François d'Orléans (1818-1900)

François d'Orléans
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait du prince de Joinville

Titres

Député de la Haute-Marne


(5 ans et 28 jours)

Fonctions militaires
Grade militaireContre amiral
Biographie
TitulaturePrince du sang
Prince de Joinville
DynastieMaison d'Orléans
Nom de naissanceFrançois-Ferdinand-Philippe-Louis-Marie d'Orléans
Naissance
Neuilly-sur-Seine (France)
Décès
8e arrondissement de Paris
PèreLouis-Philippe Ier
MèreMarie-Amélie de Bourbon-Siciles
ConjointFrancisca de Bragança
EnfantsFrançoise d'Orléans
Pierre d'Orléans
Un garçon mort né
ReligionCatholicisme
Description de l'image Coat of arms of the Duke of Orléans with the coronet of a "Son of France" (Order of the Holy Spirit).svg.

François d’Orléans, prince du sang royal de France, prince de Joinville, est le troisième fils et septième enfant de Louis-Philippe, duc d'Orléans puis roi des Français et de Marie-Amélie de Bourbon, princesse des Deux-Siciles. Il est né le à Neuilly-sur-Seine et mort à Paris le .

C’est un membre de la maison capétienne d’Orléans.

Famille

Le prince de Joinville est le troisième fils (sur 6) et le septième des 10 enfants du roi Louis-Philippe et de son épouse Marie-Amélie des Deux-Siciles. Sa marraine est sa tante paternelle Adélaïde d'Orléans qui lui léguera son château d'Arc-en-Barrois.

Le , il épouse à Rio de Janeiro Dona Francisca de Bragança (1824-1898), princesse du Brésil et du Portugal, fille de l'empereur Pedro I (également roi du Portugal comme Pedro IV). Lors du mariage, le territoire où se trouve la ville brésilienne de Joinville, constitue une partie de la dot de la princesse.

Le couple aura trois enfants :

Biographie

Origine

Naissance du prince de Joinville François d'Orléans, peint par lui-même.

Le prince de Joinville naît à Neuilly le [1]. Comme ses frères, il passe ses premières années au lycée Henri-IV. Il n'a pas encore 12 ans quand son père, après les Trois Glorieuses, devient roi des Français. Il a pour précepteur Auguste Trognon.

Autant pour obéir aux ordres du roi, son père, que pour suivre ses propres goûts, le prince se dispose à entrer dans la marine par des études spéciales, subit ses premiers examens à Brest et commence à l'âge de 13 ans l'apprentissage du métier de marin. Il s'embarque à Toulon, au mois de , comme aspirant de 2e classe sur la frégate l’Artémise, navigue sur les côtes de France et se rend en Corse, à Livourne, à Naples, à Alger. Là, il est soumis à toutes les épreuves imposées aux élèves de l'École navale.

Entre-temps sa sœur aînée, Louise-Marie d'Orléans, est devenue la première reine des Belges en épousant le roi Léopold Ier.

Carrière militaire

Le prince de Joinville observant le bombardement de Saint-Jean d'Uloa depuis l'arrière de son navire lors de l'expédition contre le Mexique en 1838. (Horace Vernet)

Au mois d', le prince de Joinville passe de nouveaux examens à Brest sous la direction du chevalier Préaux Locré. Reçu élève de première classe, il s'embarque immédiatement à Lorient sur la frégate La Syrène, se rend à Lisbonne, aux Açores, et rentre en France après trois mois de navigation.

Le , il part, en qualité de lieutenant de frégate, sur le Didon (en) et visite dans tous ses détails les grands établissements de marine britannique de Portsmouth et de Cork.

L'année suivante, il fait un voyage dans les mers du Levant, sur l’Iphigénie, en qualité de lieutenant de vaisseau. Il visite Smyrne, où il essuie une tempête horrible, Rhodes, Chypre, Latakié, Tripoli de Syrie, Beyrouth, Jaffa, Jérusalem, et une partie de la Terre sainte.

En 1837, à bord du vaisseau l’Hercule (en), il se rend à Gibraltar, à Tanger, à Tenerife, débarque à Bône en octobre, et se met en route en toute hâte pour rejoindre l'armée qui marche contre Constantine. Cependant, le mauvais temps et la difficulté des routes le retardent, et il n'arrive que le alors que le drapeau français flotte déjà sur les murs de cette ville depuis le .

Avec le regret d'avoir manqué une occasion d'acquérir de la gloire, le prince reprend la mer, explore les côtes du Sénégal, notamment Saint Louis où il eut une fille : Marguerite et visite Gorée. Il fait également plusieurs excursions à l'intérieur du continent africain, où il rend visite à quelques chefs de tribus Wolof. Puis, le prince fait voile pour le Brésil et arrive en à Rio de Janeiro, où il est reçu à la cour impériale du Brésil par l'empereur Pedro II. Pendant son séjour à Rio, il fait la connaissance de Francisca, sœur de l'empereur, que François va épouser cinq ans plus tard. François consacre ce mois à visiter les provinces brésiliennes, et reçoit à Rio sa nomination au grade de capitaine de corvette.

Du Brésil, le prince se rend en Guyane, à Cayenne, à la Martinique, à la Guadeloupe. Il visite Washington, Philadelphie, Baltimore, les chutes du Niagara, New York, Boston, etc. Partout, il recherche avec ardeur les occasions de s'instruire, étudiant les mœurs et les usages et suivant surtout avec intérêt les divers développements de la puissance maritime. Après dix mois de navigation, il débarque à Brest le  ; mais son repos n'est pas de longue durée.

Le Mexique

Au mois d'août suivant, une escadre reçoit l'ordre de se diriger vers les côtes du Mexique pour mettre ses ports en état de blocus. Le prince de Joinville ayant reçu le commandement de La Créole, corvette de 24 canons, part de Brest le avec le contre-amiral Baudin, commandant de l'escadre.

Le , l'amiral donne l'ordre d'attaquer Saint-Jean d'Ullua, fort qui défend la ville de Veracruz.

Le Levant

L'incendie de Péra à Constantinople, peint par le prince de Joinville

Le , le Roi décore le jeune commandant de La Créole (21 ans) de la Légion d'honneur et l'élève au grade de capitaine de vaisseau.

Au mois de mai suivant, le prince prend à Cherbourg le commandement de la frégate la Belle-Poule. Il s'embarque à Toulon où il rejoint l'escadre d'évolutions commandée par l'amiral Lalande. Il est nommé chef d'état-major de la division navale et fait bientôt voile vers le Levant, sur le Jupiter. Il débarque à Constantinople où un épouvantable incendie ayant éclaté à Péra et à Galata menace d'engloutir le plus riche quartier de la capitale. Le prince accourt alors à la tête de ses marins et dirige les plus actifs secours. Son intrépidité et celle de son équipage parviennent à préserver la ville du plus immense danger.

De Constantinople, Joinville rejoint son escadre à Smyrne et débarque à Toulon à la fin de décembre.

Le transfert des restes de Napoléon

Le Transfert des cendres de Napoléon à bord de La Belle Poule, le , Eugène Isabey

En 1840, le prince de Joinville participe au transfert en France des restes mortels de l'empereur Napoléon Ier.

Voyages

PrinceDeJoinville.jpg

Au mois de , le prince de Joinville, embarqué sur la Belle-Poule, va visiter Amsterdam et tous les ports ou établissements maritimes des Pays-Bas. Il fait ensuite voile vers l'Amérique, visite le Cap-Rouge, Halifax, New York, Philadelphie, Washington puis revient en Europe par Lisbonne, où il est reçu par la reine Dona Maria, et rentre en France en .

Avec toute la famille Royale, il est consterné par la mort accidentelle de son frère, le prince royal Ferdinand-Philippe d'Orléans.

Au mois de juin suivant, il repart sur la Belle-Poule avec l'escadre aux ordres du vice-amiral Hugon. Il accompagne alors son jeune frère le duc d'Aumale à Naples, puis à Lisbonne, et se dirige ensuite vers le Brésil, en faisant une halte à Saint-Louis-du-Sénégal, pour arriver le .

Médaille gravée en 1840 par Caqué pour le retour des cendres de l'Empereur, bronze 52 mm
Revers de la médaille où est cité le Prince de Joinville

Son voyage vers le Brésil a pour but la demande en mariage de la princesse Francisca de Bragança, « dona Françoise de Bragance », fille de l'empereur Dom Pedro Ier et sœur de l'empereur Dom Pedro II et de la reine du Portugal Maria II (Dona Maria).

L'union des deux princes est célébrée à Rio de Janeiro le .

Immédiatement après, le prince emmène son épouse en France où naîtront bientôt leurs deux enfants.

Le , Joinville est nommé contre-amiral avec voix délibérative aux séances du Conseil d'Amirauté.

Le Maroc

Après leur mariage, le prince et la princesse de Joinville vont rendre visite à la reine Victoria du Royaume-Uni.

En 1844, le gouvernement français, mécontent des agressions réitérées des Marocains et de l'asile que ceux-ci accordent à Abd El-Kader, exige de leur part une réparation. Une escadre est alors envoyée sur les côtes du Maroc sous le commandement du prince de Joinville.

Le , celui-ci prend le commandement de l'escadre d'évolutions réunie en mer Méditerranée, composée de sept vaisseaux de ligne, dont le Souverain sur lequel il a dressé son pavillon, et deux frégates à vapeur. Passionné par les progrès très rapides des technologies nouvelles, le prince prend la tête de la commission chargée d'étudier l'organisation d'une marine à vapeur. Il apporte tout son appui à l'ingénieur Dupuy de Lôme.

Sur le terrain politique, l'opposition du prince à Guizot accroit sa popularité.

Le , Joinville fait rendre les derniers devoirs aux restes des prisonniers français de la Bataille de Bailén (guerre d'Espagne, 1808), morts de misère sur le rocher de Cabrera, et dont les ossements étaient restés sans sépulture.

Exil puis député

François d'Orléans, prince de Joinville.

Lorsqu'éclate la révolution de , le prince de Joinville se trouve à Alger, près de son frère le duc d'Aumale, gouverneur de l'Algérie depuis le mois de . Le , les deux fils de Louis-Philippe s'embarquent sur le Solon pour le Royaume-Uni où ils rejoignent leurs parents proscrits.

Il était destiné à succéder à Louis-Napoléon Bonaparte à la Présidence de La République par les royalistes en 1852.

Exilé avec sa famille, le prince participe aux côtés de ses neveux le comte de Paris et le duc de Chartres à la guerre de Sécession dans les rangs nordistes[2].

Revenu en France pendant la guerre de 1870, le prince combat clandestinement les armées prussiennes.

Élu aux élections de 1871, il devient député de la Haute-Marne.

Caricature du prince François d'Orléans.

Réintégré dans son grade, il est à nouveau exclu de la Marine par la loi d'exil de 1886.

Le prince de Joinville meurt à Paris le [1].

Il a laissé de savoureux Vieux Souvenirs illustrés de sa main, différentes études sur la Marine, l'État des Forces navales de la France, le gouvernement britannique et la guerre de Sécession.

Le joueur

Connu comme joueur, il aurait déposé sa montre pour honorer une dette de jeu. Quelque peu honteux, il aurait alors prétendu l'avoir oubliée chez sa tante, d'où l'expression « ma tante » pour qualifier le mont-de-piété[3].

Ascendance

Titulature et décorations

Titulature

  •  : Son Altesse Sérénissime François d'Orléans, prince de Joinville, prince du sang de France
  •  : Son Altesse Royale François d'Orléans, prince de Joinville, prince du sang de France
  •  : Son Altesse Royale le prince François d'Orléans, prince de Joinville

Décorations dynastiques

Drapeau de la Belgique Belgique
Ordre de LéopoldGrand-croix de l'ordre de Léopold ()[4]
Drapeau du Brésil Empire du Brésil
Ordre national de la Croix du SudGrand-croix de l'ordre de la Croix du Sud[5]
Ordre de Pierre IerGrand-croix de l'ordre de Pierre Ier
Drapeau du Royaume des Deux-Siciles Royaume des Deux-Siciles
Ordre de Saint-Ferdinand et du MériteGrand-croix de l'ordre de Saint-Ferdinand et du Mérite[6]
Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Ordre de la Toison d'OrChevalier de l'ordre de la Toison d'Or ()[5],[7]
Ordre de Charles IIIGrand-croix de l'ordre de Charles III[7]
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Ordre national de la Légion d'honneurChevalier () puis Grand-croix () de l’ordre royal de la Légion d'honneur
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Ordre du Lion néerlandaisGrand-croix de l'ordre du Lion néerlandais
Drapeau du Royaume du Portugal Royaume de Portugal
Ordre de la Tour et de l'ÉpéeGrand-croix de l'ordre de la Tour et de l'Épée
Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Ordre de Saint-AndréChevalier de l'ordre de Saint-André[7]
Duché de Saxe-Cobourg-Gotha
Ordre de la Maison ernestine de SaxeGrand-croix de l'ordre de la Maison ernestine de Saxe (1864)[8]
Drapeau de la Tunisie Tunisie
Nichan ad-Dam ou ordre du SangChevalier de l'ordre du Sang[7],[9]

Arts et sport

Joinville et les arts

François d’Orléans apparaît dans Les Tuniques bleues, une bande dessinée française, dans l’album no 53 « Sang bleu chez les Bleus » ; il y est un des personnages principaux[10].

Le musée de la vie romantique à Paris a acquis en 2005 le très beau portrait de la jeune princesse de Joinville peint en 1844, dès son arrivée en France, par Ary Scheffer. Il est exposé en permanence dans le salon Orléans de l'hôtel Scheffer-Renan

Joinville et le sport

Formé très jeune à la gymnastique par le célèbre colonel Francisco Amoros (précurseur de l'éducation physique et sportive en France) et aux exercices d'acrobatie équestre par Laurent Franconi (écuyer en chef de la troupe du cirque Olympique, ou Cirque d'été, sur les Champs-Élysées), François d'Orléans est un excellent sportif, doté de courage physique, et ses mémoires, les "vieux souvenirs", abondent en exploits audacieux, tant dans le cadre de son métier d'officier de marine que lors de ses voyages.

Francois d'Orléans apporta son patronage à la création de la Société des Régates du Havre en 1842 et à la Société des Régates de Brest en 1847, toujours existants aujourd'hui.

Le bateau-comité de la SRH, destiné à donner les départs de régate, est baptisé "Amiral Prince de Joinville" en son souvenir.

Articles connexes

Notes et références

  1. M. le Chanoine MARTIN, Premier aumônier de la Chapelle Saint-Louis, "La Chapelle Royale Saint-Louis, sépultures de la famille d'Orléans - Inscriptions gravées sur les tombes des princes et princesses défunts, avec la traduction française en regard", Typographie Firmin-Didot et Cie, Mesnil-sur-L'Estrée (Eure), 1919.
  2. Le Prince de Joinville et la marine de son temps, p. 89.
  3. Thierry Halay, Le Mont-de-Piété des origines à nos jours, Paris, L'Harmattan, , 170 p. (ISBN 2-7384-2943-2), p. 78.
  4. Almanach royal officiel, publié, exécution d'un arrête du roi, Tarlier, (lire en ligne)
  5. « Brazil3 », sur www.royalark.net (consulté le )
  6. (it) « Almanach du royaume des Deux-Siciles pour l'année 1855 » (consulté le )
  7. « Le prince de Joinville en tenue militaire et portant plusieurs décorations »
  8. (de) « Almanach du duché de Saxe-Cobourg-Gotha », sur zs.thulb.uni-jena.de (consulté le )
  9. http://www.beaussant-lefevre.com, « Nichan ad-Dam, ou ordre du Sang, institué vers 1840, important bijou en », sur http://www.beaussant-lefevre.com (consulté le )
  10. François d’Orléans apparaît dans un album des Tuniques bleues

Annexes

Source partielle

Bibliographie

  • Amiral Jacques-Gilbert Guillon, François d'Orléans, prince de Joinville, éditions France-Empire, Paris, 1990.
  • Daniel Marchesseau : "Dona Francisca da Bragança, Princesse de Joinville", son portrait officiel peint en 1844 par Ary Scheffer, acheté par la Ville de Paris pour le Musée de la vie romantique, Hôtel Scheffer-Renan, Paris, in cat. exp. "La Collection Brasiliana - Peintres voyageurs romantiques français au Brésil", 2005.
  • Exposition le Prince de Joinville et la marine de son temps, Musée de la Marine, Palais de Chaillot, 1953.

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

Flag of Spain (1785-1873 and 1875-1931).svg
Auteur/Créateur: previous version User:Ignaciogavira ; current version HansenBCN, designs from SanchoPanzaXXI, Licence: CC-BY-SA-3.0
Flag of Spain (1785-1873 and 1875-1931)
Flag of Spain (1785–1873, 1875–1931).svg
Auteur/Créateur: previous version User:Ignaciogavira ; current version HansenBCN, designs from SanchoPanzaXXI, Licence: CC-BY-SA-3.0
Flag of Spain (1785-1873 and 1875-1931)
Flag Portugal (1830).svg
Flag of Portugal, land use (1830-1910).
Hémicycle 2 Palais Bourbon scropped and smaller.jpg
Auteur/Créateur: Chatsam, Licence: CC BY-SA 3.0
Same photo as "Hémicycle 2 Palais Bourbon", specially scropped to be used as a logo by the French Politicis portal on the fr.wikipedia.org
Portail Armee française vectorise.svg
Auteur/Créateur: Bear17, Licence: CC BY-SA 3.0
Logo de l'Armée Française
Eugène Delacroix - Le 28 Juillet. La Liberté guidant le peuple.jpg
Peinture historique romantique. Commémore les Trois Glorieuses (la Révolution de Juillet) le 28 juillet 1830.
François d'Orléans - Incendie de Pera à Constantinople.jpg
Watercolor by François d'Orléans, prince de Joinville (1818-1900) - Incendie de Pera à Constantinople
Flag of the Kingdom of the Two Sicilies (1816).svg
Il est facile de mettre un cadre autour de cette image d'un drapeau
Flag of the Second Empire of Brazil.svg

Flag of the Second Empire of Brazil, with 20 stars, representing the new provincies of Rio Negro (1850, later Amazonas) and Paraná (1853), furthermore the loss of the province of Cisplatina (1828).

Reformed standard according to this book, an official publication of the government of Brazil, on page 74.
François d'Orléans - Ma naissance.jpg
Watercolor by François d'Orléans, prince de Joinville (1818-1900) - Ma naissance
Imperial Order of Pedro I.gif
Imperial Order of Pedro I
Order of the Blood (Tunisia).gif
Order of the Blood (Tunisia)
Flag of Portugal (1830–1910).svg
Flag of Portugal, land use (1830-1910).
Napoleon retour des cendres AV.jpg
Auteur/Créateur: Defranoux, Licence: CC BY-SA 3.0
Médaille gravée en 1840 par Caqué pour le retour des cendres de l'Empereur, bronze 52mm
Napoleon retour des cendres RV.jpg
Auteur/Créateur: Defranoux, Licence: CC BY-SA 3.0
Revers de la médaille gravée en 1840 par Caqué pour le retour des cendres de l'Empereur, bronze 52mm
Épisode de l'expédition du Mexique en 1838.jpg

Épisode de l'expédition du Mexique en 1838

Épisode de l'expédition du Mexique en 1838, le prince de Joinville sur la dunette de la corvette Créole écoute le rapport du lieutenant de vaisseau Penaud et assiste à l'explosion de la tour du fort de Saint-Jean d'Ulloa, le 27 novembre 1838. La frégate Gloire est visible à l'arrière-plan.
François, Prince of Joinville.jpg
François d'Orléans, Prince of Joinville, standing
OOSA.jpg
Auteur/Créateur: Rh0809, Licence: CC BY-SA 4.0
Ribbon Bar of the Modern Order of Saint Andrew the First Called
Coat of arms of the Duke of Orléans with the coronet of a "Son of France" (Order of the Holy Spirit).svg
Auteur/Créateur: panzapuns, Licence: CC BY-SA 3.0
Coat of arms of Monsieur Philippe I, Duke of Orléans (21 September 1640 – 9 June 1701) the younger son of Louis XIII of France and his wife, Anne of Austria. With the coronet of a "Son of France" (Order of the Holy Spirit).