Gray (Haute-Saône)

Gray
Gray hotel de ville.jpg
Gray Maison place Charles-De-Gaulle.jpgGray - Maison Noir-Anney 02.JPG
Theatre-Gray01.jpgGray - Basilique Notre-Dame 02.JPGGray Fontaine Saint-Pierre-Fourier.jpg
Saône (Gray) 05.jpg
Diverses vues de Gray.
Blason de Gray
Blason
Gray (Haute-Saône)
Logo
Administration
PaysDrapeau de la France France
RégionBourgogne-Franche-Comté
DépartementHaute-Saône
ArrondissementVesoul
IntercommunalitéCommunauté de communes Val de Gray
(siège)
Maire
Mandat
Christophe Laurençot
2020-2026
Code postal70100
Code commune70279
Démographie
GentiléGraylois
Population
municipale
5 560 hab. (2020 en augmentation de 1,02 % par rapport à 2014)
Densité274 hab./km2
Population
agglomération
9 535 hab. (2019 en augmentation)
Géographie
Coordonnées47° 26′ 42″ nord, 5° 35′ 32″ est
AltitudeMin. 187 m
Max. 249 m
Superficie20,26 km2
TypeCommune urbaine
Élections
DépartementalesCanton de Gray
(bureau centralisateur)
LégislativesPremière circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gray
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gray
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Gray
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Gray
Liens
Site webgray.fr

Gray (prononcé [ɡʁe]) est une commune de l'Est de la France, située dans le département de la Haute-Saône, la région culturelle et historique de Franche-Comté et la région administrative de Bourgogne-Franche-Comté. Située sur la Saône, elle bénéficie d'une position centrale par rapport aux villes de Besançon, Dijon, Dole, Langres et Vesoul.

Gray comptait 5 560 habitants en 2020, ce qui en fait la cinquième ville la plus peuplée du département. Ses habitants sont appelés les Graylois. Son unité urbaine rassemblait 9 535 habitants en 2019 et son aire d'attraction comptait 25 155 habitants. Elle est le siège d'une intercommunalité, la communauté de communes Val de Gray, comprenant 48 communes et 20 494 habitants en 2018.

Occupée dès la préhistoire par des troupes nomades, Gray est depuis longtemps l'une des villes les plus importantes de Haute-Saône. Sa vocation commerciale s'est affirmée dès le XIIIe siècle, et elle est rapidement devenue le deuxième port de l'Est de la France après Strasbourg[1].

Surnommée Gray la jolie et labellisée Cité de Caractère de Bourgogne-Franche-Comté[2], la ville possède un patrimoine architectural de qualité, dont les plus anciens monuments datent du XIVe siècle. Son patrimoine naturel, constitué en majeure partie par la Saône, est propice au développement du tourisme fluvial et du cyclotourisme. Le festival Rolling Saône se déroule chaque année à Gray.

Située à un emplacement stratégique, aux confins de la Bourgogne et de la Franche-Comté, entre les deux métropoles régionales de Besançon et Dijon, la ville de Gray constitue un des principaux pôles économiques et urbains du département de la Haute-Saône.

Géographie

Localisation

La ville de Gray se situe dans le sud-ouest de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté. Gray bénéficie d’une position centrale par rapport à Besançon, Dijon, Dole, Langres et Vesoul[3]. Ancier, Arc-lès-Gray et Gray-la-Ville sont des communes accolées à Gray. Le tableau ci-dessous représente les communes limitrophes de Gray[4].

Représentations cartographiques de Gray
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Le pont de pierre franchissant la Saône, construit entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle.

Topographie

Géologie

Hydrographie

La Saône vue depuis le pont Neuf.

La Saône traverse la ville au nord, d'est en ouest. Les quais ont été aménagés pour permettre aux cyclistes et piétons de s'y promener.

Climat

Gray est soumise à un climat continental dégradé caractérisé par des précipitations importantes tant en quantité qu'en fréquence, des hivers rudes avec de fortes gelées et de la neige et des étés chauds et secs[5]. D'une manière générale, le climat de Gray se caractérise par une forte variabilité, tant au cours d'une saison que d'une année à l'autre. Le tableau suivant donne une idée du climat graylois en comparaison avec la moyenne nationale et quelques villes représentant les différents climats existant en France.

Tableau comparatif des données climatiques de Gray[6]

VilleEnsoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Médiane nationale1 852835162550
Gray1 7971 080362343
Paris1 66263712178
Nice2 7247331271
Strasbourg1 693665262851
Brest1 5301 21071276
Bordeaux2 03594433169

Avec 1 080 millimètres de précipitations par an, la ville est une des plus arrosées du pays avec Pau (1 084 mm/an), Brest (1 109 mm/an) et Biarritz (1 483 mm/an). Ces précipitations ont lieu en moyenne (135 jours par an, dont 36 avec des chutes de neige. Elle bénéficie malgré cela d'un bon ensoleillement de 1 797 heures par an.

Les records de température maximale et minimale sur Gray sont respectivement de 40,3 °C le et −20,7 °C le [7]. La température moyenne annuelle est de 10,2 °C.

Relevé météorologique de Gray (normales 1971-2000)
Moisjan.fév.marsavrilmaijuinjui.aoûtsep.oct.nov.déc.année
Température minimale moyenne (°C)−0,802,54,58,711,713,913,610,672,40,36,2
Température maximale moyenne (°C)571114,31921,924,824,620,715,48,95,814,9
Record de froid (°C)
date du record
−20,7
9/01/1985
−20,6
10/02/1956
−14
1/03/2005
−5,2
2/04/1952
−2,4
3/05/1909
2,1
2/06/1936
4,5
18/07/1970
3,4
20/08/1885
−0,1
25/09/1931
−6,1
28/10/1887
−11,3
28/11/1915
−19,3
30/12/1939
Record de chaleur (°C)
date du record
16,8
20/01/1918
21,7
29/02/1960
24,8
25/03/1955
29,1
27/04/1893
32,2
26/05/1892
34,6
22/06/2003
40,3
28/07/1921
38,3
12/08/2003
33,5
5/09/1949
30,1
7/10/2009
23
2/11/1899
20,8
16/12/1989
Précipitations (mm)88,882,977,694,3109,7101,785,178,1103,1105,2107,1103,91 137,6
Nombre de jours avec précipitations13121212141210910121313140
Source : L'Internaute des Villes[8]


Urbanisme

Occupation des sols

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (46,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (46,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (40,9 %), prairies (18,5 %), terres arables (14,9 %), zones urbanisées (10,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (7,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (5,9 %), eaux continentales[Note 1] (2,5 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Morphologie urbaine

Quartiers

La commune dispose de plusieurs quartiers dont deux centres-villes en haut et en bas de la ville. Plusieurs zones commerciales existent tout comme diverses zones de quartiers populaires dont les principaux sont les Capucins et les Îles.

Centre-ville

Le Centre-ville, aussi appelé Ville basse, était un quartier très commerçant, les principales rues commerçantes étant la rue Vanoise, la rue Thiers, et la rue Gambetta ; mais de nombreux magasins y sont désormais fermés. L'attrait touristique principal reste La Saône.

Ville haute

Quartier historique de Gray, La ville haute est le quartier touristique par excellence. On peut y visiter la basilique Notre-Dame de Gray, le musée Baron-Martin, la mairie avec son toit typiquement franc-comtois, la place de la Petite-Fontaine, la place Boichut, où se situe par ailleurs le lycée Fertet qui fut dans son histoire notamment une caserne de hussards du temps de Napoléon. Ce quartier est aussi le cœur administratif de la ville, il regroupe donc la mairie, la police municipale, le centre des impôts, le service animation, le tribunal d'instance.

Les Perrières

Les Îles

Les Capucins

Les Capucins, situés à l'extrémité-sud, sont un quartier classé prioritaire. Il est constitué d'immeubles et de blocs d'habitation en formes de barres et de petites tours où réside un nombre important de populations d'origine populaire. Au , 158 demandes d'emploi en fin de mois sur les 557 que comptait la commune provenaient d'habitants du quartier. En trente ans, six immeubles d'habitation ont été démontés, traduction de la diminution de la population du quartier et de la ville sur cette période. Le quartier des Capucins possède une école maternelle, primaire et un collège. La caserne des pompiers y est implantée ainsi que divers services comme le Centre médico-social, le centre social et Culturel Cap'Gray Animation. Le quartier dispose d'un centre commercial et la présence d'associations telles le Secours Populaire ou le réseau AAMIS. Un gymnase et la piscine municipale couverte bordent les écoles. Une chaufferie au bois et au gaz alimente le quartier en énergie. C'est dans ce quartier, au bord de la route conduisant à Noiron, qu'est installée l'ancienne usine Oréga-Thomson, aujourd'hui fermée et remplacée ensuite par une usine de plus petite envergure, Phénix, et de services de retour à l'emploi. Somemot s'ajoute en provenance d'Arc-lès-Gray. En 2014, aucune de ces structures n'existe encore sur ce site : les centres de formation ont déménagé en centre ville et à Arc-lès-Gray. Somemot et Phénix ont également fermé définitivement. À leur place, au milieu de l'année, le site accueille l'entreprise Archiveco.

La Plage

La Plage est le quartier touristique de Gray. Situé en bord de Saône dans le nord-est de la ville, il se compose de restaurants, d'espaces verts, de courts de tennis, d'un terrain de mini-golf, d'un camping, d'une piscine en plein air et d'une aire de jeu pour enfants. Un petit port de plaisance permet aux péniches de s'amarrer et aux touristes de pouvoir faire un tour. Historiquement, la piscine ouverte de Gray se situait ici à même la Saône. Elle a été déplacée une centaine de mètres plus loin hors de la Saône. Les vestiges de cette piscine sont toujours présent dans le port. Malgré le nom de La Plage, la baignade y est interdite depuis la noyade d'une personne. En effet, le site n'est pas surveillé par un maître nageur.

Chaque été La Plage accueille le Triathlon du Val de Gray. La partie natation se déroule dans la Saône en face du port. L'édition de 2020 sera annulée à cause de la crise sanitaire.

Les quais de Saône

Ce secteur concerne le quai Mavia situé côté Gray, sur lequel sont installés le cinéma de la communauté de communes Val de Gray, Cinémavia tandis qu'est construit le Pôle Mavia qui abrite depuis fin 2014 l'office du tourisme, le BIJ et une salle internet. L'ancien site des entreprises de transport Bergelin accueille désormais un commerce et un restaurant avec une terrasse donnant sur la Saône. Un cabinet vétérinaire est installé vers le Pont-Neuf. En face le quai Villeneuve dispose d'une riche histoire dans le commerce en lien avec l'ancien port de Gray. Désormais, ce quai est en grande majorité résidentiel.

Logement

Gray comptait 3 307 logements en 2007, dont 3 671 en résidences principales. 33,2 % des habitants sont propriétaires de leur logement, alors que 63,9 % sont locataires (respectivement 60,4 % et 37,1 % dans la région). Avec 717 logements HLM soit 26 % du parc en 2007, Gray se trouve 11 % au-dessus de la moyenne de la Franche-Comté (15 %). La commune est donc en conformité avec les 20 % de logements sociaux préconisés par la loi solidarité et renouvellement urbain (SRU) de décembre 2000. Le nombre de ces logements a baissé de 1,5 % entre 1999 et 2007[11].

Toujours en 2007, 27 % des logements étaient composés de cinq pièces ou plus, 26,6 % de quatre pièces et 26,1 % de trois pièces. Les logements plus petits, les deux pièces (13,4 %) et les studios (6,8 %) sont moins nombreux[11]. La ville est formée à 70,6 % d'appartements[11]. Ceux-ci sont principalement situés dans le quartier des Capucins. Le nombre moyen de pièces par résidence principale était de 3,7 % contre 3,6 % en 1999, soit une hausse de 0,1 % en 8 ans[11].

Une aire d'accueil de 20 places aménagée est mise à disposition des gens du voyage[12], conformément à la législation pour les communes de plus de 5 000 habitants[13] et au schéma départemental d’accueil des gens du voyage.

Projets d'aménagements

La communauté de communes du val de Gray est engagée depuis 2003 dans un programme global de développement à 12 ans. Il a pour objectifs l'amélioration du cadre de vie quotidien des habitants, des conditions d'accueil et de travail des entreprises, du développement des services à la population en général. Il prévoit en outre une requalification et une extension de la zone d'activité Gray Sud, une amélioration des transports urbains, l'amélioration et l'harmonisation communautaire des services petite enfance, l'aménagement d'un nouvel espace multimédia, la création d'un espace festif polyvalent ainsi qu'un contournement routier de l'agglomération grayloise[14].

En 2011, une majorité des actions inscrites dans ce programme ont été réalisées ou sont en cours de réalisation ou en programmation[15]. La zone Gray Sud a été agrandie, l'Espace Festif Polyvalent, Festi'Val, a été construit à Arc-lès-Gray à côté du stade de la commune et inauguré à l'automne 2013. Un système de transport à la demande a été lancé en 2014 sur le territoire du canton d'Autrey-lès-Gray. L'Espace multimédia, situé contre le cinéma, sera achevé avant la fin 2014. Le contournement, porté par le Conseil départemental de Haute-Saône, a eu un avis défavorable du commissaire enquêteur et continue de diviser sur son opportunité. La petite enfance reste sous gestion municipale.

Voies de communication et transports

La gare routière.

La ville de Gray occupe une position centrale par rapport aux grands axes de communication :

Sortie A36 : sortie Besançon no 3 puis D 67 (38 km) ;

Sortie A31 : sortie Dijon no 4 puis D 70 (41 km) ;

Sortie A39 : sortie Dole no 6 puis D 475 (40 km) ;

Sortie A31 : sortie Langres no 6 puis D 67 (53 km) ;

  • Gray/Vesoul : D 474 (56 km).

Gray est à équidistance des grandes agglomérations de Besançon et de Dijon, soit environ 45 minutes.

La gare SNCF de Gray.

La gare de Gray, située sur les lignes Culmont-Chalindrey - Gray, Gray - Saint-Jean-de-Losne, Troyes - Gray et Vaivre - Gray, desservait la ville jusqu'en 1970, lors de sa fermeture. Aujourd'hui, les voies restent entretenues et ouvertes au fret. Le bâtiment abrite une billetterie[16]. La gare TGV la plus proche est la gare de Besançon Franche-Comté TGV, située à 40 km. Paris est à environ h en TGV[17].

Gray bénéficie de la proximité de l'aéroport de Dole-Jura (à environ 50 km). Elle est équipée d'un aérodrome situé au sud-est de la ville. Gray est un port sur la Saône, rivière navigable ouverte aux péniches de type Freycinet jusqu'à Corre. Une écluse à la hauteur du pont de pierre permet le passage des bateaux pour éviter le barrage ; pour réguler le niveau d'eau amont, ce dernier vient d'être muni de deux vannes automatisées[18] qui remplacent le système initial à aiguilles qui devaient être manœuvrées manuellement[19].

Gray est desservie par un réseau de transports en commun qui est géré par la société Danh Tourisme[20]. Le réseau est composé d'une ligne unique, desservant du mardi au samedi (hors jours fériés) les principaux quartiers de la ville. Il effectue un parcours à deux reprises dans la journée. Le programme global de développement de la communauté de communes du val de Gray prévoit entre autres une amélioration des transports urbains[14].

Toponymie

Le nom de la ville se prononce [ɡʁe].

Le nom de la localité est attesté sous les formes Gradiacus en 910, Gradicum castellum en 1060, Gradiacum castrum en 1100, Graiacum en 1178, Gray le Chastel en 1266 et pour finir en Gray, nom actuel de la ville[21].

Il s'agit d'une formation toponymique gallo-romane basée sur l'anthroponyme latin Gratus, tiré de Gratius, avec l'ajout du suffixe -acum qui désigne l'appartenance d'un domaine à un homme[22].

Histoire

XIIIe et XIVe siècles

Gray fut aux XIIIe et XIVe siècles une ville d’importance dans l'Europe d'alors. Si en 1287 il semble que le comte Othon IV de Bourgogne ait fondé une petite institution littéraire à Gray, la ville devint les années qui suivirent un pôle universitaire majeur par l’entremise de Nicolas IV (pape de 1288-1292, né en 1227 à Ascoli) également fondateur par la bulle Quia Sapientia des universités de Montpellier, d'Ascoli et de Macerata[23],[24],[25]. L'enceinte de la basse-cour du château fort protège la cité.

En 1423, Philippe le Bon transféra l’université à Dole, à partir de quoi la ville de Gray perdit de son rayonnement.

XVe siècle

Les fortifications sont reconstruites sous le règne de Jean-sans-Peur au début du XVe siècle.

XVIe siècle

Gray est mentionnée dans la Description de la France-Comté de Gilbert Cousin. "Gray peut être en effet comptée parmi les principales villes de Bourgogne. Elle est fort jolie et bâtie sur les rives de la Saône, dotée de bien des richesse, favorisée de bonnes cultures, montrant çà et là de magnifiques constructions avec des rues bien alignées, et dans les carrefours des sources d'eau limpides.[…]) Cette ville possède autour d'elle des champs abondants en toutes choses, leur fertilité, la fécondité de la terre, la variété des fruits, la richesse des pâturages et l'exubérance de tout ce qui concerne la nourriture de l'homme, mettent ce pays au-dessus de tout ceux du voisinage."[26]

L'enceinte, restaurée et complétée pendant 150 ans, comprend 12 tours en 1542 ; en 1551, le système fortifié est complètement réaménagé sur ordre de Charles Quint par l'ingénieur Ambrosio de Précipiano ; la nouvelle enceinte pourvue de 7 bastions est achevée en 1587.

XVIIe siècle

La Saône et le moulin en 1836.
La ville fut desservie par une compagnie de chemin de fer secondaire à voie métrique, les Chemins de fer vicinaux de Haute-Saône, dont on voit une rame à vapeur sur le pont, au début du XXe siècle.

En 1632, des restaurations et réaménagements sont confiés à l'ingénieur Jean Maurice Tissot : un nouveau bastion est construit sur la rive droite de la Saône pour assurer la protection de l'entrée du pont ; lors de la première conquête de la Franche-Comté par Louis XIV en 1668, Louvois donne l'ordre de raser les remparts, mais ils ne le seront qu'à moitié.

Le , durant la guerre de Hollande, Gray est prise par les troupes françaises[27], le reste des remparts est rasé.

XVIIIe et XIXe siècles

Les derniers éléments de la fortification ont disparu durant ces deux siècles : destruction en 1797 de la porte haute, en 1824 de la porte basse, en 1848 des restes de rempart sur la rive gauche de la Saône.

En 1790, la ville de Gray est choisie comme chef-lieu du département. Il est transféré à Vesoul, ville moins excentrée, en 1800. De 1806 à 1827 Gray et Arc-lès-Gray ne forment qu'une seule commune, avant de se séparer à nouveau.

En 1813 est implanté en bordure de Saône, un important moulin dit moulin Tramois[28] remarquable par ses avancées techniques et la qualité de ses farines. Il sera détruit par un incendie. Une centrale hydroélectrique, encore en production aujourd'hui, l'a remplacé.

XXe siècle

Le monument aux morts sur la rive gauche de La Saône.

Gray fut chef-lieu de district de 1790 à 1795 et d'arrondissement de 1800 à 1926. La sous-préfecture[29] fut supprimée en 1926[30]

Lors d'une fête aérienne les 8 et , le monoplan de Pierre Béard (1893-1966), plus jeune pilote de France, s'écrase sur la foule, tuant quatre personnes et en blessant une dizaine d'autres. Les obsèques des victimes sont célébrées en présence d'une foule considérable[31].

XXIe siècle

Politique et administration

Rattachements administratifs et électoraux

L'ancien palais de justice de Gray.

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Gray est depuis 1790 le chef-lieu du canton de Gray. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est désormais le bureau centralisateur, s'accroit et passe de 21 à 24 communes.

Les juridictions de l'ordre judiciaire[Note 2] de premier degré dont dépend la commune sont localisées à Vesoul (tribunaux judiciaire, de commerce et conseil de prud'hommes). Au second degré, la commune dépend de la cour d'appel de Besançon. Les juridictions de l'ordre administratif[Note 3] dont dépend la commune sont localisées à Besançon pour le premier degré (tribunal administratif) et à Nancy pour le second degré (cour administrative d'appel)[32].

Intercommunalité

Gray est la commune centre de la communauté de communes du val de Gray (CCVG), créée en 2000 à la suite du District urbain de Gray, ainsi que du Pays graylois. Le pays regroupait 44 590 habitants en 2009.

Tendances politiques et résultats

Lors de l'élection présidentielle de mai 2007, le taux de participation au premier tour est 77,43 % ; Nicolas Sarkozy (UMP) obtient 32,34 % des voix, Ségolène Royal (PS) 26,26 %, François Bayrou (UDF) 15,33 % et Jean-Marie Le Pen (FN) 13,44 %. Au second tour de l'élection, le taux de participation est de 79,01 %, Nicolas Sarkozy obtient 55,25 % et Ségolène Royal 44,75 %[33].

Lors de l'élection présidentielle de mai 2012, le taux de participation au premier tour est 73,01 % ; François Hollande (PS) obtient 32,23 % des voix, Nicolas Sarkozy (UMP) 26,52 %, Marine Le Pen (FN) 20,20 % et Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) 8,77 %. Au second tour de l'élection, le taux de participation est de 74,70 %, François Hollande obtient 52,15 % des suffrages exprimés et Nicolas Sarkozy 47,85 %[34].

Trois listes étaient en lice pour les élections municipales des 23 avril et 30 mars 2014. Au premier tour la liste Ensemble à Gray conduite par Christophe Laurençot a obtenu 1 018 voix (45,89 % des suffrages exprimés). La liste Vivre à Gray, Demain, conduite par Claudie Chauvelot Duban a obtenu 768 voix (34,62 % des exprimés) et la liste En marche pour Gray, conduite par Patrice Debray a obtenu 432 voix (19,47 % des suffrages exprimés.

Au second tour, la liste Ensemble à Gray conduite par Christophe Laurençot a obtenu 1 277 voix (57,60 % des suffrages exprimés). La liste Vivre à Gray, Demain, conduite par Claudie Chauvelot Duban a obtenu 940 voix (42,39 % des exprimés)[35].

Politique locale

Compte tenu de la population de la ville, son conseil municipal est composé de 29 élus, soit, pour la mandature 2014-2020, 23 élus majoritaires du groupe Ensemble à Gray liste de tendance droite-UMP dirigée par Christophe Laurençot et 6 du groupe d'opposition Vivre à Gray, demain de tendance gauche-Parti socialiste[36] menée par Claudy Chauvelot.

Liste des maires

Avant la Révolution, Gray était une ville affranchie[Quoi ?] qui était administrée par un magistrat (assemblée) qui élisait un vicomte-mayeur[réf. nécessaire].

Liste des maires depuis la Libération à nos jours[37]
PériodeIdentitéÉtiquetteQualité
novembre 1944mai 1945Albert Weyl Négociant en tissus
mai 1945octobre 1947Roger Protet Avoué
octobre 1947mars 1977Pierre Vitter[38],[39]PRPharmacien
Sénateur de la Haute-Saône RPF (1948 → 1952)
Député RI puis UDF (1956 → 1978)
Conseiller général de Gray (1951 → 1976)
Président du Conseil général (1971 → 1976)
mars 1977mars 1983Michel VigneronPSComptable
mars 1983juin 1995Jean KohlerRPRChirurgien-dentiste
juin 1995mai 1998[40]Christian Bergelin[41]RPRTransporteur
Député de la Haute-Saône (1981 → 1986 et 1988 → 2002)
Secrétaire d'État (1986 → 1988)
Président du Conseil général (1989 → 1998)
Conseiller général de Gray (1995 → 1998)
Sénateur de la Haute-Saône (2002)
Démissionnaire
mai 1998avril 2014[42]Michel Alliot[43]RPR puis UMPAvocat
Président de la CC Val de Gray (2001 → 2014)
avril 2014[44],[45]en cours
(au 25 mai 2020)
Christophe LaurençotUMP puis LRÉducateur
Vice-président de la CC Val de Gray (2014 →)
Réélu pour le mandat 2020-2026[46]

Budget et fiscalité

À titre d'information, la part départementale de taxe d'habitation de la Haute-Saône était la suivante : en 2001, 6,44 % ; en 2002, 6,83 % ; en 2003, 6,83 % ; en 2004, 6,83 % ; en 2005, 7,24 % ; en 2006, 7,39 % ; en 2007, 7,39 % ; en 2008, 7,39 %.
La part régionale de taxe d'habitation de la Franche-Comté était la suivante : de 2001 à 2004 3,07 % ; en 2005 3,84 % ; en 2006, 3,92 % ; en 2007, 3,92 % ; en 2008, 3,92 %[47].

Taux de fiscalité directe

Taxe2009
d'habitation11,97 %
foncière sur le bâti22,69 %
foncière sur le non-bâti57,55 %
professionnelle8,07 %
Sources des données : Finances d'après un site spécialisé[48]Taxes en pourcentage de la valeur locative cadastrale

Politique environnementale

Jumelages

Drapeau de l'Allemagne Müllheim (Allemagne)

Depuis 1984, la ville de Gray est jumelée avec celle de Müllheim, ville frontalière d'Allemagne, située dans le Bade-Wurtemberg, non loin de Mulhouse, de Bâle et de Fribourg.

Avec ses atouts économiques tels que sa zone industrielle et sa production de vin, Müllheim fait partie d’un district de sept autres communes, pour une population totale de 17 275 habitants. Malgré cette différente de taille, les deux villes possèdent de nombreux points communs et entretiennent des liens amicaux dans les échanges scolaires et sportifs, les contacts réguliers entre les personnels des deux municipalités, les activités touristiques et culturelles communes, les échanges artistiques, l'organisation de festivités, ainsi qu'un lien militaire fort, par l'intermédiaire du 12e régiment de cuirassiers français, basé à Müllheim et devenu, depuis la création de l'Europe, la Brigade franco-allemande. Depuis 2004 et une exposition pour les 20 ans du jumelage, aucune célébration n'a eu lieu entre les deux communes.

Population et société

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[49]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[50].

En 2020, la commune comptait 5 560 habitants[Note 4], en augmentation de 1,02 % par rapport à 2014 (Haute-Saône : −1,57 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
179318001806182118311836184118461851
4 2745 0096 8216 8545 9496 5357 2016 5467 151
185618611866187218761881188618911896
7 1457 0516 7646 9657 4017 2546 8266 9086 816
190119061911192119261931193619461954
6 6766 6796 7406 6316 6495 8265 9605 7966 632
196219681975198219901999200620082013
6 9957 7898 8057 7236 9166 7736 2626 0885 555
20182020-------
5 5415 560-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[51] puis Insee à partir de 2006[52].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 34,0 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (31,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 32,5 % la même année, alors qu'il est de 29,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 577 hommes pour 2 964 femmes, soit un taux de 53,49 % de femmes, largement supérieur au taux départemental (50,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[53]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,9 
90 ou +
5,3 
8,5 
75-89 ans
15,8 
15,2 
60-74 ans
17,4 
19,6 
45-59 ans
19,1 
14,9 
30-44 ans
13,3 
23,7 
15-29 ans
15,5 
16,1 
0-14 ans
13,5 
Pyramide des âges du département de la Haute-Saône en 2018 en pourcentage[54]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
1,8 
7,6 
75-89 ans
10,5 
19,3 
60-74 ans
19,5 
21,6 
45-59 ans
20,9 
17,4 
30-44 ans
17,1 
15,2 
15-29 ans
13,7 
18,2 
0-14 ans
16,5 

Enseignement

Le lycée Augustin-Cournot, établissement polyvalent.

La commune est située dans l'académie de Besançon.

On dénombre à Gray 3 écoles maternelles dont 2 publiques et 1 école privée[55]. On dénombre par ailleurs 3 écoles primaires dont 2 publiques et 1 privée[55].

La ville compte 3 collèges dont un comprenant une section d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA), 1 lycée polyvalent et 3 lycées professionnels[55].

Écoles maternelles publiques

Écoles maternelles privées

  • École maternelle des Ursules

Écoles élémentaires publiques

  • École élémentaire Edmond-Bour
  • École élémentaire Moïse-Lévy

Écoles élémentaires privées

Collèges publics

Collèges privés

  • Collège Saint-Pierre Fourier

Lycées polyvalent public

Lycées professionnels publics

Lycées professionnels privés

  • Lycée Sainte-Marie
  • Lycée Saint-Pierre-Fourier

Le lycée Augustin-Cournot possède une section de technicien supérieur (STS) qui permet l'obtention d'un BTS management commercial opérationnel (MCO)[56].

Santé

Le centre hospitalier du Val de Saône Pierre Vitter de Gray dispose, en 2018, d'une capacité de 428 lits et places dont[57] :

  • Médecine : 61
  • Moyen séjour : 16
  • Long séjour : 310
  • Hébergement : 41

Manifestations culturelles et festivités

Sports

Associations sportives

Équipements sportifs

La ville est équipée en outre de quatre gymnases, d'un stade municipal dont un secondaire d'entraînement, de deux piscines dont une couverte et une en plein air, d'un complexe de tennis, d'un boulodrome, de deux bases nautiques sur la Saône, d'un centre hippique, d'un terrain d'aviation ainsi que d'une piste d'aéromodélisme à l'aérodrome de Gray - Saint-Adrien, de plusieurs terrains de proximité et d'aires de jeux, d'un parc de planche à roulettes, d'un parcours de santé, de nombreux sentiers de randonnée ainsi que d'un parcours équestre[58].

Événements sportifs

Dans tous les collèges du secteur de Gray, il existe une association (UNSS) qui organise des tournois entre collèges. Les collèges ont l'AS (association sportive) pour découvrir de nouveaux sports.

Médias

Le journal hebdomadaire local La Presse de Gray relate les actualités de la commune, de même que le quotidien régional L'Est républicain dans son édition locale de Haute-Saône. La chaine de télévision France 3 Franche-Comté et la station de radio France Bleu Besançon relaient les informations locales. Un bulletin municipal semestriel d'information, baptisé Vivre à Gray, est distribué dans les boites aux lettres.

Religions et lieux de culte

Basilique Notre-Dame
Vidéo sonore.

La ville compte plusieurs lieux de culte. La basilique Notre-Dame de Gray dans le centre-ville haut vers la mairie pour les catholiques[59]. Un temple protestant situé à proximité du stade, avenue des Capucins, appelée "chapelle de l'amitié" construite en 1968[60]. Deux lieux de culte pour les musulmans existent dans le quartier des Capucins, l'un rue de Bourgogne, l'autre juste à côté avenue de Lattre-de-Tassigny[61]. D'autres lieux n'ont plus de vocation religieuse comme les chapelles des Carmélites, située rue des Casernes, et des Jésuites, située Grande-Rue. La première appartient à la commune de Gray et accueille à l'occasion des expositions[62]. La seconde appartient au conseil régional de Franche-Comté via le lycée Cournot. Lui aussi accueille parfois des expositions[63]. La chapelle des Capucins a été transformée en Centre médico-social géré par le conseil départemental de la Haute-Saône. Les maisons de retraite disposent aussi de chapelles internes, la plus remarquable est celle de l'Hôtel Dieu, classée aux monuments historiques[64].

Économie

Secteurs économiques

Gray est la commune pôle pour le Pays graylois et forme avec 19 autres communes proches la communauté de communes Val de Gray, qui compte 20 494 habitants en 2018.

L'aire d'attraction de Gray est limitée par la faible densité de population des communes rurales qui l'entourent et l'influence des capitales régionales Besançon et Dijon.

Au cœur d'une région plutôt céréalière Gray est le siège de la coopérative agricole Interval. L'économie industrielle du secteur est marquée par un développement des industries de transformation des métaux (machinisme agricole, chaudronnerie, construction métallique, etc.).

Le secteur tertiaire est essentiellement représenté par le secteur public (lycée, hôpital, maison de retraite).

Le tourisme bénéficie du patrimoine historique et architectural de la ville et s'appuie sur la pratique de la navigation de plaisance sur la Saône, l'un des principaux atouts du département.

Il existe deux zones d'activités sur le territoire de la communauté de communes du Val de Gray dont la ZAC des Giranaux situés à Arc-lès-Gray et la ZAC Gray Sud, zone d'activité à vocation mixte : entreprises de services (19 %), d'artisanat et d'industrie (40 %), bâtiment (8 %) et de commerces (33 %).

La compétence Développement Économique est gérée par la communauté de communes du Val de Gray.

Zones d'activités

La ville possède plusieurs lieux d'accueil de commerces :

  • Le bas de la ville :
  1. Les commerçants de la rue Gambetta.
  2. Les commerçants de la place Edmond-Bour.
  3. Les commerçants du quai Mavia
  4. Les commerçants de la rue Thiers
  5. Les commerçants de la rue Vanoise
  6. Les commerçants de la Grande-Rue ville basse
  7. Le centre commercial de mode : Gray Mode, celui-ci regroupe plusieurs enseignes de mode variées.
  • Le haut de la ville :
  1. Les commerçants de la Grande-Rue ville haute
  2. Les commerçants de la Petite Fontaine
  3. Les commerçants de la place Charles-de-Gaulle
  • Des zones commerciales locales :
  1. Le quartier des Perrières
  2. Le quartier des Capucins
  3. Autour du supermarché Intermarché
  4. Le quartier de la gare routière
  • Des supermarchés.
  • Des enseignes discounts.

Sur le plan économique, même si le taux de chômage est relativement faible, la ville a connu la fermeture de plusieurs usines, notamment Orega-Thomson, Fouineteau (qui a inventé en particulier les paniers en tricot métallique pour la pêche, les paniers à salade et les autocuiseurs).

Depuis quelques années, différents services publics ou entreprises publiques ont quitté la ville :

  • France Télécom fin 2008,
  • Le tribunal d'instance fin 2009
  • La brigade motorisée de gendarmerie été 2010 (déplacée à Autrey-lès-Gray)
  • Les permanences d'accueil d'ERDF et GRDF été 2010.

Parmi les employeurs principaux figurent par exemple le centre hospitalier, les usines Plastigray. L'usine John Deere est située à Arc-lès-Gray.

Il est tout de même à noter que le secteur bancaire de Gray reste en expansion avec l'imminente restauration de son agence LCL. Elle sera rafraîchie selon un nouveau concept eco responsable et sa création a été confiée à l'architecte Girault Cormoran.

Culture locale et patrimoine

Monuments historiques et constructions remarquables

L'hôtel Jean Gauthiot d'Ancier, (1566). Façade sur la rue des Terreaux. On lit sur un fronton la devise des seigneurs d'Ancier Spes mea Deus (Dieu est mon espérance).

Musées

La ville de Gray compte trois musées :

  • Musée Baron-Martin, 6 rue Pigalle. Le musée conserve, entre autres, dans ses collections plus d'une centaine de gravures et d'eaux-fortes d'Albert Besnard ainsi qu'une importante collection de dessins de Prud'hon ;
  • Muséum d'histoire naturelle de Gray, place de la Sous-Préfecture. Depuis le milieu du XIXe siècle, le muséum s'est enrichi de diverses collections : roches et minéraux, fossiles, animaux naturalisés, planches de l'Histoire Naturelle de Buffon[65], herbiers [dont les herbiers de jeunesse : « Herbier du canton de Gray » et « Herbier général » du botaniste René Charles Joseph Maire, membre de l'Institut de France (Académie des Sciences)] ;
  • le Musée national de l'espéranto (Nacia Esperanto Muzeo) est l'unique musée de l'espéranto en France. Il s'agit d'un centre d'archives et de documentation réunissant de nombreuses informations sur la langue espéranto. Créé en 1977 par Géo Junier, il présente aujourd'hui 6 000 livres, 1 400 titres de revues provenant de nombreux pays, des cassettes, des affiches ou encore des objets en rapport avec la langue universelle[66].

Personnalités liées à la commune

  • Sont nés à Gray :
    • Hugues Marmier (v1475-1553) Homme politique comtois, président du Parlement
    • Hugues Sambin (v.1520-1601), architecte, sculpteur, graveur ;
    • Jean-Baptiste Romé de L'Isle (1736-1790) minéralogiste à l'origine de la cristallographie moderne ;
    • Marguerite de Gourbillon (1737-1817), amie de Marie-Joséphine de Savoie ;
    • François-Nicolas Mouchet (1750-1814), peintre français ;
    • Claude Alardet (1759-1848), homme politique ;
    • Nicolas Martin Barthélemy (1765-1835), général des armées de la République et de l'Empire, né et mort à Gray ;
    • Mathieu Queunot (1766-1845), général des armées de l'Empire ;
    • Antoine-Augustin Cournot (1801-1877), mathématicien, économiste, philosophe ;
    • Tullie Moneuse (1804-1875), femme de lettres ;
    • François Dufournel, (1808-1882), homme politique.
    • Benoît Trayvou (1809-1891), entrepreneur dans l'industrie du pesage ;
    • Léon-Marie-Joseph Billardet (1818-1862), peintre romantique, né et mort à Gray où il est inhumé ;
    • Edmond Bour (1832-1866), mathématicien, qui repose à Gray ;
    • Jules Sauzay (1823-1919), littérateur et historien de la Franche-Comté ;
    • Albert Bergeret (1859-1932), imprimeur et pionnier des cartes postales ;
    • Louis Laloy (1874-1944), musicologue, sinologue, secrétaire général de l'Opéra de Paris ;
    • Georges Lévy (1874-1961), homme politique, député du Rhône, maire de Villeurbanne ;
    • Léon Bonneff (1882-1914), écrivain, Aubervilliers écrit en 1914.
    • Maurice Bonneff (1884-1914), écrivain, Didier, homme du peuple écrit en 1914.
    • Georges Aymé (1889-1950), général commandant supérieur des troupes d'Indochine ;
    • Jean Bergeret (1895-1956), général d'aviation, membre de la délégation française qui signa l'armistice du 22 juin 1940 avec l'Allemagne et celui du 24 juin 1940 avec l'Italie ;
    • Pierre Garbay (1903-1980), commandant la 1re DFL, Compagnon de la Libération[67] ;
    • René Bouvret (1920-1944), résistant français, Compagnon de la Libération[68], mort à Hauteville le  ;
    • Christian Bergelin (1945-2008), homme politique ;
    • Christian Fumagalli (1946- ), peintre.
Portrait de Louis Édouard Gourdan de Fromentel, c.1900, Gray, Muséum d'histoire naturelle.
  • Ont vécu à Gray :
    • Pierre Fourier (1565-1640), homme d'église, saint catholique ;
    • Jean-Baptiste Chassignet (1571-1635), poète ;
    • Jean-Baptiste de la Baume-Montrevel (1593-1641), gouverneur de Franche-Comté, décédé à Gray
    • Philippe de la Baume-Saint-Amour (1616-1688) gouverneur de Franche-Comté de 1661 à 1668, réside au château de Gray
    • Jean-François de Massiet (v1635-1676) militaire wallon commandant la place de Gray lors de son siège de 1674
    • François-Félix-Hyacinthe Muguet de Nanthou (1760-1809), député de la Haute-Saône de 1789 à 1791, maire de Soing ;
    • Alexandre Martin (1773-1864), homme politique, né à Besançon ;
    • Joseph Wislin (1804-1893), pharmacien chimiste à Gray, détenteur de brevets pharmaceutiques, père du peintre Charles Wislin ;
    • Louis Édouard Gourdan de Fromentel (1824-1901), médecin et paléontologue ;
    • Edmond Bour (1832-1866), mathématicien ;
    • Maurice Signard (1840-1903), homme politique, maire de Gray, député sous la IIIe République et sénateur de la Haute-Saône ;
    • Hubert Lyautey (1854-1934), maréchal de France, chef d'escadrons au 12e régiment de hussards à Gray en 1893 ;
    • Maurice Drouot (1876-1959), député sous la Troisième République ;
    • René Charles Joseph Maire (1878-1949), professeur d'université, botaniste et mycologue, membre de l'Institut de France (Académie des Sciences) ;
    • Albert Jacquard (1925-2013), chercheur généticien et essayiste. A étudié au lycée Augustin-Cournot de Gray, son père étant alors directeur de la succursale de la Banque de France ;
    • Le duo électro Carbon Airways, d'Enguérand et Éléonore Fernèse ;
    • René Nuffer (1917-1992), peintre.

Galerie

Héraldique

Blason de GrayBlason
Coupé : au 1er d'azur semé de billettes d'or, au lion issant du même, armé et lampassé de gueules, au 2d d'argent à trois flammes de gueules.
Devise
« Triplex victoria flammis » : « Trois fois victorieuse des flammes »
Détails
Les flammes désignent les trois incendies qui ravagèrent la ville (1324, 1477 et 1479). D'où la devise de la ville.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.


Notes et références

Notes

  1. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  2. L'ordre judiciaire a pour objet de résoudre les conflits entre les personnes (individus, associations, entreprises, etc.) et les infractions à la loi pénale.
  3. L'ordre administratif a pour objet de résoudre les litiges entre un particulier et une personne publique (administration, collectivité territoriale, personne privée chargée d'une mission de service public) ou entre administrations.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références

  1. « Situation géographie », sur http://la-haute-saone.com.
  2. Gray affiche son caractère, L'Est Républicain, 12/10/2016.
  3. « Fiche sur Gray », sur ville-gray.fr.
  4. « Communes limitrophes de Gray », sur annuaire-mairie.fr.
  5. « Le climat change, la Franche-Comté s'adapte », sur le site du conseil économique et social de Franche-Comté (consulté le ).
  6. « Le climat de Gray », sur le site internaute.com, société Benchmark Group (consulté le ).
  7. « Records météorologiques pour la station de Gray », sur www.lameteo.org.
  8. « Le climat de Gray », sur le site internaute.com, société Benchmark Group (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. « Commune : Gray - 70100, LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie », sur site de l'INSEE.
  12. « La Presse de Vesoul ».
  13. Loi no 2000-614 du 5 juillet 2000 relative à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage. Le décret no 2007-690 du 3 mai 2007 relatif à l'agrément, prévu à l’article 9 de la loi du 5 juillet 2000 complète cette loi. Enfin, deux circulaires du ministre de l’Intérieur précise des modalités d'administration (Circulaire NOR INT/D/07/00016/C du 15 février 2007 relative à la préparation des stationnements estivaux des grands groupes de caravanes des gens du voyage et circulaire n° NOR INT/D/07/00080/C du 10 juillet 2007 relative à la procédure de mise en demeure et d’évacuation forcée des occupants illicites d’un terrain).
  14. « GRAPHE STRATÉGIQUE DU PROGRAMME GLOBAL DE DÉVELOPPEMENT « VAL DE GRAY » », sur cc-valdegray.fr.
  15. « Programme Global de Développement », sur cc-valdegray.fr.
  16. « Accès à Gray », sur ville-gray.fr.
  17. « Desserte du TGV Rhin-Rhône ».
  18. visibles clairement sur la photo de Google maps.
  19. barrage à aiguilles.
  20. « Bus urbain hiver 2012-2013 », sur ville-gray.fr (consulté le ).
  21. « Toponymie générale de la France, Volume 1 », sur Google Livres.
  22. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6).
  23. Jean Henri Gatin, Histoire de la Ville de Gray et ses monuments, Bretenstein-Ramey, , 452 pages
  24. * Marcel Fournier, « Studium de Gray : XIIIe siècle », dans Statuts et privilèges des universités françaises : Depuis leur fondation jusqu'en 1789, t. 2, Première partie :Moyen Âge, Paris, L. Larose et Forcel éditeurs, (lire en ligne), p. 737-738
  25. (it) Giacinto Cantalamessa Carboni, Memorie intorno i letterati e gli artisti della città di Ascoli nel Piceno scritte da Giacinto Cantalamessa Carboni, Ascoli, Ascoli Tipografia Cardi, mdccxxx - 1830, 304 pages
  26. Gilbert Cousin, Description de la Franche-Comté, Gauthier frères, (lire en ligne)
  27. Précis de l'histoire du Moyen Âge et de l'histoire moderne Par Ferréol Perrard page 393.
  28. J-A Marc, Annuaire statistique et historique du département de la Haute-Saône, Gray, 1815.
  29. carte postale de la sous-préfecture
  30. La réforme de 1926
  31. Max François et Christian Rénet, La Haute-Saône, éditions Alan Sutton, coll. Mémoire en images, 2005 (ISBN 978-2-84910-274-9).
  32. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  33. « Élections présidentielles de 2007 à Gray », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  34. « Élections présidentielles de 2012 à Gray », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  35. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014 (consulté le ).
  36. « Élections municipales de 2008 à Gray », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  37. « Les maires de Gray », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  38. « Vitter Pierre, ancien sénateur de la Haute-Saône », Anciens sénateurs IVe République, Sénat (consulté le ).
  39. « Nécrologie : Pierre Vitter », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  40. « L'ancien ministre Christian Bergelin renonce à la vie politique », La Croix,‎ (lire en ligne).
  41. « Nécrologie : Christian Bergelin », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  42. Y. L., « Michel Alliot ne sera plus maire de Gray : Après trente années consacrées à la chose publique, dont quinze en qualité de premier magistrat, Michel Alliot ne sollicitera pas, l'an prochain, un nouveau mandat de maire. Son premier-adjoint, Christophe Laurençot, est son candidat désigné à la succession », La Presse de Gray,‎ (lire en ligne).
  43. « Municipales 2008 ; Franche-Comté / Haute-Saône », Le Monde,‎ (lire en ligne) « Ailleurs domine la stabilité. (...). Pour leur part, les maires UMP sortants sont réélus à Vesoul, où le député Alain Joyandet recueille 60,05 % des suffrages, et à Gray, où Michel Alliot, obtient 51,43 % des voix En savoir plus sur. ».
  44. « Laurençot, le pari de l’authenticité : Candidat désigné, au sein de la majorité sortante (UMP) à Gray pour prendre la succession de Michel Alliot, Christophe Laurençot arrive à la croisée des chemins. Avec une équipe rajeunie, il veut agir pour sa ville », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  45. « Laurençot en rassembleur : Le nouveau maire de Gray a été élu vendredi soir. Devant une très large assistance, il a fait part de son souhait de mobiliser toutes les énergies au service de la ville. », La Presse de Gray,‎ (lire en ligne).
  46. « Christophe Laurençot élu maire, la nouvelle équipe municipale va pouvoir œuvrer à Gray », sur L'Est républicain, (consulté le ).
  47. « Réalisés d'après les tableaux au format xls disponibles sur le site officiel de la direction générale des Impôts » (consulté le ).
  48. « Finances de la ville d'après Taxe.com » (consulté le ).
  49. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  50. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  51. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  52. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  53. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Gray (70279) », (consulté le ).
  54. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Haute-Saône (70) », (consulté le ).
  55. « Enseignement », sur gray.fr (consulté le ).
  56. « BTS MCO », sur lycee-cournot.fr (consulté le ).
  57. « Centre Hospitalier du Val de Saône Pierre Vitter (Gray) – Fédération Hospitalière de France (FHF) », sur etablissements.fhf.fr (consulté le )
  58. « Équipements sportifs de la ville de Gray », sur ville-gray.fr.
  59. http://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Gray/Gray-Notre-Dame.htm.
  60. http://huguenotsinfo.free.fr/temples/gray.htm.
  61. « Mosquées - HAUTE SAONE - 70 », sur Trouve Ta Mosquée (consulté le ).
  62. url=https://www.estrepublicain.fr/loisirs/2014/08/09/de-l-artisanat-a-la-chapelle.
  63. « Exposition - Un passionné présente l’histoire de Gray par le prisme de l’aviation. », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  64. http://www.monumentum.fr/hotel-dieu-pa70000036.html.
  65. « Muséum d'histoire naturelle de Gray », sur le site commun au Muséum et à l'association des Amis du Muséum (consulté le ).
  66. « NEM: Nacia Esperanto Muzeo », sur le site du centre culturel Espéranto de la région de Gray (consulté le ).
  67. Fiche biographique sur le site de l'Ordre de la Libération
  68. Fiche biographique sur le site de l'Ordre de la Libération

Annexes

Bibliographie

  • Gray : reflets de son histoire, Saint-Georges-de-Luzençon/Gray, Société des amis du Musée et de la Bibliothèque, , 229 p. (ISBN 2-9505448-0-0, BNF 35565336, SUDOC 060519207).

Articles connexes

Territoire
Géographie
  • Géographie de la Haute-Saône
  • Saône
Transports et communication
  • Aérodrome de Gray - Saint-Adrien
  • Gare de Gray
  • Transports en commun de Gray
Patrimoine
Politique et administration

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

France relief location map.jpg
Auteur/Créateur: Eric Gaba (Sting - fr:Sting), Licence: CC BY-SA 4.0
Carte physique vierge de la France métropolitaine destinée à la géolocalisation.
Échelle : 1:14 816 000 (précision : environ 3,7 km) pour la bathymétrie.
France location map-Regions and departements-2016.svg
Auteur/Créateur: Superbenjamin, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte administrative vierge de la France destinée à la géolocalisation, avec régions et départements distingués. Échelle approximative : 1:3 000 000
Bourgogne-Franche-Comté region location map.svg
Auteur/Créateur: Flappiefh, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte administrative vierge de la région Bourgogne-Franche-Comté, France, destinée à la géolocalisation.
Brosen windrose-fr.svg
Auteur/Créateur: Delhovlyn et Mitrane, Licence: CC-BY-SA-3.0
Francisation de Image:Brosen windrose.svg. (« W » → « O »)
Sinnbild Autobahnausfahrt.svg
Motorway exit (icon)
Logo-Mairie.svg
Auteur/Créateur:

SVG: Kxh

Bitmap(media:Logo-Mairie.png): Liquid_2003, Licence: GPL
Modification de File:Vista-folder home2.png par Liquid_2003
Gray OSM 02.png
Auteur/Créateur:
Description
Cette carte a été créée à partir des données du projet OpenStreetMap. Cette carte est peut-être incomplète et peut contenir des erreurs. Ne vous fiez pas uniquement à elle pour vos déplacements.
Date (voir l'historique du fichier)
Source openstreetmap.org
Créé par
contributeurs d'OpenStreetMap
Autorisation
(Réutilisation de ce fichier)

Les données d'OpenStreetMap sont disponibles sous la license Open Database (détails). Les cartes sont publiées sous license Creative Commons Attribution-Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 (CC-BY-SA 2.0).

Openstreetmap logo.svg

Contient des informations issues d'OpenStreetMap, qui sont mises à disposition sous les termes de l'Open Database License (ODbL).


L'ODbL n'exige aucune licence en particulier pour les cartes produites à partir de données placées sous l'ODbL. Avant le 1er août 2020, les tuiles des cartes produites par la Fondation OpenStreetMap étaient placées sous la licence CC-BY-SA-2.0. Les cartes produites par d'autres personnes peuvent être placées sous des licences différentes.

w:fr:Creative Commons
paternitépartage à l’identique
Vous êtes libre :
  • de partager – de copier, distribuer et transmettre cette œuvre
  • d’adapter – de modifier cette œuvre
Sous les conditions suivantes :
  • paternité – Vous devez donner les informations appropriées concernant l'auteur, fournir un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été faites. Vous pouvez faire cela par tout moyen raisonnable, mais en aucune façon suggérant que l’auteur vous soutient ou approuve l’utilisation que vous en faites.
  • partage à l’identique – Si vous modifiez, transformez, ou vous basez sur cette œuvre, vous devez distribuer votre contribution sous la même licence ou une licence compatible avec celle de l’original.
Géoréférencement Géoréférencer la carte dans Wikimaps Warper Si c'est inapproprié, définissez warp_status = skip pour masquer.
, Licence: CC BY-SA 4.0
carte réalisée sur umap
Gray - Basilique Notre-Dame Vidéo 2.ogg
Auteur/Créateur: René Hourdry, Licence: CC BY-SA 4.0
Basilique Notre-Dame Vidéo 2
Blason de Gray (Haute-Saône).svg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC BY 4.0
Saône (Gray) 05.jpg
Auteur/Créateur: Arnaud 25, Licence: CC BY-SA 4.0
Saône (Gray)
Gray-La Saône depuis le pont neuf.jpg
Auteur/Créateur: G CHP, Licence: CC BY-SA 2.5
Vue de Gray (Haute-Saône) et de la Saône depuis le pont neuf
Gray Fontaine Saint-Pierre-Fourier.jpg
Auteur/Créateur: Prosopee, Licence: CC BY-SA 3.0
Fontaine Saint-Pierre-Fourier, Grande-Rue à Gray (Haute Saône).
Blason département fr Haute-Saône.svg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC BY-SA 3.0
Weather-overcast-rare-showers.svg
Auteur/Créateur: , Licence: CC BY-SA 2.5
symboles pour les cartes météorologiques.
Theatre-Gray01.jpg
Auteur/Créateur: Jeffdelonge 13:57, 8 April 2007 (UTC), Licence: CC-BY-SA-3.0
Gray theather
Weather-day-more-fog.svg
Auteur/Créateur: , Licence: CC BY-SA 3.0
Symbole pour cartes météorologiques
Grande bibliotheque-Gray01.jpg
Auteur/Créateur: 17:45, 8 April 2007 (UTC), Licence: CC-BY-SA-3.0
Grande bibliothèque de Gray, Haute-Saône, France.
Weather-clear.svg
Weather icon indicating sunny/clear skies
Gray basilique.jpg
Auteur/Créateur: Jean-François Gaffard (Jeffdelonge), Licence: CC-BY-SA-3.0
Basilique de Gray
0 Veuë de la ville de Gray en Franche-Comté d'après F. Van der Meulen.JPG
Auteur/Créateur: Jean-Pol GRANDMONT, Licence: CC BY 4.0
Gravure «Veuë de la ville de Gray en Franche-Comté  » réalisée en 1685 d’après Adam François van der Meulen appartenant aux collections du château de Vaux-le-Vicomte - Maincy (Seine-et-Marne, France).
Gray 70 ville haute bouche de fontaine.jpg
Auteur/Créateur: Hyppolyte de Saint-Rambert, Licence: CC BY-SA 4.0
Photographie d'une bouche à eau de fontaine
Weather-violent-storm.svg
Symbole météorologique pour carte du temps.
Gray 70 ville haute Porte en bois détail.jpg
Auteur/Créateur: Hyppolyte de Saint-Rambert, Licence: CC BY-SA 4.0
Photographie d'un battant de porte en bois sculpté, décor central du panneau.
Gray Gare routière.jpg
Auteur/Créateur: Prosopee, Licence: CC BY-SA 3.0
Gare routière de Gray (Haute Saône).
70279-Gray-Sols.png
Auteur/Créateur: Roland45, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte des infrastructures et de l’occupation des sols en 2018 de la commune de fr:Gray (France).
Gray Maison place Charles-De-Gaulle.jpg
Auteur/Créateur: Prosopee, Licence: CC BY-SA 3.0
Maison place Charles-De-Gaulle à Gray (Haute Saône).
CLB 2049 La Haute-Saône Pittoresque - GRAY - Place de l'Hotel-de-Ville.JPG
Carte postale ancienne éditée par Phototypie artistique de l'Est C. Lardier à Besançon, collection La Haute-Saône Pittoresque, n°2049 :
GRAY - Place de l'Hôtel-de-Ville
Moulin Gray 1836.jpg
Auteur/Créateur: Jeffdelonge, Licence: CC BY-SA 3.0
Vue de la Saône, du pont de pierres, du moulin en 1836
Gray OSM 01.png
Auteur/Créateur:
Description
Cette carte a été créée à partir des données du projet OpenStreetMap. Cette carte est peut-être incomplète et peut contenir des erreurs. Ne vous fiez pas uniquement à elle pour vos déplacements.
Date (voir l'historique du fichier)
Source openstreetmap.org
Créé par
contributeurs d'OpenStreetMap
Autorisation
(Réutilisation de ce fichier)

Les données d'OpenStreetMap sont disponibles sous la license Open Database (détails). Les cartes sont publiées sous license Creative Commons Attribution-Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 (CC-BY-SA 2.0).

Openstreetmap logo.svg

Contient des informations issues d'OpenStreetMap, qui sont mises à disposition sous les termes de l'Open Database License (ODbL).


L'ODbL n'exige aucune licence en particulier pour les cartes produites à partir de données placées sous l'ODbL. Avant le 1er août 2020, les tuiles des cartes produites par la Fondation OpenStreetMap étaient placées sous la licence CC-BY-SA-2.0. Les cartes produites par d'autres personnes peuvent être placées sous des licences différentes.

w:fr:Creative Commons
paternitépartage à l’identique
Vous êtes libre :
  • de partager – de copier, distribuer et transmettre cette œuvre
  • d’adapter – de modifier cette œuvre
Sous les conditions suivantes :
  • paternité – Vous devez donner les informations appropriées concernant l'auteur, fournir un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été faites. Vous pouvez faire cela par tout moyen raisonnable, mais en aucune façon suggérant que l’auteur vous soutient ou approuve l’utilisation que vous en faites.
  • partage à l’identique – Si vous modifiez, transformez, ou vous basez sur cette œuvre, vous devez distribuer votre contribution sous la même licence ou une licence compatible avec celle de l’original.
Géoréférencement Géoréférencer la carte dans Wikimaps Warper Si c'est inapproprié, définissez warp_status = skip pour masquer.
, Licence: CC BY-SA 4.0
carte réalisée sur umap
Bergeret - GRAY - Vue générale.JPG
Carte postale ancienne éditée par A/ Bergeret, livraire à Gray : GRAY - Vue générale
Logo site naturel negatif.svg
Idéogramme des sites naturels français inscrits ou classés au titre de la loi de 1930. Version en négatif.
Gray - Maison Noir-Anney 02.JPG
Auteur/Créateur: Ginette Mathis, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00102184 Wikidata-logo.svg.
Panorama max.jpg
(c) Schoepfle, CC-BY-SA-3.0
Panorama Hügelheim
  1. Beschreibung: Blick aus dem Rebberg auf Hügelheim
  2. Ort: Hügelheim (Baden)
  3. Quelle: selbst fotografiert
  4. Fotograf: Schoepfle
  5. Kamera: HP Photosmart 720
  6. Lizenzstatus: GNU FDL
mehr Bilder bei Musikverein Hügelheim
Palais de justice de Gray.jpg
Auteur/Créateur: Prosopee, Licence: CC BY-SA 3.0
Palais de justice de Gray (Haute-Saône).
Geoloc Haute Saone Relief.svg
Auteur/Créateur: Boldair, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte de géolocalisation de la Haute-Saône - Relief
Tourisme fluvial gray01.jpg
Auteur/Créateur: Jean François Gaffard (Jeffdelonge), Licence: CC-BY-SA-3.0
tourisme fluvial sur la Saône (halte nautique de Gray)
Edouard Gourdan de Fromentel01.jpg
Photo de Louis Édouard Gourdan de Fromentel conservé au Muséum d'Histoire naturelle de Gray auteur inconnu date antérieure à 1900
Gare de Gray0.jpg
Auteur/Créateur: G CHP, Licence: CC BY-SA 2.5
Gare de Gray. Le bâtiment voyageurs
Gray - Collège des Jésuites 01.JPG
Auteur/Créateur: Ginette Mathis, Licence: CC BY-SA 3.0
Cet édifice est répertorié dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00102178 Wikidata-logo.svg.
Gray Monument aux morts 2.jpg
Auteur/Créateur: René Hourdry, Licence: CC BY-SA 4.0
Le monument aux morts
Gray Le pont sur La Saône 1.jpg
Auteur/Créateur: René Hourdry, Licence: CC BY-SA 4.0
Le pont sur La Saône
Gray sud.jpg
Auteur/Créateur: Marper, Licence: CC BY-SA 3.0
ville franche-comté Haute-Saône Gray
Gray Logo.png
Auteur/Créateur:

inconnu

, Licence: marque déposée

Logo de Gray (Haute-Saône).

Gray - Basilique Notre-Dame 02.JPG
Auteur/Créateur: Ginette Mathis, Licence: CC BY-SA 3.0
Gray - Basilique Notre-Dame
Gray Hôtel Gauthiot d'Ancier 2.jpg
Auteur/Créateur: G CHP, Licence: CC BY-SA 2.5
Gray (Haute-Saône). Maison 12, rue des Terreaux à Gray (Haute Saône). Construite en 1566 pour Jean Gauthiot d’Ancier. On y lit gravée à un fronton la devise des seigneurs d'Ancier : Spes mea Deus, (Dieu est mon espérance)