Lilian Baels

Lilian Baels
Description de cette image, également commentée ci-après
Lilian Baels vers 1946.

Titre

Princesse consort des Belges


(9 ans, 7 mois et 10 jours)

PrédécesseurAstrid de Suède (reine)
SuccesseurFabiola de Mora y Aragón (reine)
Biographie
TitulaturePrincesse de Belgique
Princesse de Réthy
Naissance
Londres (Royaume-Uni)
Décès
Waterloo (Belgique)
SépultureCrypte royale de Laeken
PèreHenri Baels
MèreAnna Maria Devisscher
ConjointLéopold III de Belgique
EnfantsAlexandre de Belgique
Marie-Christine de Belgique
Marie-Esméralda de Belgique
RésidenceChâteau d'Argenteuil

Mary Lilian Lucy Josepha Monique Baels, née le à Londres et morte le à Waterloo, est une princesse de Belgique, en qualité, à partir de 1941, de seconde épouse du roi Léopold III, principalement connue comme la « princesse de Réthy ».

Biographie

Enfance et entourage familial

Septième des neuf enfants d'une famille de la haute bourgeoisie ostendaise réfugiée au Royaume-Uni en raison de la guerre, Mary Lilian Lucy Josepha Monique [N 1] Baels naît à Highbury New Park, Londres, le [2].

Son père, Henri Baels (1878-1951), natif d'Ostende, est un avocat, armateur d'une flotte de pêche[3]. Ambitieux, il devient échevin de la ville d'Ostende, puis député à la Chambre, ministre de l'Agriculture et des Travaux Publics, et, enfin, gouverneur de la province de Flandre-Occidentale[1].

Quant à la mère de Lilian, Anna-Maria, dite « Anna », Devisscher (1882-1950), elle est issue d'une famille de notables, dont le père, Adolf Devisscher, est notaire et bourgmestre de Dentergem[4]. En 1931, la famille Baels quitte sa demeure ostendaise et acquiert une propriété à Knokke-le-Zoute, où elle réside plus volontiers qu'à Bruges, chef-lieu de la province de Flandre-Occidentale dont Henri Baels est devenu gouverneur en 1933[5].

Henri et Anna Baels, mariés en 1905, sont devenus parents de neuf enfants[N 2], nés entre 1906 et 1925 : Elza (1906-1981), Lydia (1907-1990), Suzanne (1909-1974), Walter (1910-1964), Herman (1912-1995), Henry (1915-1916), Lilian (1916-2002), Edwige (1921-1993)[N 3] et Ludwina (1925-2002)[6].

Éducation et jeunesse entre l'Angleterre et l'Autriche

En 1924, Lilian Baels fréquente l'école primaire des Sœurs de Saint-Joseph à Ostende[7], puis poursuit ses études secondaires à l'Institut des dames du Sacré-Cœur rue du Grand Cerf à Bruxelles. En 1933, en raison de l'évolution de la carrière de son père, Lilian regagne Ostende, où elle étudie au Sacré-Cœur de la ville, mais n'y reste que quelques mois avant d'être envoyée dans une Finishing school à Londres durant deux ans, en 1934 et 1935[5].

Elle parle désormais, outre l'anglais qui est sa langue maternelle, le français, le néerlandais et l'allemand, langue qui lui est utile lorsque Lilian découvre, en 1934 ou 1935, l'Autriche qui la séduit et où elle fréquente la haute noblesse, dont la famille princière de Windisch-Graetz[8].

Durant les années 1930, Lilian multiplie les séjours dans la capitale viennoise, rencontrant également des hommes politiques, tels le chancelier Kurt Schuschnigg et le président Wilhelm Miklas[9] et des membres du Gotha comme la famille d'Alphonse XIII, roi d'Espagne détrôné, avant de regagner durablement la Belgique lorsque la guerre éclate le [10].

Un mariage inattendu avec le roi Léopold III

Le , le cardinal Joseph-Ernest Van Roey, archevêque de Malines et primat de Belgique, fait lire une lettre dans toutes les églises de Belgique : le roi a épousé religieusement mais secrètement Lilian Baels le 11 septembre précédent. Le mariage civil n'aura lieu qu'en novembre soit deux mois plus tard en contravention à la législation belge, qui précise que seul le mariage civil a force de loi, et donc que le mariage religieux doit le suivre et non le précéder.

Cette nouvelle fait l'effet d'une bombe dans le peuple belge et sera un des éléments qui déclencheront la question royale, dont les véritables motifs résident dans la séduction que les régimes autoritaires avaient exercée sur le roi, et dans le fait qu'il s'était désolidarisé de son gouvernement réfugié à Londres.

Lilian renonce au titre de reine (et reçoit du monarque le titre de « princesse de Réthy ») tandis que le Palais fait savoir que les futurs enfants nés de cette seconde union ne seront pas dynastes.

Le scandale est d'autant plus grand que le Palais n'est pas compétent pour décider si les enfants du Roi sont dynastes ou non : seule la Constitution le peut.

Seconde épouse du roi Léopold III (1941-1983)

Le , Lilian Baels donne le jour au prince Alexandre.

En , la famille royale belge est emmenée par les Allemands et sera libérée un an plus tard en Autriche. Le roi Léopold III, la princesse Lilian et leurs enfants ne rentrent pas en Belgique à la suite de la question royale et s'installent à Pregny en Suisse de 1945 à 1950. Ils attendront la consultation populaire de 1950 avant de revenir à Bruxelles dans une ambiance très tendue. Le remariage du monarque fut en effet, avec ses positions politiques et l'attitude qu'il eut vis-à-vis de son gouvernement, un des éléments qui lui attirèrent la critique.

Après l'abdication du roi Léopold III, le couple aura encore deux autres enfants : la princesse Marie-Christine en 1951 et la princesse Marie-Esméralda en 1956. Au cours de la première décennie du règne du roi Baudouin, la princesse Lilian de Réthy occupe le rôle de « Première dame de Belgique » et gère la vie de la Cour avec fermeté et raffinement, mais elle ne parviendra jamais à se faire aimer des Belges. Elle est très proche de ses trois beaux-enfants (Joséphine-Charlotte, Baudouin et Albert).

En 1958, elle crée la Fondation cardiologique Princesse Lilian qui a pour objectif d'offrir aux enfants atteints de malformations cardio-vasculaires, inopérables à l'époque en Belgique, la possibilité de bénéficier d'interventions d'avant-garde, développées aux États-Unis. Ce désir était né du succès de l'intervention chirurgicale subie un an auparavant par son fils le prince Alexandre.

Sur décision du gouvernement belge, le roi Léopold III et la princesse Lilian sont amenés à quitter, en 1959, le domaine de Laeken. Un an plus tard, ils s'installent avec leurs deux filles au domaine royal d'Argenteuil (Brabant), restauré et mis à leur disposition par l'État belge. Le couple y recevra dans la discrétion de très nombreuses personnes : ambassadeurs, ministres, scientifiques, anciens combattants, sportifs, etc. Mais la visite la plus prestigieuse restera celle de la reine Élisabeth II et du prince Philip en 1966. La princesse se consacre à Argenteuil à la gestion de sa fondation, à l'organisation des fréquentes réceptions et à sa harde de cerfs.

À partir de 1960, les relations deviennent tendues entre le roi Léopold III et la princesse Lilian d'une part et le roi Baudouin et la reine Fabiola de l'autre. Ils n'apparaîtront plus ensemble qu'une seule fois en public lors des funérailles de la reine née Élisabeth en Bavière, en 1965.

Veuvage (1983-2002)

Après la mort du roi Léopold III en 1983, la princesse Lilian continue de vivre au domaine royal d'Argenteuil, vend le diadème Cartier de la reine Elisabeth et fait éditer les mémoires posthumes de son époux, intitulés « Pour l'Histoire ». Elle était en froid avec sa fille, la princesse Marie-Christine, qui est partie vivre en Amérique au début des années 1980 et qu'elle n'a plus jamais revue.

Ses relations étaient meilleures avec son beau-fils le roi Albert II, devenu le nouveau chef de famille après le décès du roi Baudouin en 1993 qu'il avait tenu à lui apprendre personnellement avant qu'elle ne le sache par les médias. Le Roi s'est ensuite rendu à plusieurs reprises au domaine royal d'Argenteuil et a assisté aux côtés de la princesse de Réthy au mariage de la princesse Marie-Esméralda en 1998 à Londres avec le professeur Salvador Moncada, dont sont nés deux enfants, en 1998 et 2001.

La princesse Lilian de Réthy meurt le au château d'Argenteuil. Ses funérailles ont eu lieu en l'église Notre-Dame de Laeken en présence de toute la famille royale belge, du grand-duc Jean et de la grande-duchesse Joséphine-Charlotte de Luxembourg. Seule la princesse Marie-Christine n'avait pas voulu y assister. La princesse Lilian repose dans la crypte royale de l'église Notre-Dame de Laeken aux côtés du roi Léopold III et de la reine Astrid.

Ascendance

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16. Petrus Paulus Baels
 
 
 
 
 
 
 
8. Petrus Paulus Baels
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17. Theresia Francisca de Weert
 
 
 
 
 
 
 
4. Julius Ludovicus Baels
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18. Jacobus de Vos
 
 
 
 
 
 
 
9. Barbara Francisca de Vos
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
19. Maria Neveu
 
 
 
 
 
 
 
2. Henri Louis Baels
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20. Petrus Mauricx
 
 
 
 
 
 
 
10. Jean Baptiste Mauricx
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
21. Maria Anna Reyser
 
 
 
 
 
 
 
5. Delphina Alexandrina Mauricx
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
22. Bernardus Josephus Thuyn
 
 
 
 
 
 
 
11. Joanna Thuyn
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
23. Catharina Joanna Degrae
 
 
 
 
 
 
 
1. Lilian, Princesse de Réthy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24. Angelus de Visscher
 
 
 
 
 
 
 
12. Charles Joseph de Visscher
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25. Rosalie Van der Plas
 
 
 
 
 
 
 
6. Adolphus Gustavus de Visscher
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26. Dominicus Geers
 
 
 
 
 
 
 
13. Maria Geers
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
27. Catharina Taffyn
 
 
 
 
 
 
 
3. Anne Marie de Visscher
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
28. Jacobus Franciscus Opsomer
 
 
 
 
 
 
 
14. Jozef August Opsomer
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
29. Josepha Benedicta Verougstraete
 
 
 
 
 
 
 
7. Alicia Victoria Opsomer
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30. Felicianus de Meulenaere
 
 
 
 
 
 
 
15. Nathalia de Meulenaere
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31. Barbara Rosalia Veroustraete
 
 
 
 
 
 

Notes et références

Notes

  1. Son extrait d'acte de naissance, rédigé en néerlandais, mentionne comme prénoms « Mary Lilian Lucy Josepha Monique » [1].
  2. Le sixième des neuf enfants de Henri Baels, également prénommé Henri ou Henry, est mort à l'âge de sept mois à Londres le , soit l'année de la naissance de Lilian[1].
  3. Edwige Baels est la grand-mère paternelle de l'acteur français Raphaël Personnaz[6].

Références

  1. Defrance 2015, p. 26.
  2. Defrance 2015, p. 15-18.
  3. Defrance 2015, p. 16.
  4. Defrance 2015, p. 14.
  5. Defrance 2015, p. 28-29.
  6. Defrance 2015, p. 326.
  7. Defrance 2015, p. 20.
  8. Defrance 2015, p. 41-43.
  9. Defrance 2015, p. 44.
  10. Defrance 2015, p. 47.

Voir aussi

Bibliographie

Biographies

  • Evrard Raskin (trad. du néerlandais par Luc Leens), Princesse Lilian, la femme qui fit tomber Léopold III, Bruxelles, Luc Pire, , 319 p. (ISBN 978-2-93024-029-9).
  • Olivier Defrance, Lilian et le Roi : La biographie, Bruxelles, Racine, , 336 p. (ISBN 978-2-87386-942-7).

Articles

  • Jean-Michel Bruffaerts, La princesse Lilian et sa Fondation cardiologique, in: Museum Dynasticum (Bruxelles), XV, 2003, no 2 ;
  • Jean-Michel Bruffaerts, Lilian of Belgium, a patron for cardiology, in: Acta cardiologica, 2004, 59 Suppl 1, p. 5–12 ;
  • Jean-Michel Bruffaerts, Herman De Croo in de Stichtingen Prinses Marie-Christine en Prinses Liliane, in: Prevenier Walter (dir.), Herman De Croo. Visionair liberaal. 50 jaar in het Parlement. Een maatschappelijk bewogen leven, Brussel, Academic and Scientific Publishers, 2018, p. 250-268. En collaboration avec Walter Prevenier.

Articles connexes

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

French heraldic crowns - King.svg
Auteur/Créateur: Pbroks13 (talk), Licence: CC BY 3.0
Crown of the French King
Coat of Arms of the King of the Belgians.svg
Auteur/Créateur: Sodacan, Licence: CC BY-SA 4.0
Coat of Arms of the King of the Belgians, in accordance with the Royal Decree published on 19 July and signed on 12 July 2019, by King Philippe of Belgium.
Mary Lilian Baels.jpg
Auteur/Créateur: Foscolo, Licence: CC BY-SA 4.0
Mary Lilian Baels