Armée de la Confédération germanique

L'armée de la Confédération germanique était une force militaire allemande, constituée de soldats des différents États membres de la confédération et dont l'objectif primaire était la défense de ses membres contre des ennemis extérieurs. Concrètement, elle était principalement dirigée contre la France qui avait dans le passé mené plusieurs tentatives d'invasion au sein du Saint-Empire romain germanique. La Russie était aussi une menace, les thèses panslaviques mettant en danger la domination autrichienne sur certaines nations slaves de son empire[1]. Les lois fondatrices de cette armée ne prévoient pas le cas d'une guerre entre membres, comme cela est arrivé avec la guerre des Duchés, où le roi du Danemark était également membre de la confédération de par son titre de duc de Holstein. La guerre austro-prussienne de 1866, voit s'affronter deux autres États membres pour la domination sur la confédération. La défaite autrichienne mène à la dissolution de cette armée.

Composition

En 1835, l'armée de la Confédération germanique compte 303 484 hommes. Ils proviennent des États suivants[2] :

ÉtatUnité militaire associéeTotalChasseursInfanterieCavalerieArtillerieGénieCanons
Empire autrichienIer, IIe, IIIe Corps d'armée094 82603 675069 826013 54606 82709480192
PrusseIVe, Ve, VIe Corps d'armée079 23403 071058 347011 31905 70507920160
BavièreVIIe Corps d'armée035 60001 380026 21505 06802 5630356072
Royaume de WurtembergVIIIe Corps d'armée013 955010 82601 99401 145018
Grand-duché de BadeVIIIe Corps d'armée010 00007 75101 4290820020
Grand-duché de HesseVIIIe Corps d'armée06 19504 82008850508012
Royaume de SaxeIXe Corps d'armée031 67901 168023 36904 30802 4730301060
Électorat de Hesse-CasselIXe Corps d'armée05 67904 40208120466010
Duché de NassauIXe Corps d'armée04 03903 721031808
LuxembourgProtection de la forteresse de Luxembourg02 5560 1 9810365021004
Royaume de HanovreXe Corps d'armée013 054010 11801 86501 0710217026
Duché de Saxe-LauenbourgXe Corps d'armée03 60002 7910514029506
Duché de BrunswickXe Corps d'armée02 09601 6250299017204
Mecklembourg-SchwerinXe Corps d'armée03 58002 7750511029406
Mecklembourg-StrelitzXe Corps d'armée07180588059
Grand-duché d'OldenbourgXe Corps d'armée02 80002 621017904
Lübeck, Brême, HambourgXe Corps d'armée02 19001 6990312017904
Saxe-Altenbourg1er Bataillon de Division de réserve09820982
Saxe-Cobourg et Gotha2e Bataillon de Division de réserve01 36601 366
Saxe-Meiningen3e Bataillon de Division de réserve01 15001 150
Saxe-Weimar-Eisenach4e et 5e Bataillon de Division de réserve02 010030001 710
Anhalt-Dessau6e et 7e Bataillon de Division de réserve05290529
Anhalt-Köthen6e et 7e Bataillon de Division de réserve03250325
Anhalt-Bernbourg6e et 7e Bataillon de Division de réserve03700370
Hesse-Hombourg6e et 7e Bataillon de Division de réserve02000200
Schwarzbourg-Rudolstadt10e Bataillon de Division de réserve05390539
Schwarzburg-Sondershausen10e Bataillon de Division de réserve03510351
Hohenzollern-Sigmaringen11e Bataillon de Division de réserve03560356
Hohenzollern-Hechingen11e Bataillon de Division de réserve01550155
Liechtenstein11e Bataillon de Division de réserve055055
Reuß branche cadette12e Bataillon de Division de réserve02230223
Reuß branche aînée12e Bataillon de Division de réserve05220522
Francfort-sur-le-MainGarde du quartier général04000400

Jusqu'en 1830, la plus petite unité militaire était le corps d'armée, toutefois les 18 plus petits États l'ont jugé inadaptée. En effet, le manque de formation tactique commune et les différences dans l'armement rendaient la manœuvre de telles unités trop lourde. À la place, on créa des divisions de réserves venant renforcer les garnisons des forts en cas de conflit. Les soldats de la ville de Francfort quant à eux étaient affectés à la défense du quartier général.

Tâches, utilisation et méthode de combat

La période dite du Biedermeier a été relativement paisible et l'attente pour la mise à l'épreuve de l'armée fut longue. Le maintien de l'armée n'est d'ailleurs dû qu'au soutien des deux grandes puissances de la confédération que sont la Prusse et l'Autriche, les petits et moyens États n'auraient pu à eux seuls repousser une invasion extérieure. Lors de cette première période des opérations internes à la confédération contre un de ses membres furent menées, on parle de Bundesexekution. Ainsi en 1829, cette sanction est décidée pour la première fois contre Brunswick et en 1834 une seconde contre Francfort. Cependant dans les deux cas la menace de l'intervention militaire suffit et les troupes ne participent à aucun combat.

Artillerie prussienne près de Langensalza en 1866

Des Bundesinterventionen sont également décidées, ce sont des missions de rétablissement de l'ordre dans la confédération afin de réprimer des révoltes. Une première intervention a lieu en 1830 au Luxembourg, en 1833 à Francfort, en 1848 et 1849 dans le Palatinat rhénan et dans le pays de Bade enfin en 1850 et 1852 dans l'électorat de Hesse-Cassel. Ces missions sont chaque fois soldée de succès. Il est à noter qu'il n'y a pas que les deux grandes puissances qui participent à ces interventions, par exemple les troupes du grand-duché de Hesse participent aux opérations dans le pays de Bade.

La première vraie intervention militaire a lieu en 1848 et 1849 lors de la première Guerre des Duchés contre le Danemark. Les 9 000 soldats de Schleswig-Holstein sont rejoints par 14 000 soldats prussiens et 11 000 soldats de Hanovre, d'Oldenbourg, du Mecklembourg, de Brunswick et autres. En 1863, la question des Duchés n'étant toujours pas réglée, l'armée de la confédération envahit de nouveau le Holstein avec une brigade autrichienne, prussienne, saxonne et de Hanovre. Le Danemark perdit la guerre et dut laisser la Prusse et l'Autriche occuper le Schleswig et le Holstein[3]. Les questions du partage de ces territoires entre les deux puissances et de la domination sur la confédération menèrent à la guerre austro-prussienne en 1866 durant laquelle l'Autriche utilisa la procédure de Bundesexecution contre la Prusse. La Prusse sortit de la confédération germanique et lui déclara de facto la guerre. La victoire de la Prusse lors de la bataille décisive de Sadowa décida de l'issue du conflit[4]. Certes les troupes de Hanovre infligèrent une défaite à la Prusse et à la Saxe-Cobourg et Gotha le à la bataille de Langensalza, toutefois des difficultés de ravitaillement et de nombreuses pertes les poussèrent 2 jours après à arrêter les combats[5]. Le manque de coordination et les divergences de point de vue sur la tactique à mener dans le camp de l'Autriche et de la confédération expliquent également leur défaite face à la Prusse. Ainsi l'armée de Hesse-Cassel ne s'est mise en mouvement qu'avec réticence à cause des affinités du prince-électeur d'Hesse-Cassel avec la Prusse, elle protégea Mayence et ne participa pour ainsi dire à aucun combat[6]. La mobilité, la formation militaire et l'armement supérieurs de la Prusse lui assurèrent la victoire.

Cause de l'échec

De manière résumée, on peut dire que l'armée de la Confédération germanique n'a pas réussi son examen de passage. La défaite de 1866 était pourtant prévisible : seule une partie des troupes fut mobilisée et toutes les troupes mobilisées ne furent pas menées au combat ou alors de manière réticente. La formation militaire était également défaillante ou manquante et ne pouvait pas permettre de rivaliser avec des troupes prussiennes très motivées et très coordonnées. Une autre raison de l'échec vient du fait que les princes des petits États n'étaient pas prêts à soutenir vraiment cette armée et son idée fondatrice, principalement pour des raisons budgétaires.

États membres

ÉtatSuperficie km2PopulationApport financier
(pourcentage du total)
Apport financier
(valeur absolue en Florins)
Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche[A 1]0 197 573[A 2]0 10 086 900[A 2]0 31,440 9 432
Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse[A 3]0 185 496[A 2]0 9 957 000[A 2]0 26,520 7 956
Drapeau du Royaume de Bavière Royaume de Bavière0 76 2580 4 120 0000 11,80 3 540
Drapeau du Royaume de Wurtemberg Royaume de Wurtemberg0 19 5040 1 547 4000 4,630 1 389
Drapeau du Royaume de Saxe Royaume de Saxe0 14 9930 1 480 0000 3,980 1 194
Drapeau du royaume de Hanovre Royaume de Hanovre0 38 4520 1 549 0000 4,330 1 299
Drapeau du Grand-duché de Bade Grand-duché de Bade0 15 2690 1 175 0000 3,310 993
Drapeau du Grand-duché de Hesse Grand-duché de Hesse0 7 68000 720 0000 2,050 615
Drapeau du Grand-duché de Mecklembourg-Schwerin Grand-duché de Mecklembourg-Schwerin0 13 30400 455 0000 1,190 357
Drapeau du Grand-duché de Mecklembourg-Strelitz Grand-duché de Mecklembourg-Strelitz0 2 92900 85 0000 0,240 72
Drapeau du Grand-duché d'Oldenbourg Grand-duché d'Oldenbourg0 6 42000 250 0000 0,730 219
Drapeau du Grand-duché de Saxe-Weimar-Eisenach Grand-duché de Saxe-Weimar-Eisenach0 3 59300 233 8140 0,670 201
Flag of Luxembourg.svg Grand-duché du Luxembourg0 2 58600 259 5000 0,400 120
Drapeau de l'Électorat de Hesse Électorat de Hesse0 9 58100 629 0000 1,880 564
Blason du duché d'Anhalt-Dessau Duché d'Anhalt-Dessau0 84000 57 6290 0,190 57
Blason du duché d'Anhalt-Köthen Duché d'Anhalt-Köthen0 72700 36 0000 0,100 30
Blason du duché d'Anhalt-Bernbourg Duché d'Anhalt-Bernbourg0 78000 43 3250 0,120 36
Drapeau du duché de Brunswick Duché de Brunswick0 3 69000 245 7830 0,690 20
Blason du Duché de Holstein Duché de Holstein et Drapeau du Duché de Saxe-Lauenbourg Duché de Saxe-Lauenbourg0 9 58000 450 0000 0,120 35
Drapeau du Duché de Nassau Duché de Nassau0 4 70000 360 0000 1,000 300
Drapeau du Duché de Saxe-Altenbourg Duché de Saxe-Altenbourg0 1 28700 114 0480 0,330 99
Drapeau du Duché de Saxe-Cobourg et Gotha Duché de Saxe-Cobourg et Gotha[A 4]002 68800 156 6390 0,370 111
Drapeau du Duché de Saxe-Hildburghausen Duché de Saxe-Hildburghausen[A 5]0 000 00 00 0
Drapeau du Duché de Saxe-Meiningen Duché de Saxe-Meiningen0 2 29300 136 0000 0,380 114
Drapeau de la principauté de Hohenzollern-Hechingen Principauté de Hohenzollern-Hechingen0 23600 17 0000 0,050 15
Drapeau de la principauté de Hohenzollern-Sigmaringen Principauté de Hohenzollern-Sigmaringen0 90600 42 3410 1,400 420
Drapeau de la principauté de Lippe Principauté de Lippe0 1 13300 77 5000 0,230 69
Drapeau de la Principauté de Schaumbourg-Lippe Principauté de Schaumbourg-Lippe0 53600 23 1280 0,070 21
Flag of Liechtenstein (1852-1921).svg Principauté du Liechtenstein0 15900 5 8000 0,020 6
Drapeau de la principauté de Reuss branche aînée Principauté de Reuss branche aînée0 31600 24 5000 0,070 21
Drapeau de la principauté Reuss branche cadette Principauté Reuss branche cadette0 82600 590 0000 0,170 51
Drapeau de la principauté de Schwarzbourg-Rudolstadt Principauté de Schwarzbourg-Rudolstadt0 94000 60 0000 0,180 54
Drapeau du principauté de Waldeck-Pyrmont Principauté de Waldeck-Pyrmont0 1 12100 56 0000 0,170 51
Drapeau de la principauté de Schwarzbourg-Sondershausen Principauté de Schwarzbourg-Sondershausen0 86200 51 7670 0,150 45
Blason du Landgraviat de Hesse-Hombourg Landgraviat de Hesse-Hombourg0 27500 23 0000 0,070 21
Flagge Luebeck.svg Lübeck0 29800 45 6000 0,130 39
Drapeau de Hambourg Hambourg0 41000 154 0000 0,430 129
Flag of Bremen.svg Brême0 25600 52 0000 0,160 48
Drapeau de la Ville libre de Francfort Ville libre de Francfort0 10100 54 0000 0,160 48
Note
  1. Sans la Hongrie, la Transylvanie, la Galicie, la Dalmatie, la Slavonie, l'Illyrie et les territoires du nord de l'Italie à l'exception de Trieste.
  2. Part incluse dans la confédération.
  3. Sans la province de Prusse-Orientale, la province de Prusse-Occidentale et la province de Posnanie.
  4. En 1826, la Saxe-Gotha devient par héritage la propriété de la Saxe-Cobourg.
  5. En 1826, la Saxe-Hildburghausen est intégrée à la Saxe-Meiningen.

Traité constituant

Les tractations concernant la formation de la force armée commencèrent en 1818 et se terminèrent le avec le vote des grandes lignes du projet au Bundestag. Il comportait 24 articles et resta en l'état jusqu'en 1866. Parmi les articles essentiels on compte :

  • La participation de tous les États à l'armée avec un contingent correspondant prédéfini.
  • La mise à disposition de ce contingent en temps de paix.
  • La mobilisation permanente de cette armée avec la mise en place de forces de réserves formées.
  • La nomination des commandants des troupes parmi les troupes en présence. Dans les unités militaires formées de troupes d'États différents, un accord doit être trouvé entre les États à ce sujet.
  • L'indépendance des cours martiales.
  • Le commandant en chef ne doit être nommé qu'en cas de guerre et est responsable devant le Bundestag.
  • La domination d'un État sur les autres doit être évitée.

Des directives plus précises, divisées en 94 paragraphes sont votées par un petit comité (Engeren Rat) le . Y sont spécifiés : l'organisation des troupes, l'armement, la mobilisation et la formation des troupes. Les fortifications font l'objet d'un traité séparé le .

Par le jeu des unions personnelles, certains souverains étaient à la fois chef d'un État de la confédération et d'un État étranger. C'est par exemple le cas du roi du Danemark qui était en même temps duc de Saxe-Lauenbourg et de Holstein, ou du roi des Pays-Bas qui était grand-duc de Luxembourg et duc du Limbourg et enfin du roi d'Angleterre qui portait également la couronne de Hanovre (jusqu'en 1837).

Les combats de barricades à Francfort-sur-le-Main le

Organisation

L'armée est composée de tous les types de troupes : infanterie, dont des chasseurs, cavalerie, artillerie et génie civil. On peut douter du fait que l'armée ait jamais atteint sa pleine puissance, en particulier dans les petits contingents, du fait du manque de moyens financiers[5]. Chaque corps d'armée était normalement constitué de deux divisions, elles-mêmes constituées de deux brigades, constituées de deux régiments. Il y avait également des exceptions à cette organisation avec 4 bataillons d'infanterie pour une brigade ou des régiments de cavalerie constitués de 4 escadrons. Un bataillon comportait normalement 1 200 hommes, toutefois la taille des compagnies variait de 120 à 250 hommes. Les escadrons comptaient 120 à 180 cavaliers et les batteries d'artillerie 8 canons. En temps de paix seule une partie des troupes était maintenue, une « souche », représentant dans l'infanterie environ 5/6 des officiers, 3/4 des sous-officiers et 1/6 des troupes. Dans la cavalerie 2/3 des troupes étaient toujours disponibles. La disposition des troupes était laissée à l'appréciation des commandants, contingent par contingent. À l'époque un service militaire n'existait qu'en Prusse, les autres États utilisant encore un système de conscription. Dans certaines armées le mercenariat était encore présent[7].

Les troupes

La plus grosse partie des troupes était formée par l'infanterie. Les noms des différentes troupes étaient souvent issus de traditions, ainsi en général le mot Füsilier désigne les troupes à pied, bien que le terme Musketier (mousquetaire) était également d'usage en Prusse selon l'unité concernée. On différenciait également les grenadiers qui de par leur maniement dangereux de grenades étaient séparés du reste de l'infanterie. Leur prestige était d'ailleurs supérieur à celui des autres fantassins.

Les chasseurs armés de carabines n'étaient utilisés que dans des cas particuliers. Pour cette raison leur nombre était limité à 5 % du total. L'unité tactique était le bataillon, les compagnies et régiment étant plutôt des divisions d'ordre administratif et pour l'organisation logistique.

L'unité tactique pour la cavalerie était l'escadron. On opérait une différence entre cuirassiers, dragons, uhlans, hussards et chevau-légers. Les cuirassiers faisaient partie de la cavalerie lourde, la taille des chevaux était en adéquation avec le poids de l'équipement. Le coût d'un tel ensemble était très élevé et les petits États y renonçaient en général. Ils étaient principalement utilisés pour porter une attaque décisive à l'ennemi. Les dragons étaient à l'origine de l’infanterie utilisant des chevaux pour se déplacer plus rapidement sur des points stratégiques du champ de bataille. Cependant leur rôle a évolué pour en faire des cavaliers à part entière, comptés soit dans la cavalerie lourde soit dans la cavalerie légère selon leur équipement. On peut dire la même chose des uhlans, dont l'uniforme rappelle leurs origines tartares et polonaises. Ils étaient caractérisés par le port d'une lance. Les hussards font eux partie de la cavalerie légère, constituée principalement de volontaires, leur grande portée leur permettait d'aller harceler l’ennemi derrière ses lignes. Les chevau-légers, font eux aussi partie de la cavalerie légère. C'est surtout un autre nom pour les dragons.

L'artillerie était divisée en 3 groupes : la Fahrende Artillerie (artillerie itinérante), la Berittene Artillerie (artillerie tirée par des chevaux) et la Fußartillerie (artillerie à pied). Dans le premier groupe, les canonniers étaient assis sur le canon. Pour la Berittene Artillerie, chaque soldat disposait d'un cheval afin de se déplacer rapidement. Cela était particulièrement utilisé quand on avait besoin d'un important renfort d'artillerie à un endroit précis. La Fußartillerie était de l'artillerie lourde, de longue portée. Les canonniers marchaient dans ce cas là à côté des canons[8].

Les grands États étaient responsables du génie. Les sapeurs s'occupaient de la construction ou la destruction de retranchements, les mineurs s'occupaient de la pose des mines, les pontonniers de la construction des ponts. Cependant, toutes ces troupes n'étaient pas rassemblées et parmi l'infanterie se trouvaient ainsi des sapeurs et des charpentiers pour surmonter rapidement les premiers obstacles. Lors des parades militaires, les sapeurs défilaient toujours devant l'infanterie en raison de leurs uniformes particulièrement pompeux. Le train s'occupait de son côté du ravitaillement. Lorsque celui-ci venait à manquer, des réquisitions auprès des fermiers locaux avaient lieu afin de s'approvisionner en foin.

Armement

L'armement de l'infanterie, qui avait peu changé en 120 ans, est constituée d'une arme à chargement par la bouche à canon lisse à la fois bon marché et de moindre qualité. La précision était assez mauvaise, du fait que le canon était rapidement rempli par des trainées de poudre non consumée qui déviaient le projectile. À cause de cela, on utilisait des boulets de diamètre inférieur à celui du canon, ce qui rendait ineffectif le guidage du projectile. La portée effective des armes était ainsi limitée à 300 m. De plus, les dégagements de fumée engendrée par les armes réduisaient la visibilité à tel point, que sans vent, deux salves de suite étaient impossibles. Cela obligeait à effectuer des tirs groupés. Ce manque de visibilité explique aussi les couleurs vives des uniformes, qui permettaient encore aux commandants de distinguer et donc de diriger leurs troupes. Dans toutes les armées, les silex des détonateurs, très sensibles à l'humidité, furent remplacés dans les années 1830 par des munitions utilisant le fulminate de mercure. Cette évolution technologique se fit sans difficulté. À partir des années 1850, on voit apparaître les canons rayés chargés avec des balles creuses en plomb à pointe, venant remplacer les anciennes balles rondes. Les gaz dégagés par la poudre font pression sur le creux de la cartouche qui remplit alors tout l'espace disponible dans le canon qui la guide alors de manière correcte, la portée et la précision s'en trouvent améliorées. Afin d'améliorer le ravitaillement, une proposition d'harmonisation des munitions à un calibre de 13,9 mm, calibre déjà utilisé en Autriche, fut menée par les États du sud en 1856. Cette initiative est nommée la Vereinsgewehr[9]. Les chasseurs étaient eux munis de carabines, plus précises que les fusils utilisés initialement par les fusiliers, mais dont le rechargement était nettement plus long. Il fallait, en effet, envelopper la munition avec un emplâtre puis la pousser dans le canon au moyen d'un marteau. La dernière amélioration notable dans l'armement de l'infanterie de l'armée de la confédération germanique est l'apparition des fusils à aiguille Dreyse prussiens.

Dans la cavalerie, les cuirassiers étaient équipés d'une épée, le pallasch (de), identique à celle qu'ils utilisaient déjà lors de la guerre de Trente Ans. Ils portaient en plus en général deux pistolets, placés dans des étuis sur leurs selles. Les uhlans portaient eux une lance. La cavalerie légère était armée de sabres, pistolets et de carabines à canon court, ce qui permettait de les recharger en selle.

La Fahrende Artillerie et la Berittene Artillerie utilisaient presque exclusivement deux calibres de canons à savoir 6 livres et 12 livres, ces unités de poids correspondant à la masse des boulets de fer utilisés. De manière exceptionnelle on trouvait également des canons de 8 livres. L'artillerie faisait également l'emploi d'obusiers, dont les munitions explosaient en arrivant sur la cible. Des boîtes à mitraille, constitués de nombreuses petites balles de plomb, servaient parfois de munitions à courte portée contre l'infanterie. Une amélioration fut apportée à ce type d'armement en 1830 environ avec l'apparition des shrapnels, dont la portée et l'efficacité étaient supérieures. Par ailleurs, peu après l'introduction des canons rayés pour les fusils de l'infanterie furent introduits les canons rayés pour l'artillerie. En 1850, l'évolution technologique vers ce type d'armement était presque terminée, les obus avaient remplacé les balles rondes.

La Fußartillerie était équipée de canons de 12 livres et de 24 livres, d'obusier et de mortiers. Elle tirait par-dessus les troupes alliées et tentait de gêner l'avance ennemie. L'union des troupes était déterminante dans les batailles de l'époque. L'artillerie à pied servait aussi lors de siège, cependant les grands États possédaient des canons spécialement prévus à cet effet qui n'étaient sortis des arsenaux qu'en cas de besoin. L'unité militaire tactique dans l'artillerie était la batterie de 4 à 6 canons[7],[8].

Uniformes et équipements

Malgré l'expérience acquise des guerres napoléoniennes, l'uniforme militaire avait peu évolué depuis lors. La coupe et le style des uniformes étaient à la mode de l'époque, l'apparence prenait le pas sur l'aspect pratique. Les uniformes des fantassins ressemblaient à une queue-de-pie. Afin de donner un aspect repassé à l'uniforme lors des parades militaires, les soldats bourraient parfois leur uniforme avec de vieux chiffons. Ces uniformes n'offraient aucune protection contre le froid, la pluie ou le vent et restreignaient les mouvements de leurs porteurs. Les pantalons avaient une coupe longue et comportaient une bande de tissu sous les pieds évitant qu'il ne remontent et ainsi lui donnait une allure plus stricte. En été, les pantalons d'uniformes de certains États étaient faits de lin blanc. L'armée autrichienne était également habillée avec des guêtres et des bottes. La plupart des soldats de l'époque suivaient la mode en portant des chaussures tailles hautes. Souvent les deux chaussures étaient indifférenciées et s'adaptaient à la forme des pieds avec le temps.

Le couvre-chef utilisé était un shako. Le cylindre le formant faisait jusqu'à 40 cm de haut et était recouvert d'une toile cirée. Des lacets, des emblèmes métalliques, des étoiles et d'autres insignes le décoraient et le rendaient relativement lourd. Les troupes bavaroises faisaient exception et portaient un casque surmonté d'une crête de fourrure. Certaines gardes portaient également des couvre-chefs faits de peau d'ours. Par ailleurs, les sangles des sacs à dos militaire peu abouties, la baïonnette et le sac de munitions entravaient également les mouvements des soldats. De plus, ils portaient dans leur équipement tout ce dont ils avaient besoin, y compris des sardines de tentes, des pelles, des hachettes… au total l'équipement total approchait les 40 kg.

Les cavaliers portaient des équipements différents en fonction de leur fonction. Les cuirassiers portaient encore le harnois complet, par la suite la pièce protégeant le dos fut abandonnée par la majorité des armées. Sous cette armure, ils étaient habillés d'une veste d'uniforme, d'un pantalon long et d'un casque avec ou sans crête de fourrure. Les dragons et les chevau-légers portaient soit un heaume soit un shako selon leur armée. Les uhlans portaient une coiffure à part, un casque surmonté d'une rectangle appelé Chapska. Les hussards portaient un uniforme d'inspiration hongroise, constitué d'un dolman et d'un fourreau typique, ils portaient également la moustache[10].

Dans les années 1840, l'uniforme évolue lentement en abandonnant la queue-de-pie pour l'usage d'une veste d'uniforme dite Waffenrock, plus adaptée aux besoins des soldats. Le casque à pointe, encore assez allongé à l'époque, fait son apparition en Prusse[11],[12].

Formation militaire

Sentinelle autrichienne en 1839

Lors de la constitution de l'armée de la Confédération germanique, une formation militaire complète des troupes y étant ralliées était prévue. Les guerres napoléoniennes avaient pourtant laissé un grand nombre d'États dans une situation les empêchant de subvenir à une telle dépense. Seules quelques écoles des cadets virent le jour. Dans ces conditions il était impossible de s'entraîner aux grandes manœuvres militaires. Dans les petits États les soldats étaient de plus occupés à des tâches annexes, limitant leurs disponibilités. La mauvaise qualité des armes à canon lisse rendait les exercices de tir peu concluants ; cela changea toutefois avec l'apparition des canons rayés. Des manœuvres avec plusieurs corps d'armée différents n'ont pour ainsi dire jamais eu lieu. En 1843, il est toutefois à noter un exercice du Xe corps d'armée dans le Lüneburger Heide, mais qui avait plus vocation à faire le spectacle qu'à travailler la tactique.

Dans les grands États, les futurs officiers recevaient une éducation centrée sur les connaissances dont ils auraient plus tard besoin. La gamme d'apprentissage proposée était particulièrement étendue dans les domaines de l'artillerie et de l'ingénierie, mais également dans l'art de la guerre. Jusqu'en 1846, aucune inspection ne fut réalisée, il est donc difficile d'évaluer le niveau réel de l'éducation reçue. Dans certaines armées, la formation était ainsi quelque peu déficiente. C'est seulement en 1846, qu'est décidée l'instauration par des généraux d'un examen commun pour les troupes. Cependant celui-ci se déroulant tous les 5 à 7 ans, cela n'eut que peu d'effet sur le niveau global des troupes[9].

En 1859, avec la seconde guerre d'indépendance italienne apparurent au grand jour les faiblesses de l'armée de la Confédération germanique[13]. Seule la Prusse en tira les conséquences et réforma son armée en 1859 et 1860. Les améliorations dans le domaine de l'armement et de la formation font de l'armée prussienne un modèle pour les autres armées du nord de l'Allemagne.

Les plus petites armées se reposèrent alors de plus en plus sur la Prusse. Ainsi en 1861, les premières conventions militaires sont signées avec la Saxe-Cobourg et Gotha et en 1862 avec la Saxe-Altenburg.

Fortification

Fort Thüngen faisant partie de la forteresse du Luxembourg.
Plan de la fortification d'Ulm.

L'armée de la confédération possédait des forteresses de premier ordre. Dès 1818 le comité militaire de l'armée siégeant à Francfort décida la construction de fortifications pour sécuriser la frontière avec les pays non membres de la confédération. Les ressources permettant de financer ces constructions provenaient des dédommagements de guerre versées par la France en 1815. Depuis la guerre de Trente Ans cette dernière s'était avérée être l'adversaire le plus dangereux pour l'Allemagne, pour cette raison les forteresses de Luxembourg, Landau, Mayence, Rastatt (de) et Ulm (de) reçurent une attention particulière. Vinrent s'ajouter les forteresses d'Ingolstadt (de) et de Germershein (de) en Bavière, sans oublier celles de Coblence (de) et de Sarrelouis en Prusse. Ces places-fortes étaient dirigées par des militaires de l'armée de la confédération germanique. Elle choisissait également la composition des garnisons les protégeant, ainsi à Luxembourg la garnison est constituée au 3 quarts de soldats prussiens et le quart restant par des soldats luxembourgeois. Un général prussien en assurait la gouvernance. À partir du traité de 1856, l'intégralité des garnisons est également prussienne. Mayence et Coblence devaient protéger le Rhin moyen. Mayence possédait 7 000 hommes en temps de paix et pouvait en contenir jusqu'à 20 000 en temps de guerre. La garnison était constituée d'autant de Prussiens que d'Autrichiens, auxquels venait s'ajouter un régiment du Grand-duché de Hesse, sur lequel se trouvait la ville. Lors de la guerre de 1866, ce sont des troupes de Hesse-Cassel qui assurèrent la défense de la forteresse principalement. Dans la forteresse de Landau stationnent des troupes bavaroises en temps de paix. Elles devaient être rejointes par des troupes du Grand-duché de Bade en temps de guerre. À Ulm, les troupes provenaient de Wurtemberg et d'Autriche. À Neu-Ulm, elles venaient de Bavière. Les gouverneurs de ces forteresses furent alternativement de Bavière et du Wurtemberg. Enfin à Germersheim, Ingolstadt, Coblence et Sarrelouis stationnaient des troupes locales. Les autres forteresses se trouvant sur le territoire de la confédération n'étaient certes pas dirigées par celle-ci mais en cas de conflit se retrouvaient automatiquement dans le dispositif de défense du pays[14],[15],[16].

Bannière et symboles

Bannière d'un régime autrichien
Infanterie et drapeau hongrois, l'officier porte un « Zwoagerl » sur son shako

Sur le champ de bataille chaque bataillon portait une bannière. Elle était extrêmement importante, en effet après chaque salve la fumée dégagée par les tirs réduisait fortement la visibilité. La bannière donnait un point de ralliement évitant que ce manque de visibilité désorganise l’armée. Les bannières étaient blanches jusqu'en 1848. Par la suite, la bannière noir-rouge-or s'impose partout sauf en Autriche. Cela ne dure qu'un temps, mais en 1866, les troupes des États du sud la remettent au goût du jour. Il est à noter que les troupes de Francfort ont porté de manière continue cette cocarde. Les troupes autrichiennes portaient soit une feuille de chêne à trois branches soit une branche de sapin sur leurs chapeaux[17]. Cet emblème était appelé « Zwoagerl ».

Sources

Bibliographie

  • (de) Johann Christoph Allmayer-Beck (de) et Erich Lessing, Die K.(u.)K.-Armee. 1848–1918, Munich, Bertelsmann, (ISBN 978-3-570-07287-5)
  • (de) Jürgen Angelow, Von Wien nach Königgrätz – Sicherheitspolitik des deutschen Bundes, Munich, Oldenbourg, , 418 p. (ISBN 978-3-486-56143-2, BNF 37169057)
  • (de) Georg Ball, Germersheim. „Die geschleifte Festung“. Geschichte und Führer, Spire, Verlag der Dr. E. Jaegerschen Buchhandlung,
  • (de) Siegmund Bergmann, « Die Infanterie des Kaisers und Königs », Moderne Illustrierte Zeitung, Vienne,‎
  • (de) Officieller Bericht über die Kriegsereignisse zwischen Hannover und Preußen im Juni 1866 und Relation der Schlacht bei Langensalza am 27. Juni 1866, Vienne, Gerold,
  • (de) Gordon A. Craig, Königgrätz. 1866 : eine Schlacht macht Weltgeschichte, Vienne, Zsolnay, (ISBN 978-3-552-04824-9)
  • (de) Heinrich A. Eckert, Das deutsche Bundesheer, Munich,
  • (de) Liliane Funcken et Fred Funcken, Historische Uniformen. Napoleonische Zeit, 18. und 19. Jahrhundert. Preussen, Deutschland, Österreich, Frankreich, Grossbritannien, Russland, Munich, Orbis-Verlag, (ISBN 978-3-572-07442-6)
  • (de) Franz Herre, Franz Joseph. Kaiser von Österreich, Augsbourg, Bechtermünz, (ISBN 978-3-86047-814-1)
  • (de) Ian Hogg et John Batchelor, Artillerie. Das Geschütz, Eisenbahngeschütze, Küstengeschütze, Flak, Pak, Geschütze auf Selbstfahrlafetten, rückstossfreie Geschütze, Zünder, Munich, Heyne, coll. « Die Geschichte der Artillerie », (ISBN 978-3-453-52068-4)
  • (de) Otmar Schäuffelen, Die Bundesfestung Ulm und ihre Geschichte. Europas größte Festungsanlage, Ulm, Vaas, , 208 p. (ISBN 978-3-88360-019-2)
  • (de) Georg Schreiber (de), Des Kaisers Reiterei. Österreichische Kavallerie in 4 Jahrhunderten, Vienne, Speidel,
  • (de) Rüdiger Wischemann, Die Festung Koblenz. Vom römischen Kastell und Preussens stärkster Festung zur grössten Garnison d. Bundeswehr, Coblence, Rhenania,

Références

  1. Herre 1997, p. 110.
  2. Eckert 1835, p. 16.
  3. Allmayer-Beck, Lessing 1974, p. 65.
  4. Allmayer-Beck, Lessing 1974, p. 72.
  5. (de) Sammlung von Augenzeugenberichten über die Schlacht bei Langensalza 1866, Rockstuhl,
  6. Craig 1997.
  7. Eckert 1835
  8. Hogg 1977, p. 3
  9. Bergmann 1914
  10. Schreiber 1967, p. 247.
  11. Funcken 1989, p. 288, 347, 381.
  12. Eckert 1835, p. 35.
  13. Allmayer-Beck, Lessing 1974, p. 55.
  14. Ball 1930.
  15. Wischemann 1978.
  16. Schäuffelen 1982.
  17. Allmayer-Beck/Lessing 1974, p. 12.

Articles connexes

Médias utilisés sur cette page

Middle Arms of the Kingdom of Bavaria.svg
Auteur/Créateur: Glasshouse, Licence: CC BY-SA 4.0
Middle Arms of the Kingdom of Bavaria
Flag of Liechtenstein (1852-1921).svg
Flagge Liechtensteins (1852-1921)
Gardes du Corps (Hannover).jpg
Garde du Corps des Königreichs Hannover Mitte des 19. Jahrhunderts
Flagge Königreich Württemberg.svg
Flag of the Kingdom of Württemberg; Ratio (3:5)
2. Badisches Dragoner Rgt.jpg
Trompeter des 2. Badischen Dragoner-Regiments um 1830
Flagge Großherzogtum Baden (1871-1891).svg
Flag of the Grand Duchy of Baden 1855-1891; Ratio (3:5)
Frankfurt am Main Barrikade 1848.jpg
Frankfurt on the Main: Escalade of the barricade at the Konstablerwache (Konstabler guard post); the contemporary depiction shows the arrival of the hessian artillery at the Zeil in the evening of September 18, 1848. In the background the barricade as well as the baroque Loewenapotheke (Lion's apothecary) in the Allerheiligengasse are visible. After futile negotiations the artillery took place and gunned the barricade down.
Fort Thüngen.JPG
Auteur/Créateur: Peter Weller, Licence: CC-BY-SA-3.0
Fort Thüngen in Luxemburg
Ö.u. Husaren 1830.jpg
Österreichisch-ungarische Husaren Mitte des 19. Jahrhunderts
HannArt.jpg
kgl. Hannoversche Feldartillerie um 1835-1845
Flagge Herzogtum Sachsen-Coburg-Gotha (1826-1911).svg
Flag of the duchy of Saxe-Coburg & Gotha 1826-1911; Ratio (2:3)
Holstein Arms.svg
Auteur/Créateur: Ipankonin, Licence: CC-BY-SA-3.0

Coat of arms of Holstein

Blazon: Gules, a nesselblatt argent.
FrankfurtInf.jpg
Infanterie der Stadt Frankfurt Mitte des 19.Jahrhunderts
Wappen-HH (1736–1866).svg
Auteur/Créateur: Ziegelbrenner, Licence: CC-BY-SA-3.0
Coat of arms of the landgraviate of Hesse-Homburg
Flagge Fürstentum Reuß jüngere Linie.svg
Flag of the principality of Reuß Younger Line; Ratio (4:5) may also be (5:6)
Flagge Fürstentum Lippe.svg
Flag of the principality of Lippe; Ratio (2:3)
Flagge Großherzogtümer Mecklenburg.svg
Flag of the Grand Duchies of Mecklenburg-Strelitz and Mecklenburg-Schwerin; Ratio (2:3)
Preussen 7. Kür.jpg
Trompeter des 7.Kürassier-Regiments
Chevauxlegers.jpg
Hessische Chevauxlegers
Kurhess GardeInf.jpg
Kurhessische Gardeinfanterie
Flag of Bavaria (striped).svg
Flag of Bavaria (striped)
Flag of Hanover 1837-1866.svg
Auteur/Créateur: User:Kalan, User:F l a n k e r (crown), Licence: CC BY-SA 2.5
Flag of Hanover during 1837—1866.
Oldenburg Inf 2.jpg
Oldenburgische Infanterie um 1830
Festung Ulm.jpg
Plan der Festung Ulm
Flag of Germany (3-2 aspect ratio).svg
Drapeau de l'Allemagne avec proportions 3:2, au lieu de 3:5, utilisé par la Confédération germanique et le Reich allemand (1919–1933)
Flagge Großherzogtum Sachsen-Weimar-Eisenach (1813-1897).svg
Flag of the Grand Duchy of Saxe-Weimar-Eisenach 1813-1897; Ratio (2:3)
Langensalza.jpg
Preußische Artillerie bei Langensalza 1866
Flagge Fürstentümer Schwarzburg.svg
Flag of the principalities of Schwarzburg-Sondershausen and Schwarzburg-Rudolstadt; Ratio (2:3)
Flagge Königreich Sachsen (1815-1918).svg
Flag of the Kingdom of Saxony; Ratio (2:3)
Flagge Großherzogtum Hessen ohne Wappen.svg
Flag of the Grand Duchy of Hesse without arms; Ratio (4:5)
NassauPio.jpg
Nassauische Pioniere
SächsGarde.jpg
kgl. Sächsische Gardeinfanterie Mitte des 19. Jahrhunderts
Flagge Fürstentum Schaumburg-Lippe.svg
Flag of the principality of Schaumburg-Lippe; Ratio (2:3), c. 1880–1935
Blason Duché d'Anhalt.svg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC BY 3.0
Flagge Herzogtum Braunschweig.svg
Flag of the duchy of Brunswick; Ratio (2:3)
FüLipDet.jpg
Füsiliere Lippe-Detmold
Flag of the Habsburg Monarchy.svg

↑ Civil flag or Landesfarben of the Habsburg monarchy (1700-1806)
↑ Merchant ensign of the Habsburg monarchy (from 1730 to 1750)
↑ Flag of the Austrian Empire (1804-1867)
↑ Civil flag used in Cisleithania part of Austria-Hungary (1867-1918)
House colours of the House of Habsburg
K.k. Ungarische Infanterie.jpg
k.k. ungarische Infanterie Mitte des 19. Jahrhunderts
Carl Schindler, Die Schildwache in das Gewehr rufend.jpg
allemand : Die Schildwache, in das Gewehr rufend
title QS:P1476,de:"Die Schildwache, in das Gewehr rufend"
label QS:Lde,"Die Schildwache, in das Gewehr rufend"
Flag of Saxe-Altenburg (1893-1918).svg
Auteur/Créateur: Sir Iain, Licence: CC BY-SA 3.0
Flag of Saxe-Altenburg between 1893 and 1918.
Flagge Fürstentum Reuß ältere Linie.svg
Flag of the principality of Reuss Elder Line; Ratio (27:34)
Flagge Luebeck.svg
Flag of the German hanseatic town of Lübeck