Neurosciences

Dessin de neurones du cervelet de pigeon par Santiago Ramón y Cajal (1899).

Les neurosciences sont les études scientifiques du système nerveux, tant du point de vue de sa structure que de son fonctionnement, depuis l'échelle moléculaire jusqu'au niveau des organes, comme le cerveau, voire de l'organisme tout entier.

Le champ de la recherche en neurosciences est un champ transdisciplinaire : la biologie, la chimie, les mathématiques, la bio-informatique ainsi que la neuropsychologie sont utilisées en neurosciences. L'arsenal conceptuel et méthodologique des neurosciences va de pair avec une diversité d'approches dans l'étude des aspects moléculaires, cellulaires, développementaux, neuroanatomiques, neurophysiologiques, cognitifs, génétiques, évolutionnaires, computationnels ou neurologiques du système nerveux.

Les neurosciences sont souvent présentées sous l'angle des neurosciences cognitives, tout particulièrement les travaux utilisant l'imagerie cérébrale : certaines applications des neurosciences cognitives peuvent être employées en économie, finance, marketing, droit et intelligence artificielle.

Depuis son origine, l’histoire des neurosciences a été dominée par l’étude des neurones, alors que le cerveau est composé de deux grandes populations cellulaires : neurones (50 %) et cellules gliales (50 %). Les cellules gliales, cette autre moitié du cerveau, jouent en réalité un rôle essentiel dans le fonctionnement cérébral et les comportements qui en résultent[1].

Histoire

Le terme de neurosciences apparaît (dans la langue anglaise) à la fin des années 1960 pour désigner la branche des sciences biologiques qui s'intéresse à l'étude du système nerveux et plus particulièrement du point de vue électrophysiologique, comme l'illustrent les travaux des futurs Prix Nobel, David Hunter Hubel et Torsten Wiesel qui enregistrent les réponses électriques des neurones du cortex visuel du chat en fonction des images qu'on lui présente. Néanmoins, en tant que discipline scientifique, les neurosciences se situent dans la lignée d'une démarche scientifique bien plus ancienne qui a reçu diverses étiquettes suivant les époques et les méthodes qu'elle a employées.

Bien que le terme date du XXe siècle, l'étude anatomique du système nerveux hérite directement des travaux des médecins anatomistes de la Renaissance, tel André Vésale. Avant cela, de nombreux médecins s'étaient intéressés au fonctionnement du système nerveux et de son lien avec la pensée. Si le nom du « père » de la médecine Hippocrate reste associé à la découverte du rôle du cerveau dans les fonctions mentales, l'histoire de ce qu'on désigne aujourd'hui comme la neurologie et la psychiatrie prend ses origines dans les traités médicaux de l'Égypte ancienne et passe par les écrits des médecins romains (Galien), puis arabo-musulmans (Averroès), pour arriver aux travaux de Descartes. Ces derniers annonceront une époque de progrès scientifiques qui établiront un pont entre la psychologie, l'anatomie et la physiologie, avec des conséquences très directes sur la réflexion philosophique des Lumières.

L'étude du fonctionnement du système nerveux sera en effet véritablement lancée au XVIIIe siècle par la découverte de la « bioélectricité » dont le médecin et physicien Luigi Galvani fut l'un des pionniers. Au cours du XIXe siècle, ces travaux sur l'« électricité animale » connaîtront de grands progrès. Et à la fin du siècle, en 1875, les premières observations de l'activité électrique en lien avec le comportement seront décrites par un médecin anglais, Richard Caton.

Parallèlement, à la fin du XIXe siècle, ce seront les progrès dans l'optique et la chimie qui permettront de découvrir grâce à la coloration des coupes histologiques du tissu nerveux et leur observation au microscope, la structure et l'organisation des neurones. Deux figures incontournables de cette découverte, Camillo Golgi et Santiago Ramón y Cajal partageront ainsi tous les deux le Prix Nobel de physiologie et médecine en 1906.

Enfin, toujours en cette deuxième moitié du XIXe siècle, l'étude scientifique des patients souffrant de lésions cérébrales par les médecins Broca et Wernicke formera les prémices de la « neurologie expérimentale » et de l'étude des fonctions mentales (on dirait aujourd'hui cognitives) du système nerveux, future neuropsychologie. La découverte de l'aire de Broca en 1861 est ainsi la première démonstration du rôle du système nerveux dans une fonction dite supérieure, à savoir le langage articulé. Et c'est à l'époque où Charles Darwin propose sa théorie de l'évolution que le même Broca s'intéresse de près aux homologies entre le cerveau humain et celui des autres primates.

Historiquement, les neurosciences ont donc d'abord émergé comme une branche de la biologie et de la médecine, philosophiquement inspirée par le scientisme du XIXe siècle et postulant l'absence de toute cause endogène (auto-générée) du comportement humain.

Avec l'évolution des connaissances scientifiques et des méthodes, la chimie, la psychologie, l'informatique et la physique ont par la suite amplement contribué aux progrès de cette discipline. Par ailleurs, il ne faut pas oublier une branche moderne de la philosophie qui a eu et, qui a encore, un impact important sur la façon d'approcher les neurosciences, notamment au travers de ce qu'on appelle les sciences cognitives. Un exemple des plus célèbres de la confrontation entre philosophie et neuroscience est la quête d'une localisation de l'âme dans le cerveau. Ainsi, au XVIIe siècle, le philosophe René Descartes utilisait un argument neuroscientifique pour faire de la glande pinéale le siège de l'âme (tout en accordant à cette dernière une existence distincte) : alors que les différentes structures du cerveau possèdent chacune un symétrique dans l'autre moitié du cerveau, ce n'est pas le cas de la glande pinéale. Si les termes de cette question particulière sont aujourd'hui dépassés, l'approche philosophique du scientisme continue de jouer un rôle important sur les paradigmes mis en œuvre dans les neurosciences.

Depuis son origine, la recherche sur le cerveau a connu principalement trois phases: phase philosophique, phase expérimentale et phase théorique. La prochaine phase a été prédit comme la phase de simulation ― le futur des neurosciences[2].

Depuis les années 1980 des biologistes utilisent la métaphore de neurobiologie végétale pour décrire le traitement des informations internes et externes (environnementales) par les plantes ou communautés de plantes[3]. Ces dernières utilisent en effet un « système intégré de signalisation, de communication et de réponse passant par des signaux électriques à longue distance, le transport de l'auxine à médiation vésiculaire dans des tissus vasculaires spécialisés et la production de produits chimiques connus pour être neuronaux chez les animaux », « pour se développer, prospérer et se reproduire de manière optimale »[3].

(voir infra)

Organisation du champ des neurosciences

Les neurosciences couvrant plusieurs ordres de grandeurs de complexité, on peut les diviser en fonction de cette caractéristique[4] :

  • quelques μm : synapses ;
  • 100 μm : neurones ;
  • mm : réseaux élémentaires ;
  • cm : « cartes » (maps) ;
  • 10 cm : ensemble cognitif et moteur spécialisé.

Les frontières des diverses disciplines restent relativement floues. Les principales sont données ci-dessous :

Les tableaux ci-dessous présentent de manière détaillée les disciplines des neurosciences, regroupées en grandes familles :

  • les sciences biologiques des neurosciences ;
  • les sciences cognitives ;
  • les sciences médicales ;
  • l'ingénierie et la technologie des neurosciences ;
  • les disciplines récentes.

Les sciences biologiques des neurosciences :

DisciplinesSujets majeursMéthodes expérimentales et théoriques
NeurobiologieL'étude biologique du système nerveuxToutes les méthodes ci-dessous
NeurodéveloppementProlifération cellulaire, Neurogenèse, Guidage axonal, Développement dendritique, Migration neuronale, Facteur de croissance, Jonction neuromusculaire, Neurotrophine, Apoptose, SynaptogenèseOvocyte de Xenope, Chimie des protéines, Génomique, Drosophile, Gènes HOX
Neurobiologie moléculaireBiosynthèse des protéines, Transport des protéines, Canal ionique
NeurohistologieNeurocytologie, Glie (Astrocyte, Cellule de Schwann, Oligodendrocyte, Microglie)Immunohistochimie, Microscopie électronique
NeurophysiologiePotentiel d'action, Synapse, Transmission synaptique, Neurotransmetteurs, Photorécepteurs, Neuroendocrinologie, NeuroimmunologiePCR, Patch clamp, Clonage moléculaire, Dosage biochimique, Hybridation fluorescente in-situ, Southern blots, Puce à ADN, Protéine fluorescente verte, Imagerie calcique, HPLC, Microdialyse, Génomique fonctionnelle
NeuroanatomieSystème somatosensoriel, Système visuel, Cortex visuel primaire, Système auditif, Système vestibulaireDissection, Microscopie photonique, Traçage neuronal
Neuroanatomie fonctionnelleAudition, Intégration sensorielle, Nociception, Vision des couleurs, Olfaction, Système moteur, Moelle spinale, Sommeil, Homeostasie, Vigilance, Attention
NeuropharmacologieCanal ionique, Transduction de signalPsycho(neuro)pharmacologie Neuropsychopharmacologie (en)
PsychophysiologieRythmes circadiensPotentiel évoqué

Les sciences cognitives des neurosciences :

DisciplinesSujets majeursMéthodes expérimentales et théoriques
Neurosciences affectivesÉmotions, Motivation, Douleurméthodes expérimentales de Génétique humaine
Neurosciences comportementalesGénétique comportementale, Psychologie biologique, Équilibre (comportement), Comportement d'agression, Comportement maternel, Comportement sexuel, Homeostasie, Contrôle moteur, Effet activationnel des hormonesModèle animal, Souris knock-out
Neurosciences cognitivesVigilance, Attention, Perception, Vision, Audition, Olfaction, Goût, Prise de décision, Langage, Mémoire, Apprentissage moteurEEG, MEG, IRMf, TEP, SPECT, Stimulation magnétique transcranienne, méthodes expérimentales de Psychologie cognitive, Psychométrie
Neurosciences socialesCognition, Émotions, Motivation, Perception sociale, Raisonnement moral, Empathiemodèles théoriques de la Psychologie sociale, Science cognitive, et Biologie ;
méthodes expérimentales des Neurosciences, Génétique comportementale, Endocrinologie.
NeurolinguistiqueLangage, Aire de Broca, Acquisition du langage, Perception de la parolemodèles théoriques de Psycholinguistique, Science cognitive, et Informatique ;
méthodes expérimentales de Neurosciences cognitives

Les sciences médicales des neurosciences :

DisciplinesSujets majeursMéthodes expérimentales et théoriques
Neuropathologie
NeurologieDémence, Neuropathie périphérique, Traumatisme médullaire, Traumatisme crânien, Système nerveux autonome, Maladie de Parkinson, AmnésieEssai clinique, Neuropharmacologie, Stimulation cérébrale profonde, Neurochirurgie
NeuropsychologieAphasie, Apraxie
PsychiatrieSchizophrénie, Dépression, Addiction, Anxiété

Ingénierie et technologie :

DisciplinesSujets majeursMéthodes expérimentales et théoriques
Neuro-ingénierieInterface neuronale directeÉlectromyogramme, EEG, MEG
Imagerie cérébraleImagerie structurale, Imagerie fonctionnelleTomographie par émission de positons, Imagerie par résonance magnétique, Magnétoencéphalographie, IRM de diffusion

Disciplines récentes :

DisciplinesSujets majeursMéthodes expérimentales et théoriques
Philosophie des neurosciences
Neurosciences computationnelles et théoriquesRéseau de neurones, Apprentissage hebbienMarkov chain Monte Carlo, high performance computing

Méthodes

Animation des sections IRM à travers l'axe-Z d'un être humain adulte sain.

Aujourd'hui, l'étude du système nerveux passe par de multiples approches qui suivent deux grandes directions :

  • une approche ascendante (ou bottom-up) qui étudie les briques de base du système nerveux pour essayer de reconstituer le fonctionnement de l'ensemble ;
  • une approche descendante (top-down) qui, en étudiant les manifestations externes du fonctionnement du système nerveux, tente de comprendre comment il est organisé et comment il fonctionne.

Ces deux démarches, ascendante pour la première et descendante pour la deuxième, commencent aujourd'hui à se rencontrer à un carrefour formé par l'imagerie cérébrale et plus généralement les neurosciences cognitives. En effet, les techniques d'imagerie cérébrale permettent de déterminer comment une fonction cognitive précise est réalisée dans le système nerveux en mesurant divers corrélats de l'activité neuronale (vasculaire pour l'IRM fonctionnelle, électrique pour l'EEG…) lorsque le sujet (humain ou non) réalise une tâche donnée (écouter un son, mémoriser une information, lire un texte…).

Applications

L'une des activités les plus médiatisées des neurosciences est l'atlas neurofonctionnel du cerveau. Une autre, en plein essor, est la neuropsychologie. Une meilleure connaissance des pathologies neuronales est aussi un domaine considéré crucial, notamment avec l'augmentation des pathologies neurodégénératives au sein d'une population vieillissante.

On peut aussi citer le développement de la neuroéconomie. Dans ce dernier domaine, les recherches auraient montré que certaines décisions dans des domaines censés être rationnels (achats et vente en bourse) seraient souvent liées à de fortes excitations et émotions, mettant en jeu des zones du cerveau associées au plaisir ou à la souffrance. Cela ouvre la voie à l'exploration du rôle des émotions dans le processus de décision quel que soit le domaine.

Questionnements actuels

Bien qu'ayant réalisé de grandes avancées ces dernières décennies, la recherche en neurosciences a encore de grandes interrogations devant elle. Son plus grand défi reste et restera de lier la biologie (les neurones) à la psychologie (la conscience, l'esprit, l'intelligence, etc.). Voici quelques exemples de questionnements actuels sur lesquels planchent certains neuroscientifiques :

  • Où est stockée l'information (la mémoire), au niveau des neurones ou ailleurs ? Les neurones pourraient-ils ne servir que de relais ?
  • Comment se met en place l'organisation du système nerveux au cours du développement ? Comment peut-elle être altérée ?
  • Comment se déclenchent les maladies neurodégénératives (la majorité d'entre elles ont une étiologie encore inconnue) ?
  • Quel est le rôle des cellules gliales dans le fonctionnement normal et pathologique du cerveau[1] ?
  • Quelles sont les relations entre perception et réalité ?
  • Comment expliquer les états modifiés de conscience ?

Critiques

Paul Valéry s'est montré sceptique à l'égard de ceux qui affirmaient voir - à son époque - l'esprit au bout de leur bistouri :

« Veuillez donc supposer que les plus grands savants qui ont existé jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, les Archimède et les Descartes, étant assemblés en quelque lieu des Enfers, un messager de la Terre leur apporte une dynamo et la leur donne à examiner à loisir (…). Ils la font démonter, en interrogent et en mesurent toutes les parties. Ils font en somme tout ce qu'ils peuvent… Mais le courant leur est inconnu, l'induction leur est inconnue ; ils n'ont guère l'idée que de transformations mécaniques. Ainsi tout le savoir et tout le génie humain réunis devant ce mystérieux objet échouent à en deviner le secret, et à deviner le fait nouveau qui fut apporté par Volta (…), Ampère, Ørsted, Faraday, et les autres (…) [C'est] ce que nous-mêmes faisons quand nous interrogeons un cerveau, le pesant, le disséquant, le débitant en coupes minces et soumettant ces lamelles fixées à l'examen histologique[5] »

Pour leur ambition de comprendre les mécanismes de la pensée selon une vision tirée du monisme anthropologique et du scientisme, les neurosciences font l'objet de critiques qui se rassemblent autour d'une démarche antiréductionniste et d'un discours biologisant : selon ces critiques, les neurosciences sous-estiment la différence d'échelle entre leur discipline et des phénomènes qui relèvent jusqu'ici d'autres champs scientifiques comme la linguistique, l'anthropologie, la psychologie, la sociologie ou la psychiatrie. Ainsi par exemple ce que Jean-Pierre Changeux nomme concept dans L'homme neuronal reste encore une extension du percept, très éloignée encore des concepts du niveau étudié en philosophie. Sans mettre en cause l'intérêt de la démarche, ces critiques affirment que les neurosciences crient juste victoire encore un peu tôt[6].

Si des neuroscientifiques comme Changeux semblent tomber effectivement dans une approche assez réductionniste, d'autres comme le philosophe Daniel Dennett dénoncent ce réductionnisme comme pouvant correspondre à des motivations mercantiles. Les neurosciences cognitives contemporaines essaient en tout cas de tracer des ponts entre l'exploration des mécanismes cérébraux et la richesse des quelques phénomènes cognitifs simples. Nul ne conteste qu'il reste beaucoup à établir avant de pouvoir expliquer une conduite ou un état d'âme aux moyens de ces nouveaux outils scientifiques, en admettant même que cette technique soit la plus simple pour cela (nous n'avons pas besoin par exemple de connaître en détail le cerveau d'un chat pour savoir qu'il se mettra à courir après une souris, pas plus que de connaître la physique du solide pour évaluer la robustesse d'un escabeau). Il reste également à établir un rapprochement entre différents types d'expériences et de disciplines neuroscientifiques.

L'usage de l'imagerie médicale comme outil d'interprétation du comportement humain suscite également un certain scepticisme, car cette démarche est susceptible de confondre la cause et l'effet (l'excitation d'un organe pouvant être le résultat physiologique d'une décision, et non sa cause ; la carte de la pensée, résultat de la carte de l'activité des neurones issue elle-même de la carte de l'activité d'oxygénation du cerveau). Plus généralement, de telles conclusions tirées de l'observation d'un être animé pourraient être entachées de l'erreur de raisonnement connue sous le nom de petitio principii (où la conclusion de l'expérience résulte directement des postulats métaphysiques du chercheur, voire de ses préjugés sociaux, et non des faits), et d'erreur méréologique[6].

Une autre critique concerne la dimension éthique, sociale et technologique des neurosciences. Le problème de la responsabilité sociale de l'activité scientifique n'est pas propre aux neurosciences, mais il est exacerbé par la médiatisation des avancées faites dans ce domaine et par la fascination liée à l'idée de transformer non pas l'enveloppe corporelle de l'homme (à ce sujet voir l'article clonage) mais le fonctionnement de son esprit (voir transhumanisme). Certains s'inquiètent ainsi de l'émergence d'un neuromarketing, dont l'objectif est d'utiliser les neurosciences pour améliorer l'efficacité des campagnes de marketing : ces recherches trouvent des financements, mais on ne connaît pas les motivations des financiers de cet investissement, ni quel retour ils en espèrent, et pas davantage s'ils ne sont motivés que par la connaissance pure. D'autre part, la remise en question du libre arbitre peut être interprétée comme une remise en cause de la Déclaration universelle des droits de l'homme, justifiant ainsi des restrictions politiques de la part de gouvernements prompts à exploiter ce genres d'occasions, comme cela a été le cas au XXe siècle avec l'eugénisme.

Il y a cependant en face le souhait de mieux comprendre le mental humain. Le choix d'applications aux découvertes est lié à tout progrès scientifique et n'est en rien spécifique aux neurosciences. Un pouvoir politique bien contrôlé par le citoyen peut tenter de mettre des garde-fous éthiques aux utilisations technologiques ou sociales des progrès scientifiques sans pour autant entraver la recherche. On en revient alors au dilemme bien connu entre les citoyens et les détenteurs de puissance financière - qui sont parfois les mêmes.

Le concept de « neurosciences », en tant qu'il est très large et assez abstrait, peut aussi agir comme un fourre-tout douteux et ainsi servir de couverture à des publications peu scientifiques, voire à de parfaits charlatans, et « on voit ainsi fleurir, pour ainsi dire mécaniquement, une quantité invraisemblable de spécialistes auto-proclamés sur ces thèmes, exactement comme si ceux-ci agissaient comme des attracteurs à bullshit »[7]. La notion très indimidante de « neuroscience » est ainsi brandie dans les médias par toutes sortes d'imposteurs et de gourous en mal de respectabilité, comme Idriss Aberkane, auteur du best-seller Libérez votre cerveau, dénoncé comme un parangon de pseudo-science[7]. Pour le chercheur Sebastian Dieguez, théoricien du « neurobullshit », « Aberkane sait exploiter la « neurophilie » contemporaine qui porte à croire qu’on a expliqué et compris quelque chose grâce à la seule présence d’une image du cerveau. Hélas, Aberkane semble surtout ignorer que l’usage intempestif du préfixe « neuro » est devenu depuis un moment déjà un sujet de plaisanterie entre neuroscientifiques, qui parlent désormais volontiers eux-mêmes de « neuromanie », de « brainwashing », de « neuro-couilles », de « neuromythes » et, bien évidemment, de « neurobullshit ». À part jeter de la poudre aux yeux aux néophytes, on ne voit guère l’intérêt de multiplier à ce point tous ces neuroconcepts imbéciles […]. On a simplement affaire à de la neuro-incantation »[7].

Prix Nobel

Plusieurs personnalités scientifiques œuvrant dans le domaine des neurosciences ont été récompensées du Prix Nobel de médecine et de physiologie :

AnnéeLauréat(s)NationalitéTravaux récompensés
1904Ivan Petrovich PavlovDrapeau de la Russie Russieen reconnaissance de son travail sur la physiologie digestive, grâce auquel la connaissance sur les aspects vitaux du sujet a été transformée et élargie.
1906Camillo Golgi et
Santiago Ramón y Cajal
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de l'Espagne Espagne
en reconnaissance de leurs travaux sur la structure du système nerveux.
1914Robert BárányFlag of the Habsburg Monarchy.svg Autriche-Hongriepour son travail sur la physiologie et la pathologie de l'appareil vestibulaire.
1932Sir Charles Scott Sherrington
et Edgar Douglas Adrian
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Unipour leurs découvertes sur les fonctions des neurones.
1936Sir Henry Hallett Dale

Otto Loewi
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni

Drapeau de l'Allemagne Allemagne
pour leurs découvertes relatives à la transmission chimique des signaux nerveux.
1944Joseph Erlanger, Herbert Spencer GasserDrapeau des États-Unis États-Unispour leurs découvertes sur les fonctions hautement différenciées d'une fibre nerveuse isolée.
1949Walter Rudolf Hess

António Caetano de Abreu Freire Egas Moniz
Drapeau de la Suisse Suisse

Drapeau du Portugal Portugal
sa découverte de l'organisation fonctionnelle du mésencéphale comme coordinateur des activités des organes internes.

pour sa découverte de la valeur thérapeutique de la lobotomie dans certaines psychoses.
1963Sir John Carew Eccles

Alan Lloyd Hodgkin

Andrew Fielding Huxley
Drapeau de l'Australie Australie

Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni

Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
pour leurs découvertes concernant les mécanismes ioniques impliqués dans l'excitation et l'inhibition de les portions périphérique et centrale de la membrane cellulaire des nerfs.
1967Ragnar Granit

Haldan Keffer Hartline

George Wald
Drapeau de la Suède Suède

Drapeau des États-Unis États-Unis

Drapeau des États-Unis États-Unis
pour leurs découvertes concernant la physiologie primaire et les processus chimiques visuels dans l'œil.
1970Sir Bernard Katz

Ulf von Euler

Julius Axelrod
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni

Drapeau de la Suède Suède

Drapeau des États-Unis États-Unis
pour « leurs découvertes concernant les transmetteurs humoraux dans les terminaisons nerveuses et les mécanismes de leur stockage, relargage et inactivation ».
1971Earl W. Sutherland, Jr.Drapeau des États-Unis États-Unispour « ses découvertes les mécanismes d'action des hormones ».
1972Gerald M. Edelman

Rodney R. Porter
Drapeau des États-Unis États-Unis

Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
pour « leurs découvertes concernant la structure chimique des anticorps ».
1973Karl von Frisch

Konrad Lorenz

Nikolaas Tinbergen
Drapeau de l'Autriche Autriche

Drapeau de l'Autriche Autriche

Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
pour « leurs découvertes concernant l'organisation et l'incitation des comportements individuels et sociaux ».
1977Roger Guillemin et Andrzej Wiktor Schally

Rosalyn Yalow
Drapeau de la France France Drapeau de la Pologne Pologne Drapeau des États-Unis États-Unis

Drapeau des États-Unis États-Unis
pour « leurs découvertes concernant la production d'hormones peptidiques dans le cerveau »

pour « le développement des radio-immuno assays des hormones peptidiques ».
1979Allan MacLeod Cormack

Godfrey Newbold Hounsfield
Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud

Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
pour « le développement de tomographie ».
1981Roger Sperry

David Hubel

Torsten Wiesel
Drapeau des États-Unis États-Unis

Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau du Canada Canada

Drapeau de la Suède Suède
pour « ses découvertes concernant la répartition fonctionnel des hémisphères cérébraux. »


pour « leurs découvertes concernant l'analyse des informations dans le système visuel. »
1987Susumu TonegawaDrapeau du Japon Japonpour « sa découverte du principe génétique de la génération de la diversité des anticorps. »
1991Erwin Neher

Bert Sakmann
Drapeau de l'Allemagne Allemagne

Drapeau de l'Allemagne Allemagne
pour « leur découverte des fonctions des canaux ioniques isolés dans les cellules. »
2000Arvid Carlsson

Paul Greengard

Eric R. Kandel
Drapeau de la Suède Suède

Drapeau des États-Unis États-Unis

Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau de l'Autriche Autriche
pour « avoir prouvé que la dopamine est le neurotransmetteur dont la déplétion provoque les symptômes de la maladie de Parkinson ».

pour « avoir montré comment les neurotransmetteurs agissent sur les cellules et peuvent activer une molécule importante connu sous le nom DARPP-32 ».

pour « avoir décrit les bases moléculaires de la mémoire à court terme et à long terme ».
2003Paul C. Lauterbur

Sir Peter Mansfield
Drapeau des États-Unis États-Unis

Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
pour « leur découvertes concernant l'imagerie par résonance magnétique ».
2004Richard Axel

Linda B. Buck
Drapeau des États-Unis États-Unispour « leurs découvertes des récepteurs olfactifs et de l'organisation du système olfactif ».
2014John O'Keefe

May-Britt Moser

Edvard Moser

Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni, Drapeau des États-Unis États-UnisDrapeau de la Norvège Norvège

Drapeau de la Norvège Norvège

pour « leurs découvertes de cellules qui permettent au cerveau de se positionner dans l'espace ».

Notes et références

  1. (en) Xue Fan et Yves Agid, « At the Origin of the History of Glia », Neuroscience, vol. 385,‎ , p. 255–271 (DOI 10.1016/j.neuroscience.2018.05.050, lire en ligne, consulté le )
  2. (en) Xue Fan et Henry Markram, « A Brief History of Simulation Neuroscience », Frontiers in Neuroinformatics, vol. 13,‎ (ISSN 1662-5196, DOI 10.3389/fninf.2019.00032, lire en ligne, consulté le )
  3. (en) Eric D. Brenner, Rainer Stahlberg, Stefano Mancuso et Jorge Vivanco, « Plant neurobiology: an integrated view of plant signaling », Trends in Plant Science, vol. 11, no 8,‎ , p. 413–419 (DOI 10.1016/j.tplants.2006.06.009, lire en ligne, consulté le )
  4. (en) Trappenberg, Fundamentals of computational neurosciences, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-851583-8), p. 4 (introduction).
  5. Paul Valéry, Variété III, Le bilan de l'intelligence.
  6. Denis Forest, Neuroscepticisme : Les sciences du cerveau sous le scalpel de l'épistémologue, Paris, Ithaque, , 208 p. (ISBN 978-2-916120-41-6).
  7. Sebastian Dieguez, « Bullshittez votre cerveau et libérez votre bullshit : la méthode Aberkane et l’effet gourou inverse », sur menace-theoriste.fr, .

Voir aussi

Bibliographie

  • Dale Purves, George J. Augustine, David Fitzpatrick, William C. Hall, Anthony-Samuel LaMantia, James O. McNamara et S. Mark Williams, Neurosciences, Bruxelles, De Boeck Université, coll. « Neurosciences & Cognition », , 3e éd., 811 p. (ISBN 978-2-8041-4797-6, lire en ligne).
  • Neurosciences et psychanalyse, vol. 71, t. 2, Paris, PUF, coll. « Revue française de psychanalyse », , 318 p. (ISBN 978-2-13-056158-3, lire en ligne).
  • Georges Chapouthier et Jean Jacques Matras, Introduction au fonctionnement du système nerveux : Codage et traitement de l'information, Paris, MEDSI, , 212 p. (ISBN 978-2-86439-056-5).
  • Lionel Naccache, Un sujet en soi : Les neurosciences, le Talmud et la subjectivité, Paris, Odile Jacob, coll. « Sciences », , 184 p. (ISBN 978-2-7381-2995-6).
  • Anne-Lise Giraud, Le Cerveau et les maux de la parole, aphasie, dyslexie, surdité, bégaiement, Paris, Odile Jacob, coll. « Sciences », , 224 p. (ISBN 978-2-7381-4340-2).
  • François Gonon, « La psychiatrie biologique : une bulle spéculative ? », Esprit,‎ , p. 54-73 (résumé, lire en ligne)
  • Jean-Michel Besnier, Francis Brunelle et Florence Gazeau, Un cerveau très prometteur : Conversation autour des neurosciences, Le Pommier, , 126 p. (ISBN 978-2-7465-1048-7).
  • Mewtow, Neurosciences, Wikibooks-favicon.png
  • (en) Albright TD, Jessell TM, Kandel ER et Posner MI, « Neural science: a century of progress and the mysteries that remain. », Neuron, vol. 25,‎ , Suppl:S1-55 (PMID 10718192, DOI 10.1016/s0896-6273(00)80912-5, lire en ligne, consulté le ).

Articles connexes

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

Flag of the Habsburg Monarchy.svg

↑ Civil flag or Landesfarben of the Habsburg monarchy (1700-1806)
↑ Merchant ensign of the Habsburg monarchy (from 1730 to 1750)
↑ Flag of the Austrian Empire (1804-1867)
↑ Civil flag used in Cisleithania part of Austria-Hungary (1867-1918)
House colours of the House of Habsburg
Flag of Portugal.svg
Flag of Portugal, created by Columbano Bordalo Pinheiro (1857-1929), officially adopted by Portuguese government in June 30th 1911 (in use since about November 1910). Color shades matching the RGB values officially reccomended here. (PMS values should be used for direct ink or textile; CMYK for 4-color offset printing on paper; this is an image for screen display, RGB should be used.)
Flag of Canada.svg
Drapeau du Canada (l'Unifolié). Le fichier utilise le modèle de couleur RVB avec un rouge à pleine échelle. En conséquence, cette couleur est plus lumineuse que les couleurs Pantone recommandées par le Gouvernement Canadien. De même une surface, imprimée selon le modèle CMJN, ne peut pas représenter un tel rouge (voir les explications dans la page de discussion en anglais).
Brain Surface Gyri.SVG
Auteur/Créateur: James.mcd.nz, Licence: CC BY-SA 4.0

Diagram of human brain showing surface gyri and the primary auditory cortex

 
Angular Gyrus
 
Supramarginal Gyrus
 
Broca's Area
 
Wernicke's Area
 
Primary Auditory Cortex
ADN static h.png
Auteur/Créateur: Brian0918, Licence: CC0
Hélice d'ADN
User-FastFission-brain.gif
Auteur/Créateur: Fastfission on en.wikipedia (or de.wikipedia), Licence: CC-BY-SA-3.0
Made from an fMRI scan I had done. Goes from the top of my brain straight through to the bottom. That little dot that appears for a second on the upper-left hand side is a vitamin E pill they taped to the side of my head to make sure they didn't accidentally swap the L-R orientation.

To clarify, this animation was made by Fastfission and is based on Fastfission's brain. This is what makes a Wikipedian tick. -- Solipsist
Greek uc psi.svg
Auteur/Créateur: Fred the Oyster
, Licence: CC0
the Greek upper case letter psi (in Times New Roman)
Gray739.png
Posterior and inferior cornua of left lateral ventricle exposed from the side.
Wikibooks-favicon.png
Auteur/Créateur: User:Bastique, User:Ramac et al., Licence: CC BY-SA 3.0
Wikibooks logo