Guyenne

Guyenne
(oc) Guiana

14531790

DrapeauBlason
Blason de la Guyenne
Description de cette image, également commentée ci-après
Les limites de la Guyenne dans les frontières de la France de 1789.
Informations générales
StatutAncienne province de France
CapitaleBordeaux
Langue(s)Français, occitan (gascon, languedocien, limousin), saintongeais
ReligionCatholicisme
Histoire et événements
1453Bataille de Castillon et prise de Bordeaux
1472Intégration à la Couronne de France

Entités précédentes :

  • Duché de Guyenne

Entités suivantes :

La Guyenne (/gɥi.jɛn/), en occitan : Guiana [giˈja.nɔ]) est une ancienne province, située dans le sud-ouest de la France. Ses limites ont fluctué au cours de l'histoire sur une partie des territoires des régions françaises Nouvelle-Aquitaine et Occitanie.

Portant le titre de duché, la Guyenne avait pour capitale Bordeaux. Son nom est apparu au XIIIe siècle en remplacement du terme d'« Aquitaine ». Sous l'Ancien régime, la Guyenne était l'une des plus grandes provinces de France et regroupait divers pays et provinces plus petites comme le Périgord, l'Agenais, le Quercy et le Rouergue. Le terme de « Guyenne propre » correspondait à la région de Bordeaux, pays gascon également appelé Bordelais.

La Guyenne était couramment associée à la Gascogne dont la capitale était Auch et qui regroupait notamment l'Armagnac, la Bigorre, le Labourd, la Soule et le Comminges. Guyenne et Gascogne partageaient ainsi le même gouvernement général militaire.

Étymologie

Carte de Guyenne et Gascogne.

Le nom Guyenne procède de l'évolution romane du latin Aquitania – terme sans doute indigène (aquitanien pré-latin) dont l’étymologie est controversée.

L'évolution phonétique se traduit par les formes suivantes : Aquitania > *Aguidaina (forme non attestée ; lénitions du [k] et du [t] intervocaliques > [g] / [d]) > Aguiaina (forme attestée de l'ancien gascon aux XIIe et XIIIe siècles après amuïssement du [d]), d'où en moyen français l'Aguienne[réf. nécessaire] > la Guienne (Le [a] initial a subi un phénomène de déglutination qui se traduit par la création de l'article défini la et du nouveau mot Guienne)[Quand ?]. La forme française Guyenne apparaît pour la première fois en 1259[1].

Guyenne (Guiana) étant la forme populaire du mot Aquitaine, elle fut de loin la plus usitée par les autochtones du XIIIe au XVIIIe siècle. Aquitaine apparaissait alors comme un terme plus archaïsant et plus savant, alors que Guyenne était le nom courant de la province en français. Cette ancienne province du sud-ouest de la France avait pour capitale Bordeaux et se confond avec l'Aquitaine en tant que région au nord-est de la Gascogne. Le terme désignait l'ensemble des possessions françaises du roi d'Angleterre, après le traité de Paris (1259).

Langue

La principale langue vernaculaire de la Guyenne est l'occitan sous trois formes dialectales : gascon (Bordelais, Bazadais et partie ouest de l'Agenais), languedocien (partie est de l'Agenais, Bergeracois, Sarladais, Quercy et Rouergue) et limousin (majeure partie du Périgord). En revanche, le Blayais et les enclaves du Verdon et de Monségur sont de langue et de culture saintongeaises (langue d'oïl).

La Guyenne girondine (ou Petite Guyenne) correspond au Bordelais et à l'Entre-deux-Mers, linguistiquement gascons. C'est à cette Guyenne girondine que se réfèrent les dénominations Sauveterre-de-Guyenne, Miramont-de-Guyenne et Lévignac-de-Guyenne.

Le sud-ouest du Cantal jusqu'à la Bertrande (val de la Cère) et le coin sud-est de la Corrèze prolongent la Guyenne, dans ses limites du XVIIIe siècle.

Héraldique

Les armes de l'ancienne province de Guyenne se blasonnent ainsi : de gueules (fond rouge) à un léopard (un lion qui a la tête de face) d'or (jaune), armé (avec les griffes) et lampassé (et la langue) d'azur (bleues).

La Guyenne dans l'Histoire

La Guyenne fait fréquemment référence aujourd'hui au duché héréditaire de la couronne d'Angleterre issu du traité de Brétigny (1360).

L'histoire ancienne de la Guyenne se confond avec l'histoire de l'Aquitaine. Pendant l'union anglo-gasconne, les limites du duché de Guyenne varièrent suivant les traités de paix passés entre les rois d'Angleterre et les rois de France, puis les vicissitudes de la guerre de Cent Ans. Par la suite, la province ou gouvernement de Guyenne fut la plus grande des provinces du royaume de France puisqu'elle comprenait aux XVIe et XVIIe siècles le Bordelais, le Bazadais, le Limousin, le Périgord, le Quercy, le Rouergue, l'Agenais, la Saintonge, l'Angoumois et la Gascogne, laissant de côté le Béarn et la Basse-Navarre.

Il faut attendre le milieu du XVIIe siècle pour voir distinguée la Gascogne de la Guyenne, alors qu'auparavant la Gascogne était toujours considérée comme une partie de la Guyenne. Dès lors, la Guyenne proprement dite fut considérée comme étant composée du Bordelais, du Périgord, de la Saintonge, du Limousin, du Quercy et du Rouergue, le reste du gouvernement étant considéré comme étant la Gascogne. Par la suite, la Saintonge et le Limousin furent détachés de ce gouvernement pour en faire des gouvernements séparés donnant au gouvernement de Guyenne et Gascogne la physionomie qu'il avait en 1789.

Le duché de Guyenne

Le nom de duché de Guyenne fut donné au duché d'Aquitaine lorsqu'il fut amoindri par les conquêtes des souverains français. Ce nom apparaît pour la première fois dans le traité de Paris, conclu le entre Saint Louis et Raymond VII comte de Toulouse, qui cédait la plus grande partie du Languedoc à la France et mettait fin au conflit albigeois.

Possession des Plantagenêt de 1188 à 1453, la Guyenne est le théâtre de la Guerre de Guyenne (1294-1297) puis de la Guerre de Cent Ans. Elle est finalement réunie au domaine du roi de France après la bataille de Castillon, qui mit fin à cette dernière. Donné en apanage à son frère Charles de Valois par Louis XI en 1469, le duché revint définitivement à la couronne française à la mort de celui-ci en 1472.

La province de Guyenne

La province de Guyenne dans ses limites du XVIIIe siècle et les communes et départements actuels. Les différents pays qui la composent sont délimités en pointillés.

En 1561, la province est érigée en gouvernement de Guyenne avec pour siège Bordeaux. C'est alors le gouvernement militaire le plus vaste de France (6 744 500 hectares — Béarn et Pays basque non compris — soit environ 1/8 de tout le pays) : il s'étend vers le sud jusqu'à l'Espagne ; ses limites au nord et à l'est sont constituées par la Saintonge, l'Angoumois, le Limousin, le Quercy et le Rouergue. La province de Guyenne rassemblait le Bordelais ou « Petite Guyenne », la partie septentrionale du Bazadais, le Périgord, la Saintonge, l'Angoumois, le Limousin, l'Agenais, le Condomois, le Quercy et le Rouergue.

Lors de la création des généralités, la première généralité de Bordeaux est créée en 1523. Elle perdit successivement des pays et élections avec la création de la généralité de Montauban (Quercy et Rouergue ou Haute-Guyenne) en 1655 et de la généralité d'Auch en 1716 (la Gascogne, qui comprenait presque tout le territoire situé entre la Garonne et son estuaire, et la ligne de crête des Pyrénées, notamment l'Armagnac, les Landes de Gascogne et le Marsan).

En 1790, la province de Guyenne est divisée en six départements à peu près complets : Gironde (à l'est de la Garonne), Dordogne, Lot-et-Garonne, Lot, Landes et Aveyron. À ceux-ci s'ajoutera le Tarn-et-Garonne, créé en 1808, et pour lequel la Guyenne contribuera pour les trois-quarts. Ce morcellement achèvera de détruire les derniers liens qui réunissaient la Basse-Guyenne, la Haute-Guyenne et la Gascogne.

La Guyenne contemporaine

Aujourd'hui, le terme de Guyenne n'a plus de réalité ni administrative, ni politique. Seul le Haut-Agenais, à la recherche d'une identité, a tenté d'exploiter le capital historique « Guyenne » en promouvant le « Pays de Guyenne » dans la partie Lot-et-Garonne de la vallée du Dropt. Cependant, cette acception est aujourd'hui détrônée par « Pays du Dropt », terme à vocation plus touristique.

Le terme de Guyenne survit par ailleurs : dans des raisons sociales : Guyenne et Gascogne (grande distribution - partenaire de Carrefour), Nouvelle Guyenne (réseau de villes de Guyenne) ou dans des dénominations d'associations, des clubs, etc. : ligue de Guyenne (tennis), comité de Guyenne (bridge), trophée de Guyenne (motocross).

Notes et références

  1. Xavier Beltour, L'histoire oubliée de l'Aquitaine, éd. Princi Negre 1995, p. 74 : « Optant pour la paix, Henri [III d'Angleterre] signe avec le roi de France, Louis IX le traité de Paris (1259) selon lequel il devient vassal des Français pour l'Aquitaine, appelée simultanément depuis ce traité la Guyenne (altération du nom). »

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

Flag of Occitania (with star).svg
Drapeau de l'Occitanie avec étoile
"Gouvernement de La Guienne & Gascogne." (22255624975).jpg
Auteur/Créateur: Fondo Antiguo de la Biblioteca de la Universidad de Sevilla from Sevilla, España, Licence: CC BY 2.0

Descripción bibliográfica: Geographia Blaviana. - [Amsterdam : Juan Blaeu, 1659] . - [32], VI, 96 p., 34 f., h. 35a, 35b, 35c, 35d, 36-44 f., 34, [2], 36-40, [2], 43-70 [i. e. 75], [1] f., [20] p. de map., [9] f. de map., [4] f. pleg. de map., [2] f. de plan., [2] f. ge grab. : |bil. ; |cFol. marca major (57 cm.) . - En la dedicatoria a Felipe IV: "Presenta ... El Atlas Universal y Cosmographico de los orbes y terrestre ... Juan Blaeu" . - Título tomado del frontispicio. -- Privilegio fechado en 1659. -Errores de pag. - Sign.: [ ]1, *2, **3, ***-****2, a-e2, A-I2, K1, L-Z2, Aa-Dd2, 4[ ]2, Ee-Ff2, A-I2, K1, L2, M1, N-Y2, Z5, Aa-Dd2,

      Ee1, A-D2, E-F1, G-I2, K-L1, M-O2, P1, Q-Z2, Aa-Bb2, Cc1, Dd3, Ff-Zz2, Aaa-Bbb2, [ ]. - Frontispicio grab. col. -- Incluye un total de 49 il. entre map., plan. i grab.


Materia: Atlas - Obras anteriores a 1800

Impresor: Blaeu, Joan, 1596-1673, imp.

Lugar de impresión: Holanda. Amsterdam


Localización: fama.us.es/record=b2058758~S5*spi


Vea la ilustración en su contexto


Visite también la exposición "Cartografía histórica en la Biblioteca de la Universidad de Sevilla" expobus.us.es/cartografia//
Traité de Bretigny.svg
Auteur/Créateur: L’auteur n’a pas pu être identifié automatiquement. Il est supposé qu'il s'agit de : Aliesin (étant donné la revendication de droit d’auteur)., Licence: CC-BY-SA-3.0
Cette carte est fausse. La Bigorre est au MAS, le Rouergue, au lieu du Quercy, Périgord, au lieu du Limousin, et Calais, au lieu de Dunkerque.
BlasonNouvelleAquitaine.svg
Auteur/Créateur: Superbenjamin, Licence: CC BY-SA 4.0
Blason de la région Nouvelle-Aquitaine
Blason de l'Aquitaine et de la Guyenne.svg
Auteur/Créateur: Peter Potrowl, Licence: CC BY 2.5
Cette image vectorielle non W3C-spécifiée a été créée avec Inkscape.
Provinces france 1789.svg
Auteur/Créateur: Boldair, Licence: CC BY-SA 4.0
Provinces françaises en 1789
Carte de la Guyenne.svg
Auteur/Créateur: Oie blanche, Licence: CC BY-SA 3.0
Carte de la province de la Guyenne montrant les communes et les départements actuels.
Flag of Aquitaine.svg
Auteur/Créateur: Patricia Fidi, Licence: CC0
Drapeau de la région Aquitaine en France
Guyenne in France (1789).svg
Auteur/Créateur: Milenioscuro, Licence: CC BY-SA 4.0
Map of XY (see filename) province in France (1789), extracted from File:France location map-Provinces 1789.svg