Theodor Philipsen

Theodor Philipsen
Image dans Infobox.
Une rue à Kastrup de Theodor Philipsen, 1892
Naissance
Décès
(à 79 ans)
Copenhague
Sépulture
Nationalité
Activité
Maîtres
Carl Henrik Bogh (en), Niels Simonsen (en), Frederik Vermehren
Lieu de travail
Distinctions
Liste détaillée
Prix Neuhausen ()
Prix de L'héritage de l'ancre (d) ()
Médaille Eckersberg ()
Médaille Thorvaldsen ()

Theodor Esbern Philipsen (né le à Copenhague, mort le à Copenhague) était un peintre danois.

Biographie

Philipsen a grandi dans une famille cultivée et a appris à dessiner dès son plus jeune âge. Passionné par les animaux, il suit une formation agricole auprès de son oncle à Højagergård. Au cours des années 1860, il rencontre par son frère le peintre Hans Smidth ce qui l'amène à souhaiter devenir lui-même artiste. Il étudie à l'Académie Royale Danoise d'art puis, après une courte interruption, à l'école des modèles, où les idées de Frederik Vermehren sur l'étude de la réalité auront une grande influence sur son développement artistique. Par les collections publiques à Copenhague, Philipsen connait déjà les études d'animaux de J. Th. Lundbye et apprécie la peinture animalière et paysagère néerlandaise du XVIIe siècle. De fait, la nature et les animaux sont les principales sources d'inspiration de ses travaux.

Œuvre

Philipsen a trouvé son identité artistique dans la peinture d'extérieurs de la décennie 1880 et sous l'influence de l'impressionnisme français.

Philipsen revêt une grande importance pour les générations suivantes de coloristes danois. Il a une vision de la nature plus réaliste que celle de ses modèles artistiques. Par conséquent, il était logique pour lui de chercher l'inspiration à Paris et, avec Lauritz Tuxen, il suit les cours de Leon Bonnat. Philipsen a appris à connaître l'art français radical par le peintre belge Rémy Cogghe, avec lequel il était en 1882 en Espagne, et l'année suivante à Rome.

Plus tard, Philipsen a développé son art si caractéristique du traitement de la lumières, des couleurs, de la nature et des animaux, et son nom reste étroitement lié aux représentations des îles Saltholm et Amager.

Son intérêt pour l'impressionnisme français est renforcé par sa relation avec le peintre français Paul Gauguin qui était en hiver 1884-1885 à Copenhague. Ils deviennent des amis proches, et de Gauguin Philipsen a appris à employer des petites brosses et à faire de petites lignes de brosse fermes. Philipsen, qui ne se représentait jamais spectaculairement, a joué par son art un rôle important en tant que médiateur des idées impressionnistes françaises qui ont dominé presque jusqu'à aujourd'hui une grande part de la peinture danoise.

Galerie

Musées

Annexes

Bibliographie

  • Frederiksen, Finn Terman. Philipsen og Fynboerne, Randers Kunstmuseum, 2001
  • Lederballe, Thomas. Philipsen og impressionismen, Ordrupgaard museum de Copenhague, 2001
  • (en) Jens Peter Munk, « Philipsen, Theodor (1840 - 1920), painter, sculptor, draughtsman », notice du Grove Art Online, extrait en ligne, e- (ISBN 9781884446054)
  • (en) Bénézit, , 20608 p. (ISBN 978-0-19-977378-7 et 9780199899913, lire en ligne)

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

Theodor Philipsen Landevej ved Faarevejle 1900. Odsherreds Kunstmuseum.jpg
Painting titled "Landvej ved Faarevejle" (Country Road near Faarevejle) by the Danish artist Theodor Philipsen. The painting shows the view to the south-west from the present 225 main road about 1 km north east of Fårevejle. The work is in the collection of Odsherreds Kunstmuseum.