Louis-François Ripault de La Cathelinière

Louis-François Ripault de La Cathelinière
Naissance
Frossay
Décès (à 25 ans)
Nantes
Guillotiné
OrigineFrançais
AllégeanceDrapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
ArmeArmée catholique et royale du Bas-Poitou
GradeChef de division
CommandementDivision du Pays de Retz
ConflitsGuerre de Vendée
Faits d'armes1re Bataille de Pornic
2e Bataille de Pornic
2e Bataille de Port-Saint-Père
2e Bataille de Machecoul
Bataille du château d'Aux
3e Bataille de Port-Saint-Père
1re Bataille de Montaigu
Bataille de Rouans
Bataille de la forêt de Princé

Louis-François Charles Ripault de La Cathelinière, né au manoir de la Mégerie à Frossay en 1768, guillotiné à Nantes le , est un militaire français et un chef royaliste de la guerre de Vendée.

Biographie

Originaire du pays de Retz, La Cathelinière s'empara de Port-Saint-Père au début de la guerre de Vendée.

Il participa à la bataille de Pornic et à la deuxième Bataille de Machecoul.

Le 12 janvier 1794, il est battu par Haxo à la Bataille de la forêt de Princé[1]. Vers début février, il est grièvement blessé dans des circonstances obscures[1]. D'après Le Bouvier-Desmortiers : « des traîtres le blessèrent dangereusement de deux balles dans le bas-ventre »[2].

Il se réfugie dans sa ferme du Moulinet, mais il est découvert, caché sous un pressoir, et capturé par des soldats républicains[1],[3]. Sa retraite aurait été découverte par un volontaire à la poursuite d'une poule[1],[3],[A 1].

Il est conduit à Nantes où il est interrogé par le général Turreau et les représentants en mission[1],[3]. Il nie avoir participé aux massacres de Machecoul et déclare que « la levée de la première réquisition et les horreurs commises avaient procuré beaucoup de recrues à son parti »[1],[3]. À l'accusation qui lui est faite d'avoir « fanatisé le peuple et tout mis à feu et à sang pour la religion et pour le roi », il répond : « Vous méritez le même reproche, puisque vous sacrifiez le peuple pour la liberté qui n'est qu'une chimère »[1],[3].

La Cathelinière est condamné à mort le 2 mars 1794 et guillotiné le jour même[1].

Regards contemporains

« M. de La Cathelinière [...] n'était peut-être pas aussi cruel qu'on l'a cru généralement ; jamais je ne l'ai vu assister à aucune exécution, mais son opinion était qu'il fallait tuer les patriotes ou se disposer à être tué par eux. Beaucoup de gens condamnèrent alors sa manière de voir ; M. Charette lui écrivit pour lui recommander plus de douceur ; on fut forcé de se rendre à son avis lorsque les prisonniers que nous avions renvoyés sur parole revinrent plus furieux se battre contre nous. [...] Sans éducation mais fort brave, M. de La Cathelinière avait les qualités nécessaires pour commander des paysans. J'ai vu la moitié de son armée révoltée contre lui ; c'était à l'occasion d'un nommé Messin, commandant de la cavalerie à qui il faisait une réprimande. Messin dans l'ivresse tira son sabre. M. de La Cathelinière était sans arme : il le saisit au collet, l'entraîne au quartier général et le condamne à être fusillé ; les habitants des quatre paroisses s'attroupent pour ravoir leur chef, leur ami, celui qui les a conduits à la victoire ; le Général seul au milieu d'eux appelle ses soldats, range l'armée en bataille et fait désarmer tous les mutins ; on n'éprouva pas la moindre résistance. L'instant d'après il accorda la grâce au coupable et rendit les armes à un chacun. Ce trait annonce l'homme fait pour commander[4]. »

— Pierre-Suzanne Lucas de La Championnière

Notes et références

Notes

  1. « Cette misérable poule entre dans un cellier, se cache sous un pressoir. Le volontaire, qui n'avait rien pour souper, ne voulait pas revenir sans l'avoir attrapée, et, en se baissant, trouve un homme. Il oublie la poule, prend son homme par une jambe et le traîne jusqu'à la porte en lui disant : « Tu es cause que ma poule est échappée; tu vas le payer de ta vie. » Le brigand, à longue barbe et aussi sec qu'un morceau de bois, lui répartit : « Ne me tue pas; je suis La Cathelinière! » Pour lors (le volontaire) rejoint le détachement avec son homme, qu'il faisait marcher à coups de pieds, et nous dit : « Je viens de prendre La Cathelinière ! » Nous avons voulu le couper par morceaux; le commandant nous en a empêchés, en disant qu'il fallait le conduire à Nantes. On l'a embarqué (sur la Loire) avec six grenadiers[3] »

    — Récit du brigadier Auguste Dalicel

    .

Références

Bibliographie

  • Frédéric Augris, Généalogie et Histoire de la famille Ripault, Familiaris, 1998.
  • Alfred Lallié, La justice révolutionnaire à Nantes et en Loire-Inférieure, Cier éditeur, 1896, p. 206
  • Charles-Louis Chassin, La Vendée Patriote 1793-1795, t. IV, Paris, Paul Dupont, éditeur, , 699 p. (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Lionel Dumarcet, François Athanase Charette de La Contrie : Une histoire véritable, Les 3 Orangers, , 536 p. (ISBN 978-2912883001). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Émile Gabory, Les Guerres de Vendée, Robert Laffont, , p. 1 432.
  • Pierre-Suzanne Lucas de La Championnière, Lucas de La Championnière, Mémoires d'un officier vendéen 1793-1796, Les Éditions du Bocage, , p. 37-38.

Médias utilisés sur cette page

Drapeau armée vendéenne 2.jpg
Auteur/Créateur: Auteur inconnuUnknown author, Licence: GFDL
Drapeau de l'armée catholique et royale 1793.
Rév-fran0.jpg
Auteur/Créateur: Gravure d'époque + ex-Jerotito (Hégésippe Cormier) + Nataraja (†), Licence: CC-BY-SA-3.0

Caricature de Louis XVI (wp-FR), roi de France, coiffé d'un bonnet phrygien.

L'image du roi est tirée d'une caricature d'époque, simplement recadrée, en mai 2004, par Jerotito (wp-FR), aujourd'hui Hégésippe Cormier). L'image portait à l'époque le nom Image:Louisaubonnet.jpg.

Jerotito a ensuite demandé à Nataraja, le 18 mai 2004, cf. [1], de retoucher à son tour l'image pour poser la silhouette du roi sur un fond reproduisant le drapeau tricolore français, ce que Nataraja a fait en recréant l'image sous le nouveau nom Image:Rév-fran0.jpg.