Saison 1917-1918 de la LNH

Saison 1917-1918
Ligue nationale de hockey
VainqueurArenas de Toronto
Nombre d'équipesQuatre en début de saison, puis trois
Nombre de matchsVingt-deux en saison régulière
Deux en finale des séries

La saison 1917-1918 est la première saison de la Ligue nationale de hockey (LNH), nouvelle ligue de hockey sur glace du Canada. Chacune des quatre équipes qui commencent la saison joue vingt-deux parties sauf les Wanderers de Montréal qui ne disputent que six rencontres en raison d'un incendie qui détruit leur patinoire le 2 janvier 1918. Finalement, les Canadiens de Montréal et les Arenas de Toronto finissent en tête des deux parties de la saison mais ce sont les Arenas qui remportent la finale de la LNH. Par la suite, ils jouent et remportent la finale de la Coupe Stanley contre les Millionnaires de Vancouver de l'Association de hockey de la Côte du Pacifique.

Saison régulière

Contexte

Photo de Clint Benedict en tenue de hockeyeur.
Clint Benedict, gardien de but des Sénateurs d'Ottawa.

La Ligue nationale de hockey est créée le après une rencontre entre les représentants de l'Association nationale de hockey à l’hôtel Windsor de Montréal[1]. Les propriétaires des Canadiens de Montréal, Wanderers de Montréal, Sénateurs d'Ottawa, Bulldogs de Québec et Arenas de Toronto décident de créer une nouvelle ligue afin d'exclure Edward J. Livingston, propriétaire de la concession de l'Association nationale de hockey des Blueshirts de Toronto, et ainsi ne pas lui permettre d'être impliqué dans leurs futures opérations de hockey[1].

La décision de former la LNH s'avère presque désastreuse puisqu'elle doit affronter plusieurs autres ligues dont l'Association de hockey de la Côte du Pacifique – souvent désignée par le sigle PCHA correspondant à son nom anglais : Pacific Coast Hockey Association – mais est également confrontée à la Première Guerre mondiale qui a « enrôlé » de nombreux talents[1]. Avant le début de la saison 1917-1918, la ligue qui a décidé de ne conserver que quatre équipes doit choisir qui des Bulldogs de Québec ou des Arenas de Toronto jouent la première saison en compagnie des Canadiens, des Wanderers et des Sénateurs[2]. Ce sont les Bulldogs qui sont finalement renvoyés de la ligue et leurs joueurs sont tous récupérés par les autres équipes : Jack McDonald, Dave Ritchie, George Carey et Jack Marks rejoignent les Wanderers ; Joe Malone, Joe Hall et Walter Mummery prennent la direction des Canadiens ; Samuel Crawford devient membre des Sénateurs ; Harry Mummery et Skull Johnson sont intégrés à l'effectif de Toronto[3].

Grands moments de la saison

En début de saison, la ligue décide d'autoriser les gardiens de but à se jeter à genoux sur la glace afin de réaliser des arrêts[4]. Les premiers matchs de la saison sont joués le entre les Canadiens de Montréal et les Sénateurs d'Ottawa d'un côté, et les Arenas de Toronto et les Wanderers de Montréal de l'autre ; les deux rencontres voient les victoires des équipes de Montréal, 7-4 et 10-9[5]. Dave Ritchie inscrit le premier but de l'histoire de la LNH pour le compte des Wanderers[5] alors que Harry Hyland inscrit cinq buts pour la victoire des siens[FM 1]. Au cours de la victoire des Canadiens, Joe Malone inscrit également cinq buts et une passe décisive[6].

Lors du premier match entre Toronto et Montréal, 700 personnes seulement assistent à la rencontre, ceci malgré les billets gratuits offerts aux soldats en uniforme[1]. La patinoire est extérieure et il n'y a qu'un point d'engagement situé au centre de la glace[1]. La partie qui se solde sur le score 10 à 9 est arbitrée par Tom Melville et Jack Marshall[1]. Les médias de Toronto qui couvrent la rencontre blâment les gardiens de l'équipe, Sammy Hebert et son remplaçant en deuxième période Arthur Brooks, pour leur faible performance devant les buts[1]. Les journaux écrivent également que le gérant du club, Charlie Querrie, est déjà à la recherche d'un autre gardien et le nom de Hap Holmes est avancé[1].

Lors des rencontres suivantes, Malone inscrit au minimum un but lors des quatorze premiers matchs de son équipe, un exploit jamais égalé par la suite[7]. Au cours des premiers matchs de la saison, Clint Benedict, le gardien des Sénateurs, plonge si souvent sur la glace pour empêcher la rondelle de finir dans ses filets que par la suite la LNH décide d'interdire aux gardiens de plonger sur la glace[1].

Le , l'Aréna de Montréal, qui héberge les Canadiens et les Wanderers, est détruite à la suite d'un incendie[8]. Sammy Lichtenhein, le président des Wanderers, reçoit une offre d'un aréna à Hamilton en Ontario pour y accueillir l'équipe pour la fin de la saison[9]. Les Canadiens, quant à eux, décident de finir la ligue dans l'Aréna Jubilée[10]. Déjà confronté à un manque de joueurs de haut calibre, Lichtenhein demande alors aux autres équipes de lui vendre trois joueurs pour renforcer son effectif, mais ces dernières refusent[9]. L'équipe des Wanderers a un match de prévu le et la LNH refuse dans un premier temps qu'ils déclarent forfait. Finalement, se rendant compte que l'équipe de Montréal ne peut pas se présenter au match, la LNH décide de suspendre l'équipe et de terminer la saison avec trois formations, les Wanderers stoppant leurs activités après six matchs joués[11].

Le , Georges Vézina, portier des Canadiens, devient le premier gardien de but de l'histoire de la LNH à enregistrer un blanchissage[Note 1] aux dépens des Arenas sur le score de 9-0[12]. Une semaine plus tard, Vézina s'incline à huit reprises alors que Clint Benedict blanchit l'attaque des Canadiens pour le second blanchissage de la saison[FM 2].

La saison est divisée en deux parties avec un classement établi à l'issue de chaque partie – la formule utilisée est celle qui était en vigueur les années passées dans l'Association nationale de hockey[10]. Les deux équipes finissant en tête de chaque classement se rencontrent en finale de la LNH. Si la même équipe remporte les deux parties de la saison, elle est déclarée championne de la LNH et accède directement à la finale de la Coupe Stanley – ce fut le cas par la suite des Sénateurs d'Ottawa en 1919-1920[13].

Résultats des matchs

Le calendrier de cette première saison est divisé en deux parties ; la première début le par deux rencontres et se termine le alors que la seconde partie débute trois jours plus tard pour se finir le 6 mars par un match entre Ottawa et Toronto. Les résultats de chaque rencontre sont présentés dans les deux tableaux ci-dessous[14]. Les équipes sont désignées par le nom de la ville, mis à part pour les deux équipes de Montréal qui sont désignées par leur nom, Canadiens ou Wanderers. Parmi toutes les dates, deux matchs impliquant les Wanderers sont annulés et remportés par forfait par leur adversaire : le par les Canadiens et trois jours plus tard pour les Arenas. Par la suite toutes les rencontres des Wanderers sont annulées mais sans que leurs adversaires ne reçoivent de points[11].

Résultats de la première partie de saison
DateVisiteursScoreLocaux
Canadiens7-4Ottawa
Toronto9-10Wanderers
Ottawa4-11Toronto
Canadiens11-2Wanderers
Ottawa6-3Wanderers
Canadiens5-7Toronto
Wanderers2-9Ottawa
Toronto2-9Canadiens
Toronto6-5Ottawa
Wanderers-[Note 2]Canadiens
Ottawa5-6 (P)Canadiens
Wanderers-[Note 2]Toronto
Canadiens4-6Toronto
Ottawa4-9Canadiens
Toronto6-9Ottawa
Ottawa4-5Toronto
Toronto1-5Canadiens
Canadiens5-3Ottawa
Ottawa4-3Canadiens
Toronto3-6Ottawa
Canadiens1-5Toronto
Canadiens5-2Ottawa
Toronto2-11Canadiens
Ottawa2-8Toronto
Résultats de la deuxième partie de saison
DateVisiteursScoreLocaux
Canadiens3-6Ottawa
Toronto7-3Canadiens
Ottawa1-3Toronto
Toronto6-1Ottawa
Ottawa4-10Canadiens
Canadiens9-0Toronto
Toronto4-5Canadiens
Ottawa3-9Toronto
Canadiens0-8Ottawa
Ottawa3-1Canadiens
Canadiens3-5Toronto
Toronto3-9Ottawa

Classement

Photo des ruines de l'Arena de Montréal après l'incendie.
Les ruines de la patinoire des Wanderers de Montréal, l'Aréna de Montréal.

Avec dix victoires, les Canadiens finissent en tête de la première moitié de la saison ; ils comptent ainsi deux victoires de plus que les deuxièmes du classement, les Arenas[10]. Ils finissent également meilleurs buteurs de la saison avec dix réalisations de plus que les Arenas. La défense des Canadiens est la meilleure de la LNH avec quarante-sept buts accordés, soit une moyenne de 3,35 buts par match[Note 3]. Lors de la seconde partie du championnat, seulement huit matchs sont joués et les Arenas finissent premiers avec cinq victoires, une de plus que les Sénateurs. Au niveau des buts inscrits et accordés, les trois équipes arrivent globalement aux mêmes totaux[15]

Première moitié
CltÉquipePJ V  D NBPBCPts
+001,Canadiens de Montréal141040814720
+002,Arenas de Toronto14860717516
+003,Sénateurs d'Ottawa14590677910
+004,Wanderers de Montréal615017352
    Deuxième moitié
    CltÉquipePJ V  D NBPBCPts
    +001,Arenas de Toronto8530373410
    +002,Sénateurs d'Ottawa844035358
    +003,Canadiens de Montréal835034376
    • Italique : équipe qualifiée pour les séries éliminatoires

    Meilleurs pointeurs

    Portrait photo de Joe Malone.
    Joe Malone est le meilleur pointeur de la saison avec 48 points.

    Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

    Parmi tous les joueurs, Joe Malone est le joueur le plus prolifique de la saison en finissant meilleur buteur avec quarante-quatre réalisations mais également meilleur pointeur[16] bien qu'à l'époque seuls les buts soient officiellement comptabilisés[1]. Il reste le meilleur buteur de la LNH sur une saison jusqu'à la saison 1944-1945 et les 50 buts de Maurice Richard[17].

    Classement des meilleurs pointeurs
    JoueurÉquipePJBAPts
    Malone, JoeJoe MaloneCanadiens de Montréal2044448
    Denneny, CyCy DennenySénateurs d'Ottawa20361046
    Noble, RegReg NobleArenas de Toronto20301040
    Lalonde, ÉdouardÉdouard LalondeCanadiens de Montréal1423730
    Denneny, CorbettCorbett DennenyArenas de Toronto2120929
    Cameron, HarryHarry CameronArenas de Toronto21171027
    Pitre, DidierDidier PitreCanadiens de Montréal2017623
    Gerard, EddieEddie GerardSénateurs d'Ottawa2013720
    Darragh, JackJack DarraghSénateurs d'Ottawa1814519
    Nighbor, FrankFrank NighborSénateurs d'Ottawa1011819
    Meeking, HarryHarry MeekingArenas de Toronto2110919

    Gardiens de but

    Ce tableau reprend l'ensemble des gardiens de but ayant évolué au cours de la saison pour une des équipes de la LNH. La liste des joueurs est donnée sans aucun classement particulier autre que l'ordre alphabétique.

    Classement des gardiens
    JoueurÉquipePJMinBCBLMOYVDN
    Benedict, ClintClint Benedict[18]Sénateurs d'Ottawa221 33711415,129130
    Brooks, ArthurArthur Brooks[19]Arenas de Toronto42202306,27220
    Hebert, SammySammy Hebert[19]Arenas de Toronto2801007,50100
    Hebert, SammySammy Hebert[18]Sénateurs d'Ottawa110000000
    Holmes, HapHap Holmes[19]Arenas de Toronto169657604,73970
    Lindsay, BertBert Lindsay[20]Wanderers de Montréal42403508,75130
    Vézina, GeorgesGeorges Vézina[21]Canadiens de Montréal211 2828413,931390

    Séries éliminatoires de la Coupe Stanley

    Arbre de qualification

    Finales de ligueFinale de la Coupe Stanley
     LNH
    (victoire au nombre de buts)
       (victoire au nombre de matchs)
     Canadiens de Montréal 7
     Arenas de Toronto 10 
     Arenas de Toronto 3
     PCHA
      Millionnaires de Vancouver 2
     Metropolitans de Seattle 2
     Millionnaires de Vancouver 3 

    Finale de la LNH

    La première finale de la LNH est jouée entre les premiers de chaque partie de saison : les Canadiens de Montréal et les Arenas de Toronto[10]. La finale se joue en deux matchs aller-retour avec le vainqueur désigné au total cumulé des buts[10]. Le premier match a lieu dans la patinoire de Toronto alors que le second est joué à Montréal[10]. Chaque équipe remporte son match joué à domicile, mais, avec une avance de quatre buts à l'issue du match de Toronto, les joueurs des Arenas s'offrent le premier titre de champion des séries de la LNH. L'équipe remporte le trophée O'Brien du champion de la LNH[22] et a donc une chance de remporter la Coupe Stanley en jouant la finale de la Coupe contre la meilleure équipe de l'autre ligue professionnelle d'Amérique du Nord : l'Association de hockey de la Côte du Pacifique[10].

    Résultats des matchs

    11 mars 1918Arenas de Toronto7-3
    (2-0, 1-1, 4-2)
    Canadiens de MontréalMutual Street Arena
    4 000 spectateurs


    13 mars 1918Canadiens de Montréal4-3
    (0-1, 2-1, 2-1)
    Arenas de TorontoAréna Jubilée
    3 250 spectateurs


    Finale de la Coupe Stanley

    Photo de Harry Hap Holmes en tenue de hockeyeur assis sur un bac au milieu de ses coéquipiers.
    Harry « Hap » Holmes, gardien des Arenas.

    En Amérique du Nord et depuis 1893, la Coupe Stanley est décernée au « club de hockey champion du Dominion » au terme de défis qui peuvent être lancés par n'importe quelle équipe[23]. En 1914, une équipe de la PCHA défie de manière non officielle les Blueshirts de Toronto champions de l'Association nationale de hockey[23]. Il en résulte alors un accord entre les deux ligues selon lequel les champions des deux ligues s'affronteraient pour l'obtention de la Coupe Stanley[23].

    À la suite de la création de la LNH en remplacement de l'ANH, le champion de la nouvelle ligue a donc le droit d'affronter une équipe de l'Ouest pour la Coupe Stanley[23]. Dans l'Association de hockey de la Côte du Pacifique, ce sont les Metropolitans de Seattle qui remportent la saison parmi les trois équipes participant au championnat[24]. Pour la finale de la ligue, les joueurs de Seattle sont opposés aux Millionnaires de Vancouver. L'équipe de Vancouver, emmenée par Cyclone Taylor, l'emporte grâce à un match nul 2-2 et une courte victoire 1-0, les Mets perdant seulement à cette occasion leur deuxième rencontre de la saison. Les Millionnaires accèdent à la finale de la Coupe Stanley[25].

    En raison de divergences de règlements entre les deux ligues, un système d'alternance est mis en place. Les parties sont jouées une fois avec les règles de la LNH et une autre fois avec celles de la PCHA. La différente principale entre les deux règlements réside dans le nombre de joueurs, six pour la LNH alors que la PCHA compte en plus le poste de rover[26]. Les équipes remportent toutes les parties jouées sous les règles de leur ligue respective[27].

    Malgré Taylor qui inscrit neuf buts, Toronto remporte la série trois matchs à deux et gagne la première Coupe Stanley de son histoire grâce à un but de Corbett Denneny lors du dernier match[FM 5].

    Effectif champion

    L'effectif de l'équipe des Arenas déclaré champion de la Coupe Stanley est le suivant[28] :

    • Gardiens de but : Hap Holmes et Arthur Brooks[Note 4] (remplaçant)
    • Défenseurs : Harry Cameron, Ken Randall (C) et Harry Mummery
    • Centres : Reg Noble, Corbett Denneny et Jack Adams
    • Ailiers : Alf Skinner, Rusty Crawford, Jack Coughlin, Harry Meeking et Jack Marks
    • Dirigeants :
      • Président : Charlie Querrie
      • Entraîneurs : Dick et Frank Carroll

    Résultats des matchs

    20 marsArenas de Toronto5-3
    (4-2, 1-1, 0-0)
    Millionnaires de VancouverMutual Street Arena
    6 000 spectateurs


    23 marsArenas de Toronto4-6
    (1-1, 1-3, 2-2)
    Millionnaires de VancouverMutual Street Arena
    5 500 spectateurs


    26 marsArenas de Toronto6-3
    (3-0, 2-2, 1-1)
    Millionnaires de VancouverMutual Street Arena


    28 marsArenas de Toronto1-8
    (0-1, 1-3, 0-4)
    Millionnaires de VancouverMutual Street Arena


    30 marsArenas de Toronto2-1
    (0-0, 0-0, 2-1)
    Millionnaires de VancouverMutual Street Arena


    Notes et références

    Notes

    1. Un gardien de but effectue un blanchissage quand il réussit à ne concéder aucun but durant tout le match. Il faut également qu'il soit le seul gardien de l'équipe à avoir joué.
    2. À la suite de l'incendie de la salle de Montréal, les Wanderers déposent le forfait mais les matchs des 2 et 5 janvier comptent pour des victoires pour les Canadiens et les Arenas.
    3. Les Wanderers accordent moins de but que les Canadiens puisqu'ils ne prennent que trente-cinq buts. Cela dit, ce total étant accordé qu'en six matchs, ils ont une moyenne de 5,83 buts accordés par rencontre.
    4. Arthur Brooks ne connaîtra jamais une carrière professionnelle, ne jouant que quatre matchs dans la LNH pour les Arenas.

    Références

    1. Hornby 2005, p. 16.
    2. Holzman et Nieforth 2002, p. 154.
    3. Holzman et Nieforth 2002, p. 161.
    4. Coleman 1966, p. 333.
    5. (en) John McGourty, « NHL celebrates 90th anniversary today », sur www.nhl.com, (consulté le ).
    6. « Bienvenue dans la LNH », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le ).
    7. (en) « Joe Malone, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le ).
    8. « Arénas », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le ).
    9. Diamond 1998, p. 211.
    10. « Saison 1917-1918 - Description, photos, faits saillant et plus », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le ).
    11. Holzman et Nieforth 2002, p. 168 à 170.
    12. « Vézina ferme la porte », sur le site historique des Canadiens (consulté le ).
    13. « Saison 1919-1920 - Description, photos, faits saillant et plus », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le ).
    14. (en) « National Hockey League », sur www.shrpsports.com (consulté le ).
    15. (en) « 1917-1918 NHL Hockey Standings », sur www.nhl.com.
    16. (en) « NHL 1917-18 League Leaders », sur www.hockeydb.com (consulté le ).
    17. « Le premier champion compteur », sur le site historique des Canadiens de Montréal (consulté le ).
    18. (en) « 1917-18 Ottawa Senators roster and player statistics », sur www.hockeydb.com (consulté le ).
    19. (en) « 1917-18 Toronto Arenas roster and player statistics », sur www.hockeydb.com (consulté le ).
    20. (en) « 1917-18 Montreal Wanderers roster and player statistics », sur www.hockeydb.com (consulté le ).
    21. (en) « 1917-18 Montreal Canadiens roster and player statistics », sur www.hockeydb.com (consulté le ).
    22. (en) « Legends of Hockey - Historic Trophies - O'Brien Trophy », sur www.legendsofhockey.net (consulté le ).
    23. Hornby 2005, p. 11.
    24. (en) « 1917-18 Pacific Coast Hockey Association standings », sur www.hockeydb.com (consulté le ).
    25. (en) Jeff Obermeyer, « Seattle Metropolitans », sur www.seattlehockey.net (consulté le ).
    26. (en) « Legends of Hockey -- Silverware -- 1917-18 Stanley Cup Winner -- Toronto Arenas », sur www.legendsofhockey.net (consulté le ).
    27. Diamond 1998, p. 260.
    28. Official Guide & Record Book 2010, p. 253.

    Feuilles de match

    1. (en) P. Anson, « Toronto Arenas 9 @ Montreal Wanderers 10 », sur www.flyershistory.com (consulté le ).
    2. (en) P. Anson, « Montreal Canadiens 0 @ Ottawa Senators 8  », sur www.flyershistory.com (consulté le ).
    3. (en) P. Anson, « 11-Mar-18 Montreal Canadiens 3 @ Toronto Arenas 7 », sur www.flyershistory.com (consulté le ).
    4. (en) P. Anson, « 13-Mar-18 Toronto Arenas 3 @ Montreal Canadiens 4 », sur www.flyershistory.com (consulté le ).
    5. (en) P. Anson, « 30-Mar-18 Vancouver Millionaires 1 @ Toronto Arenas 2 », sur www.flyershistory.com (consulté le ).
    6. (en) P. Anson, « 20-Mar-18 Vancouver Millionaires 3 @ Toronto Arenas 5 », sur www.flyershistory.com (consulté le ).
    7. (en) P. Anson, « 23-Mar-18 Vancouver Millionaires 6 @ Toronto Arenas 4 », sur www.flyershistory.com (consulté le ).
    8. (en) P. Anson, « 26-Mar-18 Vancouver Millionaires 3 @ Toronto Arenas 6 », sur www.flyershistory.com (consulté le ).
    9. (en) P. Anson, « 28-Mar-18 Vancouver Millionaires 8 @ Toronto Arenas 1 », sur www.flyershistory.com (consulté le ).

    Bibliographie

    • (en) Charles Coleman, The Trail of the Stanley Cup, Vol. 1, 1893–1926 inc., NHL, .
    • (en) Dan Diamond, Total Hockey : The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Total Sports, (ISBN 978-0-8362-7114-0).
    • (en) Morey Holzman et Joseph Nieforth, Deceptions and Doublecross : How the NHL Conquered Hockey, Dundurn Press, , 392 p. (ISBN 978-1-55002-413-5, lire en ligne).
    • Lance Hornby, Les grands moments du Hockey, Modus Vivendy, (ISBN 2-89523-337-3).
    • (en) National Hockey League, Official Guide & Record Book, Triumph books, , 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6).
    La version du 28 octobre 2010 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.

    Médias utilisés sur cette page

    Vezina19191921.JPG
    Georges Vézina, goaltender of the Montreal Canadiens of the NHA and NHL from 1910 to 1925. Photo from 1916.
    Amateur ice hockey skates trans.png
    Auteur/Créateur: Hedavid (edited by Absurdist), Licence: CC-BY-SA-3.0
    Paire de patins à glace de hockey avec fond d'image transparent
    Kandinsky Sans titre 1910-1913 MAM.gif
    Crayon, aquarelle et encre de Chine sur papier signé Wassily Kandinsky, sans titre. Dim. : 49,6 x 64,8 cm.
    Flag of Canada.svg
    Drapeau du Canada (l'Unifolié). Le fichier utilise le modèle de couleur RVB avec un rouge à pleine échelle. En conséquence, cette couleur est plus lumineuse que les couleurs Pantone recommandées par le Gouvernement Canadien. De même une surface, imprimée selon le modèle CMJN, ne peut pas représenter un tel rouge (voir les explications dans la page de discussion en anglais).
    JoeMaloneTigers192021.jpg
    Joe Malone, professional ice hockey player in the early 20th century, pictured with the Hamilton Tigers of the NHL. Photo circa 1920–21.
    Hap Holmes2.jpg
    Hap Holmes, playing for the Toronto Blueshirts in 1912–13
    Arena Fire.JPG
    Photographie

    Incendie de l'aréna, à l'angle de Wood et de Western, Westmount, QC, 1917 Alfred Walter Roper 1917, 20e siècle Plaque sèche à la gélatine 10 x 12 cm Don de Mr. Vennor Roper

    MP-1977.76.168