Charles-Théodore en Bavière

Charles Théodore en Bavière
Illustration.
Charles Théodore en Bavière par Franz Hanfstaengel.
Titre
Duc en Bavière
PrédécesseurMaximilien en Bavière
SuccesseurLouis-Guillaume en Bavière
Biographie
Nom de naissanceKarl Theodor in Bayern
Date de naissance
Lieu de naissancePöcking, Royaume de Bavière
Date de décès
Lieu de décèsKreuth, Royaume de Bavière, Empire allemand
SépultureAbbaye de Tegernsee
PèreMaximilien en Bavière
MèreLudovica de Bavière
ConjointSophie de Saxe
Marie-Josèphe de Portugal
EnfantsAmélie
Sophie-Adélaïde
Élisabeth
Marie Gabrielle
Louis-Guillaume
François-Joseph

Charles Théodore, duc en Bavière (né le à Possenhofen, mort le à Kreuth), fils cadet du duc Maximilien en Bavière et de la duchesse née Ludovica de Bavière, est un frère de l'impératrice Élisabeth d'Autriche, de la reine Marie des Deux-Siciles et de la duchesse d'Alençon.

Biographie

Famille

Charles Théodore, élève officier.

Enfant favori de sa mère et frère préféré de ses sœurs, Charles Théodore est surnommé « Gackel », ce qui signifie « petit coq ». Il est le cinquième enfant d'une fratrie de dix (dont deux sont morts en bas-âge). Ses sœurs les plus connues sont : l'impératrice Élisabeth d'Autriche, la reine Marie des Deux-Siciles et la duchesse d'Alençon. Il est l'un des rares amis d'enfance du futur Louis II (de six ans son cadet)[1].

Il devient l'héritier des ducs en Bavière quand son frère aîné Louis-Guillaume contracte une union morganatique avec Henriette Mendel, une actrice, en 1859[2].

Membre de la Maison de Wittelsbach, il intègre dès l'âge de 14 ans l'armée bavaroise afin de devenir officier de cavalerie puis étudie à l'université le droit, la philosophie et l'économie. En , il effectue un long voyage en Italie. À Venise, il revoit sa sœur l'impératrice Élisabeth, puis son périple le conduit à Vérone, Gênes, Livourne, Florence et Pise avant de rentrer à Munich, le [3]. Il gravit progressivement les grades dans l'armée bavaroise : canonnier dans le 3e régiment d'artillerie en 1857, puis Rittmeister au Ier régiment de cuirassiers où il devient chef d'escadron en 1864[4]. Il sert contre la Prusse en 1866 et contre la France en 1870.


Mariages et descendance

Le , il épouse à Dresde, sa cousine la princesse Sophie de Saxe (Dresde - Munich ), fille du roi Jean Ier de Saxe et de la duchesse Amélie de Bavière. De cette union naît une fille :

  • Amélie Marie en Bavière (Munich - Stuttgart ), qui épouse le à Tegernsee Guillaume d'Urach, 2e duc d'Urach et comte de Wurtemberg (Monaco - Rapallo ), aîné d'une branche morganatique de la famille de Wurtemberg[5].

La mort de sa jeune épouse en 1867, à peine deux ans après leur mariage, affecte profondément le jeune duc qui n'a que 27 ans. De même les guerres qu'il a dû mener l'ont rendu témoin des atrocités humaines. en 1872, au grand am de sa famille, il démissione de l'armée et entame des études de médecine.

En 1873, après un veuvage de six ans, Charles Théodore songe à se remarier et se rend, à cet effet au château de Bronnbach à Wertheim, où résident la duchesse douairière de Bragance Adélaïde de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg, veuve du roi détrôné Michel Ier de Portugal et sa famille. Veuve d'un roi détrôné, la duchesse de Bragance est proche des grandes Maisons catholiques et a fort avantageusement marié ses filles aînées : la première a épousé le prétendant carliste, la seconde, l'archiduc Charles-Louis, frère de l'empereur. Les quatre cdettes ne sont pas encore mariées. L'aînée d'entre-elles, Maria Josepha du Portugal, âgée de 16 ans, s'oppose initialement à se marier, mais accepte finalement le la proposition du duc[6]. Charles Théodore épouse donc, à la chapelle du château de Kleinheubach, le , Maria Josepha du Portugal, Infante du Portugal et princesse de Bragance (Wertheim - Vienne )[7].

Le duc et la duchesse en Bavière en 1890, quelques années avant la fondation de la clinique qui porte leur nom.

De cette union naissent[5] :

  • Louis-Guillaume (né le à l'abbaye de Tegernsee, en Bavière, et mort le , à Wildbad Kreuth, en Allemagne), qui épouse à Kreuth, le la princesse Éléonore zu Sayn-Wittgenstein-Berlebourg (née à Munich le et morte à Wildbad Kreuth, le ). Sans enfants et veuf, Louis Guillaume adopte son petit-neveu Max Emmanuel, prince en Bavière ;

Prince et ophtalmologue

Profondément marqué par la mort prématurée de sa première épouse en 1867 et les guerres qu'il avait dû mener, il quitte l'armée au grand dam de sa famille et entreprend des études de médecine en 1872[8]. Membre de l'académie des sciences en 1875, il obtient son diplôme en 1880 puis, fort du soutien de ses professeurs d'université, devient un ophtalmologiste de renom, spécialisé dans le traitement de la cataracte[9]. Avec sa seconde épouse comme assistante, il fonde en 1895 un hôpital où il soigne gratuitement les personnes démunies[8].

Il eut pour aumônier le père Georg Ratzinger (grand-oncle du pape Benoît XVI).

Très proche de ses sœurs et notamment de l'impératrice d'Autriche et de la princesse de Tours et Taxis, il soutient, comme il peut, sa cadette, la duchesse d'Alençon lors de son séjour à l'hôpital du docteur Richard von Krafft-Ebing à Graz pour « troubles nerveux ». Lucide mais non dénué d'humour, il prétendait « nous avons tous un grain dans la famille ! ».

La clinique ophtalmologique de la Nymphenburger Straße de Munich porte son nom[9]. Elle est léguée en 1909 à la mort du duc, à son épouse qui le secondait[10].

Mort et funérailles

Charles Théodore en Bavière, dont la santé était devenue fragile, meurt, des suites d'une pleurésie, à Kreuth, le , à l'âge de 70 ans. Avant sa mise en bière, le lendemain, un service funèbre intime est prononcé en la seule présence des enfants du défunt et de quelques proches de la famille. Son corps est transporté à Tegernsee le surlendemain et déposé dans la grande salle de marbre. Il est inhumé, le suivant, sans solennités, selon ses souhaits, et donc en l'absence du prince-régent Luitpold qui avait toutefois fait prononcer un Requiem, en l'église Saint-Quirin de l'abbaye de Tegernsee[7],[10]. Son fils Louis Guillaume lui succède en qualité de chef de la maison ducale en Bavière[5].

Honneurs

Ascendance

Références

  1. Michel Huberty et Alain Giraud 1985, p. 423-424.
  2. Michel Huberty et Alain Giraud 1985, p. 423.
  3. Hermann von Witzleben et Ilka von Vignau 1976, p. 302-304.
  4. Hermann von Witzleben et Ilka von Vignau 1976, p. 305.
  5. Michel Huberty et Alain Giraud 1985, p. 447.
  6. Hermann von Witzleben et Ilka von Vignau 1976, p. 310-311.
  7. Michel Huberty et Alain Giraud 1985, p. 424.
  8. Bilteryst, Defrance et van Loon 2022, p. 12.
  9. Bestenreiner 2004, p. 19.
  10. Anonyme, « La mort du duc Charles-Théodore », Journal de Bruxelles, no 338,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le ).

Annexes

Bibliographie

  • Michel Huberty et Alain Giraud, L'Allemagne dynastique : Wittelsbach, t. IV, Le Perreux-sur-Marne, Alain Giraud, , 545 p. (ISBN 978-2-901138-04-4). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • Nicolas Énache, La descendance de Marie-Thérèse de Habsbourg, Paris, L'Intermédiaire des chercheurs et des curieux, , 793 p. (ISBN 978-2-908003-04-8), p. 685-687.
  • Erika Bestenreiner, Sissi, ses frères et sœurs : Valse tragique en Bavière, Paris, Pygmalion, , 285 p. (ISBN 978-2-85704-852-7), p. 19.
  • (de) Hermann von Witzleben et Ilka von Vignau, Die Herzöge in Bayern : von der Pfalz zum Tegernsee, Munich, Prestel, , 408 p. (ISBN 978-3-7913-0394-9).
  • Damien Bilteryst, Olivier Defrance et Joseph van Loon, « Les Biederstein, cousins oubliés de la reine Élisabeth, années 1875-1906 », Museum Dynasticum, vol. XXXIV, no 1,‎ , p. 2-26 (ISSN 0777-0936).

Articles connexes

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

Logo disambig.svg
Auteur/Créateur: Manjiro5, Licence: CC0
Icône des homonymies sur Wikipédia francophone
French heraldic crowns - King.svg
Auteur/Créateur: Pbroks13 (talk), Licence: CC BY 3.0
Crown of the French King
Middle Arms of the Kingdom of Bavaria.svg
Auteur/Créateur: Glasshouse, Licence: CC BY-SA 4.0
Middle Arms of the Kingdom of Bavaria
House Order Fidelitas of Baden ribbon bar.svg
Auteur/Créateur: Portunes, Licence: CC0
Ribbon bar of the Baden House Order Fidelitas
Karl Theodor, Herzog in Bayern.jpg
Karl Theodor, Herzog in Bayern
BAD Order of Berthold I ribbon.svg
Auteur/Créateur: Boroduntalk, Licence: CC BY 4.0
Order of Berthold I ribbon bar. Grand Duchy of Baden.
MCO Order of Saint-Charles - Grand Cross BAR.png
Order of Saint-Charles - Grand Cross
Order of the Golden Fleece ribbon bar.svg
Auteur/Créateur: Portunes, Licence: CC BY 3.0
Ribbon bar of the Spanish and Austrian Order of the Golden Fleece
LudwigOrder.Bavaria.gif
Order of Ludwig's ribbon - Bavaria - Germany
D-PRU Hohenzollern Order BAR.svg
Ribbon bar: House Order of Hohenzollern.
(Hausorden von Hohenzollern)
D-SAX Militaer St-Heinrich Orden BAR.svg
Ribbon bar: Military Order of St. Henry (Saxony).
(Militär-Sankt-Heinrichs-Orden)
Grand Cross Order of the Crown Württemberg.png
Auteur/Créateur: Louis14, Licence: CC BY-SA 3.0
Band des Ordens der Württembergischen Krone in der Ausführung: Großkreuz
D-HAN-B-Order Henry Lion BAR.png
Auteur/Créateur: Mimich, Licence: CC0
Ribbon of the Order of Henry the Lion of the Duchy of Brunswick
1000px Ribbon of the House Order of the Wendish Crown.svg
Auteur/Créateur: Blackcat, Licence: CC0
Ribbon of the House Order of the Wendish Crown
Ordre du Nichan Iftikhar GC ribbon (Tunisia).svg
Auteur/Créateur: Boroduntalk, Licence: CC BY 3.0
Ribbon bar: L'Ordre du Nicham Iftikar, Grand'Croix, Tunisia.
Herzog Carl Theodor und Gattin 1890.jpg
Herzog Carl-Theodor in Bayern und Gattin Marie Jose von Portugal