du parti de l'Ordre et des républicains modérés, les acquis politiques et certains acquis sociaux de la révolution de février 1848. Ledru-Rollin en est l'organisateur.


Aux élections législatives de mai 1849, la Montagne présente un programme réformiste : la suppression de l'impôt des 45 centimes, l'impôt sur le revenu, la nationalisation des chemins de fer, des mines, des canaux et des assurances, l'abolition de la peine de mort, la réforme du service militaire, le taux de crédit à 3 % et le développement de l'enseignement. Elle réussit alors à pénétrer dans l'électorat rural des petits propriétaires tout en confortant son électorat de petits bourgeois, d'artisans et de fonctionnaires.

Elle est décapitée par la répression après l'échec de la journée du 13 juin 1849 : 34 de ses députés sont déchus de leur mandat et poursuivis devant la Haute Cour de justice (la plupart étant d'ailleurs contraints de fuir).

Malgré la répression (notamment le complot de Lyon, qui vise les députés du sud-est), le groupe parlementaire survivra jusqu'en . Cette année les rouges se divisent lors de la proposition de Louis Bonaparte sur l'abrogation de la loi du 31 mai 1850. À partir de ce moment-là, les rouges se divisent entre ceux qui sont favorables au vote de la proposition (vote qui équivalait à une coalition officielle avec Thiers) ; et ceux qui proposent de voter contre (ce qui signifiait qu'ils attendaient un coup d'État de la part du groupe de Thiers)[1].

Après le Second Empire, une grande partie des membres de la Montagne fournira le personnel politique de la Troisième République commençante.

Références

Voir aussi

Bibliographie

  • Christos Andrianopoulos, La couleur rouge du drapeau tricolore : les Montagnards face aux défis de la deuxième République, Éditions Universitaires Européennes, , 156 p. (ISBN 978-3-83818-722-8).

Articles connexes

Médias utilisés sur cette page

Clio1 - 2.png

Musa Clío

Dr. Vollmer's Wörterbuch der Mythologie aller Völker. Stuttgart: Hoffmann'sche Verlagsbuchhandlung, 1874.
Eugène Delacroix - Le 28 Juillet. La Liberté guidant le peuple.jpg
Peinture historique romantique. Commémore les Trois Glorieuses (la Révolution de Juillet) le 28 juillet 1830.
16 Représentants montagnards à leurs bancs de l'Assemblée constituante, 1848.jpg
16 Représentants montagnards à leurs bancs de l'Assemblée constituante, 1848.
France montagnarde 1849-1851.svg
Auteur/Créateur: Romain0, Licence: CC0
La France montagnarde (1849-1851).
Les-democ-socs-en-mai-1849.svg
Auteur/Créateur: Democ-soc, Licence: CC BY-SA 4.0
Les résultats des démocrates socialistes aux legislatives de mai 1849, par pas de 5%.

D'apres Jacques Bouillon, Revue française de science politique Année 1956 6-1 page 95.

cf https://www.jstor.org/stable/43550967?seq=1
Journée du 13 juin 1849.JPG
Les représentants de la Montagne allant s'installer en convention au Conservatoire (13 juin 1849). Gravure extraite de l'ouvrage de Victor Duruy, Histoire populaire contemporaine de la France, Tome deuxième, Paris, Lahure, 1865, p. 181.