Arecaceae

Les palmiers, palmacées, Palmae, ou arécacées, Arecaceae, – les deux noms sont reconnus – forment une famille de plantes monocotylédones. Facilement reconnaissables à leur tige ligneuse non ramifiée, le stipe, surmonté d'un houppier de feuilles pennées ou palmées, les palmiers symbolisent les paysages tropicaux et méditerranéens, notamment leurs côtes et les oasis des déserts chauds.

Étymologie

Le nom vient du genre-type Areca forme latinisée du nom vernaculaire, dans la région de Malabar (Indes), de l'aréquier ou palmier à bétel (Areca catechu), producteur des noix d'arec ou noix de bétel[1].

Description

Coupe d'un stipe de palmier montrant l'absence des anneaux de croissance typiques des arbres.

C'est une famille de plantes généralement arborescentes connues sous le nom de palmiers, à « bois » atypique n'ayant pas de cambium pour assurer une croissance en largeur typique d'un tronc, parfois à l'aspect de lianes ou d'arbustes. Elle est répandue dans toute la zone intertropicale. Seules deux espèces (Phoenix theophrasti, le dattier de Crète) et le palmier nain (Chamaerops humilis) sont spontanées en Europe.

Le palmier n'a pas de tronc mais un stipe, tige remplie de moelle ou de fibres, formée par un faisceau de pétioles de feuilles palmées ou pennées. Il n'a pas non plus de branches mais des palmes, qui selon les espèces peuvent avoir la forme d'un éventail (feuilles palmées), d'une plume (feuilles pennées) ou d'une structure intermédiaire entre ces deux formes (feuilles costapalmées).

L'inflorescence est déterminée (ou cymeuse, c'est-à-dire avec un axe principal terminé par une fleur), paraissant souvent composée-spiciforme[2]. Les fleurs sont hermaphrodites ou unisexuées, généralement sessiles et à périanthe décomposé en 3 sépales, généralement 3 pétales, 3 ou 6 étamines (ou plus), 3 carpelles parfois jusqu'à 10, un ovule dans chaque loge. Le fruit est une drupe, souvent fibreuse ou rarement une baie.

Plante à la fois archaïque (ancienne) et très complexe, elle peut s'adapter à des conditions climatiques diversifiées (de la forêt équatoriale au désert aride). Sensibles au gel, les palmiers ne dépassent pas la latitude de 50° au Nord ou au Sud et préfèrent les nombreuses contrées tropicales. Quelques espèces sont à leur aise sous un climat semi-tempéré (méditerranéen ou subtropical humide), et une espèce (Trachycarpus fortunei) pousse sous climat tempéré de montagne.

Histoire évolutive

Une palme fossilisée de Palmites.
Palmier fossilisé, Fonds Eugène Trutat, Muséum de Toulouse

Les palmiers occupent une place à part dans le monde végétal, parce qu'ils comptent parmi les plus anciennes espèces de plantes depuis 80 millions d'années. La datation des plus anciens fossiles de palmiers les donne du début du Crétacé, il y a environ 120 millions d'années[3]. De nombreux fossiles de palmiers ont été découverts en Europe sur des terrains datant de l'Oligocène (38 millions d'années) au Miocène (6 millions d'années). Ils témoignent d'une ancienne période de climat tropical.

Classification

Généralités

La famille des arécacées comprend (selon Watson & Dallwitz) plus de 2 500 espèces réparties en plus de 200 genres, dans les régions tropicales, subtropicales et tempérées chaudes, de l'Afrique aux Amériques et à l'Asie :

D'un point de vue botanique, les palmiers sont des monocotylédones et ne sont donc pas des arbres, mais des « herbes géantes » : ils ne possèdent pas de vrai bois au sens botanique, l'épaississement du stipe résultant de l'addition répétée de faisceaux appelée « croissance secondaire diffuse », processus différent de celui à l'origine de la formation du bois des dicotylédones et des gymnospermes.

Cela n'empêche pas les Ceroxylon des Andes de posséder les plus hauts stipes du monde (40 à 60 m). Quant au cocotier du Chili, il présente un stipe de plus d'1 m de diamètre.

La classification phylogénétique APG II (2003)[4] et la classification phylogénétique APG III (2009)[5] rattachent cette famille à l'ordre des Arécales inclus dans le grand groupe des Commélinidées.

Le Angiosperm Phylogeny Website (20 avril 2007)[6] reconnait 5 sous-familles :

  • Calamoideae
  • Nypoideae
  • Arecoideae
  • Coryphoideae
  • Ceroxyloideae, qui inclut l'ancienne sous-famille des Phytelephantoideae devenu la tribu Phytelepheae

Les genres les plus connus pour cette famille sont les suivants : Areca, Bismarckia, Borassus, Brahea, Butia, Calamus, Cocos, Copernicia, Corypha, Elaeis, Euterpe, Hyphaene, Jubaea, Latania, Mauritia, Metroxylon, Phoenix, Raphia, Roystonea, Sabal, Salacca, Syagrus, Trachycarpus, Washingtonia.

Liste des genres

Écologie

(c) Jarek Tuszyński / CC-BY-SA-3.0
Une oasis avec des palmiers à jupon dans le parc national de Joshua Tree, en Californie.

Milieux de vie

Les palmiers, largement répandus dans les régions intertropicales, font partie intégrante de l'écosystème tropical. Un grand nombre d'espèces poussent dans les forêts pluvieuses tropicales, au niveau de la canopée et dans la strate arborescente inférieure. Les palmiers poussent également dans des endroits durablement humides, comme les marais, à proximité des mangroves et sur les rives des fleuves. Ils prospèrent également dans les zones au climat subtropical humide ou méditerranéen, semi-arides et arides de plaines. Dans la cordillère des Andes on les rencontre encore à 4 000 mètres d'altitude. On les trouve aussi dans les oasis, notamment au Sahara.

Parasites et maladies

Entre autres, deux insectes ravageurs de palmiers :

  • Rhynchophorus ferrugineus - Le charançon rouge des palmiers (CRP) ;
  • Paysandisia archon - Le papillon ravageur du palmier.

Le papillon de nuit (hétérocère) suivant se nourrit de palmier :

Les palmiers et l'homme

Symbolisme

Toutes les civilisations de la Méditerranée les ont vénérés[10]. Ils symbolisent l' « arbre de vie », la fécondité et le succès[11] et, du point de vue des images paysagères, les déserts chauds, les côtes et les paysages tropicaux.

Économie

La palmeraie d'Elche située à Elche en Espagne).

Les palmiers sont des plantes parmi les plus utiles dans l'économie agricole des pays des zones tropicales où ils ne sont dépassés en importance que par les graminées. Toutes les parties de la plante sont employées de manière très variée. Les fruits, noix de coco ou dattes, font partie depuis des millénaires des aliments de base des populations vivant sous les tropiques. Avec le « bois » des stipes, on fabrique des planchers et des murs, et avec les feuilles on réalise la couverture des maisons.

Les représentants les plus importants de cette famille sur le plan économique sont les suivants :

Utilisations des palmiers

Des dattes sur un dattier.
  • usage alimentaire : dattes, noix de coco, sucre, vin de palme, coprah, sagou (fécule), chou palmiste (cœur de palmier), huile de palme, chenilles
  • usage thérapeutique : noix d'arec, sang-dragon
  • usage industriel : cire de palmier, fibres textiles (raphia, rônier, crin végétal), rotin pour vannerie, ivoire végétal
  • usage ornemental : parcs et jardins, avenues, plantes d'appartement (kentia)
  • usage médical : par exemple, les baies de Serenoa utilisés (industriellement) pour lutter contre l'adénome prostatique
  • construction : dans de nombreux pays (Polynésie, Panama, Thaïlande, Philippines, Nouvelle-Guinée, Indonésie, Amazonie, Sahara), les palmiers servent de matériau de construction. Tout d'abord, on se sert des stipes des palmiers pour établir la structure principale de la construction (charpente, poutre). Ensuite, pour réaliser la toiture, on se sert des feuilles qui ont la propriété de former une excellente couche étanche. Les cloisons intérieures quant à elles sont réalisées à partir de folioles tressées. Dans la péninsule Arabique, on utilise les palmes de palmier (arish) pour construire des maisons peu onéreuses mais éphémères. L'architecture contemporaine commence à remettre à l'honneur cette technique traditionnelle.

Galerie

Annexes

Articles connexes

Bibliographie

  • Alain Hervé, Le palmier, Arles, Actes Sud, coll. « Le Nom de l'arbre », (ISBN 978-2-7427-2147-4). Alain Hervé est fondateur de l'association Les Fous de palmiers.

Références taxinomiques

Liens externes

Notes et références

  1. (en) Maarten J M Christenhusz, Michael F Fay et Mark W. Chase, Plants of the World : An Illustrated Encyclopedia of Vascular Plants, Chicago, The University of Chicago Press, , 792 p. (ISBN 978-0-2265-2292-0), p. 179
  2. Walter S Judd, Campbell, Kellog et Stevens (trad. Jules Bouharmont et Chrales-Marie Evrard), Botanique systématique : Une perspective phylogénétique, De Boeck Université, coll. « Dbu Sciences Sc », , 488 p. (ISBN 978-2-7445-0123-4)
  3. Pierre Olivier Albano, La connaissance des palmiers : culture et utilisation : les principales espèces utiles et ornementales pour jardins tempérés et tropicaux, Aix-en-Provence, Édisud, , 359 p. (ISBN 978-2-7449-0303-8).
  4. (en) Angiosperm Phylogeny Group, « An update of the Angiosperm Phylogeny Group classification for the orders and families of flowering plants: APG II », Botanical Journal of the Linnean Society, Wiley-Blackwell, Linnean Society of London et OUP, vol. 141, no 4,‎ , p. 399–436 (ISSN 0024-4074 et 1095-8339, DOI 10.1046/J.1095-8339.2003.T01-1-00158.X)
  5. (en) Angiosperm Phylogeny Group, « An update of the Angiosperm Phylogeny Group classification for the orders and families of flowering plants: APG III », Botanical Journal of the Linnean Society, Wiley-Blackwell, Linnean Society of London et OUP, vol. 161, no 2,‎ , p. 105–121 (ISSN 0024-4074 et 1095-8339, DOI 10.1111/J.1095-8339.2009.00996.X)
  6. Stevens, P. F. (2001 onwards). Angiosperm Phylogeny Website. Version 14, July 2017 [and more or less continuously updated since]." will do. http://www.mobot.org/MOBOT/research/APweb/, consulté le 20 avril 2007
  7. WCSP. World Checklist of Selected Plant Families. Facilitated by the Royal Botanic Gardens, Kew. Published on the Internet ; http://wcsp.science.kew.org/, consulté le 19 avr. 2010
  8. NCBI, consulté le 19 avr. 2010
  9. Integrated Taxonomic Information System (ITIS), www.itis.gov, CC0 https://doi.org/10.5066/F7KH0KBK, consulté le 20 avr. 2010
  10. Robert Ali Brac de La Perrière, Le Palmier-dattier, Aix-en-Provence, Édisud, 1995, p. 38-39 (ISBN 9973-22-016-1)
  11. Chaké Matossian. La fonction symbolique du palmier

Médias utilisés sur cette page

Icone botanique01.png
Auteur/Créateur: Original téléversé par Pixeltoo sur Wikipédia français., Licence: CC-BY-SA-3.0
Oxalis tetraphylla
Images from Wiki Loves Africa 2017 (2) Workers make palm leaves of fruit and vegetables.jpg
Auteur/Créateur: Khaled basyouny, Licence: CC BY-SA 4.0
Ceci est une image d' "Africain ou Africaine au travail" en/au
Nipa palms in mangrove swamp, Iriomote Island, Okinawa, Japan.jpg
Auteur/Créateur: Anagounagi, Licence: CC BY-SA 4.0
Nypa fruticans (Mangrove Palm, Nipa Palm, Nypa Palm) in Iriomote Island of the Yaeyama Islands, Okinawa, Japan
Phoenix canariensis 003.jpg
Auteur/Créateur: H. Zell, Licence: CC BY-SA 3.0
Phoenix canariensis Chabaud (1882), nom. cons. prop., Canary Island Date Palm; Eco Finca Molino de Agua, Fataga, Gran Canaria, Canary Islands, Spain.
Livistona chinensis Brest.jpg
© Citron, CC BY-SA 3.0

Livistona chinensis

institution QS:P195,Q2994486
Palmae, Brisbane.jpg
Auteur/Créateur: Cyron Ray Macey from Brisbane (-27.470963,153.026505), Australia, Licence: CC BY 2.0
Palmae in Brisbane, Queensland
District-Kudat Sabah Coconut-trees-at-the-road-to-Kg-Loro-Kecil-01.jpg
Photo by CEphoto, Uwe Aranas or alternatively © CEphoto, Uwe Aranas, CC BY-SA 3.0
Kg. Loro Kecil, Kudat, Sabah: Coconut trees along the road to Loro Kecil and Longgom Kecil
Images from Wiki Loves Africa 2017 (1) Workers make palm leaves of fruit and vegetables.jpg
Auteur/Créateur: Khaled basyouny, Licence: CC BY-SA 4.0
Ceci est une image d' "Africain ou Africaine au travail" en/au
Fossil Sabalites sp palm.jpg
This fossil palm leaf (Sabalites sp.) [but identified as Palmites at the 2013 website) is on display in the Fossil Butte Visitor Center. The existence of palm fossils in the Green River Formation shows that when the sediments were deposited in this portion of the Green River Basin in Eocene time that the climate was subtropical and probably close to sea level in elevation.

The URL of this page is: http://3dparks.wr.usgs.gov/2006/fossilbutte/html2/fossil18.htm [dead link] 2103 URL: http://www.nps.gov/media/photo/gallery.htm?id=F17B1C64-155D-451F-6765341D9B8E553F&tagid=0&maxrows=20&startrow=21

All color photography on this website was taken by Phil Stoffer (USGS) unless otherwise stated on the image caption text. All images are "public domain."
Vancouver palms englishbay.jpg
Auteur/Créateur: keepitsurreal, Licence: CC BY-SA 2.0
Palms, English Bay Beach, Vancouver, Canada
1859-Martinique.web.jpg
Auteur/Créateur: Patrick Verdier, Free On Line Photos, Licence: Copyrighted free use
Palmier sur une plage de Martinique, Antilles
Elaeis guineensis - Köhler–s Medizinal-Pflanzen-056.jpg
Ölpalme. A Habitusbild der ganzen Pflanze, B Männlicher Blütenstand. C Einzelzweig des männlichen Blütenstandes. D Teil eines weiblichen Blütenstandes. E Fruchtstand. 1 Knospe; 2 männliche Blüte; 3 dieselbe im Längsschnitt; 4 Staminaltubus; 5 weibliche Blüte; 6 dieselbe im Längsschnitt; 7 Fruchtknoten im Querschnitt; 8 Frucht; 9 dieselbe, nachdem die obere Hälfte des Fruchtfleisches entfernt ist; 10 Steinkern im Querschnitt; 11 derselbe im Längsschnitt; 12 ein zweisamiger Steinkern im Querschnitt; 13 Same; 14 derselbe im Querschnitt; 15 derselbe im Längsschnitt.
Palmier fossile - Fonds Trutat - MHNT.PHa.138.B72.004.jpg

plaque négative au collodion format 13x18cm. inscription manuscrite par Eugène Trutat sur enveloppe :

"Palmier fossile"
Images from Wiki Loves Africa 2017 (3) Workers make palm leaves of fruit and vegetables.jpg
Auteur/Créateur: Khaled basyouny, Licence: CC BY-SA 4.0
Ceci est une image d' "Africain ou Africaine au travail" en/au
Palmera001.jpg
Auteur/Créateur: Jose Mesa (Mataparda) de island of Tenerife, Canary Islands, Spain, Licence: CC BY-SA 2.0
Phoenix canariensis palm tree in Tenerife, Canary Islands
Angiospermes Arbre4.png
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC-BY-SA-3.0
Cut palm-tree.jpg
Section de tronc de palmier. Diamètre 60 cm env. Presqu'île du Cap-Ferrat, Alpes-Maritimes. On constate l'absence de cercles de croissance, car les palmiers ne sont pas des arbres.
California fan palm 01.jpg
Auteur/Créateur: Bernard Gagnon, Licence: CC BY-SA 3.0
Un Washingtonia filifera dans l'Oasis de Mara à l'entrée Nord du parc national de Joshua Tree en Californie