Monarchie constitutionnelle française (1791-1792)

Royaume de France
Monarchie constitutionnelle

 – 
(1 an et 17 jours)

DrapeauBlason
DeviseLa nation, la loi, le roi
Informations générales
StatutMonarchie constitutionnelle exécutive
Texte fondamentalConstitution de 1791
CapitaleParis
Langue(s)Français
MonnaieAssignat
Histoire et événements
Louis XVI accepte la Constitution ; début de la monarchie constitutionnelle.
Louis XVI prête serment à la Constitution.
Alliance défensive contre la France révolutionnaire entre la Prusse et l'Autriche.
La France déclare la guerre à la monarchie autrichienne. La Prusse déclare la guerre à la France en vertu de l'accord austro-prussien du 16 février. La Première Coalition se forme.
Entrée en campagne de la Prusse aux côtés de l'Autriche.
À l'Assemblée, Danton proclame « la Patrie en danger ».
Prise des Tuileries avec l'aide des Fédérés marseillais. Chute de la monarchie et suspension de Louis XVI.
Bataille de Valmy : victoire décisive de l'armée française.
Proclamation de l'abolition de la royauté et proclamation de la République.
Roi des Français
17911792Louis XVI

Entités précédentes :

La monarchie constitutionnelle est une brève période des institutions de l'histoire de France et de la Révolution française. Étape entre la monarchie absolue et la république, elle dure du au .

Naissance de la monarchie constitutionnelle

La Constituante amende et adopte le , la nouvelle Constitution connue sous le nom de (Constitution de 1791). Louis XVI l'accepte le 14 septembre[1], lui jure fidélité et fait passer la France d'une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle.

Cette constitution abolit la notion de droit divin qui donnait au roi un pouvoir absolu sur la France. Le roi doit dorénavant prêter serment devant la nation, jurant de maintenir en place la Constitution et de l'appliquer ; il porte maintenant le titre de roi des Français[1]. Sa fonction reste héréditaire et il devient le chef d'un gouvernement de six ministres qu'il nomme ou révoque, mais qui sont responsables devant l'Assemblée nationale législative. Sa charge est d'administrer le pays, de nommer certains hauts fonctionnaires et de représenter la nation vis-à-vis de l'étranger. Enfin, il partage avec l'Assemblée le pouvoir de déclarer ou faire cesser une guerre. Bien que la personne du roi soit définie comme « inviolable et sacrée »[1], la Constitution prévoit des cas où il peut être déchu de ses fonctions par l'Assemblée.

Le roi obtient 25 millions pour les coûts de sa liste civile et militaire, ce qu'il juge insuffisant[1].

Fin du régime

Entrée en vigueur en , la monarchie constitutionnelle se heurte à des conflits répétés entre l'Assemblée et Louis XVI, dont le droit de veto rend un certain nombre de réformes impossibles. L'impasse dans laquelle se trouve alors la France pousse Louis XVI à demander auprès des monarchies européennes une intervention militaire pour rétablir la monarchie française. Celles-ci ont aussi agi pour protéger leur propre pouvoir mis en danger par le vent révolutionnaire qui souffle alors sur toute l'Europe (exemple de la révolution brabançonne de 1790). Toujours est-il que la tentative de fuite de Louis XVI et de sa famille (dans la nuit du ), puis leur arrestation à Varennes, provoque l'entrée en guerre de l'empereur du Saint-Empire (frère de Marie-Antoinette) et du roi de Prusse, qui envahissent la France en 1792.

C'est la première guerre menée par les armées révolutionnaires françaises. Et c'est à l'occasion de l'arrivée des volontaires marseillais à Paris que le chant composé par Rouget de Lisle qu'ils entonnent prend le nom de Marseillaise. La bataille de Valmy, le , qui voit la victoire des armées révolutionnaires, permet à la Révolution de continuer, avec la fin de la monarchie constitutionnelle et l'avènement de la Première République.

Autres monarchies constitutionnelles en France

Entre 1814 et 1848, la France connaît une seconde période de monarchie limitée, par les Chartes de 1814 et 1830. Ces chartes sont octroyées par les souverains. Cependant, elle permet la mise en œuvre du parlementarisme. Cette période, appelée Restauration, se déroule sous les règnes des frères du roi Louis XVI, Louis XVIII et Charles X, puis, après la révolution de 1830, sous le règne de la branche cadette des Bourbons, les Orléans, avec le roi Louis-Philippe Ier en place sous la monarchie de Juillet. Bien que cette période permette de préserver les acquis de la Révolution française et d'expérimenter les débuts du parlementarisme, l'échec de la mise en place du suffrage universel en remplacement du suffrage censitaire débouche sur la révolution de 1848.

Notes et références

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Jean-Clément Martin, La Révolution, vol. 8054, La documentation française, coll. « La documentation photographique », .
  • Guy Antonetti, La monarchie constitutionnelle, Montchrestien, , 160 p. (ISBN 9782707610829)
  • Guillaume Glénard, L'exécutif et la Constitution de 1791, Presses universitaires de France, , 503 p. (ISBN 9782130566847)


Médias utilisés sur cette page

Flag of France (1790–1794).svg
Drapeau de la France, 1790-1794
Royal Standard of the King of France.svg
Auteur/Créateur: Sodacan, Licence: CC BY-SA 3.0
Pavillon royal de France, arboré en présence du roi (1638 - 1790)
Rév-fran0.jpg
Auteur/Créateur: Gravure d'époque + ex-Jerotito (Hégésippe Cormier) + Nataraja (†), Licence: CC-BY-SA-3.0

Caricature de Louis XVI (wp-FR), roi de France, coiffé d'un bonnet phrygien.

L'image du roi est tirée d'une caricature d'époque, simplement recadrée, en mai 2004, par Jerotito (wp-FR), aujourd'hui Hégésippe Cormier). L'image portait à l'époque le nom Image:Louisaubonnet.jpg.

Jerotito a ensuite demandé à Nataraja, le 18 mai 2004, cf. [1], de retoucher à son tour l'image pour poser la silhouette du roi sur un fond reproduisant le drapeau tricolore français, ce que Nataraja a fait en recréant l'image sous le nouveau nom Image:Rév-fran0.jpg.
Unité Indivisibilité de la République.jpg
Estampe de 1793 reprenant un motif courant de la Première République : le slogan « Unité, Indivisibilité de la République, Liberté, Égalité, Fraternité ou la Mort » entouré de branches de chêne, de drapeaux tricolores, placé devant un faisceau de licteur surmonté d'un bonnet phrygien. Au premier plan, un coq gaulois et des canons guerriers.
Coat of arms of France 1790-92.svg
Auteur/Créateur: Mlkh1234, Licence: CC BY-SA 4.0
coat of arms of the French constitutionnal monarchy