Mer Méditerranée

Mer Méditerranée
Carte de la mer Méditerranée.
Carte de la mer Méditerranée.
Géographie humaine
Pays côtiersEurope
Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau de Gibraltar Gibraltar (territoire britannique d'outre-mer)
Drapeau de la France France
Drapeau de Monaco Monaco
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de Malte Malte
Drapeau de la Slovénie Slovénie
Drapeau de la Croatie Croatie
Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine
Drapeau du Monténégro Monténégro
Drapeau de l'Albanie Albanie
Drapeau de la Grèce Grèce
Drapeau de Chypre Chypre
Asie de l'Ouest
Drapeau de la Turquie Turquie
Drapeau du Royaume-Uni Akrotiri et Dhekelia (bases militaires souveraines britanniques)
Drapeau de la Syrie Syrie
Drapeau du Liban Liban
Drapeau d’Israël Israël
Drapeau de la Palestine Bande de Gaza (Palestine)
Afrique du Nord
Drapeau de l'Égypte Égypte
Drapeau de la Libye Libye
Drapeau de la Tunisie Tunisie
Drapeau de l'Algérie Algérie
Drapeau du Maroc Maroc
Drapeau de Ceuta Ceuta et Drapeau de Melilla Melilla (villes autonomes espagnoles)
Géographie physique
TypeMer intercontinentale
LocalisationOcéan Atlantique
Coordonnées37° nord, 18° est
SubdivisionsDétroit de Gibraltar, mer d'Alboran, mer des Baléares, mer de Ligurie, mer Tyrrhénienne, mer Adriatique, mer Ionienne, mer Égée
Superficie2 510 000 km2
Profondeur
· Moyenne1 500 m
· Maximale5 369 m
Volume3 765 000 km3
Salinité38 g.L−1
Géolocalisation sur la carte : océan Atlantique
(Voir situation sur carte : océan Atlantique)
Mer Méditerranée

La mer Méditerranée (prononcé [me.di.tɛ.ʁa.ne]) est une mer intercontinentale presque entièrement fermée, bordée par les côtes d'Europe du Sud, d’Afrique du Nord et d’Asie de l'Ouest, depuis le détroit de Gibraltar à l'ouest aux entrées des Dardanelles et du canal de Suez à l'est. Elle s’étend sur une superficie d’environ 2,5 millions de kilomètres carrés. Son ouverture vers l’océan Atlantique par le détroit de Gibraltar est large de 14 kilomètres.

Elle doit son nom au latin « mare Mediterraneum »[1], qui désigne une « mer au milieu des terres ».

Durant l’Antiquité, la Méditerranée était une importante voie de transports maritimes permettant l’échange commercial et culturel entre les peuples de la région — les cultures mésopotamienne, égyptienne, perse, phénicienne, carthaginoise, libyenne, grecque, étrusque, et romaine. L’histoire de la Méditerranée est importante dans l’origine et le développement de la civilisation occidentale.

Toponymie

Le détroit de Gibraltar et la mer d'Alboran à l’extrême occidental de la Méditerranée vue depuis un satellite.

Le terme de Méditerranée vient du latin mediterraneus qui veut dire « au milieu des terres », sous-entendu « du monde connu » (medius pour milieu et terra pour terre).

La mer Méditerranée a été connue à travers l'Histoire sous de nombreux noms :

  • la « Grande Verte » (wȝḏ-wr), Wadj-wer (en hiéroglyphes : 𓇅𓅨𓈗), désignait chez les Égyptiens anciens la Méditerranée (mais aussi la mer Rouge ou les grands lacs du delta du Nil) ;
  • dans l’Ancien Testament, sur la côte ouest de la « Terre sainte », elle s’appelait la « mer de l’Ouest » (Dt. 11,24 ; 34,2; Joel, 2,20; Za 14,8), ou la « mer des Philistins » (Ex. 23,31), car ce peuple occupait une grande partie des côtes situées près d'Israël. Cependant, il s’agissait parfois de la « grande Mer » (Nb.34,6-7 ; Jos.1,4 ; 9,1 ; 15,47 ; Ez. 47,10..15..20), ou simplement « la Mer » (1 Rois 5,9 ; 1 Macc. 14,34 ; 15,11) ;
  • On retrouve l'appellation de « grande Mer » chez les populations autochtones du Levant : en araméen Yammāʾ rabbā (ܝܡܐ ܪܒܐ), littéralement « grande Mer », en hébreu ancien Hayam hagadol (הַיָּם הַגָּדוֹל), et en phénicien Yamm rbm (𐤉𐤌 𐤓𐤁𐤌).
  • certaines populations limitrophes reprennent, comme en latin, la notion de mer entre les terres ou de mer du milieu. Ainsi, en grec elle est appelée Mesogeios thalassa (Μεσόγειος Θάλασσα), soit la mer au Milieu des terres. En amazigh elle est appelée ilel Agrakal (ⵉⵍⴻⵍ ⴰⴳⵔⴰⴽⴰⵍ), (littéralement « mer d'entre terre »), ilel signifiant « mer » et agrakal provenant de (a)ger « entre » + akal « terre ».
  • Une autre appellation, certes moins courante, est l'appellation de mer blanche : en turc : Akdeniz et en arabe : البحر الأبيض المتوسط al-bahr al-Abyad al-muttawasit, « mer Blanche du milieu ».
  • Enfin, on trouve quelques appellations plus rares et marginales comme Mer romaine (arabe : بحر الروم).
  • les Grecs, depuis le VIe siècle av. J.-C., la surnommaient « la mer située en deçà des Colonnes d'Hercule ».
  • chez les Romains, Jules César la nomme Mare nostrum (« notre mer ») et Pline l'Ancien Mare internum (« mer intérieure »).
  • au VIe siècle de notre ère, l'évêque Isidore de Séville emploie pour la première fois le terme latin de « mare Mediterraneum ».
  • le nom propre « Méditerranée » apparaît au XIXe siècle[2]. Avec la découverte d'autres mers méditerranées, au sens géographique du terme, la mer Méditerranée désigne plus précisément la mer Méditerranée eurafricaine[3].

Histoire

Carte de l'Empire romain en 118 après J.-C.

Le bassin méditerranéen est riche d’une histoire complexe et ancienne. Elle est le berceau de l'agriculture, et de nombreuses civilisations, moyen-orientales mais aussi européennes, africaines et asiatiques. L’Antiquité connaît un foisonnement de civilisations diverses comme les Égyptiens, Mésopotamiens, Hébreux, Hittites, Grecs ou Phéniciens. Puis, de grands empires se constituent et luttent pour prendre le contrôle des côtes de la mer Méditerranée : la Grèce, Carthage et Rome sont bien connus pour la domination exercée par leurs vastes empires autour du bassin méditerranéen ; cependant l'Empire romain sera le premier à unifier l'intégralité du bassin méditerranéen dans une unique entité politique, lui faisant gagner une certaine homogénéité culturelle, scientifique et technique. Ces empires contribuèrent également, par la mise en communication des peuples des différentes rives du bassin, au développement du commerce maritime. Après la division de l'Empire romain vers 395, le bassin occidental entre rapidement en décadence et se retrouve divisé entre plusieurs tribus goths plus ou moins fédérées (notamment les vandales), tandis que le bassin oriental, soumis à l'Empire byzantin, subit la concurrence à partir du VIIe siècle du califat arabo-musulman. Mais ce sont les croisades des Francs qui mettent fin à la prospérité de Byzance avec le « sac de Constantinople » en 1204 : l'empire ne s'en relèvera pas, et après avoir été encore plus affaibli par la concurrence des républiques maritimes de Venise et Gênes puis des épidémie de peste, Constantinople cède au siège des Turcs en 1453, et devient Istanbul, bientôt capitale du nouvel empire ottoman.

La Méditerranée en 1375, représentée dans l'Atlas catalan.

En Méditerranée occidentale et centrale, Venise reprend progressivement le flambeau maritime de l'Empire d'orient, puis monte en puissance au XIVe siècle, lorsque la « Bourse du Rialto » facilite l'échange des parts de navires, le développement d'une flotte commerciale, et le quadruplement de la superficie de l'Arsenal de Venise, mené par les autorités de la ville. La rivalité avec Gênes, autre grande cité maritime, favorise aussi le commerce, avant que la découverte des Amériques puis la nouvelle Route des Indes (contournant l'Afrique) ne déplacent progressivement le centre de gravité commercial de l'Europe plus à l'Ouest, entraînant un déclin de l'importance géostratégique de la Méditerranée pendant plusieurs siècles.

Un événement redynamise cependant le commerce maritime en Méditerranée à partir de 1869 : le percement du canal de Suez, qui permet à la Méditerranée de reprendre l'ascendant sur le commerce entre Europe et Asie par rapport au fastidieux contournement de l'Afrique. Cependant, les navires de cette époque, beaucoup plus autonomes, ont besoin de moins d'escales, et contribuent nettement moins à la prospérité des cités portuaires méditerranéennes, même si l’Égypte, qui perçoit une taxe sur la canal, est la grande gagnante de cette innovation (d'où une longue guerre d'influence entre France et Angleterre sur ce pays, puis la nationalisation du canal par le président Gamal Abdel Nasser en 1956).

L'empire ottoman s'écroula au cours de la Première Guerre mondiale et ses possessions furent rapidement partagées entre la France et la Grande-Bretagne, ne laissant que la Turquie, sous la forme d'un nouvel État. C'est alors brièvement l'Angleterre qui est la première puissance méditerranéenne, rivale de la France, grâce à ses possessions au Moyen-Orient, à Gibraltar, ainsi qu'aux îles de Malte et Chypre. Ces empires coloniaux ont constitué les derniers exemples d’États transméditerranéens, faisant la gloire éphémère de cités comme Marseille, porte de l'Empire. Mais avec la vague des décolonisations qui suit la Seconde Guerre mondiale, la Méditerranée redevient une mosaïque d’États-nations beaucoup plus repliés sur eux-mêmes (à l'exception de l'Union européenne, mais dont le centre de gravité est plutôt atlantique), et la mer se voit réduite à l'état de simple couloir de circulation, désormais l'une des principales voies de navigation commerciale de la planète, qui voit défiler un quart du trafic commercial et un tiers du trafic pétrolier mondiaux, cependant rarement destinés à ses propres ports[4].

Géologie

Relief de la mer Méditerranée.
Carte tectonique de la Méditerranée.

La mer Méditerranée se divise en deux bassins bien individualisés, séparés par des hauts fonds situés entre la Sicile et la Tunisie : la Méditerranée occidentale[5] et la Méditerranée orientale[6], elles-mêmes nettement compartimentées. La première recouvre une superficie d’environ 0,85 million de kilomètres carrés tandis que la seconde recouvre environ 1,65 million de kilomètres carrés.

La Méditerranée se trouve à la limite entre deux plaques : les plaques africaine et eurasienne. Ces deux plaques se rapprochent à cause de la subduction de la lithosphère océanique de la Téthys, ce qui est à l'origine de collisions continentales. Cela explique la forte activité sismique dans cette région et le volcanisme (Vésuve, Etna, Stromboli, Santorin…).

Le fond de la Méditerranée occidentale est constitué d'une lithosphère océanique relativement récente, qui a commencé à se former au Miocène. La Méditerranée orientale est aussi constituée de lithosphère océanique mais d'âge plus ancien datant du Mésozoïque (de l'ère secondaire). C'est le vestige d'un ancien océan : la Téthys. Cette lithosphère océanique ancienne s'enfonce (subduction) sous l'Italie, la Sicile, la mer Égée, ce qui est à l'origine de la remontée du continent africain, mais aussi de l'étirement de la lithosphère dans la mer Égée et le bassin algéro-provençal et la mer Tyrrhénienne. Les séismes récents en Italie ont pour origine cet étirement de la croûte.

Histoire géologique

La mer Méditerranée est en partie le vestige d’un ancien domaine océanique que l’on nomme aujourd’hui la Téthys, qui était plus vaste que la mer Méditerranée actuelle. À partir du Crétacé, la Téthys s’est « refermée » progressivement par subduction, avec le rapprochement des continents africain et eurasiatique. Ce phénomène a entraîné la formation de chaînes de montagne, comme les Pyrénées, ou les Alpes. Durant l’Oligocène (il y a 30 millions d’années), la Méditerranée occidentale a subi une phase d’étirement qui a séparé la Corse et la Sardaigne du continent européen.

Il y a cinq millions d’années, le détroit de Gibraltar s’est refermé à la suite de l'élévation de son niveau par des mouvements sismiques, réduisant la mer Méditerranée à un lac très salé. On nomme cet épisode la crise de salinité messinienne. Des dépôts salins au fond de la mer produits durant un million d’années témoignent de ce phénomène. Près de 300 000 ans plus tard, une série de mouvements sismiques ont ouvert le barrage naturel du détroit[7]. Les scientifiques ont observé, à l'ouest du bassin oriental, un vaste dépôt de sédiments, d’apparence chaotique, au pied d’une falaise sous-marine appelée l'escarpement de Malte[8]. Ce dépôt témoigne d’une inondation gigantesque, datant du début du Pliocène, qui aurait rempli ce qui est la Méditerranée actuelle. Se déversant par le détroit de Gibraltar dès son ouverture, l’Atlantique a alimenté, en premier lieu, le bassin occidental avant de franchir le verrou au niveau de l’escarpement de Malte et de se jeter dans le bassin oriental par une cascade de 1,5 km de dénivelé en creusant au passage un immense canyon[9] sur le versant oriental de l'escarpement. Il aurait fallu entre quelques mois et quelques années pour que se déverse la quantité d’eau qui avait mis des centaines de milliers d’années à s’évaporer[10].

En s'inspirant de cet épisode, l'architecte allemand Herman Sörgel conçoit en 1928 le projet Atlantropa dans lequel la fermeture du détroit de Gibraltar par un barrage hydroélectrique aurait asséché une partie de la mer Méditerranée.

Les fonds marins de la mer Méditerranée se modifient encore aujourd’hui car les plaques africaine et eurasienne sont en contact. Leurs mouvements provoquent des séismes en Italie, Grèce, Turquie, Israël, France, et Algérie, et entretiennent une activité volcanique en Italie avec l’Etna, le Vésuve et le Stromboli.

Géographie

Les frontières de la mer Méditerranée.
La Méditerranée est bordée par 22 pays situés sur 3 continents différents.

L'Organisation hydrographique internationale divise la mer Méditerranée en deux bassins dont les limites sont déterminées de la façon suivante[11]:

  • Bassin occidental (environ un tiers de la superficie) :
    • À l'ouest : Une ligne joignant le cap de Trafalgar (36° 10′ 52″ N, 6° 02′ 02″ O) au cap Spartel (35° 47′ 31″ N, 5° 55′ 29″ O).
    • Au nord-est : La côte ouest de l'Italie. Dans le détroit de Messine, une ligne joignant l'extrémité nord du cap Paci (38° 15′ 22″ N, 15° 42′ 51″ E) au cap Peloro (38° 16′ 02,8″ N, 15° 39′ 11,71″ E), l'extrémité est de la Sicile. La côte nord de la Sicile.
    • À l'est : Une ligne joignant le cap Boeo (37° 48′ 07″ N, 12° 25′ 28″ E), à l'extrémité ouest de la Sicile, à travers l'Adventure Bank jusqu'au cap Bon, en Tunisie.
  • Bassin oriental (environ deux tiers de la superficie) :
    • À l'ouest : Dans le détroit de Messine une ligne joignant le cap Paci (38° 15′ 22″ N, 15° 42′ 52″ E) au cap Peloro (38° 16′ 02,8″ N, 15° 39′ 11,71″ E), l'extrémité est de la Sicile. Les côtes orientales et méridionales de la Sicile. Une ligne joignant le cap Boeo, à l'extrémité ouest de la Sicile, à travers l'Adventure Bank jusqu'au cap Bon, en Tunisie.
    • Au nord-est : une ligne joignant Kumkale (40° 00′ 31″ N, 26° 11′ 54″ E) et le Mehmetçik Burnu (ex cap Helles) (40° 02′ 35″ N, 26° 10′ 31″ E), l'entrée occidentale des Dardanelles.
    • Au sud-est : l'entrée du canal de Suez.
    • À l'est : les côtes de Syrie, du Liban, d'Israël et de Palestine.

La Méditerranée est reliée à l’océan Atlantique, par le détroit de Gibraltar à l’ouest ; à la mer de Marmara et à la mer Noire, par les Dardanelles et le Bosphore, à l’est ; à la mer Rouge, par le canal de Suez, au sud-est. La mer de Marmara — mais pas la mer Noire — est parfois considérée (à tort) comme faisant partie de la Méditerranée. Il s'agit géographiquement d'une mer semi-fermée partagée par 23 États riverains même si certains États comme la Fédération de Russie utilisent une argumentation juridique pour refuser ce qualificatif, arguant du fait qu'il s'agit d'une mer très grande contenant beaucoup d'autres mers (comme la mer Adriatique à son tour semi-fermée) et utilisée pour la navigation internationale, comme s'il s'agissait d'un océan[12].

Le climat méditerranéen est caractérisé par un hiver humide et doux et par un été chaud et sec. Cependant, les inter saisons laissent place à une violence certaine du climat. Des pluies très importantes et très violentes s’abattent parfois alors que la terre asséchée par des périodes de sécheresse ne peut absorber ces précipitations (parfois équivalents à trois mois de pluie voire bien plus selon la latitude). Les inondations fréquentes en témoignent, comme à Vaison-la-Romaine en 1992 ou dans l’Aude en 1999.

Les marées sont de faible amplitude et l’évaporation (3 130 km3/an) y est plus importante que dans l’océan Atlantique, d’où un taux de salinité plus élevé et des températures d’eau plus chaudes qu’en Atlantique. L'humidité ainsi générée est redistribuée sur le bassin méditerranéen en automne et en hiver. Les précipitations (pluviométrie de 1 000 km3/an) et la quantité relativement faible d’eau apportée par les fleuves (apports fluviaux de 430 km3/an) qui s’y jettent sont largement insuffisantes pour combler cette évaporation. Les apports hydrologiques de la mer Noire (180 km3/an) et surtout de l’océan Atlantique (1 520 km3/an), via l’espace de communication du détroit de Gilbraltar, malgré sa dimension relativement modeste, permettent cependant de combler une partie du déficit d’environ 3 000 milliards de mètres cubes[13]. À la faveur des flux d'ouest et du courant-jet une partie de l'humidité se trouve transportée vers le sous-continent Indien sous la forme de perturbations occidentales.

La mer Méditerranée, carte politique.

Îles méditerranéennes

Les principales îles de la Méditerranée, que ce soit par leur superficie, leur importance historique ou leur fréquentation touristique, sont :

Le tableau suivant recense par ordre décroissant de superficie les îles de plus de 400 km2.
#NomPaysSuperficie (km²)
+001,SicileDrapeau de l'Italie Italie+0025 709,
+002,SardaigneDrapeau de l'Italie Italie+0024 090,
+003,ChypreDrapeau de Chypre Chypre
Drapeau de Chypre du Nord Chypre du Nord
+0009 251,
+004,CorseDrapeau de la France France+0008 680,
+005,CrèteDrapeau de la Grèce Grèce+0008 261,
+006,EubéeDrapeau de la Grèce Grèce+0003 655,
+007,MajorqueDrapeau de l'Espagne Espagne+0003 625,
+008,LesbosDrapeau de la Grèce Grèce+0001 641,
+009,RhodesDrapeau de la Grèce Grèce+0001 410,
+010,ChiosDrapeau de la Grèce Grèce+0 000842,
+011,CéphalonieDrapeau de la Grèce Grèce+0 000775,
+012,MinorqueDrapeau de l'Espagne Espagne+0 000694,
+013,CorfouDrapeau de la Grèce Grèce+0 000641,
+014,IbizaDrapeau de l'Espagne Espagne+0 000572,
+015,DjerbaDrapeau de la Tunisie Tunisie+0 000514,
+016,LemnosDrapeau de la Grèce Grèce+0 000478,
+017,SamosDrapeau de la Grèce Grèce+0 000477,
+018,NaxosDrapeau de la Grèce Grèce+0 000436,
+019,KrkDrapeau de la Croatie Croatie+0 000405,
+020,CresDrapeau de la Croatie Croatie+0 000405,
+021,ZanteDrapeau de la Grèce Grèce+0 000402,
Vue de du corniche de Monastir depuis le Ribat.
Vue d'Alger, depuis l'hôtel El Aurassi, plus grande agglomération de Méditerranée.

Pays côtiers

La mer Méditerranée est bordée par 21 États souverains officiellement reconnus (dont la principauté de Monaco), plus l’État Palestinien (Bande de Gaza) et Chypre du Nord, au statut disputé, ainsi que Gibraltar, territoire britannique revendiqué par l'Espagne. On y parle entre 11 et 20 langues différentes selon si l'on prend en compte les nombreux dialectes (catalan, bosnien…). Ces langues sont de racines romane (français, espagnol, italien), hellénique (grec), slave (slovène, serbo-croate), balkanique (albanais), berbère (kabyle), sémitique (arabe, hébreu, maltais), et altaïque (turc).

Les États qui bordent la Méditerranée sont :

PaysPlus grande ville côtièreAutres grandes villes côtièresLangues parlées sur la côte
Drapeau de l'Albanie AlbanieDurazAlbanais
Drapeau de l'Algérie AlgérieAlger (capitale)Oran, Annaba, Béjaïa, Mostaganem, Skikda, Jijel, Tipaza, Collo, TénèsArabe algérien, Chenoui, Kabyle
Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-HerzégovineNeumSerbo-croate
Drapeau de Chypre Chypre/Drapeau de Chypre du Nord Chypre du NordLimassolLarnacaGrec et Turc chypriotes
Drapeau de la Croatie CroatieSplitRijekaSerbo-croate
Drapeau de l'Égypte ÉgypteAlexandriePort-SaïdArabe
Drapeau de l'Espagne EspagneBarceloneAlicante, Malaga, Carthagène, Palma, Valence, Tarragone, Badalona, Ceuta, MelillaEspagnol (castillan), Catalan
Drapeau de la France FranceMarseilleNice, Cannes, Toulon, Sète, Narbonne, AjaccioFrançais
Drapeau de la Grèce GrèceAthènes (capitale)Thessalonique, Patras, HéraklionGrec
Drapeau d’Israël IsraëlTel Aviv-JaffaHaïfa, AshdodHébreu, Yiddish, Arabe
Drapeau de l'Italie ItalieNaplesTrieste, Venise, Ancône, Bari, Tarente, Catane, Palerme, Messine, Livourne, La Spezia, Gênes, Reggio de CalabreItalien et ses dialectes (napolitain, sarde, sicilien...)
Drapeau du Liban LibanBeyrouth (capitale)TripoliArabe, Français
Drapeau de la Libye LibyeTripoli (capitale)Benghazi, Misrata, Khoms, ZaouïaArabe, Berbère (Zouara)
Drapeau de Malte MalteLa Valette (capitale)Maltais, Anglais
Drapeau du Maroc MarocTangerAl Hoceïma, Nador, TétouanArabe marocain, Langues berbères
Drapeau de Monaco MonacoMonacoFrançais
Drapeau du Monténégro MonténégroBarSerbo-croate
Drapeau de la Palestine PalestineGazaArabe
Drapeau de la Slovénie SlovénieKoper/CapodistriaSlovène
Drapeau de la Syrie SyrieLattaquiéTartousArabe
Drapeau de la Tunisie TunisieTunis (capitale)Bizerte, Djerba, Hammamet, Mahdia, Monastir, Nabeul, Sfax, Sousse, ZarzisArabe tunisien, Berbère (Djerba)
Drapeau de la Turquie TurquieIzmirAntalya, Mersin, AlexandretteTurc

. Au niveau de ces pays, la Méditerranée est le lieu de processus accentués de littoralisation et d'urbanisation plus ou moins spontanées. Sur 30 ans, de 1970 à 2000, les populations côtières sont passées de 96 millions d’habitants à 145 millions, soit 51 % d’augmentation, dont 17,2 % pour la rive Nord et 84 % pour les rives Est et Sud. Sur la même période, la population urbaine côtière a progressé de 10 millions d’habitants sur la rive Nord et de 30 millions d’habitants sur les rives Sud et Est[14].

Ports

Subdivisions de la Méditerranée

La mer Méditerranée se divise en deux bassins bien séparés par des hauts-fonds entre la Sicile et la Tunisie. Chaque bassin est divisé en différents compartiments portant le nom de mers, bassins ou golfes, parfois eux-mêmes divisés en zones géographiques de taille inférieure :

Méditerranée occidentale

Méditerranée orientale

Plusieurs détroits relient ces différentes parties de la Méditerranée :

Quelques chiffres de géographie physique

  • Superficie : 2,51 millions de kilomètres carrés (soit 0,66 % de l’océan mondial) ;
  • Dimensions : 3 860 km de l'est à l'ouest et 1 600 km du nord au sud[15];
  • Périmètre : 46 000 km de littoral ;
  • Profondeur moyenne : 1 500 mètres
  • Profondeur maximale : 5 267 m[15]
    • Deux de ses abysses, tous deux situés en mer Ionienne, rivalisent avec ceux des océans.
      • La fosse de Matapan atteint 5 121 mètres. Elle se situe au large du Péloponnèse à 56 km au sud-ouest de Methóni (Messénie)
      • La fosse Calypso (5 267 m) est située par 36° 34′ N, 21° 08′ E
    • La mer Tyrrhénienne est moins profonde à seulement (3 731 mètres) ;
  • Volume : 3,7 millions de kilomètres cubes ;
  • Marnage des marées : de 0 à 2 m environ, 40 cm en moyenne[16];
  • Renouvellement de l'eau : environ 90 ans ;
  • Salinité moyenne : aux alentours de 3,8 % ;
  • Fleuves les plus importants : Rhône, Èbre, Chelif, Medjerda, Nil, Nahr Al Assi (Oronte), Büyük Menderes (Méandre), Aliakmon, , Adige.
  • Apport de la pêche : approximativement 2 % de la pêche mondiale.

Écologie

Biodiversité

La Méditerranée étant un des derniers vestiges océaniques de la Téthys, la plupart de ses espèces étaient pantropicales (espèces présentes dans toutes les mers chaudes du globe : récifs coralliens à porites, mangroves) avant la crise de salinité messinienne. La fermeture de la communication avec l'océan Indien il y a 14-18 Ma et l’assèchement de la Méditerranée durant cette crise messinienne il y a 5,96 à 5,33 Ma ont eu pour conséquence que le biotope marin de la mer Méditerranée est depuis lors principalement issu de l’océan Atlantique. L’Atlantique Nord est beaucoup plus froid et plus riche en aliments que la Méditerranée, et la vie marine méditerranéenne s'est adaptée à des conditions changeantes au cours des cinq millions d’années qui ont suivi son remplissage[17].

La mer Méditerranée est plus salée et plus pauvre en nutriments que l’océan Atlantique, en particulier à cause du détroit de Gibraltar qui bloque les grands courants de l’Atlantique. En raison de l’aridité du climat et de l’effet des vents, l’évaporation est plus importante que les apports des pluies et des fleuves, ce qui concentre la teneur en sel ; un équilibre est globalement préservé grâce à deux écoulements contraires au niveau de Gibraltar : un flux d'eau Atlantique entrant en surface et un flux d’eau salée sortant en profondeur[18].

La Méditerranée représente 0,8 % de la surface de l’océan mondial et 8 à 9 % de la biodiversité marine (10 à 12 000 espèces). Le domaine continental de la Méditerranée représente 1,6 % de la surface des continents et 10 % de la biodiversité mondiale (notamment 20 000 plantes, dont 52 % d’endémiques). La faune et la flore méditerranéennes comportent environ 20-30 % d’endémiques, 3-10 % d’espèces pantropicales, 55-75 % d’espèces atlantiques et 5 % d’« espèces lessepsiennes »[14],[19]. Le taux d’endémisme y est de 18 % chez les crustacés et les poissons[20], 48 % chez les spongiaires, 20 % chez les algues, 50 % chez les ascidies, si bien que la Méditerranée occupe la deuxième place mondiale en termes de richesse d’espèces endémiques[21]. Toutefois, 21% d'entre elles sont classées vulnérables, et 11% en voie de disparition[22].

La Méditerranée est cependant une mer relativement pauvre en termes de biomasse, notamment dans sa partie orientale en raison d'une limitation en phosphates qui réduit le développement du phytoplancton[23].

Les « espèces-phares » de Méditerranée sont les mérous (notamment Epinephelus marginatus, mais aussi Mycteroperca rubra, Epinephelus costae, Epinephelus caninus et Epinephelus aeneus), le corail rouge (et quelques autres gorgones[24] et coraux abyssaux), la grande nacre, plusieurs espèces de requins et raies, le phoque moine de Méditerranée, les tortues caouanne et verte, les cétacés (rorqual commun, cachalot, orque, baleine de Cuvier, dauphin de Risso, Marsouin commun, globicéphale noir, dauphin commun, dauphin à bec étroit, Dauphin bleu et blanc, grand dauphin), et certains oiseaux marins comme le balbuzard pêcheur ou le puffin yelkouan[25]. De nombreux invertébrés bénéficient aussi d'un grand succès populaire, notamment les nudibranches.

Les populations de vertébrés en Méditerranée ont baissé de 20% entre 1993 et 2016, pour des raisons diverses : surpêche, prolifération des barrages, surconsommation d’eau, pesticides et changement climatique[26],[27] qui prend la forme d’un réchauffement général, prolongé et accéléré des temps dans cette zone commeailleurs sur la planète.

État de la mer Méditerranée

Les menaces pesant sur cette mer quasi-fermée sont nombreuses : en plus d'être la première destination touristique au monde (343 millions de touristes en 2014), 150 millions d'humains habitent le long de son littoral, dont plus de la moitié ne disposent pas de système de traitement des ordures et eaux usées.

Pollutions

La Coalition pour une Méditerranée exemplaire en 2030 estime qu'un total de 600 000 tonnes de déchets sont déversés dans la Méditerranée chaque année[28], phénomène aggravé par le fait que cette mer fermée tend à concentrer les pollutions[29]. Le fait que la Méditerranée soit une mer fermée, étroitement bordée par des pays très industrialisés, à population très dense et sous-équipés en matière de gestion des déchets aggrave encore la situation[25].

Les pollutions marines sont de deux sortes : des macro-éléments (« ordures »), que les animaux peuvent ingérer au risque de s'étouffer, et des micro-éléments dissous (métaux lourds, pesticides, médicaments, produits industriels…), qui se retrouvent dans le milieu d'alimentation et peuvent être bioaccumulés par les animaux situés au sommet de la chaîne alimentaire[30],[31]. C'est particulièrement le cas des cétacés, qui absorbent en Méditerranée de nombreux polluants solubles, cinq à dix fois plus que leurs congénères de l'Atlantique[32],[33]. Le DEHP, un des phtalates les plus toxiques, présente une concentration moyenne de 580 µg/kg (voire jusqu'à 1 060 µg/kg selon les études[32]) chez le Rorqual commun, soit plus du double de la limite autorisée pour du poisson vendu dans le commerce[34]. Les phtalates n'étant pas bioaccumulés, ce résultat montre que l'exposition est chronique et permanente[32]. Les cétacés de Méditerranée (mais aussi les tortues, thons et requins) présentent des niveaux de contamination alarmants en matière de phtalates[33], PCB[31], PBDE[30] et métaux lourds (notamment le mercure, le plomb et l'arsenic)[35].

Concernant les microplastiques, la Méditerranée est probablement la mer où leur concentration est la plus élevée au monde[34].

En plus des pollutions plastiques, chimiques et organiques, la Méditerranée voit aussi passer 18% du trafic pétrolier mondial et a déjà connu plusieurs marées noires[25]. Environ 400 000 tonnes d'hydrocarbures sont déversées en Méditerranée chaque année[4].

Surpêche

La Méditerranée est aussi considérée comme « la mer la plus surpêchée du monde » : 90 % des stocks halieutiques y sont pêchés au-dessus des niveaux durables[36].

Invasions biologiques

Le percement du canal de Suez en 1869 a créé le premier passage d’eau de mer entre la mer Méditerranée et la mer Rouge. Cette dernière étant plus haute que la partie orientale de la Méditerranée, le canal forma un fleuve d’eau salée de la mer Rouge dans la Méditerranée. Traversé par le canal, le Grand Lac Amer (très salé avant le percement) a bloqué la migration des espèces de la mer Rouge vers la Méditerranée pendant plusieurs décennies. Progressivement, la salinité de ce lac s’est égalisée avec celle de la mer Rouge, la barrière migratoire s’est levée, et les plantes et les animaux de la mer Rouge ont commencé à coloniser la Méditerranée orientale.

Les espèces animales et végétales de la mer Rouge prennent l’avantage sur les espèces de l’océan Atlantique dans l’environnement méditerranéen oriental salé et pauvre en aliments. La construction du barrage d'Assouan sur le Nil dans les années 1960 a réduit l’apport d’eau douce riche en nutriments dans la Méditerranée orientale, ce qui rend l’environnement de la Méditerranée proche de celui de la mer Rouge. Cet échange d’« espèces lessepsiennes » ou « érythréennes » (du grec eruthros signifiant « rouge ») est connu sous le nom de migration de Lesseps, d’après Ferdinand de Lesseps, l’ingénieur qui a surveillé la construction du canal. Ces espèces s'installent principalement dans le bassin oriental et s'y acclimatent, si bien que 15 % des poissons de la Méditerranée orientale sont exotiques en 2007 (en Turquie elles représentent 43 % des ressources halieutiques ; au Liban, 72 % des poissons sont des Siganus rivulatus[37]). Certaines migrent dans le bassin occidental (Siganus luridus, Fistularia commersonii).

En 2008, 560 espèces exotiques (une majorité de poissons, arthropodes et mollusques) ont été recensées en Méditerranée. Leurs voies d'arrivée sont le Canal de Suez, le détroit de Gibraltar et la voie anthropique (notamment l'aquaculture, les eaux de ballasts ou le fouling). 220 proviennent du bassin Indo-Pacifique, 100 de l'océan Indien, 58 de la mer Rouge, 34 de l'océan Atlantique[38]. L'UICN a établi une « Liste noire des espèces envahissantes dans le milieu marin » de Méditerranée, recensant 15 poissons, 4 crustacés, 11 mollusques, 10 végétaux et de nombreux autres invertébrés[39].

Protection

La Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM) a été créée en 1949 par un accord international conclu en vertu de l'article XIV de la constitution de la FAO. Sa zone de compétence est la Méditerranée, la mer Noire et les eaux adjacentes[40].

En 1976, les 21 pays qui bordent cette mer ont ratifié la Convention pour la protection du milieu marin et du littoral de la Méditerranée[41] (aussi appelée « Convention de Barcelone ») visant à prévenir et réduire la pollution marine en mer Méditerranée et assurer le développement durable des socio-écosystèmes qui en dépendent. Elle constitue le cadre juridique du Plan d'action pour la Méditerranée (approuvé en 1975), élaboré dans le cadre du Programme pour les mers régionales du Programme des Nations unies pour l'environnement[42], et a notamment défini de nouvelles « Aires spécialement protégées d’importance méditerranéenne » (ASPIM)[25]. En 1993, les parties contractantes réunies à Catane pour la COP13 ont adopté le Programme d'Action Stratégique pour la conservation de la diversité biologique dans la région méditerranéenne (PAS BIO) en vue de faire face aux différentes menaces auxquelles est soumise la biodiversité marine et côtière en Méditerranée.

Au niveau mondial, la protection de la nature en Méditerranée est également encadrée par la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS ou Convention de Bonn) depuis 1979, la Convention sur la diversité biologique (CBD) depuis 2010, et depuis 2015 les Objectifs de développement durable de l'Organisation des Nations unies (UN SDG).

L'ONU est également à l'origine du Programme d’évaluation et de maîtrise de la pollution dans la région méditerranéenne (MED POL), du Centre régional méditerranéen pour l’intervention d’urgence contre la pollution marine accidentelle (REMPEC), du Centre d’Activités Régionales du Plan Bleu (CAR/PB), du Centre d’Activités Régionales du Programme d’Actions Prioritaires (CAR/PAP), du Centre d’Activités Régionales pour la Consommation et la Production Durables (CAR/CPD), et du Centre d’Activités Régionales pour l’Information et la Communication (CAR/INFO)[25].

Une zone plus ou moins losangique autour de la Corse, s'étendant du nord de la Sardaigne aux côtes française et italienne.
Territoire d'application de l'Accord Pelagos.

Concernant plus spécifiquement les cétacés, il existe depuis 1996 un Accord sur la conservation des cétacés de la mer Noire, de la Méditerranée et de la zone Atlantique adjacente, entré en vigueur le . Cet accord s'articule avec le Sanctuaire Pelagos, créé autour de la Corse en vue d'y protéger les importantes populations de cétacés qui y résident ou migrent[25]. L'Union pour la Méditerranée est également fondée en 2008, comportant à la fois l'Union européenne dans son ensemble et tous les pays riverains de la Méditerranée. En mars 2021 est fondé un « Consortium méditerranéen pour la biodiversité », qui regroupe le MedPAN, l'Initiative MedWet (équivalent de MedPAN pour les zones humides), la Tour du Valat, l’Association internationale des forêts méditerranéennes et le Centre de coopération pour la Méditerranée de l’UICN, avec le partenariat de l'Agence française de développement et du Fonds français pour l'environnement mondial[22].

Au niveau européen, l'un des premiers efforts coordonnés notables en matière de protection de la vie marine fut la première Politique commune de la pêche (PCP) de 1970. Mais en matière de conservation de la nature, il faut attendre la Convention de Berne (« Convention du Conseil de l’Europe relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe ») signée en 1979, premier traité international visant à protéger aussi bien les espèces que les habitats, et qui a été signée par 50 pays dont tous ceux de l'Union Européenne et plusieurs pays proches et africains[43]. Elle a été suivie par La Directive « Oiseaux » (adoptée en 1979, remplacée en 2009) et la Directive « Habitats » (adoptée en 1995), instaurant des zones de protection devenues le réseau des sites Natura 2000, intégrant depuis 2008 des sites « Natura 2000 en mer ». Toujours en 2008, l'Europe adopte une Directive-cadre Stratégie pour le milieu marin définissant un « bon état écologique » comme objectif à atteindre pour les eaux communautaires (selon, donc, une approche écosystémique). La Directive-cadre sur l'eau, adoptée en 2000, possède également un volet maritime[25].

La Méditerranée comporte aujourd'hui environ 1 215 Aires Marines Protégées (AMP) et Autres Mesures Spatiales de Conservation (AMSC), représentant 17 362 km2, ce qui correspond à 6,81 % de la Méditerranée - mais seulement 0,04 % est strictement interdit à la pêche[44]. Le réseau méditerranéen des AMP est animé par MedPAN, organisation non-gouvernementale basée à Marseille[45]. Selon l’objectif 11 d’Aichi (adopté à la Convention sur la diversité biologique en octobre 2010), le but est d'arriver à au moins 10 % de la Méditerranée avec un statut de protection significatif et un plan de gestion[25]. Il existe également d’« autres mesures de conservation efficace par zone » (AMCE), introduites en 2010 par la Convention pour la Diversité Biologique, et comprenant notamment les Zones de restriction de pêche (FRA) et les Zones maritimes particulièrement vulnérables (PSSA).

La protection des espèces en Méditerranée dépend des législations nationales ; en France, tous les mammifères marins (phoque et cétacés) et tortues sont protégés, ainsi que des espèces ponctuelles comme les mérous, la cigale de mer, la datte de mer, l'oursin-diadème, la posidonie, la grande nacre, et la patelle géante. D'autres font l'objet d'une réglementation, comme l'oursin violet, la plupart des coraux et gorgones (en particulier le corail rouge), les éponges (comme Aplysina aerophoba), la plupart des requins, certaines raies (comme Gymnura altavela) certains gros coquillages (comme le triton ou l'ormeau), les hippocampes, et tous les poissons en dessous de la taille minimale de collecte.

Prospective

Le dérèglement climatique pourrait avoir des effets exacerbés sur la zone biogéographique méditerranéenne qui abrite un grand nombre de hot-spots de biodiversité. Ils entraînent en effet une augmentation de la température de surface de la mer et entraînent une méridionalisation voire une tropicalisation de la Méditerranée : les espèces végétales et animales d’affinité méridionale sont favorisées aux dépens des espèces septentrionales[46].

La Méditerranée est la victime de pressions diverses : la poursuite de la surpêche favorise la gélification de cette mer due à la pullulation de méduses ; contaminants chimiques, comme les métaux lourds et les pesticides, dont certaines molécules, quoiqu'elles soient interdites, résident dans le lit des fleuves et sont périodiquement relarguées à l'occasion des épisodes de crues ; développement des macro-déchets et, plus encore, des micro-déchets plastiques, qui font courir un risque de « polymérisation » au bassin méditerranéen.

Anticiper les effets du changement climatique sur l’eau, l’agriculture, le tourisme, la pêche, l’énergie, le transport et l’urbanisme et l’environnement et la santé (zoonoses, épidémies, maladies émergentes) dans cette zone est une priorité croissante pour les élus et habitants de cette région déjà très dégradée par les feux de forêts et les sécheresses[47].

Économie

La Méditerranée vue depuis Menton.

Le bassin méditerranéen concentre 150 millions d’habitants et attire quelque 200 millions de visiteurs chaque année[48]. 20 % des pétroliers, 30 % des navires marchands du monde circulent en Méditerranée, pour un trafic total de 120 000 bateaux[48].

Le secteur de la pêche primaire (emplois à bord des bateaux de pêche) représente près d'un quart de million d'emplois en Méditerranée. La pêche artisanale représente 60 % de ces emplois et 80 % (67 000 navires) de la flotte totale[49].

Ce secteur est cependant menacé par la surpêche. Les lacunes en matière de réglementation de la pêche, la non application des recommandations de la Commission générale des pêches pour la Méditerranée, la surexploitation des ressources halieutiques et l'utilisation de certains modes d'exploitation néfastes entraînent en effet le déclin des stocks dont 4 % à peine atteignent le rendement maximum durable. La Commission européenne estime qu'en 2016, à « l’ouest, entre les côtes espagnoles et la mer Tyrrhénienne, 96 % des stocks sont surexploités. Les pêcheurs européens attrapent en moyenne six fois plus de merlu, de rouget, de merlan bleu ou de baudroie qu’il faudrait pour que ces espèces aient une chance de se reproduire et de se maintenir durablement. A l’est, autour de la Crète et de Chypre, 91 % des populations de poissons sont pressurées au-delà du raisonnable. Le pire étant les zones centrales, où se retrouvent les bateaux de pêche de tous les pays riverains »[50]. Pour les anchois et sardines menacées de disparition, d'autres facteurs que la pression de pêche sont avancés : les changements environnementaux comme la température de la mer ou la pollution semblent modifier le plancton qui serait constitué d’espèces moins énergétiques, ce qui affecterait les populations de sardines et d’anchois[51].

Sport

Les Jeux méditerranéens, qui se déroulent tous les quatre ans, sont une compétition multisports où se rencontrent des sportifs des pays du bassin méditerranéen.

Tourisme

Affiche publicitaire « Belle Époque » de David Dellepiane (1866-1932) pour la Côte d'Azur.

Une première forme de tourisme culturel, le Grand Tour, se développe sur les bords de la Méditerranée au XVIIIe siècle. Des jeunes aristocrates d'Europe du Nord visitent l'Italie, parfois la Grèce et le Proche-Orient ottomans, pour s'imprégner de la culture classique grecque, romaine, et italienne et se faire une place au sein de l'élite culturelle, diplomatique ou commerciale européenne.

Au XIXe siècle, la bonne société européenne ne cherchait pas la chaleur et le soleil pour ses loisirs, préférant se déplacer sur des stations balnéaires de la côte atlantique, de la Manche ou de la Baltique dès le début de l'été, mais pas en Méditerranée. C'est à la même époque que naît le tourisme en Angleterre, où la population est déjà très urbanisée et invente la notion de vacances : les Anglais sont ainsi les premiers à fréquenter les bords de la Méditerranée, dont ils apprécient les hivers doux et ensoleillés, donnant naissance à de nombreux palaces (en particulier à Nice, la promenade des Anglais en est un exemple), et à ce qui deviendra la Côte d'Azur, ou en anglais la « French Riviera ». Les oligarques russes leur emboîtent rapidement le pas, notamment à Nice et Cannes. Cette première vague touristique est à la fois aristocratique et surtout hivernale : à cette époque, « bronzer, c'était prendre le risque de régresser socialement et racialement » affirme l'anthropologue Jean-Didier Urbain. En effet, c'étaient les couches les plus pauvres de la population — paysans, ouvriers… — qui travaillaient au soleil ; la peau claire constituait donc un marqueur social, obligeant les couches aisées à se protéger du soleil pour conserver cette distinction sociale[52].

La première description d'un bain de soleil comme plaisir bourgeois date ainsi seulement de 1902, dans L'Immoraliste d'André Gide et Coco Chanel fait scandale en 1927 en prenant le soleil sur la Côte d'Azur, alors que l'écrivain Théo Varlet crée le nudisme en 1905. La mode du bronzage n'arrivera qu'avec l'entre-deux-guerres, sous l'impulsion de Coco Chanel et Joséphine Baker[53], contribuant à développer un tourisme estival sur ces côtes[54]. Le tourisme méditerranéen, encore privilégié, se développe à partir de cette période. Jean-Didier Urbain poursuit : « Longtemps, la fréquentation de la Méditerranée s'est faite autour de trois usages. Il y avait l'aspect sanitaire, avec les stations balnéaires, de la côte espagnole à la Riviera italienne. Puis, dans le croissant allant des côtes adriatiques à l'Égypte, une imbrication entre découverte des racines de notre civilisation et une Méditerranée des loisirs dont le principal attrait était le tourisme sexuel »[52].

Paul Cézanne, Le Golfe de Marseille vu de l'Estaque, v.1885, Metropolitan Museum of Art de New York.

Au début du XXe siècle, ce sont aussi les peintres qui vont attirer la curiosité des européens sur les couleurs vives et contrastées des paysages méditerranéens : c'est d'abord le cas de Paul Cézanne, qui immortalise dès les années 1880 la Provence jusqu'à Marseille. Il est suivi au tout début du siècle par certains impressionnistes et surtout les « fauvistes », qui peignent notamment Ajaccio (Henri Matisse), Collioure (Louis Valtat, Matisse et André Derain), Saint-Tropez (Paul Signac et Henri Manguin) ou encore Agay et les côtes du Massif de l'Esterel (Armand Guillaumin, Albert Marquet, Valtat).

Agay, un village balnéaire de la Côte d'Azur.

En France, pays rural en comparaison de l'Angleterre, c'est avec les congés payés de 1936 et surtout la société de consommation des Trente Glorieuses que le tourisme méditerranéen se développe et se démocratise, donnant naissance au camping et à la fréquentation populaire des villes du Sud de la France. En 1950, l'entrepreneur belge Gérard Blitz crée le Club Méditerranée, des camps de vacances (d'abord sur l'île de Majorque, en Espagne[55], puis en Italie, en Grèce, en Tunisie, etc.). « Le coup de génie de Blitz, c'est la création d'un concept de vacances qui n'a strictement rien à faire de l'endroit où l'on s'implante du moment qu'il y a le sable, le soleil et la mer. Un endroit où l'on est heureux ensemble : sur ces côtes méditerranéennes, on crée une Polynésie fantasme, avec pareos, paillotes et monnaie propre. On ne vient plus là pour découvrir le monde mais pour l'oublier » conclut Jean-Didier Urbain[52]. Avec l'apparition des boîtes de nuit, certains endroits se voient dédiés à la fête estivale, comme l'île d'Ibiza.

Depuis, la région accueille un nombre toujours croissant de voyageurs : le nombre de touristes internationaux représente plus de 310 millions en 2015, soit 28 % du tourisme mondial[56]. De 2000 à 2020, la France, l'Espagne et l'Italie sont leaders mais la Turquie et l'Égypte devraient tripler, voire quadrupler leur nombre de visiteurs.

Sur 5,7 % des terres émergées, le bassin méditerranéen concentre un tiers du tourisme mondial (275 millions de visiteurs selon les chiffres du World Travel and Tourism Council (en)). « Ces flux touristiques génèrent plusieurs types de pression sur l’environnement : un urbanisme littoral démesuré au regard des besoins des populations résidentes ; l’augmentation des tensions sur l’utilisation de l’eau qui résulte d’habitudes de consommation très spécifiques (golfs, piscines, usage individuel moins restreint que celui des populations locales), mais aussi de la coïncidence des afflux touristiques avec les périodes d’étiage »[14].

Migration

Depuis le début de la crise migratoire, dans les années 2010, de plus en plus de migrants et réfugiés parviennent en Europe en traversant la Méditerranée, en raison d'un contrôle toujours plus grand des routes de migration terrestres par l’UE (Frontex). Ces traversées maritimes sur des embarcations de fortune surpeuplées sont bien souvent très périlleuses, et ont conduit à la mort de plusieurs milliers de personnes. En 2017, 172 301 migrants ont traversé la Méditerranée pour rejoindre l'Europe. En 2018, ce nombre est tombé à 113 482 personnes, soit une diminution de 34 %[57].

L’OIM, organisation liée aux Nations Unies et spécialisée dans les défis de la gestion des flux migratoires, recense chaque année le nombre de noyés parmi les migrants et réfugiés tentant d’entrer en Europe par voie maritime. Au , elle a enregistré 3 632 décès en mer depuis le début de l’année[58]. Avec ce chiffre, 2016 risque donc de battre le funeste record que l’OIM avait attribué à l’année 2015 en la déclarant l’année la plus meurtrière de l’histoire pour les migrants et réfugiés ayant traversé la Méditerranée (3 711 décès en 2015, 3279 en 2014)[59].

Des organisations internationales comme Amnesty International déplorent « l’indifférence » de l’Europe face à cette tragédie, et du décalage entre les moyens consacrés à la protection des frontières externes (qui s’élèvent à deux milliards d’euros en 2012) et ceux destinés à l’accueil des requérants d’asile et réfugiés (700 millions d’euros pour la même année, soit trois fois moins)[60],[61].

Menaces à long terme

Le pourtour méditerranéen, qui se démarque par le nombre de phénomènes climatiques extrêmes qui s'y produisent (sécheresses, inondations torrentielles, vents violents catabatiques, canicules, incendies de forêts, cyclones subtropicaux méditerranéens, tornades, mais aussi avalanches et fortes intempéries neigeuses), voit sa population fortement augmenter dans les zones urbaines très densément peuplées, ces dernières se trouvant toutes situées au bord de la mer. L'augmentation et l'intensification de ces phénomènes atmosphériques, associée à la hausse du niveau de la mer, et aux risques géologiques déjà extrêmes (zone sismique très importante à proximité de grandes métropoles, menace du Vésuve, et risque de tsunami très important), les risques sanitaires avec l'arrivée de maladies venues des régions tropicales (paludisme, dengue, chikungunya) et de nouvelles espèces animales et végétales problématiques (moustique-tigre, nouvelles espèces de poissons, invasion d'algues vertes Caulerpa taxifolia), ainsi que la géopolitique très instable qui règne dans le Sud du bassin (Printemps arabe, vague d'immigration, guerre civile syrienne, conflit israélo-palestinienetc.) rendent la situation particulièrement alarmante pour le futur de cette région.

Pollution

En 2018, alors que la mer Méditerranée représente seulement 1 % des eaux marines mondiales, elle compte 7 % de tous les microplastiques (fragments de moins de 5 mm), qui atteignent un niveau record de concentration : 1,25 million de fragments par km². L’Europe rejette chaque année en mer 500 000 tonnes de macroplastiques et 130 000 tonnes de microplastiques, en raison d'une production et une consommation excessives et d'une mauvaise gestion des déchets. Cette concentration de matière plastique peut constituer une menace pour la biodiversité et atteint également la santé humaine[62].

La densité des déchets présents dans la Méditerranée est passée de 100 déchets par km2 dans les années 1990 à 200 par km2 dans les années 2010[63]. Chaque année, 11 200 tonnes de déchets plastique français sont déversés dans la Méditerranée[64]. Une pollution qui ne cesse de s'accroître et qui touche particulièrement la côte marseillaise et le nord de la Corse[65].

Réchauffement

Depuis la fin du XIXe siècle (ère préindustrielle), la mer bleue s'est réchauffée de près de 1,5 °C, soit 20 % plus rapidement que la moyenne mondiale. Ces changements affectent les espèces, les écosystèmes et la biodiversité, à l'image de la prolifération des méduses dans la zone[66]. Ainsi, en 2022, au large de l’Espagne, de la France et de l’Italie la température de l’eau est jusqu’à 6,5 °C supérieure à la normale. Ce réchauffement entraîne la disparition de plusieurs espèces végétales et animales : les coraux et les prairies de posidonie (Posidonia oceanica), ainsi que les grandes nacres (Pinna nobilis). Il contribue aussi à faire se développer des espèces invasives venues de la mer Rouge, comme des barracudas à bouche jaune (Sphyraena viridensis), des mérous bruns (Epinephelus marginatus) et des poissons lapins (Siganus rivulatus)[67].

Notes et références

  1. Selon Isidore de Séville au VIIe siècle.
  2. Anne Ruel, L'invention de la Méditerranée, Vingtième Siècle, Revue d'histoire, no 32, octobre-décembre 1991, p. 7-14.
  3. Jean-Baptiste Arrault, A propos du concept de Méditerranée. Expérience géographique du monde et mondialisation, Revue européenne de géographie, 2006.
  4. Denis Ody, Frédéric Bassemayousse et Yvan Frédric, Cétacés en Méditerranée : 12 ans d'étude pour leur protection, Mèze, Biotope, , 156 p. (ISBN 978-2-36662-055-9).
  5. Géodynamique de la Méditerranée occidentale : une série de bassins d’arrière-arc dans un environnement montagneux, Géodynamique méditerranéenne (Dossier), Géochronique, no 149, co-édition Société géologique de France, Bureau de Recherches Géologiques et Minières, mars 2019, p. 20-36.
  6. La Méditerranée orientale : subduction égéenne et héritage téthysien, Géodynamique méditerranéenne (Dossier), Géochronique, no 149, co-édition Société géologique de France, Bureau de Recherches Géologiques et Minières, mars 2019, p. 37-54.
  7. « bulletin électronique ambassade de France espagne », sur bulletins-electroniques.com, .
  8. Falaise sous-marine qui s’étend sur 250 km au sud de la côte orientale de Sicile vers la côte orientale de l’archipel maltais. Par endroits, cette falaise atteint une hauteur de 3,5 km avec un gradient de 45°, ce qui en fait l’un des fonds marins les plus vastes et le plus escarpés de la planète.
  9. Floriane Boyer, « Une cascade de 1,5 km de haut a rempli la Méditerranée orientale », sur futura-sciences.com (consulté le )
  10. Garcia-Castellanos, D. et al. (2009) 'Catastrophic flood of the Mediterranean after the Messinian salinity crisis', Nature, 462, , p. 778.
  11. « Limites des Océans et des Mers, 3e édition », Organisation hydrographique internationale, (consulté le ).
  12. Umberto Leanza, Le Nouveau droit international de la Mer Méditerranée, Editoriale Scientifica, , p. 46.
  13. (ru) I.M.Ovchinnikov, A. Plakhin, L.V. Moskalenko, K.V. Neglyad, A.S. Osadchii, A.F. Fedoseev, V.G. Krivosheya & K.V. Voitova, Gidrologiya Sredizemnogo morya (Hydrologie de la mer Méditerranée), Gidrometeoizdat, , p. 67.
  14. Roland Courteau, « La pollution de la Méditerranée : état et perspectives à l'horizon 2030 », Rapport no 652, 2011 188 p.
  15. Philippe Manon, « Qu’est-ce que la mer Méditerranée ? », sur polmar.com, (consulté le ).
  16. « Grandes et petites marées en Méditerranée » [html], sur Aviso +, CNES - CTOH (consulté le ).
  17. Jean-Pierre Suc, Origin and evolution of the Mediterranean vegetation and climate in Europe, Nature, no 307, 1984, p. 429-432.
  18. « Les Géonautes enquêtent sur les océans » [PDF], sur oca.eu, Observatoire de la Côte d'Azur (OCA) - CNES, (consulté le ), p. 4.
  19. Biodiversité : faune, flore et endémisme Site de l'Université de la Méditerranée Aix-Marseille II sur la biologie méditerranéenne.
  20. G Fredj et C. Maurin, Les poissons dans les banques de données Médifaune, Cybium, 11, 1987, p. 218-299.
  21. L. Garibaldi et J.F. Caddy, Biogeographic characterization of Mediterranean and Black seas faunal provinces using GIS procedures, Ocean Coast. Manage, 39, 1998, p. 211-227.
  22. « 5 questions sur la création d'un Consortium méditerranéen pour la biodiversité à Marseille », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr, .
  23. Cesare F. Sacchi, P. Testard, Écologie animale : organismes et milieu, Doin, , p. 308.
  24. (en) IUCN, « The IUCN Red Lise of Anthozoans in the Mediterranean », sur iucn.org, .
  25. MedPAN, « Le statut des Aires Marines Protégées de Méditerranée - Édition 2016 », sur MedPAN.org, .
  26. « La biodiversité meurt en Méditerranée, voici comment la sauver », sur Le HuffPost,
  27. « La Méditerranée subit l'effondrement de sa biodiversité », sur Reporterre,
  28. (en) « Coalition for an exemplary Mediterranean in 2030 », sur oneplanetsummit.fr.
  29. Jean-Michel Bompar, Les cétacés de Méditerranée, Édisud, (ISBN 2744901520).
  30. Sarah Boureghda, « Peut-on vider les baleines de leur pollution? », sur baleinesendirect.org, .
  31. « Pollutions chimiques », sur sanctuaire-pelagos.org.
  32. « La contamination des cétacés de Méditerranée nord-ouest », sur medtrix.fr.
  33. Sylvie Burnouf, « Les cétacés de Méditerranée contaminés par le plastique », sur Le Monde, .
  34. « Cap Cétacés : étudier les mammifères marins méditerranéens », sur wwf.fr.
  35. Brice Louvet, « Des polluants toxiques retrouvés chez plus de 80 baleines et dauphins échoués », sur sciencepost.fr, .
  36. Pascale Krémer, « Mode d’emploi pour manger du poisson sans (trop de) casse environnementale », sur Le Monde, .
  37. M. Bariche et coll, Settlement of the lessepsian blue-barred parrotfish Scarus ghobban (Teleostei: Scaridae) in the eastern Mediterranean, J. Mar. Biolog. Assoc. 2. Biodiversity records, 2005.
  38. (en) Frida Ben Rais Lasram et coll., « Historical colonization of the Mediterranean Sea by Atlantic fishes: do biological traits matter? », Hydrobiologia, vol. 607, no 1,‎ , p. 51-62 (DOI 10.1007/s10750-008-9366-4).
  39. Otero, M., Cebrian, E., Francour, P., Galil, B., Savini, D., « Surveillance des espèces envahissantes marines dans les aires marines protégées (AMP) méditerranéennes », sur IUCN.org, IUCN, .
  40. « Mer Méditerranée et mer Noire: la Commission propose des possibilités de pêche pour 2020 », sur Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM).
  41. (en) « The Barcelona Convention », sur europa.eu (consulté le ).
  42. Convention de Barcelone pour la protection de la Méditerranée, dernière modification le: 06.04.2011
  43. (en) Carolina Lasén Díaz, « The Bern Convention: 30 Years of Nature Conservation in Europe », Review of European Community & International Environmental law RECIEL,‎ , p. 185-196
  44. « Les AMP de Méditerranée », sur medpan.org.
  45. « L'association », sur medpan.org.
  46. (en) Lejeusne C, Chevaldonné P, Pergent-Martini C, Boudouresque CF, Pérez T., « Climate change effects on a miniature ocean: the highly diverse, highly impacted Mediterranean Sea », Trends Ecol Evol, vol. 25, no 4,‎ , p. 250-60 (DOI 10.1016/j.tree.2009.10.009).
  47. Stéphane Hallegatte, Anticiper le changement climatique autour de la Méditerranée, coll. « Notes & Documents », Institut de prospective économique du monde méditerranéen (IPEMED), 76 p.
  48. Pablo Linde, « Méditerranée. La mer la plus polluée du monde », dans Courrier international du , [lire en ligne].
  49. P. Oliver, « Problématique de la pêche en Méditerranée », CIHEAM. Partie III. La pêche méditerranéenne, p. 159-184, 2002.
  50. Martine Valo, « Bruxelles s’alarme de la surpêche en Méditerranée », Le Monde, .
  51. (en) Elisabeth Van Beveren, Jean-Marc Fromentin, Tristan Rouyer, Sylvain Bonhommeau, Pablo Brosset, Claire Saraux, « The fisheries history of small pelagics in the Northern Mediterranean », ICES Journal of Marine Science, vol. 73, no 6,‎ , p. 1474-1484 (DOI 10.1093/icesjms/fsw023).
  52. Guillaume de Dieuleveult, « Et la Méditerranée découvrit l'été… », Le Figaro Magazine, semaine du , p. 40-41.
  53. (en) Sharon Koskoff, Art Deco of the Palm Beaches, Charleston, Arcadia Publishing, , 127 p. (ISBN 978-0-7385-4415-1, LCCN 2006938293, présentation en ligne), p. 2

    « In 1920s France, the caramel-skinned entertainer Josephine Baker became a Parisian idol. Concurrently, fashion designer Coco Chanel was "bronzed" while cruising on a yacht. A winter tan became a symbol of the leisure class and showed you could afford to travel to exotic climates. »

  54. André Rauch, Vacances en France de 1830 à nos jours, éd. Hachette, 1996, p. 129-155.
  55. http://www.collierbar.fr/index.php/l-histoire-du-club-mediterranee.
  56. Philippe Dugot, Dans Les espaces du tourisme et des loisirs, Paris, Armand Colin, , 480 p. (ISBN 978-2-200-62008-0 et 2-200-62008-X), chapitre 29
  57. « Le nombre de migrants morts en Méditerranée a-t-il baissé de moitié grâce à Salvini ? », sur lci.fr (consulté le )
  58. « IOM Displacement Tracking Matrix (DTM) - Europe », Migration Flows - Europe - IOM,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  59. « L’OIM recense 3 771 décès de migrants dans la Méditerranée en 2015 », Organisation internationale pour les migrations,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  60. « La crise des réfugiés syriens expliquée en une vidéo », Courrier international,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  61. « Mort·e·s dans l’indifférence », Amnesty International Suisse,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. « La Méditerranée devient un piège de plastique, alerte le WWF », sur reporterre.net, (consulté le )
  63. « La Méditerranée, mer européenne la plus polluée par les déchets, selon une étude », LCI,‎ (lire en ligne)
  64. « Chaque année, 11 200 tonnes de déchets plastique français polluent la Méditerranée », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  65. « La mer Méditerranée de plus en plus polluée selon l'Ifremer », sur novethic.fr, (consulté le ).
  66. « Les eaux de la Méditerranée se réchauffent 20 % plus vite que la moyenne mondiale », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  67. Guillaume Delacroix, « En Méditerranée, la canicule marine accélère le remplacement des espèces », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • (en) Stefano Goffredo et Zvy Dubinsky, The Mediterranean Sea : Its history and present challenges, Springer Science & Business Media, , 678 p. (lire en ligne)
  • Fernand Braudel, La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, 1re édition, Paris : Armand Colin, 1949. + éditions revue et augmentée en 2 tomes :
    • Tome 1 : La Part du milieu, Le Livre de Poche, coll. « Références (9e édition) », 1993 (janvier) (ISBN 978-2-253-06168-7)
    • Tome 2 : Destins collectifs et mouvements d'ensemble, Le Livre de Poche, coll. « Références (9e édition) », 1993 (janvier) (ISBN 978-2-253-06169-4)
  • Fernand Braudel (dir.) La Méditerranée
    • L’Espace et l'Histoire, Paris, Arts et métiers graphiques, 1977 ; rééd. en poche, Champs, Flammarion, 1985
    • Les Hommes et l’Héritage, Paris, Arts et métiers graphiques, 1978 ; rééd. en poche, Champs, Flammarion, 1986
  • Alain Blondy, Bibliographie du monde méditerranéen. Relations et échanges (1453-1835), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2003, 301 p. (ISBN 2-84050-272-0)
  • Bouchra Rahmouni Benhida et Younes Slaoui, Géopolitique de la Méditerranée, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? » (no 3975), , 1re éd., 128 p., 11.5 x 17.6 cm (ISBN 978-2-13-061748-8).
  • Yves Lacoste, Géopolitique de la Méditerranée, Armand Colin, 2006
  • Gérard Claude, La Méditerranée. Géopolitique et relations internationales, Ellipses, 2006
  • Germaine Tillion, Le Harem et les cousins, Paris : éditions du Seuil, 1966.
  • Christian Bromberger et al., L'Anthropologie de la Méditerranée, Paris : Maisonneuve et Larose ; Aix-en-Provence : Maison méditerranéenne des Sciences de l'homme, 2001.
  • Fabio Maniscalco, Mediterraneum. Protection, conservation and valorization of cultural and environmental patrimony, Naples : Université L'Orientale, collection monographique 2002.
  • Dominique Borne et de J. Scheibling (dir.), La Méditerranée, Paris, Carré-Géographie, 2002
  • Jacques Bethemont, Géographie de la Méditerranée
  • Béatrice Patrie et Emmanuel Espanol, Méditerranée… sur les tensions en Orient, Actes-sud/Sindbad, 2008 (ISBN 978-2-7427-7366-4)
  • Paulet Jean Pierre, 2007, Les Villes et la mer, Ellipses.
  • Wagner Horst-Günter, 2011, Mittelmeerraum. Geographie, Geschichte, Wirtschaft, Darmstadt, 230 p., [ (ISBN 978-3-534-23179-9)]
  • sous la direction de Dionigi Albera, Maryline Crivello et Mohamed Tozy, en collaboration avec Gisèle Seimandi, Dictionnaire de la méditerranée, Arles, Actes sud, , 1694 p. (ISBN 978-2-330-06466-2)
  • Alain Blondy, Le monde méditerranéen 15 000 ans d'histoire, Paris, Perrin, 2018. (ISBN 978-2-262-06556-0)
  • Alexandre Meinesz, Méditerranée : Mer Vivante, Nice, 20, , 304 p. (ISBN 2-9523119-7-8).

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

Epinephelus marginatus (Lowe, 1834) 1.jpg
Auteur/Créateur: Parent Géry, Licence: CC BY-SA 3.0
Epinephelus marginatus (Lowe, 1834) - Banyuls-sur-Mer, Sec de rédéris - 08/87. Le mérou naît femelle et meurt mâle, c'est la protogynie ou protérogynie, les organes génitaux femelles étant matures plus tôt que les organes génitaux mâles
Flag of Gibraltar.svg
Flag of Gibraltar
Flag of Croatia.svg
Il est facile de mettre un cadre autour de cette image d'un drapeau
Flag of Greece.svg
Drapeau de la Grèce (depuis 1978) et insigne naval de la Grèce (depuis 1828)
Flag of the United Kingdom (3-5).svg
The flag of the United Kingdom (3:5 version). This flag is the Union Flag in the 3:5 ratio exclusively used on land. At sea, the correct ratio is 1:2.
Flag of Syria.svg
Il est facile de mettre un cadre autour de cette image d'un drapeau
Flag of Palestine.svg
Drapeau de l’État de Palestine
Flag Ceuta.svg
(c) Ulaidh, CC BY-SA 4.0
Bandera de Ceuta (España)
Blue pog.svg
Shiny blue button/marker widget.
Circle-icons-anchor.svg
Auteur/Créateur: Elegant Themes, Licence: GPL
We’ve designed a 192 piece set of flat icons, and they are all yours, for free! The icons come in two versions: full color and single color, for a total of 384 variations. This download includes .ai, .eps, .pdf, and .png (64px and 128px). Below is the full set in both styles. These icons are completely free and Open Source under the GPL, so feel free to use them in your personal and commercial projects alike. We are on a mission to create the best collection of Open Source graphics on the web, so that the WordPress ecosystem can use and enjoy them alongside the freedoms they have become accustomed to. Stay tuned for more great stuff!
Moyen Orient drapeaux.svg
Auteur/Créateur: , Licence: CC BY-SA 3.0
Drapeaux du Moyent-Orient.
Europe green light.svg
(c) Haquino, MichaelPhilip, Aegean Boy, CC BY-SA 3.0
Map of European countries
Africa (orthographic projection).svg
Auteur/Créateur: Martin23230, Licence: CC BY-SA 3.0
Carte orthographique de l'Afrique
North Atlantic Ocean laea relief location map.jpg
Auteur/Créateur: Uwe Dedering, Licence: CC BY-SA 3.0
Relief location map of North_Atlantic_Ocean.
  • Projection: Lambert azimuthal equal-area projection.
  • Area of interest:
  • N: 80.0° N
  • S: -10.0° N
  • W: -90.0° E
  • E: 20.0° E
  • Projection center:
  • NS: 35.0° N
  • WE: -35.0° E
  • GMT projection: -JA-35.0/35.0/180/19.998266666666666c
  • GMT region: -R-90.20792279565853/-21.091764445478827/71.02192702284165/38.61651360858501r
  • GMT region for grdcut: -R-142.0/-22.0/72.0/84.0r
  • Relief: SRTM30plus.
  • Made with Natural Earth. Free vector and raster map data @ naturalearthdata.com.
Loggerhead Turtle (5884715439).jpg

Up close and personal with a loggerhead turtle (Caretta caretta) in the Gulf of Mexico's Flower Garden Banks National Marine Sanctuary (about 170 kilometers, or 100 miles, off the Louisiana coast).

Credit: T. Moore, NOAA

See also www.nist.gov/mml/analytical/turtles-042611.cfm

Disclaimer: Any mention of commercial products within NIST web pages is for information only; it does not imply recommendation or endorsement by NIST.

Use of NIST Information:

These World Wide Web pages are provided as a public service by the National Institute of Standards and Technology (NIST). With the exception of material marked as copyrighted, information presented on these pages is considered public information and may be distributed or copied. Use of appropriate byline/photo/image credits is requested.
Corallium rubrum (Linnaeus, 1758) 11.jpg
Auteur/Créateur: Géry PARENT, Licence: CC BY-SA 3.0
Corallium rubrum (Linnaeus, 1758) - Banyuls-sur-Mer, Sec de Rédéris : 08/1984
Costa Smeralda.jpg
Auteur/Créateur: Ökologix, Licence: CC0
Blick Richtung Südosten von der Strada Provinciale 94, ca. 3 km vor Abbiadori. Von vorn zum Hintergrund: Landzunge Petra Ruja, Halbinsel Golfo Aranci, Insel Isola Tavolara
Locatie Middellandse Zee.PNG
Locatie Middellandse Zee
Cratena peregrina (Gmelin, 1791), Eudendrium ramosum (Linnaeus, 1758).jpg
Cratena peregrina (Gmelin, 1791), Eudendrium rammosum (Linnaeus, 1758) - Banyuls-sur-Mer : 08/1983
Carte Mediterranee 02.jpg
Auteur/Créateur: O H 237, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte de la mer Méditerranée, avec ses cantons, les détroits, les îles et les pays bordants
Mobula mobular 122443097.jpg
Auteur/Créateur: Julien Renoult, Licence: CC BY 4.0
Diable de mer méditerranéen (Mobula mobular)
Carte de l'Empire romain en 118 après J.-C.jpg
Auteur/Créateur: Olivier HENRY, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte de l'Empire romain en 118 après J.-C. avec découpage des provinces et principales villes
1375 Atlas Catalan, Europe 01.jpg
Map of Europe in Catalan Atlas, by Abraham Cresques. 1375
Algiers from el Aurassi Hotel.jpg
Auteur/Créateur: toufik Lerari from Nice, France, Licence: CC BY-SA 2.0
From Hotel Aurassi
Carte de la mer Méditerranée.png
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC-BY-SA-3.0
Mittelmeeranrainer.png
Countries surrounding the Mediterranean
Sanctuaire Pelagos.svg
Auteur/Créateur: GrandEscogriffe, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte du sanctuaire Pelagos, aire marine protégée.
OspreyNASA.jpg
Un Balbuzard pêcheur se préparant à plonger. Cliché pris au centre spatial Kennedy.
Mer mediterranee.JPG
Auteur/Créateur: User Vinbaron on fr.wikipedia, Licence: CC-BY-SA-3.0
fr:Méditerranée, vue depuis Menton
Agay vu du Dramont.JPG
Auteur/Créateur: Frédéric Ducarme, Licence: CC BY-SA 3.0
Agay vu du Dramont (France, Var).
Finhval.jpg
Auteur/Créateur: Aqqa Rosing-Asvid - Visit Greenland, Licence: CC BY 2.0
Fin whale (Balaenoptera physalus) exhaling, off Greenland
Fan mussel (Pinna nobilis).jpg
Auteur/Créateur: Arnaud Abadie, Licence: CC BY 2.0
Fan mussel, Pinna nobilis, in a Mediterranean seagrass meadow
Το βλέμμα της φώκιας.jpg
Auteur/Créateur: Vasilis drosakis, Licence: CC BY-SA 4.0
το βλέμμα της φώκιας
Mediterranean icon.svg
Une carte vierge de la mer Méditerranée destinée à être utilisée comme icône ; projection nulle (projection bilinéaire).
Dellepiane-Côte-d'Azur.jpg
Affiche de David Dellepiane (1866-1932) pour les trains rapides allant à la Côte d'Azur.
Comdolph.jpg
A common dolphin. Photo by NOAA. Source: [1]

en:Category:Cetacea images

Source: [2]

Dolpins are not endangered.Their brain is bigger than the monkey.
Tectonic map Mediterranean FR.svg
Auteur/Créateur: , Licence: CC BY-SA 3.0
Carte de l'Europe méridionale et du Moyen-Orient, montrant les structures tectoniques occidentales de la ceinture alpine. Seules les structures alpines (datant du Tertiaire) sont montrées.
Squatina squatina tenerife2.jpg
Auteur/Créateur: Philippe Guillaume, Licence: CC BY 2.0
Angelshark (Squatina squatina) off Tenerife, Canary Islands.
STS059-238-074 Strait of Gibraltar.jpg
The Strait of Gibraltar provides a natural physical barrier between the countries of Spain (north) and Morocco (south). In geologic terms, the 10-mile (16-kilometer) strait that separates the two countries, as well as Europe and Africa, is located where the two major tectonic plates—the Eurasian Plate and the African Plate—collide. This high-oblique, northeast-looking photograph shows the mountainous northern coast of Morocco and the coastal mountains of southern Spain, including the dagger-shaped, snow-covered Sierra Nevada Mountains of southeastern Spain. The Guadalquivir River flows from east to west along the base of the Sierra Morena Mountains in southern Spain. The famous British city of Gibraltar is located on the wedge-shaped peninsula on the east side of the bay in the southernmost protrusion of Spain. The city of Ceuta is a Spanish enclave on the extreme northeastern coast of Morocco. Ceuta, a free port with a large harbor, has remained under Spanish control since 1580.
Monastir au dessus du Ribat 1.JPG
Auteur/Créateur: Ghabara, Licence: CC BY 2.5
Panorama de la Monastir depuis la tour du Ribat