Exposition universelle de 1867

Exposition universelle de 1867
Exposition universelle de 1867
Vue officielle à vol d'oiseau de l'Exposition.
Général
Type-BIEUniverselle
CatégorieExpo historique
Surface66,8 ha
InventionsAscenseur
Fréquentation6 800 000 visiteurs
OrganisateurCommission impériale
Participants
Nombre de pays32
Localisation
PaysDrapeau de la France France
VilleParis
SiteChamp-de-Mars
Coordonnées48° 51′ 21,7945″ nord, 2° 17′ 52,3703″ est
Chronologie
Date d'ouverture
Date de clôture
Éditions Universelles
PrécédenteExposition universelle de 1862 , Londres
SuivanteExposition universelle de 1873 , Vienne
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Exposition universelle de 1867
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Exposition universelle de 1867

L'Exposition universelle de 1867, également appelée Exposition universelle d'art et d'industrie, est chronologiquement la septième Exposition universelle et la deuxième se déroulant à Paris après celle de 1855. Elle s'est tenue du 1er avril au sur le Champ-de-Mars, à Paris. 41 pays étaient représentés. Les thèmes retenus sont l'Industrie et l'Agriculture ; les Beaux-arts viendront s'y ajouter.

Préparation

Les grands travaux de Paris viennent de se terminer. L'Exposition universelle marque l'apogée du Second Empire et le triomphe du libéralisme saint-simonien.

En 1864, l'empereur Napoléon III décide que la prochaine Exposition universelle aura lieu à Paris en 1867. Le financement est assuré par l'État, la commune et des souscripteurs privés.

Afin d'organiser cette Exposition, l'empereur Napoléon III réunit une commission composée de personnages de premier plan appartenant à la vie économique et politique du Second Empire. La direction de cette commission est confiée à deux hommes ayant l'expérience des Expositions universelles, le cousin de l'empereur le prince Napoléon et l'ingénieur Frédéric Le Play.

Le site retenu pour la manifestation est le Champ-de-Mars sur une superficie d'une cinquantaine d'hectares[1] à laquelle s'ajoutent les vingt hectares de l'île de Billancourt pour l'Exposition agricole.

La Commission impériale nomme en Gioachino Rossini président honoraire du Comité de composition musicale. L'Hymne à Napoléon III et à son vaillant peuple de Rossini sera l'hymne officiel de l'Exposition[2].

La construction du parc de l'Exposition

Plan de la zone du Champ-de-Mars, à Paris, avec le bâtiment ovoïde de l'Exposition universelle de 1867.
Palais de l'Exposition universelle de 1867, immense bâtiment occupant tout le Champ-de-Mars.

Sur le site militaire du Champ-de-Mars, l'ingénieur Jean-Baptiste Krantz dirige à partir de 1865, avec l'architecte Léopold Hardy, la construction d'un gigantesque édifice ovale de 490 mètres sur 380 mètres : le Palais Omnibus[4]. Jamais un bâtiment aussi vaste n'est construit en si peu de temps : deux ans. C'est un chantier où s'affairent 26 000 ouvriers. Autour du bâtiment principal dans des jardins conçus par l'ingénieur Adolphe Alphand et le paysagiste Jean-Pierre Barillet-Deschamps qui illustrent les principes paysagers de l'époque, se retrouvent disséminés une centaine de petits pavillons nationaux et industriels[5].

Il est nécessaire de remblayer et d'aplanir les terrains. La colline du Trocadéro est donc nivelée et les terres retirées servent à constituer le parc du Champ-de-Mars.

La première gare du Champ-de-Mars, dont les lignes rejoignent la petite ceinture est construite, afin de faciliter l'acheminement des matériaux, puis des visiteurs.

Le bâtiment principal consacré à l'Industrie est bâti en maçonnerie et en fer. Il est divisé en sept galeries thématiques concentriques et en tranches radiales par pays avec au centre un jardin et le musée de l'histoire du travail. Le décret du 1er février 1865 ayant associé une Exposition universelle des Beaux-arts, celle-ci occupe la galerie I.

Un jeune entrepreneur de constructions métalliques, Gustave Eiffel, se voit confier l'édification de la partie destinée aux grues, métiers à tisser, machine-outils, marteaux-pilons, locomotives... surnommée la Galerie des machines (galerie VI des travaux des arts usuels)[6].

Ces installations éphémères coûteront 11 738 024 francs ; elles seront démontées dès la fin de l'exposition.

L'Exposition

Vue générale de l'Exposition.
Pavillons du parc chinois.
Pavillon mauresque racheté et rebâti dans le parc de Linderhof par le roi Louis II de Bavière.
Jean-Baptiste Carpeaux, Ugolin et ses fils.

C'est Frédéric Le Play qui a l'idée de ce nouveau concept de « musée de l'histoire du travail » pour raconter l'évolution des régimes industriels. Une section spéciale est consacrée à l'amélioration de la « situation morale et matérielle des travailleurs » avec une présentation d'objets ménagers. Les délégations ouvrières sont invitées à faire des rapports sur ce qu'elles ont observé en fonction de leur profession.

Dans la « galerie l’Histoire du travail » Jacques Boucher de Perthes expose un des tout premiers outils préhistoriques, dont l’authenticité vient d'être reconnue, tout comme la justesse de ses théories. Des collections d'objets préhistoriques provenant des villages palafittiques suisses sont également présentées, sous la forme de trophées, à l'instigation de Gabriel de Mortillet et d'Édouard Desor, et remportent un vif succès. Il s'agit d'objets du Néolithique, de l'âge du bronze et de l'époque de La Tène.

Biface de Boucher de Perthes - muséum de Toulouse.

Le photographe Pierre Petit est nommé photographe officiel de l'Exposition. Le graveur Hubert Ponscarme est chargé de réaliser les médailles d'or, d'argent ou de bronze, ornées du profil de l'empereur, qui récompenseront les lauréats.

Le sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux expose son marbre monumental Ugolin et ses fils[7].

Pour la première fois les colonies de l'empire français occupent un espace important. Le Maroc, la Tunisie et l'Algérie sont présentés dans le pavillon central et ont même leur propre commission et leur propre jury pour l'attribution des récompenses. La commission impériale d'organisation a demandé à chaque colonie d'installer une construction et un décor exotique qui permettent aux visiteurs de découvrir les pays.

Dans la galerie des matières premières un nouveau métal très léger et résistant attire les curieux : l'aluminium.

Des démonstrations de l'utilisation de l'huile de pétrole semblent augurer de l'avenir pour ce produit connu depuis l'Antiquité.

L'Exposition permet à l'égyptologue Auguste Mariette en tant que membre de la commission vice-royale égyptienne, de produire dans le parc égyptien le résultat de ses travaux. Il fait exposer l'admirable statue de bois connue sous le nom de Cheik-el-Beled, l'image de la reine Amnéritis taillée dans un bloc d'albâtre, les bijoux de la reine Aah-Hotpou et toutes les merveilles qui deviendront le principal ornement du musée de Gizeh.

Les Américains Charles et Norton Otis présentent l'ascenseur à frein de sécurité qui avec l'élévation des immeubles deviendra vite indispensable.

Dans le domaine des instruments de musique, Joseph Gabriel Gaveau présente un étonnant piano droit dont une partie de la caisse est remplacée par une glace sans tain qui permet d'observer les détails intérieurs du mécanisme. Il obtient une médaille d'argent[8].

L'atelier d'arquebuserie de Monsieur Gastinne Renette présente un fusil richement orné et pourvu d'une toute récente amélioration, la cartouche à percussion centrale.

Le savant de Plazanet présente la balance argyrométrique qui améliore la précision de la quantité de métaux précieux utilisés en galvanoplastie.

L'inventeur français Henri Giffard propose des ascensions dans un ballon captif à hydrogène de 5 000 m3, situé avenue de Suffren, actionné pour la première fois par un treuil de descente à vapeur. L'impératrice y monte[9].

La compagnie sous-marine de New York présente un scaphandre[10].

Dans la section X sont présentés des objets destinés à l'amélioration physique et morale, dont une partie présente des produits manufacturés utiles mais peu chers, pour que les classes populaires puissent les acquérir. À côté de ces objets modernes sont disposés des costumes folkloriques de divers pays, par exemple des régions françaises ou encore de costumes médiévaux suédois et norvégiens, installés dans des niches inspirées de l'architecture de l'époque. À l'extérieur sont également construites les copies d'une ferme suédoise et d'un grenier norvégien, qui servent de halls d'exposition[11].

Dans un contexte d'hygiénisme, une grande rencontre est organisée afin que des instituteurs confrontent leurs pédagogie concernant l'hygiène[12].

La maison de joaillerie Mellerio crée un diadème en platine, présenté à l'exposition. Il est acquis par la reine d'Espagne Isabelle II pour sa fille ; de nos jours, l'objet est encore porté par des membres de la famille royale[13].

Les visiteurs

La délégation japonaise.

Cette Exposition est vue par plus de dix millions de visiteurs payants et 50 226 exposants[14]. La reine du Portugal Maria Pia de Savoie, le prince Oscar de Suède, le roi Léopold II de Belgique et la reine Marie-Henriette, le tsar Alexandre II, le sultan Abdulaziz accompagné de ses deux neveux les futurs sultans Mourad V et Abdülhamid II[15], le prince de Galles, le roi Louis II de Bavière, l'émir Abd el-Kader, le prince japonais Tokugawa Akitake, frère du dernier Shogun Yoshinobu Tokugawa[16], le roi Guillaume Ier de Prusse, Otto von Bismarck ou le général Von Moltke font partie des hôtes de marque qui visitent l'Exposition.

Les écoliers du département de la Seine bénéficient d'entrées gratuites grâce à un crédit de 10 000 francs, voté le .

En marge de l’Exposition

Édouard Manet, Vue de l'Exposition de 1867, Galerie nationale d'Oslo.

Victor Hugo, toujours en exil, écrit la préface qui sert d'introduction au guide de l'Exposition universelle[17].

L'opéra bouffe La Grande-duchesse de Gérolstein est écrit par Jacques Offenbach pour un livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy. Hortense Schneider, dans le rôle-titre, contribue à en faire un triomphe. Elle aurait même visité l'Exposition en franchissant la porte réservée aux têtes couronnées en se faisant annoncer par son équipage :

« Madame la Grande-duchesse de Gérolstein. »
Fête de nuit aux Tuileries, le 10 juin 1867 par Pierre Tetar Van Elven.
Fête de nuit aux Tuileries, le 10 juin 1867 par Pierre Tetar van Elven. Bal donné par l'empereur Napoléon III, en l'honneur du tsar Alexandre II.

L'empereur Napoléon III donne un bal en l'honneur du tsar Alexandre II, dans la nuit du 9 au 10 juin 1867, dans le palais et le jardin des Tuileries. De nombreux dignitaires — venus visiter l'exposition — sont présents. Parmi eux : Guillaume Ier, Léopold II, Bismarck, le sultan Abulaziz, etc. Gustave Flaubert y est invité et en fait une relation détaillée dans son journal intime[18].

Le célèbre auteur de contes Hans Christian Andersen est vivement impressionné par les pavillons nationaux et les évolutions technologiques qui s’annoncent. Il s’en inspire pour écrire un de ses contes, La Dryade[réf. souhaitée].

Jules Verne s'est inspiré de l'aquarium géant présenté à l'Exposition et contenant plus de 800 poissons pour décrire le hublot du Nautilus dans Vingt Mille Lieues sous les mers.

C'est à l'occasion de l'Exposition universelle de 1867 que les premiers bateaux-mouche font leur entrée dans la capitale. À la suite d'un concours lancé par les organisateurs de l'Exposition, le constructeur naval lyonnais Michel Félizat (associé à d'autres Lyonnais) remporte le prix et achemine par la Saône, le canal de Bourgogne, l'Yonne et la Seine, une trentaine d'exemplaires de ses bateaux à passagers construits dans ses ateliers implantés dans le quartier de la Mouche (d'où leur nom), au sud de Lyon (du côté de Gerland).

La Saint-Napoléon, fête nationale de la France célébrée le 15 août, fut l’occasion de réjouissances au sein de l'Exposition aussi.

La fête du 15 août 1867 sur le Trocadéro.

Les lauréats

Diplôme reçu à l'Exposition universelle de 1867 par le château du Basty.
Diplôme reçu à l'Exposition universelle de 1867 par une maison de broderie de Fontenoy-le-Château.
La journaliste Julie-Victoire Daubié, médaillée de bronze à l'Exposition pour la renommée de son œuvre, photographiée par Pierre Petit.
Carte de visite créée pour l'Exposition.

La commission impériale a attribué 1 176 médailles d’or, 4 435 médailles d'argent et 7 434 médailles de bronze aux exposants de l'exposition universelle. Au total, ce sont donc plus de 13 000 lauréats qui ont été attribuées par la commission impériale[19].

  • Médailles d'or :
    • Baccarat avec deux vases et une fontaine de cristal de 7 mètres de hauteur
    • Maison P.-H. Herz neveu et Cie pour sa parfaite fabrication de piano
    • Le château de Rayne-Vigneau pour son « Sauternes », millésime 1861[20], la commune de Saint-Émilion représenté par 34 propriétaires exposants pour leurs vins
    • D. Savalle fils & Cie pour leurs appareilles de distillation d'alcool.
  • Médailles d'argent :
    • François-Jacques Vogelsangs
    • Naud-Evrard et Charles Larochette pour leur globe terrestre
    • Martin et Cie et Joseph-Gabriel Gaveau (piano)
    • Aquarelles des fresques de l'église du Sauveur de Nereditsa (Novgorod, Russie)
    • Maison Maquet (papeterie)
    • Le château du Basty pour ses vins en Beaujolais Lantignié de 1858
  • Médailles de bronze :
    • L'entreprise Latscha et Cie (fonte)
    • Victor Étienne Gautreau, rosiériste-obtenteur, pour des roses de semis[21] (baptisées Vicomtesse de Vézins, Baronne de Beauverger et Mlle Élise Chabrier)
  • Grand prix international :
    • Guislain Decrombecque, agriculteur, pour la mise en valeur de la plaine de Lens (prix de 30 000 francs)[22].

Vestiges

  • Pavillon russe, construit par Paul Bénard : des isbas, qui formaient un village russe typique dans le pavillon, sont par la suite vendues. L'une, qui a été remaniée, est de nos jours située rue des Écoles à Saint-Cloud et quatre autres dans le 16e arrondissement de Paris, villa de Beauséjour, formant les « isbas de la villa de Beauséjour »[23].
  • Un pagodon présenté à l'exposition est ensuite placé dans les jardins du château de Bagatelle, dans le bois de Boulogne. À la vente du site à la ville de Paris en 1905, le pagodon est racheté et déménagé outre-Manche sur le domaine de Cliveden, au sein du Water Garden. L'actuelle pagode de Bagatelle est une copie de l'original installée en 1996[24].
  • Mosaïque monumentale du pavillon russe, réalisée par les artistes Chmiliewski, Bouroukine, Agafonoff et Mouravieff. Après l'exposition, elle est installée, comme prévu dès le départ, dans la cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg[23].
  • Pavillon mauresque racheté et rebâti dans le parc de Linderhof par le roi Louis II de Bavière.
  • Pavillon tunisien, ou palais du Bardo, installé en 1869 dans le parc Montsouris (Paris)[25].

Notes et références

  1. 46 ha contre 17 actuellement.
  2. Programme du concert de juillet 1867
  3. Exposition universelle: publication internationale autorisée par la commission impériale. Table des matières : contenues dans le premier volume, volume 1, 1867
  4. « Les expositions universelles de Paris, de 1855 à 1937. », sur www.expositions-universelles.fr (consulté le )
  5. Site recensant les éléments architecturaux toujours existants de l'Exposition de 1867
  6. Qui ne doit pas être confondue avec le Palais de l'Industrie construit en 1855 près des Champs-Élysées, ni avec la galerie éponyme de l'exposition universelle de 1889 qui avait été organisée à Grenelle.
  7. Actuellement au Metropolitan Museum of Art de New York.
  8. Cité de la musique Paris
  9. Ce ballon est détruit en 1870 lors d'une tentative de l'utiliser en ballon monté durant le siège de Paris ; l'enveloppe s'envole et atterrit chez les Prussiens, où elle est recyclée en tente
  10. http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?4KY28.2/127/100/432/0/0
  11. Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales, Seuil, Points H296, rééd. 2001, p. 198-201-202.
  12. Georges Vigarello, interviewé par Marc-Olivier Bherer, « "La société occidentale a accompli un travail sur plusieurs siècles pour arriver au régime de propreté actuelle" », sur Le Monde, (consulté le ).
  13. Élodie Baërd, « Le platine va-t-il redorer son aura », Le Figaro, cahier « Le Figaro et vous , 30 avril 2021, p. 32.
  14. Rapport de Monsieur Michel Chevalier.
  15. Abdülhamid II le sultan calife, F. GEORGEON, Fayard 2004
  16. Dictionnaire historique du Japon, volume 1, Seiichi Iwao, Teizō Iyanaga, éd. Maisonneuve et Larose, 2002
  17. Introduction au Paris-guide de l’Exposition universelle de 1867 Victor Hugo
  18. Gustave Flaubert, « 9 et 10 juin 1867. Bal donné au Czar », sur openedition.org, (consulté le )
  19. « Médaille d’argent de l’Exposition universelle de 1867 à Paris », sur Le Familistère de Guise (consulté le )
  20. « Château de Rayne-Vigneau - Appellations et Crus classés », sur www.abcduvin.com (consulté le )
  21. « Journal de la Société impériale et centrale d'horticulture de France. Année 1867 - Société nationale d'horticulture de France », sur bibliotheque-numerique.hortalia.org (consulté le )
  22. Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle, Presses universitaires de Lille, page 246.
  23. « Le village russe - Les Isbas de la villa Beauséjour et de Saint-Cloud », sur expositions-universelles.fr (consulté le ).
  24. « L’histoire de la pagode chinoise du parc de Bagatelle » sur somanyparis, 14 novembre 2017.
  25. « Températures extrêmes, tempêtes… Tous les records météo à Paris », sur paris.fr (consulté le ).

Annexes

Liens externes

Bibliographie

  • Christian-Philippe Chanut, Histoire française des foires et des Expositions universelles, Paris, Baudouin, 1980.
  • Petit voyage à l'Exposition ou causerie sur l'Exposition universelle de 1867, vicomte de Vaublanc, Paris, 1868, Léon Techener, 79 pages.[1]
  • Exposition universelle de 1867 illustrée François Ducuing, Paris, 1867.
  • Le Livre des Expositions universelles 1851-1989, ouvrage collectif Paris, éd. des arts décoratifs
  • The illustrated catalogue of the universal exhibition published with the Art Journal, éd. Virtue & Co., Londres/New York, 1868.
  • Bulletin des Amis de Soultz no 80,
  • Visites d'un ingénieur à l'exposition universelle de 1867, notes et croquis, chiffres et faits utiles, volume 2
  • Visites d'un ingénieur à l'exposition universelle de 1867, notes et croquis, chiffres et faits utiles, Charles-Alfred Oppermann, Éditeur J. Baudry, 1867 en ligne
  • La Musique à l'Exposition universelle de 1867, Louis-Adolphe le Doulcet Pontécoulant, Éditeur Au bureau du journal l'Art musical, 1868 en ligne

Médias utilisés sur cette page

Paris department location map 2.svg
Auteur/Créateur: Eric Gaba+Xfigpower, Licence: CC BY-SA 4.0
Blank administrative map of the city and department of Paris, France, as in January 2011, for geo-location purpose, with distinct boundaries for departments and arrondissements.
France location map-Regions and departements-2016.svg
Auteur/Créateur: Superbenjamin, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte administrative vierge de la France destinée à la géolocalisation, avec régions et départements distingués. Échelle approximative : 1:3 000 000
Fairytale warning.png
Auteur/Créateur: L’auteur n’a pas pu être identifié automatiquement. Il est supposé qu'il s'agit de : Caihua (étant donné la revendication de droit d’auteur)., Licence: LGPL
Image from the Fairytale icon theme
Blason paris 75.svg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC BY-SA 3.0
ChineseAndJapaneseExhibitsAtThe1867WorldFair.JPG
Chinese And Japanese Exhibits At The 1867 World Fair in Paris
Abdul-aziz (cropped).JPG
Portrait of Abdülaziz, Sultan of the Ottoman Empire (1861-1876).
J.V Daubié.jpg
Portrait de Julie-Victoire Daubié.
Vue générale de l'exposition universelle de Paris de 1867.jpg
Vue générale de l'exposition universelle de Paris de 1867
Exposition universelle de 1867.png
Bâtiment ovoïde de l'exposition universelle de 1867, sur le Champs-de-Mars.
Champs de Mars.png
Auteur/Créateur: Bourrichon, Licence: CC BY-SA 3.0
Plan de la zone du Champs de Mars, à Paris, avec le bâtiment ovoïde de l'exposition universelle de 1867.
La fête du 15 Aoüt 1867 sur le Trocadéro.jpg
The fifteenth of August had been declared a national holiday by Napoléon I. The date coincided with his birthday, and with the signature of the "concordat," whereby the Pope agreed to grant legitimacy to the Emperor. The "Saint-Napoléon" day, as it was called, disappeared during the Restauration and the July Monarchy, but Napoléon III instaured it back. This print shows the events on the fifteenth of August at the Paris World Fair. On the same day, the Emperor and Empress inaugurated the newly built Opéra Garnier.
Japanese Delegation Tokugawa Akitake in Marseille France 1867.png
Tokugawa Minbu-tayū et d'autres membres de la mission japonaise en France (prise à Marseille, avril 1867).
  • Rangée arrière (de gauche à droite) : Shibusawa Eiichi (Tokudayū), Yamauchi Bunjirō, Takamatsu Ryōun, Kimura Sōzō, Hattori Junjirō, Minagawa Gengo, Kaji Gonzaburō, Ōi Rokurōzaemon, Miwa Tanzō, Sugiura Aizō, Yamanouchi Rokusaburō (Teiun), Ikushima Magotarō, Hibino Seisaku, Mitsukuri Teiichiro.
  • Première rangée (de gauche à droite) : Alexander von Siebold, Hoshina Shuntarō, Yamataka Iwami-no-kami (Nobutsura), Isaka Sentarō, Tokugawa Minbu-tayū Akitake, Kikuchi Heihachirō, Mukōyama Hayato-no-shō (Kōson), Tanabe Taichi ( Renshū), Léon Dury.
Biface de Boucher de Perthes MHNT.jpg
Auteur/Créateur: Didier Descouens, Licence: CC BY-SA 4.0
Biface en silex
Étage : Acheuléen (de- 500000 Ma à - 300 000 ans avant notre ère)
Localité: Menchecourt-les-Abbeville, Somme, France.
Ancienne collection de Jacques Boucher de Perthes puis offert par lui à Edouard Lartet. Billet autographe de Boucher de Perthes et de Lartet. Cette pièce a figuré à l’ Exposition Universelle de 1867.
Différentes vues du même spécimen.
Diplome broderie.JPG
Auteur/Créateur: E2, Licence: CC BY-SA 3.0
diplôme remis à l'exposition universelle de 1867 pour une brodeuse de Fontenoy-le-Château ; musée de la Broderie.
Ludwig II Bavarya-GHP-447796.jpg
Louis II de Bavière. Photographie prise à Hohenschwangau.
Coat of Arms Second French Empire (1852–1870).svg
Auteur/Créateur: Sodacan, Licence: CC BY-SA 3.0
Coat of Arms of the Second French Empire of Napoleon III (1852–1870)
  • The Arms depicts a shield with a golden eagle in front of a blue background. The shield is surrounded by Napoleon's Imperial mantle, filled with bees. The shield is topped by a golden eagle crown, surrounding the shield is the Legion d'honneur. Cross behind the shield are the Scepter of justice and mercy.
Helmuth von Moltke (1800-1891).jpg
Count Helmuth Karl Bernhard von Moltke, 1800-1891, prussian field marshal, chief of the general staff of Prussia, called MOLTKE THE ELDER).
Jean-Baptiste Carpeaux's marble sculpture 'Ugolino and his Sons', Metropolitan Museum of Art.jpg
Jean-Baptiste Carpeaux's marble sculpture 'Ugolino and his Sons', Metropolitan Museum of Art
Kaiser Wilhelm I. .JPG
Wilhelm I., Deutscher Kaiser in Generalsuniform
AlexanderIIRussia.jpg
Alexander II of Russia, official portrait
Great Comet 1861.jpg
Great Comet of 1861, also known as C/1861 J1 or comet Tebbutt; drawing by E. Weiss[1]
DamascusabdulKader.jpg
Photograph of Abdul Qadir Al-Jazairi, wearing the sash of the Legion d'Honneur presented to him by the French Government,photographed by Mayer & Pierson, [photographes De S.M.L'Empereur ] Paris 1850's.The Algerian Prince was born in 1807 to Abdul Qadir Muhyidin, he was captured by the French in 1847,following years of struggle against their Algerian occupation.Pardoned by the Emperor Napoleon III,and exiled with a pension and hundreds of his Magharebe [Algerian ] followers to Damascus in 1852.They resided in the Bab al-Faradis area, along the river,[ his house still standing ].He was decorated by Queen Victoria, and European Heads of States for his role in protecting their Consuls and citizens during the 1860's events. Abdul Qadir was the most sought after celebrity by the European travelers to Damascus,especially the British,and was photographed by Bonfils. .He was buried in Muhyidin Mosque [ his father's namesake, and the burial site of his Sufi master al-Arabi ] in Damascus in 1883. His remains were returned to Independent Algeria in the 1960's.
Edward VII in coronation robes.jpg
Portrait de King Edward VII (1841-1910)
Linderhof-16.jpg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC-BY-SA-3.0
PierreTetarVanElvenFêteAuxTuileries10juin1867.JPG
fête donnée à l'occasion de la visite des souverains étrangers pour l'exposition de 1867, le Tsar Alexandre II au bras de l'impératrice Eugénie et Napoléon III avec Guillaume Ier de Prusse et le sultan Abdulaziz)
Expo1867Delattre0590.jpg
Carte de visite créée en 1867 pour exposition universelle Paris par la Manufacture DELATTRE Ainé de Ramburelles et dessin de la propriété telle qu'elle existait à l'époque.
Diplôme exposition universelle.jpg
Auteur/Créateur: Tchopendoz, Licence: CC BY-SA 4.0
Diplôme du Basty 1867
Vue officielle a vol d'oiseau de l'exposition universelle de 1867.jpg
Vue officielle a vol d'oiseau de l'exposition universelle de 1867.