Gênes

Gênes
Genova
Blason de Gênes
Armoiries
Drapeau de Gênes
Drapeau
Gênes
Administration
PaysDrapeau de l'Italie Italie
RégionDrapeau de la région de Ligurie Ligurie 
Ville métropolitaineProvincia di Genova-Stemma.svg Gênes 
Maire
Mandat
Marco Bucci (indépendant de centre-droit)
2017-2022
Code postal16100
Code ISTAT010025
Code cadastralD969
Préfixe tel.010
Démographie
GentiléGénois,
genovesi en italien
Population571 701 hab. (30-04-2020[1])
Densité2 379 hab./km2
Population de l'agglomération846 363 hab.
Géographie
Coordonnées44° 24′ 24″ nord, 8° 56′ 00″ est
AltitudeMin. 0 m
Max. 1 182 m
Superficie24 029 ha = 240,29 km2
Divers
Saint patronSan Giovanni Battista
Fête patronale24 juin
Localisation
Localisation de Gênes
Localisation dans la province de Gênes.
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Gênes
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Gênes
Géolocalisation sur la carte : Ligurie
Voir sur la carte administrative de Ligurie
City locator 14.svg
Gênes
Liens
Site webwww.comune.genova.it

Gênes (italien : Genova, en ligurien : Zena) est une ville italienne, située sur la mer de Ligurie, précisément sur les rives du golfe de Gênes, capitale de la Ligurie. Il s'agit de l'un des principaux ports italiens et de l'un des plus grands ports de la mer Méditerranée. En 2017, Gênes compte 580 112 habitants et 846 363 au sein de son agglomération. Sa zone urbaine compte environ 1 540 000 habitants.

Gênes, avec Milan et Turin, délimite le « triangle industriel », zone la plus industrialisée d'Italie. La ville est un centre important pour les sciences, la technologie, la mode et le sport italien. Une partie importante du centre historique est sous la protection de l'UNESCO. Gênes est l'une des plus grandes villes de Méditerranée et la principale de la mer de Ligurie.

Géographie

Localisation

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Municipio
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
1 : carte dynamique ; 2. carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique

Gênes est située en bordure du golfe de Gênes, partie septentrionale de la mer de Ligurie. La ville correspond à l'inclinaison de l'arc de cercle formé à cet endroit par la côte. Au nord de la ville commencent les Apennins, débouchant à proximité sur la plaine du Pô. Gênes offre une façade méditerranéenne dans le nord de l'Italie, à 193 km de Nice au sud-ouest, à 155 km de Milan au nord, à 518 km de Rome au sud-est.

La ville est traversée par le Polcevera.

Climat

Le climat y est entre subtropical humide (classification de Köppen : Cfa) et méditerranéen (classification de Köppen : Csa). Plus qu'ailleurs en mer Méditerranée, le climat de Gênes est humide (plus de 1 000 mm annuels), même si le nombre de jours de pluie est limité. Par ailleurs, on observe une faible amplitude thermique entre le jour et la nuit et, dans une moindre mesure, au cours de l'année (hivers très doux avec gel exceptionnel, étés chauds mais non caniculaires). Les records absolus de température sont de 38,7 °C maximum le et de −6,8 °C minimum. Les chutes de neige sont rares mais pas exceptionnelles (en moyenne une à deux fois par an).

Relevé météorologique de Gênes (1971-2000)
Moisjan.fév.marsavrilmaijuinjui.aoûtsep.oct.nov.déc.année
Température minimale moyenne (°C)5,468,210,714,51820,820,917,914,29,66,412,7
Température maximale moyenne (°C)12,313,116,42022,427,229,228,527,322,917,31418,9
Précipitations (mm)10695106857653278199153110811 072
Source : (it) Servizio Meteorologico[2]


Histoire

Antiquité

Carte représentant la Ligurie à l'époque romaine.

L'occupation humaine de la région de Gênes est précoce. Les plus anciennes traces de sédentarisation retrouvées dans la région de Gênes sont datées de l'époque néolithique au Ve millénaire av. J.-C. Des vestiges d'habitations plus récentes datées de l'Âge du bronze (un mur en pierres sèches[3]) ont également été retrouvés à l'embouchure du Bisagno.

La nécropole de la ville datant des VIe et Ve siècles atteste de l'occupation du lieu par les Étrusques[4] mais le port d'origine ligure, qui commerce particulièrement avec la plaine du Pô qui est un axe important dans la Route de l'ambre, est plus ancien. L'ancienne ville ligure est connue des Grecs sous le nom de Σταλία (Stalia) et reste dans l'ombre de Vada Sabatia (Vado Ligure), près de Savone. Stalia fait alliance avec Rome par un foedus aequum (« traité entre égaux ») au cours de la deuxième guerre punique (218-201 av. J.-C.). Les Carthaginois, sous le commandement de Hannibal, Hasdrubal et Magon, alliés aux tribus ligures des Intemelii et des Ingauni, détruisent Gênes en 205 av. J.-C.

La ville est reconstruite par les Romains et en 148 av. J.-C. est réalisée la via Postumia. La ville reçoit des droits municipaux après la troisième guerre punique en 146 av. J.-C. Le castrum original s'agrandit alors vers les quartiers actuels de Santa Maria di Castello et le promontoire San Lorenzo. Gênes bénéficie de l'instauration de la Pax Romana et l'oppidum Genua, mentionné par Pline l'Ancien (Nat. Hist. 3.48), fait partie de la Regio IX Liguria. En 13 av. J.-C. est établie la via Julia Augusta, tronçon de la via Aurelia.

Le port fait le commerce des peaux, du bois et du miel, produits convoyés vers des villes comme Tortona et Plaisance. Strabon dit de la ville qu'elle est l'emporium (du grec ἐμπόριον, emporion) de la Ligurie.

Moyen Âge

Après la chute de l'Empire romain d'Occident, Gênes est occupée par les Ostrogoths jusqu'à la reconquête de l'Italie par Justinien en 553. Quand les Lombards envahissent l'Italie en 568, l'évêque de Milan se réfugie à Gênes mais les Lombards du roi Rothari prennent Gênes et la Ligurie vers 643. En 774, le royaume lombard est annexé par l'Empire carolingien. Le premier comte carolingien de Gênes est Ademar, qui reçoit le titre de praefectus civitatis Genuensis. Ademar meurt en Corse en combattant les Sarrasins. À cette époque, les remparts romains détruits par les Lombards sont reconstruits.

Durant les siècles suivants, Gênes est un centre de taille moyenne, construisant lentement sa flotte marchande. La ville est mise à sac et brûlée en 934 lors d'une attaque par les Fatimides et quasiment abandonnée pendant quelques années. Au Xe siècle la ville, située dans la Marche de Gênes, est sous l'autorité de la famille Obertenghi. Gênes devient une des premières villes italiennes à avoir des droits civiques garantis par les seigneurs locaux[réf. nécessaire].

République de Gênes

Expansion de la République de Gênes en mer Méditerranée ainsi qu'en mer Noire.

Au Moyen Âge, Gênes est l'une des quatre républiques maritimes italiennes avec Venise, Amalfi et Pise dont elle devint la plus puissante pendant plusieurs siècles à la suite des Croisades. Elle connaît en particulier deux apogées, tout d'abord de 1284 à 1381, militairement et politiquement, puis de 1550 à 1630 environ, financièrement cette fois. On appelle cette dernière période « le siècle des Génois ».

La République de Gênes comprend la Ligurie actuelle, la Corse et des colonies au Moyen-Orient, en Grèce, autour des bouches du Danube, en Crimée et en Afrique du Nord. Du XIIIe siècle à la fin du XVe, la mer Noire est une mer génoise, Caffa en Crimée est la plus importante des colonies avec 80 000 habitants ; il faut ajouter que les Génois ont fondé des colonies loin sur le Danube. De plus, ils contrôlent les grandes routes terrestres dans le cas où la route des Détroits aurait été fermée. Gênes succombe sous la pression des troupes de Napoléon Ier et ne fut réinstituée qu'en 1815. Le Congrès de Vienne accorde l'ancienne république « à perpétuité aux États de S.M. le roi de Sardaigne ».

Conquête et grandeur

À la fin du Xe siècle, Gênes et Pise entreprennent de chasser les Maures de Corse et de Sardaigne. Pendant deux siècles, les deux cités se disputent avec acharnement les deux îles et de manière plus générale, le contrôle de la mer Tyrrhénienne. Dans un premier temps, Pise a l'avantage. Gênes et Pise, au gré des changements brusques de la politique romaine, se partagent les îles entre leurs différents évêchés. Durant le bas Moyen Âge, aux XIIe et XIIIe siècles, Gênes connaît une période de prospérité et de montée en puissance grâce à son grand commerce (soie, épices, or, pierres précieuses, alun). Les Génois sont fermement implantés dans le nord de la Sardaigne, l'extrême Sud Corse avec Bonifacio, en Balagne avec Calvi qu'ils fondent au XIIIe siècle et dans le cap Corse avec Bastia. Ils possèdent en outre l'île de Capraia en face de Bastia. Les Pisans possèdent le reste des îles. La vie des institutions de la « Commune » est dominée par les rivalités entre ces quatre grandes familles : les Fieschi, Grimaldi, Doria et Spinola.

Victoire des génois à la bataille de la Meloria (1284), la plus grande bataille navale du Moyen Âge qui opposa la puissante République de Gênes à sa rivale la République de Pise.

Cependant, Gênes écrase la flotte de Pise lors de la plus grande bataille navale du Moyen Âge, la bataille de la Meloria (1284). Le , près de l'îlot dit de la Meloria, les 88 galères d'Oberto Doria affrontent les 103 galères de Pise commandées par le podestat vénitien, Alberto Morosini. La victoire de Gênes est totale. Pour Pise, la défaite est catastrophique : non seulement elle déplore 5 000 tués, 9 000 prisonniers et 7 galères coulées mais la cité perd à tout jamais son indépendance et sa puissance. Son port, Porto Pisano, est comblé et les chaînes le fermant sont longtemps exposées sur la façade de Santa Maria di Castello. Gênes récupère alors, outre le port de Livourne, les droits de Pise sur la Corse et sur la Sardaigne, droits qui seront cependant très vite contestés par la papauté et le roi d'Aragon, investi roi de Corse et de Sardaigne. La Sardaigne est abandonnée en 1320 aux Aragonais mais la Corse reste génoise malgré de longues luttes sur terre et sur mer entre la cité et l'Aragon. Dans les années 1350, le doge de Gênes, Jean da Murta, reçoit la soumission du peuple de Corse. Désormais, Gênes, par l'intermédiaire d'offices financiers (la Maona jusqu'en 1453 puis la banque de Saint-George jusqu'en 1561), s'efforce de réduire la noblesse insulaire.

Sa puissante flotte affronte également la République de Venise à plusieurs reprises, sans qu'aucune des deux rivales puisse dominer l'autre. Depuis 1270, les deux cités renouvellent des trêves successives, tout en sachant l'affrontement inévitable. Les croisades apportent à Gênes une immense prospérité grâce au transport des troupes chrétiennes outre mer. De cette activité sont issus les nombreux ordres militaires encore aujourd'hui représentés dans la cité. Les marins génois prennent une part considérable dans la prise de Saint-Jean d'Acre en 1191. Le commerce génois s’avère florissant dans le sud des royaumes latins. En 1261, par le traité de Nymphée, les Génois obtiennent du basileus Michel VIII Paléologue des avantages commerciaux considérables ainsi que le quartier de Galata à Constantinople, de l'autre côté de la Corne d'Or. Bien vite, le comptoir de Galata attire plus de navires que Constantinople elle-même. La mer Noire devient le domaine réservé des Génois. Ceux-ci s'assurent le contrôle des routes terrestres et du Danube (maîtrise de l'estuaire du Danube et fondation de San Giorgio) dans le cas où la route des Détroits serait inaccessible. Cette domination sans partage, malgré les tentatives de Venise et de l'empire de Trébizonde, s'achève en 1481 quand la population de Caffa ouvre la ville aux assiégeants ottomans.

Gloire

Gênes en 1481.

Au XIVe siècle, la République de Gênes a un véritable empire maritime en mer Méditerranée et en mer Noire, incluant la Corse, alors son grenier à blé, des îles grecques (Lesbos, Chios, Ikaria et Samos), des comptoirs en Anatolie (Galata, Phocée, Scalanova, Amastris et Sinope), en Crimée (Cherson, Cembalos, Halopsis, Yalta, Soudak, Caffa et Kertch), autour des bouches du Danube (San Giorgio, Caladda, Licostomo, Eraclea aujourd'hui en ruines et Constanța) et ailleurs en mer Noire (Montecastro en Moldavie, Matrida, Taman et Tana dans le khanat de la Horde d'or autour de la mer d'Azov). C'est une nef génoise qui rapporte involontairement de Crimée la peste noire en 1348.

L'empire génois a pour principal concurrent celui de Venise, dominant en mer Égée, sur les marchés de Constantinople et de Trébizonde, à Chypre ; de leur côté, les Vénitiens veulent chasser les Génois de leurs possessions de Syrie. Gênes se rapproche de Byzance (traité de Nymphée) tandis que Venise se rapproche de Pise. Les deux cités s'affrontent par intermittences depuis la fin du XIIIe siècle et plus particulièrement depuis le printemps 1294 où les navires vénitiens attaquent les colonies génoises de Chypre puis, le , mettant les voiles vers la Cilicie. Ils rencontrent les Génois sur la côte arménienne : la bataille est désastreuse pour Venise qui perd 25 navires, un nombre important de combattants dont son général Marco Basagio.

Face à la défaite, la ville réagit en donnant ordre à tous ses armateurs d'entreprendre une guerre de course, tandis que la cité reconstruit une nouvelle flotte de 65 galères. Gênes, qui a ainsi triomphé de Pise et de Venise, est alors à l'apogée de sa puissance militaire. Cependant, si elle n'a rien à craindre de Pise, alors divisée en factions, Venise est parfaitement capable de s'opposer à nouveau à elle et, dès l'année suivante, les deux cités s'affrontent dans une série de coups de main jusqu'à ce que Gênes batte à nouveau Venise le 8 septembre 1298 devant Curzola, bataille remportée par Lamba Doria, frère d'Oberto Doria, vainqueur de Pise à la Meloria. Le nouveau type de galères génoises, dites « à la sensile », est largement responsable de la victoire. Le bilan pour Venise est lourd : 18 navires coulés, 66 navires brûlés par les Génois qui ne peuvent les remorquer à Gênes, 7 400 prisonniers dont Marco Polo (qui rédige ses récits de voyage dans les prison génoises) et Andrea Dandolo, fils du doge Giovanni qui préfère se tuer en se fracassant la tête à son banc plutôt que de figurer au défilé triomphal de Lamba. Une médiation du pape et de Charles d'Anjou amène les deux cités à signer la paix de Milan en 1299, faisant planer sur Gênes toujours en proie aux luttes entre factions, l'ombre des souverains de Milan, les Visconti.

Une troisième guerre éclate, de 1350 à 1355, émaillée de victoires incertaines de part et d'autre, jusqu'à ce que les deux républiques signent une paix temporaire à Byzance, en 1355, puis qu'elles concluent des accords commerciaux en 1361. De 1372 à 1378, une nouvelle période de tensions amène successivement une défaite vénitienne devant Pola en 1374, puis de Gênes près du cap d'Anzio en 1378. L'année suivante voit Gênes s'imposer mais, en 1379, commence entre les deux villes la guerre de Chioggia s'achevant par la défaite génoise en 1380, Venise assurant sa souveraineté sur la Méditerranée orientale. La paix de Turin de 1381 permet à Venise de rentrer à nouveau en possession de tous ses privilèges à Constantinople et même de se faire reconnaître le droit de commercer librement en mer Noire. Durant cette guerre, Venise ne doit son salut qu'à la mort du général génois, Pietro Doria, tué lors de la bataille finale et au retour opportun de Vettor Pisani et de son escadre. Pour sauver leur patrie, les Vénitiens se saignent autant financièrement que physiquement, induisant de profondes et irréversibles modifications des institutions.

Essor et renaissance

Christophe Colomb explorateur génois découvrant l'Amérique et ouvrant la voie aux routes commerciales ainsi qu'aux conquêtes des conquistadores.

Alors que Gênes est au sommet de sa gloire, la concurrence émerge à Venise, où une « Bourse du Rialto » facilite l'échange des parts de navires, le développement d'une flotte commerciale et le quadruplement de la superficie de l'arsenal de Venise dans les trois premières décennies du XVIe siècle. Mais tandis que Venise plaçait comme suprême bien l'indépendance et l'union des citoyens, Gênes s'offrit aux différentes puissances étrangères (Visconti, France, puis Espagne) déchirée de l'intérieur par les luttes fratricides des différentes factions, patriciens contre plébéiens, guelfes contre gibelins, Adorno contre Fregoso ou Campofregoso.

En 1339, Simone Boccanegra avait été acclamé premier doge de Gênes. Le doge, élu à vie, devait être plébéien et de la faction gibeline. On appelle cette période le dogat populaire. Aucun doge ne put rester durablement en place. Chaque coup d'État entrainant la perte de l'indépendance dans un mouvement irréversible de décomposition. En 1390, devant la perte de ses positions commerciales en Tunisie en faveur de Venise, Gênes organisa une expédition militaire voulant lui donner le caractère d'une nouvelle croisade au prétexte de venger la piraterie des Barbaresques contre les Chrétiens. Elle obtint l'assistance d'un corps de seigneurs franco-anglais dont Louis II de Bourbon prit le commandement et qui mit le siège devant Mahdia. Par le traité du , Gênes se donne au royaume de France qui y place en 1401 comme gouverneur Jean II Le Meingre, dit Boucicaut. Éclate une révolution en 1409 et la ville proclame son indépendance.

Andrea Doria, Grand amiral génois.

Le conflit avec Venise reprend sporadiquement et une nouvelle défaite génoise amena un nouveau traité en 1404. Gênes n'est alors plus en mesure de s'imposer. Elle est à nouveau battue en 1431. Mais le grand adversaire de la cité n'est plus Venise, au XVe siècle, mais l'Aragon qui lui dispute la Sardaigne (perdue dès 1320), la Corse et, plus largement, la domination de la Méditerranée occidentale. Mais le , Alphonse V est vaincu et fait prisonnier par les Génois à la bataille de Ponza. Il est capturé par le Génois Biagio Assereto. Toutefois, la république reste étranglée entre de puissants rivaux. Et finalement, elle se résout à se déclarer sous la protection de la France. Celle-ci nomme le 11 mars 1458 comme nouveau gouverneur Jean d'Anjou, duc de Calabre ; il a six successeurs, dont Antonio Ardorno (1513-1515) et Octavio Fregoso (1515-1522). Toutefois, Gênes se rebelle le . À partir du , c'est le duc de Milan qui impose son protectorat sur la république jusqu'au . Par la suite, Milan parviendra à nouveau à imposer son protectorat du au . L'intervention en Italie de Louis XII permet à la France de rétablir sa tutelle du jusqu'au . Une brève reconquête eut lieu par les Français en 1527. La ville reprend définitivement son indépendance en 1528 quand Andrea Doria oblige Adorno et Fregoso à changer de nom et transforme les institutions. Gênes est une ville particulière, marquée par les luttes intestines. C'est un port où règnent les riches familles d'armateurs ; la ville grimpe vers le ciel pour voir arriver les navires ; c'est, avec ses palais à huit étages, la « New York » du Moyen Âge. Il n'y a pas de rues rectilignes à part la via Garibaldi (Strada nuova) mais des palais, tours, véritables quartiers fortifiés des familles patriciennes avec leurs églises et sanctuaires.

La Porta Siberia, porte de la ville, construite entre 1551 et 1553.

La population de la ville tombe à 40 000 âmes en 1528. Andrea Doria offre à sa cité l'indépendance. Il proclame la formation d'un unique corps civique et veille à supprimer les luttes de factions. Désormais, la république est aristocratique. Est noble ou patricien tout homme de 18 ans révolus dont la famille a exercé des charges politiques avant la révolte populaire de 1506. 400 nobles sont tirés au sort et forment le grand conseil, renouvelé par quart tous les ans. Le petit conseil ou Sénat de 100 membres est formé par tirage au sort au sein du grand conseil. La seigneurie est formée du doge, de deux procurateurs et des gouverneurs, tous élus pour deux ans. Le pouvoir prend une forme collégiale. Organe très puissant de contrôle des institutions, le syndicato est composé entre autres de deux censeurs. Le doge est de rang royal, il lui est interdit de sortir de la cité pendant son mandat de deux ans non renouvelable avant dix années. Or, on élit généralement des hommes fort âgés et seul Giacomo Maria Brignole sera élu deux fois, en 1779 et 1795 ; il sera le tout dernier doge de la République.

En 1528, la Commune de Gênes disparaît et devient une république sérénissime en 1596. En 1547 a lieu la Conjuration de Gian Luigi Fieschi qui s'achève tragiquement et provoque la cruelle vengeance d'Andrea Doria. Gênes perd l'île de Chios, habitée par près de 40 000 Génois en 1566. Tabarka (Tunisie) en 1744, la Corse en 1768.

Splendeur et lutte

La bataille de Lépante où la Sainte-Ligue (1571) affronte l'empire ottoman à la suite de la prise de Chypre par ce dernier. Cette grande victoire des latins permet de stopper l'avancée ottomane en Europe.
L'Université (crédit : photo de James Anderson).
Gênes en 1572.

« ...L’étonnante beauté de cette ville dont les maisons paraissent enchâssées dans le roc comme diamants dans l’or. » in les Nouvelles exemplaires de Miguel de Cervantès.


À l’époque moderne donc, les anciennes institutions font place, en 1528, à une république oligarchique ou aristocratique puisque tous les nobles gouvernent la République, composée de 28 alberghi, factions qui rassemblent les grandes familles de la noblesse génoise en près de 800 patriciens, telles que les Doria, Grimaldi, Fieschi, Spinola, Sauli, Imperiale, Brignole Sale, Lomellini, Balbi, Durazzo, Giustiniani, Cattaneo. Elles élisent tous les deux ans un doge de la République assisté d'un censeur et de deux consuls. Les Génois sont les principaux banquiers de la Couronne d'Espagne, jusqu'à la banqueroute de Philippe II. Le siècle qui s'étend de 1550 à 1650 est parfois nommé « le siècle des Génois ».

En 1575 et 1576 se déroule la guerre civile génoise. Au début de la république, la succession de « nouveaux nobles » (tels les Sauli, Brignole Sale) et d'« anciens nobles » (tels les Doria, Grimaldi, Spinola, Centurione) fut respectée mais les « anciens nobles » accaparèrent rapidement le pouvoir. Les « nouveaux nobles » s'enrichirent considérablement en faisant commerce du coton et de la soie tandis que les « anciens nobles » s'adonnaient à la banque. Après cette crise, anciens et nouveaux nobles se virent égaux et les alberghi disparurent. À cette époque, Gênes est une cité splendide qui mérite à nouveau son surnom de « la Superbe », c'est-à-dire l'Orgueilleuse. La Strada nuova, seule rue droite de la ville dont Madame de Staël disait « la rue des rois et la reine des rues », abrite les plus somptueux palais (Palazzo Rosso des Brignole-Sale, Palazzo Bianco des Grimaldi). Rubens puis Van Duck font les portraits de son riche patriciat. Rubens y séjourna pendant les quatre années qu'il passa en Italie de 1604 à 1608. Il réalisa le Portrait de Brigida Spinola Doria, conservé à la National Gallery de Washington, et le Portrait de Maria Serra Pallavicino. Antoine van Dyck, qui partit fin 1621 pour six ans en Italie, séjourna surtout à Gênes. Il y commença sa carrière de portraitiste à succès et décora les palais somptueux des nobles génois de tableaux religieux. Dans ses portraits, il mettait toujours en valeur la position sociale importante de ses modèles dans un style de portrait en pied, s'inspirant du Titien et de Rubens.

La Marquise Spinola-Doria (1606, Rubens). National Gallery, Washington.

La population croît rapidement (140 000 habitants en 1630), ce qui nécessite la construction de la plus impressionnante muraille d'Italie : le nouveau mur, s'étirant sur 12 km et protégeant la cité de tous côtés. Il fut édifié entre 1626 et 1639. En 1637, le doge Gian Francesco I Brignole offre la souveraineté de ses États à la Vierge Marie. Au XVIIe siècle, la république soutient deux guerres victorieuses contre la Savoie. Le riche plébéien Vacheron, avec l'aide de la Savoie, tente en 1628 d'assassiner tous les patriciens afin de permettre une invasion victorieuse de Gênes par la Savoie. Mais il est découvert et exécuté avec ses complices. Néanmoins, cela ne décourage pas le duc de Savoie et en 1672, Raffaele Della Torre tente de faire sauter la salle du Conseil à l'aide d'une « machine infernale » (bombe). Au cours de sa fuite, il est assassiné d'un coup de poignard à Venise[5].

Gian Francesco II Brignole Sale, doge de Gênes de 1746 à 1748 par Hyacinthe Rigaud en 1739.

En 1684, le doge de Gênes (Francesco Maria Imperiale Lercari) commet l'erreur de défier Louis XIV en fournissant des galères à l'Espagne, ennemie de la France. Au même moment, il traite avec désinvolture l'ambassadeur français François Pidou, chevalier de Saint-Olon. Sur ordre du roi, le marquis de Seignelay, intendant de la marine, accompagné du lieutenant général des armées navales Abraham Duquesne, organise en mai 1684 une expédition punitive. La ville subit un violent bombardement. Le doge doit venir s'humilier à Versailles en mai 1685. Le doge se rend à la présentation au Roi, en plein mois d'août, avec un vêtement de velours, une action publicitaire adroite qui détermina le début d'une période de grande exportation de velours de Gênes à la France. Pendant la visite, le roi, montrant au doge le nouveau palais royal de Versailles, lui demanda quelle était la chose qui l'avait le plus étonné pendant sa visite. Le doge répondit d'une formule lapidaire, caractéristique du sarcasme génois : « Mi chi » c'est-à-dire « Moi ici ». Le gouvernement génois se limite désormais à assurer la sécurité et à prélever l'impôt, tandis que la haute classe dirigeante s'adonne au grand commerce et à la finance. Le blé acheté en grande quantité et à bas prix au royaume de Naples suffit à approvisionner la cité qui, ainsi, ne pense pas à mettre en valeur la Corse où elle construit tout de mêmes routes, forts et ponts. La maîtrise de la Corse est nécessaire à la survie de Gênes, car toute nation possédant l'île serait en mesure d'exercer le blocus de la métropole.

Durant le XVIIIe siècle, la République eut à mener plusieurs violentes guerres contre le duché de Savoie. Lors de la guerre de Succession d'Autriche, les armées génoises tout juste réorganisées et portées à 10 000 hommes par le général en chef Francesco II Brignole Sale, souffrent des défaites de la France. Gênes est dès lors[Quand ?] occupée[Par qui ?][pourquoi ?]. En 1747, Gênes se révolte contre l'occupant autrichien, révolte menée par un enfant nommé « Ballila »[précision nécessaire][réf. souhaitée].

Gênes cède à titre « provisoire » sa séculaire souveraineté sur l'île de Corse en 1768. En 1795, Giacomo Maria Brignole est élu, pour la seconde fois (après 1779), dernier doge de Gênes. La République continua d'exister moralement malgré l'occupation française et au Congrès de Vienne en 1814-1815, Antoine Brignole Sale défend vigoureusement mais sans succès l'indépendance de la Ligurie ; il est le dernier ministre de l'antique République et il poursuivra une brillante carrière commencée aux côtés de Napoléon, comme ministre et maire de Gênes. Par la Constitution dorienne de 1528, le choix du doge devait être équiprobable entre les membres du grand conseil mais, vers la fin de la République et l'augmentation du nombre de patriciens pauvres, certains suffrages se monnayaient, parfois même à vil prix.

Principales familles aristocratiques

Sur les 79 doges que compta la République, un certain nombre de familles sont représentées plusieurs fois au dogat :

  • 11 doges : Grimaldi - Spinola
  • 8 doges : Durazzo - Adorno
  • 7 doges : De Franchi - Giustiniani - Lomellini
  • 6 doges : Centurione - Doria
  • 5 doges : Cattaneo - Gentile
  • 5 mandats biennaux, 4 doges : Brignole (Giacomo Maria fut l'unique doge élu deux fois et fut l’ultime doge)
  • 4 doges : De Mari - Imperiale - Invrea - Negrone
  • 3 doges : Pallavicini - Sauli
  • 2 doges : Balbi (it) - Cambiaso - Chiavari - Della Torre - Lercari - Pinello - Veneroso - Viale
  • 1 doge : Assereto - Ayroli - Canevaro - Chiavica Cibo - Cicala Zoaglio - Clavarezza - Da Passano - De Ferrari - De Fornari - De Marini - Della Rovere - Di Negro - Ferreti - Franzoni - Frugoni - Garbarino - Giudice Calvi - Odone - Promontorio - Saluzzo - Senarega - Vacca (ou Vaccari) - Vivaldi

À Gênes, où ne s'affirma pas une seigneurie et où l'union tardive de l'oligarchie préférait taire les guerres fratricides du passé, il n'y eut pas d'historiographie officielle qui aurait projeté dans le passé les gloires de la noblesse génoise. Ainsi, par cet aspect, véritable omerta du passé, des gloires comme des violences, l'histoire de la Superbe République semble moins glorieuse que celle de Venise, sa Sérénissime sœur rivale. Mais cela n'est qu'apparence trompeuse.

République ligurienne, Royaume de Sardaigne et Royaume d'Italie

Chebec genois. Le Chebec avec ses voiles latines est un navire typiquement méditerranéen aux origines mêlées, italiennes et arabes.

En 1797, les armées de la République française avancent en Italie et un comité jacobin proclame une République ligurienne à Gênes, renversant ainsi l'ancienne république au profit d'une « république sœur ». Les aristocrates génois, dont le dernier doge Giacomo Maria Brignole, continuent la lutte en se disséminant dans l'Italie du Nord. Les Génois, attachés à leur république aristocratique, acceptent d'abord mal ce nouvel état calqué sur le modèle français. En novembre 1799, il y a une tentative de révolte de la Ville de Gênes, sous le commandement du noble Pasqual Adorno. Le complot pour le 5 novembre a été découvert et déjoué[6]. L'année suivante, Gênes se donne un doge pour cinq ans en la personne d'un membre de la famille Durazzo. En 1802, il obtient un mandat à vie, comme le mandat de l'Empereur français. En 1805, la république est annexée à l'Empire français. En 1814, le territoire de l'ancienne République de Gênes ne retrouve pas son indépendance et est annexé au Royaume de Sardaigne (Piémont). Le soulèvement génois contre la maison de Savoie en 1821, réprimé avec une grande effusion de sang, a éveillé les sentiments nationaux de la population.

Antoine-François-Hector Vulliet de la Saunière, marquis de Yenne, est à sa mort, survenue en 1830, Gouverneur général de Gênes[7]. En 1849, les troupes de Savoie, sous les ordres du général Alfonso La Marmora, répriment durement une insurrection provoquée par le mécontentement populaire. En 1853, Giovanni Ansaldo et Raffaele Rubattino fondèrent la société industrielle Ansaldo. Gênes joue un rôle clé pour le Risorgimento grâce au travail de Giuseppe Mazzini, Nino Bixio, Goffredo Mameli. De Gênes (Quarto dei mille) a commencé l'Expédition des Mille, dirigée par Giuseppe Garibaldi.

En 1861, Gênes, avec tout le Royaume de Sardaigne, sont intégrés dans le nouveau Royaume d'Italie.

En 1892, à Gênes par Filippo Turati, Andrea Costa et Anna Kuliscioff a été créé le Parti socialiste italien, la ville est devenue un important centre industriel et le port d'embarquement pour de nombreux émigrés italiens s'en allant tenter leur chance en Amérique. Les immigrants génois en Argentine créent le quartier de Buenos Aires appelé La Boca et en 1905 toujours grâce aux immigrants génois sera fondé le Club Atlético Boca Juniors.

XXe siècle

Exposition Internationale.

Le XXe siècle pour la ville de Gênes commence par l'Exposition Internationale de 1914. Sous le fascisme, la Grande Gênes est constituée. Pendant cette période, de nombreuses œuvres urbaines ont été réalisées et en 1931, les chantiers navals de Sestri Ponente lancent le transatlantique Rex. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la flotte britannique bombarde Gênes et un obus tombe dans la cathédrale San Lorenzo sans exploser. Une copie est maintenant visible pour le public dans le collatéral droit de la cathédrale[8]. La ville fut libérée par les partisans, le , quelques jours avant l'arrivée des Alliés.

Après la guerre, la ville de Gênes devient un des sommets du triangle industriel avec Turin et Milan. Les chantiers navals de Sestri Ponente construisent le transatlantique Andrea Doria. À la fin des années 90 commence le développement de la Fiera di Genova, zone d'expositions (par exemple le Salon Nautique et Euroflora) à l'embouchure du Bisagno.

XXIe siècle

En juillet 2001, le 27e se tient dans la ville. Il est éclipsé par de violentes manifestations au cours desquelles Carlo Giuliani, un militant altermondialiste, sera tué lors d'une confrontation avec la police italienne (voir l'article "émeutes anti-G8 de Gênes de 2001"). En 2007, quinze fonctionnaires, parmi lesquels figuraient des policiers, agents pénitentiaires et deux médecins, ont été reconnus coupables par un tribunal italien d'avoir maltraité des manifestants. Un juge a prononcé des peines de prison allant de cinq mois à cinq ans[9].

En 2004, l'Union européenne a désigné Gênes comme capitale européenne de la culture, avec la ville française de Lille.

Le , le pont Morandi, section autoroutière qui surplombe plusieurs quartiers de la ville, s'effondre, provoquant la mort de 43 personnes. Le , le viaduc Gênes-Saint-Georges est inauguré à la place de l'ancien pont.

Culture

Arts textiles

Les arts textiles ont été florissants à Gênes.

Au XIIIe siècle, la République de Gênes avait le monopole du commerce de l'alun, minéral essentiel pour la fixation des couleurs sur les tissus, en particulier la soie et le velours[10]. La fabrication et l'exportation de tissus précieux s'y sont développées : le velours de Gênes et la soie, qui a fait la fortune de Zoagli, petit bourg des environs.

La toile de jean doit sans doute son nom à la ville de Gênes[11]. D'abord utilisé par la marine génoise pour ses voiles et les vêtements de ses marins, ce tissu a aussi servi pour l'habillement des plus pauvres, comme le montrent les tableaux du Maestro della tela di Genova. La toile est aussi présente dans l'art religieux, soit en support (La déposition du Christ de Teramo Piaggio), soit en représentation (Martyre de Saint André de Teramo Piaggio et Antonio Semini).

Monuments et patrimoine

Vue du château d'Albertis depuis les jardins qui l'entourent et qui abrite un musée consacré aux cultures du monde.

Dans les quartiers principaux du centre historique, médiéval, Renaissance et du port :

  • Leurs ruelles, i vicoli, celles du Sottoripa descendant vers le port.
  • Le Porto Antico (Vieux Port) avec le plus grand aquarium d’Italie et d'Europe et le Galata - Museo del mare consacré au monde maritime.
  • La Lanterna, un des phares les plus anciens encore en fonction, haut de 117 mètres, il domine la ville et la mer depuis le XVIe siècle.
  • La Loggia dei Mercanti (Loge des Banquiers, l'ancienne Bourse).
  • Le Teatro Carlo Felice (1828).
  • La Porta Soprana, ancienne porte d'entrée de la ville.
  • La Galleria Mazzini, passage couvert métallique du XIXe siècle.
  • La piazza De Ferrari.
  • Les palais et le Système des palais des Rolli (dont ceux de la célèbre rue Garibaldi, l'ancienne Strada Nuova) :
    • Le Palazzo Reale
    • Le Palazzo San Giorgio (palais Saint-Georges, siège de la banque fondée en 1407)
    • Le Palazzo Ducale (palais des Doges)
    • Le Palazzo Bianco
    • Le Palazzo Rosso
    • Le Palazzo Doria-Tursi
    • Le Palazzo Podestà
    • Le Palazzo della Meridiana
    • Palazzo della Lamba Doria
    • Le Palazzo Doria del Principe
    • Le livre écrit par Pierre Paul Rubens intitulé : Palazzi di Genova
    • Liste des palais de la ville de Gênes
  • Les édifices religieux :
    • Le Duomo di San Lorenzo (cathédrale Saint-Laurent) où était conservé le Sacro Catino
    • L'église du Gesù et des Saints Ambroise et André (Circoncision de Rubens, retable du maître-autel)
    • L'église de San Giovanni di Prè (it)
    • L'église San Donato
    • L'église Santa Maria di Castello
    • La basilique Santissima Annunziata del Vastato
    • La basilique Santa Maria Immacolata
    • La basilique Santa Maria Assunta
    • La basilique Santa Maria delle Vigne
    • L'église San Pancrazio
    • La basilique San Siro (it)
  • Les musées d'art de la Strada Nuova (maintenant Via Garibaldi) : Musei di Strada Nuova
  • La Galerie nationale du palais Spinola
  • Le musée Sant'Agostino (it)
  • Le jardin botanique Clelia Durazzo Grimaldi
  • Le musée d'art moderne, situé dans la villa Saluzzo Serra, dans les parcs de Nervi
  • Le château d'Albertis qui abrite un musée consacré aux cultures du monde

En périphérie :

  • Le cimetière monumental de Staglieno

Cuisine

Personnalités liées à Gênes

  • le saint Romule de Gênes (Ve siècle)
  • le chroniqueur Caffaro di Rustico da Caschifellone (1050-1164)
  • le pape Innocent IV (1180-1254)
  • le troubadour Perceval Doria (1195-1264)
  • les explorateurs, navigateurs et marchands Vandino et Ugolino Vivaldi (XIIIe siècle)
  • le corsaire et amiral Enrico Pescatore (XIIIe siècle)
  • le pape Adrien V (1205-1276)
  • le chroniqueur et archevêque de Gênes Jacques de Voragine (1228-1298), auteur de La Légende dorée
  • le navigateur Benedetto Zaccaria (1248-1307)
  • le cartographe Pietro Vesconte (actif entre 1310 et 1330)
  • le navigateur Lancelot Maloisel ( -1385)
  • l'architecte Leone Battista Alberti (1404-1472)
  • le pape Innocent VIII (1432-1492)
  • sainte Catherine de Gênes ou Caterina Fieschi Adorno (1447-1510), mystique
  • le navigateur Jean Cabot (1450-1498)
  • le navigateur et explorateur Cristoforo Colombo (Christophe Colomb) (Gênes, 1451-1506)
  • le condottiere et amiral Andrea Doria (1466-1560)
  • le religieux Fabiano Chiavari (1489-1569)
  • le compositeur, luthiste et éditeur de musique Simone Molinaro (1565-1615)
  • le mathématicien Jean-Baptiste Baliani (1582-1666)
  • le peintre Nicolò da Voltri, actif à Gênes de 1394 à 1417
  • les peintres de l'École Génoise :
    • Luca Cambiaso (1527-1585)
    • Bernardo Strozzi (1581-1622)
    • Giovanni Benedetto Castiglione (1609-1664)
    • Baciccio (1639-1709)
    • le sculpteur Filippo Parodi (1630-1702)
    • Alessandro Magnasco (1667-1749)
  • le sculpteur, dessinateur, peintre et architecte marseillais Pierre Puget travaille à Gênes de 1661 à 1668
  • le rebelle Giovan Battista Perasso dit Balilla (1735-1781)
  • le marin et corsaire Giuseppe Bavastro (1760-1833)
  • l'architecte Carlo Barabino (1768-1835)
  • le librettiste et poète Felice Romani (1788-1865)
  • le violoniste Niccolò Paganini (1782-1840)
  • le violoniste Camillo Sivori (1815-1894)
  • le compositeur Cesare Pugni (1802-1870)
  • le philosophe, journaliste, révolutionnaire et homme politique Giuseppe Mazzini (1805-1872)
  • le poète Goffredo Mameli (1827-1849) et le compositeur Michele Novaro (1818-1885) qui ont écrit l'hymne national italien
  • le prêtre, journaliste et philosophe Cristoforo Bonavino (1821-1895)
  • l'homme politique Nino Bixio (1821-1873)
  • l'entrepreneur et armateur Raffaele Rubattino (1810-1881)
  • l'entrepreneur Giovanni Ansaldo (1814-1859)
  • l'entrepreneur Rinaldo Piaggio (1864-1938), créateur de la célèbre firme Piaggio
  • le graveur et peintre Edoardo Chiossone (1833-1898)
  • le géologue et homme politique Lorenzo Pareto (1800-1865)
  • le naturaliste Giacomo Doria (1840-1913)
  • le géologue Arturo Issel (1842-1922)
  • l'explorateur Enrico Alberto D'Albertis (1846-1932)
  • le pape Benoît XV (1854-1922)
  • le peintre Rubaldo Merello (1872-1922)
  • l'acteur de cinéma Bartolomeo Pagano (1878-1947)
  • l'écrivain et poète Camillo Sbarbaro (1888-1967)
  • l'écrivain Eugenio Montale (1896-1981), prix Nobel de littérature en 1975
  • l'homme politique Palmiro Togliatti (1893-1914)
  • le cardinal Giuseppe Siri (1906-1989)
  • le compositeur Angelo Francesco Lavagnino (1909-1987)
  • le chanteur Natalino Otto (1912-1969)
  • l'archéologue Luigi Bernabò Brea (1910-1999)
  • l'homme politique Paolo Emilio Taviani (1912-2001)
  • le plongeur naval et homme politique Luigi Durand de la Penne (1914-1992)
  • le réalisateur Pietro Germi (1914-1974)
  • l'architecte d'intérieur Renzo Mongiardino (1916-1998)
  • la journaliste Fernanda Pivano (1917-2009)
  • le peintre Eugenio Carmi
  • le résistant Walter Fillak (1920-1945)
  • le scénographe et illustrateur Emanuele Luzzati (1921-2007)
  • le chercheur spécialiste de la génétique des populations Luigi Luca Cavalli-Sforza (1922-)
  • le peintre contemporain abstrait Emilio Scanavino (Gênes, 1922 - Milan, 1986)
  • l'acteur de cinéma et de théâtre Vittorio Gassman (Gênes, 1922 - Rome, 2000).
  • l'acteur Alberto Lupo (1924-1984)
  • l'actrice Eleonora Rossi Drago (1925-2007)
  • le dessinateur Giovan Battista Carpi (1927-1999)
  • le réalisateur et scénariste Giuliano Montaldo (1930-)
  • le poète et écrivain Edoardo Sanguineti (1930-2010)
  • le champion olympique de boxe Aureliano Bolognesi (1930-2018)
  • le physicien Riccardo Giacconi (1931-), Prix Nobel de physique en 2002
  • l'acteur et écrivain Paolo Villaggio (1932-)
  • le chanteur Umberto Bindi (1932-2002)
  • le chanteur Gino Paoli (1934-)
  • le chanteur français Nino Ferrer (1934-1998)
  • le chanteur Bruno Lauzi (1937-2006)
  • le chanteur Luigi Tenco (1938-1967)
  • l'architecte Renzo Piano (1937-)
  • l'actrice Rosanna Schiaffino (1938-2009)
  • le critique d'art Germano Celant (1940-)
  • le chanteur Fabrizio De André (1940-1999)
  • la soprano Luciana Serra (1946-)
  • le spationaute Franco Malerba (1946-)
  • l'humoriste et militant politique Beppe Grillo (1948-)
  • l'actrice Delia Boccardo (1948-)
  • le chanteur Angelo Branduardi (1950-)
  • le chanteur Ivano Fossati (1951-)
  • l'organiste et pédagogue Emilio Traverso (1951-2007)
  • la chanteuse Antonella Ruggiero (1952-)
  • la soprano Daniela Dessì (1957-2016)
  • le chef d'orchestre Fabio Luisi (1959-)
  • l'actrice pornographique Moana Pozzi (1961-1994)
  • la garde privée Fabrizio Quattrocchi (1968-2004)
  • l'homme de théâtre Fausto Paravidino (1976-)
  • le ténor Francesco Meli (1980-)
  • le footballeur Federico Chiesa (1997-)
  • le footballeur Pietro Pellegri (2001-)
  • le footballeur Eddie Salcedo (2001-)

Administration

Les maires successifs
PériodeIdentitéÉtiquetteQualité
18761877Lazzaro Negrotto Cambiaso  
Les données manquantes sont à compléter.
18911891Giacomo Doria  
Les données manquantes sont à compléter.
19921993Claudio BurlandoParti démocrate de la gauche 
19931993Alfio LamannaParti républicain italienMaire régent
19931993Vittorio Stelo Commissaire préfet
19931997Adriano SansaAlliance des progressistes 
19972007Giuseppe PericuDémocrates de gauche 
20072012Marta VincenziParti démocrate 
20122017Marco DoriaGauche, écologie et liberté 
2017en coursMarco BucciCentre droit 
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux

Grande Gênes

L'ensemble Grande Genova (Grande Gênes) - c'est-à-dire la ville qui s'étend d'un bout à l'autre du golfe qui porte le nom de Gênes, depuis les falaises de Nervi jusqu'à la plage de galets de Voltri - remonte à l'époque du fascisme (1926), quand furent agglomérés au chef-lieu plus de vingt communes, jusque là autonomes, qui sont aujourd'hui des quartiers (delegazioni) mais qui sont depuis toujours dans le cadre du centre-ville : les vallées adjacentes et les deux rivieras.

Par extension, on utilise parfois le terme pour l'ensemble de l'agglomération autour de la commune de Gênes, avec les myriades de petites municipalités qui s'étendent sur flancs des collines et les hauteurs des environs (comme le mont Figogna, où se trouve le sanctuaire Nostra Signora della Guardia) ou encore les lieux touristiques divers, falaise ou plages de sable au-delà de Vesima, à l'ouest, ou de Bogliasco, à l'est. En fait, le réseau d'autobus et la ligne ferroviaire qui les desservent marquent le mieux l'unité de ces divers quartiers de l'actuelle « grande Gênes ».

Anciennes communes

Les communes adjointes en 1873 incluent : Foce, S.Francesco d'Albaro, San Martino d'Albaro, San Fruttuoso, Marassi (comprenait Quezzi), et Staglieno où se trouve le fameux cimetière monumental.

Les communes adjointes en 1926 incluent : Apparizione, Bavari, Bolzaneto, Borzoli, Cornigliano Ligure ou Cornigliano, Molassana, Nervi, Pegli, Pontedecimo, Pra', Quarto dei Mille, Quinto al mare, Rivarolo, Sampierdarena, San Quirico (it), Sant'Ilario, Sestri Ponente, Struppa, et Voltri.

Communes limitrophes

Arenzano, Bargagli, Bogliasco, Bosio (AL), Campomorone, Ceranesi, Davagna, Masone, Mele, Mignanego, Montoggio, Sant'Olcese, Sassello (SV), Serra Riccò, Sori, Tiglieto, Urbe (SV)

Évolution démographique

Habitants recensés

Sports

La ville possède deux clubs de football professionnels, le Genoa Cricket and Football Club et l'Unione Calcio Sampdoria.

La ville possède plusieurs installations sportives, tels que le Stade Luigi-Ferraris (qui accueille le Genoa et la Sampdoria) ou encore le Stade La Sciorba.

Elle organise aussi chaque année en septembre un tournoi de tennis sur terre battue du circuit ATP Challenger Tour.

Voies de communication et transports

Transport routier

La ville de Gênes est traversée par l'autoroute A10 dite des fleurs depuis les années 1950, avec plusieurs jonctions :

  • avec l'autoroute A7 vers Milan au nord-ouest ;
  • avec l'autoroute A12 vers Livourne au sud-est ;
  • avec l'autoroute A726 vers Alexandrie au nord-est.

Transports urbains

Trolleybus de Gênes.

Depuis 1990, Gênes est équipée d’une ligne de métro gérée par la compagnie Transdev. Le réseau comporte aussi trois navebus (Pegli-Centro, Genes-Camogli, Genes-Portofino), une ligne de trolleybus, deux funiculaires (Zecca-Righi et Sant'Anna), une ligne à crémaillère, plusieurs lignes d'autobus et dix ascenseurs urbains.

Le port

Le port de Gênes est le premier port italien.

Aéroport

L'aéroport de Gênes est situé à 6 km du centre-ville. En 2017, il a accueilli 1,2 million de passagers.

Transports ferroviaires

La ville de Gênes comporte 23 stations de trains réparties le long de la côte :

  • Stazione di Genova Acquasanta (it)
  • Stazione di Genova Bolzaneto (it)
  • Stazione di Genova Borzoli (it)
  • Gare de Gênes-Brignole
  • Stazione di Genova Cornigliano (it)
  • Stazione di Genova Costa (it)
  • Stazione di Genova Granara (it)
  • Stazione di Genova Nervi (it)
  • Stazione di Genova Pegli (it)
  • Stazione di Genova Piazza Manin (it)
  • Gare de Gênes-Piazza-Principe
  • Stazione di Genova Pontedecimo (it)
  • Stazione di Genova Pra (it)
  • Stazione di Genova Quarto dei Mille (it)
  • Stazione di Genova Quinto al Mare (it)
  • Stazione di Genova Rivarolo (it)
  • Stazione di Genova Sampierdarena (it)
  • Stazione di Genova San Biagio (it)
  • Stazione di Genova Sestri Ponente (it)
  • Stazione di Genova Sturla (it)
  • Stazione di Genova Vesima (it)
  • Stazione di Genova Via di Francia (it)
  • Stazione di Genova Voltri (it)

Relations extérieures

Jumelages

Mairie, Palazzo Doria-Tursi.
Mairie, Palazzo Doria-Tursi.

Accords bilatéraux

Réseau de villes

Notes et références

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Tabelle climatiche 1971-2000 della stazione meteorologica di Genova-Sestri Ponente dall'Atlante Climatico 1971-2000 - Servizio Meteorologico dell'Aeronautica Militare.
  3. Exposition du Musée d'archéologie ligure, article en italien [1].
  4. Catherine Virlouvet (dir.) et Stéphane Bourdin, Rome, naissance d'un empire : De Romulus à Pompée 753-70 av. J.-C, Paris, Éditions Belin, coll. « Mondes anciens », , 796 p. (ISBN 978-2-7011-6495-3), chap. 4 (« Rome et l'Italie »), p. 149.
  5. Boutier, Jean, « Trois conjurations italiennes : Florence (1575), Parme (1611), Gênes (1628) », Mélanges de l'école française de Rome, Persée - Portail des revues scientifiques en SHS, vol. 108, no 1,‎ , p. 319–375 (DOI 10.3406/mefr.1996.4435, lire en ligne, consulté le ).
  6. Journal de Bruxelles 142: page 413 et page 414.
  7. Jean Létanche, Les vieux châteaux, maisons fortes et ruines féodales du canton d'Yenne en Savoie, Le livre d'Histoire-Lorisse, 1907 (ISBN 978-2-84373-813-5) p. 89.
  8. « Cattedrale di San Lorenzo | Visitgenoa.it Cathédrale de San Lorenzo » (consulté le ).
  9. Italy officials convicted over G8, BBC News.
  10. (it) L'art de la soie et du velours.
  11. Étymologie sur le site du Cnrtl.

Voir aussi

Bibliographie culturelle

  • (it) Federico Alizeri, Guida artistica di Genova, Gênes, 1846-1847.

Articles connexes

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

Flag of Genoa.svg
Flag of Genoa
Maki2-town-hall-12.svg
Auteur/Créateur: Mapbox, https://github.com/mapbox/maki/graphs/contributors, Licence: BSD
Maki (version 2) is an icon set made for map designers. Maki 2 includes icons for common points of interest like parks, museums, and places of worship. Each icon is available as an SVG in three sizes: 12px by 12px, 18px by 18px, and 24px by 24px. Maki 2 is BSD licensed.
Logo disambig.svg
Auteur/Créateur: Manjiro5, Licence: CC0
Icône des homonymies sur Wikipédia francophone
Italy relief location map.jpg
Auteur/Créateur: Eric Gaba (Sting - fr:Sting) and NordNordWest, Licence: CC BY-SA 3.0
Carte physique vierge de l'Italie intégrant la modification d'août 2009 de la frontière entre les régions Emilia-Romagna et Marche, destinée à la géolocalisation.
Italy provincial location map 2016.svg
Auteur/Créateur: TUBSEmail Silk.svg Gallery, Licence: CC BY-SA 3.0 de
Location of province XY (see filename) in Italy.
Fairytale warning.png
Auteur/Créateur: L’auteur n’a pas pu être identifié automatiquement. Il est supposé qu'il s'agit de : Caihua (étant donné la revendication de droit d’auteur)., Licence: LGPL
Image from the Fairytale icon theme
Flag of Greece.svg
Drapeau de la Grèce (depuis 1978) et insigne naval de la Grèce (depuis 1828)
Flag of Croatia.svg
Il est facile de mettre un cadre autour de cette image d'un drapeau
Flag of Chile.svg
Il est facile de mettre un cadre autour de cette image d'un drapeau
Flag of the Dominican Republic.svg
The flag of the Dominican Republic has a centered white cross that extends to the edges. This emblem is similar to the flag design and shows a bible, a cross of gold and 6 Dominican flags. There are branches of olive and palm around the shield and above on the ribbon is the motto "Dios,Patria!, Libertad" ("God, Country, Freedom") and to amiable freedom. The blue is said to stand for liberty, red for the fire and blood of the independence struggle and the white cross symbolized that God has not forgotten his people. "Republica Dominicana". The Dominican flag was designed by Juan Pablo Duarte, father of the national Independence of Dominican Republic. The first dominican flag was sewn by a young lady named Concepción Bona, who lived across the street of El Baluarte, monument where the patriots gathered to fight for the independence, the night of February 27th, 1844. Concepción Bona was helped by her first cousin María de Jesús Pina.
Flag of Senegal.svg
Drapeau du Sénégal
Flag of Syria.svg
Il est facile de mettre un cadre autour de cette image d'un drapeau
Flag of Palestine.svg
Drapeau de l’État de Palestine
Flag of Ireland.svg
La partie verte du drapeau représente la majorité catholique de l'île, la partie orange représente la minorité protestante tandis que le blanc central représente la paix et l'harmonie entre ces deux communautés.
Flag of Portugal.svg
Flag of Portugal, created by Columbano Bordalo Pinheiro (1857-1929), officially adopted by Portuguese government in June 30th 1911 (in use since about November 1910). Color shades matching the RGB values officially reccomended here. (PMS values should be used for direct ink or textile; CMYK for 4-color offset printing on paper; this is an image for screen display, RGB should be used.)
Flag of Finland.svg
Drapeau de la Finlande
Palazzo Doria-Tursi - Musei di Strada Nuova (1).jpg
Auteur/Créateur: Maurizio Beatrici, Licence: CC BY-SA 3.0
Ceci est une photographie d'un monument qui fait partie du patrimoine culturel d'Italie. Ce monument participe au concours Wiki Loves Monuments Italia 2014. Voir la liste des autorisations.
Anderson, James (1813-1877) - Genova - L'Università.jpg
James Anderson (1813-1877) - "Genoa. The University". Catalogue #: 520.
Gênes OSM 02.png
Auteur/Créateur:
Description
Cette carte a été créée à partir des données du projet OpenStreetMap. Cette carte est peut-être incomplète et peut contenir des erreurs. Ne vous fiez pas uniquement à elle pour vos déplacements.
Date (voir l'historique du fichier)
Source openstreetmap.org
Créé par
contributeurs d'OpenStreetMap
Autorisation
(Réutilisation de ce fichier)

Les données d'OpenStreetMap sont disponibles sous la license Open Database (détails). Les cartes sont publiées sous license Creative Commons Attribution-Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 (CC-BY-SA 2.0).

Openstreetmap logo.svg Contient des informations issues d'OpenStreetMap, qui sont mises à disposition sous les termes de l'Open Database License (ODbL).

L'ODbL n'exige aucune licence en particulier pour les cartes produites à partir de données placées sous l'ODbL. Avant le 1er août 2020, les tuiles des cartes produites par la Fondation OpenStreetMap étaient placées sous la licence CC-BY-SA-2.0. Les cartes produites par d'autres personnes peuvent être placées sous des licences différentes.

w:fr:Creative Commons
paternitépartage à l’identique
Vous êtes libre :
  • de partager – de copier, distribuer et transmettre cette œuvre
  • d’adapter – de modifier cette œuvre
Sous les conditions suivantes :
  • paternité – Vous devez donner les informations appropriées concernant l'auteur, fournir un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été faites. Vous pouvez faire cela par tout moyen raisonnable, mais en aucune façon suggérant que l’auteur vous soutient ou approuve l’utilisation que vous en faites.
  • partage à l’identique – Si vous modifiez, transformez, ou vous basez sur cette œuvre, vous devez distribuer votre contribution sous la même licence ou une licence compatible avec celle de l’original.
Géoréférencement Géoréférencer la carte dans Wikimaps Warper Si c'est inapproprié, définissez warp_status = skip pour masquer.
, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte OSM de Gênes, Ligurie
ChateauAlbertisGênes.jpg
Auteur/Créateur: Patbio, Licence: CC BY-SA 4.0
Vue du château d'Albertis depuis les jardins qui l'entourent.
Landing of Columbus (2).jpg
Christopher Columbus is depicted landing in the West Indies, on an island that the natives called Guanahani and he named San Salvador, on October 12, 1492. He raises the royal banner, claiming the land for his Spanish patrons, and stands bareheaded, with his hat at his feet, in honor of the sacredness of the event. The captains of the Niña and Pinta follow, carrying the banner of Ferdinand and Isabella. The crew displays a range of emotions, some searching for gold in the sand. Natives watch from behind a tree.
John Vanderlyn (1775-1852) had studied with Gilbert Stuart and was the first American painter to be trained in Paris, where he worked on this canvas for ten years with the help of assistants.
Emblem Ansaldo.JPG
Emblem Ansaldo
Martyrdom of Saint Andrew by Antonio Semini and Teramo Piaggio, 1532, view 2, oil on wood - Museo Diocesano (Genoa) - DSC01510.JPG
Auteur/Créateur: Daderot, Licence: CC0
Exhibit in Museo Diocesano, Via Tommaso Reggio, 20 r, Genoa, Italy. All artwork in this museum is old enough so that it is in the public domain. Photography was permitted in the museum without restriction.
Monumento ai Mille 08.JPG
Auteur/Créateur: Postcrosser, Licence: CC BY-SA 4.0
Ceci est une photographie d'un monument qui fait partie du patrimoine culturel d'Italie. Ce monument participe au concours Wiki Loves Monuments Italia 2015. Voir la liste des autorisations.
Eugenio Montale.jpg
Eugenio Montale.
Battle of Lepanto 1571.jpg
Peinture de la bataille de Lépante de 1571. Huile sur toile.
Collage Genova.jpg
Auteur/Créateur: collection by DanieleDF1995 (talk), Licence: CC BY-SA 3.0
Collage di varie foto di Genova
République de Gênes.png
Auteur/Créateur: Emmanuel Roquette, Licence: CC BY-SA 4.0
Expansion of Genoa around the Mediterranean and the Black Sea, translation of file Repubblica_di_Genova.png (source Codex Parisinus latinus (1395) in Ph. Lauer, Catalogue des manuscrits latins, pp.95-6)
Sestri Ponente - Launch of Giulio Cesare.jpg
Sestri-Ponente & Launch of Giulio Cesare
Coat of arms of Liguria.svg
Coat of arms of Italian region Liguria
Esposizione Coloniale 1914.jpg
Cartolina pubblicitaria dell'Esposizione d'Igiene, Marina e Colonie, 1914
Genova S-Gottardo Sciorba.jpg
Auteur/Créateur: Bbruno, Licence: CC BY-SA 3.0
Genoa (Italy), Bisagno Valley, view of San Gottardo and Sciorba stadium
Stadio Luigi Ferraris di Genova.jpg
Auteur/Créateur: Gabriel Rinaldi, Licence: CC BY-SA 4.0
Lo stadio Luigi Ferraris visto da S. Bartolomeo
Filobus Genova XXsett.JPG
A Van Hool trolleybus in Genova, Italy, on Via XX Settembre in the city centre and headed for Sampierdarena on route 20.
RiccardoGiacconi.jpg
Riccardo Giacconi recevant la National Medal of Science de 2003
Passione di Cristo (tela jeans).jpg
Una delle scene della Passione di Cristo dipinta su della «tela jeans», opera del pittore Teramo Piaggio, 1538, Abbazia San Nicolò del Boschetto, Genova – Italia.
Genova-1810ca-acquatinta-Garneray.jpg
Veduta di Genova - acquatinta, 1810 circa
Mediterranean icon.svg
Une carte vierge de la mer Méditerranée destinée à être utilisée comme icône ; projection nulle (projection bilinéaire).
Christopher Columbus.PNG
anglais : Portrait of a Man, Said to be Christopher Columbus (born about 1446, died 1506) Éditer sur Wikidata
Christopher Columbus
label QS:Len,"Christopher Columbus"
label QS:Lcs,"Portrét Kryštofa Kolumba"
Genova-Palazzo San Giorgio-DSCF7708.JPG
Auteur/Créateur: Ludovico Pogliaghi , Licence: CC BY 2.5
terza immagine da destra sulla facciata principale
Regio IX Liguria.jpg
Regione Liguria Augustea Particolare tratto da :Immagine:Shepherd-c-026-027.jpg
Chebec genois de 14 canons en 1826.jpg
Chebec Genois, de 14 canons, au mouillage.
Piano, Renzo.png
Auteur/Créateur: Alberto Ramírez, Licence: CC BY 3.0
Renzo Piano
Flag of Liguria.svg
flag of Italian region Liguria
Litograph of the Battle of Meloria (1284) by Armanino.jpg
Lithograph of the Battle of Meloria (1284) by Armanino
Genova 1481 (copy 1597).jpg
View of Genoa by Christoforo de Grassi (after a drawing of 1481); Galata Museo del Mare, Genoa
Italy Liguria location map 2.svg
Auteur/Créateur: , Licence: CC BY-SA 3.0
Location map of Liguria region (Italy)
Porta Siberia (Genoa) 02.jpg
Auteur/Créateur: Superchilum, Licence: CC BY-SA 4.0
Porta Siberia, Genova
Gênes OSM 01.png
Auteur/Créateur:
Description
Cette carte a été créée à partir des données du projet OpenStreetMap. Cette carte est peut-être incomplète et peut contenir des erreurs. Ne vous fiez pas uniquement à elle pour vos déplacements.
Date (voir l'historique du fichier)
Source openstreetmap.org
Créé par
contributeurs d'OpenStreetMap
Autorisation
(Réutilisation de ce fichier)

Les données d'OpenStreetMap sont disponibles sous la license Open Database (détails). Les cartes sont publiées sous license Creative Commons Attribution-Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 (CC-BY-SA 2.0).

Openstreetmap logo.svg Contient des informations issues d'OpenStreetMap, qui sont mises à disposition sous les termes de l'Open Database License (ODbL).

L'ODbL n'exige aucune licence en particulier pour les cartes produites à partir de données placées sous l'ODbL. Avant le 1er août 2020, les tuiles des cartes produites par la Fondation OpenStreetMap étaient placées sous la licence CC-BY-SA-2.0. Les cartes produites par d'autres personnes peuvent être placées sous des licences différentes.

w:fr:Creative Commons
paternitépartage à l’identique
Vous êtes libre :
  • de partager – de copier, distribuer et transmettre cette œuvre
  • d’adapter – de modifier cette œuvre
Sous les conditions suivantes :
  • paternité – Vous devez donner les informations appropriées concernant l'auteur, fournir un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été faites. Vous pouvez faire cela par tout moyen raisonnable, mais en aucune façon suggérant que l’auteur vous soutient ou approuve l’utilisation que vous en faites.
  • partage à l’identique – Si vous modifiez, transformez, ou vous basez sur cette œuvre, vous devez distribuer votre contribution sous la même licence ou une licence compatible avec celle de l’original.
Géoréférencement Géoréférencer la carte dans Wikimaps Warper Si c'est inapproprié, définissez warp_status = skip pour masquer.
, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte OSM de Gênes, Ligurie