Messine

Messine
Messina
Drapeau de Messine
Drapeau

Le port de Messine
Nom sicilienMissina
Administration
PaysDrapeau de l'Italie Italie
RégionDrapeau de la Sicile Sicile 
ProvinceMessine 
Maire
Mandat
Federico Basile
2022-2027
Code postal98100
Code ISTAT083048
Code cadastralF158
Préfixe tel.090
Démographie
GentiléMessinois ; Messinesi, Peloritani, Mamertini
Population240 307 hab. (30-11-2014[1])
Densité1 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées38° 11′ 00″ nord, 15° 33′ 00″ est
AltitudeMin. 3 m
Max. 3 m
Superficie21 100 ha = 211 km2
Divers
Saint patronMadonna della Lettera
Fête patronale3 juin
Localisation
Localisation de Messine
Localisation dans la ville métropolitaine de Messine.
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Messine
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Messine
Géolocalisation sur la carte : Sicile
Voir sur la carte administrative de Sicile
City locator 14.svg
Messine
Liens
Site webwww.comune.messina.it

Messine (en italien : Messina, /mesˈsiːna/ ; en sicilien : Missina, /mɪsˈsiːna/ ; en grec ancien : Μεσσήνη / Messḗnē) est une ville italienne, chef-lieu de la province de Messine en Sicile.

Ville très ancienne, Messine a atteint son apogée entre la fin du Moyen Âge et le milieu du XVIIe siècle. Elle a été détruite plusieurs fois : la première, en 1678 à cause d'une révolte anti-espagnole, qui a anéanti sa classe dirigeante ; une seconde fois à cause des Séismes de février et de mars 1783 en Calabre ; une autre fois encore, en 1848, à cause d'une autre révolte anti-napolitaine menée contre le roi Ferdinand II et finalement, à cause d'un autre séisme en 1908, qui l'a rasée complètement. Reconstruite en 1912, la ville moderne présente une série ordonnée et régulière de rues larges et rectilignes dans un axe nord-sud. Messine dispose d'une université importante et historique, fondée en 1548 par Saint Ignace de Loyola. L'économie de la ville est principalement basée sur les services, le commerce, le tourisme et une importante activité industrielle de construction navale.

Géographie

Le Cap Peloro, pointe nord-est de la Sicile, surplombé d'un des pylônes de Messine.
Messine a environ 30 km de plages.

Messine est située à l'extrémité nord-est de la Sicile, sur la rive occidentale du détroit de Messine qui sépare la péninsule italienne (la pointe de Calabre) de la Sicile (cap Peloro). La ville de Reggio de Calabre est située de l'autre côté du bras de mer. La ville s'étend entre la côte ionienne et les monts Peloritani. La cité jouit d'un port naturel qui connait une activité commerciale et militaire importante.

La cité se développe principalement le long de la côte en raison des collines proches à l'intérieur des terres. Cette spécificité en fait une des villes les plus en longueur du monde.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Climat

Selon la classification climatique de Köppen, la ville fait partie de la zone climatique Csa, un climat chaud et très sec en été et doux et pluvieux au semestre d'hiver. Aussi connu sous le nom de climat méditerranéen, avec de très faibles variations de température à chaque saison.

Le court hiver présente de rares épisodes de froid qui, dans de rares cas, peuvent également apporter de la neige dans l'arrière-pays de la ville. Le dernier épisode neigeux est survenu le 7 janvier 2017[2], précédé de l'événement du 30 janvier 1999[3].

L'été chaud, grâce aux brises marines, n'est pas particulièrement étouffant. En fait, la valeur moyenne de l'humidité a tendance à être plus faible pendant les heures les plus chaudes de la journée[4]. De plus, la présence de la mer tend à contenir les valeurs maximales de température ; ce n'est qu'en présence de vents du sud (pendant les grandes vagues de chaleur) qu'elle peut atteindre 40 ° C, et dans ces cas, les taux d'humidité sont très élevés atteignant plus de 80%.

Les précipitations sont régulières ; en fait, Messine fait partie des villes insulaires moyennes à grandes, la ville côtière la plus pluvieuse de Sicile. Une pluviométrie moyenne annuelle de 846,9 mm place la ville du détroit au-dessus des moyennes italiennes. Les précipitations sont principalement concentrées entre l'automne et l'hiver mais il y a quelques orages en été. Les pluies abondantes de Messine proviennent de divers facteurs et en particulier des collines relativement hautes près de la zone sur laquelle se dresse la ville, en Sicile les Nebrodi orientaux et les Peloritani, en Calabre l'Aspromonte, des reliefs qui provoquent des phénomènes fréquents de stau et la présence de deux mers Ionienne et Tyrrhénienne, qui créent fréquemment des conditions favorables aux pluies.

Relevé météorologique de Messine (période : 1981-2010)
Moisjan.fév.marsavrilmaijuinjui.aoûtsep.oct.nov.déc.année
Température minimale moyenne (°C)7,78,39,411,214,818,720,320,121,219,412,510,214,4
Température maximale moyenne (°C)13,714,615,918,322,825,929,829,727,424,320,618,821,8
Source : Servizio Meteorologico[5]


Histoire

Antiquité

À l'entrée du port, une statue représentant la Madonna della Lettera (it), sainte patronne de la ville. Sur son socle, les mots que la Vierge Marie est réputée avoir adressés dans une lettre aux habitants de Messine en 42 apr. J.-C. : Vos et ipsam civitatem benedicimus (« Nous vous bénissons, vous et cette ville »)[6].

D'après les mythes, Messine aurait été fondée par le géant Orion. Dans l'Odyssée d'Homère, Ulysse doit passer le détroit de Messine entre deux monstres, Charybde et Scylla[7].

Occupé par des établissements sicules, le site est choisi vers par les pirates chalcidiens venant de Kymé (Cumes) entre 750 et menés par Périérès puis des colons d’Eubée conduits par Crataiménès[8]. Le nom de la cité, Zancle, proviendrait du sicule « zanclon », signifiant faucille, évoquant la forme du site[8]. Selon les auteurs grecs, cette faucille serait celle avec laquelle Cronos émascula Ouranos[8].

Zancle, comme sa jumelle sur le continent Rhêgion, fondée en , par des Chalcidiens de Zancle et de Chalcis, profite de l'intensification des échanges au VIe siècle entre les colons chalcidiens occidentaux et les Phocéens (installés à Marseille, Emporion en Espagne, Alalia en Corse…) et développe un artisanat local de céramistes et de bronziers[8].

Après la défaite des Ioniens à la bataille de Ladé de , lors de la révolte de l'Ionie contre les Perses, une partie des Samiens et des Milésiens, afin d'éviter l’assujettissement, décide de partir vers l'Ouest[8]. Ils reçoivent alors l'invitation des Zancléens qui souhaitent installer une colonie à Calé Acté, un site sicule sur la côte nord de la Sicile. En réalité, cette migration des Samiens déstabilise la cité de Zancle. En effet, l'expédition arrive en Sicile au moment des conquêtes d'Hippocrate de Géla. Le tyran de Zancle, Scythès, allié d'Hippocrate, menait le siège d'une cité sicule et la ville de Zancle se trouvait dépourvue de défenseurs. Anaxilas, tyran de Rhêgion, conseille alors aux Samiens de renoncer à Calé Acté pour s'emparer de Zancle[8]. Apprenant la prise de Zancle, Scythès appelle Hippocrate à l'aide pour récupérer sa cité. Ce dernier le trahit en passant un accord avec les Samiens et en leur livrant une partie des Zancléens. Le reste de la population fut condamné à l'esclavage et Scythès se réfugia auprès de Darius en Asie[8].

Mais les Ioniens ne profitèrent pas longtemps de leur indépendance car quelques années plus tard, le tyran de Rhêgion Anaxilas, s'empare de la cité. D'origine messénienne, il décide de la renommer Messéné et invite ses compatriotes en exil à venir s'y installer[8].

Alternativement alliée et opposée à Syracuse, la cité est prise et détruite par le Carthaginois Himilcon en puis reconstruite et repeuplée par Denys l'Ancien. Mais son emprise urbaine rétrécit. Elle est reprise par les Carthaginois, elle est libérée par Timoléon[8].

Zancle bat monnaie portant un dauphin dans un demi-cercle, symbolisant la faucille du port. Messéné fait figurer sur ces pièces un lièvre, symbole de Pan, avec des dauphins, des oiseaux, des insectes ou des épis[8].

En , la mort du roi de Syracuse Agathocle provoque l'exil de ses mercenaires campaniens et osques, les Mamertins[8]. Après une errance de quelques années, ils s'installent à Messine vers 285/. Bien accueillis par la population, les Mamertins se retournent contre leurs hôtes en assassinant la population masculine et en s'emparant de tous leurs biens. Selon Diodore, les mercenaires auraient alors changé le nom de la cité en Mamertiné, en l'honneur de Mamers, le dieu de la Guerre osque[8]. Alliés aux Campaniens de Rhêgion[8], ils se constituèrent un important état territorial sur la côte nord de la Sicile provoquant de nombreuses tensions avec Syracuse.

En , Hiéron II de Syracuse lance plusieurs campagnes pour contenir les Mamertins. Ils cherchent du soutien du côté de Carthage. Les Carthaginois interviennent en installant une garnison à Messine. Une frange de la population envoie alors une ambassade à Rome pour demander son soutien. Les Romains acceptent et débarquent en Sicile. C'est le début de la Première guerre punique, à l'issue de laquelle Messine reçoit le titre de cité alliée du peuple romain[8].

Messine subit au Ier siècle av. J.-C. la guerre civile de , durant laquelle la flotte de Pompée brûle celle de César qui relâche dans le port, puis la révolte sicilienne, Sextus Pompée faisant de Messine l'une de ses places fortes. Octave, battu lors d'une bataille navale au large de la ville en , lui retire alors le titre de cité alliée[8].

Époques médiévale et moderne

Messine tombe en 842 lors de la conquête musulmane de la Sicile et reste sous la domination islamique jusqu'à ce que les frères normands Robert Guiscard et Roger de Hauteville s'emparent de la cité en 1061.

Lors de la troisième croisade, Richard Cœur de Lion et Philippe Auguste font escale à Messine. À la suite de nombreuses dissensions entre les insulaires et les troupes anglaises (composées d'Anglais, d'Aquitains, de Poitevins, de Manceaux, d'Angevins, de Bretons et de Normands) qui se comportent comme en pays conquis, Richard finit par s'emparer de la ville les armes à la main[9].

Au XIIe siècle, les souverains normands font construire une belle cathédrale et l'église Annunziata dei Catalani. Le port de la ville sert également de point de départ des moines-soldats de l'ordre du Temple vers la terre sainte pendant les Croisades. Autour des moines basiliens du Monastère du Saint-Sauveur soutenus par les Normands, Messine est également un centre intellectuel[10].

Admirateur d’Ignace de Loyola, le vice-roi de Sicile Juan de Vega favorise l'arrivée des Jésuites dans l’île et c’est ainsi qu’en 1547 Messine voit l'ouverture d'un des premiers collèges de la Compagnie de Jésus. Cet établissement devient un modèle et d'autres villes d'Europe sollicitent par la suite l'ouverture d'un collège jésuite.

En 1571, une flotte chrétienne unie (vénitienne, espagnole, pontificale et d’autres États italiens), appareilla de Messine, sous le commandement du jeune infant Juan d'Autriche, pour rencontrer la flotte turque à la bataille de Lépante, qui limita l'expansionnisme turc menaçant les états chrétiens situés sur les rives nord de la Méditerranée.

En 1575, la ville est touchée par une épidémie de peste bubonique qui décime peut-être la moitié de la population[11]. À la fin du siècle, Messine compte 50 000 habitants[12].

La lutte d'influence entre Palerme l'aristocratique et Messine la praticienne s'accentue au XVIe siècle. Messine cherche à ce que le vice-roi de Sicile ne siège pas que dans la capitale sicilienne, lui construit un palais[13], et propose en 1629, contre un million de scudi, la division de la Sicile en deux provinces, le long du Salso, avec deux vice-rois[11]. Elle revendique vainement le monopole de la soie sicilienne mais subit la concurrence de la soie française. Économiquement affaiblie, la ville se dépeuple et doit payer la construction de ses fortifications contre les Turcs. Alors, Messine se révolte contre l'Espagne, de 1674 à 1678, un temps soutenue par Louis XIV qui envoie le duc de Vivonne et Duquesne. Malgré des victoires navales, les Français ne parviennent pas à prendre pied en Sicile. Les requêtes de la bourgeoisie de Messine à Louis XIV sont rejetées par le roi, qui décide de rappeler ses troupes. Le vice-roi espagnol fait détruire le palais municipal et labourer le sol en y répandant su sel, fait fondre la cloche de la cathédrale dont le bronze est réutilisé par Giacomo Serpotta pour une statue de Charles II placée sur la place du Duomo, supprime le Sénat local et l'université fondée en 1548. Certaines familles rebelles s'exilent hors de Sicile et d'autres sont dépossédées, et la population fond de moitié[13].

Couronné roi de Sicile le , Charles III libère Messine des sanctions de 1678. Mais la peste désole la cité en 1743, et en 1783, un séisme provoque un incendie qui la ravage pendant plus d'une semaine. Il est désormais impossible de concurrencer Palerme qui se déploie[14].

En 1848, lors du printemps des peuples, le roi de Naples fait bombarder la ville[15].

Depuis l'unification de l'Italie

Le tremblement de terre de 1908 fut l'un des plus dévastateurs qu'ait jamais connu[16] l'Europe occidentale. Les secousses et le raz-de-marée qui s'ensuit[17] détruisirent entièrement la ville, firent 60 000 morts dans la ville (soit près de la moitié de la population), 80 000 dans l'agglomération, et n'y laissèrent que des ruines. L’État engage rapidement le déblaiement des décombres et la réouverture des services essentiels. Les villes bénéficient de subsides exceptionnelles et d'exemption d'impôts[18]. Les autorités construisent dans la hâte des baraques temporaires pour loger les déplacés, lesquelles se développeront en bidonville et perdureront plus d'un siècle[19].

La conception d'un nouveau plan est confiée à Luigi Borzì. La reconstruction est facilitée par des règles d'urbanisme d'exception ce qui favorise la spéculation immobilière et la corruption[18]. La reconstruction coûta 116 millions de dollars de l'époque (2,8 milliards de dollars en 2016), provenant en partie de la solidarité des Européens[17].

En , s'y tint la conférence de Messine qui allait donner naissance à l'Union européenne (sous la forme de Communauté économique européenne) (CEE).

Économie

Messine vue de la navette entre la Sicile et la Calabre.

Messine est au centre d'une importante zone agricole. La production d'agrumes est fortement répandue tout comme celle des fruits et du vin (Faro et Mamertino).

Le port de Messine est le siège d'un arsenal militaire mais également de chantiers navals civils. De nombreuses navettes (voitures et trains sur bateaux) relient Messine à la Calabre (Reggio de Calabre et Villa San Giovanni).

Transport public

Les chemins de fer

Le nouveau bâtiment de la gare centrale de Messine a été projeté selon les critères modernes de l'architecte futuriste Angiolo Mazzoni et est prolongé par la place de la gare. Il est presque contigu à la gare de Messina Marittima, située près du port et constituant un transport par ferry dans le détroit de Messine jusqu'à la gare de Villa San Giovanni à travers le détroit de Messine.[20]

La gare est électrifiée et desservie par des trains régionaux. Pour le transport longue distance, il compte des trains de nuit InterCity et ICN vers Rome, la reliant également à Milan, Turin, Venise, Gênes, Bologne, Florence et d'autres villes. Il fait également partie du projet d'axe ferroviaire Berlin-Palerme.

Depuis 2010, un service de train de banlieue est assuré le long de la voie ferrée Messine-Catane-Syracuse avec des itinéraires desservant les gares de Fiumara Gazzi, Contesse, Tremestieri, Mili Marina, Galati, Ponte Santo Stefano, Ponte Schiavo, San Paolo et Giampilieri.[21]

Bus et tramway

Le système de bus public de Messine est exploité par ATM Messina : à partir du 8 octobre 2018, l'offre de transport public est réorganisée en introduisant une ligne de bus (ligne 1 - Shuttle 100) qui, toutes les 15 minutes, traverse 38 des 50 km de la côte de la ville de Messine. Ainsi, un service en peigne est créé, avec des arrêts d'échange où se terminent les bus à destination et en provenance des villages, et avec le tramway qui atteint une fréquence d'environ 20 minutes.[22] Environ 36 itinéraires différents desservent tous les quartiers de la ville ainsi que le tramway moderne de Messine[23] (à l'arrêt Repubblica, sur la place de la gare), ouvert en 2003. Cette ligne mesure 7,7 kilomètres et relie la gare avec le centre-ville et le port.

Culture

La cathédrale de Messine, à l'origine d'architecture normande, a été reconstruite après le tremblement de terre de 1908. Juste derrière, l'horloge astronomique de Messine datant de 1933.
  • L'horloge astronomique de Messine, construite en 1933 par l'entreprise alsacienne Ungerer[24] est la plus grande horloge astronomique du monde. Ses mécanismes reprennent en partie certains mécanismes de l'horloge astronomique de Strasbourg.
  • La cathédrale de Messine
  • Le sanctuaire du Christ-Roi (it)
  • Le sanctuaire de Notre-Dame de Montalte (it)
  • La basilique Saint-Antoine-de-Padoue (it)
  • L'église de la Très Sainte Annonciade des Catalans
  • L'église Notre-Dame-du-Mont-Carmel
  • Le palais Zanca (it), l'hôtel de ville
  • La galerie Victor-Emmanuel III
  • Le théâtre Victor-Emmanuel II (it)
  • La fontaine de Neptune (it), en face du Palais du Gouvernement (la préfecture)
  • Le Cimetière monumental de Messine, le plus grand en Italie après celui de Staglieno, à Gênes

Sports

L'ACR Messine est le club de football basé à Messine.

Le coureur cycliste Vincenzo Nibali y est né, ce qui lui a valu le surnom de « Requin de Messine ».

Administration

Les maires successifs
PériodeIdentitéÉtiquetteQualité
19982003Salvatore LeonardiUDC 
26 mai 200312 décembre 2005Giuseppe BuzzancaAN 
12 décembre 200516 juin 2008Francantonio GenovesePD 
16 juin 200824 juin 2013Giuseppe BuzzancaPDL 
24 juin 201326 juin 2018Renato AccorintiPD 
26 juin 20182022Cateno De Lucaindépendant de centre 
2022En coursFederico Basile[25]indépendant de centre 
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux

Acqualadroni, Altolia, Annunziata, Bordonaro, Briga Marina, Briga Superiore, Camaro Inferiore, Camaro Superiore, Castanea Delle Furie, CEP, Contesse, Cumia Inferiore, Cumia Superiore, Curcuraci, Faro Superiore, Galati Marina, Galati Sant'Anna, Ganzirri, Gazzi, Gesso, Giampilieri Marina, Giampilieri Superiore, Granatari, Gravitelli, Larderia Inferiore, Larderia Superiore, Massa San Giorgio, Massa San Giovanni, Massa Santa Lucia, Massa San Nicola, Mili Marina, Mili San Marco, Mili San Pietro, Minissale, Molino, Ortoliuzzo, Pace, Paradiso, Pezzolo, Piano Torre, Pistunina, Ritiro, Rodia, Sant' Agata, San Filippo Inferiore, San Filippo Superiore, Santa Lucia sopra Contesse, Santa Margherita, San Michele, San Saba, Santo Stefano Briga, Santo Stefano Medio, Salice, Scala Ritiro, Spartà, Sperone, Tipoldo, Torre Faro, Tremestieri, UNRRA, Villaggio Aldisio, Villaggio Santo, Zafferia.

Communes limitrophes

Fiumedinisi, Itala, Monforte San Giorgio,Spadafora, Pellegrino, Rometta, Saponara, Scaletta Zanclea, Villafranca Tirrena.

Évolution démographique

Habitants recensés


Urbanisme

Messine, troisième ville la plus peuplée de Sicile, compte à proximité immédiate du centre-ville 80 bidonvilles dans lesquelles vivent 2 000 familles[26]. Dans l'agglomération, les maisons de fortune abritent 6 500 habitants[19]. Si les sbaraccopoli apparaissent après le séisme du 28 décembre 1908, dont 4 ou 5 survivent de cette époque[26], et d'autres naissent sous le régime fasciste dans les années 1930[19], la majorité sont la réponse à la pénurie de logements depuis l'après-guerre, à l'instar de Fondo Fucile, quartier de 130 baraquements qui émerge dans les années 1970[26], celui de Giostra, Fondo De Pasquale, Annunziata, Camaro, Fondo Saccà ou Taormina, le plus grand de la ville qui regroupe plus de 400 familles[19]. Les maisons passent de générations en générations, ou sont revendus au marché noir[26] et le quartier est gangrené par la mafia, dont les membres représentaient en 2017 10 % de la population de Fondo Saccà[27].

En 1990, une enveloppe de 500 milliards de lires n'avait abouti qu'au relogement de 530 familles en près de trente ans. La création par la municipalité de l'Arisme, agence chargée de la lutte contre cet habitat indigne, a permis 350 relogements et la destruction de six bidonvilles entre 2018 et l'été 2021. En réponse à la pandémie de Covid-19, un plan triennal (2021-2024) de 300 millions d'euros, financé pour deux tiers par la municipalité dirigée par Cateno De Luca, et pour un tiers par l’État qui a doté de pouvoirs spéciaux le préfet de Messine, Cosima Di Stani, prévoit le démantèlement total des baraquements sauvages d'ici 2024[26]. En parallèle, la ville de Messine met en œuvre, à partir de 2017, le projet Capacity qui offre aux habitants de Fondo Saccà un accompagnement social, avec des aides pour un logement social ou pour la construction d'une maison individuelle, du microfinancement pour réintégrer l'économie légale, et un renforcement de l'éducation[27].

Monuments

  • Église Santa Maria di Mili
  • Cathédrale de Messine
  • Cimetière monumental de Messine
  • Collège des Jésuites de Messine
  • Église Annunziata dei Catalani de Messine
  • Église du Carmel
  • Palazzo Duchi di Santo Stefano
  • Statue de Don Juan d'Autriche

Personnalités liées à la commune

  • Albert de Trapani, prêtre et moine Carme. Canonisé, repose dans la Cathédrale de Messine
  • Antonello de Messine, peintre de la Renaissance
  • Filippo Juvarra, architecte baroque
  • Francesco Maurolico, mathématicien et astronome
  • Antonino Fogliani, chef d'orchestre
  • Giovanni Corrieri, ancien coureur cycliste italien
  • Vincenzo Nibali, coureur cycliste, vainqueur des trois grands tours
  • Laura Gonzenbach, collectrice suisse de contes siciliens
  • Giuseppe Seguenza (1833-1889), un naturaliste, géologue et paléontologue italien (naissance et décès)
  • Antonio Martino, homme politique italien.

Références dans la culture

Bibliographie

  • Mastelloni Maria Amalia, Archeologia a Messina : studi su materiali preistorici, arcaici, elleneistici e romani del Museo, Calabria, Laruffa Editore, 2008.
  • Bacci Giovanna Maria; Tigano Gabriella, Da Zancle a Messina : un percorso archeologico attraverso gli scavi I- II (1-2), Palermo, Regione siciliana, Assessorato dei beni culturali ed ambientali della pubblica istruzione, 1999.
  • Georges Vallet, Rhégion et Zancle. Histoire, commerce et civilisation des cités chalcidiennes du détroit de Messine (« Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome », 189), Paris, De Boccard, 1958, 408 p., 20 pl.

Notes et références

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. « Messina e i colli ricoperti di neve » [archive du ] (consulté le )
  3. « Le foto della nevicata di Messina del 30 gennaio 1999 » [archive du ] (consulté le )
  4. « Climat Messine (ITALIE) » (consulté le )
  5. Messine sur le site Meteoam.it
  6. Ou bien, littéralement : "... la ville elle-même"
  7. En fait, les lieux précis où ont eu lieu les différents événements de l'Odyssée ne sont pas nommés par Homère de manière identifiable avec certitude; une des seules choses certaines est que Charybde et Scylla sont proches l'une de l'autre. Selon une autre interprétation (voir « Ulysse Atlantique », dans Alain Bombard, Les grands navigateurs, Saint-Malo, 1976 et 1997) ces deux monstres seraient une « vue d'artiste », respectivement des violents courants de marée de la mer d'Irlande et des écueils sur lesquels le navire en route vers les îles de l'Étain, ou en revenant, est fracassé s'il tente de passer à un autre moment qu'à l'étale de marée, chose inconnue des Méditerranéens.
  8. Pierre Lévêque, « Les colonies chalcidiennes de la côte orientale », La Sicile, Presses Universitaires de France, « Nous partons pour », 1989, p. 261-278. [lire en ligne].
  9. Stéphane William Gondoin, « Richard Cœur de Lion : Le pèlerin d'outre-mer », Patrimoine normand, no 119,‎ octobre-novembre-décembre 2021, p. 57 (ISSN 1271-6006).
  10. Francesco Pertegato, Sicile : art, histoire, nature, Co Graf, 1979.
  11. John Julius Norwich, Histoire de la Sicile, de l'Antiquité à Cosa Nostra, Paris, Tallandier, 2018, 477 p. (ISBN 979-10-210-2876-0). p. 233, 240.
  12. Jean-Yves Frétigné, Histoire de la Sicile, Pluriel / Fayard, 2018, p. 250.
  13. John Julius Norwich, Histoire de la Sicile, de l'Antiquité à Cosa Nostra, Paris, Tallandier, 2018, p. 239-244.
  14. Jean-Yves Frétigné, Histoire de la Sicile, Pluriel / Fayard, 2018, p. 282.
  15. Alain Garrigou, « 1848, le printemps des peuples », sur Le Monde diplomatique, .
  16. « 28 décembre 1908 : tremblement de terre en Italie » (consulté le )
  17. « L'Italie paie cher ses séismes », sur La Tribune (consulté le )
  18. Fabrizio Maccaglia, « 7. Sortir d’une gestion en flux tendus du territoire », dans Palerme, illégalismes et gouvernement urbain d’exception, ENS Éditions, coll. « Sociétés, Espaces, Temps », (ISBN 978-2-84788-425-8, lire en ligne), p. 193–230
  19. (en-US) Emma Bubola, « In Sicily Slums, a 113-Year Wait for Housing May Be Over », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  20. Stazione di Messina Marittima Fondazione FS Italiane
  21. Metroferrovia Messina-Giampilieri on Ferroviesiciliane
  22. « ATM Messina Home » (consulté le )
  23. Messina Tramway on ATM website
  24. Horloge astronomique de Messine
  25. (it) Lina Bruno, « Basile nuovo sindaco: la città sposa il progetto di De Luca », sur QdS, (consulté le )
  26. (it) « Sbaraccopoli alla messinese », sur la Repubblica, (consulté le )
  27. Denis Stokkink, ESS, territoires ruraux et urbains, Territoriales pour une Économie Solidaire (RTES) et POUR LA SOLIDARITÉ-PLS, coll. « Études & Dossiers », (lire en ligne), p. 15-16

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

Italy relief location map.jpg
Auteur/Créateur: Eric Gaba (Sting - fr:Sting) and NordNordWest, Licence: CC BY-SA 3.0
Carte physique vierge de l'Italie intégrant la modification d'août 2009 de la frontière entre les régions Emilia-Romagna et Marche, destinée à la géolocalisation.
Italy provincial location map 2016.svg
Auteur/Créateur: TUBSEmail Silk.svg Gallery, Licence: CC BY-SA 3.0 de
Location of province XY (see filename) in Italy.
Sicilia Messina tango7174.jpg
Auteur/Créateur: Tango7174, Licence: CC BY-SA 4.0
Messine, Sicile, Italie. Vue à bord du ferry à l'approche sur le détroit de Messine.
Italy Sicily location map.svg
Auteur/Créateur: NordNordWest, Licence: CC BY-SA 3.0
Location map of Sicily, Italy
Messine OSM 02.png
Auteur/Créateur:
Description
Cette carte a été créée à partir des données du projet OpenStreetMap. Cette carte est peut-être incomplète et peut contenir des erreurs. Ne vous fiez pas uniquement à elle pour vos déplacements.
Date (voir l'historique du fichier)
Source openstreetmap.org
Créé par
contributeurs d'OpenStreetMap
Autorisation
(Réutilisation de ce fichier)

Les données d'OpenStreetMap sont disponibles sous la license Open Database (détails). Les cartes sont publiées sous license Creative Commons Attribution-Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 (CC-BY-SA 2.0).

Openstreetmap logo.svg Contient des informations issues d'OpenStreetMap, qui sont mises à disposition sous les termes de l'Open Database License (ODbL).

L'ODbL n'exige aucune licence en particulier pour les cartes produites à partir de données placées sous l'ODbL. Avant le 1er août 2020, les tuiles des cartes produites par la Fondation OpenStreetMap étaient placées sous la licence CC-BY-SA-2.0. Les cartes produites par d'autres personnes peuvent être placées sous des licences différentes.

w:fr:Creative Commons
paternitépartage à l’identique
Vous êtes libre :
  • de partager – de copier, distribuer et transmettre cette œuvre
  • d’adapter – de modifier cette œuvre
Sous les conditions suivantes :
  • paternité – Vous devez donner les informations appropriées concernant l'auteur, fournir un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été faites. Vous pouvez faire cela par tout moyen raisonnable, mais en aucune façon suggérant que l’auteur vous soutient ou approuve l’utilisation que vous en faites.
  • partage à l’identique – Si vous modifiez, transformez, ou vous basez sur cette œuvre, vous devez distribuer votre contribution sous la même licence ou une licence compatible avec celle de l’original.
Géoréférencement Géoréférencer la carte dans Wikimaps Warper Si c'est inapproprié, définissez warp_status = skip pour masquer.
, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte OSM de Messine, Sicile
Flag of Messina.svg
Flag of Messina
Cross of the Knights Hospitaller.svg

A white Malta cross on a black background, one of the insignias attributed to the Knights Hospitaller

From a heraldic Maltese cross with white background.

Converted from the following PostScript code:
%!
/l{lineto}def
20 420 moveto 290 310 l
180 580 l 300 500 l 420 580 l
310 310 l 580 420 l 500 300 l
580 180 l 310 290 l 420 20 l
300 100 l 180 20 l 290 290 l
20 180 l 100 300 l closepath
fill
showpage
%%EOF
Il pilone di torre faro.ext.jpg
Auteur/Créateur: MarcoCrupi, Licence: CC-BY-SA-3.0
Capo peloro, o torre faro appare come una sottile striscia di terra in mezzo al mare, l'enorme costruzione che vedete è chiamata "pilone".
Messina harbour - aerial view.jpg
(c) StefanoBarillà at it.wikipedia, CC BY-SA 3.0
Falce del porto di Messina, San Raineri
Messina Dome.jpg
(c) Breogan67, CC-BY-SA-3.0
Der Duomo in Messina, Sizilien, Italien.
Messine OSM 01.png
Auteur/Créateur:
Description
Cette carte a été créée à partir des données du projet OpenStreetMap. Cette carte est peut-être incomplète et peut contenir des erreurs. Ne vous fiez pas uniquement à elle pour vos déplacements.
Date (voir l'historique du fichier)
Source openstreetmap.org
Créé par
contributeurs d'OpenStreetMap
Autorisation
(Réutilisation de ce fichier)

Les données d'OpenStreetMap sont disponibles sous la license Open Database (détails). Les cartes sont publiées sous license Creative Commons Attribution-Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 (CC-BY-SA 2.0).

Openstreetmap logo.svg Contient des informations issues d'OpenStreetMap, qui sont mises à disposition sous les termes de l'Open Database License (ODbL).

L'ODbL n'exige aucune licence en particulier pour les cartes produites à partir de données placées sous l'ODbL. Avant le 1er août 2020, les tuiles des cartes produites par la Fondation OpenStreetMap étaient placées sous la licence CC-BY-SA-2.0. Les cartes produites par d'autres personnes peuvent être placées sous des licences différentes.

w:fr:Creative Commons
paternitépartage à l’identique
Vous êtes libre :
  • de partager – de copier, distribuer et transmettre cette œuvre
  • d’adapter – de modifier cette œuvre
Sous les conditions suivantes :
  • paternité – Vous devez donner les informations appropriées concernant l'auteur, fournir un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été faites. Vous pouvez faire cela par tout moyen raisonnable, mais en aucune façon suggérant que l’auteur vous soutient ou approuve l’utilisation que vous en faites.
  • partage à l’identique – Si vous modifiez, transformez, ou vous basez sur cette œuvre, vous devez distribuer votre contribution sous la même licence ou une licence compatible avec celle de l’original.
Géoréférencement Géoréférencer la carte dans Wikimaps Warper Si c'est inapproprié, définissez warp_status = skip pour masquer.
, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte OSM de Messine, Sicile
Beaches,Messina.JPG
Auteur/Créateur: Nasoallinsu, Licence: CC0
landscape of the Strait of Messina
Strada di Luce per la Madonnina.jpg
Auteur/Créateur: MarcoCrupi, Licence: CC-BY-SA-3.0
La madonnina del porto di Messina.