Élisabeth-Christine de Brunswick-Wolfenbüttel

Élisabeth-Christine de Brunswick-Wolfenbüttel
Illustration.
Élisabeth-Christine de Brunswick-Wolfenbüttel par Christoph Bernhard Francke vers 1712.
Fonctions
Impératrice du Saint-Empire, reine de Germanie et de Bohême

(29 ans, 6 mois et 3 jours)
PrédécesseurWilhelmine-Amélie de Brunswick-Lunebourg
SuccesseurMarie-Amélie d'Autriche
Reine de Hongrie et archiduchesse d'Autriche

(29 ans, 6 mois et 3 jours)
PrédécesseurWilhelmine-Amélie de Brunswick-Lunebourg
SuccesseurMarie-Louise d'Espagne
Reine de Naples

(21 ans, 1 mois et 14 jours)
PrédécesseurMarie-Louise-Gabrielle de Savoie
SuccesseurMarie-Amélie de Saxe
Reine de Sardaigne

(6 ans, 10 mois et 6 jours)
PrédécesseurMarie-Louise-Gabrielle de Savoie
SuccesseurAnne-Marie d'Orléans
Reine de Sicile

(15 ans, 7 mois et 16 jours)
PrédécesseurAnne-Marie d'Orléans
SuccesseurMarie-Amélie de Saxe
Duchesse de Milan, de Brabant et de Limbourg et
comtesse de Flandre

(32 ans, 2 mois et 19 jours)
PrédécesseurMarie-Louise-Gabrielle de Savoie
SuccesseurMarie-Louise d'Espagne
Duchesse de Luxembourg

(27 ans, 6 mois et 9 jours)
PrédécesseurThérèse-Cunégonde Sobieska
SuccesseurMarie-Louise d'Espagne
Duchesse de Bourgogne

(27 ans, 6 mois et 9 jours)
PrédécesseurMarie-Anne de Neubourg
SuccesseurFrançois Ier du Saint-Empire
Duchesse de Parme

(5 ans et 17 jours)
PrédécesseurHenriette d'Este
SuccesseurLouise-Élisabeth de France
Biographie
DynastieWelf
Date de naissance
Lieu de naissanceBrunswick (Brunswick-Wolfenbüttel)
Date de décès
Lieu de décèsVienne (Autriche)
SépultureCrypte des Capucins
PèreLouis-Rodolphe de Brunswick-Wolfenbüttel
MèreChristine-Louise d'Oettingen-Oettingen
ConjointCharles VI du Saint-Empire
EnfantsLéopold
Marie-Thérèse Red crown.png
Marie-Anne
Marie-Amélie
ReligionLuthérianisme puis Catholicisme romain

Élisabeth-Christine de Brunswick-Wolfenbüttel (née le à Brunswick, morte le à Vienne) fut impératrice du Saint-Empire, reine de Germanie, de Bohême, de Hongrie, de Sardaigne, de Sicile et de Naples, archiduchesse d'Autriche, duchesse de Bourgogne, de Milan, de Brabant, de Luxembourg, de Limbourg et de Parme et comtesse de Flandre et de Hainaut par son mariage avec Charles VI. Elle était renommée pour sa beauté, et pour être la mère de l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche.

Biographie

La princesse protestante

L'impératrice Élisabeth-Christine vers 1720.

Élisabeth-Christine était la fille aînée de Louis-Rodolphe, duc de Brunswick-Lunebourg et de sa femme la princesse Christine-Louise d'Oettingen-Oettingen.

L'impératrice

Dès l'âge de treize ans, en 1704, elle fut fiancée au futur empereur Charles VI alors prétendant au trône d'Espagne sous le nom de Charles III, grâce à des négociations entre son grand-père Antoine-Ulrich, duc de Brunswick-Wolfenbüttel et la belle-sœur de Charles, l'impératrice Wilhelmine-Amélie de Brunswick-Lunebourg, fille de Jean-Frédéric, duc de Brunswick-Lunebourg, qui appartenait donc à une autre branche de la famille.

Cependant, la jeune Élisabeth-Christine qui n'avait pas 15 ans, attachée à son protestantisme originel, refusa d'abord ce mariage qui lui imposait de se convertir au catholicisme et menaça même de se suicider. Elle finit par l'accepter et se convertit le à Bamberg.

La reine Très Catholique

La Guerre de succession d'Espagne faisait rage. Son futur mari, roi titulaire d'Espagne, sous le nom de Charles III, régnait en fait sur la Catalogne qui s'était ralliée à lui et combattait les armées du roi titulaire Philippe V d'Espagne, certes choisi par le défunt Charles II d'Espagne, mais qui n'était pas un membre de la Maison de Habsbourg. Charles III avait établi sa résidence à Barcelone.

En avril 1708, le cortège nuptial se mit en route. Après un détour par Vienne où la jeune princesse fut présentée au couple impérial, à l'impératrice-mère et à la cour qu'elle conquit par son charme et sa beauté, la princesse embarqua à Gênes et, sous la protection de la marine Anglaise, vogua jusqu'à Barcelone qu'elle atteignit fin juillet. Les noces furent célébrées le peu avant le 17ème anniversaire de la nouvelle "reine d'Espagne".

Le roi, qui avait 23 ans, repartit immédiatement combattre son rival, à peine plus âgé que lui. Il confia la régence de ses royaumes à sa jeune épouse. Son rival avait fait de même. Tandis que leurs jeunes souverains se combattaient, l'Espagne était gouvernée par deux jeunes mariées de 17 et 20 ans. En 1711, l'empereur Joseph Ier du Saint-Empire, frère aîné de Charles III, succomba à une épidémie de variole (qui emporta également le Dauphin, fils aîné et héritier du roi Louis XIV de France et trois enfants du duc Léopold Ier de Lorraine). Ne laissant que deux filles (de plus mineures) qui ne pouvaient être élues à la dignité impériale, la couronne impériale fut confiée à Charles, roi d'Espagne sous le nom de Charles III et maintenant empereur sous le nom de Charles VI. L'Europe s'inquiéta. De nouveau, la Maison de Habsbourg dominait un empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais. L'alliance de l'Angleterre devenant moins sûre, Charles VI renonça à l'Espagne et négocia une paix de compromis. Le couple impérial et royal quitta Barcelone pour Vienne. La paix fut signée la même année.

Une destinée brillante mais un mariage stérile

Le mariage brillant d'Elisabeth-Christine propulsa les princesses de la Maison de Brunswick sur le devant de la scène. Tandis que la sœur d'Élisabeth-Christine, Charlotte, épousa en 1714 le tsarévitch Alexis Petrovitch de Russie, sa nièce Élisabeth-Christine de Brunswick-Wolfenbüttel-Bevern épousa en 1733 Frédéric II de Prusse dans les deux cas pour le plus grand malheur des deux princesses.

Ayant signé la paix, l'empereur était confronté à un autre problème dynastique. Son mariage était stérile. Faute de descendant mâle, l'empereur promulgua la Pragmatique Sanction qui définissait les règles successorales du patrimoine de sa maison. À savoir, à défaut de successeur mâle, ses filles auraient la priorité sur celles de son défunt frère. Plus tard, il maria d'ailleurs très avantageusement ses deux nièces aux deux princes catholiques les plus importants de l'Empire : l'aînée, Marie-Josèphe, à Auguste III, électeur de Saxe et roi de Pologne, et la cadette, Marie-Amélie, à l'Électeur de Bavière, futur Charles VII oubliant peut-être que ses neveux par alliance pourraient un jour convoiter la couronne impériale et les terres patrimoniales de leur belle-famille.

Trois ans plus tard, l'impératrice donna le jour à un fils, mais le nourrisson ne survécut pas. Le couple impérial eut en tout quatre enfants dont deux parvinrent à l'âge adulte, Marie-Thérèse en 1717 et Marie-Anne en 1718.

Le prince Lorrain

L'impératrice Élisabeth-Christine en 1735.

En 1723 arriva à la cour le jeune prince François-Etienne de Lorraine : l'héritier du duché de Lorraine et de Bar venait terminer sa formation à la cour de Vienne où la famille ducale de Lorraine avait vécu en exil après l'invasion de ses duchés par la France de 1633 à 1697. Le duc Léopold Ier de Lorraine, père du prince mais aussi neveu et filleul de l'empereur Léopold Ier y était né et y avait été élevé en compagnie de ses cousins germains les futurs empereurs Joseph Ier et Charles VI.

La grand-mère paternelle du jeune prince était d'ailleurs une archiduchesse d'Autriche. Le jeune prince se retrouvait en famille et d'aucuns pensaient déjà — à Lunéville comme à Vienne — à une union entre l'adolescent et l'archiduchesse Marie-Thérèse, fille aînée de l'Empereur, ce qui advint à la fin de la guerre de Succession de Pologne en 1736 pour le plus grand bonheur de l'archiduchesse : chose assez exceptionnelle pour une princesse de l'époque et en milieu curial, ce mariage dynastique était aussi un mariage d'amour. Quatre ans plus tard, après une guerre désastreuse contre les Turcs, l'empereur mourut et Marie-Thérèse se retrouvait seule face à des responsabilités pour lesquelles elle n'avait pas été formée. À peine âgée de 23 ans et sans expérience politique et enceinte de six mois, elle n'avait elle-même que trois filles.

L'impératrice Élisabeth-Christine, gravure de Martin Engelbrecht vers 1745.

Sa mère lui apporta tout son soutien. Elle avait transmis à sa fille non seulement sa beauté mais aussi une mâle énergie et le courage qui anima la jeune femme pendant la difficile guerre de Succession d'Autriche qui embrasa l'Europe peu après l'avènement de Marie-Thérèse, les alliés de la veille devenant les ennemis du jour.

Une grande héritière

Peu après le début de la guerre, en , était né l'héritier tant attendu. Il fut convenu entre Marie-Thérèse et Élisabeth-Christine que le nourrisson recevrait en action de Grâce le prénom du père nourricier du Christ, Joseph. La jeune impératrice mit ainsi au monde un enfant presque chaque année et ce, même après la paix qui lui conserva ses états (1748). La dynastie était sauvée.

En 1744, l'archiduchesse Marie-Anne épousa le prince Charles-Alexandre de Lorraine, frère de François. Le jeune couple, à qui avait été confié la régence des Pays-Bas autrichiens, partit pour Bruxelles. L'impératrice-mère apprit bientôt la grossesse de sa seconde fille. La jeune régente mourut en couches peu avant Noël. L'impératrice et sa mère furent profondément affectée par cette épreuve. La santé de l'impératrice-mère en fut durablement affectée.

Son gendre fut finalement élu empereur en 1745 mais c'était Marie-Thérèse qui tenait les rênes du pouvoir. En revanche, économiste averti, l'Empereur, par des placements judicieux, fit la fortune des Habsbourg récemment reconvertis en Habsbourg-Lorraine. En 1748, la paix fut signée. Hormis la Silésie qui restait à la Prusse, Marie-Thérèse avait sauvé le patrimoine et le prestige de sa Maison. Mère de sept enfants vivants dont trois fils, elle avait assuré l'avenir de sa dynastie.

L'impératrice Élisabeth-Christine mourut à Vienne le , et fut inhumée dans la crypte des Capucins, où reposent traditionnellement les dépouilles des membres de la Maison Impériale.

Descendance

Ascendance

Liens externes

Médias utilisés sur cette page

D'après Jean-Marc Nattier, Portrait de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais (Bibliothèque-musée de la Comédie-Française) -001.jpg
Personne représentée : Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais (1732–1799), dramaturge français
Holy Roman Empire Arms-double head.svg
(c) I, N3MO, CC-BY-SA-3.0
Coat of arms of the Holy Roman Empire from ca. 1433

(emperor Sigismund was the first to use the double-headed eagle, but the single-headed eagle continued to see some use well into the 16th century).

The style is loosely based on that of the mid-16th century (cf. e.g. Jacob Kallenberg (1545)), but largely equivalent designs were used in heraldry well into the 19th century.
French heraldic crowns - King.svg
Auteur/Créateur: Pbroks13 (talk), Licence: CC BY 3.0
Crown of the French King
Rosalba Carriera, Empress Elisabeth Christine of Brunswick-Wolfenbüttel, Munich Residenz.jpg
Elisabeth Christine, Princess of Brunswick-Wolfenbüttel, spouse of Holy Roman Emperor Charles VI, mother of Empress Maria Theresia of Austria.
Auerbach - Empress Elisabeth Christine 1735.jpg
Portrait d’Élisabeth Christine de Brunswick-Wolfenbüttel, Holy Roman Empress (1691-1750), mal identifié avec her daughter Marie-Thérèse d'Autriche, standing three-quarter-length, in a violet embroidered dress and ermine lined shawl.
Martin Engelbrecht Elisabeth Christine von Braunschweig-Wolfenbüttel.jpg
Elisabeth Christine von Braunschweig-Wolfenbüttel (1691-1750), Gemahlin des Kaisers Karl VI. (HRR)
Elisabeth Christine of Braunschweig Wolfenbuettel Austria.jpg
Portrait of Empress Elisabeth Christine (1691-1750), mother of Maria Theresia of Austria, misidentified with Sophia Dorothea of Hanover (1687-1757). The composition of the present painting bears some resemblance to the portrait of Sophia Dorothea at Blenheim.