Collectivité d'outre-mer

  • Collectivités d'outre-mer.

Une collectivité d'outre-mer (COM) est un territoire français d'outre-mer qui dispose d'un statut et d'institutions spécifiques. Ce statut concerne la Polynésie française, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon et Wallis-et-Futuna. La Nouvelle-Calédonie a un statut différent, en tant que collectivité d'outre-mer sui generis[1].

Les collectivités d'outre-mer sont régies par l'article 74 de la Constitution de la Cinquième République : le statut spécifique de chacune d'entre elles est fixé par une loi organique qui précise leurs compétences et les conditions dans lesquelles les lois et règlements applicables en métropole s'y appliquent.

Elles se distinguent des départements et régions d'outre-mer et des collectivités territoriales d'outre-mer régis par l'article 73, où les lois et règlements sont généralement applicables de plein droit, et de la Nouvelle-Calédonie, qui dispose d'un statut spécial.

Du point de vue de l'Union européenne, les collectivités d'outre-mer sont des pays et territoire d'outre-mer, sauf Saint-Martin qui est une région ultrapériphérique.

Histoire

Des pêcheurs à Saint-Pierre (1885).

Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Barthélemy et Saint-Martin sont issues du premier empire colonial français. Ces îles sont colonisées par la France au cours du XVIIe siècle :

  • Saint-Pierre-et-Miquelon est d'abord une base de pêcheurs normands, bretons et basques avant que des installations définitives aient lieu. L'archipel est cédé au Royaume-Uni à trois reprises et est récupéré par la France en 1816.
  • Saint-Barthélemy est occupé par des Français, puis par des chevaliers de Malte et la Suède avant d'être récupéré par la France en 1878.
  • Saint-Martin fait l'objet de disputes au XVIIe et XVIIIe siècles entre la France, le Royaume-Uni et les Pays-Bas jusqu'en 1839 où l'île est aujourd'hui divisée entre une partie française et une autre néerlandaise.

Saint-Barthélemy et Saint-Martin forment, lorsqu'elles sont récupérées par la France, des communes rattachées à la Guadeloupe.

La Polynésie française est colonisée au XIXe siècle dans le cadre du second empire colonial français et d'abord sous la forme de protectorats. Le protectorat sur le Royaume de Tahiti est aboli en 1880 et la France crée alors les Établissements français d'Océanie auxquels sont intégrés les îles Gambier en 1891, les îles Sous-le-Vent en 1897 et les îles Australes progressivement jusqu'en 1901.

Wallis et Futuna demandent à être placées sous protectorat français sous le règne de la reine Amélia Togakahau en 1887[2]. À la suite d'un référendum en 1959, les deux îles deviennent un territoire d'outre-mer en 1961[3].

Carte de Futuna (Wallis-et-Futuna) (1907).

À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, alors que le statut de l'empire colonial français évolue, les Établissements d'Océanie et Saint-Pierre-et-Miquelon deviennent en 1946 des territoires d'outre-mer dans le cadre de l'Union française[4] alors que Saint-Barthélemy et Saint-Martin font partie du nouveau département de Guadeloupe. Wallis-et-Futuna reste en dehors de cette évolution statutaire en raison de sa spécificité coutumière[5].

En 1957, à l'occasion de l'application de la Loi-cadre Defferre, les Établissements d'Océanie prennent le nom de Polynésie française et sont dotés d'institutions locales élues. Wallis-et-Futuna devient un territoire d'outre-mer en 1961[6].

La Constitution de la Cinquième République adoptée en 1958 prévoit, dans son article 74 que « Les territoires d'Outre-Mer de la République ont une organisation particulière […] définie et modifiée par la loi après consultation de l’assemblée territoriale intéressée. »

En 1976, Saint-Pierre-et-Miquelon devient département d'outre-mer[7] avant de devenir un collectivité territoriale à statut particulier en 1985[8].

Mayotte, qui avait été acquise par la France au XIXe siècle et rattachée au territoire des Comores en 1946, devient une collectivité territoriale à statut particulier en 1976 après l'indépendance de l'État comorien[9].

À partir des années 1980, plusieurs lois dotent la Polynésie française de plus en plus d'autonomie : elle devient « un territoire d'outre-mer doté de l'autonomie interne » en 1984 et reçoit de nouvelles compétences en 1996 et 2004, année où elle obtient l’appellation de « pays d'outre-mer » qui est sans aucune valeur juridique et est purement nominale. Cette dernière loi organique lui permet d'adopter des lois du pays à valeur réglementaire[10].

En 2001, Mayotte devient « collectivité départementale »[11].

Vue aérienne de Saint-Barthélemy.

En 2003, une révision de l'article 74 de la Constitution substitue à territoire d'outre-mer la notion de collectivité d'outre-mer (COM). La nouvelle rédaction prévoit que le statut de chacune des collectivités d'outre-mer est « défini par une loi organique, adoptée après avis de l'assemblée délibérante » de la collectivité. En vertu de cet article, les lois et règlements applicables dans les collectivités d'outre-mer sont définis par la loi organique et elles peuvent recevoir toutes les compétences jusque-là exercées par l'État en dehors de « la nationalité, les droits civiques, les garanties des libertés publiques, l'état et la capacité des personnes, l'organisation de la justice, le droit pénal, la procédure pénale, la politique étrangère, la défense, la sécurité et l'ordre publics, la monnaie, le crédit et les changes, ainsi que le droit électoral ».

En 2007, après référendum, les communes de Saint-Barthélemy et Saint-Martin quittent le département de Guadeloupe pour former chacune une nouvelle collectivité d'outre-mer.

En 2011, Mayotte quitte le statut de collectivité d'outre-mer pour devenir une collectivité unique régie par l'article 73 de la Constitution et exerçant les compétences d'un département et d'une région d'outre-mer.

En , le président de la République française, Emmanuel Macron, se montre disposé à « un dialogue pour aboutir à une solution commune » concernant les Îles Éparses par la mise en place d'une commission mixte avec Madagascar, sans avoir recours à une juridiction internationale[12]. Le , deux délégations se rencontrent à Antananarivo pour engager des discussions préparatoires, dans le cadre d'une commission mixte lancée en par les présidents français et malgache. Le processus est censé aboutir a un accord pour , date du 60e anniversaire de l'indépendance de Madagascar[13].

Liste

NomCode INSEEChef-lieuSuperficiePopulationFuseau horaire[14]ÉvolutionStatut européen
Saint-Pierre-et-MiquelonSaint Pierre and Miquelon in France.svg975Saint-Pierre242 km26 008 (2016)[15]UTC−03:001814 : définitivement français, colonie
1946 : territoire d'outre-mer
1976 : département d'outre-mer
1985 : collectivité territoriale à statut particulier
2003 : collectivité d'outre-mer
Pays et territoire d'outre-mer
Saint-BarthélemySaint Barthelemy in France.svg977Gustavia25 km29 793 (2016)[15]UTC−04:001878 : définitivement français, rattaché à la Guadeloupe
2007 : collectivité d'outre-mer
Pays et territoire d'outre-mer
Saint-MartinSaint Martin in France.svg978Marigot53 km235 746 (2016)[15]UTC−04:001839 : définitivement français, rattaché à la Guadeloupe
2007 : collectivité d'outre-mer
Région ultrapériphérique
Wallis-et-FutunaWallis and Futuna in France (zoomed).svg986Mata Utu140 km211 558 (2018)[16]UTC+12:001887 : progressivement sous protectorat français
1880 : considéré comme partie des EFO
1961 : territoire d'outre-mer
2003 : collectivité d'outre-mer
Pays et territoire d'outre-mer
Polynésie françaiseFrench Polynesia in France (zoomed).svg987Papeete4 200 km2275 918 (2017)[17]UTC−10:00, -9:30, -9:001880 : colonie
1946 : territoire d'outre-mer
2003 : collectivité d'outre-mer
Pays et territoire d'outre-mer

Statut

Édifice de l'Assemblée de la Polynésie française.

Les collectivités d'outre-mer sont régies par l'article 74 de la Constitution qui prévoit que la mesure dans laquelle s'appliquent les lois et règlements (régime de la spécificité législative), les compétences et les institutions des COM sont définies par la loi organique.

Ainsi, chaque collectivité d'outre-mer dispose d'une organisation et d'un statut particuliers.

Institutions

On voit la France métropolitaine et d'outre-mer, la partie appartenant à l'Union européenne. Pour des raisons de simplification, la France continentale est représentée en vert et en italique.

Pour chaque collectivité d'outre-mer, la loi organique précise l'organisation de ses institutions dont la composition de l'assemblée délibérante et son mode de scrutin et la manière dont est désignée l'exécutif de la collectivité :

  • les institutions de Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Barthélemy et Saint-Martin se rapprochent de celles d'un département ou d'une région de métropole avec un conseil territorial élisant un président et un conseil exécutif mais le président peut en outre faire l'objet d'une motion de défiance ;
  • Wallis-et-Futuna dispose d'une assemblée territoriale élue mais, contrairement aux autres collectivités françaises, l'exécutif est assuré par le représentant de l'État et les royaumes coutumiers continuent à jouer un rôle important ;
  • les institutions de la Polynésie française sont celles d'un régime parlementaire où le gouvernement, formé du président de la Polynésie française et de ministres, est responsable devant l'assemblée.
Institutions des collectivités d'outre-mer
CollectivitéLégislationReprésentant de l'ÉtatAssemblée délibéranteExécutifSubdivisions
AssembléeMode de scrutin
Collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-MiquelonSixième partie, Livre IV du Code général des collectivités territorialesPréfetConseil territorial de Saint-Pierre-et-MiquelonScrutin proportionnel à deux tours avec prime majoritaire (mandat de cinq ans)[18]Président du conseil territorial
Conseil exécutif
Communes
Collectivité de Saint-BarthélemySixième partie, Livre II du Code général des collectivités territorialesPréfet déléguéConseil territorial de Saint-BarthélemyScrutin proportionnel à deux tours avec prime majoritaire (mandat de cinq ans)[19]Président du conseil territorial
Conseil exécutif
Collectivité de Saint-MartinSixième partie, Livre III du Code général des collectivités territorialesConseil territorial de Saint-MartinScrutin proportionnel à deux tours avec prime majoritaire (mandat de cinq ans)[20]Président du conseil territorial
Conseil exécutif
Territoire des îles Wallis et FutunaLoi no 61-814 du 29 juillet 1961 conférant aux îles Wallis et Futuna le statut de territoire d'outre-merAdministrateur supérieurAssemblée territoriale des îles Wallis et FutunaScrutin majoritaire de liste avec panachage (mandat de cinq ans)[21]Administrateur supérieur en tant que chef du territoireCirconscriptions (royaumes coutumiers)
Polynésie françaiseLoi organique no 2004-192 du 27 février 2004 portant statut d'autonomie de la Polynésie françaiseHaut-commissaire de la RépubliqueAssemblée de la Polynésie françaiseScrutin proportionnel à deux tours avec prime majoritaire (mandat de cinq ans)[22]Président
Gouvernement
Circonscriptions, communes

Application des lois et règlements et compétences des collectivités

Tomasi Kulimoetoke II, roi d'Uvea de 1959 à 2007. À Wallis-et-Futuna, les monarchies locales jouent un rôle important dans le gouvernement du territoire.

L'article 74 de la Constitution dispose que, pour chaque collectivité d'outre-mer, une loi organique prévoit « les conditions dans lesquelles les lois et règlements y sont applicables ». Il s'agit du régime de la spécificité législative selon lequel les lois et règlements en vigueur en métropole ne sont applicables dans une collectivité d'outre-mer que sur mention expresse[23].

Le Conseil constitutionnel a estimé que les « lois de souveraineté » sont applicables de plein droit dans les COM, même sans mention expresse. Il s'agit principalement des lois constitutionnelles, des lois organiques et des textes relatifs aux grandes juridictions, à la nationalité ou au statut des fonctionnaires et militaires[23].

Les statuts régissant les collectivités de Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon prévoient que la plupart des lois et règlements y sont directement applicables[23].

Les compétences de chacune des COM sont fixées par leur statut spécifique[23]. Ainsi :

  • La Polynésie française dispose de la plus grande autonomie : toutes les matières qui ne sont pas réservées à l'État ou aux communes lui reviennent[24].
  • Wallis-et-Futuna dispose d'un large champ de compétences, dont une partie relève directement des royaumes coutumiers ; l'État reste compétent en matière de défense, respect des lois, Trésor public et douane, contrôle administratif et financier, santé et enseignement (sauf l'enseignement primaire, concédé à l'Église catholique)[25],[26].
  • Saint-Barthélemy et Saint-Martin exercent les compétences habituellement dévolues aux communes et aux départements et régions d'outre-mer[27].
  • Saint-Pierre-et-Miquelon exerce les compétences habituellement dévolues aux départements et aux régions avec quelques exceptions (collèges et lycées, lutte contre les maladies vectorielles, routes nationales, police de la circulation, bibliothèques, service d'incendies et secours) ; elle exerce à la place de l'État l'immatriculation des navires de commerce[28].

Union européenne

Frontière entre la partie française et la partie néerlandaise de l'île de Saint-Martin.

Du point de vue de l'Union européenne (UE), les collectivités d'outre-mer ont des statuts différenciés.

Ainsi, Saint-Martin est une région ultrapériphérique (RUP). Ce statut, prévu par l'article 349 du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, en fait une partie intégrante du territoire de l'Union européenne dans lequel le droit communautaire s'applique comme dans les autres régions de l'UE mais rend possible des « mesures spécifiques » portant « notamment sur les politiques douanières et commerciales, la politique fiscale, les zones franches, les politiques dans les domaines de l'agriculture et de la pêche, les conditions d'approvisionnement en matières premières et en biens de consommation de première nécessité, les aides d'État, et les conditions d'accès aux fonds structurels et aux programmes horizontaux de l'Union »[29],[30]. Saint-Martin, en tant que RUP, peut bénéficier du Fonds européen de développement économique et régional, et du Fonds social européen avec des taux plus élevés qu'en métropole[29].

Saint-Barthélemy était également une région ultrapériphérique mais est devenu un pays et territoire d'outre-mer (PTOM) le . Les trois autres COM ainsi que la Nouvelle-Calédonie sont également des PTOM : ils ne font pas partie de l'Union européenne mais bénéficient d'un « régime d'association »[29]. Le droit communautaire ne leur est pas applicable mais ils sont éligibles au Fonds européen de développement[29].

Notes et références

  1. « Le statut de la Nouvelle-Calédonie », sur Vie publique.fr (consulté le )
  2. Marc Soulé, « Les bouleversements de la société coutumière lors de la présence américaine à Wallis (1942 - 1946) », dans Sylvette Boubin-Boyer (dir.), Révoltes, conflits et Guerres mondiales en Nouvelle-Calédonie et dans sa région, L'Harmattan, (ISBN 9782296051225)
  3. Frédéric Angleviel, « Wallis-et-Futuna (1942-1961) ou comment le fait migratoire transforma le protectorat en TOM », Journal de la Société des océanistes, nos 122-123,‎ , p. 61-76 (lire en ligne).
  4. « Loi no 46-2385 du 27 octobre 1946 sur la composition et l'élection de l'Assemblée de l'Union française », sur lexpol.cloud.pf (consulté le )
  5. Jean-Claude Roux, Espaces coloniaux et société polynésienne de Wallis-Futuna (Pacifique central) (Thèse de doctorat ès Lettres), Paris, Université de Paris I : Panthéon-Sorbonne, , 1019 p. (lire en ligne), p. 202.
  6. Loi no 61-814 du 29 juillet 1961 conférant aux îles Wallis et Futuna le statut de territoire d'outre-mer
  7. Loi no 76-664 du 19 juillet 1976 relative à l’organisation de Saint-Pierre-et-Miquelon
  8. Loi no 85-595 du 11 juin 1985 relative au statut de l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon
  9. Loi no 76-1212 du 24 décembre 1976 relative à l'organisation de Mayotte
  10. « Historique - Institutions de la Polynésie française », sur Haut-Commissariat en Polynésie française.
  11. Loi no 2001-616 du 11 juillet 2001 relative à Mayotte
  12. « La restitution par la France des îles Éparses à Madagascar, "un enjeu d'identité nationale" », sur france24.com, France 24, (consulté le ).
  13. Isabelle Labeyrie, « Îles Éparses : reprise des discussions entre Madagascar et la France », sur franctveinfo.fr, France Info, .
  14. Les outre-mer n'observent pas l'heure d'été à l'exception de Saint-Pierre-et-Miquelon. Leur décalage horaire avec la France métropolitaine n'est donc pas constant toute l'année.
  15. « Populations légales des collectivités d'outre-mer en 2016 - Populations légales 2016 » (consulté le )
  16. « Populations légales des villages des îles Wallis-et-Futuna en 2018 » (consulté le )
  17. « Populations légales des communes et des communes associées de Polynésie française en 2017 » (consulté le )
  18. Articles LO482, LO484 et LO485 du code électoral
  19. Articles LO538, LO539 et LO540 du code électoral
  20. Articles LO509, LO511 et LO512 du code électoral
  21. Article 12 de la loi conférant aux îles Wallis et Futuna le statut de territoire d'outre-mer
  22. Articles 104 et 105 de la loi organique portant statut d'autonomie de la Polynésie française
  23. « Principales règles relatives aux collectivités d'outre-mer », sur Légifrance (consulté le )
  24. Article 13 de la loi organique portant statut d'autonomie de la Polynésie française
  25. « Décret n° 57-811 du 22 juillet 1957 portant institution d'un conseil de gouvernement et extension des attributions de l'assemblée territoriale en Nouvelle-Calédonie (articles sur les compétences de l'Assemblée territoriale applicable à Wallis-et-Futuna en vertu de la loi n° 61-814 du 29 juillet 1961 »
  26. « Une organisation administrative particulière », sur IEOM.fr
  27. Articles LO6414-1 et LO6314-1 du code général des collectivités territoriales
  28. Article LO6414-1 du code général des collectivités territoriales
  29. « Outre-mers », sur Représentation permanente de la France auprès de l'Union européenne (consulté le )
  30. « Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne », sur Conseil européen

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe

  • icône décorative Portail des régions et territoires de France
  • icône décorative Portail de la France d’outre-mer

Médias utilisés sur cette page

FR-Régions.svg
Auteur/Créateur: Roland45, Licence: CC BY-SA 4.0
Carte administrative des régions, collectivités territoriales françaises.
Flag of Europe.svg
Le Drapeau européen est le symbole non seulement de l’Union européenne, mais aussi de l’unité et de l’identité de l’Europe dans un sens plus large, puisqu'il a d'abord été le drapeau du Conseil de l'Europe. Le cercle d'étoiles dorées représente la solidarité et l’harmonie entre les peuples d’Europe. Le nombre d'étoiles n’est pas lié au nombre d’États membres. Les créateurs du drapeau, Paul M.G Lévy et Arsène Heitz, voulaient représenter la couronne de 12 étoiles de la Vierge Marie de la rue du Bac à Paris. Ainsi, le drapeau reste le même, indépendamment des élargissements du Conseil de l'Europe (actuellement 46 membres) ou de l'Union européenne (actuellement 27 membres).
Overseas France Icon.svg
Auteur/Créateur: Superbenjamin, Licence: CC BY-SA 4.0
Icône pour la France d'outre-mer
French Polynesia in France (zoomed).svg
Auteur/Créateur: TUBSEmail Silk.svg Gallery, Licence: CC BY-SA 3.0
Location of XY (see filename) in France
Saint Barthelemy in France.svg
Auteur/Créateur: TUBSEmail Silk.svg Gallery, Licence: CC BY-SA 3.0
Location of XY (see filename) in France
France métropolitaine et d'outre-mer, Union européenne.png
Auteur/Créateur: JeffMik1, Licence: CC BY-SA 4.0
France métropolitaine et d'outre-mer, Union européenne. Pour des raisons de simplification, la France continentale est représentée en vert et en italique.
Régions Icône.svg
Auteur/Créateur: Superbenjamin, Licence: CC BY-SA 4.0
Icône des régions de France
Wallis and Futuna in France (zoomed).svg
Auteur/Créateur: TUBSEmail Silk.svg Gallery, Licence: CC BY-SA 3.0
Location of XY (see filename) in France
Regions France 2016.svg
Auteur/Créateur: Monsieur Fou, Licence: CC BY-SA 4.0
Région françaises au 1er janvier 2016
St. Martin Marker.jpg
Auteur/Créateur: Barry haynes, Licence: CC BY-SA 4.0
Sign welcoming tourist to the French side of the island
King Tomasi Kulimoetoke.jpg
Photo du roi coutumier de Wallis-et-Futuna Tomasi Kulimoetoke II
Saint Martin in France.svg
Auteur/Créateur: TUBSEmail Silk.svg Gallery, Licence: CC BY-SA 3.0
Location of XY (see filename) in France
Carte des îles Futuna.png
illustration de l'ouvrage "Le Martyr de Futuna" de Claude Nicolet
Saint Barth - Vue aérienne - Octobre 2009.jpg
Auteur/Créateur: Starus, Licence: CC BY-SA 3.0
Saint Barth - Vue aérienne - Octobre 2009
Armoiries république française.svg
Auteur/Créateur: Bonjour vive la France Dessiné par Jérôme BLUM le 5 septembre 2007. Készítette: Jérôme BLUM 2007., Licence: CC BY-SA 2.0 fr
armoiries non-officielles de la République française, simple création artistique, d'après France coa.png. La République française n'a pas et n'a jamais eu d'armoiries officielles. Les emblèmes officiels actuels de la France sont son drapeau tricolore, Marianne, la Marseillaise et la devise Liberté, Egalité, Fraternité.
France Overseas Collectivities.svg
Auteur/Créateur: Superbenjamin, Licence: CC BY-SA 4.0
La France avec l'ensemble collectivités d'outre-mer mises en surbrillance