Addis-Abeba

Addis-Abeba
አዲስ አበባ
Blason de Addis-Abeba
Héraldique
Drapeau de Addis-Abeba
Drapeau
Addis-Abeba
Dans le sens horaire à partir du haut : Vue d'Addis-Abeba, siège de l'Union africaine, Monument du Lion de Judah, Cathédrale de la Sainte-Trinité, Université d'Addis-Abeba, le métro léger.
Administration
PaysDrapeau de l'Éthiopie Éthiopie
RégionAddis-Abeba
Maire
Mandat
Adanech Abebe
depuis le 28 septembre 2021
Démographie
Population3 352 000 hab. (est. 2016)
Densité6 367 hab./km2
Géographie
Coordonnées9° 02′ nord, 38° 44′ est
Superficie52 647 ha = 526,47 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Éthiopie
City locator 11.svg
Addis-Abeba
Géolocalisation sur la carte : Éthiopie
City locator 11.svg
Addis-Abeba
Liens
Site webAddis Ababa City Government

Addis-Abeba [adisabɛba][a] (en amharique : አዲስ አበባ (Addis Abäba) [adˈdis ˈabəba], « Nouvelle fleur » ; en oromo : Finfinnee, « Source naturelle ») est la capitale de l'Éthiopie. Cette ville d'une superficie de 526,47 km2 et peuplée de plus de trois millions d'habitants accueille depuis 1963 le siège de l'Union africaine.

Addis-Abeba est située au centre du pays, sur un plateau à une altitude comprise entre 2 300 et 2 600 mètres, ce qui lui vaut d'être la capitale la plus élevée d'Afrique et la cinquième au niveau mondial[b].

Histoire

Avant la fondation

La région dans laquelle a été fondée Addis-Abeba est appelée Finfinnee par la population locale : les Oromos Goullelés[1]. La zone bénéficie d'une faune et d'une flore particulièrement riches[2]. Au sud-ouest, on trouve les montagnes Wachacha et au nord, les collines d'Entoto. Celles-ci constituent, avant la fondation d'Addis-Abeba, le lieu où Menelik II et son épouse Taytu Betul se sont installés. Ce lieu porte alors le nom de Fell-Wa. Menelik choisit le nom de Adhis-Ababa (Addis-Abeba) le [3]. Le choix du déplacement vers l'actuelle Addis-Abeba s'explique par la rudesse du climat d'Entoto, froid et venteux[1]. En effet, le couple impérial a pris comme habitude de séjourner aux sources thermales de Filoha situées à une altitude moins élevée.

En 1886, alors que Taytu admire le paysage, elle aperçoit une fleur d'une rare beauté. Enchantée par le climat tendre, elle demande à son époux la possibilité de construire une maison dans la zone[4]. Favorable à cette idée, Menelik II prépare le début des travaux et promet à Taytu de lui offrir le terrain de la future résidence[1]. La sélection de l'emplacement précis de la fondation d'Addis-Abeba fait suite à une prophétie du grand-père de Menelik II, Sahle Selassié, negus du Choa de 1813 à 1847. À cette époque, durant une partie d'échecs, il déclare : « Ce pays est couvert de broussailles et de végétation, mais un jour viendra où mon petit-fils construira ici une maison et y fondera une ville »[1].

C'est à l'endroit précis où son grand-père a pratiqué l'escrime que Menelik II décide de fonder la ville. Le nom est un choix de Taytu. Celle-ci, restée frappée par une fleur qu'elle n'a jamais aperçue auparavant, décide de baptiser la ville Addis Abeba, la « Nouvelle fleur » en amharique[1].

Début du développement

Taytu Betul ordonna rapidement le début des constructions qu'elle observait depuis Entoto. Addis Abeba devint véritablement une ville et se développa avec l'implantation de la souveraine, de dignitaires et de soldats. Toujours en 1886, Menelik II ordonna la construction d'un palais à Addis Abeba. À cette époque, la ville était principalement occupée et administrée par des militaires. À la suite de la famine de 1889-1892 et à la victoire d'Adoua en 1896, de nombreuses personnes s'installèrent à Addis Abeba dont des ressortissants étrangers. Progressivement, la ville fut administrée de manière civile. Les terres appartenaient à Menelik qui accorda d'importants espaces à des nobles et à diverses églises, des résidences y furent construites à l'intérieur des sefer (sorte de domaines) qui étaient administrés par les nobles à leur tête.

Le palais du Negusse negest était le plus vaste et organisé des sefers de la capitale, il se trouvait au nord-est de la source thermale ; à la suite d'un incendie en 1892, Menelik décida d'y bâtir un palais encore plus vaste entouré par une cinquantaine d'habitations et équipé d'un système d'approvisionnement en eau élaboré par Alfred Ilg, un ingénieur suisse ; plusieurs menuisiers indiens participèrent également à la construction. Peu à peu de nouvelles populations venant de toutes les provinces éthiopiennes s'installèrent à proximité du palais. En 1893, Ilg conseilla à Menelik, à la suite de la suggestion d'un fonctionnaire égyptien, de bâtir une mosquée pour les Éthiopiens musulmans car il n'y avait dans la capitale aucune mosquée ou cimetière musulman. Le souverain accepta la construction de la mosquée Al-Nour (derrière l'ancienne poste) et d'un cimetière.

Mesqel adebabay (« place de la Croix ») le jour de la fête de Mesqel.
Monument sur la place Meyazia 27 en 1962.

Au début du XXe siècle, Addis-Abeba se développait autour de deux centres principaux : le palais impérial, centre politique, et la cathédrale Saint-Georges avec le quartier Arada formaient le centre religieux et commercial. L'Arada était un vaste marché au sud de l'église, la majorité des établissements commerciaux appartenaient à des étrangers, le quartier devenait le principal centre commercial national. Les activités commerçantes se déplaceront durant l'occupation italienne vers le quartier Mercato, l'Arade demeura un centre commercial et culturel.

La bataille d'Adoua avait contribué à renforcer la position d'Addis Abeba en tant que capitale de l'empire d'Éthiopie, quelques années plus tard, en raison du développement de la ville, les besoins en bois pour la construction et le chauffage augmentaient et la capitale connut une pénurie de bois.

Après avoir envisagé le déplacement de la capitale à Addis-Alem, Menelik abandonna l'idée à la suite des protestions des légations et à l'arrivée de l'eucalyptus, arbre à la croissance rapide ; par ailleurs, les tentes de toile blanche furent ainsi remplacées par des bâtiments en dur, dont certains sont encore visibles aujourd'hui (voir photo ci-contre de l'hôtel Taytu).

Une modernisation impulsée par le pouvoir impérial

Empereur Haïlé Sélassié et dignitaires et notables de l'Empire éthiopien

Par ailleurs, un nouveau palais était déjà en construction sur place ainsi qu'une route en direction de la capitale.

Enfin, une charte foncière fut adoptée en 1907 et avec la fin de la construction du chemin de fer franco-éthiopien, Addis Abeba sortit définitivement d'une situation de perpétuelle précarité et entra dans une nouvelle phase de développement.

Soldats à Addis-Abeba écoutant la proclamation annonçant le retour à la capitale de l'empereur Haïlé Sélassié Ier ().

En 1903, les tôles ondulées, désormais visibles dans toute la capitale, arrivèrent à Addis Abeba et remplacèrent progressivement les toitures de chaume.

Le début du siècle vit l'arrivée de nombreux constructeurs européens et asiatiques ainsi que des matériaux de l'extérieur.

Alfred Ilg joua un rôle important dans la construction puisque la capitale lui doit son premier pont métallique de dimensions moyennes tout comme le premier système de canalisation d'eau.

Les résidences privées construites étaient de style divers, de forme ovale comme celle du ras Mengesha Attikem, de forme rectangulaire telle que la résidence Ras Birru Wolde Gebriel ou encore du « style Addis Abeba » : deux bâtiments distincts reliés par un pont et un étage supérieur reposant sur des colonnes et solives apparentes.

Divers bâtiments publics marqués par l'influence européenne furent construits durant la même période : l'hôtel Taytu et la banque d'Abyssinie, construits en 1907, l'école Menelik II (1908), l'hôpital Menelik II (1910) et l'imprimerie nationale (1911).

Après les Indiens et les Arabes, des architectes italiens et grecs arrivèrent à Addis Abeba, dont Sebastiano Castagna, constructeur de la cathédrale Saint-Georges.

En 1906, l'architecte Rudolph Härtel arriva d'Allemagne et fut responsable de la conception de l'école Menelik II et du mausolée de ce dernier.

Addis Abeba accueille également des architectes français dont Paul Barrias qui construit la gare ferroviaire, achevée en 1929.

Les différentes célébrations impériales prirent place dans la capitale en 1917 et 1928 ainsi que l'important couronnement de Haïlé Sélassié Ier le .

Ce dernier évènement, auquel de nombreux souverains étrangers assistèrent, fit définitivement d'Addis Abeba une ville internationalement connue.

En 1934, le Parlement conçu par l'Allemand Kametz, fut construit. Après l'éclatement de la guerre avec l'Italie, les Arbegnoch incendièrent d'importants bâtiments afin de les soustraire aux fascistes. L'occupation de la capitale débuta le , l'armée italienne dut faire face à un problème de logement.

En raison de la difficulté de transport due au relief de la ville, certains dignitaires italiens demandèrent le déplacement de la capitale vers Dessie ou un autre ville sur la route de Mojo mais Benito Mussolini s'y opposa.

Une proclamation du demanda la réparation des édifices existants et la construction de nouveaux bâtiments.

Dès le début de l'Occupation, à la suite d'un ordre de Mussolini, certains monuments de la capitale furent retirés dont le monument du Lion de Judah et la statue équestre de Menelik II, symbole de la bataille d'Adoua.

Les Italiens rebaptisèrent des rues importantes du nom des membres de la famille royale et du gouvernement, des inscriptions en italien apparurent sur les panneaux publics tout comme des portraits de Mussolini et des haut-parleurs mis en place diffusèrent la propagande fasciste.

Addis Abeba fut le théâtre de tragiques évènements : assassinat d'Abune Petros en 1937 ou encore massacre d'une douzaine de patriotes ayant résisté contre l'occupant (1938 ?).

Une métropole africaine

Capitale de l'Afrique à partir des années 1960, Addis fut également le lieu de la révolution menée en 1974-1975 par des militaires marxistes-léninistes. La « place de la Révolution » (Abyot adäbabay), haut lieu des manifestations du régime du dictateur Mengistu, a été rebaptisée « place de la Croix » Mesqel adebabay. Cette imposante esplanade a accueilli le un concert en l'honneur du soixantième anniversaire de la naissance de Bob Marley (Africa Unite) qui a rassemblé environ 300 000 personnes venues du monde entier.

Géographie

Climat

Températures et précipitations mensuelles moyennes.

Située dans la zone tropicale sèche, Addis Abeba échappe aux chaudes températures de Djibouti, à l'est, ou du Soudan, à l'ouest, grâce à l'altitude qui permet des températures relativement agréables toute l'année (voir graphique ombro-climatique ci-contre). La principale saison des pluies (krämt) a lieu de juin à septembre, et rend les rues non goudronnées difficilement praticables quoique moins poussiéreuses.

Subdivisions administratives

Addis-Abeba vue par le satellite SPOT.

La superficie d'Addis-Abeba est de 526,47 km2. La capitale est divisée en dix districts, appelés ክፍለ ከተማ (Kifle ketema) en amharique, et aussi en 99 quartiers (ቀበሌ (kebelés))[5],[6].

Les dix districts sont :

DistrictAire (km2)PopulationDensitéSchéma
1Addis Ketema[7]7,41271 64436 659,1Addis Ketema (Addis Ababa Map).png
2Akaky Kaliti[8]118,08195 2731 653,7Akaky Kaliti (Addis Ababa Map).png
3Arada[9]9,91225 99923 000Arada (Addis Ababa Map).png
4Bole[10]122,08328 9002 694,1Bole (Addis Ababa Map).png
5Gullele[11]30,18284 8659 438,9Gullele (Addis Ababa Map).png
6Kirkos[12]14,62235 44116 104Kirkos (Addis Ababa Map).png
7Kolfe Keranio[13]61,25546 2197 448,5Kolfe Keranio (Addis Ababa Map).png
8Lideta[14]9,18214 76923 000Lideta (Addis Ababa Map).png
9Nifas Silk-Lafto[15]68,30335 7404 915,7Nifas Silk-Lafto (Addis Ababa Map).png
10Yeka[16]85,46337 5753 950,1Yeka (Addis Ababa Map).png

Politique

Institutions internationales

Addis Abeba assume des fonctions politiques internationales depuis 1963[17], date de création de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) sous le patronage d'Haïlé Sélassié Ier.

L'Africa Hall abrite aujourd'hui la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique. Cela a valu à ce quartier, qui abrite également des palais impériaux et un grand hôtel international, des aménagements modernes autour de Ménélik II Road.

Elle accueille le nouveau siège de l'Union africaine inauguré en 2012[18].

La ville est le troisième pôle diplomatique mondial avec de institutions africaines, mais aussi de nombreuses organisations non gouvernementales et groupes de pression[17].

Jumelages

Société

Démographie

La capitale éthiopienne compte plus de trois millions d'habitants recensés en 2012[21] contre 2,33 millions seulement en 1994.

Langues

La langue principale est l'amharique, parlée par au moins 80 % de la population de la capitale[réf. nécessaire]. La seconde langue est l'oromo, qui cohabite avec une cinquantaine de langues et dialectes des habitants issus des autres provinces du pays. L'anglais est très courant pour le secteur du tourisme, et est souvent une langue utilisée dans l'administration. L'arabe est l'autre langue étrangère utilisée pour le commerce, et les échanges internationaux.

Éducation

La capitale regroupe de nombreuses écoles primaires, secondaires ainsi que des universités.

Écoles

  • L'école catholique de la cathédrale de Lideta
  • Le lycée franco-éthiopien Guébré-Mariam
  • La General Wingate School

Universités

Entrée de l'université d'Addis-Abeba, l'ancien palais Guenete Leul, près de Siddist Kilo.

Économie

Coopérative de café.

Industrie

Services

Depuis 2018, la capitale éthiopienne accueille la première centrale d’incinération africaine et valorise quotidiennement 1400 tonnes de déchets. Elle pourrait alimenter dans le futur la moitié de la ville en électricité[23].

Transports

Transport routier

La vallée du Grand Rift, en direction du sud, est facilement accessible, grâce à une route goudronnée qui mène notamment à Shashamané et jusqu'au Kenya.

Aéroport

Aéroport international de Bole, hub aéroportuaire.

La ville est reliée par le transport aérien avec l'aéroport international de Bole situé à moins de 10 km au sud du centre-ville. Depuis 2003, celui-ci a été réaménagé et joue un rôle de hub aéroportuaire entre l'Afrique de l'Est (région des Grands Lacs, Kenya, Tanzanie), l'Asie et l'Europe. La compagnie aérienne Ethiopian en a fait son aéroport d'attache et y a établi ses ateliers.

Train

Addis-Abeba est reliée depuis 1917 à Djibouti, sur la mer Rouge, par une voie ferrée construite par des compagnies françaises à partir de la fin des années 1890. Exploitée par la Compagnie du chemin de fer djibouto-éthiopien depuis 1981, la ligne n'est plus utilisée depuis 2010, et la gare ferroviaire située en plein centre-ville au bout de l'avenue Churchill, est depuis désaffectée.

Une nouvelle ligne électrifiée, la ligne d'Addis-Abeba à Djibouti, construite à partir de 2012, a été inaugurée le [24], et dessert la nouvelle gare de Feri-Labu située à une douzaine de kilomètres au sud-ouest du centre-ville de la capitale[25], près de la ville d'Alem Gena[26].

Transport urbain

Addis-Abeba est la seule ville éthiopienne à disposer d'un réseau d'autobus, géré par la compagnie publique Anbessa City Bus Service Enterprise.

Elle est également la première ville d'Afrique subsaharienne à se doter d'un réseau de métro léger. Celui-ci a été inauguré le , tandis qu'une seconde ligne a été inaugurée en [27]. L'ensemble de ces deux lignes totalise 34 km et 39 stations.

Lieux de culte

Parmi les lieux de culte, il y a principalement des églises et des temples chrétiens : Église orthodoxe éthiopienne, Église évangélique éthiopienne Mekane Yesus (Fédération luthérienne mondiale), Ethiopian Kale Heywet Church, Archéparchie d'Addis-Abeba (Église catholique), Ethiopian Full Gospel Believers' Church[28]. Il y a aussi des mosquées musulmanes.

Culture

Musées et monuments

Monuments

  • Statue équestre de Menelik II dans le quartier Piazza
  • Monument du Lion de Judah situé dans le quartier Lagahare
  • Colonne du Miyazya 27 commémorant la libération de 1941 (Omédla del, à Arat Kilo)
  • Obélisque du Yekatit 12 à Seddest Kilo, en mémoire du martyre de patriotes assassinés durant l'occupation italienne
  • Monument Tiglachin

Palais

Musées

  • Musée national d'Éthiopie
  • Musée ethnographique de l'Institut d'Études éthiopiennes[29]
  • Musée d'Art moderne
  • Museum d'histoire naturelle zoologique[30]

Instituts culturels et centres universitaires

Le Goethe-Institut[31] et l'institut Confucius[32] sont situés dans le quartier de Seddest Kilo, l'Alliance éthio-française[33] dans le quartier de Piazza, et le Centre français des études éthiopiennes dans quartier de Qebena.

Musique

Médias

Presse écrite

Les journaux sont surtout en langue amharique. Il y a aussi des journaux en langue oromo et en anglais. Cependant, vu le niveau de l'analphabétisme, la presse écrite à un lectorat très limité. Le nombre des lecteurs est aussi limité car le prix d'un journal est cher et élevé pour une population qui généralement à de faibles revenus. La presse écrite est surtout lue par l'élite et la classe moyenne. Jusqu'en 1985, il y avait un journal en langue italienne, qui cessa de paraître, vu que son nombre de lecteur devenait de plus en plus faible.

Internet

En , le débit à Addis-Abeba était de 7,31 Mbit/s en téléchargement (120e position mondiale) et de 8,4 Mbit/s en téléversement (53e position)[34].

Personnalités liées à la ville

  • Haïlé Sélassié Ier : Empereur d'Ethiopie
  • Nebila Abdulmelik : féministe éthiopienne.
  • Tedros Adhanom : ministre des Affaires étrangères éthiopien.
  • Mahmoud Ahmed : chanteur éthiopien.
  • Bethlehem Tilahun Alemu : femme d'affaires éthiopienne.
  • Reeyot Alemu : journaliste éthiopienne.
  • Bella Forsgrén, député finlandaise d'origine éthiopienne née à Addis-Abeba.
  • Mulatu Astatke : musicien éthiopien
  • Kenenisa Bekele : athlète éthiopien.
  • Haile Gebrselassie : athlète éthiopien.
  • Liyou Libsekal : poétesse éthiopienne.
  • Saladin Said : footballeur éthiopien.
  • Bruktawit Tigabu : productrice de séries éducatives éthiopienne.
  • Emahoy Tsegué-Maryam Guèbrou : compositrice et pianiste éthiopienne.
  • Hubert Auriol : pilote moto et auto et animateur de télévision français.
  • Hanna Lalango, écolière.
  • Kedist Deltour : mannequin belgo-éthiopien.
  • Lia Tadesse : femme médecin et ministre de la santé.

Galerie

Notes et références

Notes

  1. Prononciation en français standard retranscrite selon la norme API.
  2. Addis-Abeba est la cinquième capitale la plus élevée au monde, après La Paz (3 640 m), Quito (2 850 m), Thimphou (2 625 m), et Bogota (2 625 m). Voir la Liste des capitales par altitude.

Références

  1. Fasil Giorghis, Æthiopia, Peuples d'Éthiopie - Addis-Abeba, l'histoire du développement urbain, éditions Musée Tervuren, 1996, p. 150.
  2. Fasil Giorghis, Æthiopia, Peuples d'Éthiopie - Addis-Abeba, l'histoire du développement urbain, éditions Musée Tervuren, 1996, p. 148.
  3. Jules Borelli, Ethiopie méridionale, 1890, p. 261
  4. Roman Adrian Cybriwsky, Capital Cities around the World: An Encyclopedia of Geography, History, and Culture, ABC-CLIO, USA, 2013, p. 6
  5. (en) « Addis Ababa city website (site map, see the list in "Sub Cities" section) », Addisababacity.gov.et (consulté le ).
  6. (en) « Article at unhabitat.org (map of Addis Ababa, page 9) » [PDF] (consulté le ).
  7. (en) « Addis Ketema page (Addis Ababa website) », Addisababacity.gov.et (consulté le ).
  8. (en) « Akaky Kaliti page (Addis Ababa website) », Addisababacity.gov.et (consulté le ).
  9. (en) « Arada page (Addis Ababa website) », Addisababacity.gov.et (consulté le ).
  10. (en) « Bole page (Addis Ababa website) », Addisababacity.gov.et (consulté le ).
  11. (en) « Gullele page (Addis Ababa website) », Addisababacity.gov.et (consulté le ).
  12. (en) « Kirkos page (Addis Ababa website) », Addisababacity.gov.et (consulté le ).
  13. (en) « Kolfe Keranio page (Addis Ababa website) », Addisababacity.gov.et (consulté le ).
  14. (en) « Lideta page (Addis Ababa website) », Addisababacity.gov.et (consulté le ).
  15. (en) « Nifas Silk-Lafto page (Addis Ababa website) », Addisababacity.gov.et (consulté le ).
  16. (en) « Yeka page (Addis Ababa website) », Addisababacity.gov.et (consulté le ).
  17. Emeline Wuilbercq et Ghalia Kadiri, « Addis-Abeba, capitale d’une Afrique qui se rêve unie », lemonde.fr, (consulté le )
  18. « La Chine offre un nouveau siège à l’Union africaine pour cimenter ses amitiés africaines », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  19. (tr) « Sister Cities Of Ankara ».
  20. « DC Sister Cities | os », sur os.dc.gov (consulté le )
  21. « National Statistics Abstract », sur csa.gov.et (consulté le ).
  22. (en) « Addis Ababa », sur Goethe.de (consulté le ).
  23. « Gestion des déchets en Afrique : de l'urgence locale à l'urgence globale », sur Gestion des déchets en Afrique : de l'urgence locale à l'urgence globale (consulté le )
  24. « Une nouvelle ligne de chemin de fer va relier Addis-Abeba à Djibouti », Radio France international, .
  25. 8° 55′ 56″ N, 38° 41′ 17″ E
  26. « Éthiopie : inauguration d'un train chinois pour relier Addis Abeba à Djibouti », France 24, .
  27. « L'Éthiopie inaugure son tramway », BBC News, (consulté le ).
  28. J. Gordon Melton, Martin Baumann, ‘‘Religions of the World: A Comprehensive Encyclopedia of Beliefs and Practices’’, ABC-CLIO, USA, 2010, p. 1004-1007
  29. (en) « IES Museum » (consulté le ).
  30. (en) « The Zoological Natural History Museum » (consulté le ).
  31. (en) « Welcome to the Goethe-Institut in Addis Ababa » (consulté le ).
  32. (en) « Institut Confucius d’Addis-Abeba » (consulté le ).
  33. « Alliance éthio-française » (consulté le ).
  34. Analyse de netindex.com du 22 février au .

Voir aussi

Bibliographie

Essais
  • Cécilie Dagmey (sous la direction d'Anne Ouallet), Le quartier de «La Gare» à Addis-Abeba (Éthiopie) - Approche des enjeux et des spécificités urbaines et identitaires d'un territoire en mutation (mémoire de maîtrise), Université Rennes II, , 172 p.
  • (en) Garretson (Peter), A History of Addis Ababa from its Foundation in 1886 to 1910, Wisbaden, Harrassowitz Verlag, 2000, XXI+226 p.
  • (en) Richard Pankhurst, « Menelik and the foundation of Addis Ababa », Journal of African History, vol. II, t. 1,‎ , p. 103-117.
  • (en) Milena Batistoni et Gian Paolo Chiari, Old Tracks in the New Flower : A Historical Guide to Addis Ababa, Addis Abeba, Arada Books, , 190 p.
Littérature
  • Sebhat Guèbrè-Egziabhér, Les Nuits d'Addis, Paris, Actes Sud, .
  • Ryszard Kapuscinski, Ébène, .

Articles connexes

  • Menelik adebabay
  • Monument du Lion de Judah
  • Miyazya 27 adebabay
  • Yekatit 12 adebabay
  • Italo Gariboldi
  • Musée national d'Éthiopie

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

Flag of Ethiopia.svg
Flag of Ethiopia
Africa-countries-northern.svg
Auteur/Créateur: unknown, Licence: CC BY-SA 3.0
Central-Africa.svg
Central Africa in darkgreen and Middle Afica in lightgreen.
Southern-Africa.svg
Südliches Afrika
Addis Ketema (Addis Ababa Map).png
Auteur/Créateur: Dэя-Бøяg, Licence: CC-BY-SA-3.0
Map of the district (subcity) of Addis Ketema (shown in red) within the city of Addis Ababa (yellow).
Ethiopian Ministry of Finance.JPG
Auteur/Créateur: Dvermeirre, Licence: CC BY-SA 4.0
Bureaux du ministère fédéral éthiopien des fiances et du développement économique à Addis-Abeba
Flag of Addis Ababa.svg
Flag of Addis Ababa.
Yeka (Addis Ababa Map).png
Auteur/Créateur: Dэя-Бøяg, Licence: CC-BY-SA-3.0
Map of the district (subcity) of Yeka (shown in red) within the city of Addis Ababa (yellow).
Arada (Addis Ababa Map).png
Auteur/Créateur: Dэя-Бøяg, Licence: CC-BY-SA-3.0
Map of the district (subcity) of Arada (shown in red) within the city of Addis Ababa (yellow).
AratKilo.jpg
Auteur/Créateur: Margherita de Koster, Licence: CC BY-SA 3.0
Monument on Meyazia 27 Square (27 Miyazya, 5 May Square, known as Arat Kilo, Amharic: ሜያአዚያ 27 አደባባይ) in Addis Ababa (Ethiopia) in 1962. Photograph by Margherita de Koster (1918-2010).
Ethiopian National Bank.jpg
Banque Nationale d'Éthiopie, Addis-Abeba
Gullele (Addis Ababa Map).png
Auteur/Créateur: Dэя-Бøяg, Licence: CC-BY-SA-3.0
Map of the district (subcity) of Gullele (shown in red) within the city of Addis Ababa (yellow).
Meskal square.JPG
Meskal Square, Addis Ababa, Ethiopia
Addis Ababa SPOT.1003.jpg
Auteur/Créateur: Cnes - Spot Image, Licence: CC BY-SA 3.0
Addis Abeba by SPOT Satellite
Emblem of the Addis Ababa City Administration.svg
Emblem of the Addis Ababa City Administration.
Ge'ez.svg
This is an SVG version of Ge'ez spelled out in the Ge'ez alphabet.
Kolfe Keranio (Addis Ababa Map).png
Auteur/Créateur: Dэя-Бøяg, Licence: CC-BY-SA-3.0
Map of the district (subcity) of Kolfe Keranio (shown in red) within the city of Addis Ababa (yellow).
Addis Abeba University.jpg
Auteur/Créateur: VBzi, Licence: CC BY 2.0
Addis Abeba University, Ethiopia
Coffee corporation, Addis Ababa.jpg
Auteur/Créateur: Niels Van Iperen, Licence: CC BY-SA 4.0
Ceci est une image d' "Africain ou Africaine au travail" en/au
Kirkos (Addis Ababa Map).png
Auteur/Créateur: Dэя-Бøяg, Licence: CC-BY-SA-3.0
Map of the district (subcity) of Kirkos (shown in red) within the city of Addis Ababa (yellow).
Addis Ababa montage.jpg
Auteur/Créateur: Foxy1219 (montages), Licence: CC BY-SA 4.0
Montages of Addis Ababa, Ethiopia‎.
Ethiopian men gather in Addis Ababa, heavily armed with captured Italian weapons, to hear the proclamation announcing the return to the capital of the Emperor Haile Selassie in May 1941. K325.jpg
Ethiopian men gather in Addis Ababa, heavily armed with captured Italian weapons, to hear the proclamation announcing the return to the capital of the Emperor Haile Selassie in May 1941.
Ethiopian men gather in Addis Ababa, heavily armed with captured Italian weapons, to hear the proclamation announcing the return to the capital of the Emperor Haile Selassie in May 1941.
Akaky Kaliti (Addis Ababa Map).png
Auteur/Créateur: Dэя-Бøяg, Licence: CC-BY-SA-3.0
Map of the district (subcity) of Akaky Kaliti (shown in red) within the city of Addis Ababa (yellow).
ET Addis asv2018-01 img01 Meskel Square.jpg
Auteur/Créateur: A.Savin, Licence: FAL
L'angle nord-ouest de la Mesqel adebabay, à l'intersection de la Jomo Kenyatta Street (empruntée par la ligne 1 du métro léger) et de la Ras Desta Damtew Street
Haile Selassie and group.jpg
Emperor Haile Selassie I (center) Habte Giyorgis Dinagde Hailu Tecla Haimanot and member of the royal court
Nifas Silk-Lafto (Addis Ababa Map).png
Auteur/Créateur: Dэя-Бøяg, Licence: CC-BY-SA-3.0
Map of the district (subcity) of Nifas Silk-Lafto (shown in red) within the city of Addis Ababa (yellow).
Bole (Addis Ababa Map).png
Auteur/Créateur: Dэя-Бøяg, Licence: CC-BY-SA-3.0
Map of the district (subcity) of Bole (shown in red) within the city of Addis Ababa (yellow).
Addis Abeba Taxis (Sam Effron).jpg
Auteur/Créateur: Sam Effron, Licence: CC BY-SA 2.0
Addis Ababa taxis.
Lideta (Addis Ababa Map).png
Auteur/Créateur: Dэя-Бøяg, Licence: CC-BY-SA-3.0
Map of the district (subcity) of Lideta (shown in red) within the city of Addis Ababa (yellow).