Santiago

Santiago
Santiago du Chili, Santiago de la Nueva Extremadura
Blason de Santiago
Héraldique
Drapeau de Santiago
Drapeau
Santiago
De gauche à droite à partir du haut : la colline Santa Lucia, Sanhattan, La Moneda, la statue de l'Immaculée Conception, la Tour Telefónica, le musée national des Beaux-arts et la bibliothèque nationale, la Torre Entel.
Administration
PaysDrapeau du Chili Chili
RégionSantiago
ProvinceSantiago
Code postal3580000
Indicatif téléphonique+56 2
Démographie
GentiléSantiagois (fr)[1], Santiaguino (es)
Population4 912 500 hab. (2012 en augmentation)
Densité7 659 hab./km2
Géographie
Coordonnées33° 26′ 16″ sud, 70° 39′ 02″ ouest
Altitude510 m
Superficie64 140 ha = 641,4 km2
Divers
Fondation
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Chili
Voir sur la carte topographique du Chili
City locator 11.svg
Santiago
Géolocalisation sur la carte : Chili
Voir sur la carte administrative du Chili
City locator 11.svg
Santiago
Géolocalisation sur la carte : région métropolitaine de Santiago
Voir sur la carte administrative de la région métropolitaine de Santiago
City locator 11.svg
Santiago
Liens
Site website officiel

Santiago, ou Santiago du Chili (/sɑ̃.tja.ɡo.dy.ʃi.li/[2] ; en espagnol : Santiago de Chile /sanˈtjaɣo ðe ˈtʃile/[3]), est la capitale du Chili, un pays d'Amérique latine. Elle est située dans la Vallée Centrale. Ses habitants s’appellent les Santiagois (Santiaguinos en espagnol).

D’après le recensement de l'Instituto Nacional de Estadísticas, l'agglomération de Santiago comptait en 2009 plus de 5,1 millions d'habitants. La région Métropolitaine de Santiago s’est largement développée au cours du XXe siècle, rassemblant plus de 7 millions d'habitants en 2009.

Fondée en 1541, Santiago est la capitale chilienne depuis l'époque coloniale. La ville se vante d'un centre-ville à l'architecture néoclassique et aux rues sinueuses, parsemées notamment de styles Art déco et néogothique. Le paysage urbain de Santiago est formé par des collines indépendantes et la ville est traversée par la rivière Mapocho, jalonnée par d'élégants parcs tels le Parque Forestal. L'imposante cordillère des Andes est visible depuis de nombreux endroits de la ville. L'activité urbaine a causé le développement de nuages de pollution, particulièrement durant les mois d'hiver. La ville est entourée par des vignobles et Santiago reste à quelques heures des montagnes et de l'océan Pacifique.

La croissance économique régulière de Santiago depuis quelques décennies a transformé la ville en une métropole moderne. Santiago accueille aujourd'hui un nombre croissant de théâtres, de restaurants et de centres commerciaux. L'expansion et le panorama urbain se développent, comprenant le plus grand bâtiment d'Amérique du Sud, la Gran Torre Santiago. La ville compte plusieurs grandes universités et développe des infrastructures de transports modernes telle qu'une autoroute en partie souterraine et le métro de Santiago, le système le plus étendu d'Amérique du Sud. Santiago est le centre culturel, politique et financier du Chili, le centre des sièges régionaux des entreprises multinationales, ainsi que du pouvoir exécutif et judiciaire, excepté celui du Congrès situé à Valparaíso.

Géographie

Situation

Santiago vue par le satellite Spot.

Santiago est la capitale et le principal centre urbain du Chili. La ville est, en fait, divisée en 37 communes. L'agglomération compte plus de 7 millions d'habitants, ce qui équivaut à un tiers de la population totale du pays. Santiago est considérée comme la troisième ville la plus riche, la septième la plus peuplée et celle présentant la meilleure qualité de vie de l'Amérique latine. Elle est située dans la vallée centrale (valle central) qui court le long d'une grande partie du pays. À l'est, la ville est dominée par la cordillère des Andes et se trouve au pied de l'Aconcagua (plus haut sommet des Andes marquant la frontière avec l'Argentine) et à l'ouest, elle s'approche peu à peu de la cordillère de la Costa qui sépare Santiago de l'océan Pacifique et de la région de Valparaíso. La capitale chilienne est située à 102 km à l'est-sud-est de Valparaiso et à 434 km au nord-nord-est de Concepción.

La ville de Santiago englobe son agglomération qui forme le Gran Santiago et qui est composée de 34 communes : les 32 communes de la province de Santiago, plus les communes de Puente Alto et de San Bernardo, appartenant respectivement aux provinces de Cordillera et du Maipo. Il n'existe pas de gouvernement métropolitain pour la ville. Chaque commune, gérée par un maire, est chargée des tâches administratives, de la fiscalité, des services, de la santé et de l'éducation.

La ville se trouve approximativement à mi-chemin des 4 300 km de longueur que fait le pays. Arica, à environ 2 000 km, étant la dernière ville avant le passage de la frontière avec le Pérou et Puerto Toro (env. 2 000 km également), celle située le plus au sud du pays.

Climat

Santiago présente un climat méditerranéen. Les étés sont chauds (plus de 28 °C de novembre à mars) et les hivers relativement doux (8 °C en moyenne en juillet). La pluviométrie y est faible, la saison sèche correspondant à l'été austral. Les pluies, courtes mais violentes, ont lieu en général pendant l'hiver, causant chaque année des inondations dans les quartiers qui ne disposent pas encore de systèmes d'égouts pluviaux adéquats.

D'après la classification de Köppen avec la station Pudahuel : la température du mois le plus froid est comprise entre 0 °C et 18 °C (juillet avec 7,8 °C) et la température du mois le plus chaud est supérieure à 10 °C (janvier avec 20 °C). La saison sèche se produit l'été, les précipitations du mois estival le plus sec sont inférieures à 40 mm et à 1/3 du mois hivernal le plus humide (janvier avec 1,2 mm, inférieur à 1/3 de juin : 78,2 mm/3 soit 26,07 mm) donc pour cette région c'est un climat aride. L'été est tempéré car la température moyenne du mois le plus chaud est inférieure à 22 °C (janvier avec 20 °C) et la température moyenne des 4 mois les plus chauds est supérieure à 10 °C (décembre à mars avec respectivement 19,1 °C, 20 °C, 19,3 °C et 17 °C).

Donc le climat de Santiago est classé comme Csb dans la classification de Köppen, soit un climat différent pour chaque différente région de la municipalité, en fonction de l'altitude.

Relevé météorologique de Santiago du Chili
Moisjan.fév.marsavrilmaijuinjui.aoûtsep.oct.nov.déc.année
Température moyenne (°C)2019,31713,810,587,89,111,313,816,619,113,9
Précipitations (mm)1,22,14,213,75878,275,554,226,713,66,13,9338,2
Humidité relative (%)57626773808484827972635871,75
Source : WorldClimate.com[4].


Relevé météorologique de Santiago - El Bosque
Moisjan.fév.marsavrilmaijuinjui.aoûtsep.oct.nov.déc.année
Précipitations (mm)0,70,4310,646,67690,852,47612,48,32,4379,6
Source : climate-charts.com[5].


Relevé météorologique de Santiago - Tobalaba
Moisjan.fév.marsavrilmaijuinjui.aoûtsep.oct.nov.déc.année
Précipitations (mm)0,50,93,611,641,974,287,565,330,819,29,32,4347,2
Source : climate-charts.com[6].


Relevé météorologique de Santiago - Cerrillos
Moisjan.fév.marsavrilmaijuinjui.aoûtsep.oct.nov.déc.année
Précipitations (mm)0,30,53,110,442,471,684,146,122,511,910,11,8304,8
Humidité relative (%)58626671798383807771646071,17
Source : climate-charts.com[7].


Relevé météorologique de Santiago - Quinta N. - 33.4 S, 70.7 W, altitude : 520 m, 1981-2010
Moisjan.fév.marsavrilmaijuinjui.aoûtsep.oct.nov.déc.année
Température minimale moyenne (°C)13,312,811,48,66,453,956,78,610,312,28,7
Température moyenne (°C)21,220,318,214,410,998,29,8121517,720,114,7
Température maximale moyenne (°C)30,129,527,423,118,515,715,317,119,522,926,128,822,8
Record de froid (°C)
date du record
7,2
1970
6,2
1973
0
1967
−1
1985
−1,6
1993
−3,3
1983
−3,5
1969
−3,4
2007
−2,6
1974
−0,3
1991
3,1
1992
1
1971
−3,5
1969
Record de chaleur (°C)
date du record
38,3
2019
36,2
2019
36,2
2015
33,9
2020
31,6
2015
27,3
2018
28,4
2012
31
2014
32,6
1996
33,1
2019
34,9
2019
37,3
2016
38,3
2019
Ensoleillement (h)3252702501911321011181511652192693202 511
Précipitations (mm)0,61,36,116,355,583,375,955,127,212,96,21,5341,8
Nombre de jours avec précipitations0,30,50,93,15,476,15,94,72,41,20,538
Humidité relative (%)57616874808484817670625771,17
Source : climate-charts.com[8] (précipitations et humidité relative), Hong Kong Observatory[9] (température période 1981-2010), Dirección Meteorológica de Chile[10]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
30,1
13,3
0,6
 
 
 
29,5
12,8
1,3
 
 
 
27,4
11,4
6,1
 
 
 
23,1
8,6
16,3
 
 
 
18,5
6,4
55,5
 
 
 
15,7
5
83,3
 
 
 
15,3
3,9
75,9
 
 
 
17,1
5
55,1
 
 
 
19,5
6,7
27,2
 
 
 
22,9
8,6
12,9
 
 
 
26,1
10,3
6,2
 
 
 
28,8
12,2
1,5
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm
Relevé météorologique de Aéroport international Arturo-Merino-Benítez, Santiago 1981-2010
Moisjan.fév.marsavrilmaijuinjui.aoûtsep.oct.nov.déc.année
Température minimale moyenne (°C)1211,59,97,14,73,52,53,65,47,39,1117,3
Température moyenne (°C)20,419,517,513,710,38,37,58,911,114,116,919,314
Température maximale moyenne (°C)29,929,427,52318,315,314,716,418,722,525,928,522,5
Record de froid (°C)
date du record
2,7
1975
4,7
1975
2,1
1976
−2,6
1985
−5,9
1996
−6,5
1976
−6,8
1976
−6,2
1993
−4,5
1974
−2,8
1991
0,7
1974
3,3
1991
−6,8
1976
Record de chaleur (°C)
date du record
39,3
2019
37,2
2019
36,8
2015
34,5
2020
31,1
2002
26,7
1997
28,2
1989
29,9
1974
32,9
1996
33,3
2009
35,2
2019
37,1
2019
39,3
2019
Ensoleillement (h)3673052772021451201321621822052983502 745
Précipitations (mm)0,40,86,11246,168,762,544,220,1104,61,4276,9
Nombre de jours avec précipitations00135776521037
Humidité relative (%)57606571808484817871635871
Source : Dirección Meteorológica de Chile (en °C et mm, moyennes mensuelles)[11],[12],[13],[14]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
29,9
12
0,4
 
 
 
29,4
11,5
0,8
 
 
 
27,5
9,9
6,1
 
 
 
23
7,1
12
 
 
 
18,3
4,7
46,1
 
 
 
15,3
3,5
68,7
 
 
 
14,7
2,5
62,5
 
 
 
16,4
3,6
44,2
 
 
 
18,7
5,4
20,1
 
 
 
22,5
7,3
10
 
 
 
25,9
9,1
4,6
 
 
 
28,5
11
1,4
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Pollution

En 2015, la ville est déclarée en « état d'urgence environnementale » à la suite d'un niveau de pollution de l'air record. Les autorités sanitaires ont recommandé d'éviter de sortir sauf en cas d'extrême nécessité[15].

Structure urbaine

À cause de la croissance exponentielle de la capitale, l'agglomération est organisée en diverses communes. Le Grand Santiago se compose à l'heure actuelle de trente-six communes qui ont vu leurs populations augmenter au fil des décennies.

Selon l'Instituto Nacional de Estadísticas, en 2000, trente-six communes forment le Grand Santiago :

CerrillosLas CondesPudahuel
Cerro NaviaLo BarnecheaPuente Alto
ConchalíLo EspejoQuilicura
El BosqueLo PradoQuinta Normal
Estación CentralMaculRecoleta
HuechurabaMaipúRenca
IndependenciaÑuñoaSan Bernardo
La CisternaPadre HurtadoSan Joaquín
La FloridaPedro Aguirre CerdaSan Miguel
La GranjaPeñalolénSan Ramón
La PintanaPirqueSantiago
La ReinaProvidenciaVitacura
(c) Osmar Valdebenito, CC BY-SA 2.5
Carte de Santiago et ses communes.

Ces trente-six communes se situent dans des zones urbaines.

Vue panoramique du centre-ville.

Transports

Station Vicente Valdés.

Santiago dispose d'un système très dense de bus (les micros), de taxis collectifs et de sept lignes (1, 2, 3, 4, 4 A, 5 et 6) de métro, dont le réseau dépasse les 140 km de lignes.

Santiago compte 991 838 véhicules, dont 979 346 sont motorisés. Chaque jour, 805 220 voitures traversent la ville, équivalent à 38 % du trafic national, et un taux de une voiture pour sept personnes. La ville dispose d'un réseau étendu de rues et d'avenues facilitant les déplacements entre les différents arrondissements qui composent l'aire métropolitaine.

Dans les années 1990, le gouvernement essaya d'organiser le système des transports publics. En 1994, de nouvelles routes furent ouvertes et les bus furent peints en jaune. Cependant, le système montrait de nombreux problèmes avec des routes se chevauchant, des niveaux de pollution de l'air et acoustique élevés et des problèmes de sécurité à la fois pour les cyclistes et les conducteurs. Pour résoudre ces problèmes, un nouveau système de transport, appelé Transantiago (Red Metropolitana de Movilidad) a été imaginé et mis en place. Lancé le , le système combine des services principaux avec le métro et les routes locales, sous un système de paiement unifié grâce à une carte intelligente sans contact appelée Tarjeta bip!. Le changement ne fut pas très bien reçu par les utilisateurs, qui se plaignirent du manque de bus, trop de transferts d'un bus à un autre et une couverture du réseau limitée. La plupart des problèmes ont été résolus, mais le système obtint une mauvaise réputation qu'il n'a pas réussi à effacer.

Histoire

Fondation de la cité

Cathédrale de Santiago.

Santiago fut fondée le par le conquistador Pedro de Valdivia, qui lui donna le nom de Santiago de la Nueva Extremadura en mémoire de l'apôtre espagnol Saint Jacques et de l'Estrémadure. La cérémonie de fondation de Santiago se tint sur la colline de Huelén (renommée plus tard colline Santa Lucia de Santiago). Valdivia choisit de s'y installer en raison du climat, de la végétation abondante et de la facilité avec laquelle la ville pourrait être défendue. En effet, elle fut établie entre les deux bras de la rivière Mapocho, sur les flancs du cerro Santa Lucia (colline Santa Lucia). Le tracé de la ville fut dessiné par Pedro de Gamboa selon les normes coloniales.

Époque coloniale

Le , à 22 h 30, un séisme de magnitude 8,5 sur l'échelle de Richter (estimation rétrospective) fait plus de 600 morts et quelque cinq mille blessés, et détruit quasiment tous les bâtiments de la ville.

Capitale de la République

Le , un incendie se déclare dans l'église de la Compagnie (de Jésus), lors de la clôture de la fête religieuse connue sous le nom de « Mois de Marie », faisant entre 2 000 et 3 000 morts, principalement des femmes appartenant aux plus grandes familles de la capitale. Non identifiables, les victimes seront inhumées dans une fosse commune. Les vestiges de l'église seront démolis, et un service d'incendie sera créé dans la capitale à l'initiative des citoyens.

Explosion démographique

Le Grand Santiago

La Métropole au début du XXIe siècle

Des émeutes éclatent le et se poursuivent les jours suivants à la suite de l'augmentation du prix du ticket de métro. Des magasins sont pillés et plusieurs institutions sont incendiées. Plusieurs personnes meurent lors du pillage de l'usine de sous-vêtements Kayser à Renca[16]. Plusieurs rames de métro ainsi que seize autobus sont également détruits par le feu et de nombreux mobiliers urbains détruits. Le président Sebastián Piñera décrète l'état d'urgence pour quinze jours et confie la gestion de la ville à Javier Iturriaga del Campo, un général de l'armée[17]. Tous les musées sont fermés et les transports publics ne circulent pas. Des concerts de casseroles ont lieu dans la ville, similaires à ceux qui se sont produits lors de l'accession au pouvoir de Pinochet. Le , des milliers de personnes sont bloquées à l'aéroport à la suite de l'annulation d'une centaine de vols.

Le 25 octobre, 1,2 million de personnes manifestent contre le gouvernement et le système économique chilien, réputé très inégalitaire. Des manifestations se succèdent pendant plusieurs semaines et entrainent une sévère répression ; à la mi-janvier 2020 on dénombre au moins 27 morts, 3 650 blessés et 22 000 détentions[18].

Économie

Données générales

La ville de Santiago est le centre industriel et financier du Chili, et génère 45 % du PIB du pays. Certaines institutions internationales, telles que la CEPALC (Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes), ont leurs bureaux à Santiago. Actuellement en cours de construction, le Costanera Center est un méga-projet immobilier dans le quartier financier de Santiago. Il comprend un centre commercial de 280 000 mètres carrés, une tour de 300 mètres, deux tours de bureaux de 170 mètres chacune, et un hôtel de 105 mètres de hauteur.

L’instauration d’un capitalisme néolibéral par la dictature militaire (1973-1990) a favorisé la dérégulation du marché et la survalorisation de la propriété immobilière. Le régime a alors abandonné les grands projets d’urbanisme pour la capitale, ce qui a favorisé un étalement urbain mal maîtrisé[19].

En , le gérant en charge, Cencosud, a déclaré dans un communiqué que la construction de ce méga centre commercial serait progressivement réduite jusqu'à ce que l'incertitude financière soit effacée.

En , Cencosud a annoncé le redémarrage du projet, et cela a été pris en général comme un symbole de la réussite du pays au cours de la crise financière mondiale. Près du Costanera Center un autre gratte-ciel est déjà en cours de construction Titanium La Portada, de 190 mètres de hauteur. Bien que ceux-ci soient les deux plus grands projets, il y a beaucoup d'autres immeubles de bureaux en construction à Santiago, ainsi que des centaines de bâtiments résidentiels de grande hauteur.

En , Gran Torre Santiago, une partie du projet Costanera Center, atteint la barre des 300 mètres, et devient officiellement la plus haute structure d'Amérique latine.

Santiago abrite en 2017 une soixantaine de gratte-ciel.

Pédro de Valdivia, fondateur de Santiago (huile de Federico Madrazo).
Gran Torre Santiago.

L'économie forte et la dette publique faible attirent les immigrés en provenance d'Europe et des États-Unis.

La ville perd, en 2019, le lac d’Aculeo, asséché par la sécheresse et la surconsommation d’eau. Avec une superficie de près de 12 km2 et une profondeur d’environ six mètres, le lac constituait depuis des décennies l'une des principales activités touristiques de la région[20].

Industrie

La majeure partie de l'activité industrielle et commerciale du Chili est concentrée dans la capitale nationale et régionale de Santiago, mais il y a d'importantes activités d'approvisionnement, de commercialisation et de transformation à San Bernardo (emplacement des magasins, grands chemins de fer), Puente Alto, Melipilla, Talagante et Buin.

Centre financier de Santiago.
Avenue Apoquindo et centre financier.

La production laitière et de viande de bœuf est importante ; les principales cultures de la région sont les céréales, les raisins, les pommes de terre et les haricots.

Le cuivre, le gypse et le calcaire y sont extraits. La commercialisation est facilitée par la proximité des centres urbains reliés aux lignes principales de chemin de fer et par un réseau développé de routes régionales.

La FAMAE (FAMAE Fábricas y Maestranzas del Ejército) qui fabrique les armes pour l'armée chilienne a son siège à Santiago[21].

Sport

Santiago est le berceau des plus grandes équipes de football du Chili. Fondée le , le Club Social y Deportivo Colo-Colo a une longue tradition et joue de manière régulière parmi l'élite depuis la création de la Primera División en 1933. Le club a gagné 29 titres nationaux, dix Coupe nationale, et une Copa Libertadores en 1991, seul club chilien à avoir remporté le tournoi. Le club joue ses matchs à l'Estadio Monumental David Arellano dans la commune de Macul. La seconde équipe est l'Universidad de Chile qui compte seize titres nationaux et trois Coupes nationales. En 2011, elle remporte la Copa Sudamericana, c'est la seule équipe chilienne à avoir remporté ce tournoi. Le club fut fondé le , sous le nom de Club Deportivo Universitario, union du Club Náutico et de la Federación Universitaria. Les fondateurs étaient des étudiants de l'Université du Chili. En 1980, l'organisation se sépare de l'Université du Chili et le club est maintenant indépendant. Le club joue ses matchs à l'Estadio Nacional de Chile dans la commune de Ñuñoa. La troisième équipe la plus populaire est le Club Deportivo Universidad Católica fondé le . L'équipe joue ses matches à l'Estadio San Carlos de Apoquindo. L'Universidad Católica compte dix titres nationaux, jouant plus de vingt fois la Copa Libertadores, atteignant la finale, qu'elle perd, en 1993, face au São Paulo FC. Plusieurs autres clubs de football sont basés à Santiago, tels que l'Unión Española, Audax Italiano, Palestino, Santiago Morning, et Magallanes. Par ailleurs l'Estadio Nacional de Chile fut l'un des quatre stades où se déroulèrent les matchs de la phase finale de la Coupe du monde de football 1962 et notamment la finale remportée par le Brésil sur la Tchécoslovaquie par 3 buts à 1, le .

S'ajoutent au sports de Santiago, le tennis et le basketball. La ville compte aussi le Club hippique de Santiago et l'hippodrome du Chili qui sont les deux pistes dédiés à la course de chevaux. Santiago accueillera par ailleurs les Jeux panaméricains de 2023.

Education et culture

Los Dominicos est un haut lieu du patrimoine culturel situé à Santiago.

Santiago possède la plus grande concentration d'institutions culturelles du pays. Par contre, ne subsistent que quelques bâtiments historiques de la période coloniale espagnole, car à Santiago, comme dans le reste du pays, les tremblements de terre frappent régulièrement le pays. Les bâtiments existants comprennent la maison Colorada (1769), l'église San Francisco (1586), l'église Santo Domingo (1747-1771) et la Posada del Corregidor en (1750). La cathédrale sur la place centrale (Plaza de Armas) a une vue comparable au Palacio de La Moneda, le palais présidentiel. Le bâtiment original fut construit entre 1784 et 1805, par l'architecte Joaquín Toesca. Il abrite le musée national d'histoire, avec 12 000 objets qui peuvent être exposés. À l'angle sud-est de la place se trouve le centre commercial Edwards, à fonte verte, construit en 1893. À l'est de cela on trouve le bâtiment colonial de la maison Colorada (1769), qui loge le Musée de Santiago. Il y a aussi le Théâtre municipal de Santiago, construit en 1857 par l'architecte français Brunet Edward Baines. Il a été gravement endommagé par un tremblement de terre en 1906. Pas loin du théâtre se trouvent le manoir de Subercaseaux et la Bibliothèque nationale du Chili, une des plus grandes bibliothèques de l'Amérique du Sud.

Universités

  • L'université du Chili
  • L'université pontificale catholique du Chili
  • L'université de Santiago
  • L'université de Federico Santa Maria
  • L'université académique d'humanisme chrétien
  • L'université Diego Portales
  • L'université Centrale du Chili
  • L'université del Desarrollo[22]
  • L'université majeure
  • L'université Adolfo Ibáñez
  • L'université Finis Terrae
  • L'université de Andres Bello

Musique

Le Théâtre municipal.

Il y a deux orchestres symphoniques :

  • l'Orquesta Filarmónica de Santiago, qui se produit dans le théâtre municipal ;
  • l'Orquesta Sinfónica de Chile, dépendant de l'université du Chili, qui joue dans le théâtre de celle-ci.

Les groupes historiques du Chili sont :

  • Inti-Illimani ;
  • Quilapayún ;
  • Los Jaivas ;
  • Los Miserables ;
  • Los Prisioneros ;

Les chanteurs historique.s du Chili sont :

Musées

Le musée national des beaux-arts.

Parmi les musées, on compte :

  • le musée chilien d'art précolombien (Museo Chileno de Arte Precolombino) ;
  • le musée historique national (Museo Historico Nacional) ;
  • le musée national des beaux-arts de Santiago (Museo Nacional de Bellas Artes) ;
  • le musée national d'histoire naturelle du Chili (Museo Nacional de Historia Natural de Chile) ;
  • le musée d'Art contemporain de Santiago (es) (Museo de Arte Contemporáneo) ;
  • le musée de la solidarité Salvador Allende (Museo de la Solidaridad Salvador Allende), qui comprend la plus importante collection d'art moderne d'Amérique du Sud ;
  • le musée de la mémoire et des droits de l'homme (Museo de la Memoria y los Derechos Humanos).

Personnalités

  • Pablo Neruda, 1904-1973, de son vrai nom Ricardo Eliécer Neftalí Reyes-Basoalto, poète, écrivain, diplomate, homme politique et penseur chilien.
  • Lina Meruane, écrivaine et enseignante.
  • Francisco Antonio Pinto, président du Chili du au , y est né en 1785
  • Sophia Hayden, architecte américaine et la première femme diplômée du Massachusetts Institute of Technology y est née en 1868
  • Carmela Mackenna, pianiste et compositrice chilienne, née et morte à Santiago du Chili, en 1879 et 1962 respectivement
  • Marco Evaristti, plasticien danois né à Santiago du Chili en 1963
  • Cote de Pablo, actrice née à Santiago du Chili en 1979
  • Agustin Edwards, homme politique né à Santiago du Chili en 1878
  • Manuel Pellegrini, ancien joueur de football et ancien entraîneur du Manchester City FC
  • Salvador Allende, Président du Chili assassiné en 1973
  • Alejandro Amenábar, réalisateur, écrivain et compositeur né à Santiago du Chili en 1972
  • Michelle Bachelet, Présidente de la République du Chili de 2006 à 2010 et 17e née à Santiago du Chili en 1951
  • Sebastián Piñera, homme d'affaires et homme politique, né à Santiago du Chili en 1949
  • Carlos de Rokha, poète chilien né à Santiago du Chili en 1920, mort dans cette même ville en 1962
  • Aguaturbia, groupe de rock psychédélique
  • Nicolás López, réalisateur et scénariste chilien né en 1983
  • Erich Honecker, homme d'État est-allemand, décédé en 1994.
  • Aldo Bahamonde, né en 1963, peintre et sculpteur chilien vivant en Espagne depuis 1984.
  • Pedro Pascal, acteur américano-chilien né à Santiago en 1975.
  • Silvia Parada Araya, née à Santiago en février 1969, militante trans chilienne.
  • Bárbara Hernández, nageuse chilienne, spécialisée en nage en eau glacée
  • Daniel Bravo, également dit Danielito, musicien franco-chilien. Membre du groupe Tryo. Né à Santiago du Chili.

Religion

La religion majoritaire est le catholicisme, mais l'évangélisme en provenance des États-Unis est en forte croissance. La ville est le siège de l'archidiocèse de Santiago du Chili fondé au XVIe siècle, avec sa chaire épiscopale à la cathédrale métropolitaine de Santiago du Chili. Santiago abrite, entre autres églises, six basiliques mineures : la basilique Notre-Dame-de-la-Merci, la basilique Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours, la basilique du Cœur-Immaculé-de-Marie, la basilique Notre-Dame-du-Mont-Carmel (située à Maipú, et également reconnue sanctuaire national), la basilique du Saint-Sauveur et la basilique Notre-Dame-de-Lourdes.

Politique et administration

Santiago est intégrée dans la Région métropolitaine mais ne possède pas d'institutions chargées de son administration, celle-ci étant exercée par diverses autorités, ce qui complique le fonctionnement de la ville comme une entité unitaire.

La ville est divisée en 40 communes qui sont dirigées chacune par un conseil municipal et un maire. La plus importante est celle de Santiago qui en occupe le centre et abrite les principaux édifices publics.

Jumelages

Cerro Santa Lucia.

Notes et références

  1. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/no_106_janv-mars_2009_cle446315.pdf
  2. Prononciation en français standard transcrite selon la norme API.
  3. Prononciation en espagnol d'Amérique retranscrite selon la norme API.
  4. Weather station Pudahuel.
  5. climate-charts.com.
  6. climate-charts.com.
  7. climate-charts.com.
  8. climate-charts.com.
  9. (en) « Climatological Information for Santiago, Chile », (consulté le ).
  10. (es) « Estaciones en la Región de Magallanes y de la Antártica Chilena 102 Estaciones Encontradas », Dirección Meteorológica de Chile (consulté le ).
  11. (es) « Estaciones en la Región de Magallanes y de la Antártica Chilena 102 Estaciones Encontradas », Dirección Meteorológica de Chile (consulté le ).
  12. (en) « worldweather.org », sur worldweather.org (consulté le ).
  13. « STATION Punta Arenas », sur meteo climat (consulté le ).
  14. (en) « CLIMAT summary for 85934: Punta Arenas (Chile) Latitude: 53-00S Longitude: 070-51W Altitude: 37 m. », sur OGMIET (consulté le ).
  15. « Chili: Santiago affectée par un pic de pollution en pleine Copa America », sur Sciences et Avenir,
  16. (es) Cinco muertos en incendio de fábrica saqueada en Chile, ecuavisa.com, .
  17. Chili : état d'urgence après de violentes manifestations dues à la hausse du prix du métro, Claudio Reyes, larepubliquedespyrenees.fr, .
  18. Maurice Lemoine, « L’antisémitisme « à la carte » du Centre Simon Wiesenthal », sur Médelu,
  19. « Santiago, un concentré d’inégalités », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  20. « Au Chili, un lac rayé de la carte par la sécheresse », (consulté le ).
  21. https://www.globalsecurity.org/military/world/chile/famae.htm
  22. (es) « Bienvenido a la UDD / Universidad del Desarrollo », sur Universidad del Desarrollo (consulté le ).

Voir aussi

Liens externes

Articles connexes

Isidora Goyenechea

Médias utilisés sur cette page

Logo disambig.svg
Auteur/Créateur: Manjiro5, Licence: CC0
Icône des homonymies sur Wikipédia francophone
Flag of Chile.svg
Il est facile de mettre un cadre autour de cette image d'un drapeau
Fairytale warning.png
Auteur/Créateur: L’auteur n’a pas pu être identifié automatiquement. Il est supposé qu'il s'agit de : Caihua (étant donné la revendication de droit d’auteur)., Licence: LGPL
Image from the Fairytale icon theme
Flag of Costa Rica.svg
Drapeau du Costa Rica
Chile topographic location map.png
Auteur/Créateur: GrandEscogriffe, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte topographique de géolocalisation au Chili
Santiago region map.png
Auteur/Créateur: Flappiefh, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte de la Région métropolitaine de Santiago (Chili).
Comunas de Santiago (nombres).svg
(c) Osmar Valdebenito, CC BY-SA 2.5
Mapa comunal del Gran Santiago, Chile, con nombres.
Flag of Santiago de Chile.svg
Flag of the capital of Chile.
Panorama of Santiago, June 2003.jpg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC-BY-SA-3.0
Metrolinea4.jpg
Linea 4 Metro de Santiago
Pédro de Valdivia (Huile de Federico Madrazo).jpg
Auteur/Créateur: LeSABLIER, Licence: CC BY-SA 4.0
Huile de Federico Madrazo
Bellasartes.jpg
Auteur/Créateur: L’auteur n’a pas pu être identifié automatiquement. Il est supposé qu'il s'agit de : Alstradiaan~commonswiki (étant donné la revendication de droit d’auteur)., Licence: CC-BY-SA-3.0

Museo de Bellas Artes

Fotografía tomada con una cámara digital Olympus camedia D-395 de 3.2 megapixeles
Los Dominicos en Santiago de Chile.jpg
Auteur/Créateur: Romanceor, Licence: CC BY-SA 3.0
Los Dominicos en Santiago de Chile
CasaCentralUCChile.JPG
Auteur/Créateur: Manuel Gallegos, Licence: CC-BY-SA-3.0
Frontis Casa Central Pontificia Universidad Católica de Chile
Teatromunicipal.jpg
Auteur/Créateur: Usuario Patricio Mecklenburg (Metronick), Licence: CC-BY-SA-3.0
Teatro Municipal
Costanera Center Sep. 13.jpg
Auteur/Créateur: Cristofer Daniel Ortega Urrutia, Licence: CC BY 2.0
imagen de la gran torre santiago desde el parque bicentenario de vitacura
CatedralSantiago01.jpg
Auteur/Créateur: L’auteur n’a pas pu être identifié automatiquement. Il est supposé qu'il s'agit de : Valo3 (étant donné la revendication de droit d’auteur)., Licence: CC BY-SA 2.5
Catedral Metropolitana de Santiago
Santiago SPOT 1058.jpg
Auteur/Créateur: Cnes - Spot Image, Licence: CC BY-SA 3.0
Santiago by SPOT Satellite
AvenidaApoquindo.jpg
Auteur/Créateur: Carlos yo, Licence: CC BY-SA 3.0
Avenida Apoquindo, Las Condes, Santiago de Chile